Partagez | 
 

 She was like the moon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) She was like the moon  Dim 22 Déc 2013 - 23:57


Aoi&Keira ♥
« Leave me alone. »

Le principal talent d'Aoi a toujours été de remarquer ce qui ne se remarque pas. La discrétion attire son regard et attise sa curiosité. C'est un peu ce qu'il s'était passé avec cette fille : Keira, une demoiselle de deuxième année. A diverses occasions, Aoi avait eu l'occasion de la croiser et dès le premier instant l'aura que cette fille dégageait la captiva. Il n'y avait pas de raison particulière, son intérêt était tout simplement tombé sur elle. Raison suffisante pour que cette petite devienne l'un de ses jouets. Mais ne vous méprenez pas, bien que cela me surprenne également : Aoi n'avait aucune mauvaise pensée à son égard. Elle désirait s'amuser un peu et comprendre cette fille, voilà tout. Ni plus ni moins. Peut-être qu'avec le temps, la belle développera des projets pour elle, comme cela lui arrive si souvent avec ses jouets. Quand elle aura réellement compris qui elle est, elle en jouera. Puis une fois lassée, passera à autre chose et se trouvera un nouveau jouet. Une façon de voir les choses sans doute un peu malsaine. Mais moi, narrateur, ait l'habitude de cette façon de raisonner, bien que par moment elle m'étonne encore. Bref, passons.

C'est ainsi que Miss Monde commença à régulièrement embêter la jeune fille. Elle avait dans l'optique de la pousser à bout, aussi doucement que se consume une braise dans un silence de glace. La patience qu'elle possède envers ses jouets est un atout indéniable... Et que y'a t-il de mieux que de venir à la rencontre de quelqu'un de réservé ? Lire la gêne dans son regard était quelque chose qui l'amusait grandement et qui nourrissait son sadisme. La jeune fille était une fille violente, certes, en revanche elle savait tout aussi bien faire preuve de sadisme psychologique comme de sadisme physique. A lire ses lignes, je donne sûrement l'impression de décrire un véritable monstre. Ce n'est pas qu'une impression. Une monstre qui possède néanmoins quelques bons côtés. Il faut juste bien creuser pour les trouver. Beaucoup creuser. Même une pelleteuse aurait du mal à y parvenir. Car dans la tête d'Aoi, il faut être craint pour être respecté et elle ferait tout pour se faire passer pour la pire des mercenaires afin de rester au dessus de tous. La number one ! Quand bien même si un jour elle viendra à aider quelqu'un, cela sera dans une discrétion la plus absolue. Un secret qui ne devra jamais être découvert. Une question de fierté. Voilà pourquoi cette mistinguette du nom de Keira sera son secret. Car derrière ses attitudes de folle dingue, Aoi désirait l'ouvrir au monde. Sa méthode n'était juste pas très orthodoxe.

D'ailleurs, elle ne pensait pas la croiser aujourd'hui. La journée avait commencé paisiblement. Un train-train quotidien dont la jeune femme s'était accoutumée. Elle était allée en cours, une fois de plus elle avait consciencieusement pris note de tout ce qu'il se disait et comme d'habitude Aoi fut une élève exemplaire. En fin de journée, malgré la fatigue psychologique qui commençait à se faire sentir, cette-dernière décida encore malgré tout de faire un petit tour à la bibliothèque afin de mettre un peu d'ordre dans ses cours et de terminer ses devoirs ; quitte à prendre de l'avance. Cahiers et trousse serrés contre sa poitrine, la demoiselle se dirigeait lentement vers la bibliothèque, d'une démarche souple et élégante. Pas comme cette fois-là au centre commercial qu'elle avait parcouru de long en large et en travers tel l'ogre affamé à son réveil. Chantonnant, ses cheveux soyeux lâchés, son petit gloss habillant ses lèvres, ses yeux légèrement maquillés, elle arriva  à destination. La belle partit s'installer à une table à l'écart afin d'être à même de travailler et entama ce qu'elle avait à faire. Les minutes s'écoulèrent. Lorsqu'elle s'aperçut qu'il lui manquait un livre. Grommelant dans sa barbe elle partit à la conquête d'un autre livre dans les rangées de la bibliothèque. C'est à ce moment-là qu'elle l'aperçue : Keira. Assise à une table un peu plus loin. Doucement, les commissures de ses lèvres s'étirèrent en une expression excessivement radieuse. Aoi la dévorait littéralement du regard, faisant mentalement une mise au point de ses obligations et manque de bol : Keira venait de passer au centre de ses priorités.

Sautillante, Miss Monde se dirigea vers elle à la manière d'un petit lutin qui s'apprêtait à vous jouer un mauvais tours. A son aise, la jeune fille tira une des chaises disponibles et s'installa à côté de la jeune fille. Croisant les bras sur la table elle se pencha, aux anges. « Bonjour Keira, comment te portes-tu aujourd'hui ? » Demanda t-elle dans l'immédiat. Dans tous les cas, elle se doutait que la petite n'était pas vraiment ravie de la voir. Mais qu'à cela ne tienne Aoi, elle, était heureuse. Malheureusement.
• HRP


Et voilà, comme convenu ♥ J'ai le cerveau un peu embrouillé j'espère que j'ai pas écrit n'importe quoi D8

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: She was like the moon  Dim 29 Déc 2013 - 12:12

Les choses se déroulaient bien. Je pensais qu'en venant ici ma vie irait mieux. En un sens oui, c'est vrai, ça s'est vraiment passé. J'ai retrouvé ma meilleure amie, j'ai même retrouvé mon père. Moi qui n'avais jamais vraiment connu le plaisir d'avoir des parents, je me rends compte aujourd'hui que mon père n'a pas oublié qu'il avait une fille. Grande découverte. J'avoue que ça m'a fait bizarre au début, mais maintenant je m'y suis fait, j'y ai même pris goût. Bien sur il n'est pas du genre à m’appeler tous les jours, mais il m'envoie des mails parfois et de l'argent aussi pour survivre et m'occuper du lapin. Il trouve que c'est une bonne idée pour moi, même s'il sait que je suis très indépendante, il trouve que ça me rendra peut être un peu plus sure de moi, et qu'en plus ça me fera de la compagnie. Parce que oui, ça par contre ça n'a pas changé, je suis toujours aussi timide et en plus, j'ai toujours une peur maladive des garçons. Je n'y peux rien. Enfin, au moins je ne suis plus vraiment toute seule aujourd'hui, c'est un peu réconfortant. Et puis, j'adore toujours lire, même si en japonais c'est pas toujours facile.

Mais le problème, c'est qu'avec ma tignasse blonde, mon accent à couper au couteau, je ne m'intègre pas vraiment au paysage. Et les japonais ils sont pas tous gentils avec les étrangers, même si heureusement, on est dans une école internationale alors ça se sent un peu moins quand même. Enfin, ce n'est pas comme si c'était un problème énorme. Non, non, moi de toute façon je suis une solitaire un peu, enfin pas totalement, mais un peu quand même. Alors je n'en mourais pas, d'autant qu'en fait dans la chambre ça se passe un peu bien. Un peu plus bien que ce que je ne l'avais imaginé. Mia est très sympa mais bon elle me fait toujours un peu peur quand même. Quant à Mariko, et bien la guerre n'est pas déclarée. Ce n'est pas ma meilleure amie, mais bon. Et puis j'essaie de ne pas trop lui « piquer » Mia. Oui, j'aurais pu le faire pour qu'elle se rende compte de ce que ça fait, mais en fait j'ai trop peur de devoir changer de chambre et rencontrer d'autres gens. Bah oui, je suis un peu trop timide. Enfin, aujourd'hui ça c'est quand même plutôt bien passé ! Les cours aussi. Je réussis de mieux en mieux à écouter et à prendre des notes. Parfois j'arrive même directement à écrire en japonais, pour certains cours, les plus faciles, je n'ai plus besoin de l'écrire en anglais. C'est mieux, ça me prends moins de temps : devoir écouter, comprendre dans ma langue et l'écrire tout en écoutant la suite, c'était compliqué. Alors je regardais parfois un peu sur mon voisin ou ma voisine pour réussir à comprendre e que je devais marquer. Mais la, de plus en plus j'arrive à m'en sortir. Mais j'ai beaucoup travaillé pour réussir hein, faut pas croire !

Et là, je suis à la bibliothèque pour finir mes devoirs. Je ne veux pas aller tout de suite dans ma chambre parce que sinon je vais faire un calin au lapin et je vais oublier de faire mes devoirs. Donc, je les fais à la bibliothèque avant de retourner au dortoir. C'est très grand ici, il y a des milliers de bouquins, un peu comme un paradis. J'en ai deux au coin de la table, parce que je vais les prendre pour les lire. Deux de mes classeurs sont ouverts devant moi, mon classeur de japonais et celui de biologie, mais là je finis mon exercice de mathématiques. Mes cours sont propres, bien écrits, colorés et bien rangés. Ma trousse est ouverte, pleine de crayons de toutes les couleurs. Je regarde parfois l'heure parce que j'aimerais bien voir Dem aussi, et faire un calin au chat. Mais lorsque la chaise est tirée près de moi, le temps semble s'arrêter. Je panique un peu, me demandant qui peut bien s'asseoir près de moi. Et en entendant cette voix, je me raidis, me tassant un peu sur moi même et ma main tenant le crayon se met un peu à trembler. Si seulement, ma vie avait continué à bien aller. Mais non... Il y a toujours des gens pour venir vous pourrir l'existence, comme si c'était amusant. Ça l'est sans doute pour elle, mais elle ne se rend pas compte du calvaire qu'elle me fait vivre. Les cauchemars et la peur au ventre à l'idée de la croiser...

« Bonjour... » J'essaie d'avoir une voix la plus neutre possible « J'essaie de finir mes devoirs... »

Une façon plus polie de lui demander de dégager...
Revenir en haut Aller en bas
 
She was like the moon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: