Partagez | 
 

 Rien n'est permanent sauf le changement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
■ Age : 22
■ Messages : 682
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Rien n'est permanent sauf le changement  Dim 1 Mai 2016 - 9:07

Hum ... Ca fait combien de temps déjà que cet agent immobilier est parti dans un incessant monologue ? Une heure ? Deux heures ? Je regarde discrètement ma montre pour constater qu'en fait seul cinq pauvres minutes avaient défilée. Je ne sais pas si c'est le manque de caféine qui rouille mes circuits mais en tout cas il ne faut pas conter sur moi pour être attentif à la conversation. De toute façon ce n'est pas pour moi que je me retrouve de bon matin à visiter un nouvel appartement. Si je suis présent aujourd'hui c'est uniquement pour accompagner Sakura et la conduire en voiture à son lieu de rendez-vous. Il y a quelques mois elle aurait très certainement sauté dans sa propre voiture pour faire le trajet mais aujourd'hui elle était devenue beaucoup plus raisonnable. Enfin il me semble du moins car depuis le remue-ménage qu'il y a eu dans nos anciens logements je n'étais plus présent pour la surveiller à son domicile. Il y avait bien Kato-sensei avec elle mais je ne la connais pas assez pour savoir si elle avait le temps et l'envie de faire la baby-sitter pour la miss baudruche.

Pendant que notre interlocuteur nous décrit les nombreux avantages de l'immeuble, je commence petit à petit à me perdre dans mes pensées. Ces dernières étaient au départ tournées vers les raisons qui nous amenaient ici : Le besoin d'espace de Sakui pour sa future petite famille tout ça tout ça mais bien vite mon esprit part se perdre dans mes souvenirs de l'incendie qui était à l'origine de toutes ces histoires de déménagement. Honnêtement, je ne me souviens pas de grand-chose du jour même du sinistre. Je me rappelle bien avoir foncé dans le bâtiment en flamme sans m'être accordé ne serait-ce qu'un moment de réflexion mais après c'est le trou noir. Oh bien sûr je vois encore parfaitement la tête que m'a tiré Sakura au moment où elle m'a fait comprendre que sur ce coup-là j'avais été complètement inconscient. Je me rappelle aussi très bien lui avoir lâché un truc du genre "La seule chose que je regrette c'est de ne pas avoir pu sauver ton canapé. On commençait à être bon ami lui et moi." au lieu de simplement m'excuser. Il faut bien l'avouer, moi et les situations trop sérieuses ça fait deux.

" Et vous monsieur, qu'en pensez-vous ? "

Hein ? de quoi ? On dirait que j'ai décroché un peu trop longtemps car je ne sais absolument pas à quoi il fait référence. De toute façon mon avis n'est pas vraiment important, je ne suis que le chauffeur aujourd'hui après tout. Bon bah, C'est le moment d'employer une technique de fourbe pour détourner la question.

" Oh vous savez, tant que ça convient à ma femme, tout me va " dis-je de la manière la plus innocente possible.

Je ne sais pas pourquoi mais je sens que Sakura va me tuer pour avoir dis un truc pareil ou du moins me donner un bon coup de coude dès qu'elle en aura l'occasion. Ce n'est pas la première fois que je l'ennuie de cette manière et vu la réaction qu'elle avait eue le jour où j'ai osé l'appeler "chérie" ça ne sera certainement pas la dernière.

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 26
■ Messages : 1010
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Lun 2 Mai 2016 - 17:21

Début Septembre


L’appart m’intéresse assez mais là il m’endort ce mec… Ce n’est pas très vendeur la façon dont il présente les choses et… Quelle joie de vivre mon dieu ‼ Sourit un peu ! Oula… Non en fait, ne sourit pas… Il est mieux quand il tire la tronche. Du coin de l’œil, j’observe Ryosuke qui semble absorber par la contemplation des murs et surtout de sa montre. Si ça te fait chier de venir, tu n’as qu’à me laisser venir seule. Je ne suis pas inconsciente pour prendre la voiture, ça fait au moins deux mois que je ne le fait plus. J’ai les jambes trop courtes pour toucher les pédales avec mon ventre… Et pourtant, je ne suis pas la plus petite des japonaises : 1m77 quand même hein ! Même si l’autre à côté s’amuse à me dire le contraire. Si cette école est rempli de géants, je n’y peux pas grand-chose ! Au moins, je ne suis pas complexée par le fait de dépasser les gens, c’était pas évident à l’école d’infirmières. Je les dépassais toutes, c’était un peu frustrant. Surtout quand tu as des vues sur un mec et qu’il ne veut pas car tu es plus grande que lui… Saleté de fierté masculine ‼ Tss !

L’agent immobilier me demande ce que je pense et je réponds simplement que ça m’a l’air bien, avant qu’il ne se tourne vers mon accompagnateur pour lui demander son avis. Je souris narquoisement en voyant qu’il ne voit absolument pas de quoi il parle. Ça lui apprendra à ne pas être attentif. Je suis sure qu’il le reproche à ses élèves fréquemment… Surtout quand ils viennent me voir pour soigner son attaque à la craie… Sérieusement, il pourrait y aller plus doucement, un jour, il va manquer le front et ça pourrait être dangereux pour l’élève.


« Oh vous savez, tant que ça convient à ma femme, tout me va. »

Là, je me crispe et fusille Ryosuke du regard, l’espace de quelques secondes, avant de reprendre un masque souriant. Mais qu’il est con ce mec ! « Ma femme » ! Et puis quoi encore ? N’importe quoi ! Je vais lui coller les deux gosses dans les pattes et on verra si je suis toujours sa femme. Quel abruti ! Et le type en face qui gobe, tout sourire et fixe mon ventre. Regarde plutôt ma main, tu verras que j’ai pas d’alliance, il n’a rien à voir avec mon état actuel. Je me retiens de soupirer et lorsque le mec de l’agence se retourne pour nous montrer la cuisine, je colle un bon coup de pied dans le tibia de mon « mari ».

« Baka ! » dis-je en chuchotant et suivant l’agent avec un sourire satisfait.

Après avoir fini la visite, je lui dis que je vais réfléchir et que je rappellerais bientôt. On s’éloigne en direction de la voiture et je m’arrête une fois hors de vue. Je croise les bras et fronce légèrement les sourcils en fixant Ryosuke.


« Tu es sacrément gonflé pour te faire passer pour mon mari, simplement pour esquiver une question ! »

Je ne suis pas vraiment énervée et il le sait très bien. Avec tout ce qu’il m’a fait jusque maintenant, si jamais je m’en étais vexé, c’est sûr que nous ne serions pas tous les deux, en ce moment même, en train de faire la tournée des apparts. C’est un peu aussi une façon de le punir d’avoir été un abruti durant l’incendie… Jouer au héros, manqué de mourir asphyxié et me balancer qu’il regrette de pas avoir sauvé mon canapé… S’il n’avait pas été allongé sur un lit d’hôpital, je crois que je l’aurais giflé pour lui remettre les idées en place. Au moins, j’étais sûr qu’il n’avait pas perdu son « sens de l’humour » et qu’il allait bien… Je lâche un soupire à cette pensée, mon ventre grogne et regarde l’heure sur mon portable : 10h47. Ah oui, j’ai passé l’heure de mon en-cas du matin. En même temps, c’était prévisible avec un rendez-vous à 10h00 qu’à 10h30 je ne serais pas sortie.

Mes yeux se relèvent vers Ryosuke et je lui souris avec une merveilleuse idée en tête.


« On va s’installer au café là-bas ? Vu ta tête ça te fera du bien et eux ils réclament à manger. »  dis-je en pointant le mon objectif du doigt.

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 682
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Sam 5 Nov 2016 - 1:40

Impact imminent dans trois, deux, un ... ouch ! Moi qui m'attendais à un petit coup de coude, voilà que la miss opte pour un "léger" coup dans la jambe à la place. Cela ne me fait bien évidemment pas le moindre mal mais je ne peux m'empêcher d'être surpris à cet instant. Dommage que nous ne sommes pas seuls sinon je me serais bien amusé à continuer notre énième petite gueguerre.

« Baka ! »

Je laisse apparaitre un léger sourire en l'entendant chuchoter ça. On peut dire que je l'avais bien cherché après tout, comme à chaque fois d'ailleurs et je n'avais absolument rien à répliquer à ça. Score de la journée : un partout jusqu'à nos prochaines bêtises journalières !

Le reste de la visite me sembla tout aussi long en explications que l'introduction à laquelle nous avions eu droit peu de temps avant. Mon dieu, j'espère que Sakura est réellement intéressée par le bien que cet agent présente car si elle m'annonce qu'elle est restée jusqu'à la fin uniquement pour être poli je vais avoir la furieuse envie de la forcer à prendre cette appart' en représailles. Bon, je commence peut-être à être légèrement irritable en fait. Certains diront que c'est parce qu'il est encore tôt pour un week-end mais dans mon cas c'est avant tout parce que j'ai VRAIMENT besoin de ma dose de caféine ! Si j'avais su que faire le tour d'un appart' prendrait autant de temps je ne me serais de un : pas lever à la bourre et de deux : préparer un thermo de café pour survivre à tout ça. Halala, il y a pas à dire, trouver des annonces d'appartements sur internet et s'y limiter c'était bien moins contraignant. Bon, mon p'tit Ryo, au lieu de râler pense à la pause qui t'attend après tout ça.

Une fois dehors et enfin libérer de l'agent immobilier le plus soporifique du monde, je me permets de prendre une grande respiration jusqu'à ce que ...

« Tu es sacrément gonflé pour te faire passer pour mon mari, simplement pour esquiver une question ! »

Ah ? Et moi qui pensais qu'on en avait déjà terminé avec cette petite boutade mais il est vrai que c'est à miss baudruche que je m'adresse en ce moment, j'aurais dû envisager que cette histoire ne s'arrêterait pas là. Enfin soit, je dois dire que son ton faussement énervé m'amuse quelque peu. Par contre mon manque de caféine de plus en plus présent m'empêche de trouver tout de suite une bonne réplique à lui assener. Donc au lieu de ça ...

« Et alors ? Ce serais si horrible que ça ? » dis-je tout en fixant un point invisible devant moi.

A la base c'était juste une réflexion qui m'était passée par la tête un court instant mais il semblerait qu'elle avait réussie à franchir mes lèvres sans que j'y fasse vraiment attention. Euh... je devrais peut-être me rattraper et répondre à ce qu'elle vient de dire plutôt.

« Enfin quoi qu'il en soit ça a bien marché donc je ne regrette absolument pas cette technique de fourbe. La seule chose que je regrette c'est de ne pas avoir réussi à esquiver ton affectueux coup de pied. » lui dis-je en souriant.

Je dois bien avouer que j'ai l'irrésistible envie d'illustrer mes propos en lui faisant un "affectueux pat'pat" sur le crane mais la seule chose que je pourrais y gagner serait un autre coup pour aller avec le premier. Ca me réveillera peut-être cela dit. Hum ... à méditer.

Quelques instants plus tard, Sakura releva les yeux dans ma direction et proposa l'idée qui allait illuminer ma journée tout entière.

« On va s'installer au café là-bas ? Vu ta tête ça te fera du bien et eux ils réclament à manger. »

Madame l'infirmière, si vous faites tout pour nous réunir moi et ma chère et tendre caféine je vais vraiment avoir envie de vous épouser.

« Alors là, tu n'imagines pas à quel point j'attendais ça ! Euh je veux dire ... Si les petits ont faim, on ne va tout de même pas aller contre leur volonté. »

Oui oui, je venais bien de passer de l'état de soulagement le plus total à un faux désintérêt en moins de deux. Mouais, je crois que pour le bien de tous et le bien de mes humeurs surtout il vaut mieux qu'on fasse une pause.

Hrp:
 

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 26
■ Messages : 1010
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Lun 7 Nov 2016 - 20:01

Alors que je lui fais un reproche sur son attitude aussi gonflée que mon ventre, Ryôsuke semble ne pas en être affecté plus que ça, ce qui n’est pas si surprenant venant de lui. Je crois que peu importe combien de fois je pourrais râler, ça lui passera toujours au-dessus, chose assez étrange vu notre différence de t-

« Et alors ? Ce serais si horrible que ça ? »

…taille… Veuillez patienter, nous analysons votre demande… ERROR 404… Reboot System…

QUOI ?! Mais c’est quoi cette réplique ? Je le regarde les yeux ronds comme des billes et je sens que mon système interne est en surchauffe ! Si horrible que ça ? Il souhaite vraiment une réponse, il le pense, il se moque ? Je dois le prendre comment là ?! RYO DÉCODEUR PLEASE !!!


« Enfin quoi qu'il en soit ça a bien marché donc je ne regrette absolument pas cette technique de fourbe. La seule chose que je regrette c'est de ne pas avoir réussi à esquiver ton affectueux coup de pied. »

Mon cerveau ne suit plus et tout ce que je parviens à faire, c’est sourire fièrement à la fin de sa phrase. Je sais bien que ça n’est pas un compliment mais ça me permet de supprimer mon état de surchauffe et d’essayer d’effacer sa… je ne sais même pas comment appeler ça et autant ne plus y penser ! Mon ventre grogne et je lui propose la meilleure des idées du monde. Sa réaction :

« Alors là, tu n'imagines pas à quel point j'attendais ça ! Euh je veux dire ... Si les petits ont faim, on ne va tout de même pas aller contre leur volonté. »

L’appel de la caféine a fonctionné à merveille ! Tu es trop faible face à ce genre de proposition. Enfin, je pense ça mais, en réalité, je ne suis pas beaucoup mieux avec la nourriture... On se ressemble sur ce point, entre addicts, on se comprend~

Grand sourire aux lèvres en imaginant ce que je vais manger, je commence la marche en direction du café.


« Alors allons-y ! »

On traverse la route (en toute sécurité évidemment) puis j’attends devant la porte qu’il fasse son boulot de gentleman et m’ouvre la porte gentiment. Après tout, je suis enceinte autant que j’en profite et ça me donne des avantages.

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 682
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Sam 12 Nov 2016 - 19:58

« Alors allons-y ! » Dit-elle avant de prendre la direction du café en question.

Je la suis jusque là sans plus attendre tout en rêvant du café qui m'y attendait sagement. En arrivant, et voyant Sakura s'arrêter devant la porte d'entrée, je faillis croire un instant que nous étions hors des heures d'ouverture mais les lumières à l'intérieur me certifièrent du contraire... Ah zut ce que je peux être bête (et pas très réveille au passage). Où sont donc passées mes bonnes manières.

« Après-toi. » Lui dis-je enfin en lui ouvrant la porte.

Une fois à l'intérieur, une jeune serveuse qui avait l'air quelque peu stressée par ce qui semblait être l'un de ses premiers services, nous conduis jusqu'à une table et nous tendis les cartes avant de repartir hâtivement vers les cuisines. Ah les premiers petits boulots ... Quelle horreur ça pouvait être parfois. Ca me rappelle bien des souvenirs tout ça. Enfin soit.

« Je me demande ce que je vais bien pouvoir prendre. » Dis-je en feuilletant négligemment la carte. Mon air ne trompe pas et il était extrêmement facile de deviner que mon choix se portait soit sur le café, sur le café ou bien ... sur le café. Houlala tellement de choix s'offre à moi. Bon, j'arrête mes bêtises et je laisse Sakui choisir "que donner à manger aux petits" comme elle le dit si bien.

Le temps qu'elle fasse son choix et que nous passions notre commande, je repensais de manière plus posée à l'appartement que nous venions de visiter. Sans conter la manière dont le bien avait été présenté, il n'était pas si mal en fait. Quoi que peut-être pas pour une jeune mère. Je ne parlerais pas des étages à monter et à descendre car il fallait une chance monstre pour trouver un appartement au premier étage dans une grande ville mais pour le reste ... certaines choses me paraissaient dangereuses. Pour le moment ça ne devrait pas poser problème mais quand les deux petits monstres seront née et qu'il voudront vadrouiller dans toutes les pièces ça risque de devenir difficile de les protéger de tout. Enfin, peut-être que je m'égare et que l'endroit plait à Sakura. Elle a peut-être même déjà tout prévu pour la sécurité de ses enfants. Oui peut-être. Ou alors tout ce qu'elle avait prévu à cramer dans les anciens appart' qui sait. Bon, je vais pas me faire plus d'illusion, si je trouve cet appartement trop dangereux et non conforme c'est surtout parce qu'il se trouve à l'exact opposé de chez moi. Je suis même sûr qu'il me faudrait une bonne heure pour rejoindre cet endroit aux heures de pointe alors si jamais il y a un soucis, je ne vous dis pas le bordel pour intervenir. Monsieur Ogawa deviendrait-il trop protecteur ? Pfff.

« Honnêtement, t'en a pensé quoi de la visite ? »

Je ne cache nullement mon envie qu'elle ne le trouve pas à son goût pour les raisons que j'ai déjà évoquées. Et dans le cas contraire, je cherchais déjà un moyen de lui faire changer d'avis. Ce qu'il faudrait c'est trouvé un endroit assez grand et pas trop loin de chez moi ... hum ... ça fait déjà un petit moment que je ne m'intéresse plus trop à l'immobilier. Depuis mon dernier déménagement je crois bien. Tiens en parlant de mon déménagement, je me souviens du jour de ce dernier où j'avais par la même occasion rencontré certains de mes voisins d'étages avec qui j'avais sympathisé le temps de déplacer mes meubles et mes cartons. Deux étudiants en infographie si je me souviens bien mais le plus important là-dedans fut la remarque que l'un d'eux avait fait. "Quand les vieux emménagent, les jeunes déménagent haha" s'était-il exclamé. Je t'en foutrais moi des vieux, je n'ai même pas passer la quarantaine. Cela dit, après en avoir discuté par la suite avec eux, j'avais appris qu'ils comptaient bientôt déménager à cause d'une sale histoire avec leur dernier colocataire. Je n'ai pas vraiment voulu en savoir plus. Cela dit, depuis le temps leur appartement devait être libre... Rien qu'un simple appel au propriétaire et tout pouvait s'arranger ... hum ...

« Sinon il y a peut-être un appart' de libre dans mon immeuble. Il y a juste a passer un appel pour être sûr qu'il est disponible maintenant. »

Et sache que mon instinct protecteur te remercierait fortement de bien vouloir au moins étudier cette proposition.

Hrp:
 

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 26
■ Messages : 1010
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Dim 13 Nov 2016 - 2:07

Il met un léger temps avant de comprendre pourquoi j’attendais devant la porte et finit par me l’ouvrir. Pas trop tôt Mister caféïne ! Nous avons failli attendre les Iroka junior et moi !

« Après toi. »

« Merci bien mon brave~ »

Je souris et passe devant lui afin d’entrer dans le bâtiment. Ooh ! Jolie déco ! Une demoiselle en tenue de serveuse, trop stressée à mon goût, viens à nous et nous installe à une table et repars presque en courant… Elle a presque réussi à me transmettre son état cette andouille… Elle ne sait pas ce que c’est d’être une boule d’empathie ? Non ? Bah, vu son âge, il vaut peut-être mieux remarque. Hum… Bref !

« Je me demande ce que je vais bien pouvoir prendre. »

Doucement, je me mets à rigoler en le regardant faire l’idiot avec la carte. Aussi bien lui que moi savons parfaitement ce qu’il va prendre : Un café noir avec un sucre. Pas plus, pas moins sinon c’est un « sacrilège » mais il le boira quand même pour ne pas gâcher. Trop addict pour refuser la moindre dose de caféïne.

Quand il a fini de s’amuser, il me donne la carte et je l’observe avec attention. J’aurais bien pris un café mais je dois faire attention à la dose journalière donc on va se contenter d’un thé à… la violette tiens ! Ça a l’air sympa. Niveau gâteau maintenant… Mm… Mm… Celui à l’air bien. Oh ! Non ! Celui-là ! Quoi que… Il y a celui-là qui me donne envie aussi… Raah ! Bon aller va pour ses deux là. Un pour moi, l’autre pour les jumeaux, hihi !

Je lève les yeux vers Ryosuke, lui demande s’il veut un truc à manger lui aussi puis passe commande à la jeune serveuse. J’espère qu’elle ne renversera pas tout en courant partout ainsi… Bref, plus qu’à attendre.


« Honnêtement, t'en a pensé quoi de la visite ? »

« Mm ? »

Je sors de mes pensées et lève un sourcil à son air intéressé, je pensais qu’il s’en foutait complètement alors pourquoi cet intérêt soudain ? Son avis a lui, en tout cas, est clair comme de l’eau de roche «  J’ai pas aimé du tout trouve autre chose ». Dommage pour lui, ce n’est pas lui qui y vivra alors le choix me reviens ! Je me recule sur ma chaise et réfléchit tout de même à sa question. Si je rassemble tout ce que l’agent a dit, l’appartement me plait beaucoup mais… sera toujours aussi bien avec des enfants en bas âge ? Le plafond me semblait un peu bas par endroit et j’ai entendu dire que ça n’était pas très bon pour les bébés… Info ou intox, je n’en sais rien mais je me tâte à le prendre en compte… Ensuite, vient l’aspect parking qui se trouve de l’autre côté de la rue, si on fait attention en traversant ce n’est pas un problème mais les enfants, ça grandit et ça peut vite traverser la route sans qu’on est eu le temps de dire « ouf ».

Peut-être que je psychotte trop sur des détails inutiles, mais je veux ce qu’il y a de mieux pour eux…


« Eh bien, j’ai aimé. L’appart en lui-même est sympa, joli, pas trop cher mais… au fond de moi je ressens que ça n’est pas ce qu’il me faut pour que l’on soit heureux tous les trois… »

Satisfait de ma réponse ? Elle colle à ton avis de « mari qui suit l’avis de sa femme » ?

« Sinon il y a peut-être un appart' de libre dans mon immeuble. Il y a juste a passer un appel pour être sûr qu'il est disponible maintenant. »

Nous y voilà ! Je me disais bien aussi que, d’un coup, il s’intéressait à la raison de notre venue dans ce coin de la ville. Je souris malicieusement et le regarde avec un air taquin.

« Dans ton immeuble hein ? Je te manque à ce point en tant que voisine ? Avoue que tu n’arrives plus à te passer de moi maintenant ! »

Je le taquine tout comme il le fait avec moi. Bien entendu, il me propose ça uniquement pour pouvoir être « là pour m’aider » ou tout simplement pour surveiller la future mère ô combien déraisonnable que je suis !

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 682
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Mar 22 Nov 2016 - 18:15

Sakura semblait être aux anges en consultant la carte. Et c'était les mini-Iroka qui avaient faim hein ? Sucrovor va. Elle me demanda par la suite si je désirais moi aussi quelque chose à grignoter pour accompagner mon café mais je lui fit un hochement négatif de la tête.

« Honnêtement, t'en a pensé quoi de la visite ? »

« Mm ? »

Elle semblait intriguée par ma question soudaine. Rien de plus normal puisque j'avais parfaitement démontré par ma conduite de ce matin que je ne portais pas grand intérêt à la visite. Enfin, pourquoi être attentif quand sa chère et tendre petite femme s'occupait de tout ? Ahah, je ne m'en lasse pas de celle là.

« Eh bien, j'ai aimé. L'appart en lui-même est sympa, joli, pas trop cher ... »

Bon, je ne sais pas pourquoi mais je pense que ça va être dur de la faire changer d'avis s'il est si joli, si sympa et si peu cher. Hum ...

« mais… »

Ah ? un "mais" salvateur serait-il en train de faire son apparition ?

« au fond de moi je ressens que ça n'est pas ce qu'il me faut pour que l'on soit heureux tous les trois… »

Ouf ! J'aurais presque été déçu pour elle si je n'avais pas mon idée de réserve.

« Sinon il y a peut-être un appart' de libre dans mon immeuble. Il y a juste a passer un appel pour être sûr qu'il est disponible maintenant. » Avais-je dis en me réinstallant confortablement dans le fond de mon siège.

Niveau subtilité j'avais fait mieux. Bah, de toute façon elle reconnaissait d'elle même que l'autre appart' n'était pas fait pour elle alors solution pour solution ... Houla, c'est quoi ce regard tout à coup miss sucrette ? Tu as une mauvaise idée derrière la tête et ça se voit à des kilomètres à la ronde. Devrais-je me méfier ?

« Dans ton immeuble hein ? Je te manque à ce point en tant que voisine ? Avoue que tu n'arrives plus à te passer de moi maintenant ! »

Ne m'attendant pas à ce genre de réplique, je restais dans un premier temps incrédule face à notre amie l'infirmière qui semblait beaucoup s'amuser. Hey, j'suis à moitié Ko c'est pas du jeu d'attaquer en traitre comme ça ! Un peu de respect pour les comateux bon sang ! Cela dit, involontairement, elle soulevait une question à laquelle je n'avais pas trop envie de penser maintenant. Enfin soit.

« J'avoue, ça me manque de ne plus pouvoir te gendarmer h24. J'hésite même à t'adopter pour te faire dormir sur mon canapé avec Franck. » Plaisantais-je.

Je n'aurais jamais fait dormir une femme, et encore moins une femme enceinte sur mon canapé neuf voyons... le sol était bien assez confortable ! /SBAF/ ! Bon ok, j'arrête mes conneries, je sais très bien que je n'en pense pas un mot de toute manière. J'allais rajouter quelque chose quand notre adorable serveuse endimanché refit son apparition, les commandes en bonus. Je ne sais pas si c'est moi mais je trouve que ses mains ont un peu trop la tremblote à mon goût. Pas tomber, surtout ne rien faire tomber ! Sucrette, ta lourde dose de sucre est en train de faire dangereusement tanguer le plateau là. Je t'avais bien dit que tu mangeais trop. C'est par je ne sais quel miracle que nos commandes arrivèrent finalement sur la table en un seul morceau. Ouf, nous venions d'échapper à une catastrophe. Oui "catastrophe" parce que mon café aurait fini en gros splash sur le sol devant moi. C'est comme retirer un jouet à un gamin, c'est cruel et ça ne se fait pas ! Bref d'ailleurs en parlant de gamins ...

« Et bien, tu les gâtes les p'tits Iroka. » Dis-je en faisant allusion aux gâteaux que l'infirmière avait choisi. « Attention, si tu les dopes trop au sucre ils vont se déchainer et tu ne pourras t'en prendre qu'à toi-même. » J'imaginais déjà les petits monstres en mode hyper-actif, et ben, tel mère tel fils. "Mini-Iroka", "petit monstres", il faudrait peut-être que j'arrête de les appeler comme ça à la longue sinon dans quelques mois je serais capable de les surnommer "gremlins 1 & gremlins 2" et je ne pense pas que maman sera très contente d'entendre ça.

« Au fait, je ne pense pas te l'avoir demandé mais tu compte les appeler comment tes deux petits monstres. Histoire que je m'habitue à ne plus leur donner de surnoms débiles. » Dis-je avant d'enfin pouvoir savourer mon premier café de la journée. Mon dieu ce que ça pouvait faire un bien fou. Je venais encore de traiter ses enfants de petits monstres, oups. Bah, Sakura devait savoir depuis le temps que ce n'était pas méchant. Presque tout le monde avait un surnom avec moi. Certains en avaient même plusieurs, n'est-ce pas madame baudruche ?

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 26
■ Messages : 1010
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Mer 23 Nov 2016 - 15:49

La tête qu’il fait ! Je ne peux m’empêcher de rigoler un peu en le voyant buggé. Ce n’est pas souvent que j’y parviens mais là, avec son manque de caféïne, il faut dire que c’était un jeu d’enfants !

« J'avoue, ça me manque de ne plus pouvoir te gendarmer h24. J'hésite même à t'adopter pour te faire dormir sur mon canapé avec Franck. »

« Hahaha ! Comme si tu en étais capable ! Désolée, mais je ne suis pas comme toi, je ne squatte pas les canapés des gens. »  

Mon partenaire semble fixer quelque chose avec insistance et je me retourne afin de savoir quoi. Oh… Ça tangue dangereusement… Ne fais rien tomber par pitié ! Je ne veux pas que mes gateaux tombent au sol ou qu’ils deviennent saveur café… En plus, s’il assiste à la mort de son café, il risqué de pique rune crise de nerf vu son état. Il ne faut pas rigoler avec les drogués à la caféïne ! Halleluya ! Elle a réussi à tout nous déposer sans encombres sur la table ! Bravo pour l’exploit ! Je lui aurait bien fait une danse de la victoire mais, vu mon état, il ne vaut mieux pas.

« Et bien, tu les gâtes les p'tits Iroka. Attention, si tu les dopes trop au sucre ils vont se déchainer et tu ne pourras t'en prendre qu'à toi-même. »

« Les deux ne sont pas pour eux, il y en a un pour moi aussi. Merci de t’inquiéter pour eux, mais les Mini Irokas iront très bien ! » dis-je avec le sourire pour répondre à sa remarque, tout en coupant un bout du premier gâteau avec ma cuillère.

Je fais attention à ce que je mange depuis que je suis enceinte alors je peux bien me faire des petits plaisirs de temps en temps. Mmh~ Trop bon ce gâteau, j’ai trop bien fait de le choisir ! Vous le trouvez bon aussi mes petits chéris ? Oh ! Ils ont bougés ! Hihi ! Ils m’ont répondus, ils sont choux~♥


« Au fait, je ne pense pas te l'avoir demandé mais tu comptes les appeler comment tes deux petits monstres. Histoire que je m'habitue à ne plus leur donner de surnoms débiles. »

Ah ! Les prénoms… Ce que cette question revient fréquemment à la charge depuis plusieurs mois. Tout le monde me la pose ! C’est normal dans un sens mais bon, ce que c’est usant à force… Surtout quand tu n’en as absolument aucunes idées… Je ne dis pas que je n’y ai pas réfléchit, je sais déjà plus ou moins comment les appeler mais je n’arrive pas à me fixer. C’est quelque chose qui les suivra à vie et que, normalement, on ne choisit pas seul… Merci Al’ pour m’avoir laisser cette lourde tâche…

Une amie Française, que j’ai rencontrée lors des séances d’entraiment pré-natales, m’avait proposé des prénoms en rigolant, m’expliquant que c’était une blague française mais… comme je ne parle pas Français, forcément, j’ai rigolé uniquement pour lui faire plaisir… Haku et Shidan, accident dans sa langue natale… En Japonais, ça ne donne pas la même chose et c’est trop bizarre donc non !

Je souris à Ryosuke et lui répond après avoir fini ma deuxième cuillère de pâtisserie.


« Je ne suis pas encore certaine mais mes adorables bambins devraient se nommer Ren et Yukio. C’est joli non ? »

Ce sont les deux premiers prénoms qui me sont venus en tête et je trouve que ça leur irait bien. Du moins, je l’espère…

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 682
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Dim 27 Nov 2016 - 18:47

« Je ne suis pas encore certaine mais mes adorables bambins devraient se nommer Ren et Yukio. C'est joli non ? »

Yukio ? Oui pourquoi pas, après tout il y avait de fortes chances pour que les enfants de Sakura naissent en hiver* alors j'imagine que ce prénom lui est venu rapidement à l'esprit. Ren par contre ... Je ne sais pas si c'était une mauvaise blague mais en tout cas la miss semble vraiment apprécier ce prénom. Elle n'a pas fait le rapprochement entre le nom d'un certain ex et celui-ci ou quoi ? Pourtant l'épisode de l'homonyme involontairement shooté et tout le reste aurait dû lui encrer ce prénom bien profondément dans le cerveau. Peut-être qu'elle en avait parfaitement conscience en fait mais alors là, c'était encore plus stupide de sa part.

« Ren ? Tu es sérieuse ? Tu ne trouves pas ça légèrement malsain de donner le nom d'un ex à l'un de tes enfants ? Ne le prend pas mal mais ça fait un peu "fille qui n'oublie pas son ancien copain".»

J'y avais peut-être été un peu fort avec cette dernière parole. Ce n'était peut-être pas le moment de parler de ses anciennes relations surtout que dans le cas présent, si elle devait donner le nom d'un homme qu'elle n'oublie pas à son gamin ce serait "Alessandro". Quoi que, donner le prénom du père au fils ce serait encore plus glauque. Imaginez s'il y a des retrouvailles un jour ... Bonjour le malaise. En parlant de ce dégonfler, je me demande s'il a ne serait-ce qu'une pensée pour Sakura en ce moment. Il ne faut pas être le nez scotché à son calendrier pour se rendre compte que les neufs mois était bientôt terminé. D'un autre côté, je n'ai pas non plus envie qu'il revienne du jour au lendemain pour assister à l'accouchement comme si les derniers mois où Sakura avait besoin de lui n'avaient pas eu la moindre importance. Ce type j'vous jure, je m'en souviens à peine mais plus je pense à lui plus je le déteste. Si ma soeur était tombée sur un gars comme lui je lui aurais certainement cassé la gueule et je ne suis pas un violent pourtant. En fait, mon beau-frère actuel n'est pas si mal quand j'y repense.

« A la limite change au moins une lettre ça sera déjà moins glauque. »

Genre Yukio et Rin. Oui, Jump' m'apporte trop souvent ma dose de manga à tel point que je suis presque en train de dire à Sakura que ses enfants pourraient avoir les mêmes prénoms que les fils de satan dans Ao no exorcist. Bon bah au moins, au lieu d'avoir l'air d'une femme en attente de son ex elle aura l'air d'une otaku de premier ordre. Quoi que je ne sais pas si c'est une meilleure chose en fait. Surtout si les élèves de Kobe lui pose la question et qu'ils captent la référence.

Hrp:
 

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 26
■ Messages : 1010
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Lun 28 Nov 2016 - 18:23

Tout en attendant la réaction de mon collègue, je déguste ma troisième cuillère de gâteau. Le gâchis que ça aurait été que de le faire tomber au sol ! Heureusement que la serveuse a tenu bon pour nous servir !

« Ren ? Tu es sérieuse ? »

Mm ? Je relève la tête et sors de ma mini transe gustative, afin de voir qu’il n’a pas l’air d’approuver mon choix.

« Tu ne trouves pas ça légèrement malsain de donner le nom d'un ex à l'un de tes enfants ? Ne le prend pas mal mais ça fait un peu "fille qui n'oublie pas son ancien copain". »

Je déglutis difficilement et d’un coup, je trouve le goût de ma pâtisserie bien fade… Il n’a pas mâché ses mots et ils me heurtent de plein fouet, me faisant un peu trop réfléchir. Mes regrets de ne pas avoir revu Ren après ma dépression, ma rencontre avec Alessandro, ma grossesse et son départ, ma solitude… Non, je ne suis pas vraiment seule. Ryosuke, Ania, Mila, Keiko et les futures mères des séance pré-natales, ils sont tous là pour m’aider à surmonter cette épreuve alors… Pourquoi ce prénom parmi tant d’autres ? Même mon journal intime s’appelle ainsi quand j’y pense… Je suis pitoyable…

« A la limite change au moins une lettre ça sera déjà moins glauque. »

Changer une lettre… Run… Tu peux toujours courir ! Ron… Encore un Weasley ! Rin… Trop féminin à mon goût… Rei ? Non j’aime pas tellement… Je caresse doucement mon ventre – petit rituel qui m’aide à me calmer – réfléchissant à un nouveau prénom. Comment vais-je bien pouvoir t’appeler ? Tonton Ryosuke il- ‼ Ils ont encore bougés ! Vous avez réagis à quoi ? Ryosuke ? Ca vous plait ? Je vais pas t’appeler comme ça quand même… Ryo…iichiro ? Ryo…ma ? ‼ Ryôma ?! C’est pas si mal non ?

« Ryôma… C’est mieux ? Ça à l’air de leur plaire… »

Mes pensées sont pas mal occupées et j’ai un peu perdu mon sourire à cause de tous ses souvenirs envahissants, qui viennent assombrir ma journée.

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 682
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Sam 31 Déc 2016 - 9:38

En voyant la tête qu'elle faisait maintenant, pas besoin d'être fin psychologue pour comprendre que j'avais tiré violemment sur la corde sensible. Nan mais quel con ... Ce n'est pas comme si j'ignorais toute son histoire après tout. Même s'il y avait des zones d'ombres j'avais parfaitement conscience de certaines choses désagréables de sa vie. J'aurais vraiment dû peser mes mots ... Et voilà maintenant qu'au lieu de la regarder en face je me perdais dans la contemplation de mon café dans un silence pesant.

« Ryôma... C'est mieux ? Ça à l'air de leur plaire... » Finit-elle par dire.

« Hum ? » Laissais-je échapper en redressant lentement la tête dans sa direction.

Pendant un moment je redoutais que son silence soit signe d'un profond retour involontaire dans ses pires souvenirs mais au lieu de ça, elle était à la recherche d'un autre prénom. C'était déjà ça de gagné j'imagine. Même si la case Ren avait certainement été franchie à un moment ou un autre pendant ses réflexions.

« Oui j'imagine »

Peu importe mon avis sur le nouveau prénom choisis, je n'arrivais ni à me montrer enthousiaste ni à faire la tête face à son choix. Enfin, "Leur choix" devrais-je dire. Quel que soit celui qu'elle aimera au final, ce sera toujours mieux que Ren de toute façon. Ce n'est qu'après avoir pris une longue gorgée que je finis par reprendre la parole.

« Désolé pour ce que j'ai dis, je n'aurais pas dû le formuler ainsi »

Peu de temps après, ayant conscience que la sâle ambiance que je venais d'instauré pourrait trainer en longueur si je restais sur cette simple excuse, je pris la décision de changer soudainement de conversation pour parler de choses plus légères. Quelques histoires sur le boulot, des nouvelles de certains élèves, ect ... Je pense même m'être une fois de plus mis à radoter sur les anecdotes de ma soeur à son travail. En tant que pédiatre elle en voyait des choses alors ça alimentait plutôt bien les conversations. Ce n'est que quelques tasses de café plus tard que je posa enfin la question qui me brulait les lèvres depuis tout à l'heure à Sakura.

« Bon, et si on le passait ce coup de fil ? L'appart' ne va pas venir à nous tout seul »

Ce n'est qu'au moment de partir qu'un grand bruit se fit entendre du côté des cuisines. Bon, il semble bien que la serveuse a finit par faire sa gaffe finalement.

-------------------------------------------------------------------------------------


Aujourd'hui, jour J du déménagement, Sakura, moi ainsi que quelques amis venu à la rescousse avions passé le plus clair de la journée à déplacer les cartons, les meubles et autres effets personnels de l'infirmière dans sa nouvelle demeure. Demeure qui bien entendu était l'appartement que je lui avais vivement conseillé quelques temps plus tôt. Celui qui se trouvait à quelques étages du miens donc. A l'instant même où elle avait pris la décision de venir habiter ici, je n'avais pas pu m'empêcher de l'ennuyer une fois encore en lui faisant le même genre de commentaire que celui qu'elle m'avait quand nous étions au café : « Allez, avoue que c'est parce que tu n'arrives plus à te passer de moi miss baudruche » avais-je balancé tout en arborant un sourire triomphant. Je suis aujourd'hui encore étonné de ne pas avoir reçu l'une de ses légendaires petites pichenettes. A charge de revanche j'imagine et ça ne devrait pas durer puisque depuis le début de la journée je passais mon temps à réprimander chacun des efforts qu'elles entreprenaient et qui me semblait bien trop fatiguant pour son état. Nan mais il ne manquerait plus qu'elle déclenche le travail et qu'elle accouche sur place avec ses bêtises.

La soirée était déjà bien entamée et les personnes venues nous aider pour la journée avaient déjà quitté les lieux depuis un moment. Je n'étais pas mécontent de l'avancement de choses, toutes les affaires de Sakura étaient maintenant dans l'appartement, entassées là où on avait pu trouver de la place et le plus gros des meubles étaient montés et se trouvaient au bon endroit mais il y avait encore pas mal de boulot. J'aurais bien pu prendre congé à mon tour et laisser la miss se reposer un peu mais mon regard s'attarda quelque instant sur un manuel d'instruction qui appartenait à l'un des meubles toujours en morceaux pour l'instant. J'avais comme un étrange flash back dans le crane en voyant ça. Etrange flash back composé de choses comme un vol intempestif de notice, une miss baudruche dans mes bras et accrocher à mon cou ainsi qu'à une cafetière de café qui avait été miraculeusement sauvé d'un l'évier... hum ... Pas question que je la laisse seule avec du travail à portée de main. Allez savoir ce qui pourrait encore lui passer par la tête. Et puis honnêtement, si je la laisse ici je sens que je ne vais pas fermer l'oeil de la nuit.

« Bon miss, c'est pas que je n'ai pas confiance en toi mais je refuse que tu dormes ici tant que l'assemblage des meubles n'est pas terminé. » Puis j'enchaina en levant les yeux au ciel. « On se demande pourquoi d'ailleurs » Arpès lui avoir pour la énième fois pat pat la tête je poursuivis. « Allez viens, si tu veux râler fais le au moins devant une tasse de thé. » avant d'enfin quitter l'appartement-chantier.

Une fois la porte de chez moi passée, j'invita Sakura à faire comme chez elle le temps que je lui prépare un thé et que je me fasse un peu de café. Ce n'est pas très conseillé le soir mais j'avais bien besoin d'un peu d'énergie après une journée chargée comme celle d'aujourd'hui. Alors que je m'attelais dans la cuisine, je fus étonné de ne pas avoir Franck dans les pattes. Vu la fête qu'il nous avait fait à notre arrivée je m'attendais à le voir scotché à moi un moment. Ce n'est qu'en détournant la tête vers le salon que je compris d'où venait le manque d'attention de la bestiole. Ce dernier semblait être bien plus intéressé par la présence de Sakura que celle de son maitre par intérim. J'sais pas qui est celui qui ventait la fidélité des chiens mais en tout cas ce mec n'avait pas la science infuse à ce que je vois.

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 26
■ Messages : 1010
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 30 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Rien n'est permanent sauf le changement  Lun 9 Jan 2017 - 23:39

Malgré le fait que je pose la question, je dois avouer que je ne suis pas très attentive à sa réponse. En ce moment, je suis en plein conflit intérieur suite à la mini-bombe qui vient de m’éclater au visage. J’ai juste l’impression d’être une fourmilière dans laquelle on vient de foutre un coup de pied… Ça part dans tous les sens et mes anciennes hantises reviennent, Ren, les pauvres filles que je n’ai pas pu sauver, Ren à nouveau car à cause de tout ça je suis partie sans même lui dire où j’allais, mes regrets de ne pas avoir été plus forte… Alessandro, ma grossesse et son refus, peut-être n’aurais-je pas dû forcer les choses… Avorter comme il l’aurait voulu et continuer à vivre ensemble ? N’ai-je été qu’une égoïste en voulant fonder une famille avant d’être trop vieille pour devenir mère ? Pour Ren également je l’ai été en fuyant de la sorte… Je le suis depuis toujours il faut croire car le résultat est visible aujourd’hui, enceinte jusqu’aux yeux et seule, sans aucune famille pour me soutenir. Comment suis-je sensé guider des enfants sur le droit chemin alors que je n’y arrive pas pour moi-même ?

« Désolé pour ce que j'ai dis, je n'aurais pas dû le formuler ainsi »

Je sors difficilement de mes pensées tortueuses et me rappelle que je ne suis pas seule… Oublier la présence de quelqu’un et commencer à déprimer suite à ses paroles… Quoi de mieux pour la faire se sentir mieux. Je dois me reprendre, il n’y est pour rien si je suis plutôt fragile émotionnellement ses derniers temps.

« Ne t’en fais pas, je m’en remettrais. Je suis plus forte que tu peux le croire ! »

Je force un petit sourire en me disant intérieurement « tu parles d’une femme forte, tu étais à deux doigts de pleurer » car ça doit être ce qu’il pense actuellement en changeant radicalement de sujet. Il sait que l’établissement me manque alors entendre parler de ce qu’il s’y passe m’intéresse et, souvent, m’amuse. Il faut dire qu’il a le don pour avoir de bonnes perles durant ses cours ou dans les couloirs. Je n’ai pas la même approche avec les élèves, ça me change. Tout en enchainant les tasses de café, il me raconte aussi quelques anecdotes de sa sœur, qui sont pas mal non plus et me rappelle un peu celles que j’ai eu durant mes cours d’infirmière. De bons souvenirs, ça fait du bien !

« Bon, et si on le passait ce coup de fil ? L'appart' ne va pas venir à nous tout seul »

« Haha ! Tu ne lâcheras pas l’affaire hein ? Ok, on appellera une fois sortie d’ici. C’est malpoli de téléphoner dans un café. »

En réponse, Ryosuke termine presque d’une traite son… enième café afin d’indiquer que c’était le moment d’y aller. Les yeux au plafond, je soupire un peu malgré le fait qu’il m’amuse. Bah oui, il ne faudrait pas qu’il commence à se croire drôle non plus ! Au comptoir, je paie ma part, ne laissant pas le choix à Ryosuke et lui la sienne. Lorsque l’on passe la porte du café pour sortir, je sursaute au bruit qui vient de retentir dans la cuisine… Je regarde mon collègue et nos pensées semblent se synchroniser sur la coupable… Elle va passer un sale quart d’heure la pauvre !

-------------------

Ca y est ! J’ai enfin à nouveau un chez moi ! Bon, pour le moment c’est encore à moitié en chantier, mais c’est chez moi maintenant ! Je n’avais rien contre Katô-sensei mais avec l’arrivée prochaine des enfants, je ne pouvais pas me résoudre à avoir une colocataire. La date approximative de mon accouchement est proche et c’est un soulagement d’avoir pu trouver un appartement pas trop cher, pas trop trop loin de l’école et que je pouvais adapter facilement pour deux jeunes enfants. Je ne lui dis pas, mais si Ryosuke ne m’avait pas proposé cet appartement, je pense que je n’aurais pas pu le faire dans les temps. Il serait trop fier et se plairait à ressortir mes anciennes punchline contre moi. Le pauvre, contrains à reprendre mes phrases car sa répartie est en baisse~

Bref, malgré que nous ayons passé presque toute la journée à faire mon déménagement avec Ania et d’autres amis – petits budgets oblige ! – je ne suis pas vraiment fatiguée. La raison ? Elle se trouve encore avec moi en ce moment ! Mister caféïne me prenait le moindre truc des mains… Comme si je n’étais pas capable de porter une petite lampe de chevet… Du coup, j’ai principalement indiqué l’emplacement des meubles et vidé quelques cartons « vitaux » avec Ania. Oui, le nécessaire pour faire la cuisine et remplir le frigo c’est vital ! Chacun son boulot et comme ça, je n’avais pas trop mon gardien de prison dans les pattes. D’ailleurs, est-ce qu’il a été intelligent dans le montage des meubles ? Je me dirige dans la chambre et fais la moue… Ils n’ont pas monté le lit les imbéciles… Je retourne dans l’entrée, là où se trouve celui qui « gérait » le montage des meubles et m’apprête à le sermonner quand il me devance.


« Bon miss, c'est pas que je n'ai pas confiance en toi mais je refuse que tu dormes ici tant que l'assemblage des meubles n'est pas terminé… On se demande pourquoi d’ailleurs »

Ryosuke lève ses yeux au plafond et je suis bouche bée. Il l’a fait exprès !

« Ryosuke Ogawa ! Tu es vraiment un abom- »

« Allez viens, si tu veux râler fais le au moins devant une tasse de thé. »

Je croise les bras, bien décidée à rester chez moi. Pas de lit ? Pas grave, j’ai un nouveau canap… Merde, il arrive que demain lui c’est vrai… Vaincue, je prends mon sac, mes chaussures et mon manteau pour suivre le prof jusqu’à chez lui. Au moins, ici, il y a un ascenseur pour monter les étages. Il ouvre sa porte d’entrée et une boule de poils surgit pour nous faire la fête.

« Oh ! Mais qui voiiilàààà ? C’est le petit Franck~ Coucouu toiii »

Après ça, Ryosuke m’invite à faire comme chez moi. Je vais me gêner ! Tss ! Chaussures retirées, accompagnée de Franck, je me dirige vers le salon et m’assied dans le canapé. Le chien fais de même et me continue sa joie.

« Bah alors mon grand ? Je t’ai manqué on dirait ! Hahaha ! Tu es adorable, tu sais ça ? »

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
 
Rien n'est permanent sauf le changement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre ville-
Sauter vers: