Partagez | 
 

 [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 1073
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Jeu 10 Déc 2015 - 0:56

Jeudi 19 Juin 2014


Le soleil vient de se lever, encore une belle journée, il va bientôt se réveiller, l’ami Ryosuke. L’homme qui squatte mon canapé et qui fait parfois les mêmes bruits que son alien de chien. Du moins, c’est ce que j’aime lui faire croire depuis qu’il s’est imposé dans mon salon, il y a environ deux semaines. Petite vengeance personnelle~ Bon, je dois avouer que, même si j’ai râlé fortement au départ avoir une présence dans l’appartement fait du bien au moral. Je m’ennuie davantage en journée, vu qu’il m’engueule si j’en ai trop fait, mais au moins le soir, j’ai toujours quelqu’un à qui parler.

Réveillée depuis quatre heures du matin, merci les fringales nocturnes, je ne sors de la chambre, en direction de la cuisine, que vers sept heures. Je serais bien sortie plus tôt mais comme nous sommes en semaine, je n’ai pas envie de réveiller Ryosuke trop tôt. Il ne faut pas oublier qu’il travaille lui. Bon, c’est trente minutes avant son réveille habituel, mais tant pis j’en peux plus de rester dans mon lit.

Dans la cuisine, je mets la cafetière en route et, dès que l’arôme du liquide noir s’est fait sentir, le prof s’avançait déjà vers la cuisine. À chaque fois, j’ai l’impression d’être dans un film d’horreur avec une invasion de zombies… Sa tête au réveil est abominable… Enfin bon, je lui sers un café, il le boit, se rend compte que je suis là, on discute un peu puis une fois prêt, il me nargue et sort de l’appartement pour aller en cours. Ça fait tellement routine de vieux couple, mon dieu… Je soupire toute seule pour effacer mes images du passé qui m’agressent à nouveau. Quand est-ce que vous allez me laisser tranquille ? Laissez-moi l’oublier… Nouveau soupire et j’allume la télé pour me vautrer dans le canapé.

J’étouffe… J’ai chaud… Je me endormie devant la télé et je dois faire un mauvais rêve. Mes poumons me brûlent un peu… C’est très désagréable et assez douloureux, on pourrait presque croire que c’est réel… Mm ? C’est une sirène que j’entends ? J’ouvre les yeux et remarque que la pièce est enfumée. NON ! C’est pas possible ‼ Prise de panique, je me lève et plaque un bout de mon gilet devant mes voies respiratoires. Aérer ! Je dois aérer ! Ne pas laisser la fumée s’agglutiner dans la pièce et rester le plus bas possible. Avec mon état, je ne peux pas me mettre à terre, alors il faut que je fasse vite. Mes bébés… Tenez bons, Maman va vous protéger. J’ouvre toutes les fenêtres de l’appartement, prends mon sac à main, éteints la télé en hâte et me dirige vers l’entrée.

La fumée pénètre à l’ouverture de la porte et je ne peux retenir une forte toux, alors que je referme ma porte. Merde ! Merde ! MERDE ! La fumée est noire et la lumière, c’était le feu ? Non ? Bien sûr que oui c’était le feu ! Abrutie ! Raaah Je fais quoi ?! JE FAIS QUOI ?! Il faut que je sorte d’ici mais je fais comment ? Je ne peux pas sortir par là. Dans mon état, je m’évanouirai dans les escaliers ou bien j’inhalerai trop de gaz toxique, qui serait néfaste pour les petits…

J’entends de nouveau la sirène des pompiers et je sors de mon état de panique. Ils vont venir me chercher. Mieux vaut attendre, dans une pièce isolée. La chambre n’avait pas trop de fumée et il y a la fenêtre. Oui, mieux vaut aller là-bas. Sans me poser plus de question, je me dirige rapidement vers ma chambre et referme la porte derrière moi, priant à côté de la fenêtre que les secours viendraient rapidement.

Mon stresse intense transforme les minutes en heures et me pousse de plus en plus à la panique. Rester « calme », c’est ce que j’essaie de faire en écrivant sur mon journal intime, tout en caressant mon ventre… Ça marche plus ou moins, mais ça ne m’empêche pas de bondir sur les secouristes qui entrent dans la pièce. Ils placent une cagoule oxygénée sur ma tête et je les suis jusqu’en lieu sûr.

Je crois que je n’ai autant remercié quelqu’un de ma vie. Les larmes roulent sur mes joues, alors que mon esprit revoit, en boucle, le film des pompiers combattant les flammes qui jaillissant du local à ordures. Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Je regarde le bâtiment et les fumées en sortir. J’espère qu’il n’y a personne dans les ét- LES ÉTAGES ?! L’ex-femme de Ryosuke travaille j’espère ! Oh ! Et les animaux ?! Mon dieu ! Je dois le prévenir ! Mais il doit être en cours… L’établissement ‼ Oui, si j’appelle l’administration, ils iront le prévenir de l’urgence !

Les mains tremblantes, je cherche et appelle le numéro qui se trouve dans mon répertoire. J’ai dû mal à m’exprimer, mais je parviens à leur faire comprendre qu’il y a le feu dans le bâtiment et qu’il faut le contacter au plus vite.




------------------------------



Lorsque Sakura appelle l'établissement, il est sur les coups de 11h30. Il peut y avoir le feu dans les étages supérieurs via le conduit du vide ordure. Soyez prudent en sortant si jamais vous n'étiez pas au travail !
Pour ceux qui sont au boulot, l'établissement a prévenu tout ceux qui vive à cette adresse. Si vous étiez en train de donner un cours, la personne vous a interrompu et annoncé cela en aparté. (N'oubliez pas de consulter les emploi du temps du Jeudi pour savoir en quel cours vous étiez.)

Si vous avez des questions concernant le drame, n'hésitez pas à les poser ! Pouce

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 791
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Jeu 10 Déc 2015 - 17:00

je sors tout doucement de mon sommeil avec un mal de crâne horrible. Pfff ... J'aurais vraiment dû aller me coucher quand la première heure du mat' était passée. Même si je le regrette maintenant je sais pertinemment que je recommencerais ce soir ou dans les jours à venir.

Je me redresse sur le canapé pour attraper mon portable et regarder l'heure. J'ai la tête tellement embrouillé que je n'ai même pas fait attention à ce que je viens de lire. Tout ce que je sais, c'est qu'une douce odeur de caféine vient me titiller les narines... Cafééé ! Sans attendre je me lève, la tête complètement dans le coaltar et je me traine jusqu'à la cuisine. Une tasse apparait dans mes mains et ce n'est qu'après avoir bue deux trois gorgées que je fais attention à la jeune femme devant moi. Je me disais bien que les tasse de café ne se faisaient pas toutes seules. Dommage... Enfin, je remercie Sakura pour ça. Je me prépare vite fait et après avoir fait mes affaires je lance un magnifique "Je vais travailler chérie, prends bien soin des enfants pendant mon absence ! ♥" à l'infirmière. Je ne peux m'empêcher de rire tout seul en passant la porte. J'aime bien l'ennuyer avec de petites choses dans le genre.

Les premières heures de cours se passent sans encombre. Il faut dire que les étudiants sont plutôt calmes en général. En tout cas, je n'ai pas à m'en plaindre. A 11h30 la sonnerie retentie et je laisse les élèves partir pour leur pause repas. Bon, c'est pas tout ça mais à part les troisième année en dernière heure, je n'ai pas d'autres cours à donner dans la journée... Je crois que j'ai bien mérité un petit somme dans une classe vide ou à l'infirmerie.

Avant que je ne puisse sortir de la classe, un élève me demande des informations en plus sur le cours d'aujourd'hui. Comme il n'est pas du genre à bâcler les études, je prends le temps répondre à ses questions. Pendant la discussion, je remarque l'un de mes collègue de l'administration me faire signe à la porte pour que je le rejoigne vite. What ? Je congédie l'élève pour voir ce que l'autre me voulait. J'ai du mal à saisir ce qu'il me raconte. "un appel urgent", "feu", "appartement" ... Après quelques secondes d'incompréhension la situation vient me percuter de plein fouet. UN INCENDI A L'APPART' ?!

Je ne prends même pas le temps d'attraper mon sac sur mon bureau. J'ai mon portable et mes clés dans la poche et c'est bien suffisant, pas besoin du reste. Je quitte l'école en trombe et je n'essaye même pas de prendre ma voiture. Si je tombe dans les embouteillages et que je reste coincé je suis sûr que je péterais un plomb. Au lieu de ça me voilà en train de courir dans la rue comme un forcené. En ce moment les seules choses qua j'avais en tête étaient : Sakura qui était restée à l'appart', Jun qui devait se reposer pour aller travailler ce soir et mes petits protégés qui n'ont aucune chance de s'enfuir d'eux-mêmes.

J'arrive sur les lieux du sinistre. J'ai l'impression d'avoir les poumons en feu, j'ai du mal à reprendre mon souffle et mes jambes me font souffrir mais je n'en ai rien à battre. Je regarde autour de moi dans l'espoir de voir les deux jeunes femmes et les bestioles. Mon regard se pose sur Sakura. Ouf, elle a su s'en sortir mais où est Jun ?

Je ne devrais pas faire ça. Non vraiment, vu la présence des secours je ne devrais pas et pourtant ... Je m'élance vers l'entrée du bâtiment sans prendre en compte ce qu'il se passe autour de moi. Il y a de la fumée partout là-dedans et c'est vraiment l'horreur pour y voir quelque chose. A cause de cette dernière j'ai en plus de ça les yeux qui me piquent ce qui perturbe encore plus mon champ de vision. Les escaliers, il faut que j'atteigne les escaliers. J'essaye de me protéger le nez avec la manche de ma veste pour ne pas étouffer et quand je sens que ma tête tourne de trop, je me baisse pour profiter du peu d'oxygène qu'il reste dans la pièce. Allez courage.

Je me traine jusqu'au quatrième étage. Mon sprint de tout à l'heure plus cet amas de fumée et cette chaleur étouffante sont en train d'user le peu de force qu'il me reste. Arrivé à destination je m'acharne sur ma porte d'entrée. Je panique tellement que je n'arrive même plus à mettre la clé dans la serrure. Put*** ! J'arrive enfin à rentrer en laissant la clé sur la porte. A peine arrivé dans le salon, mon regard se pose sur Jun par terre occupée à essayer de reprendre son souffle tout en s'accoudant à la table basse. Je remarque qu'elle à prit le temps de mettre les tortues dans l'aquarium de transport et qu'elle a passé la laisse à Franck. Elle a donc pensée aux animaux avant de se mettre à l'abris. Merci Jun. Je la prends dans mes bras quelques instants tout en tapotant dans son dos pour l'aider à faire passer sa toux. Elle va vraiment finir par tomber en syncope si elle reste ici encore plus longtemps.

Je ne pouvais pas tous les faire sortir en même temps. L'aquarium, Franck, Jun ... Toujours avec mon ex-femme dans les bras, j'attrape la laisse du chien et je le libère pour qu'il puisse s'enfuir. Il n'est pas aussi stupide qu'il en a l'air et il a toujours su atteindre la sortie tout seul.

Je préviens mon ex-femme que je vais l'aider à se lever et qu'on va essayer de sortir le plus rapidement possible. J'attrape l'aquarium de Soda et Cola et nous nous levons pour sortir de l'appartement. Elle s'appuie sur moi et tousse à plusieurs reprises. Nous descendons un escalier puis un autre mais avant d'atteindre celui qui mène au premier étage je me sens partir. Je dépose les tortues pour une fois de plus me baisser pour reprendre mon souffle mais cette fois-ci je perds définitivement connaissance.

---------------------------------


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Sam 12 Déc 2015 - 10:15

Aujourd’hui c’est jeudi et je ne travaille pas. Du coup, je glande dans mon lit jusqu’au dernier moment, ce moment où le facteur sonne à ma porte avec un colis. Colis qui n’est pas pour moi mais pour l’appartement d’en face. Crétin de facteur … Du coup, maintenant que je suis levée, je passe rapidement sous la douche et je me fais une jolie tête pour la journée. Je ne sais pas trop ce que je vais faire aujourd’hui, sans doute peindre un peu et essayer de retrouver l’inspiration qui semble avoir quitté mon corps depuis que j’ai terminé de peindre le mur du salon de mon beau cerisier japonais dont je suis super fière.

Je sors de la douche, j’enfile un jean et un t-shirt, et je me dis que si je veux pouvoir manger ce midi, je devrais sans doute faire un peu de courses. Parce que c’est le désert dans mon frigo. Ou alors, je devrais aller me chercher un truc déjà tout prêt et faire la flemmarde jusqu’au bout. J’hésite. Je verrais bien une fois arrivée dans les rues commerçantes. Il doit être dix heures et demi quand je quitte l’immeuble.

Je ne sais pas pourquoi, mais à chaque fois que je vais en ville, je ne peux m’empêcher de regarder tout ce qui passe sous mes yeux. C’est l’effet Japon, j’en suis sure. Ici on trouve tout un tas de trucs bizarres, des machins dont on ne soupçonne pas du tout l’existence, de la nourriture dont on ne pense même pas en rêve, des machins qui ne servent à rien, des trucs à l’aspect un peu étrange… Les rues commerçantes c’est la mort de mon portefeuille quand j’y vais. Je retourne à l’appartement avec un sac plein de trucs débiles à manger, principalement des gâteaux et des trucs rapides à se faire. Je ne suis pas vraiment un cordon bleu, la nourriture toute prête c’est le meilleur pour moi.

Mais quand j’arrive devant l’immeuble, quelque chose me dit que je vais avoir du mal à faire réchauffer mes nouilles : mon appartement – et la moitié des autres – est en train de cramer. Les pompiers sont là, certains voisins sont dehors, c’est un peu le bordel. Et moi je suis là avec mon sac plastique à la main, me demandant ce qu’il se passe. Je m’approche au maximum jusqu’à ce qu’un pompier me dise de m’arrêter, puis je regarde autour de moi. Je ne sais pas pourquoi, mais je doute retrouver mes affaires dans tout ce bordel. Prise d’une espèce de fou rire nerveux en regardant l’immeuble en flammes, je me tourne vers la personne juste à côté.

« C’est con, je venais de finir la peinture dans le salon ! »

La seule chose « bien » qui ressort de tout ça, c’est que j’ai mon carnet dans mon sac à main. Le reste, ça risque de partir en fumée. Heureusement que je ne suis pas vraiment attachée à mes affaires…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 10
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007


Mon personnage
❖ Âge :
❖ Chambre n° :
❖ Arrivé(e) en :
Le Doyen
« Personnel ; directeur (pnj) »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Sam 12 Déc 2015 - 10:35

Jeudi. Bientôt la fin de la semaine. Mais avant, il faut finir d’assurer les cours, continuer à remplir la paperasse et assister au rendez-vous que j’ai donné à deux parents d’élèves en fin de semaine. J’aimerais déjà être samedi, pour me prélasser dans mon canapé en regardant Kendra jouer avec ses poupées. Mais il faut tenir, on est que jeudi.

Ce matin, Kendra avait de la fièvre, la maternelle a donc refusé de me la prendre. J’ai dû batailler pendant dix minutes mais la directrice n’a rien voulu savoir. Parfois, je maudis le système scolaire de ce pays… J’ai donc dû emmener Kendra avec moi à l’école. Elle est restée dans mon bureau jusqu’à mon premier cours de la journée, celui des cinquièmes années à neuf heures trente, puis je l’ai confiée à ma secrétaire, peu enchantée à l’idée de garder mon petit monstre pendant deux heures. Elle a fini par me la recoller dans les bras un peu avant la fin de mon cours de la dernière heure de la matinée, à onze heures trente, tout en m’annonçant avec son éternel sourire pincé que mon immeuble était en train de brûler, d’après l’infirmière qui venait d’appeler pour prévenir. Sur le coup, je n’ai pas percuté. C’est quand Kendra a relayé le mot qu’il est monté jusqu’à mon cerveau.

J’ai libéré mes élèves, j’ai attrapé ma fille et j’ai récupéré ma voiture au parking. Paniqué, j’ai mis plus de cinq minutes à attacher Kendra à son siège auto, me coinçant le doigt dans cette saleté de système de merde. Et évidemment, un gros mot est sorti, gros mot que ma petite fille a rajouté à sa liste de vocabulaire en passant.

En arrivant devant l’immeuble, j’ai du mal à croire ce que je vois. Sur le coup, je me dis qu’on a de la chance de ne pas être restés à la maison aujourd’hui et que j’ai de la chance de ne pas avoir appelé la babysitter pour garder Kendra à la maison. Je jette un œil à ma petite fille puis je me décide à sortir de la voiture. J’avise Sakura et Robin un peu plus loin, heureusement elles vont bien. Je pose alors Kendra par terre puis je m’approche des filles.

« Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? Vous allez bien toutes les deux ? »

Je commence à en avoir ma claque des incendies. Les pompiers sont là, à essayer d’éteindre tout ça mais aussi à sortir les voisins qui étaient restés chez eux. J’espère que la petite mamie du quatrième a réussi à sortir. Dans mes pensées, je n’entends pas Kendra qui me parle en secouant mon bras comme un prunier.

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Tessa, Heisuke ou Rikuo.


Dernière édition par Zahn Itashi le Lun 21 Déc 2015 - 9:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Sam 12 Déc 2015 - 10:52

Ce matin moi j’étais un peu malade, c’est Papa qui l’a dit d’abord ! Il a touché mon front puis après il m’a mis le thermomètre dans mon oreille et il a dit que c’était « chiant ». J’ai pas répété parce qu’il faut pas dire les gros mots mais après Papa il a appelé l’école et il a parlé longtemps avec une dame de l’école. Puis après Papa il a raccroché et il avait pas l’air très content et après il a dit que j’allais aller avec lui dans son école de grands. OUAIS ! Moi j’aime bien l’école de grands de mon papa. J’ai joué un peu dans son bureau avec Doudou et d’autres jouets et même que j’ai fait un beau dessin. Et après Papa il m’a donné à la dame dans l’autre bureau, celle qui est pas rigolote et qui joue jamais avec moi. Alors moi je suis restée sage et j’ai fait des dessins et j’ai joué avec Doudou aussi. Puis la dame elle m’a attrapée et elle m’a rendue à mon papa et elle lui a dit des choses et même qu’elle a dit que ça avait rulé. Alors moi j’ai répété le mot parce que je le connais. Papa un jour il m’a dit que son école elle avait rulé alors moi je connais. Mais Papa il a pas bien écouté et il est allé vite à la voiture pour me mettre dans mon siège. Même qu’il s’est coincé le doigt et qu’il a dit un gros mot merde que moi j’ai répété aussi !

Je joue avec Doudou dans la voiture puis quand Papa il arrête la voiture je pose Doudou pour me détacher toute seule. Je sais faire mais c’est dur alors j’enlève juste mes bras et j’attends que Papa il fasse le reste avec ses doigts. Papa il me sort de la voiture mais il oublie Doudou ! Alors je râle un peu mais Papa il m’écoute pas. Il me pose par terre et il parle avec Tata Sakura et Tata Robin qui sont là aussi. Tata Sakura elle est très grosse du ventre et Tata Robin elle est pas japonaise d’abord ! Puis moi je relève la tête vers la maison parce que je comprends pas pourquoi on est tous là dehors alors que y’a le manger qui nous attend dans l’appartement de Papa !

Et là je vois que y’a tout plein du feu qui brûle fort et qui fait mal aux yeux. Et y’a même de la fumée toute moche noire et plein de pompiers comme dans les films que mon papa il regarde des fois. Alors moi j’ai peur parce que y’a du bruit, que les monsieurs ils crient.

« Papaaaa ? » J’appelle Papa mais Papa il parle avec Tata Sakura et Tata Robin alors il m’écoute pas. « PAPAAAA ! » Je secoue son bras fort mais il s’en fiche Papa ! « PAPA ! Né où le chat ? »

Moi je regarde parce que les pompiers ils sortent des gens qui toussent mais y’a pas le chat de mon papa qui sort avec les pompiers alors moi j’ai peur un peu. Shadow aussi il va tousser et il est tout seul dans l’appartement de mon papa et Shadow il sait pas ouvrir les portes pour sortir et il sait pas dire aux pompiers qu’il est dans l’appartement. Moi j’ai très peur ! Mais je le vois plus loin Shadow, il est un peu mouillé et il a le poil tout raide sur le dos et il crache contre les gens qui passent devant lui. Shadow il a peur moi je le sais ! Alors comme Papa il m’écoute pas, que Tata Sakura elle parle à Papa et que Tata Robin aussi, moi je lâche le bras de Papa puis je m’avance. Et le monsieur pompier il me voit pas parce que je passe derrière lui d’abord.

Je m’approche de Shadow et je l’appelle aussi parce que moi il me connait bien beaucoup ! Mais Shadow il est tout collé contre la grosse roue du camion et il souffle sur moi aussi. Alors moi je tends mes mains et Shadow il me griffe. Ca fait bobo mais c’est pas grave parce que Shadow il a peur et qu’il est pas méchant d’habitude. Alors moi j’arrive à l’attraper par le dos et j’appuie fort sur lui comme quand Papa il veut l’emmener à la douche. C’est comme ça qu’il faut faire. Shadow il est tout aplati par terre alors je lui caresse la tête puis je le soulève pour l’attraper. Je le serre fort comme Doudou quand je lui fais un câlin, pour pas qu’il s’échappe encore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 1073
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Sam 12 Déc 2015 - 17:39

L’esprit aussi embrasé que le bâtiment, je fixe désespérément l’entrée du bâtiment. Dès que les pompiers font sortir une personne, mon cœur se serre en espérant, ou craignant, voir quelqu’un que je connais. Je suis prise au piège entre l’effroi et l’espérance, j’ai de grandes difficultés à calmer ma respiration rapide, qui me cause fréquemment une toux. Je crois que j’ai inhalé un peu trop de fumée pour que mes poumons le supportent. Doucement, je caresse mon ventre, un geste qui me relaxe un peu. Nous sommes en vie, tout va bien, n’ayez pas peur…

Soudain, je vois quelque chose qui me glace le sang et je ne peux m’empêcher de hurler.


« RYOSUKE ‼ NON ! RYOS- Mais quel idiot ! C’est pas possible… Non…»

La panique commence à m’assaillir et je n’arrive plus à penser correctement. Pourquoi ? Non. Ce n’était pas lui. C’est pas possible, il n’aurait pas… Si, il était habillé comme ça ce matin… J’ai mal vu ? Oui ça doit être ça, il faut qu-

Un léger rire, à côté de moi, me sors un peu de mon état. Je tourne la tête pour voir qu’il s’agit de Robin. Que fait-elle ici ?


« C’est con, je venais de finir la peinture dans le salon ! »

Hein ? La salon ? Elle habite ici aussi ? Pourquoi ne l’ai-je jamais vu ? Sûrement nos horaires de travail en décalé. Même lorsque les surveillants terminent à la fin des cours, comme je reste souvent un peu après, le retour au bercail n’est pas à la même heure… Je ne sais quoi lui dire alors j’ouvre simplement la bouche, incapable d’en faire sortir le moindre son.

« Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? Vous allez bien toutes les deux ? »

Une autre voix que je connais bien résonne dans mes oreilles. Je regarde s’approche le directeur et hoche la tête à sa question, même si intérieurement, ça ne va pas du tout. C’est vrai que lui aussi habite ici… C’est pareil, comme je ne le croise jamais, j’ai tendance à l’oublier alors qu’il habite juste à côté… Je me suis trop focalisée sur Ania et Ryosuke et je me rends compte que je suis devenue assez casanière… Quelle belle vie… Je me retiens de soupirer et tente à nouveau de parler.

« Le… Le feu était dans le local poubelle… lorsqu’ils m’ont aidée à sortir. J’ai cru entendre que le feu s’est propagé dans les étages, via les conduits du vide ordure… »

Bien, j’ai réussi à expliquer un peu la situation, même si je n’en sais pas beaucoup plus. J’ai entendu ça lorsque les pompiers me libéraient de la cagoule de survie, après ils m’ont mise à l’écart, là où je suis actuellement. Je regarde à nouveau l’entrée de l’immeuble et je remarque un chien gris en sortir. Il a réussi à s’échapper mais qu’en est-il de ses maîtres ? J’espère qu’ils vont bien aussi.

Plus je regarde le chien, plus je me dis que je l’ai déjà vu avant. Pas étonnant vu qu’il est dans le même immeuble… Approche toi un peu plus que je puisse te voir de plus près… Il n’a pas l’air très beau en tout cas. On dirait Franck… Mais oui ! C’est Franck ‼ Me dit pas qu’il est entré dans l’appartement pour sauver son chien ! Je me baisse en peu et commence à appeler le chien. Il ne m’a pas vu beaucoup, mais il viendra peut-être.


« Franck ! Viens mon chien. » Je siffle un peu et ça semble mieux fonctionner vu qu’il se dirige vers moi. « Oui ! C’est bien ! Viens là. Bon chien ! »

J’ai un peu de mal à le faire, mais je le caresse et le bras dans mes bras. Il n’est pas bien lourd et ça sera plus simple. En plus, avoir un chien qui cours partout, ça pourrait gêner davantage les secours. Le carlin remue un peu et j’essaie de le calmer.

« Shh… Shh… Calme toi Franck. Ton maître va bientôt sortir… Dépêche toi Ryosuke… »

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Sam 12 Déc 2015 - 21:36


La vie, c'est une panique dans un théâtre en feu.

Les flammes.... ça brûle il parait.




Cela faisait maintenant un moment que Mila vivait de nouveau seule dans ce grand appartement. Elle avait pourtant commencé à apprécier la compagnie de son colloc' bien qu'il était particulier. Tochiro était pourtant parti du jour au lendemain sans prévenir......

Quelques jours plus tôt...

Mila avait eu une nouvelle longue journée entre les projets de sa classe et le club de journalisme, elle n'arrêtait plus vraiment de travailler sauf le soir. Elle avait pris l'habitude d'aller avec Tochiro mangeait dans différents petits restaurants car tous les deux n'avaient jamais le courage de préparer le moindre repas. Elle s'entendait d'ailleurs très bien avec ce personnage haut en couleur. Cela faisait d'ailleurs quelques jours qu'il lui disait ne pas savoir s'il garderait encore longtemps son poste d'assistant. Il en avait déjà marre des jeunes qui ne respectaient pas grand chose.

Elle avait alors décidé qu'aujourd'hui, elle l'embarquerait jusqu'au meilleur restaurant italien de la ville. Seulement, quand elle arriva à l'appartement, elle découvrit que les affaires de son collègue avaient disparu. Elle alla voir s'il les avait rangées dans sa chambre mais là aussi, elle se retrouva face au vide. Elle comprit alors qu'elle ne le reverrait sans doute jamais.  



Ainsi, elle avait pris gout à rester dans son lit quand elle ne travaillait pas, ne se levant que pour se préparer, enfin, de quoi manger et pour lire des livres qui trainaient un peu partout dans sa chambre. Et vu que ce matin elle ne travailait pas, elle s'était plongé dans un livre d'Edgar Alan Poe. Elle adorait plutôt bien les histoires de ce grand écrivain. Quand elle remarqua de la fumée passait sous sa porte d'entrée ainsi que l'alarme incendie beuglait dans le couloir, elle se dépêcha d'attraper son sac à main. Elle alla prendre un essuie vaisselle qu'elle trempa et couvrit sa bouche avec. Il fallait absolument sortir de là, elle le savait. Il y en a qui serait resté sur place, en attendant que les pompiers les sauvent. Mila, elle, un peu trop téméraire et sûre d'elle, elle n'hésita pas une seconde à foncer vers la sortie et affronter les flammes. Il y en avait d'un côté, mais, par chance, dans les escaliers, il semblait que le passage n'était obstrué que par une fumée épaisse et noire.

A chaque nouvelle respiration, Mila sentait ses poumons lui brûlaient mais elle savait que si elle se laissait aller, elle n'atteindrait pas la sortie. Elle courait dans les escaliers, sautant régulièrement des marches pour gagner du temps. Dehors, elle entendait les sirènes des pompiers sur lequel se superposait l'alarme d'incendie. La jeune photographe se concentra sur ce son presque rassurant : savoir que dehors des personnes étaient en train d'essayer de sauver l'immeuble lui redonnait un peu de courage.

Après avoir descendu tous les escaliers, elle se retrouva enfin au rez-de-chaussée où une troupe de pompiers entrait. Ils la virent et l'un d'eux vint la soutenir, car il était clair qu'elle commençait à avoir des difficultés à avancer et à respirer. L'homme la sortit de l'immeuble et elle se retrouva entre les mains d'ambulancier qui lui donnèrent un masque à oxygène. Ses jambes la soutenaient à peine et elle s'installa sur le bord d'une ambulance.

© Yamashita sur épicode

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Dim 13 Déc 2015 - 20:06

L'été est là, déjà bien arrivé et certains en profitent, comme ma soeur. Cette dernière à decidé, soudainement, comme ça, de ressouder son couple et de partir en vacances. Sans leur fils parce qu'il a l'école. Il est en maternelle, même. L'école d'Hikari n'étant pas très loin de mon appartement, c'est moi qui garde l'enfant. Je pars donc tous les matins un peu en avance pour emmener mon neveu à l'école. Bon point pour moi, je n'ai pas été une seule fois en retard, depuis le début de la semaine... Entre deux cours, c'est moins dit, ça.

Donc, ce matin, je suis parti, tout en entrouvrant une fenêtre. Il fait une chaleur d'enfer dans cet appartement, et l'été ne bat pas encore son plein. L'année dernière, j'ai faillit tondre ma chienne, je le ferais peut-être cette année, si je vois qu'elle souffre trop de la chaleur. Je sors dehors et l'air est plus frais que la-haut, le courant d'air fera du bien aux bêtes.




11h15. Je reçois un appel de l'école. Hikari à attrapé un coup de chaud et je dois le récupérer et qu'il reste au calme cet après-midi. Bon, heureusement pour moi, j'étais en salle des professeurs à fignoler mon cours pour mes étudiants. Il ne me reste que quelques corrections à faire, je les finis et vais à ma voiture, après avoir demander l'autorisation de quitter plus tôt suite à la maladie de mon neveu.

Une fois arrivé à la maternelle et mon neveu récupéré, je reçois un appel de mon colocataire, cette fois, qui m'annonce que l'immeuble où nous habitons est en train de brûler. Attendez, quoi ? Il brûle ? Et merde ! Je me dépêche de retourner dans ma voiture et une fois Hikari et moi d'attacher de partir à l'appartement. Par chance, il y a pas eût beaucoup de bouchons, ce qui me permet d'arriver rapidement.

Je sors de la voiture, Hikari dans les bras et je rejoins Akiru. On ne peut pas faire grand chose à part regarder, impuissants, l'immeuble brûler. C'est la question d'Hikari qui me fais prendre conscience d'un gros problème. Ils me demande ou son les bêtes et me demande si elles vont prendre feu elles-aussi, mais je lui affirme que non, qu'elles ne craignent rien.

Ou pas. Je crois que j'essaye de me rassurer moi-même en disant ça. Ichigo aboie au moindre danger. Avec les sirènes, je n'arrive pas à l'entendre, mais je suppose qu'elle aboie. Elle doit être paniqué et me jeter dans les flammes serait dangereux. Les pompiers ont assez à faire comme ça, je doute, qu'ils aient besoin de devoir secourir une personne en plus.

Je dépose mon neveu et m'avance vers les pompiers pour prendre des nouvelles de la situation. Ce dernier m'explique que le feu viens de la benne à ordure et s'est propagé à l'immeuble via le vide ordure. Je suis choqué d'entendre ça. J'entends des petits jappements. Malheureusement, ce n'est pas mon chien qui à réussit à sortir, mais plutôt une petite crotte grise qui court droit dans les pattes de Sakura Iroka ? Tiens ? Je ne savais pas qu'on habiter le même appartement. Tout le personnel est réuni ici ? Quelle surprise.

Soudain, j'entends Hikari hurlé qu'il a vu une tête rousse par la fenêtre. C'est vrai que la fenêtre est ouverte. Je sais pas si mon chien aura cet instinct de sauter pour se sauver, mais j'espère pas. Du deuxième étage, elle se blesserait. Peut-être mortellement. Je me recule du pompier et observe la fenêtre de mon appartement laisser ouverte. Ichigo est debout sur le rebord, je vois que sa partie avant, le reste étant caché par la fenêtre, et je vois d'ici qu'elle tient Silver. Même si je ne l'entends pas feuler, je la vois se débattre légèrement. C'est sûr que ça doit faire peur. L'hésitation de ma chienne me fait penser qu'elle a le vertige. Après avoir regarder par-dessus son épaule une ultime fois, elle prend appel sur ses pattes et se jette dans le vide, la chat à la gueule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Lun 21 Déc 2015 - 8:50

C’est bien la première fois que je vois mon appartement cramer. Pourtant, j’ai vécu dans des tas d’endroits mais jamais aucun d’eux n’est parti en fumé pendant que j’y vivais. J’observe les pompiers se presser pour faire sortir tout le monde, c’est un peu le bordel dehors devant l’immeuble. Et puis les premiers habitants qui étaient dehors commencent à arriver, quelqu’un a dû les prévenir. Sans doute l’infirmière scolaire, vu qu’elle était là. Zahn et sa fille sont les premiers à arriver, suivis par le prof d’arts plastiques. Je jette un œil à la gamine qui braille en secouant le bras de son père puis je reporte mon attention sur l’infirmière lorsqu’elle explique que le feu a pris dans le local à poubelles et qu’il s’est propagé dans les étages. Je me demande si c’est un incendie criminel ou juste un accident qui a dégénéré. En tout cas, à mon avis c’est mort pour récupérer nos appartements…

J’observe les pompiers faire leur boulot. Certains sortent de l’immeuble avec des gens, d’autres donnent des ordres. Mais la plupart sont sexy dans leurs uniformes. Je devrais peut-être simuler un évanouissement ? Je sors de mes pensées en entendant l’infirmière appeler un certain « Franck », ce qui, avec son accent japonais, me fait rigoler. Mais ledit Franck n’est pas un homme mais un chien - enfin je crois que c’est un chien – qui semble s’être pris une porte dans la tronche. Qu’il est laid ce chien ! Quand l’infirmière se penche – tant bien que mal avec son gros bide – pour l’attraper, je me rends compte que la gamine du directeur n’est plus en train de lui secouer le bras. Je tourne alors la tête pour voir où elle se trouve et je la vois un peu plus loin, penchée sur un truc noir qui semble être un chat. Personne ne remarque qu’une fillette se trouve au milieu du bordel des pompiers ? Bon d’accord elle est petite et pas très grosse, mais quand même.

Je pose mon sac plastique par terre et je passe par-dessous le cordon de sécurité qui a été placé, rien à faire du pompier qui me râle dessus un peu plus loin. Je m’approche alors de la gamine, qui tient son chat dans ses bras et qui présente une belle griffure sur la main aussi. L’animal semble avoir du mal à rester dans ses bras, il est terrifié le pauvre. J’enlève ma veste puis j’attrape le chat pour l’enrouler dedans. Pris comme un sushi, au moins il ne griffera personne. Je le serre contre moi puis j’attrape la main de Kendra

« Viens Kendra, faut pas rester là. »

Je la ramène vers son père à qui je tends d’abord l’animal enroulé dans ma veste. J’aimerais éviter de me faire déchiqueter la peau par la bête apeurée. Puis je me penche vers la gamine pour la prendre dans mes bras, histoire qu’elle ne s’enfuit pas à nouveau, mais elle ne pense qu’à son chat.

« Il va bien le chat, regarde, c’est ton papa qui l’a ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 10
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007


Mon personnage
❖ Âge :
❖ Chambre n° :
❖ Arrivé(e) en :
Le Doyen
« Personnel ; directeur (pnj) »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Lun 21 Déc 2015 - 9:04

Sakura m’explique que le feu a débuté dans le local à poubelles et qu’il s’est sans doute propagé via les conduits des vides ordures. J’espère que certains appartements n’auront rien subi, que les affaires des gens seront récupérables. Si l’incendie de l’école ne nous a pas trop fait souffrir vu que c’était durant les vacances scolaires, voir son appartement se faire incendier c’est autre chose. Toutes les affaires, tous les souvenirs … tout ça risque de partir en fumée et d’être irrécupérable. Sans compter qu’on ne pourra sans doute pas retourner dans nos logements d’ici un bon moment. Je devrais sans doute penser à mes propres affaires, au chat qui est enfermé dans mon appartement, mais la première chose qui me vient en tête c’est que le peu de choses que j’ai de la mère de Kendra se trouve dans cet appartement. C’est bête à dire mais c’est à quoi je pense en premier.

Je pense aussi à mon chat quand Sakura récupère un chien qui semble s’être enfuit de l’immeuble en flammes. C’est à cet instant que ça me tilt et que je pense que mon pauvre gros chat noir est coincé dans l’appartement, sans aucun moyen de sortir. Alors je me doute que les pompiers sont allés dans tous les appartements pour vérifier que personne n’était coincé à l’intérieur, mais je doute qu’un pompier ait attrapé mon animal pour le sortir de là. Quand je vois Robin passer sous le cordon de sécurité, je me demande ce qu’elle fait. Puis je la suis du regard pour la voir s’approcher de Kendra. KENDRA ! Je ne l’ai même pas vue partir. Je regarde la jeune femme prendre sa main puis me la ramener, avant de me tendre un truc enroulé dans ce qui semble être sa veste. C’est Shadow ! Terrifié mais vivant et tiré d’affaire, trempé mais bien là. J’attrape le colis puis je regarde Kendra. Je n’ose même pas la gronder, elle est partie pour chercher son chat.

L’animal se débat comme une anguille, j’ai du mal à le tenir même enroulé dans la veste de Robin. Du coup, je profite du fait que ma petite fille soit entre de bonnes mains pour aller enfermer le chat dans ma voiture. Avec un peu de chances, il va se terrer sous un siège et ne pas déchiqueter mes sièges. Je laisse la veste dans la voiture avec l’animal, de toute façon elle est mouillée. Puis je retourne avec les autres, attendant que tout ceci se termine pour connaître enfin l’ampleur des dégâts.

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Tessa, Heisuke ou Rikuo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Lun 21 Déc 2015 - 9:12

Moi j’aime pas parce que Shadow il essaye de se sauver. Je le serre très fort comme quand je fais un super-câlin à Doudou mais même, Shadow il est fort et il essaye de se sauver. Même qu’il miaule pour que je le lâche mais moi je veux pas le lâcher parce que sinon il va se faire marcher dessus par les grands pompiers. Et moi j’ai pas envie que Shadow il se fasse écraser ! Moi je relève la tête quand Tata Robin elle s’approche de moi et qu’elle enlève sa veste pour attraper Shadow et l’enrouler dedans. Comme ça Shadow il est coincé et il peut plus griffer personne ! Puis Tata Robin elle prend le chat dans ses bras et elle le serre fort puis après elle prend ma main et elle me dit que faut pas qu’on reste là. Tata Robin elle a raison parce que sinon on va se faire gronder par les pompiers. Alors moi je la suis sans rien dire. Même que après Tata Robin elle donne le chat à mon papa et Papa il s’en va. Il m’a même pas grondée pour être partie sans lui.

« Tata ? Né où le chat ? »

Moi je demande à Tata Robin où est-ce que mon papa il emmène le chat. Mais Tata Robin elle me dit que le chat il va bien et elle me prend dans ses bras. Moi je regarde Papa qui va mettre le chat dans la voiture et au moins comme ça, Shadow il aura moins peur ! Parce que y’a Doudou dans la voiture et que je sais que Doudou il va faire un câlin à Shadow !

« Moi né bobo la main ! »

Je tends ma main pour que Tata Robin elle voit. Moi je saigne parce que Shadow il m’a griffé fort mais je pleure pas parce que ça fait pas trop mal. Puis je tends ma main vers Tata Sakura parce que c’est Tata Sakura qui soigne les bobos normalement. Tata Sakura elle a un chien dans les bras !

« Ah, né petit chien ! » Moi je veux le caresser mais je suis dans les bras de Tata Robin alors je suis trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Lun 4 Jan 2016 - 17:30

Ichigo vient de sauter. Cette folle ! Elle peut se tuer ! Le miaulement terrifié de Silver attire les pompiers qui déploient en vitesse une petite bâche pour ramasser l’animal. Mais l’un des pompier à accidentellement lâché la bâche et mon chien à toucher le sol. La chienne à lever la tête, empêchant à Silver de toucher le sol, mais par contre, elle ne s’est pas loupé. Elle a deux pattes qui semblent dans un triste état, dans un drôle d’angle et je soupire.

Le chat dans la gueule, la pauvre bête se redresse difficilement et s’avance un boitant bien bas et couinant à chaque pas. Je laisse mon colocataire récupérer son chat et je couche enfin mon chien sur le flanc. Je vais devoir l’allonger en voiture. Mais après. J’ai vu que mon collège était rentré dans le bâtiment mais je ne sais pas s’il en est ressorti.

Après avoir demandé à mon neveu de surveiller Ichigo et de rester auprès d’Akiru, je m’avance vers mes collègues un peu rassemblés au même endroit. Je les salue tous avec respect.

- Comme si on avait besoin d’un autre incendie sur les bras. J’espère qu’il n’y aura pas trop de dégâts. Vous allez bien vous ? Vis-à-vis de l’incendie, j’entends ?

En fait, j’ai posé une question débile, là. Bien entendu qu’ils vont bien, sinon, ils ne seraient pas là, débout à regarder l’immeuble qui prend feu. Je venais les voir pour une autre raison, de base. Savoir si mon collègue avait pu ressortir ou s’il était toujours coincé dans l’immeuble. J’espère qu’il est ressortir.

- Et Ogawa-san ? Je l’ai vu rentrer mais pas ressortir. J’espère qu’il n’est pas coincé dedans.

Pas le temps de me répondre que j’entends qu’on me tire le pantalon et que j’entends pleurnicher. Je ma baisse à la hauteur d’Hikari et lui demande ce qui ne va pas. Je parviens difficilement à comprendre, et lui à articuler, qu’il a dû laisser dans l’appartement le jouet que mes parents lui avaient offert lors de leur dernière visite. Bah j’y peux rien, moi, si l’appartement à flamber. Je le rassure comme je peux en lui disais que je lui en rachèterais un autre quand je pourrais. Comme les trois quart des objets étant dans l’appartement. J’espère que je n’aurais pas trop de pertes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 10
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007


Mon personnage
❖ Âge :
❖ Chambre n° :
❖ Arrivé(e) en :
Le Doyen
« Personnel ; directeur (pnj) »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Sam 23 Jan 2016 - 17:49

En revenant vers les autres, je vois que Robin a pris Kendra dans ses bras, sans doute pour éviter qu’elle ne se faufile à nouveau sur les lieux de l’incendie. J’aurais préféré qu’elle soit à l’école ce matin plutôt que de devoir l’emmener avec moi au bureau puis ici. Ce n’est pas vraiment un spectacle pour une petite fille, même si la plupart des gens semblent sortir de l’immeuble sans être trop blessés. Je m’approche de Robin puis je tends les bras pour attraper Kendra.

« On va aller chez Mamie, d’accord ? »

Je pense que ce sera le mieux pour ma petite fille d’aller passer son après-midi chez ma mère. Et sa nuit aussi sans doute. Au moins là-bas elle ne sera pas au milieu de tout ce bazar et ma mère pourra l’occuper un peu. Le chat aussi sera bien avec un bon coup de sèche-cheveux et un bol de croquettes. Je reviendrais ensuite pour voir tout ça. C’est quand Kendra me tend sa main que je vois la griffure dessus.

« On va soigner ça chez Mamie. Tu sais Kendra, Shadow a eu très peur, il faudra lui faire des câlins et jouer avec lui ce soir. »

Je salue les autres puis je retourne à ma voiture pour installer Kendra dans son siège. Le chat est recroquevillé sous le siège passager, tremblant encore de peur. Je sens que ça va être difficile de le récupérer tout à l’heure pour le faire sortir de là. Mais il sera mieux chez ma mère que dans ma voiture. Je monte à mon tour dans la voiture puis je démarre. Je me dis que tout ça va pas mal chambouler nos petites vies à tous.

[HS : Kendra et Zahn s'en vont donc de ce sujet ^^]

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Tessa, Heisuke ou Rikuo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Sam 23 Jan 2016 - 17:55

Moi je veux caresser le petit chien mais Papa il revient et il me prend dans ses bras. Pourtant j’étais bien dans ceux de Tata Robin, parce qu’elle est gentille Tata Robin ! Mais Papa il dit qu’on va aller chez Mamie et moi je suis contente parce que j’aime bien aller chez Mamie. Chez Mamie on joue toutes les deux et Mamie elle me fait même des gâteaux. Et Papa il me dit que chez Mamie on soignera mon bobo à la main parce que moi j’ai quand même un peu mal même si ça saigne plus trop trop quand même. Alors moi je dis oui à Papa et je lui fais un câlin un peu parce que j’ai laissé Doudou dans la voiture. Et puis Papa il m’explique que je vais devoir faire des câlins à Shadow et jouer avec lui aussi parce qu’il a eu très peu. Shadow il avait les poils tous dressés sur son dos tout à l’heure alors moi je sais que Shadow il a eu peur ! Moi je fais un coucou à tout le monde quand Papa il dit au revoir.

« A’vouar Tatas ! »

Je dis au revoir aussi à tout le monde et puis après on va dans la voiture et Papa il m’assoit dans mon siège. Moi j’attrape Doudou et je lui fais un câlin aussi et je lui montre mon bobo et je lui raconte tout ce qui s’est passé dehors pendant que Papa il monte aussi dans la voiture. On va chez Mamie !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 1073
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  Jeu 18 Fév 2016 - 19:38

Les yeux rivés vers la porte de l’immeuble crachant des volutes de fumées noires, je caresse Franck qui se calme peu à peu. Je sens son petit cœur battre à tout rompre et pour l’avoir vécut, je ne peux que comprendre la pauvre bête. Soudain, Robin pose son sac plastique et passe derrière le balisage de sécurité. Le pompier l’interpelle mais elle n’en tient pas compte et se dirige vers… KENDRA ?! Mon dieu, mais que fait-elle là bas ? Quand est-elle partie ? Et qu’est-ce qu’elle tient là ? Un chat ? Ah oui, c’est vrai que Itashi-san a un chat particulièrement fugueur… Au moins, aujourd’hui, ça lui aura été bien utile…

À leur retour, s’ensuit un enchaînement d’événement… Robin donne le chat, emmailloté dans sa veste à Itashi-san. Il va immédiatement le mettre dans son véhicule. Ikumi-san arrive pour nous demander si on va bien. Je hoche la tête. La petite parle, tend sa main vers moi me parle de bobo puis du chien et Ikumi-san parle de Ryosuke. Le directeur revient pour récupérer sa fille et partent en direction de la voiture. Je lève la main par automatisme et commence à me sentir mal… Entre les mouvements continus des secours, les va et vient à côté de moi, les sujets qui fusent, mes émotions fortes, l’inquiétude et mes hormones je n’en peux plus… J’ai envie de hurler mais je ne peux pas, le chien est calme, car oui, il y a Franck aussi à prendre en compte dans l’histoire, alors avec un hurlement il stresserait à nouveau.

Je me mords fortement la lèvre inférieure et ne peux retenir les larmes de couler. Mes yeux se posent à nouveau sur la porte et j’espère voir l’autre idiot sortir indemne du bâtiment.


« Je… Je n’ai pas vu Ryo… Ogawa-san sortir encore mais… » Je suis prise d’une quinte de toux qui me coupe dans ce que je voulais dire. Peut-être que je devrais aller faire un tour du côté du poste médical avancé… Après un raclement de gorge, je reprends. « mais il y a tellement de personne qu’on ne l’a peut-être pas vu passer… Je vais aller voir si je peux me rendre utile par là-bas… »

Je les salue un peu préoccupée par mon état, celui des petits et de Ryosuke. Pourvu qu’il ne lui soit rien arrivé… J’arrive au niveau de la tente et repère Horime-sensei. Elle aussi habitait ici… Décidément, je devrais sortir davantage de chez moi. Enfin, chez moi… Je n’en ai plus pour le moment. Comment cela va-t-il finir ?

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.  

Revenir en haut Aller en bas
 
[Rp Incendie] La vie, c’est une panique dans un théâtre en feu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: