Partagez | 
 

 [Appartement 3] Sur la rive clair d'une nouvelle voie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) [Appartement 3] Sur la rive clair d'une nouvelle voie  Sam 14 Juin 2014 - 0:46

Déjà quelques mois passés péniblement depuis son retour au bercail et la douce température de Paris lui manquait autant que la découverte de ses premières esquisses sur le papier fin d’un bloc-note quadrillé. Se faire un raison était l’unique porte de sortie pour reprendre ses repères, et cette ultime latte qu’il tira sur sa cigarette, avant de la jeter, pouvait enfin jouer son doux rôle telle une maitresse assouvissant son bel amant trompeur.

Encaissant les lourds rayons de soleil frappant ardemment son dos, le costume absorbait l’humidité de son corps comme une éponge tandis qu’il en cherchait la clef avec la plus ferme intention d’y mettre la main dessus au plus vite. Mais cette quête agissait comme une véritable croisade à son estime dans le fond de sa poche. Un désordre sans fin, régnant par delà les notes de rappels, son téléphone portable, ses paquets de clopes vides et l’errance incessante de pièces vagabondes.

Le doux chant du verrou se fit enfin entendre, la serrure cédant au demi-tour sec d'une main lourde pour offrir au propriétaire un plaisir soudain face à ce doux foyer climatisé qu’il venait de bénéficier sans difficultés derrière son nouveau travail comme enseignant. Poste assez bien payé et logé pour un enseignant qui allait devoir partager son savoir à de nombreuses têtes au cerveau encore frais moulu et à la vision beaucoup moins rêveuse que la sienne.

« Bof... Ça pourrait être aussi marrant qu'une partie de poker...» venait-il de cracher sans gène au cœur de la pièce, sa serviette de cuir jetée aveuglement sur la surface du canapé où le professeur consacra son attention vers l’ameublement faisant office de mini-bar.

Bien évidemment vide, était-il, ses yeux se refusaient à se défaire du réfrigérateur pour les quelques secondes de souvenirs que son subconscient venaient de lui inculquer froidement sous le nez, donnant au gaillard un ère aussi bête qu’inerte avant de revenir dans le monde réel en se souciant des éventuelles choses sur lesquelles il allait devoir remédier.

« ...Il faudra que je le remplisse...»

C’est en contemplant le reste de l’appartement qu’une part de nostalgie l’envahit au point de le faire sourire comme un enfant. La douce indépendance se faisait à nouveau ressentir. il pouvait aussi bien humblement s’occuper des évaluations de ses élèves en toute tranquillité sur la terrasse de son nouveau chez-soi que poursuivre ses écrits dans un calme des plus sereins au fin fond de sa chambre, bien calé sur son lit. Personne pour le perturber dans ses moments de réflexion où lui dicter l’étendu de sa journée. Il pouvait respirer.

Mais les bonnes choses ne sont jamais conçues pour durer, comme il l’avait souvent entendu à de maintes reprises...

Devait-il consommer chaque choses avec modération pour mieux savourer sa nouvelle vie ? Devait-il modérer aussi bien sa consommation d’alcool que de tabac au vue de son titre face à sa classe ? Devait-il apprendre à agir comme une personne responsable pour donner l’exemple ?

« ...C’est vrai que là-dessus tu m’as bien aidée depuis ton départ, Laura... » pouvait-il ajouter de manière ironique.

C’est derrière cette pensée soudaine, sur un sourire carnassier au geste vague d’un haussement d’épaule sans intérêts, qu’il était finalement facile de savoir que rien de tout cela n’allait être respecté de sa part. Tant qu’il pouvait aussi bien « respirer » à cet instant même, il se devait de le faire le plus vite et le plus longtemps possible avant de ne plus pouvoir en profiter pleinement si le malheur venait à frapper de plus bel devant sa nouvelle porte.

Si les bonnes choses disparaissaient, le terme du mot « modération » n’avait nullement sa place... et comme tout bon départ pour ce professeur d’arts-plastiques, trouver de quoi boire pour jouir de son statut fut sa première action de la journée en quittant un moment les lieux comme un voleur à l'aspect des plus chic.


Dernière édition par Tochiro Musashi le Mar 1 Juil 2014 - 14:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Appartement 3] Sur la rive clair d'une nouvelle voie  Dim 15 Juin 2014 - 14:04

Minuit avait sonnée depuis peu, tout comme le son du verrou de sa porte à ses oreilles pour pouvoir entrer chez lui suite à une journée des plus éprouvantes. Sa tête toujours dans les nuages et les yeux fatigués, son autre main contenait un sac plastique à deux doigts de craquer pour la quantité d’alcool et de nourriture qui s’y trouvait.

C’est en posant le tout sur la table base du salon, celle-ci en verre épais, qu’il finit par s’affaler un moment sur le sofa tel un gros matou épuisé, allongé de tout son long dans un soupir d’agacement avant de se mettre à méditer sur ses propres intentions de la soirée pour bien la terminer. Une action qui failli en salir le divan suite à cette clope conservée sur le coin de sa bouche, les cendres toujours à l’affut.

« Et merde... » jura le professeur en tendant rapidement la main vers le sac plastique et ainsi y extirper son cendrier tout neuf.

Entreposé sur son torse, une dernière latte suffit pour y écraser le petit mégo soigneusement dedans, la nappe de fumé jouant aveuglément autour du couvre-chef de Tochiro, où il continua de rêver les yeux ouverts comme à son habitude.

Toutefois, le silence de la pièce força ce dernier à passer la seconde. Son téléphone posé volontairement debout sur la table, la piste qu’il choisit dans la bibliothèque de celui-ci mit enfin un peu d’ambiance capable de le plonger assez vite dans des bribes agréables de son grand vécu à Londres.

oOo




Son bureau en bois massif débordait d’une multitude de croquis non-achevés derrières des esquisses proprement lancées au crayon fin. Créatures, Chevaliers, Magiciens, Princesses... la variété ne manquant nullement face à ce bordel amusant où le dessinateur en connaissait lui-même sa propre organisation dans tout ça.

« ...Tiens ? Je vais rajouter ça... et ça... aussi ça... » se permit le créateur tout en corrigeant un croquis indispensable avant de finir sur le sommet d’un dossier.

« Bon sang, tu fais comment pour t’y retrouver là-dedans, Tochiro ? » ajouta son collègue de travail sur le bureau voisin.

« ...J’en sais rien, mais j’adore autant ce bordel que cette musique... »

Bien qu’il semblait relativement concentré, la question suivante de son partenaire le fit légèrement sursauté de son siège au point d’en faire rire son collègue après sa brusque réaction.

« Dit-moi, c’est quoi ce Samouraï délabré que tu as dessiné la dernière fois ? Tu l’as gardé ?

- Euh, non, non...!! C’est rien... Juste une erreur de frappe et... et de toute façon, il était mal dessiné ...

Héhé ! Ok, ok ! J’ai rien dit ! »

Conserver en secret ce qu’il fit en dehors de son travail l’avait rendu, cela dit, plus enclin à connaitre les vraies valeurs d’un projet ambitieux. Car même si ses collègues de bureau étaient de bonnes personnes, le jeune Musashi n’avait guère l’envie d’exposer librement ce qu’il faisait. Poussant d’avantage ce dernier à avancer au vue d’un si grand secret, comme les responsabilités d’un super héros cachant sa personnalité aux yeux des autres.

oOo

Il en rit lui-même sur un ton relativement étouffé tandis que le morceau vint à s’arrêter vers les dernières secondes, la tête chavirée en direction de l’appareil qui signala une faible quantité de batterie.

L'hôte venait de s’éteindre, pour la soirée, à la même vitesse que son téléphone...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Appartement 3] Sur la rive clair d'une nouvelle voie  Mar 1 Juil 2014 - 13:45

oOo





Ces coups de crayons caressant les feuilles de papier comme des vagues glisseraient entre des rochers grossiers, son visage était concentré sur ce qu’il représentait dans ce grand lit. Son corps à moitié nu tandis que les courbes de cette œuvre, qu’il dessinait avec aisance, ne manqua nullement d’y offrir ses formes dénudée sous le drap fin de cette couchette partagée,

« Tu travailles avec tellement de précisions, mon beau... » prononça la belle Laura alors que ses mouvements délicats invitèrent presque le jeune patron asiatique à se frotter d’avantage à cette terrifiante tentation.

Sa main errant sur les hanches de Tochiro, la sensation délicate du touché le fit presque dériver d’une longue esquisse avant de se remettre rapidement à sa tache sur son bloc-note usé.

« Raahh... Laura, arrête...comment veux-tu que je sois précis si...! Humpf ! Non, pas là ! »

Dans un rire étouffé suite à un mouvement osé sur l’entre-jambe de son amant, c’était la goute d’eau qui venait de faire déborder le vase pour le dessinateur agacé, ne manquant pas d’intervenir pour se venger de cette action féminine des plus téméraires alors que son sourire carnassier venait enfin se dessiner de lui-même sur son visage.

« Hahaha ! Non, attends !!! Je suis pas prête... AHHH !!!

- Tu l’as cherchée ! Maintenant, tu assumes !

- Arrête ! Arrête ! HAHAHA !!! ARRÊTE !!! »


Les mains baladeuses, joueuses, avant de reprendre une douceur somptueuses dans un échange de regard où seule cette ravissante créature pouvait en profiter pleinement d’aussi près. Amoureuse d’un homme au doigté aussi délicat, aussi subtil et soigné sur toutes formes de matière pour satisfaire chaque choses. Des choses qui ne peuvent être décrites par des mots ou des paroles...

Le souffle lent, fluide, frôlant des murmures extrêmes dans une étreinte possessive se mêlant à un contact lévrique au refrain langoureux. Le chant du frottement des membres sur le tissu du lit, la chaleur avenante entre deux corps bouillonnant suite à l’appel d’un instinct amant faisant grimper l’orchestre de deux cœurs battant.

Seul l’esquisse de plusieurs expressions s’échangent à travers leur regard. A la fois absent mais pourtant tellement présent pour ce que chacun représentait, leur prénom survolaient leurs ouïes comme une union avant que la volonté ne cède sur les frontières de nombreuses postures excitantes...


oOo


...jusqu’à ce que le son d’un appareil retentisse une dernière fois par sa batterie faible...

« Hm...qu’est ce que... Et merde...! »

...et que le rêve se termine.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Appartement 3] Sur la rive clair d'une nouvelle voie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: