Partagez | 
 

 Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Sam 12 Avr 2008 - 17:24

Chantonnant, il était déjà là, debout à côté de l'entrée de la bibliothèque, quelques livres sous le bras gauche, son sac sous le droit. Il s'était lavé, avait avalé une barre énergétique et était descendu tranquillement jusque-là... A un peu plus de huit heures et demi du matin... Rat de bibliothèque ? Sans rire ! Petit rappel, on parle de Soshiro, hein ? Le seul et unique "intello" des cinquième année, sifflotant sa mélodie préférée en restant adossé au mur en attendant que la personne chargée du lieu ne vienne ouvrir. Aujourd'hui, le jeune homme s'était vêtu d'une chemise blanc éclatant, une veste gris clair jetée en travers de l'épaule gauche et d'un pantalon marron pâle tombant sur ses converses. Relevant le poignet gauche, il fit tinter sa gourmette sur la petite montre discrète solidement arrimée du même côté. Expression calme, il sourit en relevant la tête, voyant le regard d'abord surpris puis calme de la personne en charge des ouvrages. Oui, il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'un jeune homme qualifié d'intello se pointe en bibliothèque, même s'il n'était que neuf heures du matin. Non, il avait eu beau vérifier, pas de cours annoncé pour ce créneau horaire alors il pouvait prendre tout son temps entre les rayons des ouvrages sentant par endroit le parfum un peu âcre des pages âgées. Faisant son entrée dans l'endroit, le grand jeune homme se dirigea d'abord vers les nombreux ordinateurs aidant à faire les recherches d'ouvrages, les allumant un par un, comme il avait pris l'habitude de le faire depuis peu. Une fois toutes les unités centrales mises en route, il se rendit directement au comptoir où il déposa les ouvrages qu'il venait d'emprunter... Moins de deux jours auparavant... On est un rat de bibliothèque ou on ne l'est pas, hein ?

Revenant à une table bien visible entre deux rayons de livres, le châtain y organisa ses affaires, sortant trousse et compagnie, étalant un peu ses affaires. Chose suivante, il sortit un petit carnet aussi long que sa main dans lequel il avait inscrit des noms de livre qu'il avait déjà emprunté. Cela aurait été stupide de relire la même chose une nouvelle fois. Depuis son arrivée, il avait quand même noirci une vingtaine de pages sur les deux-cents du carnet... Relisant rapidement la liste, il se rendit devant l'un des ordinateur et tapa plusieurs recherches dont "plats du monde", "histoires de fantômes", "chronologie du Japon". Quelques mots clé lui donnant accès à une série d'ouvrage qu'il choisit un peu au hasard, notant les cotes et parcourant les rayons à leur recherche. Le nez levé, il tendit le bras pour attraper un roman horror-fantastique, prenant soin de ne pas planter ses petits ongles dans l'épaisse couverture bleue craquelée par endroits.



Encore deux autres...

Suivant sa liste, il alla chercher les ouvrages restant sur la cuisine d'Okinawa et les mémoires d'un historien du XVème, livre réédité et sans doute corrigé depuis. Ses ouvrages en main, le châtain alla poser le tout sur la table, ôtant la poussière quelque peu collée aux pages. Pas encore assis, il était déjà penché sur l'histoire de fantôme, ne prenant pas la peine de lire le résumé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Dim 13 Avr 2008 - 20:06

Huit heures du matin, une heure où d’habitude les élèves avaient cours, mais pour une certaine classe de 5ème année, ce créneau était vide, les élèves étaient libre et certain dormaient encore dans leur chambre, dont le jeune démon qui était seul dans sa chambre, même s’il avait trois autres colocataires, il ne les avait pas encore rencontré et ils ne s’étaient pas encore installé, chose bizarre quand on savait qu’ils étaient inscris depuis longtemps déjà. Le jeune blond dormait paisiblement dans son lit, pour seul habit un caleçon sur le corps, il n’était pas du tout enclin à se réveiller maintenant mais son réveil n’était pas du même avis.

Il était encore tôt dans la matinée, le soleil illuminait de ses rayons le pensionnat de Kobe, la plupart des élèves étaient déjà dans leur salle de classe respective, mais certains restaient dans leur lit en train de rêver à diverses choses, ces élèves étaient ceux de la cinquième année, classe qui n’avait pas cours la matinée. Haruki faisait partie de cette classe et il profitait pleinement de ce trou car il dormait encore, tranquillement dans son lit. Mais soudain, un bruit strident, un bip énervant retentit juste à côté de ses oreilles, ce bruit se stoppa en quelques secondes dans un « crac » qui se traduisait par « Haruki qui voulait dormir encore une heure envoya valser le réveil qu’il n’avait pas éteint dans le mur et le pauvre appareil se brisa en plusieurs morceaux pour retomber sur le sol ».

Le blond soupira, encore endormi, mit ses deux mains sur son visage, les fit glisser avant de se redresser, se mettant assis sur son lit. Il attrapa les draps qui le recouvraient et les envoya balader à l’autre bout du lit d’un geste légèrement endormi. Il se tourna et mit ses deux pieds sur le sol avant de poser ses bras sur le lit pour s’aider à se relever. Après s’être levé, il frotta son œil droit avec la paume de sa main, regarda un peu autour de lui et se dirigea vers sa commode qu’il ouvrit. Il prit un nouveau caleçon, un tee-shirt noir, son sweet violet, son pantalon noir avec sa ceinture blanche et son nécessaire de toilette. Après s’être bien préparé, il se dirigea vers la salle des douches, en caleçon, il regardait tous les élèves dans les couloirs avec son éternel sourire en coin et tous les regards l’évitaient.

Dix minutes plus tard, il sortit de la salle des douches, tout habillé, avec sa trousse dans les mains et la serviette sur son épaule. Il revint dans sa chambre et rangea ses affaires dans leur endroit respectif. Ensuite, il avança vers sa table de nuit, l’ouvrit et en sortit une boite de chewing-gum sans sucre qu’il adorait. En prenant deux dans sa main, il les mit dans sa bouche, rangea la boite dans la table de nuit qu’il ferma et se redressa, les mains directement dans ses poches. Réfléchissant quelques secondes, l’ombre d’un sourire se dessina sur ses lèvres, il savait ce qu’il allait faire pendant cette matinée : il allait retrouver le jeune brun qui l’avait accompagné jusqu’à sa chambre. Il se souvint qu’il le trouverait soit dans sa chambre, soit à la bibliothèque. Excluant le premier choix car il n’avait pas envie de voir les colocataires, il se dirigea alors vers la porte de sa chambre, l’ouvrit, s’engagea dans le couloir en fermant la porte derrière lui puis il se dirigea vers la bibliothèque à l’étage inférieure.

Après être descendu, toujours les mains dans les poches, il emprunta le chemin pour la salle des livres, mâchonnant toujours son chewing-gum sans sucre, il regardait autour de lui pour trouver les panneaux d’indication mais trouva la destination assez facilement. Il enleva sa main droite de sa poche et ouvrit la porte de la salle avant de s’engager et de remettre sa main dans son antre, laissant la porte se refermer. Il regarda autour de lui et remarqua le jeune brun, penché devant une table, en train de lire quelque chose. Il s’avança vers lui, sans faire de bruit, puis s’arrêta juste derrière et lui fit un sourire avec toutes ses dents avant de prendre la parole :

« Rat de bibliothèque alors ? … »
Il resta comme ça, attendant une réponse de son camarade de classe.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Dim 13 Avr 2008 - 21:02

Penché sur la table, le châtain lisait avec attention le prologue de l'histoire. Il devinait déjà que l'histoire allait se dérouler à travers le regard d'une jeune personne, une jeune fille au regard assez cassant sur le monde de l'époque. Apparemment, dès les premières lignes, elle annonçait la couleur par une phrase courte... "Ce matin-là, je ne sentis plus rien mais pouvais voir distinctement mon corps en contrebas, blanc comme la neige autour." Rien qu'avec ce peu d'indice, Soshiro s'intéressait à l'histoire, imaginant déjà quelque hypothèse sur le passé de cette personne disant une ligne plus tard qu'elle ne regrettait pourtant aucun de ses gestes. Tournant la page, doucement pour éviter de briser son rythme de lecture et le papier granuleux sous les doigts. L'histoire se passait dans l'Europe des deux siècles précédents visiblement mais le jeune homme n'avait pas encore réussi à trouver le nom du premier protagoniste qu'il perçut la porte pivoter. N'y prêtant pas plus attention, parce qu'après tout c'était normal que des gens fassent leur apparition dans un lieu ouvert à tous les élèves et personnes de l'établissement, le jeune homme repartit dans sa lecture, passionné déjà par cette histoire mêlant meurtres inexpliqués et chasseurs de démons. Et bien quoi ? Ce n'était pas parce qu'on était avant tout porté sur les études que l'on ne pouvait pas avoir de goût moins "terre-à-terre". D'accord, ce n'était peut-être pas l'expression la plus adéquate mais peu importait. Alors qu'il allait entamer un nouveau paragraphe, il entendit une voix bien reconnaissable qui le fit sursauter tant il s'était déjà plongé dans l'histoire.



Il ne lâcha pourtant pas un bruit suspect et retrouva bien vite un visage amical tandis qu'il se rappelait à qui cette voix appartenait. Attrapant un crayon, il plaça le petit objet entre les pages de l'ouvrage, mémorisant tout de même le numéro, tout en s'adressant à son camarade. Sa voix laissait déjà passer la bonne humeur dont son visage était témoin.


Tout à fait exact.

Ohayo, "Akuma-kun" si tu permets que je t'appelle comme cela.


Refermant son futur emprunt, s'il n'avait pas déjà fini de le lire avant le prochain cours, il se redressa et tourna le dos à la table, faisant face à son camarade de cinquième année. Apparemment son interlocuteur avait opté pour une tenue un peu plus décontractée ou moins sombre en tous cas, avec son sweet violet. Le fugitif moment de surprise passé, le châtain se questionna sur la présence de ce garçon dans un tel endroit puis songea qu'il était peut-être juste venu lui demander certaines choses sur les cours. S'il était là pour le harceler, il serait déçu de savoir qu'on abat pas le jeune Tanigawa aussi facilement. S'il avait juste besoin de quelqu'un avec qui parler, il avait choisi la bonne personne. Un sourire amusé se dessina sur le visage du jeune homme tandis qu'il regardait l'expression de son interlocuteur.



Je ne pensais pas que tu te lèverais si tôt aujourd'hui.

Dois-je en conclure que tu es "tombé du lit" ?

Je suis content de voir...


Le châtain se tournait vers ses affaires et les poussait un peu, prenant une chaise pour lui et laissant de la place si le blond voulait s'asseoir à son tour, à côté ou en face. Retirant la veste grise qu'il avait sur l'épaule, il plaça cette dernière sur le dossier de sa chaise.

Voilààà... Que tu ne m'as pas pris en grippe.

Le sourire qu'il lui adressait n'avait rien de feint et visiblement, même s'il avait semblé surpris par la présence de son camarade, il était content de le revoir. S'asseyant, il posa ses mains sur la table, comme invitant Haruki à s'installer s'il le voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Lun 14 Avr 2008 - 18:12

Son sourire « Colgate Démon » sur les lèvres, les mains dans les poches, le jeune démon restait derrière son camarade de classe qui était en train de lire, penché en avant sans avoir pris la peine de s’asseoir, ça pouvait lui valoir un bon mal de dos s’il restait trop dans cette position. Ce jeune brun n’émit aucun bruit de surprise mais avait un visage qui traduisait une légère surprise, chose que le blond ne pouvait pas voir vu qu’il était face au dos du premier. Celui-ci attrapa un crayon en bois et s’en servit comme marque-page, le mettant sur la page où il s’était fait interrompre puis en refermant le livre au dessus, tout cela en s’adressant à Haruki d’une voix traduisant sa bonne humeur. Celui-ci eu une légère mine amusée quand Soshiro l’appela par son surnom mais en rajoutant un suffixe, « -kun », celui pour les amis.


« J’suis dans un bon jour… »

Phrase dite sur un ton très légèrement plus adouci que d’habitude, il n’avait pas trop envie de se montrer (trop) désagréable avec quelqu’un qui l’intéressait et qu’il avait envie de connaître. Le jeune brun fit dos à la table, se retrouvant face au blond qui avait repris son air froid, mais l’ombre d’un sourire persista quand même sur ses lèvres, il ne pouvait cacher sa satisfaction d’avoir trouvé quelqu’un à qui s’intéresser. Ce jeune brun avait revêtit ce jour-là une éclatante chemise blanche et un pantalon marron pâle tombant sur des converses. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres alors qu’il s’adressa au jeune démon qui ne put s’empêcher de sourire en coin à la question…tomber du lit n’était pas le mot, c’était plutôt réveillé par un réveil qui n’était plus de ce monde.

Soshiro se tourna vers ses affaires pour les pousser un peu avant de prendre une chaise, laissant une pour le blond s’il voulait s’asseoir. Ce jeune brun retira la veste de son épaule, la plaça sur le dossier de sa chaise tout en finissant sa phrase qui eut pour effet de dessiner encore un sourire en coin au jeune démon qui trouvait son camarade de classe de plus en plus intéressant, une bonne humeur increvable émanait de ce brun. Celui-ci affichait un sourire non factice, rempli de sincérité et de bonne volonté, puis prit place sur la chaise où sa veste était accrochée et posa ses mains sur la table, semblant inviter Haruki à s’asseoir.

Celui-ci, sans se faire prier, attrapa la chaise en face de lui avec sa main droite préalablement sortie de sa poche et l’enleva de dessous la table, la mettant à côté de lui. Il prit place dessus et, comme à son habitude, plaça ses pieds sur la table, croisant les bras devant son buste en regardant Soshiro avec un petit sourire en coin, mélangé à un sourire intéressé. Il inspira légèrement avant de prendre la parole d’un ton légèrement plus adouci :

« Pour ce qui est d’être « tombé du lit », Kuso-sumialu, c’est plutôt « réveillé par un réveil qui n’a pas été désactivé et qui n’est plus de ce monde en ce moment même » … »

Un léger rire démoniaque lui échappa, toujours son humour noir qu’il fallait apprécier.

« Je ne suis pas venu ici pour te tyranniser t’inquiètes pas, la tyrannie n’est plus au goût du jour…je suis venu ici pour te voir figures toi… »

« Tu m’as l’air de quelqu’un qui vaut le coup qu’on s’intéresse à lui, une joie de vivre presque inépuisable, une très grande bonté d’âme et le courage de m’avoir aidé… »

« J’aimerai savoir, pourquoi es-tu aussi « positif » ?»
Il resta comme ça, fixant le jeune brun avec l’ombre d’un sourire intéressé dessinée sur ses lèvres, il attendait des réactions et des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Lun 14 Avr 2008 - 21:48

Assis tranquillement, ayant un camarade intriguant avec qui discuter comme il le voulait étant donné qu'ils étaient les seuls élèves présents, Soshiro était de très bonne humeur. Rapidement, le blond prit ses aises, suivant l'invitation de l'intello et mettant pieds sur la table un petit moment après avoir avoué être dans un bon jour. Dans ce cas, pas de stress inutile, surtout en compagnie de Soshiro à l'aura si calme qu'on pourrait la croire apte à apaiser un ouragan... Et vu qu'il avait face à lui une vraie tornade blonde, il n'y avait sans doute rien de plus approprié... Ne faisant aucune remarque sur l'attitude de son interlocuteur, parce qu'il avait déjà vu pire, il patienta jusqu'à ce que ce dernier soit bien installé et prenne la parole de lui-même. L'attente fut de courte durée, son camarade décidant d'éclaircir le mystère de son éveil à cette heure de la matinée. Mentalement, le châtain adressa une pensée à ce pauvre réveil victime de la mauvaise humeur matinale mais eut tôt fait de positiver en se disant que les fabrications à la chaîne réglaient rapidement le problème. Qu'est-ce que cela aurait été s'il ne s'était s'agit d'un réveil mais d'un coq ? Pauvre bête... Non, mieux valait éviter d'y songer. Avec une dentition aussi exceptionnelle, nul doute qu'il en aurait vite fini... Ne venait-il pas de se dire qu'il ne fallait pas y penser ? Araaa... Après un rire qui aurait glacé le sang d'un élève normalement constitué, "Akuma-kun" reprit la parole, n'ayant pas été interrompu par l'intello qui n'en gardait pas moins une expression amicale. Il ne broncha pas lorsque le rebelle lui assura ne pas être venu le tyranniser, souriant toujours avec gentillesse. Après tout, si le blond avait voulu le harceler ou autre, il aurait d'abord du réussir à casser la barrière positive du jeune homme, ce qui était loin d'être une mince affaire ! Au contraire, son camarade de classe lui affirma être là juste pour le voir, le trouvant intéressant. Intéressant ? Des deux c'était tout de même ce garçon aux grandes oreilles et dents effilées qui sortait le plus de l'ordinaire !

Presque sans prendre le temps de respirer, il continua sur sa lancée, le décrivant comme quelqu'un de super positif, chose qui, en plus d'être visible, était totalement vraie. Après ce moment de paroles sortie de l'enfer ou plutôt de la bouche de cette personne, une question fut tout bonnement posée. Soshiro ne s'y était pas vraiment préparé mais ne semblait pas vraiment déstabilisé. Il eut juste une fraction de seconde un air curieux et entrouvrit les lèvres pour laisser passer sa voix, aux intonations douces et calme, contrastant parfaitement avec le ton de son interlocuteur.




Haha ! Voilà bien une question à laquelle je ne m'attendais pas.

Cela semble te surprendre que je sois ainsi.

Pour répondre à ta question...


Soshiro s'assit droit sur sa chaise, mains posées sur les cuisses, penchant légèrement la tête sur le côté. Un sourire se dessina sur ses traits, qui n'avait lui non plus rien de feint, un sourire réconfortant, un peu dans le style grand frère expliquant quelque chose de compliqué à un cadet. Son attitude entière semblait dire "tu n'as rien à redouter de moi" tandis qu'il reprenait la parole.

C'est tout simplement que je n'ai rien qui me pousse à la négativité...

Et puis, j'aime prendre soin des autres. Si je suis déprimé ou pire, comment pourrais-je aider quelqu'un ?

J'en ai vu beaucoup dans ma vie mais si on ne cesse de repenser aux mauvaises choses, on ne peut pas vraiment aller de l'avant, n'est-ce pas ? Personnellement, si je fais des études ici c'est parce que mon ancien lycée a été brûlé.

Mais toi, Akuma-kun ? Si j'en juge par ton léger accent, tu n'es pas d'ici non plus.


Soshiro souriait avec calme, sérénité, un peu comme si ce qu'il avait dit n'attendait pas véritablement de réponse. Haruki pouvait répondre ce qu'il voulait, mentir ou demeurer silencieux, il était clair que l'intello n'était pas du genre à se vexer pour si peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Jeu 17 Avr 2008 - 19:48

Les bras croisés devant son torse, les pieds sur la table, l’ombre d’un sourire intéressé sur le visage, le jeune démon regardait le jeune intello qui était assis à côté de lui, attendant patiemment des réponses à ses interrogations. Cette question sembla légèrement déstabilisée Soshiro qui afficha, l’espace d’un instant durant une fraction de seconde, un air curieux avant d’entrouvrir les lèvres pour laisser passer sa voix dans une intonation calme et sereine, à l’inverse de celle du démon. Cette surpris de part la question, ce jeune brun la confirma en parole, dessinant ainsi un léger sourire en coin sur les lèvres d’Haruki qui ne perdait pas une miette des paroles de son interlocuteur car, il l’avait même dit, celui-ci l’intéressait grandement, il n’avait jamais vu un cas comme le sien et ça l’intriguait, quelqu’un qui ne perdait pas sa bonne humeur face à ces assauts de désolation qui en faisait pâlir plus d’un, il gardait même le sourire, à croire que la négativité ne l’atteignait pas, qu’il avait un bouclier « anti-moins ».

Faisant durer le suspense de sa réponse, le jeune intello s’installa droit sur sa chaise, déposant ses mains sur ses cuisses, puis pencha légèrement la tête sur le côté dans une expression réconfortante, un sourire de cette nature sur son visage, à croire qu’il était « le grand frère de tout le monde », son expression avait l’air de dire « Ne me redoute pas, je n’ai rien pour te faire peur », puis il reprit la parole, écouté par un Akuma attentif qui ne perdait pas une seconde des paroles de ce jeune brun qui était quand même très bien censé. Comme il le disait si bien, si on aimait aider les gens, on ne pouvait le faire seulement en étant dans un état apte à cet acte, donc il ne fallait pas être déprimé, ni être attiré par la négativité, le contraire du blond qui était un aimant.

La question que Soshiro posa, Haruki ne s’en doutait vraiment pas, vouloir savoir sa provenance à cause d’un malheureux petit accent qui faisait la différence entre les gens de Kobe et des alentours. Le jeune démon soupira d’ennui, lui qui ne voulait pas dire d’où il venait à moins d’avoir une pleine confiance en quelqu’un, le voilà être questionné par quelqu’un qui ne le connaissait que depuis une journée, ça l’énervait légèrement mais comme ce jeune homme était d’une gentillesse extrême et qu’il lui avait montré le chemin jusqu’à sa chambre, il ne pouvait refuser de lui dire d’où il provenait. Il tourna alors la tête vers le jeune intello et, inspirant légèrement, lui répondit :

« Je partage ton idée concernant la négativité, si tu aimes aider les autres, il ne faut pas que tu sois dans le même état, ou pire, que ces personnes…. »

« Parfois, faut reculer dans le passé pour mieux avancer dans le futur, savoir où l’on a fait des erreurs et les réparer pour vivre dans un monde un peu plus meilleur que dans celui qu’on vit… »

« Pour le léger accent, c’est une chose que je n’avais pas fait attention…pour la simple et bonne raison que je n’avais pas entendu de gens me parler depuis mon départ, à part toi. Concernant ma scolarité ici, c’est à cause d’un go… »


Subitement, l’image de ce gosse de riche lui revint en mémoire, l’odeur même de l’alcool lui remontait au nez, une odeur désagréable de whisky mélangée à un autre alcool fort, il revoyait son air supérieur, son costar mal ajusté et ses deux gardes du corps. Il se remémorait cette soirée avec un rictus sur la tempe, il sentait un profond agacement, une rage montait en lui à chaque seconde qu’il revoyait la scène devant ses yeux, cette raclure en train d’essayer de toucher son fusil automatique, les gardes du corps se jetant sur lui car il n’était pas du même avis que leur chef, ça le rendait malade. D’un coup, dans une fraction de seconde, le jeune démon posa pied à terre, vachement agacé, et tapa un grand coup sur la table dans un fracas très bruyant, il devait évacuer cet agacement sinon il pourrait faire beaucoup de mal autour de lui.



[Imagine qu'il tape la table avec sa main, pas avec un ordinateur XD]

Ensuite, il se rassit sur sa chaise, toujours cet air agacé sur son visage, le froid émanant de son aura. Il tourna la tête vers l’intello et, inspirant un bon coup, il reprit la parole, une voix légèrement tremblante à cause de l’adrénaline soudaine :

« E…excuses moi pour ça, j’ai repensé à la circonstance de mon envoi ici. J’allais te dire que j’étudie dans ce pensionnat pour…cause judiciaire. C’était ça ou…ou la prison pendant quelques mois à cause d’un gosse de riche grisé… »

Il baissa la tête, l’air toujours aussi agacé, et serra les dents après avoir reprit une dernière fois la parole :

« J’viens du Kantô, Deimon… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Jeu 17 Avr 2008 - 21:01

Suite à son explication, Soshiro s'attendait davantage à un simple geste de la part du blond en guise de réponse bien qu'il soit déjà au courant qu'il avait à ses côtés un être peu commun. Il venait tout de même de lui expliquer ce qui faisait un pilier de sa philosophie et de sa façon d'être après tout... Néanmoins, encore plus maintenant, le jeune homme était content, ayant entendu son interlocuteur partager son point de vue sur la négativité. Il avait donc bien fait d'adopter la logique "les apparences sont bien souvent totalement à côté de la plaque", ayant la sensation qu'il pourrait passer de bons moments avec ce rebelle... Ou peut-être était-il un tantinet trop positif, c'était possible aussi. A sa question cependant, il l'avait vu pousser un soupir et se disait qu'il n'obtiendrait sans doute pas de réponse, lui faisant reporter toute son attention sur les dires de son camarade. Après avoir appuyé son point de vue sur la négativité, il venait d'ajouter quelque chose de lui-même, avec un air presque... Intérieur ? Immédiatement, Soshiro remarqua ce détail, furtif mais malgré tout totalement visible par quelqu'un dont l'une des principales préoccupation était de rendre le sourire à ses proches et moins proches. "Réparer des erreurs" avait bien plus de sens dans la bouche d'un rebelle que d'un élève somme toute banale, signifiant qu'il avait sans doute fait une belle c*nnerie et devait payer les pots cassés. Quelques secondes plus tard, il était en train de confirmer l'hypothèse du châtain au sujet de son transfert somme toute tardif dans ce bahut. Il était en train d'en aborder la cause quand soudain il se figea, son regard fixé au loin et en même temps reflétant une intériorisation certaine. Cette raison qui l'avait fait venir à Kobe semblait ramener des souvenirs assez peu agréables, visible au léger tremblement secouant sa main, au froncement de ses sourcils et surtout à la petite veine apparaissant sur sa tempe.

L'intello songea qu'il allait exploser d'une façon ou d'une autre et s'attendait même à entendre le caractéristique "SNAP" de la perte de contrôle, gardant les mains sur ses cuisses. En moins de temps qu'il n'en fallut pour le dire, le blond aux dents aiguisées bondit sur ses pieds, se levant de toute sa taille sous les yeux de l'autre dernière année, abaissant violemment son poing sur la table. Soshiro ouvrit légèrement les yeux devant ce geste ressemblant plus à un acte spontanné qu'une volonté de violence évidente.



Sans avoir encore ouvert la bouche pour lui parler, il attendit que son interlocuteur se rassoit, l'entendant lui parler de nouveau, expliquer ce qui avait motivé son geste. C'était ça ! Alors l'Akuma s'était retrouvé empêtré dans une affaire impliquant la justice et n'avait pas eu d'autre choix... Il l'écouta jusqu'au bout, apprennant son lieu d'origine. Oui, comme il s'en était douté, il n'en avait pas vraiment entendu parler dans son coin glacé du Japon... Regardant son interlocuteur baisser la tête, il lui sourit avec chaleur, comme si sa propre aura douce et réconfortante pouvait à elle seule dissiper cette humeur horrible. Lentement, comme pour ne pas le brusquer après son coup de colère, il reprit la parole, très doucement, avec son ton amical mais loin d'être de la pitié.


Arigato, Akuma-kun, pour avoir été franc.

Je suppose que l'acte du jugement mentionnait quelque chose comme "Pas de dérives ni de nouvelles violences sous peine d'aller simple en prison".

Ce qui est fait est fait de toute manière. Inutile de revenir dessus encore et toujours mais ce serait se mentir que de se dire que rien n'est arrivé. Mais vu qu'on est dans la même classe, je ferai ce que je peux pour t'éviter de laisser libre cours à ton agacement... En public du moins.


Il souriait amicalement, encore et toujours, comme une sorte de gardien ou de jeune adulte tentant de faire comprendre qu'il était du côté de son interlocuteur. A son expression, on pouvait deviner que le fait de se trouver face à un délinquant ne l'apeurait pas, même si les propos du blond pouvaient laisser planer quelques doutes sur la gravité de l'affaire. Non content de ne pas être effrayé, Soshiro se comporta... Comme Soshiro en fait, en regardant le poing ayant frappé la table auparavant. Tendant légèrement la main dans sa direction, invitation amicale, il désigna ladite main avec un air concerné.

Ca va ? Ta main je veux dire. Tu as frappé la table avec tant de violence que j'ai presque entendu le bois craquer.

Oui, il était visiblement inquiet comme le serait quelqu'un envers une personne qu'il connaissait depuis toujours. Pas de pitié ou de compassion, juste une honnête inquiétude pour son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Jeu 17 Avr 2008 - 22:28


Cette sensation…cette frustration…cette nostalgie…rendait l’humeur du jeune démon encore plus basse qu’elle ne l’était, l’impression d’avoir fait une énorme connerie dans sa vie se faisait sentir, même si ce n’était qu’une coïncidence d’avoir rencontré ce gosse de riche grisé, il aurait peut-être du lui laisser toucher son arme, au moins il ne serait pas dans cet établissement contre son grès et aurait participé à son dernier match…il ne savait même pas le résultat, si son équipe marchait ou non avec un capitaine qui n’avait pas pu désigner, vu comment il était parti…comme un voleur, sans rien dire à ses parents, ni même à son ami de toujours, sans rien dire à personne. Il ne se demandait même pas s’il manquait à quelqu’un, il avait déjà une réponse toute faite, il ne manquerait à personne, même pas à ses coéquipiers qui allaient l’oublier facilement, enfin c’était ce qu’il pensait.

Il resta dans sa position, la tête baissée, les deux mains posées sur ses cuisses en les serrant légèrement, mais il sentait quelque chose l’entourait, une aura bienveillante, que la négativité fuyait, dont la chaleur était sa compatriote, quelque chose qui pouvait redonner le sourire au plus déprimé de tous. Le jeune démon réussit, par un effort dont le courage et la fierté ont bien aidé, à lancer un regard au jeune intello qui était celui qui émanait cette aura, il affichait un sourire amical aux lèvres, pas celui que beaucoup de monde aurait dans cette situation, un sourire dénué de toute pitié. Ces dires étaient aussi sincères que son sourire, même une phrase prêtait légèrement à sourire mais la situation n’était pas au rire mais plutôt à la déprime et à la consolation. La première phrase de la dernière tirade que Soshiro lui adressa était sans doute la plus…vraie que Haruki n’avait jamais connu, « à trop regarder en arrière, on s’enlise dans le passé et n’avance plus dans le futur ». La dernière en était un peu plus risible, mais il ne souriait pas comme à son habitude d’un sourire en coin, il restait sur son air agacé, froid avec les dents serrées. L’idée d’un « garde fou » ne le dérangeait pas, ça l’intéressait presque, vu qu’il serait avec lui pendant plus de temps pour apprendre à mieux le connaître, ça irait presque à lui redonner le sourire.

Les deux jeunes hommes restaient à leur place, se fixant toujours, l’un avec un sourire amical sur les lèvres, comme un gardien ou un éternel grand frère, l’autre avec l’air froid, agacé, comme un jeune homme en plein dans une déprime. Celui-ci fut encore surpris par son interlocuteur, l’air qu’il affichait laissait dire qu’il ne craignait pas d’être avec quelqu’un qui avait déjà eu affaire avec la justice. Le jeune intello tendit légèrement la main vers le rebelle, fixant le poing qui avait tapé la table avec force, il était rouge et lui faisait un peu mal, mais il n’avait sans doute rien de casser. Ce jeune homme était, semblait-il, inquiet par l’état de la main de son interlocuteur, ça se sentait dans ses paroles. Il était légèrement surpris que quelqu’un, en plus d’être gentil avec lui, s’inquiète pour lui, il n’avait jamais rencontré personne d’aussi bon.

Ne pouvant refuser l’inquiétude que Soshiro portait pour sa main, Haruki la tendit doucement vers ce jeune homme, restant toujours avec cet air froid sur le visage, mais il changea doucement en un air un peu plus amical, ses dents se desserrèrent doucement, les doigts de son autre mains se décrispèrent, libérant ainsi sa cuisse, et son éternel sourire en coin se dessina sur ses lèvres, signe qu’il allait mieux. Mais, sans trop savoir pourquoi, le deuxième coin de ses lèvres se souleva, dessinant non pas un sourire en coin mais un sourire de remerciement.

* « Je n’imaginais même pas…dire une fois cette chose… »*


« Et toi…merci pour ton inquiétude…et ta gentillesse… »
Un démon remerciait un ange, une chose très rare mais que, ce jour-là, se passa sans trop de problème.

« Ma main est juste rouge, une légère douleur l’anime mais je pense que je n’ai rien de casser… »

Il pensait oui, car sa main pouvait gonfler d’un moment ou un autre et ça annoncerait qu’il devrait aller à l’infirmerie, ou même à l’hôpital, pour se faire mettre un bandage autour de la main.
« T’es vraiment un bon gars… »

Ca, il n’en pouvait s’empêcher de le lui dire, c’était une vérité qui sautait aux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Jeu 17 Avr 2008 - 23:26

Soshiro tendait sa main vers son interlocuteur, jamais par pitié, encore moins par compassion qui l'aurait à force fait devenir hypocrite ou imbu de lui-même. Non, il n'avait jamais été ainsi, il était honnête envers lui-même, traitant chaque personne qu'il rencontrait comme quelqu'un pouvait devenir foncièrement un proche. Et là, justement, il avait à côté de lui un garçon au premier abord inébranlable mais dans le fond, son expression glacée en disait assez long pour remplacer les mots. Patientant, sachant très bien que le blond pouvait refuser cette main ou même la gifler s'il se pensait pris en pitié, le châtain conservait cette légère inquiétude sur le visage. Après tout, n'était-ce pas normal de s'en faire si un camarade se blessait ou n'allait pas bien ? Bien spur il aurait pu dire "c'est de sa faute, je n'ai rien à y voir"... S'il n'était pas tout bêtement qui il était. Lentement, il perçut la mâchoire de son interlocuteur se décrisper, bon signe même si son visage restait quelque peu fermé. La main rougie se tendit ensuite dans sa direction tandis que le blond reprenait la parole. Eh oui, s'il n'avait pas été qui il était, Soshiro aurait été surpris d'entendre un remerciement de la part de quelqu'un ayant fait fuir les élèves du hall à son arrivée et l'avait marqué d'un coup de pied au postérieur. Vexé ? Non, absolument pas. Il y avait seulement vu une façon de le remercier sans "s'abaisser" à utiliser des mots. Attentif à ce que son camarade lui disait, il ne regardait pas encore la main, prenant un court instant une expression à la limite du sourire de soulagement tandis qu'il percevait un sourire fendre le visage agacé. Remarquant finalement que le blond lui avait tendu la main, il se tourna vers lui et se rapprocha un peu, prenant avec délicatesse la main par le poignet. Tandis qu'il observait, il usa les doigts de sa main gauche pour légèrement palper les os à l'endroit de la rencontre avec la table. Avec régularité, il levait les yeux, veillant à ne pas appuyer avec trop de force.

Doucement, le visage penché vers la paume, il sentit toute la zone colorée de rouge, vérifiant les os, les articulations et comme il le pouvait les tendons. Ayant frappé avec cette main, ce devait être son côté directeur... Et tenir un stylo avec une main blessée n'était pas pratique pour prendre les cours et se sortir les idées noires de la tête. Après ce court examen, durant lequel l'employé était venu jeter un coup d'oeil sur les responsables de ce bruit, Soshiro poussa un souffle soulagé.




Tu ne t'es pas retenu mais apparemment rien de cassé, en effet.

Cela m'aurait embêté que tu te blesses, surtout si je suis juste à côté.


Plaçant ses deux mains autour de celle meurtrie du blond, comme en protection, Soshiro inclina légèrement la tête, trouvant qu'il était plus pratique de lui faire savoir certaines choses tant qu'il y avait peu de monde autour pour voir l'état dans lequel le rebelle se trouvait.

Je ne sais pas ce qui te trottes exactement dans la tête. Je ne suis pas télépathe après tout.

Maintenant, je ne peux pas te changer et de toute manière ce n'est pas mon but. Je veux juste que tu retrouves un peu d'entrain et de bonne humeur.

Je ne te demande pas de me dire tout ce qui t'agaces si tu veux le garder mais je suis là au besoin. Ce jugement peut te sembler horrible, et il doit l'être à tes yeux mais il peut te permettre de repartir sur d'autres bases. Après, qu'il s'agisse de bonnes ou de mauvaises, cela dépend surtout de toi et de ta motivation.


Doucement, il relâcha la main qu'il tenait pendant tout son discours puis se redressa et finit par sourire avec une sorte de dynamisme, de totale confiance en soi. Levant ses deux mains, il les agita légèrement, plissant les yeux.

Pas la peine de tout retenir. Disons juste que je suis content d'avoir fait ta connaissance, Haruki-kun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Ven 18 Avr 2008 - 0:53

La main tendue vers le jeune intello, un sourire de remerciement sur le visage, notre jeune démon regardait l’autre jeune homme qui ressemblait à un ange de part sa bonté et son aura bienveillante, n’ayant jamais rencontré une personne comme lui…mais heureux de l’avoir rencontré, même s’il aurait aimé faire connaissance dans d’autres circonstances qu’à cause d’une décision judiciaire. Ce jeune brun, après quelques secondes, se rendit (enfin) compte que le blond lui avait tendu sa main meurtrie par le violent coup sur la table, il se tourna vers celui-ci et approcha sa chaise en même temps que lui. Ensuite, il lui attrapa délicatement cette main par le poignet et, tandis qu’il le regardait, usa ses doigts de sa main gauche pour légèrement tâter les os à l’endroit où elle avait tapé la table, tout, avec une régularité, levant les yeux pour veiller qu’il n’appuyait pas trop fort. Haruki, à chaque fois qu’il captait son regard, hochait la tête, lui assurant que tout allait bien.

Il examinait chaque parcelle de la partie rouge de la main, vérifiant chaque os, articulation et tendon comme il le pouvait avec seulement pour instrument sa propre main. Le jeune démon, en plus, n’avait pas fait attention que cette main était celle qui se servait pour écrire…et pour passer, s’il se l’était blessé, ça lui aurait valu une légère déprime car il n’aurait pas pu passer pendant quelques semaines. Après ce bref examen, pendant lequel un employé était venu jeter coup d’œil sur les responsables du puissant bruit, le jeune intello laissa échapper un soupire de soulagement avant de prendre la parole, soutenant les dires du blond sur l’état de sa main et en lui disant son inquiétude s’il s’était blessé, surtout s’il était à côté. A cette phrase, Haruki eu un léger sourire en coin avant de frémir très légèrement : Soshiro, comme s’il voulait protéger la main meurtrie, l’avait entourée de ses deux mains pour former un semblant de boule autour de cette main, puis il inclina légèrement la tête avant de préciser des petites choses à son interlocuteur. Celui-ci fut encore une fois surpris par son camarade de classe, il serait là au besoin…il ne se connaissait que depuis une journée et ce jeune homme se mettait déjà à disposition d’un démon qui avait besoin d’aide. Cette proposition fit chaud au sombre cœur de glace de ce démon qui accentua légèrement son sourire, signe d’intéressement mais qui dissimulait une légère joie.

Après ces paroles, le jeune intello lui lâcha doucement la main, se redressa et afficha un sourire d’une sorte de dynamisme, de totale confiance en soi. Il leva les mains et les agita devant son visage en reprenant une dernière fois la parole. Sa dernière phrase fut comme un choc pour le jeune démon, qu…quelqu’un qui était heureux d’avoir fait sa connaissance, utilisant le suffixe « -kun » à la fin de son prénom, seul son ami de toujours faisait cette chose là. Mais un sourire en coin se dessina sur ses lèvres, semblant amusé par l’expression du brun, ne se manquant pas de lui faire remarquer sur un ton mélangeant amusement et froideur :

« Si tu gardes cette attitude, c’est sûr ! J’vais retrouver de la bonne humeur…mais ça te rend ridicule ! »


De la taquinerie, rien de plus ni de moins, juste de la taquinerie de la part d’un démon qui riait démoniquement, son sourire en coin sur ses lèvres. Il reprit son calme en respirant profondément, remettant sa main sur ses cuisses, puis regarda le jeune intello avec un sourire en coin, l’autre bout de ses lèvres ayant tendance à lever pour dessiner un sourire amical. Il fit aller quand même ses doigts de sa main meurtrie pour s’assurer qu’il avait rien à craindre, juste une légère douleur se faisait sentir, mais rien d’alarmant. Après s’être assuré que tout allait bien, il remit ses pieds sur la table, croisa de nouveau ses bras sur son torse et regarda son camarade de classe en inspirant légèrement pour prendre la parole :
« Bizarrement…moi aussi je suis heureux te d’avoir rencontré kuso-sumialu-kun…je crois que je me répète mais tu es quelqu’un de très intéressant… »
Doucement, il baissa la tête, se demandant s’il devait déjà lui dire ce qu’il l’agaçait, vu qu’il ne le connaissait que depuis seulement une journée…mais parler pourrait le soulager. Il n’avait qu’à lui dire une mince partie de ce qu’il le faisait c***, et après la suite suivra au fil du temps. Il garda alors la tête baissée et reprit la parole :

« Beaucoup de chose m’agace…mais pour l’instant, je ne te connais pas assez pour tout te dire, donc je vais te dire le moins… « personnel » pour le moment. C’est le concours de circonstance de la rencontre avec ce p***** de gosse de riche, excuse moi du mot. Je rentrais tard ce jour-là, on avait un match le lendemain et je devais préparer la tactique, et, malencontreusement, je suis arrivé devant un bar à l’heure de sortie. Ce saleté de gosse de riche sortait, avec ses deux chiens-chiens derrière lui pour le protéger. Ce foutu garnement, même s’il avait mon âge, voulait toucher à mon fusil automatique que je trimbalais sur mon épaule droite, j’ai refusé, ses chiens de garde m’ont attaqué et je n’ai fait que répliquer en leur cassant à chacun le nez avec un coup de cross…c’est simplement pour ça que j’ai été jugé… »

Au fil de ses paroles, son ton devenait plus agacé, il se revoyait encore et toujours dans cette histoire, les images défilant comme un film devant ses yeux, un film qui voulait ne plus voir mais qui ne voulait pas le quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]  Ven 18 Avr 2008 - 17:34

Les mains encore légèrement levées, Soshiro entendit le blond lui répondre avec une légère pointe vive, signifiant peut-être qu'il reprenait le dessus. Abaissant lentement les mains, le châtain ne se vexa pas du tout même s'il avait été traité de "ridicule". Pourquoi prendre la mouche alors que cela signifiait que son interlocuteur retrouvait suffisamment de sang-froid pour répondre de cette façon. Après avoir repris sa position "décontractée", à savoir bras croisés et pieds sur la table, il lui annonça sans sembler plus intimidé que cela qu'il était content d' l'avoir rencontré... Non sans l'avoir de nouveau désigné par ce surnom quasi inconnu et peu flatteur mais loin d'être suffisant pour provoquer ne serait-ce qu'une pointe d'agacement chez le châtain. Etre qualifié d'intéressant le faisant sourire avec sympathie même s'il ne releva pas pour le moment, ayant la sensation que le blond allait poursuivre sur sa lancée, comme si le fait d'avoir évoqué un peu ses souvenirs avait ouvert une porte. Le rebelle semblait être en train de faire un choix, abaissant la tête et inspirant. La voix glacée du démon finit par s'élever, laissant filtrer l'énervement dont le blond était victime. Franchise, une nouvelle fois, il venait de lui dire qu'il allait lui parler mais éviter des sujets, tout bonnement parce qu'il ne le connaissait pas encore suffisamment. Mot par mot, il lui dévoilait ce qu'il s'était passé, abordant des détails auxquels le châtain ne s'attendait pas mais à aucun moment il n'aurait souhaité l'interrompre pour l'interroger. C'était déjà une preuve d'estime et de confiance que de lui parler de ses raisons, qu'elles soient vraies ou qu'il s'agisse de mensonges peu importait aux yeux du jeune homme. Tant qu'il parvenait à comprendre comment fonctionnait son interlocuteur et surtout à se faire accepter comme personne proche pour lui, la vérité pouvait patienter. Lui n'avait rien de particulier à cacher et si le blond lui posait des questions, il y répondrait avec toute sa sincérité et honnêteté. Plusieurs parties de l'explication de l'autre dernière année auraient pourtant demandé pas mal de précisions mais déjà, Soshiro en déduisait qu'il avait affaire à un sportif ayant manipulé des armes et simplement mal tombé.

Les yeux vert d'eau ne perdaient rien de l'expression agacée se peignant sur le visage de l'interlocuteur aux dents acérées, brillants d'une lueur de compréhension. Il imaginait bien la scène sans l'avoir vécue, sachant tout ce que la capitale comptait comme personnes dont le bagage monétaire permettait d'agir à leur gré. Il n'empêchait que le blond avait soit eu une poisse incroyable soit avait un casier judiciaire auparavant ayant aggravé les charges pesant contre lui. Gardant le dos droit, Soshiro alternait un regard intrigué vers le blond avec un rapide coup d'oeil en direction de la porte de la bibliothèque qu'il avait cru entendre claquer. Revenant à son interlocuteur, il ne pouvait que l'écouter, n'ayant pas souvent eu affaire à des gens en "affaires" avec la justice. Pas impressionné, il voulait juste, peu à peu, amener Haruki à avoir pleinement confiance en lui et surtout à le voir comme quelqu'un qui ne le trahirait ni ne le blesserait.




Oui, c'est juste un mauvais concours de circonstances.

Tu as raison de lui en vouloir si le match que tu as évoqué était important pour toi...

Pourtant, je ne t'encouragerai pas à le haïr. Emprunter ce genre de voie mène à accomplir des actes biens plus graves encore.

Penses-y. Je ne te dis pas de ne jamais éprouver de choses négatives, c'est pratiquement impossible.


Soshiro, à sa dernière phrase, inclina doucement la tête, comme s'il était la preuve vivante que "pratiquement" restait "faisable". Calmement, relevant un peu sa main gauche, le dos assez droit, il entrouvrit de nouveau les lèvres, énonçant encore quelques paroles avec une voix amicale et compréhensive... Typique lui en fait.

Mais tu as déjà fait un pas en avant certain. Après tout, il y a déjà une personne à tes côtés qui te soutiendra et à mon avis, ce ne sera pas la seule personne de ce bahut.

En attendant, rien ne vaut le changement, comme le fait de se mettre dans la peau d'un élève. Tu es comme moi, tu es un cinquième année de Kobe High maintenant alors faisons de notre mieux, tu ne penses pas, Haruki-kun ?


Le châtain souriait avec entrain, comme s'il tentait de chasser les spirales de négativité flottant autour du blond par la seule force de sa détermination. Son but sur le coup ? Faire comprendre à son interlocuteur qu'il avait la chance de redémarrer et d'emprunter des voies qu'il avait peut-être laissé de côté trop longuement.
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand tornade blonde et brise châtain se rencontrent encore...[Haruki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: