Partagez | 
 

 Il faut aller de l'avant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Il faut aller de l'avant  Lun 14 Nov 2016 - 20:34

Il faut aller de l'avant ft. Leiko Sagara



Me voilà encore une fois sur le toit et qu'importe la sanction qu'Harper-san pourrait m'infliger s'il me trouve ici, je n'ai toute façon pas le coeur à quitter cet endroit. Cet endroit qui me rappel tant de souvenirs et qui maintenant me brise le coeur. Comment expliquer que les choses se soit autant dégradés en si peu de temps ? Comment peut-on passer d'une vie si parfaite à cette déchéance là ?

J'ai le coeur lourd et les larmes aux bords des yeux mais je retiens. Pudique peut-être bien que je sois seule à présent.. Cela fait déjà quelques semaines que Kou est parti. Encore une fois et malgré tant de promesses nos chemins se séparent. Encore une mutation de son frère mais cette fois pour un autre continent. Il n'avait jamais caché son ambition de mettre un pied sur le sol Américain, pour un professeur d'anglais, l'expatriation est sans nul doute une forme de réussite mais pour Kou.. toujours mineur, il n'a eu aucun autre choix que de suivre son tuteur légal..

Je me souviens comme-ci c'était hier, de la nouvelle, du choc et des larmes qui coulaient le long de mes joues. Ces yeux et la peine qui y avait. Je ne pouvais plus respirer, comme un coup de couteau en plein coeur, un coup de poing dans la poitrine.. Et je l'ai laissé partir. Cela aurait été vain de continuer notre relation à des fuseaux horaires différents. Jamais rien ne sera comme avant mais peut-être est-ce mieux ? Mon amour pour lui me dévore encore de l'intérieur, j'en ai perdu l'appétit et le sommeil mais je vais tenir bon.

Je vais tenir bon parce-que je ne veux pas me laisser abattre et que même après le départ de mon unique confident, Müller-san, je ne veux pas gâcher tout les efforts fait jusqu'alors. Je veux en sortir grandis et souriante, tel que Kou aimait me voir alors que j'évoluais à ces côtés. Il me reste encore les photos, les coups de fils et nos échanges de mails mais petit à petit chacun doit se détacher pour vivre sa vie.

C'était mon premier amour après tout. Après tant d'années, je veux croire que je continuerai d'exister pour lui, comme une petite flamme dans son coeur.

C'est pour ça que ce soir, je suis montée sur le toit. Pour faire le deuil de nos retrouvailles, de notre premier baiser ici-même. Pour passer à autre chose, prendre l'air. Debout, mes doigts entrelacés aux grilles, je regarde dans le vide ma jolie ville adoptive : Kobé. Je lui survivrais. Même-ci je souffre atrocement en cet instant, dans quelques mois, je pourrais à nouveaux sourire sans me forcer et rire sans y penser. Je le garderai dans un coin de mon coeur comme un délicieux souvenir d'été alors que je grandirai sans lui. Je suis absorbée dans mes pensées et je n'ai pas tout de suite entendu le cliquetis de la porte qui mène au toit. Un léger bruissement aurait pu faire le même son alors je n'y ai juste pas fait attention. C'est lorsque j'ai entendu quelques pas derrière moi que je me suis tournée, un peu en panique. Une heure de colle n'arrangerai pas mon humeur.

Je fais volte-face et tombe nez à nez avec une connaissance, qui me soulage quelque peu. Allez affiche un petit sourire au moins. Le toit ne t'appartiens pas et si ta camarade est venue jusqu'ici, c'est qu'elle doit avoir également quelque chose qui la préoccupe. Je descend du parapet et m'avance vers elle. D'une petite voix, je me lance :

-Leiko-chan, je ne m'attendais pas à te voir ici. Enfin.. je ne m'attendais pas à voir quiconque d'ailleurs.
*Je ne sais pas si j'ai envie de compagnie ou de noyer mon chagrin dans mon coin.. Leiko-chan est une bonne camarade.. me faire une nouvelle amie ne me fera pas de mal.*
-J'espère que ça ne t'embête pas que je sois ici ? Généralement quand on monte ici après le couvre-feu, c'est que l'on à des choses à régler seule..


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  Ven 18 Nov 2016 - 17:07

Leiko avait bien du mal à se mettre au travail cette soirée là. La gamine n’arrêtait pas de lever son nez de ses cours si bien que son contrôle de demain allait lui rapporter un beau zéro si elle n’y mettait pas du sien. Et quand elle ne regardait pas par la fenêtre de la chambre, c’était à titiller son stylo ou bien à faire des gribouillis sur un coin de feuille. Un soupire et elle décida de s’y remettre sérieusement. Vraiment, ce n’était pas le moment de se laisser abattre à cause de formules mathématiques. Même si plus tard, elles ne lui serviront à rien, Leiko se devait de les apprendre et savoir les appliquer sinon elle risquait de redoubler ! Non mais, redoubler pour des chiffres ? La honte…

Un nouveau soupire. La jeune fille posa sa joue gauche dans la paume de sa main et avec sa main droite, elle mordilla son stylo entre ses dents. Juste en face d’elle, des photos qu’elle avait prises avec son club. Heureusement qu’il y avait cette activité là, sinon le lycée serait bien morose et ennuyant. A côté, il y avait bien trois ou quatre dessins qu’elle avait faits et que Leiko jugeait « beau » pour les afficher. Le temps défila et elle en était toujours au même point. Si bien qu’elle décida de passer ses écouteurs sur ses oreilles pour écouter de la musique et veilla à ce que le son ne soit pas trop fort pour ne pas déranger ses camarades de chambres.

Ils avaient encore une bonne heure avant l’extinction des feux. Et étrangement, sous le rythme de la musique, Leiko se mit à travailler. Sûrement parce qu’elle n’entendait pas les autres élèves réviser et travailler. Qu’elle était plongée dans son « propre » monde à elle. Une page, deux pages… les feuilles de brouillon s’empilèrent et les formules rentraient dans sa tête. Heureusement que son grand frère lui avait passé ses anciens examens pour qu’elle puisse s’entraîner dessus. Evidemment que les profs n’allaient pas reprendre exactement les mêmes exercices mais c’était dans le même genre.

Soudain, une envie pressante intervint. Leiko quitta alors son casque et entreprit de se rendre vers les toilettes pour demoiselles de l’étage. Mais quelque chose l’interpella. Au bout du couloir, la jeune femme entrevit alors une de ses camarades de classe. Comme il faisait sombre, elle ne vit pas qui c’était exactement mais cette dernière prenait la direction des toits, hors c’était interdit de s’y rendre. Leiko fut alors piquer d’une certaine curiosité : elle voulait savoir qui allait enfreindre les règles mais cela ne la regardait pas au final. Elle pourrait se faire prendre par les surveillants…

Alors qu’elle s’apprêtait à retourner dans sa chambre, une vision horrifique la tétanisa sur le coup. Il n’était pas rare que des élèves se suicident, souvent maltraités par leurs camarades de classes. Fort heureusement, Leiko n’était pas maltraitée et elle vivait plutôt bien dans le lycée. Mais elle avait conscience que ce genre d’agression, qu’elle soit verbale ou physique, n’était jamais agréable et très humiliante. Aussi, la gamine décida de braver l’interdit et se dirigea vers les escaliers menant au toit du bâtiment. Quittes à se faire enguirlander, autant le faire pour une soit disante « bonne cause ».  

Doucement, Leiko traversa le couloir et se dirigea vers la fameuse porte qui n’était jamais fermée à clés. Elle inspira un grand coup, la peur de se retrouver devant un surveillant l’angoissait terriblement mais d’un mouvement vif, elle poussa la lourde porte et grimpa les escaliers, marche après marche.

Dehors, le soleil était déjà caché derrière les bâtiments professionnels de la ville. Les nuages défilaient à une grande vitesse à cause du vent mais il faisait encore agréablement bon en cette fin Septembre. Puis Leiko vit sa camarade de Classe, Aoi. Un sourire s’afficha sur ses lèvres, la rassurant qu’elle n’allait pas passer le grillage car bon, Aoi était une fille vraiment jolie et intelligente, et que par conséquence, elle n’avait aucune raison de se suicider. Doucement pour ne pas la brusquer, Leiko s’approcha d’elle.

Malheureusement pour Leiko, la discrétion n’était pas son truc car aussitôt, sa camarade de classe s’était retournée. Le mouvement fit sursauter Leiko sur le coup mais la voir sourire, même si c’était léger, la rassura.

« Pareil pour ton cas, tu sais Aoi-chan. » répondit-elle en souriant. Puis Leiko perdit doucement son sourire, ayant peur d’apprendre la raison de sa venue ici. « Pas du tout, j’étais juste curieuse de savoir qui était monté sur le toit sachant que c’est interdit. Mais ne t’en fais pas, je ne dirais rien ! »

Leiko n’était pas une balance quand même ! Mais voir sa camarade dans cet état l’attrista un peu. D’habitude, elle n’était pas aussi envahissante mais là, elle sentait que quelque chose n’allait pas chez Aoi-chan. Et elle s’en voudrait s’il lui arrivait malheur alors qu’elles s’étaient vues juste avant (sait-on jamais). Aussi, la lycéenne devait trouver un sujet pour la retenir quittes à ce qu’un surveillant les trouve (et tant pis pour la punition) ;

« Tu sais, avant que je ne vienne ici te retrouver, j’étais sur les mathématiques et franchement, j’ai dû mettre de la musique pour me motiver à les travailler. Je sais que je ne ferai pas une carrière dans les chiffres et formules mais je ne dois pas négliger cette matière. Oui, je dois avoir la moyenne partout ! »

Oh my… Pourquoi parler des mathématiques ? Y’a rien de pire pour se suicider ! Mais au moins, Leiko avait un œil sur son amie…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  Sam 19 Nov 2016 - 11:37

Il faut aller de l'avant ft. Leiko Sagara



Avec un sourire, Leiko-chan s'approche doucement :

« Pas du tout, j’étais juste curieuse de savoir qui était monté sur le toit sachant que c’est interdit. Mais ne t’en fais pas, je ne dirais rien ! »
*Moi aussi c'est la curiosité qui m'avait amené ici autrefois..*
-Merci .. Je n'aimerai pas avoir des heures de colles en plus.

« Tu sais, avant que je ne vienne ici te retrouver, j’étais sur les mathématiques et franchement, j’ai dû mettre de la musique pour me motiver à les travailler. Je sais que je ne ferai pas une carrière dans les chiffres et formules mais je ne dois pas négliger cette matière. Oui, je dois avoir la moyenne partout ! »

Interloquée par son étrange réponse et face à son embarras, je ne peux retenir un petit rire. Et cela me faisait du bien de pouvoir à nouveau rire de quelque chose ! Je me reprend et m'éclaircis la gorge avant de m'excuser pour mon attitude -qui ne se voulait vexante en riant-

-Oh Leiko-chan désolée, je n'ai pas pu m'empêcher de rire ! Je ne m'attendais pas à cette histoire de Mathématiques ! Tu sais, je ne suis pas une mordue de matières scientifiques moi aussi mais j'ai eu des cours de tutorat avec mon colocataire Schwarzt-sempai et j'ai retenue deux trois trucs alors .. si ça peut t'aider, je te les enseignerais avec plaisir.
*Elle est rigolote Leiko-chan et naturelle, c'est une qualité rare de nos jours.*


Leiko-chan n'ayant pas l'air de vouloir prendre ces jambes à son coup, je me permet de dépoussiérer légèrement ma jupe et de m'assoir près d'elle. Cela l'incitera peut-être à s'installer avec moi ? Emmitouflée dans mon manteau, je prend une profonde inspiration et poursuit la conversation :

-C'est gentil d'être venue enfin je ne dis pas que tu m'as suivis en pensant que j'allais mal mais .. enfin je ne vais pas mal au point de sauter au delà du grillage hein j'aime trop la vie pour ça et elle me manquerait ! Ma famille aussi Enfin ce que j'ai besoin c'est de discuter un peu et de penser à autre chose. Tu es une bonne personne Leiko-chan, braver l'interdit pour une bonne action.. enfin juste merci.

Je lui souris. C'est typiquement une chose que j'aurais faite : un étudiant qui monte sur le toit, la tête dans les épaules. Est-il en sécurité ? Va-t-il sauter ? Je dois en avoir le coeur net et me voilà déjà sur le toit à lui courir après. Tout comme Leiko-chan l'a cru pour moi. Je lui pardonne volontiers son interlude maths, après tout elle ne voulait que faire la conversation je suppose et je prend sa main tendu avec plaisir.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  Mar 22 Nov 2016 - 13:21

Héhéhé, personne n’aimait faire des heures de colle mais bon, la plupart du temps, c’était parce qu’on ne respectait pas le règlement ou bien qu’on oubliait un devoir important. Pour sa part, Leiko essayait d’être une élève modèle pour ne pas s’attirer les foudres des professeurs et autres corps enseignants de l’établissement, sinon qui sait comment ses parents pourraient le prendre ? Mais ce soir-là, elle décida de braver les interdits et de surveiller sa camarade de classe. Récemment, la gamine avait ressenti une grande peine dans le regard de son amie Aoi-chan. Si bien que Leiko avait pensé à la pire chose qu’il puisse arriver : le suicide. Du coup, elle s’était donné pour objectif (du moins, pour cette soirée), d’être à l’écoute de son amie ou tout simplement parler, parler et parler pour éviter qu’elle ne pense à ça !

Mais mine de rien, elle avait réussi à faire rire Aoi-chan, que cela lui valut un large sourire de victoire. Et qu’importe que sa camarade se moque d’elle, franchement, elle préférait la voir rire que sombrer dans le désespoir. Surtout qu’Aoi-chan était vraiment une jeune fille belle et souriante, pleine de vie. Mais quelque chose s’était passée pour qu’elle se retrouve dans cet état et ça n’allait pas. Ce serait impoli de la part de Leiko d’entrer dans sa vie privée mais elle était tout de même curieuse. Un amour brisé ?

« Oh ne t’en fais pas ! Ca ne me dérange absolument pas que tu ris de mes remarques, au contraire. » répondit-elle avec un large sourire, honnête. Si cela pouvait l’aider à oublier son chagrin. « Oh la chance ! Je t’avoue que j’essaie de ne pas trop déranger mes camarades de chambre mais je serais ravie que tu puisses m’aider si jamais je ne comprends pas. Prépare-toi car je risque de te demander des servies souvent ! » termina-t-elle en riant puis elle se calma, se rappelant alors qu’elles étaient sur le toit.

Rapidement, Leiko mit son index devant ses lèvres et s’excusa d’avoir parlé aussi fort. Suite à ça, Aoi-chan s’installa et la miss fit la même chose, dos contre le grillage avant de porter son regard vers le ciel qui s’obscurcissait progressivement. Quelques étoiles commencèrent alors à apparaître dans le ciel. Doucement la ville devint plus silencieuse qu’en journée. Mais les jeunes filles avaient besoin de parler. Ouf, Aoi-chan ne comptait pas se suicider et soudain, Leiko se sentit plus qu’idiote d’avoir pensé à ça (et que son amie l’ait découvert)… Devant le compliment, elle ne put s’empêcher de rougir et reporta alors son attention droit devant elle.

« Désolée… C’est la première chose à laquelle j’ai pensé en voyant l’ombre se diriger vers les escaliers menant au toit. Et quand j’ai vu que c’était toi, j’ai pris peur… » Leiko baissa légèrement sa tête, regardant alors ses pieds. « Et si tu veux en parler, je suis là. Tu sais, quand j’étais plus petite, j’avais tendance à tout garder pour moi et ça me ronger à tel point que je pouvais devenir désagréable pour ma famille. Il m’arrivait de piquer des colères monstres ! » continua-t-elle, en riant légèrement. « Ma grand-mère a alors pris le temps d’écouter mes soucis et de lui en parler, me faisait un bien fou. Pouvoir discuter avec une personne, ça fait vraiment du bien… Même si on ne trouve pas forcément une solution, crois-moi, on se sent mieux… »

Se souvenir de ça, oui cela lui faisait un bien fou. Doucement, Leiko passa ses bras autour de ses genoux et se mit à sourire. Comme ça. Ou bien juste parce que cela lui faisait plaisir qu’une camarade de classe veuille bien se confier à elle. Elle n’était sûrement pas la meilleure dans ce domaine mais elle allait faire de son mieux pour aider Aoi-chan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  Sam 26 Nov 2016 - 13:21

Il faut aller de l'avant ft. Leiko Sagara




Adorable, c'est le premier mot auquel j'ai pensé quand j'ai vu l'enthousiasme de Leiko-chan :

« Oh ne t’en fais pas ! Ca ne me dérange absolument pas que tu ris de mes remarques, au contraire. »
-Merci ! -Je réprime un nouveau rire amusé avant de chuchoter pour moi-même- Tu es très expressive comme fille !
« Je t’avoue que j’essaie de ne pas trop déranger mes camarades de chambre mais je serais ravie que tu puisses m’aider si jamais je ne comprends pas. Prépare-toi car je risque de te demander des services souvent ! »
-Ce sera avec plaisir Leiko-chan.

Je clôture ma phrase avec un sourire tout en la regardant s'assoir près de moi. Tout est si calme autours de nous que j'en oublierais presque que nous sommes dans une grande ville. Avec ce clair de lune et cette tranquillité, je pourrais aisément croire que nous nous trouvons en pleine campagne. Je me perds dans mes pensée. Si seulement elles pouvaient être autres que pour Kou.. Je sursaute légèrement, après quelques minutes passées dans le silence, lorsque Leiko-chan prend la parole :

« Désolée… C’est la première chose à laquelle j’ai pensé en voyant l’ombre se diriger vers les escaliers menant au toit. Et quand j’ai vu que c’était toi, j’ai pris peur… »
-Ne t'en excuses pas. Je n'en suis pas là heureusement mais ça me fais chaud au coeur de voir que tu te soucies de moi, en tant que camarade !
« Et si tu veux en parler, je suis là. Tu sais, quand j’étais plus petite, j’avais tendance à tout garder pour moi et ça me ronger à tel point que je pouvais devenir désagréable pour ma famille. Il m’arrivait de piquer des colères monstres ! »
-...
« Ma grand-mère a alors pris le temps d’écouter mes soucis et de lui en parler, me faisait un bien fou. Pouvoir discuter avec une personne, ça fait vraiment du bien… Même si on ne trouve pas forcément une solution, crois-moi, on se sent mieux… »
-Tu dois avoir raison .. Je.. enfin avant j'allais voir le psy de l'école parce-que j'avais des problèmes pour extérioriser ce que je ressentais mais depuis qu'il est parti.. j'avoue que je me suis renfermée sur moi-même.. C'est compliqué je ne sais même pas par où commencer .. C'est bête c'est juste une peine de coeur après tout..

Sans le vouloir, les larmes se mettent à couler sur mes joues et je les essuie aussi vite que possible afin de ne pas mettre ma nouvelle amie mal à l'aise. Je reprend le contrôle en inspirant le plus profondément possible avant de reprendre :

-C'est nul d'être amoureuse, au final on y perd plus qu'on y gagne.

HRP:
 

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  Dim 27 Nov 2016 - 20:59

Doucement, le ciel commença à s’obscurcir si bien que les lumières des établissements voisins et immeubles commencèrent à s’allumer. Les gens rentraient de leur travail afin de retrouver le foyer familial. Cette image si soudaine lui rappela un souvenir passé : sa famille réunie devant un bon repas… D’ailleurs, dans les rues de la ville, on pouvait entendre la circulation des voitures et les nombreux klaxons échangés entre les conducteurs. Mais aussi les métros. Une nouvelle vie allait naître ce soir dans la ville de Kobe. Et même s’il faisait encore bon en cette fin du mois, les soirées se rafraichissaient bien vite. Aussi, les jours s’enchainaient trop rapidement et la fin d’année approchait à grand pas. Et qui dit fin d’année scolaire, dit examens… Mais pour le moment, Leiko ne voulait absolument pas y penser car elle avait encore deux bons mois devant elle pour réviser.

Car pour le moment, la jeune fille était avec une camarade de classe qui visiblement, n’allait pas super bien. Aoi-chan était quelqu’un de vraiment agréable et l’entendre parler faisait un bien fou à Leiko. Elle se croyait vivante. Elle voyait son amie bien vivante aussi. Même si Aoi-chan avait dit qu’elle n’irait pas sauter au-delà du grillage de protection, rien n’était sûr. Leiko avait entendu parler de jeunes gens qui faisaient croire à leur entourage que tout allait bien pour justement se retrouver seul et franchir le point de non retour. Cette pensée la glaça, aussi elle rapprocha ses genoux de sa poitrine, recrachant un léger nuage de vapeur qui s’évapora bien vite.

Bon, au moins, Aoi-chan le prenait bien que Leiko soit venue la « déranger ». Qui sait comment la jeune fille aurait pu le prendre sinon ? Si on l’avait rejetée, la miss se serait excusée et l’aurait laissée seule. En fait, elle n’était pas du genre à s’imposer. Mais étrangement Leiko avait terriblement envie d’aider Aoi-chan, même si elle n’était qu’une camarade de classe. Son histoire la touchait et si franchement elle pouvait faire quelque chose, elle le ferait. En fait, depuis qu’elles avaient pris le temps de se parler, la gamine l’appréciait de plus en plus. Et pour être honnête, elle aimerait bien qu’Aoi-chan soit son amie… Enfin, une amie plus qu’une amie de classe…

« Tu voyais le psy ? » s’interrogea-t-elle, étonnée d’entendre ça.

Remarque, il était un bon conseiller pour les problèmes des lycéens. Et c’était un médecin du corps éducatif, il était là pour aider les jeunes gens en mal être ou en difficulté. Jusqu’à présent, Leiko n’avait pas ce genre de problèmes mais qui sait, un jour, elle pourrait avoir besoin d’en parler avec un adulte étant donné qu’ici, il n’y avait pas sa grand-mère. Son grand frère était à l’Université mais hors de question d’aller lui parler de ses problèmes personnels, il pourrait se moquer d’elle !  

« Désolée, je ne voulais pas te blesser. Oui j’ai appris qu’il avait quitté l’établissement récemment. Je ne l’ai pas connu mais j’ai entendu du bien de lui. » mais ce qui surpris le plus Leiko, fut la raison de cette peine chez sa camarade. « Une peine de cœur ? ». Alors Aoi-chan était tombée amoureuse ?? Leiko écarquilla les yeux et ne s’y attendait pas. Enfin si, elle savait que son amie était une jolie fille mais… enfin voilà. Et lorsqu’elle vit Aoi-chan commencer à pleurer, elle se rattrapa aussitôt « Ne dis pas ça ! »

C’était sorti tout seul. Leiko eut un léger bug : d’une, elle n’avait pas à monter le ton aussi fort et de deux, elle n’y connaissait absolument rien à l’amour puisqu’elle n’était jamais sortie avec un garçon ! Mais elle ne pouvait pas voir Aoi-chan dans cet état, c’était impensable ! Et même si les petites larmes qui avaient perlé sur ses joues la rendaient vraiment mignonne, elle ne pouvait pas dire une chose pareille !  

« Enfin je veux dire… Oui, ça fait toujours mal quand la personne qu’on aime ne nous aime pas en retour ou qu’elle veuille se séparer… ». Leiko entrait dans un sujet qu’elle ne maîtrisait absolument pas… « Mais tu sais, tu n’as pas à te mettre dans des états pareils… Désolée, je ne suis pas très douée dans ce domaine, je ne suis jamais sortie avec un garçon… » avoua-t-elle, rougissant légèrement. « Mais s’il te plait, ne dis pas que c’est nul d’être amoureuse… Je pense que quand on a trouvé la bonne personne, c’est le bonheur. »

Un peu cliché ? Oui. En même temps, elles n’étaient que des lycéennes, pas encore des adultes donc il était normal qu’il leur arrive ce genre de mésaventures. Evidemment que cela n’était jamais agréable mais les peines les faisaient avancer et grandir.

[ Hrp : Aucun sushi, Leiko écrit en #ff66cc =3 J’espère que ma réponse te va ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  Sam 3 Déc 2016 - 21:26

Il faut aller de l'avant ft. Leiko Sagara



« Tu voyais le psy ? »
*Au moins, elle ne fend pas son étonnement ! Moi qui pensait que la rumeur était déjà partout au lycée, je m'en suis encore faite toute une histoire.*
-Oui.. j'avais des problèmes avec ma famille. Enfin pas de problèmes graves du style engueulade hein mes parents sont des gens admirables mais j'avais des difficultés à m'exprimer envers eux et à m'imposer dans mes choix. Müller-san, le psychologue m'a donné des conseils pour m'affirmer et donner mon avis sans froisser mon entourage.

« Désolée, je ne voulais pas te blesser.»
-Ne t'excuses pas Leiko-chan, tu ne m'as pas fait le moindre mal et ce n'est pas un secret de polichinelle que de demander de l'aide lorsqu'on en a besoin.
« Oui j’ai appris qu’il avait quitté l’établissement récemment. Je ne l’ai pas connu mais j’ai entendu du bien de lui. »
-C'était vraiment une personne bien.. je crois même qu'avec le temps, j'aurais pu voir en lui un sempai !

Je suis contente de pouvoir parler de Müller-san avec une tierce personne. Hormis Kou et mes parents, presque personne n'était au courant de mes séances secrètes chez le psychologue. C'est idiot bien sûr et toutes ces séances n'ont pas eu le temps de m'aider à me débarrasser de ma sale habitude des "on dit"mais... je suis heureuse d'avoir enfin craché le morceau. Leiko-chan inspire la confiance.
Après quelques secondes de silence, ma nouvelle amie rebondit sur mon histoire de coeur :

« Enfin je veux dire… Oui, ça fait toujours mal quand la personne qu’on aime ne nous aime pas en retour ou qu’elle veuille se séparer… ».
-... Tu l'as dis -je pousse un soupir et m'appuis contre le mur- Une vrai torture !
« Mais tu sais, tu n’as pas à te mettre dans des états pareils… Désolée, je ne suis pas très douée dans ce domaine, je ne suis jamais sortie avec un garçon… »
*Comme moi il y a quelques semaines Leiko-chan !*
-Oh tu sais, je ne suis pas une experte non plus. Mon état lamentable de ce soir le prouve assez bien.


J'esquisse un sourire, ne voulant pas dramatiser d'avantage la situation. Oui j'ai le coeur en miette mais je reste quand même en bon terme avec Kou et c'est sans doute mieux que rien. Mais est-ce mieux qu'une vrai rupture ? J'aurai dû arracher le pansement tant qu'il en était encore temps. Me voilà raccrocher à lui à travers ces stupides kilomètres.. et encore accro.

« Mais s’il te plait, ne dis pas que c’est nul d’être amoureuse… Je pense que quand on a trouvé la bonne personne, c’est le bonheur. »
-... Je suis bien d'accord avec toi Leiko-chan.. J'ai sûrement dramatiser ma situation. Ma période avec Kou était la plus belle de toute ma vie ! C'est pour ça que j'ai aussi mal, je sais que je ne pourrais pas remonter le temps et qu'il va m'en falloir du chemin avant d'ouvrir mon coeur à quelqu'un d'autre. Quelqu'un d'aussi formidable que lui. J'aimerai croire qu'on restera amis mais si j'en venais à apprendre qu'il en aime une autre, je ne pourrais plus sortir de mon lit ! -Je pose mes mains sur mon visage une ou deux minutes puis relève la tête- En tout cas, merci pour ton attention Leiko-chan. Tu es une personne très à l'écoute, c'est une qualité qui fait défaut à beaucoup de gens.

Je me tourne vers elle et lui sourit. Je me sens vraiment reconnaissante d'être ici et je commence un peu à reprendre espoir. Quoi de mieux pour surmonter une peine de coeur que de voir naitre une nouvelle amitié ? J'ai toujours eu des amis mais très superficiellement, jamais vraiment de proche et je sais qu'il est rare d'avoir ce genre de feeling avec un tiers. Je replis mes jambes vers mon torse et chuchote :

-Merci.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  Ven 16 Déc 2016 - 17:57

Malgré les questions et quelques étonnements de sa part, Aoi-chan prit le temps d’y répondre malgré son problème. Il en fallait du courage pour en parler, aussi Leiko l’écouta attentivement, veillant à ne pas dire des choses qui pourraient la blesser. Aussi, elle apprit que sa camarade de classe avait eu des problèmes avec sa famille mais elle la rassura en précisant ensuite qu’il s’agissait juste d’un manque de dialogue avec ses parents. Leiko se rassura car faut dire que certains aimaient bien en faire tout un pataquès sur leurs problèmes familiaux pour accentuer leurs états et se trouver des excuses sur leurs comportements soudains. Mais Aoi-chan n’était pas de ces gens là, non, il s’agissait d’une charmante jeune fille en quête de réponses sur soi-même.

Doucement, Leiko rapprocha ses genoux de son torse et commença à souffler dans ses mains pour les réchauffer. C’est qu’il commençait à faire légèrement plus froid qu’il y a une bonnes dizaine de minutes. Le ciel s’était rapidement obscurcit et les surveillants n’allaient sûrement pas tarder à faire le tour des chambres pour veiller à ce que les élèves soient bien dans leur chambre. Mais quittes à se faire réprimander par un personnel de l’établissement et subir des heures de colle, cela ne semblait guère déranger Leiko. Au contraire, si sa présence pouvait aider sa camarade.

« Tu as quand même une petite avance sur moi dans ce domaine. » répondit-elle, en riant légèrement.

Bah oui, Aoi-chan avait sûrement déjà tenu la main de ce jeune homme ou peut-être même plus ! Rien qu’à cette éventualité, Leiko se mit à rougir. Y arriverait-elle un jour, à surmonter cette gêne de tenir la main d’un garçon ? Déjà, il fallait s’imaginer être avec un garçon ! Et ensuite en avoir un, pour de vrai. Non mais à quoi elle pensait ? Ce n’était pas le moment de penser à elle-même ! Leiko se reprit mentalement et écouta à nouveau son amie. Dramatiser la situation ? La gamine pencha légèrement sa tête sur le côté et lorsqu’elle entendit enfin le nom du jeune homme, elle écarquilla les yeux. Le fameux Kou Maeda ?! Le beau garçon de la classe ?!

Leiko n’en revenait pas. Faut dire qu’il était vraiment beau jeune homme et tellement mature pour son âge. Euh… elle n’avait jamais eu l’occasion de discuter avec lui mais elle le trouvait si mystérieux et charmant, il avait du charme et un physique à tomber par terre... Mais c’était un niveau trop élevé pour Leiko… La lycéenne ne s’attendait pas à ce qu’il soit sorti avec une fille du lycée. Enfin maintenant qu’elle en parlait et que Leiko imaginait les deux jeunes gens ensembles, oui ils allaient plutôt bien ensembles. Même très bien ! Pauvre Aoi-chan…

« Oui… Il va falloir du temps pour que tu soignes cette blessure mais je suis sûre que vous vous reverrez dans quelques années. Vous êtes avant tout des amis, on n’oublie pas ses amis aussi facilement. » Les deux jeunes filles s’échangèrent un sourire. « Mais de rien. N’hésite pas à venir me voir si tu as besoin de parler, je serais toujours à ton écoute. Et puis, j’aime bien quand je peux aider les autres à aller mieux. »

Tandis qu’elles continuaient à discuter, le froid s’installa et dans un long grincement, la porte s’entrouvrit. Leiko sursauta et elle commença à angoisser. Oui, elle avait enfreint les règles mais c’était pour son amie mais quel genre de punitions allaient-elles avoir ? La porte s’ouvrit en grand et une tête de surveillant dépassa, cherchant alors les petits chenapans.

« Ah tiens… Voilà nos deux petites souris qui se sont faufilées dehors après le couvre-feu. »

Le jeune surveillant s’approcha du duo de fillettes et instinctivement, Leiko s’était remise debout, l’air paniqué. C’était évident qu’elles allaient recevoir une punition mais comme d’habitude, le surveillant demanda alors la raison de leur petite escapade nocturne. Leiko n’aimait pas mentir mais elle ne pouvait pas non plus accuser son amie.

« Eh bien… C’est de ma faute ! J’ai demandé à Satô-chan de m’accompagner sur le toit parce que… » elle buta sur la raison et elle sentit un sachet de bonbons dans sa poche de veste. « Je voulais qu’on mange des bonbons ! » dit-elle en présentant le paquet vide.

Le surveillant les regarda d’une façon étrange. Il n’avait jamais entendu une excuse aussi bidon mais le règlement était le règlement. Il croisa les bras tout en soupirant.

« Ok… Vous allez me donner vos noms et classe. La note va être salée les filles : aller sur le toit alors que c’est interdit et être en dehors de sa chambre le soir, après le couvre-feu… »

Le surveillant les sermonna pendant quelques minutes avant de leur demander de rejoindre leur chambre respective. Pendant qu’il leur énumérait les différentes règles sur l’établissement, Leiko avait regardé Aoi-chan en lui souriant. Un sourire qui voulait dire « excuse moi mais j’ai aussi passé une superbe soirée en ta compagnie ».

[ Hrp : je suis vraiment désolée pour le retard ! Pardon TT ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Il faut aller de l'avant  

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut aller de l'avant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps-
Sauter vers: