Partagez | 
 

 [U-1] Sauvetage d'un coeur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
■ Age : 22
■ Messages : 869
■ Inscrit le : 11/12/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Lutecya Landa
« A l'université ; section artistique »
http://manoireuston.tropfun.net/
(#) [U-1] Sauvetage d'un coeur !  Mer 16 Nov 2016 - 21:06



Sauvetage d'un coeur 

« Les vrais amis, on peut les détester des mois et les aimer à nouveau comme si rien ne nous avait séparé ! »
RIKUO MORISADA


BON ! C'est décidé ! Aujourd'hui, je vais sauver un coeur ! Je vais littéralement aller secourir mon meilleur ami ! Il a besoin qu'on lui porte secours ! Surtout que la situation où il est, c'est peut-être un peu de ma faute ! Et donc, il faut que je fasse quelque chose !

Quelle situation ? Facile, je vais vous faire le topo parce que j'étais là pendant la catastrophe, cachée dans un des rayons de la bibliothèque !

Je vais vous dire, c'est pas du joli, mais il faut bien poser les bases avant de vous raconter ce que je vais faire ce soir ! Ben oui, si je vous dis d'emblée ce que je m'apprête à faire, vous ne comprendriez rien !

D'abord, rappelez-vous de mon erreur : j'ai enfermé il y a 3 ou 4 mois Akihito Nagao sur le toit, le petit ami de Rikuo, pour lui avouer qu'on avait dit aux parents de mon jeune élève que je me faisais passer pour sa copine ! Ok, je suis pas fine dans ma psychologie mais j'étais persuadée que cela allait aider Rikuo a faire son coming out ! Bien sûr, j'avais eu tort sur la forme, peut-être un peu moins sur le fond... quoique !

Puis, on s'est pris une retenue et depuis, ben, on s'est plus trop adresser la parole ! (Sans blague !? )

Et là, boum, hier, la catastrophe est tombée comme un cheveux au milieu de la soupe : Rikuo et Akihito s'est fini ! Non mais... je comprends pas trop comment ils en sont arrivés là parce que j'avais plus la moindre infos sur le couple, même quand j'ai croisé il y a quelques jours Akihito dans un concert classique (Oui, j'aime bien, et alors ?! Vous aimez bien les toutous après la balle vous !?).

Et donc, pour en revenir à hier, 16h30, après les cours, j'étais partie squatter mon lieu fétiche : la bibliothèque ! Vous savez cet endroit où on trouve une multitude de livres qui parle de tout et n'importe quoi ? Et bien, j'y étais oui ! Et je squattais un rayon au fond, pour pas être dérangée par les chuchotements des étudiants qui savent pas ce qu'est le silence en bibliothèque.

Et là, des cris commencent à retentir, de quoi bien m'énerver ! Et j'étais déjà prête à en découdre avec le responsable de cette beuglante. Sauf qu'arrivée au coin du rayon, quel ne fut pas ma surprise de tomber sur le couple. Oh, j'aurai peut-être du intervenir, mais je ne l'ai pas fait, juste écouter. Et c'était pas joli comme je vous le disais !

Akihito était littéralement en train d'exploser, râlant sur le fait que Rikuo n'assumait pas et qu'il aurait mieux fait de lui faire un texto plutôt que d'attendre 3 mois pour lui parler. Argh, j'étais scotchée sur place !

Un surveillant est intervenu pour calmer Akihito. Ce dernier a vite cédé puis a simplement rompu en partant de la salle. Rikuo est resté là, avachi littéralement. Je me suis éclipsée sur le coup, me disant que si je me pointais à ce moment-là, j'allais m'en prendre plein la gueule.

Mais quand je l'ai vu ce matin en photographie la tête ailleurs, ressemblant à un zombie et ne posant aucune question à notre prof, je compris à quel point la situation était grave et difficile.

Les autres cours, on était pas ensemble donc je ne sais pas s'il a été ou s'il a juste séché. Mais à sa place, je me serai juste cassée et fuck les cours.

Depuis, je cogite : que dois-je faire ? Ok, il ne me parle plus, mais est-ce une raison de le laisser seul ruminer sur ce qu'il se passe ? Pleurant sans doute en relisant leurs textos comme on le fait quand on vient de se faire larguer ? NON ! Moi, LUTECYA LANDA, je ne peux pas laisser Riri seul !

Il est 3H du matin, mais je m'en contre fiche. Autant y aller, même si je le réveille, et lui dire à quel point Akihito a eu tort ! Et voilà que je sors de mon lit, veillant à ne pas réveiller ma coloc et j'enfile mon gros peignoir panda pour aller toquer à la chambre quasi voisine.

Je toque d'abord mais je n'entends pas de réponse. Bon... me voilà dans le couloir entrain de faire les cent pas. Je rentre ? je rentre pas ? Qu'est-ce que je dois faire déjà ? Le réveiller ? Est-ce qu'il a un coloc lui ? Bon, au pire, il râlera son coloc mais la situation est une urgence de haute catégorie ! Donc, je défonce la porte.

Et oui, littéralement, je vais contre la porte poser mon oreille pour entendre du bruit. Rien. Ok, c'est encore plus inquiétant... on sait jamais, peut-être que Riri se taillade les veines ?! Je regarde à gauche, à droite, personne. Tant mieux. Je recule d'un pas et puis BOUM ! Je donne un bon gros coup de pied dans la porte. Elle s'ouvre à la volée mais je m'en contre fiche. Le bruit n'a alerté personne : encore mieux !

Je rentre dans la chambre, cherche du regard le lit de Rikuo : y en a un qui est vide, l'autre semble contenir une personne.

" - RIKUO MORISADA ! LUTECYA SEMPAI A LA RESCOUSSE !" criai-je alors, espérant que se soit bien lui.
Finalement, je cours jusqu'au lit et saute sur la personne qu'il y a dedans pour la serrer le plus fort possible contre mon coeur.

" C'est horrible ! " dis-je simplement, serrant toujours la personne contre moi.

CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE

---------------------------------

Spoiler:
 


Dernière édition par Lutecya Landa le Mar 22 Nov 2016 - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 1980
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes points : 20

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [U-1] Sauvetage d'un coeur !  Mar 22 Nov 2016 - 0:52

Une fois encore je me retournais inlassablement dans mon lit. Comme la nuit précédente, je n'arrivais pas à trouver le sommeil. J'allais finir par mourir d'épuisement si je continuais à enchainer les nuits blanches. Juré, si demain je me retrouve pour la troisième fois à fixer le plafond pendant des heures alors que tout le monde dort depuis bien longtemps, je fonce à l'infirmerie. Si j'avais eu la moindre chance de tomber sur Iroka-sensei j'y serais peut-être allé plus tôt mais pas sûr de la revoir avant un bon moment, congé de maternité oblige. Dommage, à elle au moins je n'aurais pas eu trop honte de lui avouer que mon manque de sommeil était dû à une récente rupture amoureuse.

En pensant à cela, mes yeux se remirent à piquer. Et merde. Je les frottais rapidement avant de changer de position une fois de plus. Ma discussion avec Keito quelques heures plus tôt ainsi que le moment cauchemardesque de mardi me revenaient déjà en tête. Si je voulais me reposer ne serait-ce qu'un peu, il ne fallait pas que je me remémore tout ça. Surtout pas maintenant alors que je me sentais près à craquer de nouveau.

Dans l'espoir de me fatiguer un tant soit peu et de me faire penser à autre chose, j'avais débranché mon téléphone portable de son chargeur et je passais de longues minutes à regarder des vidéos au pif sur le net. Rien de bien profond cela dit, en regardant certains d'entre elles, je me demandais même si c'était légal d'être aussi stupide. Tiens la stupidité, c'est un truc qui devrait me parler puisque j'excelle dans ce domaine. Si ça se trouve, ce mec qui se film en train de s'assommer avec une pelle comme un con a plus de jugeote qu'un imbécile qui balance un "J'assume pas" à son petit ami sans rien oser dire de plus. Lassé de mes vagabondages sur le net et me rendant compte que je faisais preuve de la plus mauvaise foie du monde, j'éteignis tout ça. Cela ne m'aidait en rien de toute façon.

Je m'apprêtais à reposer mon gsm sur la table de nuit mais, curieux de savoir le peu de temps qu'il me restait à dormir, je me ravisa à la dernière seconde. trois heures du mat' ... Si je réussis à m'endormir tout de suite ça me fera au moins quatre heures de sommeil. Mouais, c'est jouable mais vu mes récentes tendances insomniaques je n'y crois pas trop. Avant de fermer le clapet du portable, je ne pu m'empêcher de fixer le fond d'écran de ce dernier. Le cœur lourd, je détaillais le moindre pixel apparent sur le petit écran comme si j'attendais que quelque chose se passe. Il n'est pas difficile de deviner que le dit fond d'écran affichait une photo d'Akihito. Celle-ci avait été prise le jour de son anniversaire au parc d'attraction et elle avait sa place sur mon téléphone depuis. Peut-être que je me faisais bêtement du mal en la laissant afficher là. Peut être que je devrais la changer ... Non, si je commençais à faire ce genre de petites choses cela voudrait dire que je baissais déjà petit à petit les bras. Et je ... je ne veux pas abandonner. Je ne veux pas abandonner les maigres espoirs qu'il me reste. Mais si jamais tout était définitivement perdu je ... je crois que je ne m'en remettrais pas.

J'avais essayé de ne pas pleurer cette nuit-ci mais en me voyant maintenant, serrant le portable dans la main et les larmes ruisselant sur mes joues, je pouvais affirmer que j'avais échoué. En plus d'être un lâche j'étais maintenant un faible. j'entendis quelques bruits secs venir de je ne sais où mais honnêtement je m'en foutais bien. De toute façon, vu l'heure qu'il est, ça ne pouvait être que le vent qui semblait partir en violentes rafales depuis un moment. Au moins le temps était là pour accompagner mes piètres humeurs.

Tout à coup, un bruit sourd fit son apparition dans la chambre. Je crus d'abord à un brusque coup de tonnerre mais au lieu de ça ma porte s'ouvrit à la volée en un instant me faisant bien entendu sursauter au passage. Mais what the ... ?! C'est quoi se bordel ?!

« RIKUO MORISADA ! LUTECYA SEMPAI A LA RESCOUSSE ! »

J'eus à peine le temps de comprendre la situation que l'étudiante de poche me sauta littéralement dessus pour ensuite me serrer dans ses bras de toutes ses forces. Je ne comprenais absolument rien à la situation, j'étais pour ainsi dire en plein bug. J'aurais bien voulu essuyer furtivement mes yeux rougis ainsi que les larmes encore apparentes sur mon visage mais je n'osais pas bouger d'un pouce.

« C'est horrible ! » continua t'elle.

Je ... mais ... ? C'est quoi ce bin's ?! Mon cerveau n'arrivait pas à digérer l'information. Normal, c'est pas tout les jours qu'une naine avec qui vous êtes en froid défonce votre porte à trois heures du matin pour vous sauter au cou. Ne sachant comment réagir et voulant le mieux possible lui cacher l'état de faiblesse dans lequel je me trouvais, je détourna la tête du mieux que je le pouvais.

« Lutecya ? Qu'est ce que ... Qu'est ce que tu fais ici et de quoi tu parles ? »

La connaissant, j'avais une vague idée de ce dont à quoi elle faisait allusion mais je ne voulais pas lui faire aborder le sujet si sa venue avait un tout autre but. Étrangement, je n'étais pas mécontent de la voir. J'étais même quelque peu ... soulagé.

Hrp:
 

---------------------------------

Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 869
■ Inscrit le : 11/12/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Lutecya Landa
« A l'université ; section artistique »
http://manoireuston.tropfun.net/
(#) Re: [U-1] Sauvetage d'un coeur !  Mar 22 Nov 2016 - 17:56



Sauvetage d'un coeur 

« Les vrais amis, on peut les détester des mois et les aimer à nouveau comme si rien ne nous avait séparé ! »
RIKUO MORISADA


" C'est horrible ! " dis-je simplement, serrant toujours la personne contre moi.

je le serrais fort contre moi, ne craignant pas une minute de le briser tellement il était plus fort que moi. Je sentais que mon pyjama panda commençait à être humide là où il y avait eu les joues de mon ami. Il pleurait... j'en avais le coeur encore plus déchiré. Arf... j'avoue que maintenant que j'étais ici, je ne savais pas trop quoi faire...

" - Lutecya ? Qu'est ce que ... Qu'est ce que tu fais ici et de quoi tu parles ? "

" - A ton avis ? que pourrais-je bien faire ici au beau milieu de la nuit ? certainement pas m'envoyer en l'air ! " ricanai-je légérement, tentant d'adoucir l'atmosphère. Et surtout parce que j'avais plus facile de rire dans ce genre de situation que de pleurer. J'aimais bien jouer de mon mauvais humour pour tenter d'apaiser un peu la personne, c'était tout moi.

" -  plus sérieusement, j'étais dans la bibliothèque... hier... quand c'est arrivé... " lui expliquai-je simplement.

C'était plus subtil que dire " Hey ! Salut, je sais que Akihito t'a largué comme une grosse merde mais sinon comment tu vas ? on redevient ami ? ainsi t'es pas seul quoi ! "

Non, sérieux, très peu pour moi le manque de tact. OUI, je sais me contrôlais ! Je suis pas un démon non plus, du moins pas 24H/24. Il ne faut pas abuser !

Là, c'est vraiment pas le moment d'être la Lutecya incapable d'avoir du tact. Je lâchais un peu mon meilleur ami pour m'asseoir correctement. Dans la poche de mon pyjama pendant, j'avais une grosse barre de chocolat que j'avais emporté en chemin tout à l'heure. Je la sortis et la lui tendit.

" -  Le chocolat, y a que ça de vrai. " lui dis-je simplement, avec un léger sourire au visage même si je n'étais pas sûre qu'il le verrait vu qu'il fait un peu nuit ici quoi !

" -  Alors, c'est simple... je suis là pour toi mais si tu veux que je te laisse ruminer seul, je le fais aussi. En attendant, j'ai les oreilles et les bras ouverts pour t'écouter et te câliner."



CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE

---------------------------------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 1980
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes points : 20

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [U-1] Sauvetage d'un coeur !  Mar 29 Nov 2016 - 17:23

« A ton avis ? que pourrais-je bien faire ici au beau milieu de la nuit ? certainement pas m'envoyer en l'air ! »

J'esquissais un sourire à sa réponse. Je la voyais tellement mal s'incruster dans ma chambre pour ce genre de choses surtout quand notre amitié était mise entre parenthèse depuis des mois. L'image de Lutecya défonçant la porte en gueulant "allez viens on baise" prit forme dans mon esprit. Mon dieu que c'était bizarre. Même si je n'ai rien contre les filles, je trouve cette idée complètement glauque. Il faut dire que je la considérais comme une (petite) grande-soeur alors ... Non sérieusement Lut', je préfère que ton rôle de petite-amie se limite à faire bonne figure devant mes parents.

« Plus sérieusement, j'étais dans la bibliothèque... hier... quand c'est arrivé... »

Le semblant de sourire que j'affichais plut tôt disparu instantanément. J'avais encore plus l'impression que j'allais m'effondrer du moment à l'autre. Non seulement j'avais été pitoyable devant Akihito mais en plus quelqu'un d'autre avait assisté à ça. Je me foutais bien des élèves présents ce jour-là qui avait entendu les cris d'Akihito mais que quelqu'un comme Lutecya ai été présente ... Je resserrais ma prise sur le portable. Je ne sais pas si je devais être en colère face à la situation ou bien tomber encore plus bas que terre. Je crois que mon corps pris la décision par lui-même car mes larmes refirent leurs apparitions. Et merde. A l'instant où Lutecya défit son étreinte, j'en profitai pour essuyer mes yeux avec la manche de mon pyjama. Discrétion zéro mais au moins ça me permettait de sauver un minimum les apparences. J'avais beaucoup trop pleuré aujourd'hui, il fallait vraiment que j'arrive à me contrôler. Aussi, il faudrait vraiment que je me décide à faire quelque chose ... Ce n'est qu'une fois me jugeant plus ou moins présentable que je la regardai enfin face, m'appuyant sur mes avant-bras pour me relever un tant soit peu. Par contre, moi qui m'attendais à voir en premier la tête (... panda ?) de Lutecya, voilà que j'avais face à moi une barre de chocolat.

« Le chocolat, y a que ça de vrai. » Dit-elle en me tendant le chocolat en question.

En temps normal, je n'aurais pas hésité la moindre seconde mais dans le cas présent, la vue d'un truc à manger me retournait littéralement l'estomac. Je ne me souviens même plus si j'ai mangé quoi que ce soit avant d'aller me coucher. Je ne crois pas non, preuve une fois de plus que je touchais lamentablement le fond.

« C'est gentil mais ... non merci, je n'ai pas très faim pour le moment. »

Et non, même pas faim pour du chocolat sélectionné par une demi-française. Je crois que je viens d'actionner la sonnette de sos en refusant mais l'étudiante savait parfaitement que les choses n'allaient pas, la preuve :

« Alors, c'est simple... je suis là pour toi mais si tu veux que je te laisse ruminer seul, je le fais aussi. En attendant, j'ai les oreilles et les bras ouverts pour t'écouter et te câliner. »

A ces mots j'avais juste envie de la prendre dans mes bras et de la garder près de moi toute la nuit mais bon, de un ce serait zarb' comme réaction et de deux, vu le bruit qu'elle a fait en entrant je craints qu'un surveillant ne débarque d'un moment à l'autre et mieux vaut éviter un malentendu de plus.

J'eus un petit rire nerveux avant de répondre.

« T'es sérieuse ? Même après la manière dont je t'ai traité ? »

Après tout, on avaient pas mâché nos mots le jour de la retenue et je l'avais laissé se barrer sans rien dire le jour où elle avait essayé de faire un premier pas vers un possible réconciliation. Je ne dis pas que j'avais tout les tords mais quand même.

« Je ... »

J'hésitais un moment mais j'attrapai finalement délicatement la manche du pyjama panda de Lutecya de ma main libre.

« Reste s'il te plait. »

J'avais presque chuchoté ces derniers mots mais vu le silence ambiant ils étaient parfaitement audibles. Etrangement, malgré les tensions passée, j'avais l'impression qu'elle n'était jamais partie. Je pensais que j'aurais bien plus de mal à parler avec elle après tout ça mais en fait rien n'avait vraiment changé entre nous.

« Lut', je crois que tu avais raison. J'aurais dû tout assumer depuis le début. J'aurais peut-être été complètement rejeté par mes parents mais au moins Akihito serait toujours là... » Avais-je dit en me laissant retombé dans mon lit. Je sentais un désagréable mal de crane faire son apparition. Tout en me massant la tempe j'enchaînai : « Du début jusqu'à la fin je n'ai fais qu'accumuler les décisions stupides. J'ai fuis mes problèmes le plus que j'ai pu et au moment où j'avais l'occasion de m'expliquer auprès d'Akihito Je suis resté planté là comme un con sans savoir quoi dire. » Je laissais un temps de pause. « J'aurais du tout lui dire depuis le début... » Mon bras recouvrais maintenant mes yeux. Je ne voulais pas qu'elle me voit comme ça. Elle avait déjà eu la "délicatesse" de venir me voir alors autant lui éviter d'assister à une nouvelle crise de larmes.

---------------------------------

Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
■ Age : 22
■ Messages : 869
■ Inscrit le : 11/12/2014

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Lutecya Landa
« A l'université ; section artistique »
http://manoireuston.tropfun.net/
(#) Re: [U-1] Sauvetage d'un coeur !  Jeu 1 Déc 2016 - 16:06



Sauvetage d'un coeur 

« Les vrais amis, on peut les détester des mois et les aimer à nouveau comme si rien ne nous avait séparé ! »
RIKUO MORISADA



" - C'est gentil mais ... non merci, je n'ai pas très faim pour le moment. "

WOOOOOOH, ça c'est l'état d'alerte suprême ! Il ne veut pas de chocolat ? C'est que là, on peut limite l'emmener à l'hôpital des malades de coeur, il est pas loin de l'implosion total je pense. Soit, Lute, soit fine, propose ton aide. Façon, c'est pour ça que tu es là à la base ! Pas juste pour proposer un bout de chocolat puis me barrer.

" - Alors, c'est simple... je suis là pour toi mais si tu veux que je te laisse ruminer seul, je le fais aussi. En attendant, j'ai les oreilles et les bras ouverts pour t'écouter et te câliner. "

Un léger silence avant que je ne l'entende rire. Ben, qu'est ce qu'il y a de drôle là-dedans d'abord ? Je suis sérieuse moi ! Pouette ! J'aime pas trop le voir dans cet état, même après plusieurs mois passés à s'éviter... je suis du genre tenace comme amie.

" - T'es sérieuse ? Même après la manière dont je t'ai traité ? "

J'haussai les épaules, même s'il ne pouvait pas le voir dans le noir. La façon dont il m'a traité ? Bah, je comprends.

" - Tu sais, je le méritais l'air de rien. J'ai agis comme une idiote alors que le mieux aurait été de venir te voir et discuter avec toi du fait que tu devrais avouer à tes parents ou à Aki la vérité... si j'avais agis correctement, peut-être que tu n'en serais même pas là... " terminai-je dans un chuchotement. Je culpabilisais pas mal de la situation, ayant sincérement l'impression d'être celle qui a posé tous les problèmes du monde tout simplement.

Je sentis quelque chose tirait légérement sur la manche de mon pyjama alors que Rikuo me demandait tout simplement de rester.

" - Sans soucis, je resterai autant de temps qu'il le faut."
" - Lut', je crois que tu avais raison. J'aurais dû tout assumer depuis le début. J'aurais peut-être été complètement rejeté par mes parents mais au moins Akihito serait toujours là... Du début jusqu'à la fin je n'ai fais qu'accumuler les décisions stupides. J'ai fuis mes problèmes le plus que j'ai pu et au moment où j'avais l'occasion de m'expliquer auprès d'Akihito Je suis resté planté là comme un con sans savoir quoi dire.  J'aurais du tout lui dire depuis le début... "

Haaan... je me sentais d'autant plus mal pour lui maintenant... j'avais vraiment l'impression qu'il était tombé bas et qu'il aurait du mal à s'en relever.

" - Je comprends... et oui, évidement que tu aurais du en parler avec tes parents... mais c'est difficile comme situation. C'est pas le genre de chose qu'on lâche du jour au lendemain en mangeant un gâteau et puis lâcher " Hé, je suis gay au fait et Lute c'était ma couverture mais sinon tout va bien ! " " Lâchai-je simplement, en tentant à la fin d'imiter la voix de Riri.

" - Après, pour ce qui est d'Akihito, je pense que tout n'est pas perdu... parfois, c'est simplement un coup de colère... et même si hier tu n'as rien su lui dire, je crois que tu peux toujours prendre sur toi et aller le voir. Ne serais-ce que pour lui expliquer ce que tu as sur le coeur, non ? L'amour, c'est quelque chose de compliqué, c'est un tout. Parfois, c'est difficile, on est paumé, on ne sait pas où on va... et parfois, c'est juste quelque chose de merveilleux, simple, serein et pleins de rebondissements. Mais franchement, ceux qui pensent que c'est toujours tout rose se goure complètement : et ça l'est encore plus pour ceux dont la sexualité n'est pas celle de la norme... il faut faire avec le regard des autres, les critiques, la déception familial parce qu'ils se sont faits un idéal de toi et du jour au lendemain ils doivent accepter le fait que c'est tout autre chose que tu seras. Assumer ? Facile à dire, difficile à faire. "

Je fis une pause, histoire de reprendre un peu mon souffle.

" - Ecris lui ou parle lui, mais ne laisse pas les choses telles qu'elles sont. " finis-je par dire.

Une fois mon long discours terminé, je pris mon meilleur ami dans mes bras et déposa un baiser sur son front.

" - De toute façon, tu n'es pas seul face à tout ça. "

Je posai ensuite ma tête sur son torse et le laissai penser à ce tout ce que je venais de dire. Parfois, il faut le dire, je sais m'épater : je suis presque une psy non mais oh !

CODAGE PAR MADOUCE SUR EPICODE

---------------------------------

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
[U-1] Sauvetage d'un coeur !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe Daigaku ; l'université :: Les dortoirs :: Chambres-
Sauter vers: