Partagez | 
 

 [Terminé][Salle de musique] Parachute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) [Terminé][Salle de musique] Parachute  Dim 8 Jan 2017 - 3:57

Le cours de musique… Qui aurait cru qu’il pouvait devenir aussi pénible ? Je n’arrivais plus du tout à suivre l’enseignement de Ogawa-Sensei, professeur que j’admirais beaucoup pourtant. Mais bon, c’était loin d’être nouveau. Depuis juillet, mes notes ne faisaient que chuter. Certes, j’ai eu droit à une petite remontée vers mi-septembre, mais rien d’extraordinaire. Le cours qui m’était le plus facile était devenu un véritable cauchemar. Bon, j’hyperbole, mais c’était plus ou moins la vérité… Surtout lorsque la source de mes tourments était assise tout juste à côté de moi. Impossible de se concentrer. Pardonnez-moi Ogawa-Sensei… mais la volonté d’essayer m’avait quitté depuis bien longtemps déjà… Mon esprit était bien loin de cette salle de cours.

Je jetai un vif coup d’œil à mon voisin bien-aimé. Il ne semblait pas très attentif non-plus, mais prenait des notes lui, au moins. Ça change pour une fois… Ma feuille à moi, elle, était aussi blanche qu’à mon arrivée. Pas le moindre Kanji, pas un seul coup de crayon… Pitoyable. J’étais complètement pitoyable. Cette matière dont je me passionnais tant n’arrivait même plus à me faire vibrer. Toute passion m’avait quitté… Depuis quand n’avais-je pas simplement touché un piano ? Avec ma main blessée, je n’osais pas trop… Baliverne. Cet handicap n’était que prétexte afin de soulager ma conscience. Bien qu’elle se fatiguait plus vite qu’avant, j’avais retrouvé la quasi-totalité de sa motricité… Je n’avais aucune excuse.

Fixant mon cahier dénudé, la cloche sonna et je mis quelques temps à le réaliser. Ayant remarqué ma transe, Keitô me signala doucement que le cours était terminé. Sans prendre la peine d’y répondre ou de simplement le regarder, je me levai à mon tour, le regard vide. Le voir faisait mal, penser à lui me faisait mal… Tout ce qui le concernait me torturait. Une partie de moi voulait le quitter, me débarrasser de cette relation qui me consumait tel de l’essence dans un brasier, tandis que l’autre ne pouvait imaginer un monde sans lui à mes côtés. Ce conflit intérieur m’épuisait énormément et m’empêchait de fermer l’œil la nuit tombée. Parfois, je me demande pourquoi je n’avais tout simplement pas raté mon coup cette nuit-là. Certes, ce n’était pas l’envie de retenter le coup qui manquait, mais je ne pouvais me permettre de fuir de la sorte. Keitô ne pourrait le supporter. Mes parents non plus… C’était bien trop lâche. Toutefois, cette idée de tout simplement me débarrasser de ce lourd poids sur mes épaules me permettait de me détendre un peu, d’avoir un petit moment de répit. Si seulement tout pouvait redevenir comme avant… J’aimerais tant pouvoir enlacer à nouveau celui que j’aime sans me soucier du reste du monde. Seulement lui et moi… Que nous deux… Ce simple bonheur.

Devancé par le guitariste, je me dirigeai d’un pas lent vers la sortie. Comme mon autre cours n’était qu’en après-midi, je n’étais pas réellement pressé de quitter la classe. Et puis, tout le monde était déjà parti… à croire que j’étais une véritable limace ambulante. Ai-je déjà dit que j’étais pitoyable?

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥



Dernière édition par Heisuke Kodoku le Sam 3 Juin 2017 - 22:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 763
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 1

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Mer 18 Jan 2017 - 0:26

Hum, c'est une idée ou le mois d'octobre est synonyme de "mois de la déprime' pour nos chers étudiants japonais ? Non mais déjà que Mila se plain sans cesse de l'ambiance désastreuse qui règne dans sa classe depuis un moment et voila que maintenant certains de mes étudiants se mettent à crouler sans la moindre raison apparente. Je me doute bien qu'il y a des histoires de jeunes derrière tout ça mais généralement, quand on rentre en classe, on souffle un bon coup et on laisse ses problèmes dehors le temps de deux petites heures de cours au minimum.

Aujourd'hui encore, Alors que j'entamais un chapitre important sur l'acoustique, je croisais sans cesse le regard de quelques élèves qui préféraient contempler les mouches volées au lieu d'écouter mon cours. Ma main spécialiste du tire à la craie me démangeait furieusement mais je ne comptais pas m'interrompre cette fois-ci pour quelque personne qui avaient choisi de ne rien branler en cours aujourd'hui. Cela dit, j'étais profondément déçu de voir une fois de plus l'un de mes meilleurs élèves avoir la tête ailleurs. Cela faisait un bon moment que ça durait. Les premières fois j'avais mit ce manque d'attention sur le compte d'un simple coup de mou. Ca arrivait même aux meilleurs après tout et je savais Heisuke parfaitement mature et studieux pour se remettre au boulot une fois cette mauvaise phase derrière lui mais cette dernière semblait un peu trop s'éterniser. Je n'avais eu vent d'aucun problème à son sujet dans la salle des prof' bien qu'il semblait avoir quelques soucis à suivre le déroulement des leçons de certain de mes collègues. Logique puisque leurs cours sont barbant mais ce n'est pas le cas du miens tout de même. On ne peut même pas lui trouver une excuse du genre "la salle de classe le stresse" ou que sais-je encore puisque même les devoirs que je donnais n'était pas fait correctement non plus. Tiens d'ailleurs, en parlant des devoirs, j'entends des petites voix dans mon dos qui semble répéter ce mot avec insistance. A croire que c'était l'évènement du jour pour certain. Et bien, il vont être déçu.

« Bon, je ne le dirais qu'une fois alors ne me reposer pas la avant demain mais non, je n'ai pas encore finit les corrections de toutes les copies d'analyse musicale et non je ne compte pas les terminées avant la fin de la journée. Faute l'une de mes très chers collègues m'a pourrie ma soirée d'hier soir et qui m'a empêché de dormir avec ses conneries »

Ouais, classe comme à mon habitude mais ces jeunes ne sont plus des bébés et ils savent parfaitement que les professeurs ont une vie hors de l'établissement alors de toutes façons ...

Par la suite, je continuais mon cours sans trop d'interruption, bien décidé à régler l'affaire Kodoku à la fin de ce dernier et ce n'est qu'après la sonnerie et le raffut habituel des élèves se levant pour quitter la pièce que j'interpella l'étudiant en déroute.

« Mister Kodoku, vous vous restez ici » Dis-je tout en rassemblant mes affaires. Mais en relevant les yeux vers le reste de la pièce je remarqua que l'étudiant en question n'avait pas fait le moindre pas dans ma direction et semblait même se diriger vers la sortie avec les autres. J'espère bien pour lui qu'il ne le fait pas délibérément sinon... En plus de ça, l'un de ses camarade me regarde avec un sourire stupide sur le visage comme s'il s'attendait à ce que je m'énerve. Nan mais appelle le au lieu de pouffer comme un abruti s'pèce de crétin. J'espère pour toi que ta copie fait partie de celle que j'ai déjà corrigé andouille. Bref, les devoirs en mains, je me dirige à grands pas vers l'entrée pour rattraper l'élève qui, contrairement aux autres, ne semblait pas trop se presser d'aller en pause et abattis mon tas de feuille sur la tête de ce dernier pour le réveiller.

« On se réveille Kodoku ! Ca fait cinq minutes que je t'appelle. J'veux bien que Beethoven était sourd mais un seul comme lui ça suffit. » Dis-je tout en croisant les bras avant de reprendre. « Mon cours est si ennuyant que tu te permets une fois encore de somnoler en quittant la classe »

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Mer 25 Jan 2017 - 5:41

Mon sac était lourd. Mes pieds étaient lourds… Ma tête était encore plus lourde. Ce manque de sommeil allait bientôt m’achever. Je n’avais jamais été plus heureux d’avoir des lunettes pour cacher mes disgracieuses cernes noircit sous mes yeux. Et dire que je détestais les porter auparavant… Elles étaient toujours sur mon nez depuis le début du mois. Personne ne semblait l’avoir réellement remarqué, mis à part Keitô, je crois. Cela dit, il ne disait rien à ce propos. Il savait que je souffrais par « sa » faute, donc il ne voulait probablement pas en rajouter davantage. Je savais bien que c’était sa mère et celle de Tessa qui les avaient forcées et tout… Mais, cette situation… La coïncidence de celle-ci tout juste après l’histoire des photos provoquée par Senji… J’avais l’impression que la vie voulait absolument nous séparer tous les deux… Alors, à quoi bon s’acharner à surmonter cette épreuve si c’était pour se répéter une 3e fois? Je me faisais peut-être des idées, mais je ne pouvais m’empêcher de réfléchir et encore réfléchir à de telles possibilités.

Keitô s’arrêta soudainement sur le seuil de la porte, me faisant alors relever la tête avec interrogation. Il avait oublié quelque chose ? J’avais oublié quelque chose? J’avais tellement la tête ailleurs que cela ne m’aurait étonné. Toutefois, avant que je puisse me retourner pour vérifier ce que Keitô regardait, quelque chose frappa durement ma tête. Je grimaçai légèrement de douleur. Mais qui m’avait fra….?

- On se réveille Kodoku ! Ça fait cinq minutes que je t'appelle. J'veux bien que Beethoven était sourd mais un seul comme lui ça suffit

Ogawa-sensei? Mais? Pourquoi il…? Il m’avait appelé? Quand? Je n’avais même pas entendu… Avais-je fait quelque chose de mal? À le voir croiser les bras, il était visiblement de mauvaise humeur. L’aurais-je offensé?

- Mon cours est si ennuyant que tu te permets une fois encore de somnoler en quittant la classe?

Ah… Il l’avait remarqué… Embarrassé par cette dernière remarque, je fis immédiatement face au professeur de musique et m’inclinai respectueusement, ignorant l’élève qui se foutait clairement de moi de l’autre côté de la classe.

- Pardonnez-moi, Ogawa-sensei. Je…Je…

Je quoi? Je ne dormais plus depuis plusieurs jours par la faute d’une stupide histoire de couple, ce qui m’empêchait de me concentrer sur les cours? Ouais… Il n’allait jamais me prendre au sérieux si je lui expliquais la situation ainsi… C’était bien trop compliqué et je n’avais personnellement aucune envie de confier à mon professeur ma véritable relation avec Keitô… Ridicule, voire enfantin comme comportement. Je le savais déjà pertinemment, mais je n’avais pas demandé tout ça. Qui voudrait vivre ça après tout? Qui aimerait avoir cette douleur qui vous perce la poitrine lorsque nous pensons à la personne que nous aimons? Je serais bien curieux de le savoir. Bref, je devais arrêter de bégayer devant Ogawa-sensei et lui donner une réponse au moins.

- Je ne vous avais pas entendu, Monsieur.

Rapidement, je fis signe à Keitô de partir sans moi et de ne pas m’attendre. Je le rejoindrais plus tard à la cafétéria, même si je n’avais pas faim… Même si je préférais ne pas le voir tout simplement… Heureusement qu’il n’était pas avec moi en littérature cet après-midi et qu’il avait son club de basket tout juste après. Je tenterais alors de faire une petite sieste après mon dernier cours, avant son retour.

- De quoi vous vouliez me parler, Ogawa-sensei?

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 763
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 1

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Mar 28 Fév 2017 - 13:22

Le regard toujours fixé sur l'étudiant, j'attendais une bonne explication de sa part ou du moins, quelque chose qui expliquerait brièvement son manque d'implication dans mon cours ces derniers temps. J'en arrivais même à espérer qu'il me dise qu'il maîtrisait déjà parfaitement les sujets de cours que je donnais pour le moment mais vu ses dernières notes que je qualifierais juste de « passable » voir parfois d'« en dessous de la moyenne » j'avais de gros doutes à ce sujet.

« Pardonnez-moi, Ogawa-sensei. Je…Je… » cafouilla-t'il tout en s'inclinant avant de reprendre plus calmement. « Je ne vous avais pas entendu, Monsieur. »

Pour les réponses à mes interrogations on y repassera, j'avais très clairement l'impression de l'avoir tiré d'un profond sommeil duquel il n'était pas encore tout à fait réveillé. Halala Kodoku, qu'est-ce que tu fous ? Je le vis faire un rapide signe à celui que je prenais pour son meilleur ami qui l'attendait sur le seuil de la porte jusqu'à maintenant. Comprenant le message, ce dernier quitta la classe et cet à cet instant que je repris la parole.

« Doucement kodoku, dé-stresse, je ne vais pas te bouffer pour ça quand même » dis-je en soupirant.

Il venait de se prendre un tas de feuille sur la tête, c'était déjà bien comme punition. Et puis, si je devais faire une histoire pour chaque élève avec la tête dans la lune, rien qu'avec les lycéens je ne m'en sortirais plus.

« De quoi vous vouliez me parler, Ogawa-sensei? »

A le voir ainsi devant moi, l'air exténué par je ne sais quoi, j'étais presque tenté de lui demander de but en blanc ce qu'il se passait mais je n'étais pas assez naïf pour l'imaginer me répondre en toute sincérité uniquement parce que je le lui demandais. Je le voyais bien me répondre que je n'avais pas à m'inquiéter, que tout allait bien ect … Après tout c'est comme ça que je réagissais moi aussi. Ne voulant pas trop le brusquer, je préférais me reporter à ce dont j'avais prévu de lui parler à l'origine, le devoir d'analyse musicale qui était … hum … Qui était ce qu'il était on va dire. Le mettre face à son travail serait une bonne entrée en matière avant le reste. Je jeta un rapide coup d'œil aux feuilles que je tenais toujours dans la main et me rendis compte que je n'avais pas pris les copies qui le concernaient. Je lui fis signe de me suivre jusqu'à mon bureau et une fois face à celui-ci je lui intima de prendre une chaise et de s'asseoir le temps que je retrouve ses feuilles. Je n'avais jamais vraiment eu beaucoup d'ordre et le fait de les avoir mise de côté n'arrangeait pas vraiment mes recherches. Une fois trouvée, je m'installa à mon tour et pris la parole sans quitter les feuilles des yeux.

« Au sujet de ton dernier devoir, il y a comme qui dirait quelque chose de flagrant qui me dérange un peu » A travers mes lunettes, je lança un rapide coup d'œil à l'étudiant pour jauger sa réaction.

Je ne pense pas qu'il soit assez dupe pour croire que la copie qu'il m'avait remit en début de semaine valait une bonne note. J'avais même l'impression qu'il l'avait rempli à la hâte avant de me la rendre histoire de ne pas donner une page complètement vierge. Je n'avais pourtant pas été dur sur ce travail. Je peux comprendre que certains élèves râlent puisque les partitions à analyser avaient été tirées au hasard pour chacun des étudiants et certaines étaient considérées comme plus complexes que d'autres mais à part ça, si la matière était bien comprise il n'y avait aucun piège. De plus, et c'est très certainement ça qui m'ennuie, Heisuke avait déjà travaillé sur cette partition. Il avait même eu une note presque parfaite au début de l'année sur celle-ci. Des schémas clairs, de nombreuses annotations utiles bien que deux ou trois d'entre elles un peu superflues et des explications très précises, je n'avais presque rien eu à dire sur son travail alors pourquoi aujourd'hui, alors qu'il a eu la chance de tomber sur ce qu'il maîtrisait parfaitement, il me rendait une copie à moitié faite et presque complètement à côté de la plaque ? Une déception, oui, voilà ce que c'était. J'étais déçu de voir qu'un élève avec du potentiel se laissait aller de la sorte surtout que là, je ne parlais que de ce devoir, je ne compte même pas son attitude en cours ou les autres travaux qui ne devaient pas être bien loin d'ailleurs.

« Ça, c'est celui que tu m'as rendu en début de semaine
» Dis-je en le lui tendant pour qu'il y jette un œil. Je crois bien que les nombreux commentaires que j'avais écris au feutre rouge recouvraient plus de surface sur la feuille que tout le reste alors pas besoin d'y regarder à deux fois pour comprendre l'échec que c'était. « Et ceci … » Dis-je en fouillant un peu sur le bureau « C'est le même travail que tu m'as rendu il y a quelques mois » enchaînais-je en lui tendant cette fois-ci l'ancienne copie. « Alors ma question est simple, peux-tu m'expliquer ce qu'il s'est passé entre cette copie ci » Dis-je en montrant la bonne « Et … ce truc-là » continuais-je en désignant celle qui ne me satisferait absolument pas.

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Jeu 9 Mar 2017 - 6:27

- Doucement kodoku, dé-stresse, je ne vais pas te bouffer pour ça quand même

Plus facile à dire qu’à faire vu l’expression qu’il affichait quelques secondes plus tôt. Il m’avait donner l’impression d’être véritablement en colère contre moi pour je-ne-sais-quelle-raison. Certes, je n’écoutais pas en classe, mais comme si j’étais le seul à le faire… Il y avait certainement une autre raison à son mécontentement… Cela devait être probablement le cas puisqu’il me fit signe de le suivre à son bureau. Ah… Je pouvais déjà deviner notre prochain sujet de conversation. Étant invité à le faire, je pris place sur l’une des proches chaises et attendit patiemment qu’il se retrouve dans ses piles de feuilles bordéliques.  Comment pouvait-on se retrouver dans un tel désordre? Je me suis toujours posé cette question puisque, pour ma part, tout est parfaitement rangé et classé. Bref, même si j’entamais le sujet, je n’échapperais pas aux prochains reproches de mon professeur. Avoir su, je serais resté au lit, prétextant un maux quelconque… Respectant le lâche que je suis.

- Au sujet de ton dernier devoir, il y a comme qui dirait quelque chose de flagrant qui me dérange un peu

Bingo. Je savais bien que ce devoir complètement bâclé était pour me retomber dessus… Je baissai les yeux, honteux. Techniquement, je n’avais aucune excuse. Même si ce devoir était mal tombé vu mon horrible weekend, il m’aurait fallu mettre mes tourments de côté et agir de façon professionnelle. Je ne pouvais plus laisser mes notes chuter de la sorte… Déjà que j’avais eu de la chance d’entrer dans la filière artistique vu l’obstination de ma mère à me voir dans un domaine plus « respectable », j’étais sur le point de sacrifier tous mes efforts pour cette histoire. Cependant… la musique me rappelais beaucoup trop mon petit ami. Après tout, nous nous étions rencontrés et sommes devenus amis grâce à elle… Note relation était fondée sur celle-ci… Comment ne pas penser à lui dans de tels moments? De si beaux souvenirs… si douloureux à la fois… C’était pénible à endurer, et je n’avais plus la moindre énergie pour me concentrer sur mes travaux.

- Ça, c'est celui que tu m'as rendu en début de semaine

Il me tendit la feuille corrigée que je lui avais remise lundi matin. Rouge… Il y avait du rouge partout… Tant que je ne savais pas par quelle annotation commencer. Elles s’emboitaient presque les unes sur les autres vu le manque considérable d’espace pour tout écrire… Je n’avais jamais vu l’une de mes copies aussi… comment dire? Déplorable. J’avais du mal a réalisé qu’il s’agissait bel et bien de mon nom sur la marge.

- Et ceci … C'est le même travail que tu m'as rendu il y a quelques mois

Il me donna l’autre copie afin que je les compare. Normalement, cela devrait être le contraire. Un élève qui s’améliore au cours de l’année, non pas qui régresse… Cette vieille copie, elle, était presque parfaite, reflétant l’élève que je suis réellement… Ogawa-sensei avait bien raison de se poser la question… Comment avais-je pu lui rendre un travail aussi minable ?

- Alors ma question est simple, peux-tu m'expliquer ce qu'il s'est passé entre cette copie ci et … ce truc-là

Je fixai mon professeur d’un air désolé, ne sachant pas quoi répondre à sa question. Comment un élève pouvait bien tomber aussi bas? C’était probablement la question qu’il se posait sans cesse lorsqu’il posait les yeux sur moi et ma misérable copie… Quoi dire maintenant? C’était l’occasion de justifier cette attitude qui ne me ressemblait guère. Pourtant… Même si je connaissais parfaitement la raison de cette dégringolade, je ne pouvais aussi facilement tout lui expliquer ce que je vivais présentement. Sans compter que de se laisser abattre pour une « amourette de jeunesse » ne passerait certainement pas avec lui… Je doute qu’il puisse me comprendre même si je décidais de tout avouer.

- Je…Je vais me rattraper, monsieur… Ce n’est qu’une mauvaise passe…; finis-je par articuler faiblement.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 763
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 1

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Lun 3 Avr 2017 - 5:13

Alors que je parlais, je le laissais inspecter ses deux copies. Il devait savoir ce qui l'attendait puisqu'il ne s'y attarda pas longuement. Peut-être que toutes mes annotations et commentaires lui avaient tout simplement coupé l'envie de lire sa feuille plus en détails et encore heureux parce qu'il y avait à en dire la-dessus. Entre les notes ratées, les passages intéressants à exploiter complètement inexistant et des conneries qu'il a été chercher je ne sais où je crois que notre discussion pourrait prendre le reste de la journée si on s'attardait point par point à ça. Très honnêtement, ce devoir je m'en foutais bien. Il y en aurait d'autre la semaine prochaines tout comme les mois d'après et j'en passe mais voir un bon élément se pourrir pour une raison inconnue je trouvais ça con. Tellement con que je n'arrivais pas à comprendre le comment du pourquoi et si les choses étaient tout bonnement irrécupérable. Nous les profs on est pas des magiciens, on peut régler deux trois trucs mais on a pas la main sur tout non plus et peut-être que c'était le cas cette fois-ci.

« Je…Je vais me rattraper, monsieur… Ce n'est qu'une mauvaise passe… » Dit-il faiblement.

Je n'y croyais pas un mot. Pas au fait qu'il vivait une mauvaise passe, non, mais ce truc du genre "je vais me rattraper" dit à demi-mots me sonnait mal aux oreilles. J'ai presque l'impression qu'il me dit gentiment les choses pour m'envoyer me faire foutre et que je le laisse tranquille pour cette fois. Et au prochain travail ce sera quoi ? Excusez-moi je n'ai pas encore réglé mes problèmes mais la prochaine fois … la prochaine fois mon cul ouais ! Ce n'est peut-être qu'aujourd'hui que je me décide de te repiocher gamin mais ça fait des semaines que tu croules.

« Ca fait des semaines qu'elle traîne ta mauvaise passe Kodoku » Soupirais-je avant de me laisser retomber dans le fond de mon siège. « Je vais finir par te demander d'aller voir le psy de l'école si ça continue et dieu sait que c'est chiant de se faire traîner la-bas »

Au grand maux les grands remèdes. Je me voyais mal le tirer chez mon collègue par la force mais rien ne m'empêchait de l'avertir du mal être de l'un des élèves la prochaine fois que je le croiserais. C'est son boulot après tout, il saura comment gérer ça. Enfin, je disais ça mais d'un autre côté je me sentirais un peu coupable d'imposer cette intrusion dans la vie de ce garçon. C'était que la première qu'il faisait parler de lui après tout. De loin, je préférais qu'il lâche toute l'affaire de lui-même. Je pris un léger moment de réflexion avant de finalement reprendre ;

« Je suis peut-être pas psy et j'ai pas tout le tralala de secret professionnel mais tu peux en parler si tu veux. Lâche la pression un bon coup ça te fera du bien un moment » Dis-je en retirant mes lunettes pour les poser sur le bureau. « Si c'est un problème avec ta petite amie ou si tu as vraiment merdé quelque part ne t'inquiète pas,je ne juge pas et au pire si ça te rassure t'as qu'à te dire que je m'en fou »

Ce n'était absolument pas le cas mais si l'idée qu'une fois libéré de son histoire je ferais comme si de rien était le rassurait c'était pas plus mal.

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Mar 4 Avr 2017 - 4:53

Évidemment, à voir l’expression avec laquelle il ne cessait de me fixer, il n’en croyait pas un moindre mot. À sa place, je pouvais le comprendre. Je n’étais certainement pas le premier élève à lui sortir une excuse aussi banale que celle-ci. Pourtant, bien que misérable, cette justification n’était qu’un faible euphémisme pour la réalité de la chose. Je vivais un véritable enfer depuis le mois de Juillet, mais ça… il ne pouvait le comprendre. J’avais l’impression que personne ne pouvait réellement me comprendre dans ma situation actuelle… Je n’avais personne à qui me confier, personne chez qui je pourrais chercher conseil ou le moindre soutien. Certes, ma mère essayait tant bien que mal de se rattraper et d’être là pour moi, mais je savais bien qu’au fond d’elle restait une petite réticence quant à ma relation avec Keitô. Quoi qu’il y ait Pia, mais je n’osais pas trop la déranger… Et vu le décalage horaire, il m’était un peu compliqué d’obtenir des réponses immédiates.

- Ça fait des semaines qu'elle traîne ta mauvaise passe Kodoku

« S’il savait » … Ce fut la première pensée qui me vint à l’esprit à son commentaire que je pourrais qualifier d’accusateur. N’empêche que son soupir me fit l’impression d’un sacré coup. Je lui faisais perdre son temps… C’était la même pour tous ceux de mon entourage. Je n’étais qu’une perte de temps pour tout le monde… Qu’un faible jeune homme incapable de se relever suite aux embûches que lui procure sa vie amoureuse.

- Je vais finir par te demander d'aller voir le psy de l'école si ça continue et dieu sait que c'est chiant de se faire traîner là-bas.

J’y avais déjà penser, mais je doutais que le psychologue puisse y faire quelque chose également, surtout celui de l’école. Il devait déjà en avoir par-dessus la tête avec d’autres élèves et leurs histoires d’amour ridicules… Je ne serais qu’à ses yeux une autre connerie de ce genre…

- Je suis peut-être pas psy et j'ai pas tout le tralala de secret professionnel mais tu peux en parler si tu veux. Lâche la pression un bon coup ça te fera du bien un moment.

Malgré tout mon respect que j’avais envers lui, Ogawa-sensei penserait probablement la même chose si je décidais de tout lui vider mon sac. À sa simple réaction devant ma « mauvaise passe », je ne le pensais pas réellement réceptifs à mes problèmes personnels et lui en parler ne me rapporterais rien mis à part un plus grand mépris de sa part. Du moins, c’était ce qu’il me laissait croire.

- Si c'est un problème avec ta petite amie ou si tu as vraiment merdé quelque part ne t'inquiète pas, je ne juge pas et au pire si ça te rassure t'as qu'à te dire que je m'en fou

Juste à me dire qu’il s’en fou? Vraiment ?... Pourquoi il me demandait-il de tout lui avouer pour ensuite me dire qu’il s’en foutait bien? Certes, il ne l’avait pas formulé ainsi, mais c’était ainsi que je perçus son message. Je baissai la tête et serrai les poings, en colère. C’était particulièrement cruel de sa part… Comme si j’avais besoin de cela de la part de mon professeur principal… Je faisais tant pitié à regarder? Au point qu’il me propose faussement son soutien… J’étais vraiment si misérable? Si ridicule? Je finis par craquer. Fallait dire que mon crucial manque de sommeil n’aidait vraiment pas à ma cause. Les yeux remplis d’eau, je répondis avec colère à mon professeur, la voix tremblante.

- C’est ça le problème!... T-Tout le monde se fout bien de ce que je peux ressentir ou n’essaie de me comprendre dans ce que je vis présentement! J’essaie tant bien que mal de me sortir de tout ça, mais j’ai l’impression de reculer à chaque fois que je tente d’avancer. Mais ça, personne ne le comprend! Je...Je suis épuisé par tout ça! Je suis épuisé de voir tous mes efforts être en vain et inutiles! ... J’ai l’impression de n’être qu’un fardeau pour tout le monde… Même pour vous, Sensei… Je sais bien que vous vous forcez la main car je fais pitié à voir… Mais sans chercher à vous offensez, je préfère que vous vous absteniez de le faire… J’en ai déjà assez sur la conscience…

Je séchai rapidement mes larmes sous mes lunettes avant qu’elles ne roulent sur mes joues puis pris une grande respiration, regrettant immédiatement ce beau discours. Comment avais-je osé confronté un professeur de la sorte? Je n’étais plus moi-même.

- Pardonnez-moi… je n’aurais pas dû… Je crois qu’il vaut mieux pour moi de partir; finis-je par rajouter, honteux.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 763
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 1

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Mar 4 Avr 2017 - 16:47

Alors là, si je m'attendais à ce raz-de-marée d'émotion j'aurais très certainement mieux choisis mes mots. Je venais à peine de finir ma phrase que le jeune homme se braqua instantanément. Moi qui m'attendais à une crise de larme ou tout simplement à me prendre un vent magistral voilà que le gamin me cracha sa rancœur au visage.

« C’est ça le problème!... T-Tout le monde se fout bien de ce que je peux ressentir ou n’essaie de me comprendre dans ce que je vis présentement! J’essaie tant bien que mal de me sortir de tout ça, mais j’ai l’impression de reculer à chaque fois que je tente d’avancer. Mais ça, personne ne le comprend! Je...Je suis épuisé par tout ça! Je suis épuisé de voir tous mes efforts être en vain et inutiles! ... J’ai l’impression de n’être qu’un fardeau pour tout le monde… Même pour vous, Sensei… Je sais bien que vous vous forcez la main car je fais pitié à voir… Mais sans chercher à vous offensez, je préfère que vous vous absteniez de le faire… J’en ai déjà assez sur la conscience… »

Dire que j'étais surpris serait un parfait euphémisme de ma part, j'étais littéralement scotché à ma chaise à chacune de ses paroles. Qui aurait cru que l'un des élèves les plus calmes et studieux de la classe se mettrait un jour à déballer tout ça de cette manière à un professeur ? Pas moi en tout cas mais en même temps, je ne pensais pas un jour arriver à ce genre de situation avec lui. Je crois bien que c'était le dernier que j'imaginais avoir le cul cramper sur une chaise en face de moi pour se faire sermonner sur son travail en classe.

Je ne comprenais pas le fond de ce qu'il disait. Qu'il ai des problèmes ça oui, qu'il essai d'y remédier et qu'il se plante lamentablement aussi mais rien ne m'indiquait vraiment de quoi il était question dans tout ça. La où je commençais sérieusement à flipper, c'est à l'instant où il exprima l'idée d'être un poids pour tout le monde et d'être à bout à cause de ce qu'il vivait. J'ai pas fais d'étude de psycho mais je suis pas assez con pour croire qu'il disait des trucs pareils à la légère. On dirait presque les derniers mots d'un suicidaire et la franchement j'avais encore plus de quoi m'inquiéter. Moi qui pensais qu'il vivait un biesse drame d'adolescent, à moins qu'il extrapole ça avait l'air d'être sérieux comme histoire.

Alors que j'analysais encore chacune de ses paroles, surtout cette histoire de pitié envers lui qui me restait en travers de la gorge, Heisuke essaya tant bien que mal de faire disparaître ses larmes avant de finalement s'excuser.

« Pardonnez-moi… je n’aurais pas dû… Je crois qu’il vaut mieux pour moi de partir »

« Il n'y a pas de mal mais si tu pars maintenant on risque bien d'avoir un problème »

S'il se barre comme un voleur après un truc pareil je crois bien que j'en dormirais pas la nuit. Je crois même que j'irais directement emmerder Sakura pour qu'elle m'aide sur ce coup-là de peur que ce gamin fasse une énorme erreur.

« Je t'avoue que je ne comprends pas un dixième de ce que tu vis pour le moment mais tu crois sérieusement que je perdrais mon temps à te parler après le cours si je me foutais vraiment de ton état ? J'aurais très bien pu te laisser enchaîner les mauvaises notes jusqu'à la fin de l'année et te refuser aux examens finaux, ça m'aurait fait moins de travail à corriger mais avec le talent dont tu peux faire preuve ça aurait été une connerie monumentale » le sermonnais-je, puis j’enchaînai plus calmement sur un ton qui se voulait plus rassurant « Je m'excuse aussi pour tout à l'heure, je me suis mal exprimé, pense juste au fait que tu as le droit de parler à quelqu'un sans que ça porte à conséquence si tu en a besoin. Si vraiment tu dérangeais je ne prendrais même pas la peine d'essayer de comprendre ce qui se passe »

Je fis une légère pause avant de reprendre.

« Si tu préfère parler à quelqu'un d'autre, pourquoi tu ne discuterais pas avec Heiki ? vous êtes toujours ensemble alors il doit bien savoir comment t'aider ne serait-ce qu'un peu non ? »

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Jeu 6 Avr 2017 - 17:38

Mais qu’est-ce qu’il m’avait pris sérieusement? Cracher ainsi au visage de mon professeur principal... Honte, je ne pouvais qu’avoir honte. Il n’avait certainement pas mérité que je me défoule sur lui… ou que je lui prête de fausses intentions. Ces derniers temps, j’avais l’impression que je ne pouvais tout simplement plus faire confiance à qui que ce soit, de peur de me laisser abattre à nouveau d’un poignard dans le dos. C’était con, mais c’était la réalité de la chose. Toutefois, ce n’était pas parce que je ne pouvais faire confiance à autrui que j’étais nécessairement obligé de défouler ma colère contre Ogawa-Sensei. Il n’était évidemment pas au courant de toute l’histoire, normal qu’il ne puisse rien y comprendre. Vraiment, j’étais en train de perdre la tête, de devenir complètement dément.

- Il n'y a pas de mal mais si tu pars maintenant on risque bien d'avoir un problème

On? Il devrait plutôt dire que JE vais avoir des problèmes… Il ne pouvait pas me laisser partir comme ça suite à mon impertinence. Une retenue? Pourquoi pas? Je gagnerais au moins une heure loin de Keitô… Il était rare depuis le souper, mais j’essayais parfois de voir le bon côté des choses… même si techniquement, ce n’était pas si positif que cela.

- Je t'avoue que je ne comprends pas un dixième de ce que tu vis pour le moment mais tu crois sérieusement que je perdrais mon temps à te parler après le cours si je me foutais vraiment de ton état ? J'aurais très bien pu te laisser enchaîner les mauvaises notes jusqu'à la fin de l'année et te refuser aux examens finaux, ça m'aurait fait moins de travail à corriger mais avec le talent dont tu peux faire preuve ça aurait été une connerie monumentale.

Il avait raison… Il aurait très bien pu s’en foutre complètement après tout et me laisser dépérir au risque de me faire renvoyer de l’université. À mon rythme actuel, je n’aurais pas survécu jusqu’à la fin de l’année. Nous n’étions qu’à la moitié du second trimestre… Sans compter que je comptais déjà abandonner avant le 3e trimestre. Rester à Kobe était une véritable torture en ce moment et étant donné notre second domicile à Tokyo, je pourrais aller y vivre sans problème. Toutefois, les dernières paroles de mon professeur me rassurèrent. Avec l’état de mes notes, je commençais à penser que je n’étais peut-être qu’un bon à rien. Comment pouvais-je autant me laisser abattre? Moi-même ne connaissait pas la réponse à cette question…

- Je m'excuse aussi pour tout à l'heure, je me suis mal exprimé, pense juste au fait que tu as le droit de parler à quelqu'un sans que ça porte à conséquence si tu en as besoin. Si vraiment tu dérangeais je ne prendrais même pas la peine d'essayer de comprendre ce qui se passe

Je baissai la tête, coupable. Je ne cherchais que cela quelqu’un à qui je pourrais aller chercher conseil et lorsqu’un se présente à moi, je l’accuse de vouloir me faire du mal. Voudrait-il toujours m’écouter malgré tout ça? Après tout, il n’y était surtout pas obligé après ma petite crise de nerfs.

- Si tu préfères parler à quelqu'un d'autre, pourquoi tu ne discuterais pas avec Heiki ? …

À la prononciation du nom de Keitô, je serrai les poings et mordit l’intérieure de ma joue. Pour tous ceux qui ne connaissent pas notre véritable relation, il était normal de nous prendre pour de très bons amis et comme le guitariste me suivait presque partout où j’allais pour s’assurer qu’il ne m’arrive rien. Il était encore plus difficile de croire qu’il était l’origine même de tout mon mal. Enfin, pas volontairement, évidemment, mais je me voyais très mal rechercher de l’aide auprès de la source de mes tourments… Ayant séché mes larmes, je levai tristement les yeux vers Ogawa-sensei, qui n’attendait que ma réponse.

- Pour tout vous dire, Sensei, Keitô est, en partie, la raison de cette mauvaise passe… J’aurais beau essayé de le fuir ou de me détacher de lui, mais il se soucie tellement de mon état que même si je lui criais en plein visage de s’éloigner de moi, il ne le ferait pas… Mais je ne veux pas lui faire de mal, il ne le mérite pas… Je lui ai déjà fait assez de mal comme ça… En fait, c’est moi le problème… C’est moi qui est cruel envers lui et pourtant, ma souffrance ne cesse de croître au fil des jours qui passent… Je ne sais plus quoi faire…

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 763
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 1

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Ven 7 Avr 2017 - 3:18

« Si tu préfères parler à quelqu'un d'autre, pourquoi tu ne discuterais pas avec Heiki ? vous êtes toujours ensemble alors il doit bien savoir comment t'aider ne serait-ce qu'un peu non ? »

En disant ça, j'avais peu d'espoir qu'il adhère directement à mon idée. Je veux dire, ils sont potes ok mais s'il le pouvait il aurait très certainement déjà vidé son sac auprès de l'ex-punk. Je venais donc à la conclusion que c'était soit un truc grave ou extrêmement gênant ou soit qu'il lui avait déjà parlé mais que son ami ne pouvait rien faire pour l'aider. Quoi que son « J'ai l'impression de n'être qu'un fardeau pour tout le monde » qu'il avait balancé plus tôt pouvait signifier tout autre chose... C'est à l'instant où l'étudiant releva les yeux dans ma direction que j'eus enfin un élément de réponse.

« Pour tout vous dire, Sensei, Keitô est, en partie, la raison de cette mauvaise passe… J’aurais beau essayé de le fuir ou de me détacher de lui, mais il se soucie tellement de mon état que même si je lui criais en plein visage de s’éloigner de moi, il ne le ferait pas… Mais je ne veux pas lui faire de mal, il ne le mérite pas… Je lui ai déjà fait assez de mal comme ça… En fait, c’est moi le problème… C’est moi qui est cruel envers lui et pourtant, ma souffrance ne cesse de croître au fil des jours qui passent… Je ne sais plus quoi faire… »

Heiki l'origine de tout ça ? C'est vrai que je ne l'aurais pas imaginé. Pas plus tard que tout à l'heure ils étaient encore installés l'un à côté de l'autre pendant mon cours et il avait même tenté d'attendre le pianiste quand je l'avais interpellé. Cette histoire de se détacher de lui, de ne pas vouloir le blesser, de fidélité de l'extrême … C'est quoi ce bazar sérieux ? J'ai l'impression de regarder un film dramatique à l'eau de rose. Ca doit pas être le cas mais je me comprends dans l'idée. Par contre ce que je ne capte toujours pas c'est le fond de cette histoire. Au moins je sais maintenant que ce n'est pas un problème de cœur ou une tragédie familiale c'est déjà ça de prit mais ça ne fait qu'épaissir le mystère.

« A t'entendre j'ai l'impression que tu lui as fait un sale coup et que tu as des remords. Enfin j'en sais rien mais quoi que tu aies fait il n'a pas l'air de t'en vouloir en tout cas, c'est plutôt rassurant je dirais »

Cela dit, si juste une dispute entre potes le mettait dans des états pareils, avec des échecs scolaires et l'air de zombi en prime je me dis qu'il n'est peut-être pas aussi stable que je le pensais ce garçon. Même si j'ai un peu de mal à l'imaginer, je ne le connais qu'à travers les heures de cours alors je peux peut-être me tromper sur son compte depuis longtemps, qui sait ? Ah moins que ça cachait autre chose... Rah ! Ce demi-silence commence tout doucement à m'irriter. Du fond de ma chaise, je me redressais finalement pour croiser mes bras sur le bureau avant de reprendre la parole.

« Kodoku, je doute vraiment que tu sois une mauvaise personne et je ne pense pas que subir les choses sans rien faire soit une solution mais je ne peux pas t'aider si tu ne me dis pas clairement ce qu'il se passe »

J'ai certainement fait bien pire que toi dans ma jeunesse de toute façon gamin alors je ne vois pas ce qui pourrait me choquer . J'ai jamais été très critique envers les gens de toute façon.

« Ca ne peut pas être si horrible que ça, ce n'est pas comme s'il y avait mort d'homme après tout » Tentais-je de plaisanter sans grande conviction. C'était nul Ryo, très nul.

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Lun 10 Avr 2017 - 23:55

- A t'entendre j'ai l'impression que tu lui as fait un sale coup et que tu as des remords. Enfin j'en sais rien mais quoi que tu aies fait il n'a pas l'air de t'en vouloir en tout cas, c'est plutôt rassurant je dirais

Un sale coup n’était pas vraiment le terme pour définir ce que je lui avais fait. Je qualifierais plus cette situation dû à un enchainement de mauvaises décisions de me part. Toutefois, on pouvait le voir comme un sale coup, oui. Je pensais avoir tout fait pour lui, alors que je faisais tout ça pour moi. Certes, Keitô ne semblait pas particulièrement m’en vouloir, puisqu’il était constamment inquiet pour moi, mais j’aimerais mieux qu’il le soit. Je voulais qu’il soit en colère contre moi. Si c’était le cas, me défaire de lui serait bien moins difficile… Cependant, je ne pouvais prétendre que l’imaginer me détester ne me faisait rien. Je nous voyais bien mal redevenir de simples amis après avoir été si proches. Ce ne serait que torture pour tous les deux. Suite à un court silence, Ogawa-Sensei reprit doucement :

- Kodoku, je doute vraiment que tu sois une mauvaise personne et je ne pense pas que subir les choses sans rien faire soit une solution mais je ne peux pas t'aider si tu ne me dis pas clairement ce qu'il se passe

Si je ne faisais rien, c’était par peur d’encore une fois empirer les choses. Je ne savais plus quoi faire pour remonter à la surface… Autant me noyer si je ne faisais que me débattre inutilement dans l’eau sans pouvoir l’atteindre. Et comme je ne savais pas trop vers qui me tourner pour obtenir de l’aide… J’avais peur de tout lui avouer, mais il avait raison. S’il ne connaissait pas ma véritable relation avec le guitariste, il ne pourrait jamais connaitre les véritables enjeux à toute cette histoire. Il était mon professeur principal… Je crois que je pouvais lui faire confiance. Tant de gens jugeaient les relations homosexuelles dans ce pays que mes aveux pourraient bien se retourner contre moi. Cela dit, je ne pouvais plus prendre la fuite après tout ça.

- Ça ne peut pas être si horrible que ça, ce n'est pas comme s'il y avait mort d'homme après tout

Je baissai davantage la tête à sa supposée « blague », me remémorant ma tentative de suicide il y a quelques mois. Certes, il n’y avait eu aucun mort, mais cela s’est presque produit. J’avais été vraiment con sur ce coup-là. Non seulement, j’avais lâchement rompu avec Keitô ce soir-là, mais j’avais presque aussi lâchement quitter ce monde… Je ne crois pas que Keitô aurait pu supporter tout cela d’un coup. Je me sentais coupable entre autres pour ça et plein d’autres choses aussi… Mais présentement, je doutais principalement de nous deux en tant que couple. Je pensais pouvoir tout affronter avec lui à mes côtés, mais j’étais complètement épuisés par les derniers évènements. Épuisé non seulement physiquement, mais psychologiquement. Avant ce souper, je pensais que tout était pour redevenir comme avant, mais ce n’était que de faux espoirs. Fallait faire face à la réalité; soit que nous ne pouvions, tous les deux, continuer à partager caresses et moments intimes.

- Sensei… J’aimerais que ça reste entre nous, mais en vérité, Keitô n’est pas qu’un simple ami… Il est mon petit ami… Voilà pourquoi tout est si compliqué.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 763
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 1

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Mer 12 Avr 2017 - 3:28

Ma plaisanterie à deux balles ne fit pas son effet et pour tout dire j'aurais été franchement surpri qu'elle fonctionne. Au lieu de ça le gamin reste tristement muet face à moi comme s'il se remémorait quelque chose de douloureux. Oh fuck, me dites pas que j'ai touché un truc là, ce serait vachement glauque sur le coup.

« Sensei… J'aimerais que ça reste entre nous, mais en vérité, Keitô n'est pas qu'un simple ami… Il est mon petit ami… Voilà pourquoi tout est si compliqué »

Alors là, j'vais pas vous mentir, je suis littéralement sur le cul. J'ai rien contre mais j'étais très loin d'imaginer un couple du genre dans ma classe. Sûrement parce qu'en tant qu'hétéro je ne peux faire autrement que de voir tout le monde hétéro par défaut. Ouais sûrement. Pour tout dire je me fous bien de la vie amoureuse de mes élèves mais du plus loin que je me souvienne, rien ne trahissait une quelconque relation amoureuse entre ces deux-là. C'est pas comme l'un des élèves de Mila qui avait fait son coming-out en pleine classe où je sais pas trop quoi, j'ai pas trop suivis l'histoire mais faut être vraiment perché pour faire un truc comme ça. Enfin soit, Kodoku avait beaucoup plus de retenue et c'était tout à son honneur mais …

« Ah … ok je vois » répondis-je après un moment.

J'avais encore du mal à enregistrer l'information et à faire le lien avec le reste de l'histoire. C'était donc bien un truc de couple qui détruisait la vie de l'étudiant. "J'aurais beau essayé de le fuir ou de me détacher de lui" , "Mais je ne veux pas lui faire de mal, il ne le mérite pas… Je lui ai déjà fait assez de mal comme ça…" , … Maintenant c'est une autre version qui me venait à l'esprit.

« Ne t'inquiète pas, je n'en parlerais pas tu peux me croire, t'es pas le seul étudiant dans le cas et tu peux bien faire ce que tu veux de te fesses mais … Tu te rends compte que tu risques ton année dans tout ça ? »

Lui remettre le sujet des notes et de ses cours sur le tapis n'était peut-être pas une bonne solution mais je restais malgré tout son professeur et je m'inquiétais pas mal pour sa réussite scolaire. Je veux bien que la vie privée avait une grande importance mais de la à se bousiller pour une histoire d'amour d'adolescent... Je faisais peut-être mon vieux con mais j'avais du mal à prendre ça grandement au sérieux.

« J'imagine bien que ça peut être dur de faire face aux problèmes de couple mais je ne vois pour quelle raison cela te détruit à ce point. Si tu as besoin de rompre fais-le Kodoku, pense à ta sécurité avant tout. Heiki est grand, il s'en remettra. Surtout s'il s'inquiète de ton état à ce point »

Le besoin de rompre, c'est la seule chose que je tirais vraiment de tout ça.

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Jeu 20 Avr 2017 - 17:50

- Ah … ok je vois

Suite à un long silence, ce fut la seule chose que mon professeur trouva à dire. Je serrai les poings, regrettant immédiatement de lui avoir fait part de ce secret entre moi et Keitô. J’aurais dû m’en douter… Malgré sa bienveillance et sa bonne volonté, le fait que je sois « gay » changeait complètement la donne. C’était inacceptable, voire impensable pour la plupart des japonais que deux hommes ou deux femmes puissent s’aimer de la sorte… Moi et Keitô n’étions qu’un simple couple parmi tant d’autres dans cette marginalité… Peu importe qui nous étions, ça ne changerait rien au fait que nous sommes des personnes anormales… Et encore heureux que je sois pour les deux partis. Valait mieux pour moi de partir… Je ne voyais en rien l’utilité de rester puisque Ogawa-sensei ne comprenait probablement pas mes sentiments, mais ce dernier repris avant même que je me lève de ma chaise.

- Ne t'inquiète pas, je n'en parlerais pas tu peux me croire, t'es pas le seul étudiant dans le cas et tu peux bien faire ce que tu veux de te fesses mais … Tu te rends compte que tu risques ton année dans tout ça ?

La première partie de sa phrase me soulagea d’un coup. Ces dernières secondes, j’étais persuadé que je venais de perdre tout appuis de la part de mon professeur principale… Toutefois, bien que ce fût un peu rude dit de la sorte, il avait complètement raison en ce qui concernait mes notes. J’étais bel et bien en train de risquer mon année scolaire, sans compter tous les efforts dont j’ai dû faire preuve pour en arriver là… Mon avenir et Keitô s’opposaient dans la balance et devoir choisir entre les deux me torturait au plus haut point puisque je ne voyais pas l’un sans l’autre.

- J'imagine bien que ça peut être dur de faire face aux problèmes de couple mais je ne vois pour quelle raison cela te détruit à ce point. Si tu as besoin de rompre fais-le Kodoku, pense à ta sécurité avant tout. Heiki est grand, il s'en remettra. Surtout s'il s'inquiète de ton état à ce point

Ogawa-sensei venait de marquer un point. Cette relation allait entièrement me consumer si je continuais à ne rien faire… Pourquoi continuais-je à me faire souffrir? Était-ce parce qu’au fond, inconsciemment, une lueur d’espoir persistait, aussi faible qu’elle puisse être? Il devait bien avoir une raison au pourquoi je m’acharnais tant à ne pas vouloir rompre… Il avait raison… Keitô n’était plus un enfant, il comprendrait, même si cela sera douloureux sur le coup… c’était pour le mieux, oui…

- Vous avez probablement raison, Sensei…; dis-je tout en gardant mes yeux rivés sur le sol.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 763
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes points : 1

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Dim 23 Avr 2017 - 6:49

« Vous avez probablement raison, Sensei... » dit-il finalement.

Le regard toujours baissé vers le sol, l'air de chien battu et une attitude qui trahissait un bon nombre de doutes... Mouais, je ne pense pas l'avoir beaucoup éclairé par mon discours. J'ai peut-être soulevée une questions ou deux mais c'était à lui d'y réfléchir pour trouver les réponses qu'il jugeait le mieux. Lui seul savait ce qu'il ressentait après tout.

« Raison je ne sais pas mais c'est mon avis sur cette histoire en tout cas. A toi de voir ce que tu veux vraiment »

En espérant que son choix ne se portera pas sur un truc qui le rendra encore plus mal sinon son esprit maso le mènera tout droit à sa perte. Tout en détournant les yeux sur ma pile de feuille, je me demandais si je devais aussi essayer de parler un peu avec Heiki un autre jour. Loin de moi l'idée d'intervenir dans leurs histoires de couple mais peut-être qu'un simple malentendu peu difficile à régler était la cause de leur problème alors si quelques mots soufflés à la bonne personne pouvait changer la donne ce serait peut-être un coup à tenter. Les travaux du guitariste perdaient eux aussi des points depuis quelques temps, pas autant que son compagnon certes, mais c'était aussi un motif de convocation. En observant une fois de plus l'étudiant en face de moi qui semblait se décomposer de minutes en minutes depuis le début de notre discussion je mis un terme à cette idée. Kodoku ne me disait pas tout, normal je dois dire, et il valait mieux que je ne fasse pas de dégâts involontaires en soulevant le problème du côté d'Heiki. Je me fis juste la promesse que si jamais ce dernier ce mettait lui aussi à frôler la catastrophe je l'interpellerais à son tour, pas avant.

« Kodoku » Dis-je pour ré-attirer son attention. « Je crois qu'il serait mieux pour toi que tu ailles te reposer un peu. Pour réfléchir , tout ça. Mais si tu as besoin tu peux rester un peu ici pour jouer du piano. Je ne ferme pas la salle tout de suite et puis ça fait longtemps que tu ne restes plus après les cours pour t'entraîner, c'est dommage » Dis-je tout en rassemblant la paperasse sur mon bureau.

Oui, c'était dommage de ne plus entendre ses mélodies dans la pièce. Je l'avais déjà dit après tout, cet élève était doué. C'était parfois même à se demander s'il ne bossait pas en cachette avant de revenir en cours le lendemain. Enfin, des génies il y en avait dans tout les domaines et si sa vie privée ne le freinait pas je le voyais déjà faire carrière dans la musique. Le temps nous le dira.

« Je vais devoir te laisser, j'ai du boulot qui m'attend mais si tu as besoin de quoi que ce soit n'hésite pas à venir me voir Kodoku. Je ne suis peut-être pas le meilleur conseiller du monde mais bon, c'est mieux que rien » Dis-je en me relevant. « Et pour tes travaux, sache qu'il en reste encore un bon nombre avant la fin de l'année alors avec un peu de volonté tu pourras facilement rattraper ton retard »

Je ne sais pas si lui parler de volonté maintenant allait beaucoup lui parler mais je ne voyais pas comment dire les choses autrement. J'hésitais un peu à ajouter quelque chose au sujet de notre conversation mais au moment de se séparer j'interpella une dernière fois l'étudiant ; « Kodoku, essais de mettre tout ça de côté un jour ou deux pour te reposer et te remplumer un peu. T'as vraiment l'air exténué et la miss de l'infirmerie risque de te tomber dessus si ça continue et crois moi, elle fait peur quand elle s'y met » Puis, après un bref salut, je pris le chemin de la salle des profs.

---------------------------------


Tu veux un bonbon mon p'tit ? ♥


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 1364
■ Inscrit le : 28/05/2013

■ Mes points : 49


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][Salle de musique] Parachute  Sam 3 Juin 2017 - 20:51

- Raison je ne sais pas mais c'est mon avis sur cette histoire en tout cas. A toi de voir ce que tu veux vraiment

Ce que je voulais... C’était bien ça mon plus gros dilemme. Je ne savais pas ce que je voulais vraiment. Tous mes doutes étaient revenus et la balance ne retrouvait pas son équilibre dans tout ça. Fallait dire qu’entre ça et mon manque de sommeil, j’avais l’impression d’avoir la tête coincée dans un étau. Je n’arrivais plus à penser de façon claire, tout me semblait si flou. Et lorsque je pensais avoir trouver une réponse, elle était vite remise en question. C’était entre autres le pourquoi je n’arrivais pas à fermer l’œil. Un véritable cercle vicieux dans lequel j’étais coincé depuis beaucoup trop longtemps maintenant.

- Kodoku… Je crois qu'il serait mieux pour toi que tu ailles te reposer un peu. Pour réfléchir, tout ça. Mais si tu as besoin tu peux rester un peu ici pour jouer du piano. Je ne ferme pas la salle tout de suite et puis ça fait longtemps que tu ne restes plus après les cours pour t'entraîner, c'est dommage.

Je jetai un vif coup-d’œil au magnifique piano noir qui ornait la pièce et mon cœur se serra. Il avait raison. Ça faisait une éternité que je n’étais pas resté après le cours, avec Keitô, pour jouer un peu de musique. J’avoue qu’y jouer me manquait énormément. Après tout, la musique était une grande partie de moi-même mais… Les horribles souvenirs associés à l’instrument me hantaient. Je me suis tellement trouver con d’avoir tenté de commettre une telle chose que la simple vue d’un piano me remémorait tous ces sentiments de honte et de culpabilité. De toute façon, ça faisait si longtemps que je n’avais pas jouer que j’avais probablement perdu la main… Et pas seulement au sens figuré. Ma main bougeait plutôt bien, mais la sensation était parfois étrange dans l’exécution de certains mouvements.

- Je vais devoir te laisser, j'ai du boulot qui m'attend mais si tu as besoin de quoi que ce soit n'hésite pas à venir me voir Kodoku. Je ne suis peut-être pas le meilleur conseiller du monde mais bon, c'est mieux que rien…

Ogawa-Sensei se releva. En tant que professeur, il était évident qu’il n’avait pas que ça à faire. Pour les problèmes des étudiants, il y avait un membre du personnel spécialisé pour les aider à les régler. Toutefois, j’étais content qu’il ait pris de son temps pour tenter de m’aider.

- Et pour tes travaux, sache qu'il en reste encore un bon nombre avant la fin de l'année alors avec un peu de volonté tu pourras facilement rattraper ton retard.

Effectivement. L’année était loin d’être finie. Cependant, va savoir si je vais réussir à réellement m’en sortir. Certes, il le fallait. J’avais un rêve à réaliser, avec ou sans Keitô à mes côtés. C’était difficile à concevoir, mais si cette option était la plus favorable à mon bonheur, je me verrais dans l’obligation de mettre un terme à ma relation avec le guitariste. Mon futur était en jeu. Silencieux, perdu dans mes questionnements intérieurs, je portai peu attention à mon professeur qui quittait la pièce avant qu’il ne m’interpelle.

- Kodoku, essais de mettre tout ça de côté un jour ou deux pour te reposer et te remplumer un peu. T'as vraiment l'air exténué et la miss de l'infirmerie risque de te tomber dessus si ça continue et crois-moi, elle fait peur quand elle s'y met

La fin de sa phrase réussie à me tirer un faible sourire. L’infirmière… Je crois qu’elle ne m’aimait pas trop de toute façon donc… J’avais déjà peur qu’elle saute dessus… dans tous les deux sens du terme évidemment. Bref, je saluai poliment mon professeur d’un signe de la tête puis, une fois parti, je soupirai un bon coup, exténué. Je devrais suivre son conseil et aller faire un tour à la chambre. Désolé Keitô, mais non seulement je n’avais pas faim, mais j’étais épuisé. Donc, avant le prochain cours, j’optai pour dormir quelques minutes dans mon lit. À mon tour, je finis par me lever et rangeai ma chaise avant de prendre mes affaires et quitter la pièce. Quelques points m’étaient toujours flou, mais je pense que Ogawa-Sensei m’a aidé à y voir un peu plus clair.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé][Salle de musique] Parachute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps-
Sauter vers: