Partagez | 
 

 Problème de langue; Problème de coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Problème de langue; Problème de coeur  Jeu 22 Déc 2016 - 22:30

Encore une fois, je me retrouvais à la bibliothèque... Encore une fois, je « fuyais » mon colocataire… Un cas désespéré, voilà ce que je suis. Bon, je ne le fuyais pas vraiment, enfin si, mais... Argh! C’était tout simplement devenu compliqué entre moi et Keitô. Alors que notre couple allait de mieux en mieux, ce souper entre sa famille et celle de Tessa a tout gâché. Non, j’avais tout gâché. C’était moi le problème. J’ai recommencé à douter de nous. Je me demandais si le simple fait de s’aimer l’un et l’autre serait suffisant pour nous tailler une place, pour nous faire accepter… Nous n’étions pas dans un conte de fée où l’amour triomphe de n’importe quoi. Parfois, j’aimerais que ce soit le cas, mais nous étions dans le monde réel. J’avais eu de la chance de me faire accepter par mes parents alors que j’étais persuadé du contraire, mais qui sait si nous aurons la même chance avec ses parents à lui ? Ils étaient très gentils, certes, mais Keitô ne mérite pas de se faire renier pour moi. Nous n’avions pas du tout la même relation avec nos parents après tout. J’aurais plus de culpabilité qu’autre chose dans une telle situation.

Je parcourais les rangées de la bibliothèque sans rien rechercher précisément. Ma présence ici était uniquement pour tuer le temps. Plus longtemps j’étais ici, moins je l’étais dans la chambre en compagnie de la source de mes tourments. Une chose était sûre : aimer était un sentiment douloureux.  J’aime vraiment Keitô, de tout mon cœur, mais je suis incertain quant au chemin que notre relation suivra. Je ne saurais dire lequel d’entre eux est le mieux pour nous, même si mon cœur avait déjà choisi.

Quel bouquin choisir maintenant ? « L’amour pour les nuls » ? « Le parfait petit guide d’une relation amoureuse saine » ? Ou encore : « Comment plaire à ses beaux-parents » ? Non mais franchement… Comme si ces bouquins de sciences sociales allaient véritablement m’aider… Sérieusement, qu’est-ce que je faisais là ? Y avait-il simplement un guide pour les relations homosexuelles ? N’importe quelle personne ouverte d’esprit me dirait à ce moment : « Mais non voyons ! L’amour c’est l’amour ! On s’en fout des genres ! ». Ouais… mais non, ça ne marchait pas comme ça… Si seulement ça marchait comme ça… Je repensai à ma discussion avec Akihito, plus tôt cette semaine… Je trouvais moyen de conseiller les autres, mais je n’arrivais pas à trouver une solution pour mon propre couple. Pathétique…

Je soupirai, énervé, et j’attrapai un bouquin au hasard, sans même regarder le titre. Peu importe… Roman ou documentation, je m’en fichais pas mal. Je voulais simplement un truc pour passer le temps, me changer les idées… Du coup, je me redirigeai vers les tables de travail lorsque je vis Rikuo, l’un de mes camarades de classe, assis un peu plus loin. À voir les livres éparpillés autour de lui, il travaillait sur notre devoir de langue, à remettre demain matin. Il était un peu à la dernière minute, mais lui aussi semblait vivre une mauvaise passe en ce moment.

D’un pas tranquille, je m’approchai de lui, remarquant du même coup sa page complètement blanche. C’était sûr qu’à ce rythme, il n’y arriverait jamais à temps… Comme nous étions dans le même cours, je pouvais bien lui proposer mon aide. Pas comme si j’avais mieux à faire de toute façon. Et puis, au moins, je serais utile.

- Morisada-san ? Est-ce que ça va ? As-tu besoin d’aide pour le devoir ? Tu sais… je peux t’aider si tu veux…

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 2943
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes points : 38

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Problème de langue; Problème de coeur  Mar 17 Jan 2017 - 20:47

J'y comprends rien, quedal, nada, ... Qu'est-ce qui m'a pris de vouloir me perfectionner en langues en entrant à l'université sérieusement ? Déjà que j'étais limite dans cette matière au lycée voia que je m'enfonçais encore plus volontairement. Je crois bien que le jour où j'ai reçu l'autorisation de poursuivre dans la section artistique de la part de mes parents j'en avais profité pour faire un trop gros excès de zèle. Cours de photo, de langues, d'histoire/géo plus la présidence du club de kyudo et une participation active à celui de photographie en supplément ... Ouais pas trop le temps de souffler avec tout ça. Quand l'humeur et la motivation est là c'est bon je m'accroche sans trop de problèmes mais je dois bien avouer qu'en m'inscrivant à tout ça je n'avais pas envisagé qu'à un moment ou un autre je pourrais me prendre une tuile qui viendrait tout chambouler. Je dirais bien que je devrais abandonner au moins une activité ou un cours pour alléger mon emploi du temps mais tout ce que je faisais me semblait nécessaire. Le Kyudo m'aidait à décompresser sainement (fini les après-midi roulé en boule dans mes couvertures devant ma console), le cours de photo était la base de l'avenir auquel je me destinais et le club associé me permettais de pratiquer en plus des heures de classe. Le cours d'histoire et géographie de Monsieur Itashi faisait aussi parti des atouts importants pour ma carrière que j'imaginais le plus souvent à l'étranger et le cours de langue ... ce maudit cours de langue était juste une base solide qui venait compléter tout ça. Ce n'est pas avec mon japonais et mon anglais limité que j'allais aller bien loin. Surtout si l'envie me prenait de débarquer dans des pays comme l'Amérique, l'Islande ou pourquoi pas la Nouvelle-Calédonie... quoi qu'il parle un peu le jap' la-bas je crois. Enfin soit, retournons plutôt à ce foutu devoir de langue si je ne veux pas finir en biesse photographe de studio. Quoi que même pour ça être bilingue est utile ... rah merde !

Je jetta négligemment mon stylo sur mon bloc de feuille toujours vierge de la moindre ligne. A part le titre du devoir, je n'avais absolument rien écrit. Je me contentais de lancer quelques coups d'oeil aux autres élèves présent dans la pièce en espérant vainement de trouver l'inspiration quelques part mais bien évidement rien ne me venais à l'esprit. Le fait de me retrouver dans cette foutue bibliothèque que je maudissais depuis quelques jours n'aidait en rien et ce, malgré la muraille de dictionnaires et méthode de français qui m'entourait. Honnêtement, je rageais intérieurement en ce moment. Je me sentais complètement naze. Je n'arrivais à rien et ce même dans mes matières fétiches alors là ... En plus de ça, c'était le français que je devais bosser aujourd'hui... cette langue me faisais juste penser une fois de plus à Akihito. Il le parlait couramment après tout et en plus d'être l'une des langues les plus parler dans le monde, je l'avais choisis dans l'illusion que cela me rapprocherait un peu plus de celui que j'aimais... C'que je pouvais être con.

Repenser à ça maintenant me déprimait et me coupait par la même occasion toute envie de travailler. Il fallait bien que je m'y mette pourtant, ce travail était à rendre pour demain. Pourquoi fallait il que Lutecya soit justement occupé ce soir ? Elle aussi parlait la langue de Molière et ce depuis sa plus tendre enfance, ça aurait été le top pour les explications supplémentaires. Tss, à croire que tout le monde pige ce bordel sauf moi.

Je passais le plus clair de mon temps à regarder fixement mes feuilles tout en jouant distraitement avec mon stylo. Les pensées perdues dans de douloureuses histoires qui me taraudaient inlassablement. Ce n'est qu'en relevant les yeux que je croisa le regard de l'un des colocataires d'Akihito présent dans la bibliothèque. Il n'avait pas l'air trop occupé... Je devrais peut-être lui demander l'air de rien comment mon petit-a... mon ex allait. Ce serait juste me faire du mal je le sais mais ... rester sans la moindre nouvelle de lui après notre rupture c'était ... c'était ... je ne sais pas ... c'était douloureux je dirais. Je n'arrive pas à trouver les mots pour dire ce que je ressentais précisément. Je ne sais même pas si cela était normal. J'avais déjà eu des déceptions amoureuses bien entendu mais je n'avais jamais eu à gérer une vraie rupture. La rupture qui fit atrocement mal, celle qui brise le coeur en mille morceaux... Ouais, rien à voir avec les petites amourettes de vacances ou les couples bidons d'une semaine de mes premières années de lycée.

Une fois encore, la stupidité de la distance que j'avais mise entre Akihito et moi me sautait au visage. Ca ne faisait que quelques jours que je souffrais de son absence alors que lui, de son côté, avait dû endurer cela pendant bien plus longtemps sans la moindre explications. Akihito ... qu'est-ce que j'aimerais pouvoir tout t'expliquer. Mais est-ce que cela changerait un tant soit peu les choses ? ... Je l'ignore ... Il faudrait vraiment que je te vois ne serait-ce qu'un instant. Ouais, au moins un petit moment pour te dire que quoi que tu imagines, je t'aime toujours et que notre altercation d'il y a quelques jours ne voulait rien dire. Oui, je voudrais juste te revoir une dernière fois pour tout t'expliquer ...

« Morisada-san ? Est-ce que ça va ? As-tu besoin d'aide pour le devoir ? Tu sais... je peux t'aider si tu veux... »

Interrompu dans ma énième phase de déprime, je sursauta au son de la voix qui venait de m'interpeller. Je ne la reconnu pas sur le coup mais après avoir détourné la tête vers l'origine de celle-ci je me figea instantanément. C'était comme si je venais d'apercevoir un fantôme. Inconsiemment, je me mit à détailler les quelques traits qui me semblaient étrangement familiers du nouvel arrivant. De fins cheveux noir presque coiffé comme ceux d'Akihito, des yeux d'un bleu profond cacher derrière une paire de lunette qui ne devait lui servir qu'à lire j'imagine. Elle me semble plus fine que celle que porte Akihito cela dit. Et tout cela agrémenté de l'expression sérieuse qu'il arborait toujours, comme Ak... Bon j'ai compris j'arrête. Complètement déstabilisé par l'apparition soudaine du presque sosie de mon ex petit-ami je ne pu m'empêcher de répondre brusquement de la manière la moins convaincante possible.

« Ah euh ... non non ça va je m'en sorts très bien ! » Dis-je, toujours sur le coup de la surprise.

Ouais, je m'en sorts tellement bien que ma magnifique copie blanche va me valoir la note maximal peut-être ? Je rêve prodigieusement là. Après un rapide coup d'oeil vers le devoir qui allait littéralement massacrer ma faible moyenne je détourna une seconde fois la tête vers Heisuke.

« Quoi que ... en fait je veux bien un peu d'aide ... s'il te plait » Avouais-je sur un ton résigné.

Heisuke faisait parti des meilleurs élèves de ma classe après tout et son aide valait presque autant celle de ma mini-prof en la matière. Son intervention était presque un cadeau tombé du ciel d'ailleurs mais comme à chaque fois que je croisais cet étudiant, que ce soit dans les couloirs ou en cours, sa présence me mettait mal à l'aise. On se connaissait à peine et pourtant le simple fait de repenser à la petite altercation que j'avais eu au début de l'année avec son petit ami suffisait à me faire totalement buguer. D'ailleurs, je me demande toujours aujourd'hui si Keito lui a fait par de cette anecdote super gênante. Si oui, j'avais non seulement une fois de plus l'air d'un crétin mais en plus j'étais une fois encore grillé par une personne supplémentaire. Quoi que ça n'a plus vraiment d'importance maintenant... je crois... enfin...

« Je ne sais pas trop par où commencer, j'ai demandé les consignes à un autre de la classe tout à l'heure mais comme j'étais à l'infirmerie pendant ce cours-là je rame un peu ... »

Euphémisme total, même si j'avais assisté au cours je savais pertinemment que je serais en train de patauger dans le vide comme aujourd'hui mais passons. Tiens tant que j'y pense, c'était pendant le début de ce même cours que j'avais passé de longues minutes à fixer Heisuke comme un con au lieu d'écouter le prof non ? A moins que c'était à celui d'avant. Bah, je ne sais plus. De toute façon à part me remémorer un autre souvenir gênant histoire de me mettre encore plus mal à l'aise ça ne me servait à rien de repenser à ça.

---------------------------------

Tu veux un bonbon mon p'tit ?
► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Problème de langue; Problème de coeur  Mer 1 Fév 2017 - 5:05

Mon camarade sursauta lorsque je lui adressai la parole. Comme il était visiblement ailleurs, ce n’était pas étonnant. Cependant, moindrement qu’il posa les yeux moi, il figea. J’avais quelque chose sur le visage? Pourquoi me dévisageait-il de la sorte? Était-il si étonné que je m’adresse à lui? Bon, il était vrai que je ne lui avais jamais parlé concrètement, mais pas au point de me regarder de la sorte? Si? Ce n’était pas comme si je le méprisais non plus…

- Ah euh ... non non ça va je m'en sorts très bien !; bafouilla-t-il.

Ah bon? Ce n’était pas ce que sa feuille blanche me laissait croire pourtant, sans compter son découragement apparent. Cela dit, je ne pouvais le forcer à accepter mon aide. J’aurais aimé au moins être utile à quelqu’un, car fallait avouer que depuis ces derniers jours, j’avais l’impression de tout être sauf ça pour les quelques personnes de mon entourage… Du coup, je pensai chercher une autre place lorsque Rikuo finit par admettre son incompréhension.

- Quoi que ... en fait je veux bien un peu d'aide ... s'il te plait

C’était bien ce que je pensais. Je pris alors place près de lui, déposant, à l’écart, le bouquin que j’avais dans les mains sur la table. Bien que cela n’était probablement pas visible sur mon visage, ça me faisait vraiment plaisir de pouvoir lui refiler un coup de main.

- Tu n’as pas à être gêné de demander de l’aide, tu sais? Nous sommes des camarades de classe après tout
; dis-je pour le rassurer.

Certes… Nous étions des camarades de classes, mais je pensai à Keitô qui, même si on le lui demandait gentiment, n’apporterait jamais son aide à quelqu’un… Mais bon, le guitariste était un cas bien à part des autres… Moins il avait à interagir avec les autres, mieux il se portait. Toutefois, il faisait l’effort de répondre et non de complètement les ignorer désormais. C’était mieux que rien.

- Je ne sais pas trop par où commencer, j'ai demandé les consignes à un autre de la classe tout à l'heure mais comme j'étais à l'infirmerie pendant ce cours-là je rame un peu ...

Le français... Pas étonnant que ce soit l’une des langues les plus compliqué à apprendre vu sa grammaire beaucoup plus complexe que les autres. Cependant, j’avais eu la chance de l’apprendre en grande partie avec Senji, par le biais de nos mails. Bien sûr, je l’avais fortement étudié, puisque je connaissais déjà l’anglais depuis l’enfance. Du coup, je maitrisais plutôt bien cette langue, mais non parfaitement. Comme je ne la pratiquais pas souvent, cela en était malheureusement la conséquence. Néanmoins, Rikuo semblait galérer complètement. Il était certain que s’il se perdait sans cesse dans ses pensées, il n’allait jamais y arriver… Il va donc falloir l’encourager à se concentrer.

- Tout d’abord, il faudrait que tu trouves ton sujet. Une fois cela fait, il te sera plus facile de le développer.

But du devoir? Écrire un poème dans la langue de Molière. Quoi de plus original… Mais bon, c’était un exercice plutôt compliqué puisqu’en plus de devoir complètement l’écrire en français, il fallait s’assurer de respecter toutes les règles de cet art; théorie que l’on voyait depuis plusieurs cours déjà en plus d’apprendre la langue. Notre professeur jugeait bon de nous faire explorer ce genre littéraire afin d’approfondir notre vocabulaire français, tout en gardant un style assez simple. Cela dit, nous n’étions pas tous né poète.

- Nous n’avions pas de restriction sur le sujet, donc tu peux t’inspirer de ce que tu veux comme, par exemple, ce que tu as fait cet été ou un souvenir quelconque. C’est beaucoup plus facile ainsi.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 2943
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes points : 38

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Problème de langue; Problème de coeur  Mar 28 Fév 2017 - 21:40

Au même moment où Heisuke s'installa à mes côtés, je pris soin de faire un peu de place sur la table. Tous ces manuels ne m'avaient pas servit à grand chose de toute manière alors les empiler à l'écart ne changerait rien à leur utilité immédiate.

« Tu n'as pas à être gêné de demander de l'aide, tu sais? Nous sommes des camarades de classe après tout »

« Euh... ouais désolé, tu as raison »

Ses mots se voulaient rassurant, je le voyais bien et ils auraient très certainement fait effet si ces derniers avaient été prononcés par une autre personne. Mais il avait malgré tout raison dans ce qu'il disait et j'aurais très certainement du faire abstraction de pas mal de choses, ma gène par exemple, et demander directement de l'aide au lieu de perdre une bonne partie de mon après-midi à contempler le vide.

« Tout d'abord, il faudrait que tu trouves ton sujet. Une fois cela fait, il te sera plus facile de le développer. Nous n'avions pas de restriction sur le sujet, donc tu peux t'inspirer de ce que tu veux comme, par exemple, ce que tu as fait cet été ou un souvenir quelconque. C'est beaucoup plus facile ainsi. »

Trouver un sujet, hum … rien que cette partie la me posait déjà problème. Je n'avais qu'Akihito en tête ces derniers jours et, même si à ce sujet j'avais des choses à raconter, je me voyais mal écrire quelque chose à son sujet pour un travail scolaire. Et puis, disons bien les choses, je suis une bille en poésie. Que ce soit en japonais, en anglais ou encore pire, en français, je n'avais aucun dons pour tout ce qui touchait de près ou de loin à l'écriture. J'avais bien essayé de m'y mettre une fois mais je crois que mon attitude défaitiste face à mon travail avait eu raison de mes maigres efforts. La seule chose que j'étais capable d'écrire sans trop de soucis, c'était les lettres que j'écrivais sans même prendre la peine d'envoyer à mon amie d'enfance et qui s'entassaient de plus en plus dans mon casier. Chose dont j'avais un peu honte aujourd'hui d'ailleurs mais que je continuais malgré tout.

« Hum … un sujet » Dis-je tout en réfléchissant.

Comme Heisuke me l'avais conseillé, je repensais à un souvenir quelconque qui pourrait être exploitable. Sans surprise, je laissa de côté les événements qui s'étaient déroulés en début de semaine bien que ceux-ci étaient pour moi les plus marquant en ce moment. Je m'attarda quelques secondes sur l'idée de parler de ma famille. C'était bateau comme idée et il me semble même avoir fait un travail sur le même sujet quand j'étais encore au lycée mais après un bref rappel du climat dans lequel nous étions en ce moment je laissa tomber. D'autres choses me revint à l'esprit petit à petit, l'anniversaire d'Akihito que nous avions passé tout les deux au parc d'attraction, le jour où je lui avais offert Hikaru, mon premier rendez-vous avec lui … Akihito, toujours Akihito, je n'arrivais pas à me le sortir de la tête. Je me maudissais moi-même de faire ainsi une fixette sur lui alors que j'avais autre chose à faire et que je faisais très certainement perdre du temps bêtement à Heisuke.

« Déjà rien que sur ça je bloque complètement, j'arrive pas à me sortir certaines choses de la tête » Dis-je un peu irrité.

Cette dernière remarque n'était pas vraiment destiné à mon condisciple, je faisais juste un constat de la situation. Remarquant que je m'étais une fois encore remis à jouer avec mon stylo, je le déposa avant de soupirer légèrement.

« En fait tu as choisi quoi comme sujet toi ? »

Je ne comptais pas faire la même chose bien entendu mais au moins ça me donnera peut-être une piste pour à mon tour trouver un thème potable.

---------------------------------

Tu veux un bonbon mon p'tit ?
► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Problème de langue; Problème de coeur  Mar 4 Avr 2017 - 2:32

- Hum … un sujet

Je laissai Rikuo réfléchir quelques instants. Trouver l’inspiration n’était pas toujours facile pour tout le monde, particulièrement lorsque notre esprit n’est que trop bien rempli de nos propres tourments. Certains diront de faire le vide, mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Parfois, il nous était tout simplement impossible de ne pas y penser. Comment oublier une forte douleur? Même si on essayait de réfléchir à autre chose, elle restait bien là, jusqu’au jour où elle guérira. Vivement ce jour… Toutefois, je commençais à perdre espoir en ce jour J. Je l’attendais déjà depuis plusieurs mois et quand je commençais enfin à le voir venir, il me paraissait de plus en plus loin. À croire que j’en avais encore pour longtemps… bien longtemps… Car peu importe ma décision, peu importe ce que je tente pour améliorer la situation, j’ai l’impression de l’aggraver encore et encore… J’ai l’impression de n’avoir fait que les mauvais choix lors de ces 3 derniers mois alors que j’étais persuadé de faire ce qu’il y avait à faire. Je n’avais plus aucune confiance en moi à ce niveau. Moindrement que je prends une décision, je ne fais que nous blesser davantage, moi et Keitô.

- Déjà rien que sur ça je bloque complètement, j'arrive pas à me sortir certaines choses de la tête

Mon camarade était visiblement exaspéré de son blocage. C’était compréhensible vu la remise dû pour le lendemain matin. Toutefois, j’étais là pour l’aider à s’en sortir, même si la situation semblait complètement perdue d’avance.

- En fait tu as choisi quoi comme sujet toi ?

Bien que la question fût parfaitement prévisible, elle me prit tout de même au dépourvu. Le sujet que j’avais utilisé pour le devoir? C’était gênant juste au simple fait d’y penser… Mais c’était difficile de le faire sur autre chose que le guitariste. Après tout, il obsédait toutes mes pensées… Certes, ce n’y était pas explicitement écrit, mais pour Rikuo qui connaissait notre véritable relation, c’était aussi clair que de l’eau de roche. Du coup, autant l’admettre tout de suite, bien que cela soit légèrement embarrassant.

- Pour tout avouer, j’ai choisi… Je parle de mes sentiments envers Keitô : dis-je en baissant les yeux, honteux.

C’était vraiment cliché de ma part et je le savais très bien. Cependant, sur le coup, je m’étais véritablement défouler et cela m’avait fait du bien d’exprimer ce que je ressentais. Le meilleur dans tout ça était que notre professeur pensera uniquement que je suis un grand romantique, rien de plus.  Je doutais fortement qu’il puisse deviner que mon sujet était mon voisin en classe.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 2943
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes points : 38

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Problème de langue; Problème de coeur  Mar 4 Avr 2017 - 14:07

J'avais l'étrange impression que ma question le gênait d'une certaine manière. Je ne voyais pas vraiment le problème, ce n'est qu'un foutu devoir après tout et quelque soit notre choix de sujet on en entendrait plus jamais parler après la remise des notes. A moins que notre prof ai la mauvaise idée d'en lire quelques-uns en exemple pendant le cours. Là, ceux ayant prit un sujet sensible risquait de s'en mordre les doigts. Ce serait presque un cas à espérer que tout le monde soit nul en français pour ne rien y comprendre ou d'être, comme par hasard, absent ce jour-là. De toute manière, même si c'est très tentant, ça m'étonnerait que quelqu'un ai choisi de parler de truc trop intimes. Ce serait plus facile à écrire certes mais ...

« Pour tout avouer, j'ai choisi… Je parle de mes sentiments envers Keitô » Dit-il finalement en baissant le regard.

Je ne pu m'empêcher de le fixer un moment, surpris parce qu'il venait de dire. Moi qui pensais justement que personne ne se confierait dans ce devoir quelques secondes plus tôt, j'avais faux sur toute la ligne. Parler de ses sentiments amoureux dans un devoir c'était déjà courageux mais faire ça pour quelqu'un de présent de la classe ça forçait le respect. Surtout que, de ce que j'en savais, leur relation n'était pas vraiment au beau fixe depuis un moment. Je ne vais pas le cacher, je ne comprenais pas tout à leur histoire, Keito me parlait de temps en temps certes mais pas au point de me raconter chaque chapitre de leur relation.

En plus du choix d'Heisuke, je crois que c'était le fait qu'il me l'avoue aussi clairement qui m'étonnait le plus. Bon, il n'y avait plus à rêver, s'il me disait ça comme ça c'était soit parce qu'il assumait super bien sa relation au grand jour, ce dont je doutais fortement, ou que Keito lui avait parlé de l'histoire de la photo. Mouais, avec un peu de chance il avait juste balancé un " Rikuo sait " sans trop s'attarder sur les détails. C'était Keito après tout. Ouais enfin, c'était Keito avec Heisuke, donc pas la porte de prison habituelle j'imagine. Oh et puis zut, on s'en fout de cette histoire.

Une fois la surprise passée, je ne pu m'empêcher de rire légèrement à ce qu'il venait de dire. Je ne me moquais pas du tout de lui ou de son choix non, je trouvais juste ça amusant de me dire que quelques minutes plus tôt la seule chose pour laquelle je me sentais capable d'écrire c'était pour Akihito. A croire que nos histoires de cœur nous rongeaient profondément tout les deux à cet instant mais contrairement à moi, lui il avait le courage de tout mettre sur papier.

« Désolé je ne me fous pas de toi, c'est juste qu'en cherchant un sujet j'avais la même chose en tête » Dis-je une fois calmé avant de me reprendre nerveusement « Je parle pas de mes sentiments pour Keito hein ! Je n'en ai pas du tout d'ailleurs ! » Non mais sérieux c'est quoi ce rattrapage à la con ? Il n'est pas stupide, il avait très bien compris. « Je voulais dire, écrire pour mon petit ami » Repris-je plus calmement avant de laisser échapper un « Enfin, mon ex-petit ami ... » Je ne voulais pas l'emmerder avec ça, son compagnon avait déjà très bien supporter mes états d'âme la dernière fois. « En tout cas t'as vraiment du courage pour faire ça, je ne pense pas que je pourrais faire pareil » dis-je en reposant mon regard sur mes pages vides. J'essayais un peu d'imaginer ce qu'il avait bien pu écrire pour Keito puis je faisais le parallèle avec ce que j'aurais écrit pour Akihito si j'en avais eu le courage... Hum …Et merde, c'était pas le moment de se remettre à déprimer.

---------------------------------

Tu veux un bonbon mon p'tit ?
► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Problème de langue; Problème de coeur  Mar 30 Mai 2017 - 1:36

Aussitôt dit, je regrettai de lui avoir avouer le sujet de mon devoir. Malgré mon regard fuyard, je voyais bien du coin de l’œil qu’il me fixait tout comme si je venais de lui dévoiler au grand jour la relation que je partageais avec mon colocataire. Il était déjà au courant, non? Keitô m’avait raconté une histoire de photo floue ou je ne sais trop…bref, tout ça pour me dire que notre camarade de classe était au courant pour nous deux et que lui aussi partageait, semblerait-il, une relation avec un autre homme. Bref, son petit rire me fit lever les yeux, encore plus embarrassé. Il se moquait de moi là? Avant que je puisse dire quoi que ce soit, il s’excusa.

- Désolé je ne me fous pas de toi, c'est juste qu'en cherchant un sujet j'avais la même chose en tête


Le même sujet en tête? Keitô ou ses sentiments envers son supposé petit-ami? Cette phrase me laissait plus que perplexe, mais, heureusement pour lui, il se rattrapa avant que je commence à m’imaginer toutes sortes de choses.

- Je parle pas de mes sentiments pour Keito hein ! Je n'en ai pas du tout d'ailleurs !... Je voulais dire, écrire pour mon petit ami… Enfin, mon ex-petit ami ...

J’adoucis mon regard à ses derniers dires. Comme ça, lui aussi ne la vivait pas facile de son côté… Je pouvais parfaitement le comprendre à ce sujet. Moi et Keitô formions peut-être toujours un couple, mais il battait difficilement de l’aile actuellement. Finalement, peut-être que je n’étais tout simplement pas prêt à continuer notre relation. Toutefois, Keitô n’était certainement pas pour accepter une seconde rupture et je me doutais bien que les répercussions ne seraient pas les mêmes si je décidais de tout arrêter cette fois.

- En tout cas t'as vraiment du courage pour faire ça, je ne pense pas que je pourrais faire pareil

Je le regardai baisser les yeux et fixer sa feuille blanche, au bord de la déprime. Son regard trahissait ses pensées.

- Et pourquoi pas? Si cela peut te soulager la conscience, je ne vois pas pourquoi tu te retiendrais de le faire.

Bien sûr, il n’avait probablement pas envie que son devoir ressemble à une lettre d’amour ou quoi que ce soit… ou d’y exposer son homosexualité à notre professeur de littérature. L’avantage du français est qu’il dispose d’un large vocabulaire avec lequel nous pouvons jouer avec les mots. Il faut simplement choisir les bons.

- Tu sais… Tu n’as pas à tout dévoiler non plus. Personnellement, Keitô ne pourrait jamais deviner que je parle de mes sentiments envers lui, et encore moins notre professeur.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
 
Problème de langue; Problème de coeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Bâtiments communs :: La bibliothèque-
Sauter vers: