Partagez | 
 

 Mais c'est pas vrai !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Mais c'est pas vrai !  Sam 16 Nov 2013 - 20:50

J'avais eu un coup de fil de ma tante. Cette espèce de garce voulait que je me trouve un job pour arrêter de me donner de l'argent. Manque de bol pour elle, j'étais encore jeune et les emplois de temps de l'école ne permettaient pas vraiment de me trouver un job. En plus, j'avais plutôt à conserver mes excellents résultats, mon comportement n'ayant pas été exemplaire, j'avais au moins pour moi mon dossier scolaire.

Depuis mon arrivée ici, je n'avais pas fait de vague. Ma relation avec mes colocataires étaient cordiales, voir même légèrement amicale grâce à Kara. C'était une trouvaille cette petite boule de poil. Celle ci s'adaptait étonnamment bien d'ailleurs. J'appréciais grandement cela. C'était vraiment génial de pouvoir la voir courir et jouer, lui faire des câlins et la balader un peu. Parfois je la mettais sur mon skate et je passais dans le couloir avec pour l'habituer. J'avais tout de même peur qu'elle se sauve si je la sortais comme ça : la prendre dans une poche allait encore, mais si je la laissais sur mon skate, se sauverait-elle ? Je ne savais pas.

Bref, là, j'étais à la laverie, je venais de lancer mon linge. Mon panier vide était devant ma machine à laver. Je finissais un devoir, assise sur une chaise en tailleurs. Ma pochette appuyée sur ma cuisse droite, je couvrais ma feuille la remplissant pour une dissertation. J'avais déjà fait mon brouillon avec un plan et les idées principales, je n'avais donc plus qu'à la rédiger, ce qui allait assez vite. Je souriais tranquillement, surveillant ma machine pour voir si elle tournait toujours sans fuir. Puis finalement, ayant finit la seconde partie, et commençant à avoir les jambes fourmillantes, je me redressais et rangeais mes affaires dans le fond de mon panier, me levant un peu. J'attendais la fin de ma machine pour la mettre à sécher, une fois fait je retournerais sûrement dans ma chambre pour aller chercher un livre ou mon PC, je ne savais pas trop encore, mais je reviendrais pour ne pas laisser ma lessive seule.

Une fois changée, je pris mon panier et je sortis de la laverie, prenant la direction du dortoir et perdue dans mes pensées, je pris bien soin de longer le mur pour ne pas bousculer quelqu'un vu que j'étais un peu ailleurs. Mais visiblement ce n'était pas possible : sans vraiment savoir ce qui venais de se passer, un choc avait eu lieu et dans l'action j'avais lâche une partie de mes feuilles qui s'étaient éparpillées aux alentours. Je levais les yeux pour constater la catastrophe cherchant mes feuilles.

« C'est pas vrai ! »

Je grimaçais me penchant pour ramasser les plus proches en grommelant espérant que personne ne marcherait dessus mon devoir serait fichu sinon, je me déplaçais pour continuer à les ramasser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Mais c'est pas vrai !  Dim 17 Nov 2013 - 21:28

- The sun is shining in the sky, there's not a cloud in sight...

Ah, quoi de plus magnifiquement cliché qu'un petit coup d'ELO lorsqu'il fait beau dehors. Un type me jette un regard un peu confus. Il faut dire qu'il est d'habitude assez rare de croiser un gars tout seul, chantant des chansons joyeuses en marchant comme s'il était le protagoniste d'un quelconque atroce film pour adolescents. C'est pourtant mon cas. Encore revigoré par ma précédente sortie, j'ai décidé qu'il faisait trop beau pour en avoir quoi que ce soit à foutre du monde alentour. Si mes amis étaient ici, ils seraient les premiers à se marrer, mais ici, les gens semblent me trouver un peu bizarre. Enfin bon, ils s'y feront.

J'avais profité du temps libre que j'avais aujourd'hui pour aller flâner en ville, ce qui ne manque jamais de me mettre de bonne humeur. Et ce qui sape aussi toute motivation que j'aurais pu avoir d’être actif ou un tant soit peu sérieux durant le reste de la journée. C'est donc après tout ce dur labeur et dans un état d'esprit plutôt calme que je me promenais dans les couloirs, prenant mon temps et profitant de la lumière filtrant par la fenêtre. J'avais même laissé tomber mon sempiternel blouson en cuir aujourd'hui, pour une chemise plus confortable. Je crois bien que c'est la première fois depuis que je suis ici, d'ailleurs. En conclusion, j'avais presque l'air d'un écolier normal. Le presque étant une partie importante de cette phrase, au vu des regards que je recevais toujours.


- Hey there, mister blue, we're so pleased to be with you...

Je valsais donc ainsi le long des couloirs, allant plus ou moins dans la direction de ma chambre, déambulant sans véritable but et sans me presser aucunement. Cependant, alors que je me rapprochais sensiblement de mon but, il se produisit quelque chose d'assez inattendu : alors que la chanson atteignait son point culminant, perdu en plein dedans, je m'autorisais un petit mouvement qui, j'en suis certain, ne manquait pas de grâce (du moins, c'est ce que je préfère croire), en rythme avec la musique. Cependant, le résultat fut assez inattendu : sans vraiment comprendre ce qui se passait, je sentis un choc et parvint tout juste à conserver mon équilibre. La cause de ce choc n'était nulle autre qu'une collision avec une fille visiblement un peu plus âgée que moi et qui n'avait pas l'air d'excellente humeur. Sa réaction un peu explosive et son total manque d’intérêt pour ma personne semblaient confirmer cette impression. Vu qu'elle ne m'avait pas remarqué, je n'allais pas l’embêter, hein, ce serait dommage de gâcher une si bonne journée. Mais alors que je tentais de m'éclipser lâchement, je remarquais que mon pied accrochait à quelque chose. Plus précisément, une feuille. Une feuille faisant partie de l'ensemble de feuilles que la fille en question ramassait frénétiquement. Une feuille avec une grosse trace de chaussure dessus. Bien foncée. Pas le temps de trouver une quelconque excuse : elle vient de remarquer la feuille. Je lui sors donc, avec mon plus beau sourire :

- Ah. Désolé ?

Avec un peu de chance, elle n'est pas trop crispée ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Mais c'est pas vrai !  Jeu 21 Nov 2013 - 22:08

J'avais fini de ramasser toutes mes feuilles, il ne me restait plus qu'à ramasser ma copie. Celle que j'avais commençais et quasiment fini, la copie que je comptais bien rendre, propre et bien écrite. Je regardais autour de moi posant finalement mon regard sur ma feuille, collée sous le pieds du jeune homme. Mon visage passa du blanc au rouge, puis vira un peu au vert avant de revenir au blanc. J'avais envie de pleurer là. Je venais de passer tout ce temps à recopier pour rien. Désolé... Je relevais mon regard sur lui, récupérant ma feuille sale et tâchée, me redressant lentement.

J'avais fait beaucoup d'efforts pour rester calme ces derniers temps mais là, je devais bien avouer que je n'avais plus envie. Mes doigts crispés sur ma copie sale, je le regardais froidement, presque glaciale. La grosse trace marron me répugnait, mais n'avait-il pas essuyé ses pieds en rentrant ce gros porc ? J'étais content de ne pas être dans sa chambre !

« Tu ne peux pas essuyer tes pieds quand tu rentres dans un bâtiment ? »

Je grimaçais vraiment sur les nerfs là, la colère que j'avais refoulé, toutes les petites exaspérations que j'avais laissées de côté depuis mon arrivée ici commençant à revenir à ma mémoire, mon lot e frustration menaçant de me faire exploser. Là, j'étais un peu comme une cocotte minute en fait : j'étais tout doucement montée en pression et cette trace de pieds sur ma chaussure était la goutte qui faisait déborder le vase, l'once de pression qui fit sauter le bouchon déclenchant le sifflement de vapeur de la cocotte. Sauf qu'aucune vapeur ne sortait de mes oreilles.

« Tu viens de ruiner mon devoir là, je n'ai plus qu'à tout recommencer ! T'es content de toi j'espère ? »

Ma voix était dure et tranchante, et en cet instant je n'avais rien de la gentille Taylor que connaissaient Hayate, Lorenza ou Tomoko. Non, là, j'étais en mode : « Tu m'touches, j'te bouffe ». Et s'il osait lever un peu trop le ton je n'hésiterais pas à lui répondre, je n'avais pas peur d'un petit minet comme lui avec son sourire crétin et ses écouteurs aux oreilles. Je raffermis ma main sur mon panier, y plaçant la feuille sale au dessus des autres, agacée par tout ça, vraiment c'était bien le moment que ça arrive, comme si je n'avais que ça à faire de devoir perdre du temps à refaire un devoir qui était presque fini ! Il ne me faudrait plus grand chose pour en venir aux poings là.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mais c'est pas vrai !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: