Partagez | 
 

 Le temps nous échappe et le temps nous rattrape ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 2119
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes points : 56

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; section artistique »
(#) Le temps nous échappe et le temps nous rattrape ~  Sam 24 Déc 2016 - 9:11

Les jours passaient les uns après les autres et malgré cela je n'avais toujours pas fait le moindre pas en direction d'Akihito. Entre notre rupture et les conseils que je recevais de part-et d'autre je n'arrivais pas à faire le tri dans ma tête. J'y pensais matin et soir, mettant au passage mes études entre parenthèse en ne faisant qu'acte de présence dans les salles de cours. Ce qui, bien entendu, me retomberais dessus à un moment où un autre. J'avais déjà reçu plusieurs remarques de la part d'Horime-sensei pour mon manque d'attention lors de son cours alors que quelques mois plus tôt, lors des premières heures dans la classe de photographie, j'avais exprimé un vif intérêt pour cette matière sans la moindre retenue. Bonjour le changement radical d'attitude. Enfin, ce n'est qu'une mauvaise période à endurer. Je l'espère en tout cas même si ça ne me rassure pas vraiment de me dire ça.

Samedi matin, alors que j'aurais pu passer la matinée à ruminer sur mon propre sort comme à ma récente habitude, j'avais pris la décision de sortir un peu m'aérer l'esprit hors de ma chambre. Il était très tôt et mes pas me menèrent jusqu'au parc encore désert à cette heure. Après en avoir fait le tour une fois ou deux sans vraiment réussir à penser à autre chose qu'à mes récents problèmes de famille et de couple ... qui n'en était plus un d'ailleurs ... Je m'affala sur le premier banc que je croisais. N'accordant plus vraiment la moindre importance à ce qui pouvait m'arriver de pire depuis quelques jours, je pris le risque de sortir une cigarette et de la fumer ici, à la vue de la première personne qui se lèverait aussi tôt que moi pour diverses raisons.

C'est en contemplant bêtement le vide devant moi que mon regard se posa sur un élève au loin qui accomplissait son jogging matinal. Même si j'ignorais totalement son nom, son visage ne m'était pas inconnu. A l'époque où je passais mon temps a vadrouiller dans l'établissement à la recherche de sujet intéressant à photographier je l'avais mainte et mainte fois croisé du côté du club d'athlétisme. Tiens les club ... ça fait un moment que je n'y ai pas mis les pieds. Ah la limite, le club de photographie ce n'était pas vraiment grave. Je n'étais qu'un membre parmi tant d'autre mais celui de Kyudo ... Même s'il fait parti des clubs les plus déserté de Kobe j'en étais quand même le président et je ne désirais pas vraiment le laisser à l'abandon...

Après avoir poussé un long soupire, j'écrasa ma cigarette et partis en direction des casiers. Je me souviens avoir laissé ma tenue de kyudo dans celui que j'occupais le jour où, au lieu de le laisser au vestiaire, je l'avais ramené avec moi en cours pour me demander au final ce que je foutais avec ça dans la salle de classe. Comme quoi, même quand j'avais toute ma tête il m'arrivait toujours de faire des conneries. Arriver au casier, je sortis la tenue sans ménagement, faisant au passage tomber la plupart des lettres de Kaori que j'entreposais là depuis longtemps déjà. Mouais, manquait plus que ça ... Je me demande si aller au club dans mon état d'esprit est vraiment une bonne décision. Bah qu'est-ce que je risque de toute façon ? Une flèche dans le genou ? Hum ... Je ramassa en vitesse les nombreuses lettres éparpillées sur le sol, espérant ne pas en avoir oublié une et pris la direction du gymnase.

Je fus agréablement surpris de voir que deux des membres avaient pris la peine de venir de si bon matin eux aussi. Comme quoi, le club ne méritait pas que je le laisse de côté comme je l'avais fait. Je salua rapidement les deux élèves tout en leurs adressant un discret sourire avant de partir me changer dans les vestiaires. Une fois de retour dans le gymnase, je pris mon matériel et après avoir quelque peu discuté avec les personnes présentes, je commença mon entrainement matinal. Sérieusement tout d'abord mais bien vite mes pensées s'envolèrent vers des choses bien moins agréables... Serait-ce trop demander d'avoir un court instant de répits ? ... Les choses étaient tellement plus faciles avant mon arrivée à Kobe ... Kaori, Ikaru ... je sais que ça fait un moment mais ... je ne me suis jamais sentit aussi perdu sans vous deux...

---------------------------------

Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 20
■ Inscrit le : 08/12/2016

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-8
❖ Arrivé(e) en : oct. 2014
Kaori Aihara
« Elève ; en 5ème année »
http://refuge.forumactif.com/
(#) Re: Le temps nous échappe et le temps nous rattrape ~  Mar 3 Jan 2017 - 19:47

Enfin sorti de son lit, après une dizaine de minutes de grande hésitation, Kaori décida qu’il était temps de reprendre une activité sportive. Elle n’était pas à l’internat depuis longtemps, mais déjà, elle ressentait le besoin de se bouger un peu. La jeune femme était loin d’être une passionnée de sport, mais l’inactivité affectait son humeur et son sommeil. Le sort assurait le bon fonctionnement de la machine, dirons-nous, permettant une meilleure concentration, une meilleure vivacité d’esprit blablabla… Parfois, la demoiselle était obligée de penser aux bénéfices afin de sortir de sa chambre plus facilement. Ce jour-là, une fois en tenue de sport et dignement réveillée, la nouvelle élève poussa la porte de sa chambre, quittant le bâtiment afin de rejoindre le gymnase.

Les quelques élèves à qui la jeune femme avait parlé jusqu’à maintenant lui avaient dit de bien des différents clubs et de l’importance à trouver celui qui nous convenait. Bien qu’elle préférait se tourner vers des clubs plus artistiques ou manuels, elle avait choisi de rendre une visite aux clubs de sport, sait-on jamais. Devant la bibliothèque, plusieurs élèves consciencieux discutaient, livres sous le bras. Kaori leur adressa un sourire chaleureux sans ralentir son rythme. Elle ne s’immobilisa qu’en arrivant devant le gymnase. Elle y était déjà entrée, lors de son premier cours de sport à Kobe High School, mais seule, cela devenait plus intimidant. Sans se laisser démonter, Kaori pénétra dans le bâtiment et traversa les vestiaires. Une fois sur les terrains, elle balaya le lieu de son regard et admira les élèves en tenues de kyudo. Ce genre de vêtements conférait à tous, ou presque, une grâce et une prestance typiquement nippone. La nouvelle admira les gestes, les tirs, avec les yeux brillants. Elle n’était, en revanche, pas sûre de vouloir essayer : cela semblait tellement complexe, tellement beau et réfléchi et tellement éloigné de ce qu’elle était venue chercher, une activité pour se défouler et se détendre avant les cours.

La jeune femme resta ainsi en retrait, contre un mur, appréciant le spectacle avec un immense sourire sur son visage. Son regard était constamment attiré par l’un des tireurs, dont les cheveux noirs et ébouriffés lui rappelaient d’agréables souvenirs. Certainement dû à la solitude, ses anciens amis lui manquaient plus qu’à l’accoutumer. Cet élève était bien trop grand pour être Rikuo, bien trop vieux aussi puisque dans son esprit, son ancien compagnon de jeu n’avait pas changé d’un iota depuis leur dernier au revoir. Le jeune homme était également trop loin pour que Kaori puisse distinguer ses traits. Elle se contenta de rester dans son coin et de suivre des yeux (comme elle le pouvait) les flèches atteignant les cibles. Un autre élève, un peu plus jeune qu’elle, pénétra dans le gymnase et lui demanda si elle était là pour attendre quelqu’un ou pour essayer le Kyudo. Poliment, la lycéenne lui expliqua la situation et l’élève la salua avant de partir s’entraîner. Il était temps de partir pour elle aussi. Après tout, si elle ne voulait pas essayer, elle n’avait pas de raison légitime de rester dans les parages. Après avoir jeté un dernier regard à la tignasse noire, elle se dirigea en direction de la sortie de façon discrète pour ne pas déranger ceux qui s’entraînaient.

« Rikuo-Senpai, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas croisé ici ! ».

Le calme du gymnase avait permis à la jeune femme d’entendre ces quelques mots qui provoquèrent chez elle un séisme d’émotions. Il n’y avait sûrement pas qu’un seul Rikuo sur terre, mais la jeune femme voulait y croire, elle se retourna subitement et chercha des yeux la tignasse noire. Son cœur manqua de s’arrêter lorsqu’elle constata que c’était bien lui qui venait d’être appelé « Rikuo ». La rousse ouvrit la bouche, prête à l’interpeller mais ne réussit pas à produire le moindre son. A la place, les larmes lui montaient aux yeux et son cerveau lui renvoyait des flash de son enfance. Elle s’approcha de l’élève, cherchant à distinguer son visage.

« Rikuo ? »

Contrairement à ses habitudes, la jeune femme se montra timide, n’osant ni s’approcher trop près ni parler fort, de peur de voir ses attentes déçues.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 2119
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes points : 56

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Le temps nous échappe et le temps nous rattrape ~  Dim 29 Jan 2017 - 1:25

Les flèches volaient les une après les autres, touchant parfois la cible proche de son centre ou bien l'a manquant complètement. C'était assez concept' de voir que mes résultats variaient selon les pensées qui me traversaient l'esprit. Mes problèmes scolaires ? Pan ! Une flèche à l'extrémité de la cible. Ma réconciliation avec Lutecya ? Bam ! Presque dans le mile. La dispute avec Akihito ? ... Flèche au centre ... de la cible d'à côté. Oups.

« Euh... Désolé » Dis-je distraitement à l'élève à côté de moi qui me regardait d'un air surpris et qui semblait se retenir de rire.

Tout à fait maîtrisé, c'était tout à fait maîtrisé ! ... Hum. Non en fait il pouvait bien se moquer de son imbécile de président de club. Je crois bien que si j'avais volontairement essayé de tirer à ce point à côté je n'aurais pas été capable d'atteindre mon objectif. Cette bêtise m'en rappelle étrangement une autre d'ailleurs. Un souvenir qui date d'une époque où je ne dépassais pas le mètre soixante et où Ikaru était toujours présent pour me rabâcher sans cesse que je ne grandirais jamais. Si je me souviens bien on était en troisième année à ce moment-là, quoi que, n'était-ce pas plus tôt en deuxième ? Hum ... je ne sais plus trop, mois et les dates après tout... Je me rappelle juste que c'était un moment après le départ de notre amie d'enfance. Je ne sais plus trop comment cette idée nous était venue à l'esprit ni même lequel de nous deux l'avait formulée en premier mais du jour au lendemain, Ikaru et moi avions pris la décision de s'inscrire tout les deux dans le même club. Dans le lycée où j'étais à l'époque il n'était pas obligatoire d'en rejoindre un systématiquement et nous nous étions retenu de le faire pour pouvoir passer plus de temps avec Kaori après les cours mais vu qu'elle n'était plus là... C'était peut-être ça la vraie raison à cette soudaine recherche. Une envie de combler un manque d'une manière ou d'une autre. Les activités après les cours permettaient de faire pas mal de rencontre après tout même si pour moi cela ne remplacerait pas la présence de la jeune fille à nos côtés. Quoi que, maintenant que j'y pense, peut-être que dans le fond, le malaise qui s'était installé entre nous depuis que nous nous retrouvions seul tout les deux avait déjà commencé à faire de silencieux dégât à cette époque. Allez savoir.

Quoi qu'il en soit, c'est à ce moment-là que nous avions décidé de nous mettre au Kyudo. Bon, soyons honnêtes, ce n'était pas du tout ce que l'on recherchait à la base. Ikaru était tenté par des sports comme le karaté, la natation ou l'athlétisme, des choses qui bougent en somme alors que de mon côté je penchais déjà pour la photographie ou du moins pour une activité plus posée. Notre différence de caractère s'exprimait une fois de plus dans nos choix respectifs et ce ne fut pas facile de faire un compromis entre les deux. Pour tout dire, c'est suite à une blague stupide en voyant les arcs dans la réserve de l'école que nous avions fini dans ce club. Lui qui plaisantait sur le fait qu'avec ma taille tenir un arc de près de deux mètres me serait impossible et moi lui répliquant qu'il n'aurait jamais la patience pour réussir le moindre tire. Bien sur, suite à ces remarques innocentes, notre ridicule fierté de lycéen nous avait poussée à nous inscrire pour faire preuve du contraire. Je dois dire que voir mon ami de l'époque s'acharner sur son arc était une chose assez amusante. Comme je le pensais, sa légendaire impatience lui faisait immanquablement rater tous ses essais. Les projectiles passaient le plus clair de leurs temps à se planter dans le gazon à deux ou trois mètres de lui quand il ne les faisait tout simplement pas tomber à ses pieds en essayant d'aller trop vite. Pas étonnant qu'il ai abandonné par la suite mais bon, il avait quand même tenu un bon mois cette tête de mule. Et moi dans tout ça ? Et bien de mon côté je m'étais plutôt bien adapté malgré mes aprioris. Moi qui maudissais la plupart des sports à cause de mon incompétence en la matière j'avais réussi à me faire à l'un d'eux à tel point que je n'avais pas suivis mon ami dans un autre club après ça. Et puis, voyez où j'en suis aujourd'hui.

Alors que j'analysais le résultat de mon dernier tire, une main vint se poser sur mon épaule. Surprit par ce geste, je détourna le regard vers son propriétaire.

« Rikuo-Senpai, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas croisé ici ! »

« Ah euh... ouais, j'avais pas mal de choses à faire ces derniers temps » Répondis-je en souriant maladroitement.

Des choses à faire ouais. Comme dormir, fumer sur le toit, se demander si je ne devrais pas aller voir le psy de l'école à un moment ou un autre, tout ça tout ça … Et en déprimant bien sûr sinon ce serait trop simple.

« Par contre je suis surpris de te voir ici dès le matin. Il s'est passé un truc quand je n'étais pas là ou quoi ? » Enchaînais-je pour plaisanter.

Si ça se trouve, il ne s'était rien passé de particulier depuis et ce mec était juste tombé du lit ce matin. Ouais, le connaissant ça devait être ça d'ailleurs. Alors qu'il m'expliquait la façon dont le chat de l'un de ses colocataires avait fait un grand remue-ménage dans leur chambre aux petites heures du matin, chose qui ne m'intéressait pas vraiment je dois dire, mon prénom faiblement prononcé derrière nous attira mon attention.

« Rikuo ? »

A part Lutecya, personne à Kobe ne m'appelait par mon prénom mais la voix qui l'avait prononcé me disait vaguement quelque chose. Ce n'est qu'en détournant la tête vers son origine que j'en compris instantanément la raison.

« … Kaori ?! » Laissais-je échapper sous le coup de la surprise.

Les yeux écarquillés, l'air stupéfait, c'était comme si je venais de voir un fantôme. Mon cerveau n'arrivait pas à enregistrer l'idée que mon amie d'enfance se trouvait bel et bien en face de moi et pour cause, j'étais profondément convaincu d'être en pleine hallucination. Ce n'est qu'en entendant l'autre élève dire quelque chose dans le genre d'un « je vous laisse » avant de s'éclipser que je pris conscience que la jeune fille n'était pas une illusion due à ma fatigue.

« C'est vraiment toi ? »

Dans le genre question stupide on ne fait pas mieux. Je reconnaîtrais cette chevelure rousse entre mile et ses grands yeux ambrés n'avaient pas changé malgré les années. Elle était peut-être plus petite que je ne le pensais mais il faut dire que mon point de vue était quelque peu différent depuis un moment. Dans l'ensemble, elle n'était pas parfaitement comme dans mes souvenirs bien entendu mais elle dégageait toujours cette aura familière qui m'avait terriblement manqué durant tout ce temps. Les battements de mon cœur s'accélérèrent en prenant réellement conscience de ce qu'il se passait à l'instant. J'étais profondément heureux de la voir. Laissant de côté mes ennuis actuels et la déprime qui me collait à la peau depuis le début de la semaine, je ne pus m'empêcher de laisser tomber mon arc pour aller à sa rencontre et la prendre dans mes bras. Impulsif ou non, je pense que même si j'étais resté le gamin timide de l'époque je n'aurais pas pu aller contre l'envie de la serrer contre moi surtout après tout le temps passer loin l'un de l'autre. J'avais tellement rêvé de le faire à l'époque où l'on s'envoyait des lettres et où il m'était impossible de le faire physiquement alors maintenant que rien ne pouvait me retenir et qu'elle se trouvait ici près de moi... Ce n'est qu'après un moment que je dus me résigner à la lâcher. Je veux bien qu'il n'y ai pas beaucoup de monde à cette heure mais quand même …

« Excuse-moi » Dis-je rapidement par la suite, un peu gêné de ce que je venais de faire.

« Mais qu'est-ce que tu fais ici ? Tu es là depuis longtemps ? »

A cet instant, je me foutais prodigieusement de la raison pour laquelle nous avions perdu le contact. L'idée même de lui poser la question ne m'était pas venue à l'esprit. Je voulais juste profiter de sa présence qui, dans cet affreux cauchemars que je traversais, venait juste de me réchauffer le cœur.

Hrp:
 

---------------------------------

Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Le temps nous échappe et le temps nous rattrape ~  

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps nous échappe et le temps nous rattrape ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Bâtiments communs :: Le gymnase-
Sauter vers: