Partagez | 
 

 [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière  Lun 23 Nov 2015 - 0:36

Pendant un instant, je vis le regard de Sasha s’assombrir. Était-ce justement à cause de ce rapprochement soudain alors que nous ne savions pas grand-chose l’un de l’autre ? Ou pensait-elle à tout autre chose dont j’ignorais l’importance ? Je me demandais à quoi elle songeait et pour être honnête, la voir dans un tel état de mélancolie ne me faisait pas très plaisir. C’était comme si cela devenait contagieux. Toujours est-il qu’elle ne garda pas longtemps cette expression déprimée et son visage s’illumina bientôt de joie, comme s’il ne s’était rien passé. Elle fit même en sorte de se rapprocher à nouveau de moi en collant son épaule contre la mienne.

- Je cours beaucoup, répondit-elle d’un ton que je pensais moins enjoué.

Elle savait cacher rapidement ses émotions. Et pour ça – inutile d’être psychologue pour s’en rendre compte – je savais pertinemment qu’il fallait de l’entraînement. En général, cet entraînement ne venait pas d’une base saine…


- Pour ce qui concerne la femme fatale… Je te montrerai peut-être un jour qu’on peut se battre même en robe de mariée.

Elle eut l’air elle-même exaspérée par ses propres paroles mais elles me firent rire, bien que j’eus compris son embarras. Mieux valait ne pas y prendre garde, elle n’avait certainement pas réfléchi avant de parler.

- Comme toute bonne espagnole, j’ai appris à danser le flamenco, expliqua-t-elle. Mais je ne suis pas aussi douée que l’aurait voulu ma grand-mère, ajouta-t-elle visiblement déçue.

On ne pouvait pas tout réussir et surtout, ayant un père beaucoup trop exigeant, je n’arrivais pas à concevoir le fait que nous puissions être aussi durement guidés par notre famille quand on avait d’autres projets en tête, ou tout simplement pas l’envie ou le caractère d’accomplir ses désirs. En tout cas, si Sasha ne savait pas danser le flamenco aussi bien qu’une véritable espagnole amoureuse de cette tradition, je pouvais dire qu’elle cuisinait très bien.


« Les femmes sont bien dans une cuisine, » plaisanta ma conscience en souvenir de ma dernière conversation avec Darren à propos de la demoiselle.

Je ne risquais pas de le lui dire au risque de me retrouver plaqué au sol de la même manière que l’autre soir avec Ayumi. De toute façon, je ne le pensais pas. Je ne cuisinais pas forcément bien mais je savais que l’art de préparer un bon plat seyait aussi bien aux hommes.


- Et toi ? Caches-tu secrètement une Lederhose dans ton armoire ? C’est moins sexy qu’une robe de flamenco mais bon, chacun ses fantasmes.

Je ne pus m’empêcher d’éclater de rire. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle aille m’imaginer porter un vêtement aussi ridicule. La Lederhose était une culotte courte traditionnelle à bretelles – comme une salopette-short en fait – originaire de Bavière en Allemagne. Son nom venait de l’allemand « Leder » (cuir), et « Hose » (culotte). Son appellation était donc « culotte de cuir ». Si mon père m’avait forcé à porter ça, je l’aurais tué sur le champ. Heureusement, il s’était contenté de m’apprendre – ou plutôt d'essayer – la culture sous forme orale et visuelle, rien de plus.

- Le jour où je mets un truc pareil, c’est que j’aurai touché le fond je crois, dis-je en ayant du mal à m’arrêter de rire.

Mais je me calmai avec une bonne gorgée de bière.


- C’est sûr que c’est moins sexy que la robe de flamenco, fis-je remarquer amusé. T’as de ces idées, ajoutai-je en lui ébouriffant légèrement les cheveux.

Je ne voulais pas détruire sa si jolie coiffure… Je bus une autre gorgée de bière, plutôt rassuré que la situation s’allège à nouveau, et repris la parole.


- Pour tout te dire, comme je suis né en France et que j’y ai vécu une bonne partie de ma vie, et qu’entre mes parents et moi c’est pas le grand amour… je me suis pas vraiment intéressé à la culture de leur pays. Bien que, par la force des choses, je parle aujourd'hui aussi bien l’allemand que le français ou le japonais.

A part la bière et la musique metal, je n’avais aucun autre intérêt concernant l’Allemagne à vrai dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière  Lun 23 Nov 2015 - 19:09

Je fus surprise de voir l'allemand rire franchement. Cela fit naître une drôle de chaleur dans ma poitrine et fit fleurir un sourire sur mes lèvres.

"Le jour où je mets un truc pareil, c’est que j’aurai touché le fond je crois."

Je voulais bien le croire pour ce coup là. Tel que je l'imaginais, ça devrait être risible. Cette vision finit de m'achever. Je rigolai en me penchant sur la table. Bientôt, le souffle me manqua et je calmais mon rire. Je me saisis de mon verre pour boire un coup. Une fois ma gorge réhydratée, je portai mon attention sur mon vis-à-vis.

"C’est sûr que c’est moins sexy que la robe de flamenco. T’as de ces idées."

Il m'ébouriffa les cheveux, par pure réflexe, je défis ma queue de cheval et posai l'élastique devant moi. Je ne pris pas le temps de refaire ma coiffure. Je n'en voyais pas l'utilité et retournai la tête vers Constantine. Je lui adressai un petit sourire et en passant ma main dans mes cheveux pour les ordonner quelque peu.

"Pour tout te dire, comme je suis né en France et que j’y ai vécu une bonne partie de ma vie, et qu’entre mes parents et moi c’est pas le grand amour… je me suis pas vraiment intéressé à la culture de leur pays. Bien que, par la force des choses, je parle aujourd'hui aussi bien l’allemand que le français ou le japonais."

Je voulus lui dire quelque chose pour le réconforter mais ... il ne semblait pas peiné de la situation. Ses parents n'avaient pas dû être très aimants et attentionnés avec lui. Ce qui explique peut être son choix de ne pas aller dans le sens de son père et la couleur actuelle de ces cheveux.

"Je vois. Donc les Lederhose ne sont pas ta tasse de thé, j'ai compris."

Je me sentis détendue à nouveau, je désirai l'embêter un peu. Je me levai doucement de ma chaise pour me jeter sur ses cheveux pour les ébouriffer. C'était une petite vengeance, mais une vengeance quand même. Je revins à ma place avec un sourire victorieux sur les lèvres.

"Je crois que j'ai toujours eu un faible pour les uniformes mais comme tous les femmes. Mais non les Lederhose n'en font pas parti."

Je m'étais déjà baffé au mois trois fois dès le début de ma phrase. Je ne savais pas pourquoi je lui disais tout ça, si j'avais bu trois ou quatre verres de plus, j'aurai mis la faute sur l'alcool mais ce n'était pas le cas. Je n'avais aucune excuse. Je rougis de gêne.

"Le cuir te va très bien j'en suis sûre mais ..."

J'écarquillais à nouveau les yeux et décidai de me taire. Je me cachai le visage avec mes mains et mes cheveux désormais lâchés. Je ne savais plus quoi faire, j'enchaînais les phrases à double sens. Le bleuté devait vraiment me prendre pour une folle.

"Oublie ce que je viens de dire ... Je vais aller me cacher dans un trou de souris."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière  Lun 23 Nov 2015 - 20:34

Se sentant apparemment décoiffée alors qu’elle ne l’était pas du tout, Sasha défit l’élastique qui retenait sa queue de cheval et le posa sur la table. Je pensais qu’elle allait se rattacher les cheveux mais elle n’en fit rien. Quand elle me regarda, j’eus du mal à détourner le regard. Ne l’ayant jamais vue avec les cheveux lâchés, je ne pensais pas qu’elle serait aussi jolie. Ils lui donnaient un tout autre visage, une certaine fraîcheur et une douceur qui ne laissaient pas indifférent. D'un geste fluide, elle passa une main dans sa chevelure pour la remettre en ordre, soulevant ainsi un parfum que je ne connaissais pas mais qui me fit presque tourner agréablement la tête.

- Je vois, dit-elle gaiement. Donc les Lederhose ne sont pas ta tasse de thé, j’ai compris.

Avant même que je puisse faire quoi que ce soit, son regard se fit malicieux et, dans la seconde qui suivit, elle se leva de sa chaise pour ébouriffer mes cheveux. Elle se rassit, fière d’elle alors que moi, j’oscillais entre l’amusement, l’étonnement… et le plaisir.

« Faut dire qu’en général, quand une femme s’accroche à tes cheveux, elle est en position allongée… » railla ma conscience avec un rire malsain.

Je la chassai de mon esprit et revins vite à la réalité. Si je commençais à m’imaginer ce genre de chose avec Sasha, ça n’irait pas du tout. Je me recoiffai donc en passant une main sur ma tête, tandis que la jeune femme reprenait la parole.


- Je crois que j’ai toujours eu un faible pour les uniformes mais comme toutes les femmes. Mais non, les Lederhose n’en font pas partie.

Ses joues s’empourprèrent à cette remarque et je m’imaginai qu’à son tour, elle devait penser à certaines choses qu’elle s’interdisait de croire pour ne pas défaillir. Mais je ne soulevai pas et la laissai continuer.

- Le cuir te va très bien, j’en suis sûre mais…

Là, elle se cacha carrément le visage derrière ses mains et ses cheveux.

- Oublie ce que je viens de dire… Je vais aller me cacher dans un trou de souris, soupira-t-elle désespérée.

Je ne pensais pas qu’elle le dirait à voix haute. Son franc parler jouait certainement là-dessus et, en vérité, je ne lui en voulais pas du tout. C’était même charmant. Je secouai légèrement la tête, me maudis intérieurement. Il fallait vraiment que j’arrête de croire que je pouvais tout me permettre avec elle. Nous n’étions même pas encore amis.


« C’est peut-être déjà plus que ça, » remarqua ma conscience.

Non. Elle me plaisait mais quelque chose m’empêchait d’aller plus loin. Elle n’était pas comme toutes les autres femmes pour lesquelles j’offrais un verre dans le seul but de passer la nuit avec. Sasha était différente. Elle avait une personnalité particulière, attirante, un fort caractère et une vision de la vie bien moins superficielle. Elle donnait envie de passer du temps avec elle à parler de tout, de rien. Et un type comme moi qui voyait plus souvent le verre vide que plein, qui passait son temps à décrypter les malheurs des autres en fuyant les siens, qui pensait vivre dans un monde rempli de crétins et qui ne se sentait pas plus intelligent ne pouvait décemment pas approcher une femme comme Sasha. Ce ne serait pas bon pour elle.


« Eh oh, y a quelqu'un ? On demande Meyer à l’accueil ! héla ma conscience énervée. Tu vas pas recommencer à te dénigrer sous prétexte qu’elle est trop bien pour toi. »

C’était pourtant la vérité.

« Qu’est-ce que t’en sais ? Tu la connais à peine… »

Et je voyais déjà à quel point je pouvais la mettre mal à l’aise dès que la conversation prenait un tournant trop… intime. Je ressentais comme une barrière entre nous. Une barrière que j’essayais de franchir sans trouver les bons outils. Je me sentais ridicule… A la base, je voulais m’en faire une amie, comme Darren et Ayumi. Qu’est-ce qui m’en empêchait ?

« J’sais pas, t’es peut-être trop con en fait… »

Ce devait être ça.

« Allez Meyer, secoue-toi ! A part ça, elle a l’air de passer une bonne soirée alors ne gâche pas tout ! »

Je bus quelques gorgée de bières pour me détendre, regardai ma montre. Il était dix-neuf heures trente… et je commençais à avoir faim. J’oscillai alors entre demander à Sasha si elle voulait manger quelque chose ou ne rien dire du tout et la ramener chez elle. Cependant, son agréable présence ne me permettait pas de choisir la deuxième hypothèse. Et si je lui proposais de manger ensemble, je passerais vraiment pour le gros lourd de service. Pour un premier rendez-vous, c’était peut-être un peu trop.

« Tu veux que je te dise ? On s’en fout totalement, déclara ma conscience sûre d’elle. Fais ce que t’as envie de faire, pour une fois, au lieu de cogiter… »

D'accord, j’avais compris ! Je me raclai donc la gorge et passai mon bras derrière son dos, comme tout à l’heure, pour aller lui chatouiller le cou du bout des doigts, l’obligeant ainsi à relever la tête.

- Le cuir, c’est du passé, dis-je pour en revenir à notre conversation.

Après réflexion, je laissai mon bras sur le dossier de sa chaise. Pourquoi devais-je être gêné après tout ? Si elle voulait bien se rapprocher alors je n’avais pas à reculer si je trouvais cela agréable.


« Il a enfin compris ! » s’exclama ma conscience triomphante.

J’expliquai à Sasha que je portais des pantalons et vestes de cuir dans ma période métalleux, c’est-à-dire quand je faisais encore mes études. Mais pour rentrer dans le monde du travail, il m’avait bien fallu les abandonner pour une tenue plus correcte.


- A un moment donné, faut bien retourner à la civilisation…

Mon regard s’attarda une nouvelle fois sur sa jolie chevelure et, à l’aide de ma main libre, j’attrapai un petit fil rouge qui résidait entre deux mèches, près de son oreille. Il devait venir de sa chemise. Je le laissai tomber par terre et accordai un sourire à la cuisinière. Il était temps de me décider.

- T’as prévu quelque chose pour manger ? demandai-je à tout hasard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière  Lun 23 Nov 2015 - 22:41

J'étais très attentive à ce que me racontait Constantine. Le voir comme un ancien métalleux repenti me fit sourire. Ce style devait lui donner une sacrée dégaine. Je pense que l'adolescente que j'étais serait sûrement tombée sous son charme, quoique l'adulte aussi ... Une claque mentale plus tard ... Je regardai enfin la tenue du jeune homme à côté de moi.  Elle lui allait très bien, j'adorais sa chemise. Mais j'avouais avoir un certain problème avec les chemises, mon armoire n'était presque composé de chemises de différentes couleurs.

"A un moment donné, faut bien retourner à la civilisation..."

Je sentis quelque chose sur le dossier de ma chaise, je me rendis compte que le bras de Constantine était de nouveau à sa place. Un sentiment bizarre grandit un peu au fond de moi. Mais j'aimais beaucoup cette sensation. Je ne regardais plus le bar, mon attention était fixée sur Constantine et ne semblait pas vouloir changer de cible. Quand il parlait de retour à la civilisation, je voyais un peu ce qu'il disait. Durant mon adolescence, je n'avais pas eu de période comme Constantine mais j'avais eu un rôle de grande sœur à assurer et j'avais du mal à m'en défaire encore maintenant.

"T’as prévu quelque chose pour manger ?"

Ses doigts rencontrèrent ma chevelure pour y retirer quelque chose, j'avais cru qu'il allait faire autre chose ... Je le remerciai de son attention avec un sourire. Je réfléchissais à sa question, mon frigo devait être désespérément vide. Je n'avais pas eu le temps de faire les courses. D'habitude, mes plans auraient été d'aller dans un bar à sushis.

"Non. Je serai allée au bar à sushis en face de notre immeuble. Pourquoi ?"

Sasha paraitre innocente alors que tu avais compris ces intentions, c'est un peu gros non ? Un peu. Mais je savais qu'il fallait jouer franc jeu avec Constantine et que ça payait. Je voulais qu'il aille plus loin et ne me pose pas la question de façon détournée. Je préférais qu'il me dise qu'il voulait manger avec moi. Je ne lui en voulais pas, le bleuté ne semblait pas avoir l'habitude de la compagnie dans ce bar. C'est surtout les regards en biais des autres clients qui m'avaient mis sur la voie.

"Pendant ta période métal, ne me dis pas que tu avais les cheveux longs ?"

Je n'allais pas trop loin dans le cliché. Si je voulais vraiment le faire, j'aurai demandé si son amour pour la bière datait de cette époque révolue. Avec ça, j'aurai fait le tour des clichés sur les métalleux, le cuir, la bière et les cheveux longs. Je n'en voyais pas d'autre, n'étant pas très renseignée sur cette communauté. Je faisais plutôt partie du groupe des rockeurs dans mon adolescence et mon petit ami de l'époque était plutôt punk que métal.

"Je n'arrive vraiment pas à t'imaginer avec des cheveux longs, je crois que j'ai un problème avec les cheveux de toute façon."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière  Lun 23 Nov 2015 - 23:41

Elle m’accorda un joli sourire.

- Non, répondit-elle. Je serais allée au bar à sushis en face de notre immeuble. Pourquoi ?

L’innocence dont elle fit preuve dans le ton de sa voix en posant cette question me fit sourire. J’aurais pu lui demander directement si elle voulait qu’on mange ensemble mais je ne m’en étais pas senti capable. Et le fait qu’elle réponde comme si elle ne s’attendait pas à la suite de l’histoire m’amusait. J’étais vraiment trop bête. De toute façon, même si elle avait refusé, je n’aurais rien perdu, à part son agréable présence. Mais son amitié, elle, n’aurait pas changée. Au final, la déception aurait été moindre.

- Pendant ta période metal, ne me dis pas que tu avais les cheveux longs ? s’enquit soudain Sasha en regardant ma coiffure actuelle. Je n’arrive vraiment pas à t’imaginer avec des cheveux longs, je crois que j’ai un problème avec les cheveux de toute façon.

Je hochai négativement la tête, répondis que j’avais toujours eu les cheveux courts et que, d’ailleurs, je n’aimais pas les types aux cheveux longs.

- Je les ai teints en noir et en rouge aussi, dis-je en passant machinalement une main sur ma tête. J’te montrerai peut-être un jour, ajoutai-je sur le faux ton de la confidence, avant de rire.

Je terminai ma bière, pris ma veste sur le dossier de ma chaise et m’en vêtis.


- J’connais pas ce bar à sushis, avouai-je alors que, d’après Sasha, il se situait juste en face de notre logement. Mais je veux bien tester.

Je me levai, tendis une main chaleureuse dans sa direction.

- Si Señorita Caballero est d’accord.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière  Mar 24 Nov 2015 - 18:20

"Je les ai teints en noir et en rouge aussi. J’te montrerai peut-être un jour."

Je ne voulais pas m'intéresser mais c'est plus fort que moi. Je ne pouvais pas m'empêcher de l'imaginer avec mes yeux fixés sur les cheveux bleus cyan. En noir, mon imagination arrivant à aboutir sur un résultat satisfaisant mais pour le rouge, elle refusait et m'affichait erreur en gros. J'associais peut être trop le rouge à un de mes amis que j'avais toujours connu comme ça.

"J'connais pas ce bar à sushi mais je veux bien tester."

Je pris ma veste pour la mettre en le voyant se lever. J'en déduisis que notre moment au bar touchait à sa fin. J'en étais vraiment contente, je passais vraiment un bon moment avec le bleuté. Je devais avouer que je ne le pensais au début. J'avais stressé sur le fait que je n'allais trouver quoi lui dire, il paraissait si éloigné de moi en étant si proche finalement. Je crois que je venais de me découvrir poète pour le coup.

"Si Señorita Caballero est d’accord."

Je lui offris un beau sourire et pris la main qu'il me tendait pour me lever de ma chaise. Son côté gentleman me plaisait vraiment beaucoup.

"Señorita Caballero est d'accord, si Herr Meyer accepte que je paie cette fois."

Mais avant de le laisser répondre, je lui fis comprendre en un regard qu'il ne valait mieux pas me contredire. Mais au fond de moi, je savais qu'il n'allait pas se laisser faire de ce côté là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière  Mar 24 Nov 2015 - 20:57

Elle m’accorda un grand sourire et prit ma main pour se lever de sa chaise.

- Señorita Caballero est d’accord, répondit-elle avec entrain, si Herr Meyer accepte que je paie cette fois.

Je haussai les sourcils, surpris.

- Alors là, même pas en rêve ! répliquai-je même si son regard indiquait clairement qu’elle ne me laissait pas le choix.

Avant même qu’elle puisse ouvrir la bouche, je lui touchai le front du bout de l’index et souris. Si elle croyait que j’allais la laisser régler le repas, elle pouvait toujours courir. Avant de partir, j’allai en direction du bar pour payer les boissons.


- Fais attention à toi Meyer, prévint le barman l’air anxieux.
- T’inquiète…

Sasha et moi nous rendîmes à l’extérieur. Après avoir traversé la rue et rejoint la voiture, chacun prit sa place et je démarrai pour nous emmener au bar à sushis. La jeune femme avait eu raison de me parler de cet endroit car ils faisaient d’excellents sushis. J’y retournerais plus souvent. Suite à ce repas, je nous ramenai à la résidence juste en face. Il était tard quand nous nous souhaitâmes bonne nuit. Je ne pensais pas que les heures étaient passées si vite. J’avais passé un bon moment avec Sasha. En rentrant chez moi, je me surpris à penser qu’une autre soirée comme celle-ci avec elle ne me dérangerait pas du tout. J’avais même assez hâte de recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Quand l'Allemagne et l'Espagne se côtoient autour d'une bière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: