Partagez | 
 

 [L-4] Une petite virée nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) [L-4] Une petite virée nocturne  Sam 14 Jan 2017 - 23:44

Iris avait pris soin de quitter furtivement sa chambre afin de ne pas réveiller ses camarades qui dormaient dans chaque coin de la pièce. La chambre avait beau être grande, il fallait se montrer discret si on ne voulait pas perturber ses camarades. A pas de loup, elle emprunta la porte et se retrouva dans le couloir. Elle poussa un petit soupir de soulagement à l'idée d'avoir traversé la pièce sans encombre. Son téléphone à la main, elle se dirigeait à présent vers la porte de la chambre de Ketsuki.

Celui-ci l'avait contacté au milieu de la nuit, pris d'une crise de panique. Elle n'avait pas pu le laisser seul sachant qu'ils étaient à deux portes l'un de l'autre. C'est pourquoi, elle avait pris l'initiative de venir le voir pour tenter de l'apaiser. Et à présent, la voilà. Devant sa porte. Elle n'osait pas ouvrir celle-ci par crainte de réveiller les colocataires du jeune homme, c'est pourquoi, elle lui écrivit un message afin de lui signaler sa présence derrière la porte.

" Je suis arrivée, je peux ouvrir la porte ? Je ne risque pas de réveiller ceux qui dorment avec toi ? "

Iris se contenta d'attendre discrètement sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 119
■ Inscrit le : 28/11/2016

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : oct. 2014
Ketsuki Iwasaki
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: [L-4] Une petite virée nocturne  Dim 15 Jan 2017 - 0:20

Une petite virée nocturne

ketsuki & ris


Je savais qu'Iris prenait la gentillesse de se déplacer malgré l'heure tardive pour m'aider à me calmer mais ça ne faisait que me rendre un peu plus nerveux. Cela m'angoissait d'enfreindre les règles et de risquer de réveillait mes camarades, mais ce que me stressait le plus, c'était la présence même d'Iris  Je passais la main dans mes cheveux pour essayer de les arranger un minimum lorsque je reçus un message d'Iris m'indiquant qu'elle était derrière la porte. Un sentiment de gratitude et d'allégresse s'empara de moi et je manquais d'en sauter du lit. Je n'arrivais pas à croire que quelqu'un se soucie assez de moi pour faire un truc pareil.

Au lieu de lui répondre, je me levais directement et alla lui ouvrir, avant de refermer la porte sur nous. Devrais-je lui parler anglais ou japonais ? J’optais pour l'anglais , au cas où nous étions entendus , nous serions peut-être moins compris . Et puis , ça me faisait pratiquer , histoire de ne pas perdre mon niveau . Mais encore , et surtout , ça me rappelait ma mère et m'apaisait , en quelque sorte .

«Iris , merci d'être venue , vraiment , ça me touche  . Euhm désolé mais je pense qu'il vaudrait mieux  éviter de réveiller les autres, ça te gène si on reste juste devant la porte ?»

Je ne m'en étais pas rendu compte mais avec la lumière de mon portable, je pouvais distinguer Iris. Sa tenue de nuit se composait d'un short et d'un débardeur blancs et ses cheveux étaient relevés en une queue de cheval. Elle était vraiment magnifique ... C'est alors que la panique me prit. J'avais sur moi un vieux bas de pyjama (un bermuda bleu à motifs discutables ...) et même pas de t-shirt. Je ne voulais pas qu'elle voit mon corps de lâche. Comment le dissimuler au mieux ? Ce serait juste ridicule de retourner à l’intérieur et de revenir avec un t-shirt, non ?  Le premier réflexe que j'eus : Me laisser glisser contre la porte pour finir en tailleur par terre. Pas ma meilleure idée mais pas ma pire non plus, je suppose.

« Mets-toi à l'aise . »

C'est alors que je me rappelai d'un détail et lâchai subitement mon téléphone pour poser les paumes de mes mains contre mes cuisses. Le geste n'était pas assez nonchalant pour paraître naturel, mais je ne voulais pas qu'elle voit les traces de griffures que je m'étais juste infligées. Elle savait déjà pour ma phobie, je ne voulais pas qu'elle me prenne pour un dégénéré total. Les traces étaient trop fraîches pour appartenir à un quelconque animal que j'aurai laissé à la maison. A vrai dire, elles piquaient encore. Je grimaçais mais tenter de le cacher. C'était déjà assez louche comme ça que je ne prenne pas la peine de ramasser mon téléphone. Relax. Il faisait sombre et si ça se trouve , elle n'avait rien remarqué . Je faisais quelques exercices de respiration pour tenter de me calmer.

« Je vois que tu as laissé l'uniforme de maid au placard ... » tentais-je de plaisanter .




---------------------------------



Japonais:#0066ff // Anglais:#000000 // Français:#66cc00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [L-4] Une petite virée nocturne  Dim 15 Jan 2017 - 11:15

La porte s'ouvrit et Iris aperçu aussitôt le visage de Ketsuki. Il ne semblait pas aussi paniqué que la dernière fois, c'était une bonne chose. Vu ses paroles, il avait l'air soulagé de la voir ici, auprès de lui. Iris chuchota à son intention en anglais :

« Ne t'inquiète pas, ça ne me gêne pas du tout. »

Néanmoins, Iris était un peu gênée de voir Ketsuki si peu vêtu. Elle évitait de regarder plus bas que son visage sinon, elle finirait certainement avec des joues rouges comme des tomates. Ce n'était pas du tout dans son habitude de voir quelqu'un dans ce genre de situation-là. Néanmoins, elle essayait de ne rien laisser paraitre de son embarras. Ketsuki, lui aussi, avait l'air bizarre. Peut-être était-il embarrassé lui aussi par la situation ? Il s'installa contre la porte et Iris l'imita. Elle s'assit et ramena ses genoux contre sa poitrine et observait son ami.

Soudain, il semblait avoir réalisé quelque chose qui le fit échapper son téléphone. Ce dernier tomba au sol dans un claquement. Iris espérait que personne n'ait entendu et fut surprise par la réaction du jeune homme. Celui-ci, à la manière de poser ses mains sur ses cuisses, semblait vouloir dissimuler quelque chose. La jeune fille n'avait rien vu à cause de la pénombre mais se demandait bien de quoi il s'agissait. Elle ramassa le téléphone de Ketsuki et lui tendit. L'écran illumina une partie de sa cuisse et Iris semblait apercevoir une trace foncée. Elle arqua un sourcil et commençait à se poser des questions. Ketsuki tenta d’amorcer la conversation mais Iris n'était pas convaincue. Elle lui répondit tout de même, constatant qu'il n'était finalement pas si bien qu'il voulait lui faire croire :

« J'ai pensé que ce serait mieux pour la prochaine fois. »

Elle fit un demi sourire et glissa sa main sur le bras le plus proche de Ketsuki. Elle le souleva rapidement sans qu'il s'y attende et découvrit ce qu'il tentait de dissimuler. Iris écarquilla les yeux et fut inquiète de constater des marques, des blessures encore fraiches. Elle semblait déstabilisée et ne savait plus quoi dire. Elle balbutia :

« Ketsuki... C'est toi qui a... fait ça ?.. »

Iris ne pensait pas que sa phobie parvenait à le pousser jusqu'à la scarification. Elle regagna son calme et réfléchit un instant, toujours sa main entourant le bras du jeune aristocrate. Elle ne pouvait pas le laisser comme ça. Finalement, elle relâcha celui-ci et se leva d'une traite. S'éloignant rapidement du jeune homme, elle se dirigea vers la porte des toilettes du couloir. Là, elle attrapa quatre feuilles de papier pour s'essuyer les mains et les passa sous le robinet pour les humidifier. Après les avoir pliés deux par deux et bien imbibés d'eau, elle sortit des toilettes et retourna rapidement sur la pointe des pieds vers Ketsuki. Elle s'accroupit à côté de lui et retira ses mains de ses cuisses. Sur chaque cuisse, elle déposa délicatement un papier imbibé d'eau et effectua des petites pressions du bout des doigts. Quelques gouttes d'eau perlait sur les cuisses du jeune homme. Iris se contenta de lui dire :

« Je ne sais pas où trouver du désinfectant mais on ne peut pas laisser ça comme ça. Ça ne te fait pas mal quand je tapote ? »

Ses yeux ambre se posèrent dans les perles bleues de Ketsuki. Son regard reflétait de l'inquiétude et du soulagement de ne pas l'avoir laissé seul dans un moment pareil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 119
■ Inscrit le : 28/11/2016

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : oct. 2014
Ketsuki Iwasaki
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: [L-4] Une petite virée nocturne  Dim 15 Jan 2017 - 16:04

Une petite virée nocturne

ketsuki & ris


La jeune anglaise m'imita et s'assit contre la porte avant de ramener ses genoux contre elle. Elle eut la gentillesse de ramasser mon portable et de me le tendre. Mais comment le récupérer sans laisser mes cicatrices à nu ? Impossible. Je ne bougeai pas, un sourire figé sur le visage.  Iris arqua un sourcil, sans doute intriguée par mon comportement. Pourtant, à mon soulagement, Iris ne posa pas de questions et me répondit :

« J'ai pensé que ce serait mieux pour la prochaine fois. »

Je souris, m'apprêtant à répliquer, lorsqu'elle attrapa mon bras et le souleva par surprise. Je poussai un cri d’étonnement et de protestation. Mais il était déjà trop tard. Iris avait déjà vu ... Elle écarquilla les yeux, choquée .

« Ketsuki... C'est toi qui a... fait ça ?.. »

Je restais un instant silencieux. Qu'est-ce que je pouvais lui dire ? Je ne me sentais pas de lui mentir. Elle lâcha prestement mon bras.

« Non , Iris , attends , c'est pas ce que tu cr... »

Mais la jeune fille s'était déjà levée et s'éloignait à grande vitesse.

« Ne me laisse pas tout seul ... »

Ma plainte se perdit dans la nuit. Iris allait sûrement ne plus vouloir me voir maintenant. C'était compréhensible. J'étais vraiment un taré, une baltringue, un inadapté. Pourvu qu'elle ne décide pas d'en informer la direction. Je n'ose pas imaginer ce qui pourrait se passer s'ils en avertissaient mes parents ... Les scénarios catastrophes s'entrechoquaient dans ma tête. J'avais perdu ma première et seule amie ici, tout ça à cause de cette connerie. J'avais l'impression qu'un trou venait de se former dans mon cœur. Mon angoisse retombait comme un soufflé. Ne restaient plus que tristesse et désespoir. C'était ainsi la plupart du temps. Je ne faisais de crises de panique qu'assez rarement. La vérité, c'était juste un grand vide et une incapacité à vivre seul. Sans mon armada de domestiques aux petits soins pour moi, j'étais pathétique. Tout ce que j’avais, c'était l'argent de mes parents pour essayer de combler ma solitude. Mais ils ne faisaient ça que par obligation. Iris était la première à m'apprécier réellement.

Je n'avais pas encore eu le temps de retourner dans ma chambre lorsque j'entendis des pas dans les couloirs. Merde, j'allais me faire prendre ! ... Une minute ! Non, ce n'était qu'Iris ! Elle était revenue ? J'avais du mal à y croire ! Encore une fois, elle agit avant que je ne puisse en placer une. Elle s’agenouilla près de moi et retira mes mains, qui couvraient toujours mes cuisses meurtries. Je m'attendais tout, sauf à ça. Elle déposa un essuie-main imbibé d'eau sur chacune de mes cuisses et les pressa délicatement contre mes plaies ouvertes. Je retins un cri.  Sa douceur était indéniable mais je me crispais et tressaillais. J'étais vraiment mal à l'aise d'être si vulnérable devant Iris et en même temps cela me confortait de pouvoir m'abandonner à la gentillesse de quelqu’un.

« Je ne sais pas où trouver du désinfectant mais on ne peut pas laisser ça comme ça. Ça ne te fait pas mal quand je tapote ? »


« C'est rien , j'ai l'habitude . » répondis-je en grimaçant . Je n'allais pas passer pour un faible non plus ...

Elle plongea ses yeux ambre dans les miens, me coupant le souffle. J'eus du mal à soutenir son regard. J'esquissai un sourire triste qui ne me trompa pas moi-même.

« Iris ... Je ne comprends même pas pourquoi tu as décidé de rester malgré tout ce qui s'est passé ... Ou tout simplement pourquoi tu es venue vers moi. Mais je ne pourrai jamais t'en remercier assez. Merci d'avoir fait preuve de tant d’amitié, sans rien attendre en retour. J'ai vraiment de la chance d'avoir quelqu'un comme toi, alors que je suis pathétique... Je t'en prie , ne m'abandonne pas. Je suis prêt à tout , je te le jure ! Je ne suis pas fou , promis , je ne sais pas pourquoi je me suis fait ça ...   »

Encore une fois , je perdais ma dignité devant Iris . Mais mieux valait perdre ma dignité que de la perdre , elle . Je fis alors un geste auquel je ne m'attendais pas moi-même. Je la pris dans mes bras et la serrait contre moi . C'était un geste inhabituel de ma part , une impulsion irrépressible ... Et pourtant , c'est comme si j'en avais eu besoin depuis toujours . Le contact de sa douce peau , la chaleur qui émanait d'elle , son odeur florale ... C'était incorrect et pourtant je me sentais tellement bien , j'avais envie de ne pas la lâcher .

« Désolé...peut-être qu'en fait je suis bien fou ... Je ne sais pas ce qui m'a pris ... J'avais besoin de chaleur humaine , je suppose ...   »

Malgré mes excuses , je ne pouvais me résoudre à la lâcher .



---------------------------------



Japonais:#0066ff // Anglais:#000000 // Français:#66cc00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: [L-4] Une petite virée nocturne  Dim 15 Jan 2017 - 20:18

L'eau devait très certainement picoter les nombreuses plaies comme des milliers d'aiguilles plantées simultanément. Iris constatait que c'était le cas vu la grimace de douleur que Ketsuki avait tenté de retenir devant elle. Il lui soutenait que ce n'était rien. Mais, comment pouvait-il en arriver là ? Avait-il fait cela aussi entre le temps où ils s'étaient rencontrés et cette nuit ? Des frissons parcoururent le dos d'Iris à cette pensée. Elle se concentra sur les cuisses meurtries de Ketsuki qui prit soudainement la parole, en la fixant toujours d'un air mélancolique.

Son visage traduisit de la reconnaissance, de l'affection, de la peur, de la crainte, de l'angoisse ... Ketsuki semblait être prit de panique à l'idée de se retrouver à nouveau seul, sans elle. Et pourtant, elle ne comptait pas partir et l'abandonner à son triste sort. Alors qu'Iris était accroupie et tapotait sur le papier humide en se disant qu'elle devrait peut-être aller chercher des feuilles sèches pour éponger les gouttes d'eau, Ketsuki la prit dans ses bras. Elle ne put s'empêcher de lâcher un hoquet de surprise, complètement prise au dépourvu.

Tandis que le gentleman blond la serrait contre lui, Iris se remémorait tout son discours. Il poursuivit, semblant embarrassé par son propre geste, sans pour autant la relâcher. Iris ne lui en voulait pas. Cette étreinte lui faisait du bien à elle aussi. Quand avait-elle été prise dans les bras de sa mère pour la dernière fois ou de quelqu'un d'autre ? Il y avait bien trop longtemps. La jeune fille se laissait un peu aller contre lui, posant ses genoux à terre pour être mieux calée. Elle glissa ses bras autour de la taille de Ketsuki et lui rendit ainsi son étreinte. Elle inspira et perçu une odeur de shampoing masculin émanant de la chevelure blonde. Trop occupée à profiter de ce moment d'affection, elle en avait complètement oublié le fait qu'il était torse nu.

Elle finit par glisser une main dans la chevelure lisse du jeune garçon aux allures anglaises. Elle y découvrit une douceur qu'elle n'aurait pas vraiment soupçonnée et s'affaira à lui caresser délicatement la tête. Ce geste semblait avoir eu un effet bénéfique chaque fois qu'elle lui avait prodigué. Elle se contenta de cela et murmura à son oreille.

« Tout va bien, ne t'inquiète pas, Ketsuki. Tu n'es pas fou ... Je suis là ... Je ne partirais pas. »

Elle ne cessa de faire glisser sa main entre ses cheveux et se contenta de lui parler de sa voix la plus douce. Tout son être semblait traduire une douceur maternelle envers le jeune garçon.

« Je ne vais pas t'abandonner. Ne t'inquiète pas. Mais, est-ce que tu peux me promettre quelque chose ? »


Iris desserra son étreinte et retira sa main de ses cheveux blonds comme les blés. Toutefois, elle fit glisser celle-ci sur la joue de Ketsuki avec toute la douceur d'une mère. Elle adressa un regard plein de bienveillance à son intention et lui fit un requête :

« Promet moi qu'à la minute où tu auras l'envie de refaire ça, tu m'appelleras. D'accord ? Si tu le fais, tu auras autant de câlins que tu voudras ! »


Elle ponctua sa dernière phrase d'un sourire amusée mais remplie de gentillesse. Ketsuki était entre de bonnes mains. Iris s'était promis de ne pas l'abandonner et de veiller sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 119
■ Inscrit le : 28/11/2016

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15
❖ Chambre n° : L-4
❖ Arrivé(e) en : oct. 2014
Ketsuki Iwasaki
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: [L-4] Une petite virée nocturne  Lun 16 Jan 2017 - 13:44

Une petite virée nocturne

ketsuki & ris


Je fus surpris qu'elle ne me rejette pas mais qu'au contraire, elle me rende mon étreinte. Elle se décala légèrement, sans doute pour être plus à l’aise, et passa ses bras autour de ma taille. Ce contact direct sur ma peau fut surprenant mais néanmoins agréable , électrisant . Au bout de quelques instants, Iris délogea une de ses mains pour la passer dans mes cheveux. Ce n'était pas la première fois que ça arrivait mais j'appréciais toujours autant ce geste. C'était un mouvement doux et aimant , presque maternel .

« Tout va bien, ne t'inquiète pas, Ketsuki. Tu n'es pas fou ... Je suis là ... Je ne partirais pas. » Affirma-elle doucement.

Elle me soulageait , calmait mes angoisses ... J'avais le sentiment d'être au nirvana . C'était une impression réconfortante d'avoir la sensation d'être réellement apprécié. Cette Iris était comme un ange tombé du ciel. Je buvais presque ses paroles réconfortantes.

« Je ne vais pas t'abandonner. Ne t'inquiète pas. Mais, est-ce que tu peux me promettre quelque chose ? »

Iris desserra son étreinte et retira sa main de mes cheveux pour venir la poser délicatement sur ma joue. Je hochais vigoureusement la tête à sa demande . J'étais prêt à faire à peu près n'importe quoi pour avoir de l’affection. J'étais vraiment désespéré ...

« Promet moi qu'à la minute où tu auras l'envie de refaire ça, tu m'appelleras. D'accord ? Si tu le fais, tu auras autant de câlins que tu voudras ! »

Je souris à la pensée d'autres câlins. Cette promesse n'était pas contraignante pour moi. Au contraire, il n'y avait que des côtés positifs... L'attention d'Iris et de l'aide pour arrêter de me faire du mal. L'inconvénient principal n'était pas la douleur (qui se révélait libératrice), mais la peur d'être découvert... Sans compter que j'abîmais mon corps ainsi. Mes cuisses étaient couvertes de cicatrices et celles sur mes bras, faites au cutter, commençaient tout juste à pâlir . J'avais conscience des risques d'infection mais ce n'était pas ce qui me préoccupait le plus . Je pourrais me couper un tendon par mégarde en allant trop profond et alors, je pourrais dire adieu à la danse ... Ce serait une véritable tragédie . Mais étais-je vraiment prêt à déranger Iris ? J'avais déjà l'impression d'être un boulet pour elle, bien qu'elle affirme le contraire.

« Je te le promets...   »

Le problème était que j'avais pris l'habitude de le faire la nuit, lorsque je risquai de n'être vu par personne ... Je ne pouvais tout de même pas la réveiller tous les soirs ! En plus de certainement la soûler , ce serait enfreindre le règlement en connaissance de cause . De toute façon, je commençais déjà à trop dépendre d'elle. J'avais beau savoir qu'Iris avait des intentions pures, la crainte d'être abandonné ne me quittait pas. A un moment ou à un autre elle en aura marre de moi ...j'en étais certain. Et quand viendra ce jour, que ferais-je ? C'est encore plus dur de supporter la solitude une fois que l'on a connu la compagnie.

Je m'éloignais d'elle à contre-coeur, brusquement. Je ne voulais pas être blessé.

« Pourquoi je ne peux pas être normal ? Je m'en veux tellement d'être ..., moi tout simplement !   » dis-je, soudainement énervé pour une raison obscure. « Je suis si pathétique et toi tu es tellement parfaite !  Pourquoi est-ce que tu prends même la peine de m'adresser la parole ? Tu devrais me fuir comme la peste ! Je ne suis pas une belle personne, tu t'en rendras vite compte ! Pour l’instant, tu es gentille mais je te décevrai ! Je déçois toujours tout le monde !   »

Je n'osais plus la regarder en face et baissais les yeux vers mes cuisses. Je ne voulais plus jamais revoir ces satanées cicatrices. J'avais envie de faire en sorte qu'elles disparaissent, de m'arracher la peau. Je savais que c'était impossible mais dans mon accès de rage, je n'en avais que fais que faire. Je m'enfonçais profondément les ongles dans la peau avant de griffer violemment, rouvrant plusieurs plaies, les dents serrées. Je crois que je ne m'étais jamais fait aussi mal et pourtant, ça me soulageait.

« Ça y est, t'es déçue ?!   » demandais-je rageusement .

Elle avait vu mes mauvais côtés et elle allait s'en aller , ça ne faisait aucun doute. Je fichais toujours tout en l'air .

Spoiler:
 



---------------------------------



Japonais:#0066ff // Anglais:#000000 // Français:#66cc00
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [L-4] Une petite virée nocturne  

Revenir en haut Aller en bas
 
[L-4] Une petite virée nocturne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: