Partagez | 
 

 [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Jeu 16 Juin 2016 - 23:19

Aujourd'hui il fait chaud. J'aime pas quand il fait chaud. J'aime pas le soleil. J'aime pas transpirer. J'aime pas. C'est d'une humeur de phacochère que je sors de ma dernière heure de cours. Et non d'un loukoum ce que je peux détester l'art plastique. J'ai de la peinture plein les doigts. Mon pantalon neuf est couvert de pluches de je ne sais quoi, et mon pull col-roulé me fait étouffer par cette chaleur. Je suis décidément de mauvaise humeur aujourd'hui, enfin plus que d'habitude en tout cas.

Je passe par ma chambre, voir comment va Nugget, ma grenouille. Elle me lance un petit croassement et attendri je lui sort une mouche pour lui donner.

- Tu verras, t'auras bientôt un copain.

Je lui souris bêtement avant de me changer. Une jupe est de circonstance... Noir hein, faut pas déconner. Et un chemisier vert sapin. Voilà, on va arrêter là la coquetterie. Je sors en lançant un dernier regard complice à ma grenouille adoré et en attrapant mon sac à dos en cuir noir. Je reste plantée devant la porte. C'est vrais que je ne me suis pas posé la question de savoir où je vais aller maintenant. Je vais peut-être aller dehors, comme ça je pourrais fumer si l'envie m'en prend... Ça semble bien... Mais où ? Le toit ? Mnon, mauvaise idée. Où je pourrai aller, le parc ? Mais c'est bondé... Remarque si c'est bondé, personne ne me remarquera.

Je prend donc le chemin du parc, quand je reçois un message de Sergei. Ou plutôt une photo. De la bonne nourriture que sa mère à fait... Japonais d'ailleurs, curieux. En légende il y a marqué : la nourriture est bonne de ton côté ? Parce que moi c'est la fiesta ! Espèce de connard. La bouffe d'ici est aussi bonne que ce que je cuisine bourrée, c'est à dire pourri, mangeable mais franchement bof. Je suis pas très difficile, mais mes papilles gustatives sont sensibles.

- Franchement, ils pourraient bien faire des plats de toutes horizon, la moitié des élèves d'ici viennent du bout du monde.C'est pas sorcier en plus. Au moins des truc plus exotiques, pas forcement russe, mais indien au moins...

Je venais de passer devant un couple qui essayait visiblement de s'étouffer mutuellement. Blasée, je me dirige vers un arbre libre entouré d'un petit buisson. Il y a quelques personnes autour, mais personne ne pourrai m'entendre, je peux donc me laisser aller à râler comme je veux.

- Non parce que c'est vrais quoi, il y a même des élèves qui n'ont pas choisis d'être ici...

Passant du coq à l'âne, je me console en pensant à mon piton, que j'essayais de faire entrer dans le lycée clandestinement depuis 2 semaines.

- Haaaaa, ContonBall.... tu me manques, tu manques aussi à ta copine grenouille. Mouais, Nugget à l'air trop calme, c'est pas normal. Quoique peut-être qu'elle à peur de toi... C'est vrais un python de 2 mètres 50, ça peut être impressionnant... Morf, tu viendras quand même ici, je trouverais un moyen de faire entrer... Par la poste... Ça devrait aller ? Oui... Bon c'est une sorte de clandestin du coup mais bon... C'est un détail, suffit de pas se faire repérer...


Dernière édition par Effie Dovick le Mer 22 Juin 2016 - 20:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 0:05

Mardi après-midi - 15h45

Petite Claire... Tu sous-estimes toujours la météo.
Je crois en la science, mais j'ai toujours préféré croire en mes propres prédictions. Ayant vu le ciel quelque peu nuageux ce matin j'avais pensé qu'aujourd'hui serait une journée fraîche et pluvieuse. Que nenni ! La météo s'étant foutue de moi je me suis retrouvée à suer à grosse goutte dans ce chandail en laine, cloîtrée dans ce four qu'était la salle informatique. J'étais donc partie dans ma chambre pour troquer ce pull contre un débardeur kaki et mes bottines contre une paire de ballerines noires.
J'avais envie de sortir au parc, histoire de me joindre à la communauté étudiante, de profiter de ce petit vent qui venait de se lever. Les devoirs ayant été faits – pendant le cours de biologie, mais chut – je décidai de prendre mon totebag et d'y glisser mon portefeuille et de quoi grignotter comme les macarons ramenés de Paris et quelques bonbons acidulés.

Sur mon chemin je pris un petit flyer parmi un tas disposé dans le hall, qui parlait de ce qu'était le club journal – celui où j'étais inscrite. N'ayant pas vraiment prit connaissance de son contenu je pris soin de le consulter durant mon petit trajet. Mais, cette saloperie de météo qui ne m'avait pas à la bonne aujourd'hui, décida de jeter un coup de vent sur moi et fit s'envoler la fiche non loin d'un buisson aux airs sinistres avec ses petits pics. Je t'entai donc de le récupérer sans me mutiler quand j'entendis soudain une voix agacée venir dans ma direction. Pensant qu'on allait s'en prendre à moi - pour une raison que j'ignorai -  J'eus ce réflexe spontanée et stupide de me cacher dans le buisson, accroupie parmi les feuilles et les pics qui n'avaient pas hésité à écorcher mes deux bras. Ladite personne s'arrêta non loin de moi et se mit à déblatérer des choses sur la bouffe de la cantine, sur de la bouffe indienne... Mais qui était donc cette folle qui parlait seule ? Mais, quoi ? Je tendis l'oreille quand je compris qu'elle parlait d'un plan secret. Ça devenait intéressant ! Peut-être étais-je témoin d'une stratégie de trafic de drogue, ou peut-être même d'armes !
… Une infiltration ? de reptile ? D'un PITON ! Déception. Malheureusement ma journée ne serait pas aux couleurs d'une série américaine. Mais, j'étais témoins d'un futur acte contre-réglementaire... Crac. Mon équilibre précaire me fit tomber fesses par terre. Silence totale. La nana s'était tue. Yeux grands ouverts je restai là sans bouger, quand soudain une ombre vint cacher le rayon de soleil qui m'éclairait.
Je levai la tête et la vis avec ses deux yeux noisettes sinistres.

« Heu... » fis-je doucement en frottant mes pauvres bras mutilés.


Dernière édition par Claire J. Gauthier le Ven 17 Juin 2016 - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 16:12

Toujours perdu dans mon débat en solo, je suis interrompue par un objet perturbateur qui se révéla être une fille. Elle était sortie de nul part -enfin sûrement du buisson en réalité-. Décidément ce lycée était bourrée de personnalité dérangés en tout genre... A peine surprise mais tout de même agacée, je tourne doucement la tête et m'avance vers l'intruse. Je me penche, intriguée par la créature qui est allongée au sol. Elle a des yeux anormalement grand d'une couleur plus ou moins bleuté. Mais je ne peux détailler plus son visage. Je me penche un peu plus prêt de son visage, plisse les yeux. A-t-elle entendue ce que je disais ? Et surtout, est-ce que je parlait à haute voix ?

- Heu...

Sérieusement ? C'est tout ce qu'elle trouve à dire. Je ne sais pas si elle est là pour m'espionner ou autre, mais elle n'avait visiblement pas prévue d'être surprise dans ce buisson. D’ailleurs, après m'être écartée, toujours stoïque et impassible, je remarque ses bras, éraflés. Bien fait, ça lui apprendra à nicher dans un buisson. Non mais qui fait ça ? Franchement.

Bien que plutôt agacée d'avoir été surprise en pleine discussion avec moi même sur un sujet de haute importance, je décide de rester calme. Cette nana a l'air un peu fragile et semble toute sensible ou je ne sais pas quoi, je vais pas la flinguer tout de suite.

- Salut.

Je tourne la tête en croisant les bras, fermant doucement les yeux, pour ne pas m'énerver de trop par son impolitesse. Elle est bizarre en plus d'être mal polis. Non mais franchement.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 17:20

Je ne savais pas ce qu'elle avait celle-là avec cette air mécontent mais selon moi elle était dans sa mauvaise période...
J'étais un peu confuse, me disant qu'elle avait sans doute mal interprété la situation. En même temps, c'est pas tout les jours qu'on voit des gens sortir des buissons comme ça. Ma foi, entre se cacher dans un buisson et parler toute seule j'ose dire que le cas le plus psychiatrique est bien la deuxième option. Cependant, ça arrive à tout le monde de parler seul, mais pas dans un endroit public blindé de monde comme ici ! Je ne préférais pas chercher à comprendre.

Je me mis sur mes deux jambes et tapotai mon jean afin d'enlever la terre qui l'avait légèrement sali. Je remis mon sac sur mon épaule et la salua en retour avec politesse.
La regarder me dépaysait moins, c'était comme m'être soudainement téléporter à Paris en face de cette population au visage caucasien. Mais autour grouillait encore et toujours cette masse de têtes brunes aux yeux bridés dans laquelle on détonait.
Revenons-en donc à ce qu'il s'était passé. Je ne savais pas vraiment ce qu'elle s'en disait mais son expression traduisait en effet de l'agacement et de l'interrogation. Je préférais vite briser ce malaise en m'expliquant :

« Ouai, je sais, tu dois te dire « mais d'où sort cette nana, qu'est-ce qu'elle fout ici ? » et la réponse est : que j'en sais foutrement rien. J'ai vu une ombre arriver en trombe devant moi, j'ai cru que j'avais fait quelque chose de mal et bim, dans le buisson. Voilà. » Je soufflai un peu. C'était un pur réflexe que j'avais adopté depuis m'être fait agressée il y a deux ans de ça par un groupe de jeunes (filles et garçons ou uniquement des filles ? Je ne savais plus.) Je préférais refouler ce souvenirs.

« Excuses-moi de t'avoir surprise, je vais tout de même me présenter : Je suis Claire, 5ème année » fis-je en reprenant mes esprits. J'avais malgré ça gardé au coin de ma tête cette histoire farfelue de piton. Je regardai autour de nous et plus particulièrement vers elle pour voir si elle ne cachait pas ledit animal. Peut-être qu'elle parlait vraiment à son reptile il y à cinq minute... ou alors, ce serpent n'existait pas et elle était réellement folle !
Je n'osai pas lui demander si elle avait vraiment un serpent qui s'appelait Coton... truc bidule et qu'elle comptait planifier un plan d'infiltration, pour une première rencontre c'était bien trop indiscret.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 17:55

Sans un mot la nana se relève, son visage à tout de suite l'air plus humain vue comme ça. Maintenant, on peut lui enlever le côté bizarre. Elle s'épouste, me balançant quelque trucs par si par là. Je fronce les sourcils en grognant doucement, et enlève les mini bouts de terre de ma jupe. Décidément, c'est pas mon jour hein. Je n'attends pas vraiment de justification à sa présence en fait, elle peut bien partir sans rien dire si elle veut, tant qu'elle me laisse tranquille. Mais bien entendue, elle est normale, donc elle se justifie. Je peux pas vraiment lui en vouloir pour ça, d'ailleurs, bien que je n'attende pas de justification, je suis quand même curieuse d'entendre son excuse.

- Ouais, je sais, tu dois te dire "mais d'où sort cette nana, qu'est-ce qu'elle fout ici ?" et la réponse est : que j'en sais foutrement rien. J'ai vu une ombre arriver en trombe devant moi, j'ai cru que j'avais fait quelque chose de mal et bim, dans le buisson. Voilà. Elle reprend son souffle. Excuses-moi de t'avoir surprise, je vais tout de même me présenter : Je suis Claire, 5ème année

Je tourne la tête vers elle. J'éclate littéralement de rire intérieurement, mais reste stoïque extérieurement. Je laisse de côté mon averssion habituel pour les personne qui parlent trop, dont elle fait maintenant partie et remet toutes ses paroles en ordres dans ma tête. Donc on part sur une justification pas vraiment justifié... Ok. Elle est marrante finalement. Je vais resté gentille du coup. Je réponds directement et d'une manière qui se voulait douce.

- Parce que tu as quelque chose à te reprocher ? Je marque une pause pour lui laisser le temps de savoir quoi répondre, elle a peut-être vraiment quelque chose à se reprocher. Je m'appelle Effie.

J'arrête une nouvelle fois de parler, me demandant si j'avais parlé à voix haute ou pas. En plus elle regarde autour de moi...

- Euh... Est-ce que par pure hasard, tu m'aurai entendue parler... euh... au... euh... téléphone ? J'hésite un peu dans le choix de mes mots, malgré son côté un peu bizarre, elle a pas l'air bête, elle risquerait de comprendre que je parlais de mon plan machiavélique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 19:00

Quelque chose à me reprocher ? Ça sonnait comme si j'avais selon elle, des idées malsaines derrière la tête. Je fis un bref instant d'introspection, me questionnant à propos du pourquoi du comment. Allons-bon, comme si j'avais moi-même des doutes vis-à-vis de ma propre personne et de mes propres intentions. J'avais effectivement mes raisons, une réelle cause m'ayant conduite à cette réaction instinctive et quasi inconsciente. C'était purement psychologie, mais voyez, la science de l'esprit, Freud & Watson, tous ça, tous ça, c'était pas vraiment de mon ressort.
Effie ne semblait pas plus intéressée par l'élément moteur de cette rencontre, à savoir : cette fameuse frayeur m'ayant attiré dans les broussailles. Ne préférant pas étaler ma vie à une inconnue et ne voulant particulièrement pas ressasser ce vieil événement traumatique je préférais jouer la carte Joker :

« Disons simplement que mes intentions n'étais pas mauvaises, je ne suis pas de ce genre. » fis-je d'un air neutre, cachant à la fois un petit rictus nerveux. J'aurai bien voulu m'expliquer en détail afin de ne pas passer pour une barjo, sauf qu'ici n'était pas le cabinet d'un psychologue.

Je regardai de nouveau la jeune fille, préférant me montrer franche en ne fuyant pas son regard.
J'avais décelé chez elle un fort accent des pays de l'Est, sans doute soviétique. Elle avait ce visage caucasien aux traits fins et cette peau claire propres aux beautés russes. Mais voilà qu'elle me coupa dans mes observations, prenant un air secret.
 
« Euh... est-ce que par pur hasard, tu m'aurai entendu parler... euh... au... euh... téléphone ? »

Je haussai un sourcil, ne comprenant pas dans la seconde. Mais le tilt se déclencha et aussitôt un petit sourire s'afficha sur mes lèvres, trouvant ça plutôt comique.
« Haa... Conton... ball ? » fis-je en me remémorant le prénom de l'objet interdit. « Tu parlais assez fort donc j'ai entendu que... » Je me mis à chuchoter légèrement « tu voulais faire rentrer ton piton dans l'école ».
Voilà, à l'instant même j'étais devenue une pseudo-complice. Savoir quelque chose mais ne rien balancer aux autorités était un crime... Sauf, qu'à défaut d'être dans une série policière, ici les flics était l'administration, les criminels nous deux : le cerveau et le complice, la marchandise : un piton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 19:44

Pendant qu'elle réfléchie à ma question je m'occupe en l'observant plus attentivement. J'aime pas trop faire ça, j'ai l'impression d'être une psychopathe dans ces moment là. Sergei m'a dit une fois que je faisais des yeux tout rond et un peu flippant quand j'observais les gens... Je sais pas si c'est vrais, mais j'espère pas, je fais déjà peur aux enfants... Elle me donne pas vraiment de raison de se sentir coupable pour quelque chose. Borf, ça la regarde après tout, si ça l'amuse de se faire lacérer les bras dans des buissons, c'est son délires.

- Disons simplement que mes intentions n'étais pas mauvaises, je ne suis pas de ce genre.

Je me demande d'où elle vient. Elle a pas une tête de nipponne... Et les japonaises ont pas les yeux bleus... Sa peau est clair... Oh, tiens un tie and die, burk. Taches de rousseur... Anglaise ou française ? Humf, elle a une sorte de raclure quand elle parle, doit être français, sinon ça aurait été plus rond comme son... Oh est puis je m'en fou moi, pourquoi je cherche comme ça... N'importe quoi hein.

- Haa... Conton... ball ?

Hein ? Ah elle m'avait répondue... Ok. Bon pour l'instant ça va. Le nom de mon python monte pas que c'est un piton. Si elle a entendu que ça, ça devrait aller... Mais par contre il faut vraiment que j'arrête de me perdre aussi souvent dans mes pensées moi... Faut que je me concentre, c'est un sujet vraiment important.

- Tu parlais assez fort donc j'ai entendu que... Elle prend un aspect plus sérieux Tu voulais faire rentrer ton piton dans l'école.

Par réflexe et sans pouvoir me maitriser je me tape le front avec la paume de ma main. *Et merde, me suis faites repérée !*

- Ouais... Ça... Il faudrait que tu l'oubli si ça te gène pas... Non parce que... Bon...

Je sais pas trop me justifier sur le coup, mais j'essaie de faire appel à son bon sens, avec un mouvement d'épaule et de tête qui veut dire "enfin c'est évident quoi, tu me suis hein".


Dernière édition par Effie Dovick le Ven 17 Juin 2016 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 20:34

Disposer de ces informations semblait la mettre en mauvaise posture. Au point de s'en taper le front de cette manière c'est qu'elle était vraiment sérieuse la nana...

« Attends, c'est pas une blague ? Tu comptes vraiment ramener ton piton ici ? … Wouah, bah mazette, t'es culottée toi. » Je fis mine de trouver ça complètement fou et inconscient mais à la fois carrément attrayant. Je l'imaginais déjà en train d'infiltrer le lycée la nuit habillée de noir et d'un loup, un gros sac sur l'épaule contenant un long être mouvant à écailles. Puis, dans le cas où elle réussirait, j'imaginais aussi le long serpent en fuite dans les couloirs provoquant une évacuation générale dans la panique... « Trop cool... » fis-je plongée dans mes scénarios.

Stop Claire, je vois bien dans ton jeu, t'as carrément envie de l'aider. Remballes tes idées, dis-lui tout simplement que tu t'en fous, ce sont ses affaires, pas la peine de t'attirer des ennuies avec ces magouilles. Mais, voyez-vous... c'était carrément ce genre de truc qui amenait du piquant dans nos tristes vies. Ma foi, c'était aussi ce genre de truc qui vous embarque dans les ennuies. Puis, ça n'était qu'un... animal de compagnie ? Peut-on vraiment appelé ça ainsi ? Moh, ça ne devait pas être si dangereux dans un vivarium. Mais, en regardant bien cette fille, je me disais qu'elle était capable d’oublier de le refermer.

« Oublier ? Je trouve ça plutôt intéressant comme affaire » Carrément même, vous imaginez le gros titre du jour en première page du journal de l'école ? : L'URSS lance l'offensive à coup de Piton. C'est dément. « Je pourrai attaquer fort comme petite nouvelle au club journal avec ça » fis-je en haussant un sourcil l'air sarcastique. Voyant son air se décomposer je poursuivis « … mais non je rigole ! Je l'ai dit : Je ne suis pas de ce genre MAIS, admettons que tu veuilles absolument infiltrer ton reptile, enfin... n'admettons pas car t'as carrément l'intention de le faire, comment tu t'y prendrai ? »
C'est vrai ça... avant les opérations il faut élaborer des stratégies, dévier les obstacles. Comment, qui et quoi contrer ? Et ses coloc', ils en penseraient quoi ?
Alala Claire... à peine arrivée dans cette école et tu perds carrément la boule en rentrant dans ce jeu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 22:04

- Attends, c'est pas une blague ? Tu comptes vraiment ramener ton piton ici ? … Wouah, bah mazette, t'es culottée toi.

- Maz-quoi ?!

Je fais des yeux ronds. Ça c'est pas japonais... J'en mettrais ma mains à coupé. Je sais pas du tout ce qu'elle ma baragouiné mais son "trop cool" détonne un peu avec son air qui se voulait sûrement choqué. Je sais pas trop ce qu'elle s'est imaginé, mais je crois que je viens de créer un monstre... Je m'écarte doucement, légèrement inquiète pour la suite des choses. Et j'avais raison.

- Oublier ? Je trouve ça plutôt intéressant comme affaire. Je pourrai attaquer fort comme petite nouvelle au club journal avec ça.

Wow, déjà on va se calmer. Elle a due comprendre que j'approuve pas trop ses dernière paroles, parce qu'elle s'empresse d'ajouter :

- Mais non je rigole ! Je l'ai dit : Je ne suis pas de ce genre MAIS, admettons que tu veuilles absolument infiltrer ton reptile, enfin... n'admettons pas car t'as carrément l'intention de le faire, comment tu t'y prendrai ?

Mouais, donc je m'étais pas totalement trompée, j'ai créer un monstre même si ce n'est pas le monstre auquel je pensais. Elle doit faire partie du club journal. Faut que je la canalise sinon elle va finir par exploser... Je ne crois pas que lui dévoiler mon plan soit la meilleure des idées, et elle serait sûrement déçue si je lui disais que c'était qu'une idée vagabonde... Ouais, bah du coup je vais faire ça.

Je commence a ouvrir la bouche pour lui dire que j'y pensais pas vraiment, avant de me raviser. C'est vrais que mon plan est au point, mais une alliée me ferai pas de mal... Bon, du coup je fais quoi. J'hésite, en proie à un nouveau conflit intérieur. Je tend la mains comme pour la stopper, alors qu'elle ne bouge pas. Ça m'aide à me concentrer.

- Attend, je pèse le pour et le contre.

*Alors résumons de manière logique Effie. Contre : elle fait partie du club de journal, c'est donc possiblement une commère, elle n'a pas non plus l'air discrète, mais ça s'apprend... Et puis j'étais pas mieux qu'elle finalement. Pour : elle a compris seule que je tramais, elle a les oreilles indiscrètes, elle en sait déjà pas mal, si je l'accepte pas elle se gênera pas pour le répéter, et si je lui fais croire que ce n'étais qu'une idée et qu'elle en parle, mais qu'en fait, j'y arrive et que ça se sait, je suis dans la merde... Et un cerveau de plus en complice, ça peut toujours servir...

Ça me tue de le dire, mais je vais devoir raconter mon plan à Clair. Je tourne la tête vers elle, maintenant sérieuse, calme, et essayant d'être le plus impressionnante possible.

- Bon, je vais te dire mon plan, mais si tu le répète dans ton journal ou si tu me mets dans une situation génante, je te préviens, tu m'auras comme ennemis. Je plisse les yeux, menaçante, pour que le message passe bien. Et tu ne veux pas qu'on soit ennemis.

Je fais exprès de faire ressortir mon accent russe pour rajouter un petit truc à ma menace et pour que l'effet soit complet. Je marque une pause, pour lui laisser le temps d'imaginer ce dont la mafia russe pouvait être capable, histoire qu'elle se donne une idée.

- Bien, en gros pas la poste. Je m'explique. J'ai réussi à faire venir 3 cartouches de 20 paquets de clopes chacunes, plus 2 bouteilles de 200cl de vodka. Ce qui veut dire qu'ils ne vérifient pas les colis, ni à l'envoie, ni à la réception. Sachant qu'un python vit dans un environnement extrême, et qu'il ne nécessite d'être nourri qu'une fois par mois, environ, je peux le faire venir par colis express, caché en dessous de babioles. Pour le vivarium, il faut bien-sûre le faire venir avant le python. Je vais donc charger mon ami d'envoyer d'abord le vivarium, puis le python... Il faut juste qu'il arrive à rentrer chez moi sans que ma mère le capte, parce qu'elle veut garder CotonBall, mais ça c'est son problème. Mais avant tout ça, il faut que je trouve le bon endroit où je puisse l'entreposer, de façon à ce que je puisse aller le voir assez régulièrement, sans que personne ne le trouve... Et j'ai pas encore résolue ce problème.

Je fini mon explication, je crois ne jamais avoir autant parlé en une fois dans ce lycée... J'attends sa réaction, prête à réagir comme il se doit, si elle panique ou je ne sais quoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Ven 17 Juin 2016 - 23:44

J'attendis qu'elle et son fort intérieur aient terminé leur grand débat. Décidément elle était spéciale celle-là, un peu psycho' sur les bords avec ses dialogues entre elle et elle-même et ses moments de grande réflexion intensive. Mais, je la trouvais plutôt fun et sympathique malgré ses grands airs et ses envies de vous sauter au cou, et même plutôt drôle avec ses pseudos menaces à trois francs cinquante, et cet accent exagéré de soviétique en pleine guerre. Néanmoins, j'avais réussi à gagner sa confiance. Je répondis malgré moi à ses sommations en haussant simplement les épaules, la gratifiant d'un petit sourire franc et solennel.

« Tu as ma parole » fis-je en imitant ce fameux geste de coudre mes lèvres.

Elle m'embarqua ensuite dans ce torrent d'explications, me précisant même au passage qu'elle avait réussi à importer de l'alcool et des clopes... J'avais l'impression d'être dans Orange Is The New Black, vous savez, la série des nanas en prison qui s'amusent à écouler leur peine dans leurs délires lesbiens et leur petites affaires d'infiltrations secrètes. Sauf qu'ici, la prison c'était l'établissement et que nous n'avions pas la dégaine si stylé de ses criminels dans leurs uniformes de détenu.
Elle me fit part ensuite de son principal problème : l'endroit où le cacher. Moi, j'eus l'idée immédiatement. En étant arrivée ici ma colocataire m'a parlé des lieux insolites et interdits, dont le toit. Je ne m'y étais jamais aventurée, par manque de  temps, mais je sentais que je n'allais pas tarder à y faire un tour pour des activités suspectes.

« Moi je sais, enfin ce n'est qu'une suggestion mais c'est le seul endroit qui me semble le plus pratique : le toit. L'accès est juste à côté des dortoirs, comme ça tu seras pas loin de lui. » fis-je, l'air aussi sérieux qu'elle. Mais, l'autre problème était les autres, car même si cet endroit était interdit, les gens faisaient ce qu'il était bon de faire : brandir son majeur au règlement. « Hum... Je ne sais pas à quoi ressemble le toit, il y a peut-être des trucs inutiles entreposaient là-haut parmi lesquels tu pourrait cacher ton python. Ou alors aménager toi-même un truc, avec une bâche ou quelque chose du genre. »
Je me demande bien comment on ferait ça, d'ailleurs... il fait quelle taille ce python ? Soudainement, je me dis que ça allait être une affaire de grandes ampleurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Sam 18 Juin 2016 - 0:46

Elle a pas l'air de prendre mes menaces au sérieux. Bon, c'est un peu compréhensible. Mais elle devrait quand même faire gaffe. J'en ai pas l'air mais chui une furieuse dans ma tête moi ! Elle se sait pas c'est évident mais quand j'avais 11 ans, et que je pouvais encore me battre, j'ai réussi à mettre un gars de deux fois ma taille par terre. Oui bon, Sergei l'avait un peu amoché avant moi. Mais c'est un détails. L'important c'est qu'il était à terre, et que c'est moi qui l'ai fais tomber. Point. Revenons-en a nos moutons. Maintenant elle se moque carrément de moi. Bien... Très bien... Tu verras petite sotte. Elle me promet cependant de garder mon secret, et -en mettant de côté son mime- je décide de passer outre.

Après mon monologue, anormalement long, elle me propose directement une solution à mon problème.

- Moi je sais, enfin ce n'est qu'une suggestion mais c'est le seul endroit qui me semble le plus pratique : le toit. L'accès est juste à côté des dortoirs, comme ça tu seras pas loin de lui.

Non mais sérieusement, elle me prend pour qui ? Donc après le monologue que je viens de lui faire, la nana se dit pas une seule seconde que j'y ai déjà pensé. Bon, on va rester calme... Elle me prend pour une imbécile, mais on reste calme.

- Hum... Je ne sais pas à quoi ressemble le toit, il y a peut-être des trucs inutiles entreposaient là-haut parmi lesquels tu pourrait cacher ton python. Ou alors aménager toi-même un truc, avec une bâche ou quelque chose du genre.

Qu...Quoi ?! Ah oui, donc en fait elle propose des lieux où elle n'est jamais allé. Aucun repérage, aucune connaissance des circonstance, aucun plan aboutit en soit. Bon là je peux pas me retenir. Je la regarde avec des yeux ronds comme des billes.

- Tu... C'est un putain de python Loxocemus bicolor ! Ça fait minimum 1m60 ! Donc le vivarium doit en faire le double. Et puis, le toit... C'est mine de rien trop fréquenté... Je peux pas me permettre de le laisser là, en plus dans le froid... Non le pauvre, il faut que ça soit un petit endroit fermé, mais assez grande pour son vivarium... Je lui lance un regard en coins. Merci quand même d'avoir proposé. Bon. De tout façon, la premier partie de la mission est de convaincre Sergei. Donc ça va être compliqué. Cet imbécile fait tout pour que je reviennes. Je prend conscience que je suis entrain de parler à une inconnue de mon projet de python, et en plus d'évoquer Sergei... Mais pourquoi je dis ça moi ? Ça va pas du tout hein !

Je secoue doucement la tête. Stressée, je sors mon paquet d'Asmolov et le zippo de Sergei. Sa sale tête est inscrite dessus. Quel con lui aussi. Comment je vais réussir à le convaincre ? Quoique peut-être qu'il espère que je me fasse virée, donc il acceptera... Sur cette dernière pensé, j'allume ma cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 13:13

Gros. Gros était le mot, que dis-je, colossale ! Mes yeux s'arrondirent lorsqu'elle me dévoila la taille de la bête, que je jugeais à présent monstrueuse. Mis à part ça elle comptait passer par la Japan Post… Mais cette fille n'était pas réaliste, folle, voilà ce qu'elle était, complétement à côté de ses pompes ! Anh… cette histoire venait de me blaser.
Claire, il était temps de faire marche arrière, tu prétextes un rendez-vous et tu te casses, tu la laisses gérer ses affaires et toi tu continues ta petite vie tranquille, tu jures même sur la tête du président Russe que tu garderas tout ça pour toi et basta cosi.
Ma foi, je n'avais jamais dit que je l'aiderai dans sa petite entreprise, j'avais juste donné quelques idées, mais cette fille apportait toujours un petit plus dans ses dialogues qui attisait ma curiosité. Sergei ? Mais qui était donc ce nouveau personnage ? Qui d'ailleurs voulait la rapatrier en Russie – je suppose – et avec qui elle devait avoir un fort lien. Peut-être était-ce son frère, un ami, voir même son petit copain. Par conséquent, toute cette affaire la frustrait grandement, d'où cette envie de nicotine.

Elle m'avait communiqué son stress. Je soufflai pour me débarrasser de ça et vins poser mes fesses sur le banc le plus proche, l'invitant au passage à s'assoir également.
Elle avait besoin de sa clope, moi d'un peu de sucre. Alors que je fouillai dans mon sac à la recherche d'un paquet de bonbon, j'enchainai la conversation :

« Tu finiras bien par trouver. D'ailleurs, qui est Sergei ? Vu comment t'en parles il doit être un obstacle à ton plan, pourquoi il ne voudrait pas ? »

Ayant trouvé mes petites douceurs acidulées, j'ouvris le paquet et en piochai quelques uns. Là, ça allait tout de suite mieux. Je lui tendis le paquet par politesses, histoire de pas paraître radine, même si elle devait pas être du genre à manger des friandises.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 14:22

Parler toute seule, quel calamité !
La première bouffée est toujours la meilleure. A la taille de CotonBall, ses yeux s'arrondissent, mais j'ai l'habitude de ce genre de réactions. Je me pose contre le tronc d'arbre quand elle se met à s'agiter à côté de moi. Je tourne la tête pour voir ce qu'elle fabrique, me demandant au passage si c'est pas ma clope qui la gène. Visiblement non, elle semble chercher quelque chose dans son sac, et se lève pour s'asseoir sur un banc. Je la regarde faire sans me préoccuper plus que ça de son avenir proche. Quand il s'avère qu'elle m'invite à la suivre.

Je ne vois pas pourquoi je m'empêcherai de la suivre, je m’assois donc à côté d'elle. Faisant quand même attention à ne pas cracher la fumée vers elle.

- Tu finiras bien par trouver. D'ailleurs, qui est Sergei ? Vu comment t'en parles il doit être un obstacle à ton plan, pourquoi il ne voudrait pas ?

Mon cœur loupe un battement au nom de Sergei. Je n'ai plus l'habitude d'entre prononcer son prénom. Je soupire discrètement. Cette conversation va bien trop loin pour moi. Parler de CotonBall, encore, mais parler de Sergei ? A une fille que je n'ai jamais rencontré... Ça me semble un peu trop pour une journée. Je vais lui donner une simple explication par rapport à la situation. Ça suffira. J'espère juste qu'elle ne sera pas plus curieuse après ça.

- Oh, euh... C'est mon meilleur ami. C'est lui qui m'envoie des cigarettes. Et, vue qu'il est seul en Russi -de l'a où je viens- il cherche à me faire revenir...

Elle me propose un de ses bonbons, qu'elle à fini par trouver au fin fond de son sac. D'un geste de la main, je refuse. J'aime pas spécialement les sucreries. Même si je ne sais pas trop d'où elle vient, et goûter ses bonbons venues d'ailleurs aurait été intéressant, mon visage ne supporte pas le sucre. Donc mauvaise idée. Je baisse la tête sur mes mains, affichant toujours une expression vide de sentiments, même si au fond, je suis un peu triste de ne plus avoir Sergei à mes côtés. Enfin, je crois que c'est de la tristesse... Je sais pas en fait. Et puis je m'en fou finalement. Je relève le tête, essayant d'afficher un sourire. Je tend la main vers Clair, en lui montrant la tête du garçon sur le zippo.

- Tiens c'est lui.

Sur l'image il affiche un large sourire, ses yeux plissés, on ne voit pas grand chose à part son sourire dentifrice et son nez en trompette couvert de taches de rousseurs.
Avec Claire J. Gauthier
(c) Cobaba

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 15:08

Elle refusa de goûter aux bonbons. Je regardai à l'intérieur du paquet, étonnée de croiser – sans doute pour la première fois de ma vie – un être indifférent au sucre. Ma foi, cette espèce incompréhensible existait bien. Bref, ça en faisait plus pour moi ! Je posai les bonbons sur le côté et piochai dans mon totebag spécial garde mangé une petite boîte de ces délicieux macarons Français très connus pour leur enseigne : Ladurée. Je l'ouvris et en pris un couleur crème, sans doute à la praline et mis la boîte à disposition au cas où elle serait tentée d'en goûter un.

Revenons-en à ce fameux Sergei, meilleur ami fournisseur de cigarettes. Un meilleur ami qui devait sans doute se languir de revoir sa brunette. Je me demandai d'ailleurs ce qu'elle faisait ici, pourquoi avoir quitté la Russie pour le Japon, deux pays extrêmement opposés en tout point. Mais je n'osai pas trop la questionner, elle semblait soudainement effacée. Peut-être n'avait-elle pas envie d'en parler. Mais  elle me montra la tête du gars en question, affiché sur le briquet, ce qui me surpris pour tout vous dire. Cette fille me semblait plutôt fermée et non ouverte à ce genre de conversation, mais elle avait osé me montrer une toute petite partie de sa vie.
On pouvait voir un homme souriant, avec un nez parsemé de tâches de rousseur quasiment identique au mien.

« Il a l'air sympa comme gars, il doit vachement tenir à toi. Tu lui manques, c'est un fait. Mais il va tout de même pas refuser à sa meilleure amie un petit service d'1m60 n'est-ce pas ? » fis-je, tout en imaginant ce gros python enfermé dans une boîboîte étiquetée. « D'ailleurs, tu l'as laissé en Russie pour tes études ici ? » demandai-je, intéressée de savoir s'il existait d'autres raisons que les miennes pour venir au Japon. Entre expatriée, on pouvait bien en parler.

Je mordis dans mon macaron et révulsai mes yeux comme pris d'un orgasme. « Hum. Eux tu devrais vraiment les goûter » dis-je la bouche pleine.


Dernière édition par Claire J. Gauthier le Lun 20 Juin 2016 - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 15:52

Parler toute seule, quel calamité !
Je range mon briquet dans mon sac. Il a vraiment drôles d'idées ce gars là. Mettre lui même sa tête sur un briquet qu'il va m'offrir à moi. Je te jure... Claire sort une boite de gâteaux. Sont tout bizarres. Ils ressemble un peu à de vieux yo-yo. Sauf qu'ils sont colorés et assurément comestibles. Ça ressemble étrangement à ce que ma mère avait essayé de faire une fois... Des trucs... Me souviens plus du nom... Macrou... Macran... Je sais plus. Tout ce dont je me souvint c'est qu'elle avait mit pas mal de sucre dedans sa pâte. Elle pose sa boite au milieu comme pour les mettre à ma disposition. Étrange, elle partage beaucoup sa nourriture... Je plisse les yeux en la regardant.

Concentrée sur les petits gâteaux ronds qui me font de l'oeil je remarque à peine qu'elle me parle... De Sergei. Ma tentative a donc échoué.

- Il a l'air sympa comme gars, il doit vachement tenir à toi. Tu lui manques, c'est un fait. Mais il va tout de même pas refuser à sa meilleure amie un petit service d'1m60 n'est-ce pas ? Je rigole discrètement. Elle est drôle elle. Et elle à pas tout à fait tord. Enfin je pense. Je ne sais pas vraiment si je manque à Sergei ou non, on est pas du genre à dire ce qu'on ressent. Enfin il est comme ça avec moi en tout cas... D'ailleurs, tu l'as laissé en Russie pour tes études ici ?

C'est étrange. Je ne sais pas trop si je dois répondre brièvement et changer de sujet, ou m'étaler.

- Hum... Je sais pas pour le service, il est un peu fourbe. J'essaie de changer doucement de sujet, histoire de ne pas trop s'aventurer sur ma vie. Mais de répond tout de même à sa deuxième question. Oui, entre autre. Et toi ?

Après avoir relancé la conversation vers elle, je me laisse tout de même tenté par un de ses gâteaux, quand elle m'invite à en prendre un. Il y en a un qui me tente depuis le début, le rouge/rose. J'espère secrètement qu'il soit à la framboise. Je croque dedans doucement. La texture me dit quelque chose. Heureusement il est bien à la framboise. C'est doux et croustillant à la fois... Je me rappelle : des macarons. Ma tante en ramenait de ses voyages. Je tourne la tête, les yeux ronds, les liens se font enfin dans ma tête.

- Oh, tu es française ?

Il y avait un soupçon d’excitation dans ma voix que je n'avais pas réussi à caché comme j'y arrive habituellement.

Avec Claire J. Gauthier
(c) Cobaba

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 17:51

Informations incomplètes. « Entre autre » n'était pas une réponse, du moins pas pour moi. Soit elle ne voulait pas en parler, soit il n'y avait rien d'intéressant à raconter, dans les deux cas je ne préférai pas faire ma curieuse et répondis simplement à sa question :

« Plus ou moins on va dire, j'aime le Japon et j'ai eu cette envie d'y faire mes études pour peut-être entamer une carrière de journaliste ici. »

J'étais venue ici vraiment par pure envie avec une motivation d'acier. Dieu sait que j'ai sué sang et eau pour préparer et concrétiser ce projet, quitte à tenir tête à mes parents et à rentrer dans les négociations, et me voilà ici. Quand on veut on peut.
Je pris de nouveau deux-trois bonbons que j'engloutis dans ma bouche et fus agréablement surprise de la voir goûter un de mes macarons, celui goût framboise. On ne pouvait avoir plus délicieux avec celui-là, c'était l'un des plus corsés et fruités de la boîte. Je la vis ensuite me regarder, yeux ronds comme le gâteau qu'elle mangeait, l'air d'avoir compris quelque chose.

« Oh, tu es française ? »

Je la regardai un peu hébétée. Je pensais qu'elle l'avait compris depuis le début avec mon fin accent aux intonations plates... mais peu importe ! Je me demandais surtout pourquoi elle me le demanda d'un air si enjoué. Peut-être avait-elle de la famille ou des amis en France, ou bien peut-être aimait-elle la France, que sais-je ?

« Oui madame ! Habitante du pays au béret noir et de la baguette de pain » dis-je plutôt fière de parler de ma nationalité. Je ne savais pas pourquoi j'avais utilisé ce stéréotype... mais c'était souvent l'image que les gens se faisaient de la France, en plus de la haute couture et du charme Parisien... « Tu es déjà venue en France ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 21:45

Parler toute seule, quel calamité !

- Plus ou moins on va dire, j'aime le Japon et j'ai eu cette envie d'y faire mes études pour peut-être entamer une carrière de journaliste ici.

C'était tout à fait différent de mes raisons. Enfin, j'aime le japon et j'y suis pour mes études, mais ça c'est la version pour mes parents. En réalité, je suis ici plus pour leur échapper qu'autre chose. Mais je peux bien évidemment pas leur sortir ça, je crois que même à Sergei, bien qu'il se sache je pense, je ne pourrai pas lui dire, ça ne doit pas être socialement acceptable. C'est vrais que les règles sociales en générale, je n'en ai pas beaucoup à faire, mais je pense pour le coup il vaut mieux que e m'abstienne de sortir ça en public.

- Je vois, et du coup... Ça fait combien de temps que tu es ici ?

Pour l'instant ma tentative de diversion fonctionnait plutôt bien, mais il faut que je fasse attention, elle à l'air de s'intéresser facilement aux autres, peut-être un effet secondaire du journalisme.

Elle confirme mon illumination sur le fait qu'elle soit française. J'en suis réjouie, d'autant plus que j'ai pleins de question sur ce pays, et qu'au moins, je n'aurai pas besoin de m'étaler sur Sergei ou quoique se soit de trop personnel.

- Tu es déjà venue en France ?

- Non, j'aurai aimé, mais ma tante y est allé. Elle nous avait ramener des... hum... macarons ? C'est ça ? Oui, enfin elle m'en avait ramené, elle dit que c'est une spécialité...

Voyant que je commence à trop parler, je me stoppe, pour reprendre mes esprits. Quelque chose vient encore de mes frapper. Je ne sais pas si c'est la chaleur qui me ralentie ou autre, mais j'ai l'impression de perdre de ma vivacité... Je reste bloquée mentalement. Suis-je entrain de sympathiser avec une fille ? Avec une fille française, qui me semble un peu maniérée et toute... "pure" ? Moi ? Cette situation me semble de plus en plus étrange, c'est Sergei qui fait ça d'habitude... Je reste figée, avant de cligner des yeux, et de reprendre le cours de la discussion.
 
Avec Claire J. Gauthier
(c) Cobaba

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 23:20

Madame aux apparences je m'en foutiste se mettait à me poser des questions me concernant. Je ne m'attendais pas à parler de moi aujourd'hui, surtout en reconsidérant le début de notre rencontre fortuite. Mais j'aimais bien quand on me portait de l'intérêt, souvent je faisais l'effort de m'intéresser à la vie des autres pour paraître sympathique et surtout pour montrer que j'étais une bonne amie et non pas cette fille qu'on juge inaccessible, la fameuse parisienne sur son piédestal. Les gens ne font pas souvent l'effort de creuser plus loin, ils préfèrent croire aux premiers abords, aux jugements.

« Je suis nouvelle depuis vendredi, donc je suis encore une … bizu' ? » répondis-je en bloquant sur le dernier mot, ne sachant comment le traduire. « En gros je suis encore une paumée ». C'était le cas de le dire, j'avais encore besoin de me référer au plan, et encore... aussi simple était-il j'avais cette handicap féminin inné de ne pas le comprendre. Les femmes et les cartes... 'savez, c'est bien connu.

Pour revenir aux petits gâteaux elle disait en avoir déjà mangé grâce à sa tante qui avait déjà foulé le pays. C'était typique de ramener les spécialités françaises, particulièrement les macarons, mais il y avait encore bien d'autres choses !
Avant de répondre je remarquai son étrange comportement, pas très discret, assez flippant même, comme si elle était soudain prise de vertige en clignant des yeux comme ça... comme pour reprendre ses esprits. Trop bizarre.

« Peut-être que dans un futur plus ou moins proche tu auras l'occasion d'y aller aussi, c'est pas la destination la plus inaccessible » Oh ça non, me dis-je en comparant mentalement les prix de telle et telle destination. Moi qui rêvais d'aller en Australie, mon billet d'avion je pouvais me le mettre dans le... enfin bref.
« … ça va ? » lui demandais-je sur un ton légèrement inquiet, me disant qu'elle allait me sortir le coup du malaise. Enfin, je me sentais obligée de lui poser la question ! Depuis tout à l'heure je la vois rester fixe pendant quelque secondes avant de papillonner des yeux et de reprendre ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Lun 20 Juin 2016 - 23:40

Parler toute seule, quel calamité !
Une quoi ? "Bizu" ? C'est quoi ça encore ? Elle a visiblement un don pour sortir des mots incompréhensibles ! Elle me dit être une paumée, et bien au moins je suis pas la seule. Non pas que je ne sois pas douée pour me repérer, non loin de là, le sens de l'orientation ça me va bien, c'est juste, que je "papillonne trop" celon les dires de mon ancienne enseignante. Quelle garce celle-la aussi, si mon prof de sport n'avait pas été là, j'aurai pue dire adieu au Japon... Enfin je m’égare....

- Peut-être que dans un futur plus ou moins proche tu auras l'occasion d'y aller aussi, c'est pas la destination la plus inaccessible.

Oui, alors c'est très utopique, mais l'espoir fait vivre. Pendant quelques secondes je me suis imaginée, main dans main avec Claire, en dessous de la tour Eiffel, à manger un croissant... Burk, quel vision horrible ! Un croissant... Main dans la main... Je ne me souviens avoir tenue la main que de deux personnes dans ma vie, Sergei et Youri... Une terrible expérience que ce fut...

- … ça va ?

Je sors de ma rêverie, les yeux toujours clignotants. Cette histoire de rapprochement amical avec Claire, et de contacte physique m'a fait quelque peu rougir. Et ça à due ce remarqué, malgré mes efforts pour le cacher. Je clignais des yeux, sans vraiment le faire exprès. Ça à due l'alerter. Signe qu'elle est gentille... Hum... Ou curieuse...

- Que ? Oh ! Oui, ça va pardon... Chaleur, clope, sucre... Mauvais mélange peut-être... *Kofkof*

Je m’éclaircis la gorge, j'ai jamais été très douée pour mentir à des inconnus. Et elle ne fait pas exception à la règle... Je rapproche mes genoux vers ma poitrine, une sorte de position fœtale assise. C'est réconfortant, et plus confortable. Je pose ma tête sur mes genoux, et regarde Claire, pour lui sourire discrètement.

Avec Claire J. Gauthier
(c) Cobaba

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Mer 22 Juin 2016 - 13:10

Voilà que ses joues se teintaient de rouge, décidément la chaleur n'était pas son grand ami. Ça me paraissait logique, en Russie ils devaient être habitués au grand froid et au givre. Pour ma part la température était clémente, et assez similaire au climat français sans se positionner aux extrêmes du thermomètre.
Un petit vent commençait tout de même à se lever, balayant nos cheveux au passage. À ce moment, comme amené par cette petite bourrasque, un message fit vibrer ma poche. Je sortis mon Iphone et vit un sms de Kirino, ma meilleure amie restée au Japon, qui voulait savoir si j'étais disponible pour un Skype. Je zieutai l'heure sur l'écran d'accueil et vis qu'il était seize heure passée.

« Ha… Je vais devoir te laisser, mes obligations amicales m'appellent, la France me réclame ! » fis-je en commençant à ranger mes victuailles. Je lui tendis la boîte de macarons où se trouvait un dernier à la framboise « Tiens, tes hanches ne me remercieront pas, mais le moral oui. Puis si un de ces quatre tu veux venir goûter d'autres trucs dans le genre, je suis chambre L-7 » dis-je en faisant un clin d’œil. Elle, pouvait se lancer dans le commerce illégal de clope et alcool, moi dans le commerce d'importation de produits français.

Je levai mes fesses du banc et entendis la petite musique de Skype se déclencher via mon téléphone. Quelle impatiente cette Kirino… Je posai mon totebag sur l'épaule et commençai à m'éloigner.
« Ravie d'avoir fait ta connaissance Effie, à plus tard » dis-je en souriant, dans l'hypothèse de la recroiser dans un futur plus ou moins proche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  Mer 22 Juin 2016 - 20:35

Perler toute seule, quel calamité !
Je me reprend, arrêtant de rougir comme une gourdasse. Une brise légère vient de s'installer. Ça fait du bien. Je n'aime pas la chaleur. C'est certainement due à mes origines, c'est vrais que j'ai toujours préféré le froid et la neige au temps d'été... Je me demande quel temps il fait en France. Ma tante m'a déjà dit qu'il pleuvait souvent, mais que c'était surtout très aléatoire... Perdu dans mes pensées je remarque à peine qu'elle regarde sont téléphone. Une urgence peut-être...

- Ha… Je vais devoir te laisser, mes obligations amicales m'appellent, la France me réclame !

Tiens, je n'y avais jamais pensé à ça. Skype. En même temps Sergei non plus. Et heureusement, ma famille non plus. C'est sûrement une mauvaise idée d'en créer un. Sergei risquerait de déraper, même s'il à un talent pour le mensonge, on ne sait jamais, ses relations avec ma famille sont bien trop proches.

- Je comprends, vas-y.

Je lui souris. Elle a une amie impatiente de lui parler. Bien que ça ne soit pas du tout mon délire, c'est plutôt.... hum... mignon ? Oui c'est ça le mot. Elle me présente sa boîte à gâteaux. Il reste un macaron à la framboise. Elle capte rapidement les goûts des autres dis donc.

- Tiens, tes hanches ne me remercieront pas, mais le moral oui. Puis si un de ces quatre tu veux venir goûter d'autres trucs dans le genre, je suis chambre L-7.

- D'accord.

Elle commence à partir, son téléphone qui sonne à la main, prête à décrocher.

- Ravie d'avoir fait ta connaissance Effie, à plus tard.

Elle tourne les talons et s'en va. Je la regarde partir. Intéressant comme sortie. "A plus tard." Je ne sais pas si on va se revoir, et honnêtement j'en ai absolument rien à faire. Mais elle n'est pas désagréable, un peu curieuse, mais avec des limites.

Je prend le dernier petit gâteau, et croque dedans. Je me lève, prend mon sac, jette la boite dans la poubelle, et commence à partir.

 
Avec Claire J. Gauthier
(c) Cobaba

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Terminé] Parler toute seule, quel calamité...  

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Parler toute seule, quel calamité...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: