Partagez | 
 

 A nouvelle école des nouvelles embrouilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) A nouvelle école des nouvelles embrouilles  Dim 19 Oct 2014 - 18:35

En arrivant devant le portail de Kobe, je vois les yeux de ma mère, assise à l'avant au côté de mon père, s'embuer de larmes. Je retiens un soupire d'agacement en songeant à la scène qui m'attend. Pas que je sois insensible aux larmes de crocodiles de ma mère, bien au contraire, mais celle-ci étant du genre à dramatiser les choses, risquerait de s'étendre en recommandations qu'elle m'a rabâché sans cesse depuis près de deux semaines maintenant et me serrer contre elle jusqu'à m'en broyer les côtes avant de partir. Effectivement, en sortant de la voiture ma lourde valise, je l'entends dans mon dos refouler un sanglot que je sais sur le point d'éclater.

Pfff maman! S'il te plait calmes toi je ne pars pas à l'autre bout du monde, nous sommes à 1h30 de la maison pas de quoi t'inquiéter.

Je m'approche et la prend dans mes bras sans lui laisser le temps de répondre. Je me dirige ensuite vers mon père presser d'en finir avec ces au revoir un tentinet trop dramatiques à mon goût et le serre à son tour contre moi. Lorsque j'arrive face à mon grand frère sa mine déconfite me tire un pincement au cœur.

Mais bon sang vous allez arrêter?! C'est vous même qui avez décidé de m'envoyer ici et maintenant vous faites des têtes d'enterrement comme ci vous me meniez à l'abattoir!

Ennuyeux! Je déteste ce genre de situation embarrassantes et compliquées. Mon grand frère ne répond pas et se contente d'ouvrir les bras pour m'inciter à l'enlacer à son tour. Je m'approche et m'attarde un peu plus qu'avec mes parents dans ses bras. Il me caresse les cheveux du bout des doigts, un privilège qui lui a toujours été réservé, et soupire profondément avant de chuchoter sans me lâcher :

Pardon Charlotte c'est vrai que c'est de notre faute si tu dois aller dans cette école et j'aurais préférer que ce soit autrement mais ton attitude ne nous laisse pas beaucoup d'options à vrai dire. N'y vois pas là une forme de punition, on essaie juste de faire au mieux pour toi et te mettre a l'internat ici ne peut être qu'une bonne chose dans l'idée. Mais pour que Ca marche il faudra que tu fasses un effort s'il te plait. Fais le pour Onii-chan d'accord?!
Essaie de te faire des amis, de t'amuser et de t'intégrer un minimum. Je sais que tu trouves ça ennuyeux mais c'est vraiment important,c'est d'accord?


Il se détache un peu pour que je puisse le regarder en face et je soupire doucement.

Je ferais un effort, je l'ai deja promis une dizaine de fois!

Son visage se fend d'un large sourire et il me serrer très fort cette fois contre lui en rigolant. Je me détache en le bousculant légèrement et je rigole à mon tour. J'empoigne ma valise en leur faisant un petit signe de la main et me dirige vers les dortoirs sans me retourner.

A peine ai je déposer mes affaires,dans ce qui sera ma nouvelle chambre qui est vide en ce dimanche après midi,  que je prend le petit sac à dos que j'ai emporter pour y mettre quelques sucreries, un pull en laine et mes écouteurs avant de m'élancer vers la porte. Je préfère autant retarder un maximum ma rencontre avec mes colocataires. Passer l'année dans une chambre avec trois inconnus en soit me laisserait indifférente si je n'avais pas promis de faire un effort pour m'intégrer. Je soupire et retiens un petit bâillement en parcourant le couloir. Je croise quelques élèves que je remarque à peine tant je suis déjà plongée dans mes pensées.

Je descends quelques escaliers et tombe sur un immense parc où le gazon impeccablement coupé invite à s'y allonger à l'ombre d'un arbre. Je me dirige vers un arbre un tronc énorme et foncé avant de m'étendre, la tête posée sur mon pull et mes cheveux déployés autour de moi. Je soupire d'aise et regarde le ciel à travers les branches qui laissent filtrer quelques rayons de soleil éblouissants. Je sors une boîte d'ourson en guimauve couverts de chocolat que je savoure autant que le calme de cet endroit.  
Je soupire profondément et laisse les flasques du sommeil m'envahir pour une petite sieste amplement méritée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A nouvelle école des nouvelles embrouilles  Dim 19 Oct 2014 - 21:49

Tirant ma lourde valise à roulette derrière moi, la grimace d'agacement qui se peignait sur mon visage en disait long sur mon état d'esprit lors de mon arrivée à Kobe High School. Cette brique bleue que je traînais depuis que j'avais quitté la maison de mon père et de sa compagne, soit une quinzaine de minutes, ne cessait de faire un vacarme assourdissant sur le bitume distordu, et je peux vous assurer que si j'avais eu à supporter plus longtemps le bruit de cette valise, celle-ci aurait sans aucun doute valsé parmi les oiseaux.

Pourquoi avais-je choisi de faire le trajet à pied au juste ?

Alors que, non sans peine, je luttai pour faire avancer mes affaires de quelques derniers centimètres pour arriver devant la façade d'un bel établissement, la voix calme de mon père raisonna dans mon dos. Fatiguée, je me tournai vers lui avec le souffle court et les bras pendants après avoir lâcher ma lourde charge.

«Juni, tu es bien sûre de ne pas avoir besoin d'aide ?»

«Absolument» lui répondis-je dans notre langue natale avec un sourire qui lui était spécialement réservé «Et puis on est arrivé à destination, pas vrai ?»

Le regard étonné qu'il me lança m'indiquait qu'il n'avait pas remarqué que le trajet était terminé. Je le guidai du regard en lançant un œillade à l'établissement scolaire qui se dressait devant nous. Eh bien, bravo la mémoire ! De mon coté, je n'avais eu aucun mal à reconnaître le lycée que mon père m'avait montré sur la brochure de Kobe High School. Il faut dire qu'en plus d'avoir détaillé avec insistance ce morceau de papier plié pendant plusieurs jours -fait absolument pas perturbant, vous en conviendrez, le bâtiment était particulièrement reconnaissable avec sa belle façade.

Dès lors que je reposai mon regard sur mon père et qu'il me couvrit à nouveau de son regard protecteur, un silence s'installa.
Ha non, pas question de faire dans le sentimental.

«C'est l'heure d'y aller.»

Je sautillai jusqu'à arriver à proximité de mon père et me mis sur la pointe des pieds pour poser un bisou sur sa joue gauche. Il m'enlaça affectivement par la suite, puis me lâcha, comprenant qu'il ne fallait pas faire durer cette scène un peu trop émotive à mon goût. Et puis le lycée n'était pas si loin que ça de la maison, inutile de se tracasser pour rien.

Je pris ma valise -cette affreuse chose bleue et lourde- et lui adressa un dernier clin d'œil empli de malice. «À bientôt, et n'oublie pas de mettre des glaçons dans le lit de Sigmund et Freddy de ma part. Tu leurs diras que c'est un dernier cadeau de la part de leur sœur adorée !» Sur ce, je tourna le dos à la rue avec entrain et fis face au bâtiment.

Kobe High School, me voilà. Pour le meilleur, et pour le pire !


***


Hormis pour la façade de l'établissement, je ne m'attardai pas sur le design et la décoration de Kobe High School. La seule chose que je souhaitai à cet instant précis était de déposer les affaires qui me broyaient littéralement le bras et le dos dans ma chambre et de profiter de la nature qui entourait le lycée avant l'immersion dans l'infernale spirale scolaire.

« Chambre L-9, chambre L-9...»

Après quelques interminables minutes passées à chercher l'endroit libérateur -et à traîner cette satanée valise qui semblait transporter un pachyderme- , je manquai presque de pousser un crie de joie lorsque la porte de la chambre se présenta devant moi. Ô bonheur, la délivrance pointait enfin le bout de son nez ! J'entrai donc dans cette chambre qui semblait déjà être occupée par d'autres camarades et jetai ma valise sur un des trois lits vides avec la grâce digne d'un bovin. Une de mes grandes caractéristiques.

Ni une, ni deux, je courus en dehors de la chambre qui pouvait bien attendre une heure ou deux avant d'être fouillée de fond en comble, et m'élançai dans les escaliers.


***


Le hasard était de mon coté puisque je tombai directement dans ce qui semblait être le jardin du lycée. Bien entretenu et verdoyant, je reconnaissais là le talent des Japonais pour le jardinage. C'est un cliché me direz-vous, mais depuis que je suis arrivée au Japon, je n'ai vu que de joli jardins bien entretenus. Je peux vous dire que les jardinières de mami Suède (c'est comme ça que j'appelle ma grand-mère du coté paternel) font pâle figure à coté.

Je levai mon visage pâle pour le baigner du léger soleil qui transparaissait des nuages et fermai mes yeux en prenant une grande bouffée d'air frai. Mes cheveux se laissaient emmêler par le vent -pour changer-, tandis que mes pieds avançaient doucement sur l'herbe fraîche. Enfin un peu de repos et de calme !

Alors que je continuais ma promenade dans le jardin -les yeux grands ouverts cette fois- et que mon regard se baladait au travers de la flore, une sensation étrange interrompit ma marche.

« Eh...»

Je me rendis compte que mes pieds venaient d'écraser et de tirer de long cheveux blonds. Il me fallut un temps de réaction avant de me rendre compte que je devais sans doute relâcher la chevelure prisonnière sous mes pieds, et lorsque l'info arriva à mon cerveau, je sautai sur le coté pour la libérer et regardai d'un air embêter la jeune fille -la très jolie jeune fille d'ailleurs- que j'avais importunée malencontreusement.

«Outch, je suis désolée» m'exclamai-je en grimaçant « Je ne regardais pas où j'allais !»


Hors Rp:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A nouvelle école des nouvelles embrouilles  Lun 20 Oct 2014 - 23:45

Alors que je suis déjà profondément endormie, une douleur aiguë me tire brutalement de ma torpeur. Je me redresse vivement et tente de connaître le responsable de la douleur. Je me frotte la crâne en grimaçant et lève les yeux en quête de l'intrus.

Face à moi se tient une jeune fille à la longue crinière rebelle couleur d'encre, aux yeux d'un bleu profond et au style vestimentaire un peu décalé. Elle est minuscule (l'hôpital se foutrait-il de la charité? Vu ma taille c'est bien possible) et a des allures de poupées tout ce qu'il y a de plus inoffensive. Elle grimace et bredouille vaguement des excuses auxquelles je prête peu d'attention avant de comprendre ce qu'il s'est passé. Mon cerveau, encore engourdi par le sommeil, s'éveille soudain lorsque je réalise qu'elle s'excuse d'avoir piétiner mes cheveux. Je sens une colère sourde monter en moi et je lui lance un regard courroucé. Je retiens de justesse la flopée de remarques assassines que j'ai au bord des lèvres en le rappelant la promesse que je viens tout juste de faire à mon grand frère.  

Ne pas se faire d'ennemis, faire profil bas... Même si en l'occurrence cette fois, cette stupide étourdie ne l'aurais pas volé. Je passe la main là où quelques feuilles sont écrasées sur mes cheveux sûrement là où elle a marché tout en ignorant sciemment l'inconnu. J'ai dit que je me tiendrais à carreau mais il ne faudra pas compté sur moi pour être sympathique avec cette fille.

Tsssk toujours quelqu'un pour vous pourrir votre espace! Je chuchote pour moi-même les dents serrées.

Je lui lance une dernière oreillard noire et ramasse mes affaires en vitesse avant de lui tourner le dos. Quitte ne pas pouvoir laisser libre court à mon agacement, autant m'éloigner de cette dernière et qu'elle m'épargne ses ennuyeuses excuses. Et de fait, je compte bien la fuir littéralement comme la pire des pestiférés à compté d'aujourd'hui.

Je m'arrête plusieurs mètres plus loin au pied d'un autre arbre contre lequel je m'adosse. Je prends bien garde cette fois à ramener mes cheveux derrière mon dos.
Une nouvelle agression sur ma chevelure et je promets de faire un carnage!

Je repose mes affaires autour de moi comme au préalable et je me rends compte que la boîte de friandise que j'ai entamée a disparue. Dans ma hâte, j'ai dû la laisser tomber mais la flemme et l'irritation que me causerait de revoir cette fille me dissuade de partir à sa recherche.
Je soupire bruyamment et fouille activement dans mon sac pour en sortir une autre boîte, les nerfs toujours à fleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A nouvelle école des nouvelles embrouilles  Mar 21 Oct 2014 - 21:31

La jeune fille que j'avais agressée par mégarde ne semblait visiblement pas enchantée d'avoir accueilli mes docs sur sa chevelure dorée et n'avait prêté aucune attention à mes excuses, aussi sincères qu'elles avaient pu être. Je pouvais tout à fait comprendre qu'elle soit sûr les nerfs, j'aurais sûrement réagi de la même façon, surtout au réveil. Les cheveux c'est une chose sacré pour une fille, mais sa réaction m'irritait très franchement. Je m'étais pourtant excusée et avais fait preuve de bonne fois. J'avais reconnu mon erreur. Alors pourquoi m'avait-elle toisé avec un air aussi mauvais ?

Je gonflai mes joues, mécontente. La princesse avait ruiné ma bonne humeur, et la petite promenade dans le joli jardin censé me détendre avant de reprendre les cours avait eu l'effet totalement inverse. L'envie d'aller chercher des noises à la jeune fille pour me passer les nerfs me traversait l'esprit, mais l'idée n'était pas des plus judicieuses. Se mettre quelqu'un a dos, surtout dès le premier jour, n'était pas une bonne idée.

...Oh et puis zut, au diable les bonnes manières ! J'avais au moins le droit d'essayer de lui soutirer une ou deux paroles, ce n'était ni impoli ni mesquin de ma part. Elle ne devait quand même pas être muette, non ?

Alors que je m'apprêtai à aller importuner une nouvelle fois la jeune fille, mon regard se posa sur une petite boîte de friandises près du large tronc de l'arbre se trouvant à coté de moi, légèrement cachée par quelques herbes. Intriguée, je m'avançai vers elle et la saisi entre mes mains en me baissant. Cela semblait très appétissant. Je jetai un rapide coup d'œil à l'intérieur, puis à droite et à gauche pour voir si personne ne me regardai. Non, personne n'avait les yeux rivés sur moi. Et tant mieux ! Je plongeai ma main dans la boite et porta un des bonbons à ma bouche. Avec ma petite trouvaille, je me retournai et sautillai joyeusement sur l'herbe pour rejoindre la jeune fille.

«Hey, princesse dis-je joyeusement en secouant ma main libre dans sa direction «Je suis sincèrement désolée, je n'avais pas l'intention de t'écraser les cheveux, tu sais. Si j'avais vraiment voulu te faire mal, j'aurais visé directement la tête.»

Je lui tendis la boite de bonbons avec un large sourire. «Pardonnée ?»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: A nouvelle école des nouvelles embrouilles  Mar 21 Oct 2014 - 22:27

Je ne lève même pas les yeux quand j'entends les pas se rapprocher de moi, bien décidée à ignorer quiconque désirant m'adresser la parole aujourd'hui. Après ma mésaventure encore récente et douloureuse, j'avais eu ma dose de contact humain pour la journée. Lorsqu'une voix m'interpelle, je la reconnais tout de suite et pousse un grognement assez fort pour faire connaître mon mécontentement au propriétaire de la dite voix. Je me redresse et la regarde s'approcher en sautillant vers moi en secouant la main. De l'autre, elle me tend le paquet de bonbons que j'ai laissé tomber en chemin.

" Si j'avais vraiment voulu te faire mal, j'aurais visé directement la tête.»

Sa dernière remarque me prend au dépourvu. Bien peu de gens auraient utiliser ce genre de phrase surtout pour s'excuser! Sa franchise un peu déconcertante me laisse perplexe pendant un moment durant lequel je me demande si je l'apprécie pour cela ou non. Je la détaille un moment en silence et décide qu'elle est presque assez étrange pour ne pas sembler trop ennuyeuse pour moi comme la plupart des gens. Pour autant, je ne suis pas prête à faire amie-amie avec elle et la douleur encore récente à la racine de mes cheveux me conforte dans cette idée. Les quelques personnes qui ont un jour tenté de poser la main sur mes cheveux s'en souviennent encore alors à fortiori d'énormes godasses pleines de terre!

Visiblement le fait de l'avoir ignoré la première fois n'a pas suffit à lui faire passer le message et malgré toute ma bonne volonté à faire bonne figure, cette fille possède un petit quelque chose qui me tape violemment sur le système!

Garde le ou si tu n'en veux pas jeter le à l'endroit même ou tu l'as trouvé ça m'est égal. Maintenant tu peux retourner vaquer à tes occupations. Tu t'es déjà excusée et tu as bien compris que je n'acceptais pas tes stupides excuses.  Je m'en contrefiche mais clairement tu me pourris mon après-midi là alors si ça peut soulager ta conscience, soit. Excuses acceptées, maintenant au revoir!

Je fais un petit mouvement de la main comme ci je chassais un insecte indésirable et m'adosse à nouveau à l'arbre et cette fois le ciel peut bien me tomber sur la tête, je compte bien ignorer cette fille!
Revenir en haut Aller en bas
 
A nouvelle école des nouvelles embrouilles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: