Partagez | 
 

 Quand la terre tremble, rien ne va plus !!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Jeu 26 Jan 2017 - 13:52

Vendredi. Dernier jour de la semaine avant le weekend ! Dernier rempart avant de souffler un peu. Leiko n’aimait pas spécialement ce jour-ci car contrairement aux autres jours de la semaine, c’était la journée chargée ; six cours différents ! Bon, le sport était souvent considéré comme une « activité » plutôt qu’un cours même, mais ce n’était pas trop le cas de la demoiselle qui n’était pas aussi sportive que ses petits camarades et qui voyait ça comme une contrainte. En tout cas, devant son miroir, la jeune fille se coiffa et ajusta ses vêtements pour être présentable. Car même si cet établissement permettait de porter autre chose qu’un uniforme, il fallait être correct vis-à-vis des professeurs et du personnel. Une fois cela fait, elle prit ses affaires pour se rendre en cours.

La matinée se passa tranquillement, Leiko avait fait de son mieux en sport en essayant d’y participer un maximum, le cours de mathématiques avait été une catastrophe. Les équations et autres problèmes matheux l’embrouillaient plus qu’autre chose et il était peut-être temps qu’elle demande de l’aide si elle voulait valider son année… par contre, la littérature fut une vraie libération. Puis l’heure de la pause déjeuner sonna. Pour certains, c’était la délivrance, pour d’autres, juste une pause qui coupait dans leur quotidien. Tranquillement, Leiko suivit ses camarades de classe vers la cantine. Cependant, une petite « pause » autre que celle du déjeuner s’imposait pour elle. Elle s’excusa auprès de ses amies et leur demanda de s’y rendre, elle les rejoindrait après.

Marchant à un rythme plus accéléré d’ordinaire, Leiko évolua dans les couloirs presque vides. Normal puisque la plupart des élèves se dirigeaient vers la cantine. Une fois dans les sanitaires pour « dames », c’était le soulagement total. Cependant, assise sur le trône, elle ressentit comme une petite secousse. Sur le coup, Leiko se demanda si elle n’avait pas seulement tourné de l’œil un peu trop vite et qu’elle avait eu cette étrange sensation sur le monde bougeait autour d’elle. Soit. Lorsqu’elle quitta les toilettes pour se laver les mains, tout allait bien. Ou pas.

Tandis qu’elle se lavait les mains, ses jambes se mirent à trembler. Pas seulement ses membres inférieurs car tout son corps fut prit de soudaines vibrations incontrôlables. Puis le sol semblait onduler sous ses pieds si bien qu’elle tomba en arrière. N’ayant plus le contrôle de quoique ce soit, Leiko vit alors, impuissante, la pièce trembler. La peur l’envahit si bien qu’elle se mit à crier mais c’était en vain, cela n’allait pas arrêter le « malheur ». Une crevasse se forma sur les éviers en céramique et cela endommagea la tuyauterie ; l’eau gicla et mouilla toute la pièce, Leiko comprise.

Complètement perdue et ne sachant ce qu’il se passait, la gamine cessa d’hurler comprenant alors que cela ne fera rien. Mouillée de la tête aux pieds, elle sentit la terre trembler. Il fallait qu’elle se mette à l’abri car là, les fondations pourraient lui tomber dessus ou pire, un tuyau. Avec difficulté, Leiko se redressa et tenta de sortir des sanitaires. Lorsqu’elle franchit la porte commune, elle pouvait entendre des cris mais aussi les fracs provoqués par l’évènement si soudain…


[ Hrp : voilà, j’espère que ça ira, n’hésite pas à me dire ce qui va pas ^^

Edit : déplacement du sujet, Anoki m'a fait remarquer que j'avais posté dans l'Université et non au Lycée 8D * mode boulet on * ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 25
■ Messages : 344
■ Inscrit le : 11/01/2016

■ Mes points : 48

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : juillet 2014
Anoki Campbell
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Jeu 26 Jan 2017 - 21:38

Vendredi 17 octobre – Fin de matinée

La cloche sonne ENFIN la fin des cours. J'en peux plus, j'en ai assez d'écouter mon prof nous parler de littérature. C'est pas que j'aime pas le prof hein, mais y'a rien à faire : depuis que je suis arrivé dans cette école, la littérature est devenue ma bête noire. Et comme je suis assez préoccupé en ce moment, j'ai pas envie de faire d'efforts pour m'intéresser aux cours.

Je fais donc partie des premiers à sortir de la classe, bien que j'attende Lavender dans le couloir. Prochaine étape : la cantine ! Ça tombe bien, j'ai vraiment la dalle. Une fois que mon ami est à ma hauteur, nous quittons le bâtiment principal du lycée pour nous diriger vers le réfectoire.

C'est à peu près à mi-chemin que je me rends compte que j'ai oublié mon téléphone. Ça me fait rager, mais je préfère retourner le chercher maintenant plutôt que de le laisser en classe pendant la pause de midi. Je serai bien capable de l'oublier encore une fois ! Et puis, on ne va pas se mentir, si j'ai mon téléphone sur moi, je pourrais checker de temps en temps si j'ai de nouveaux mails de mes parents.

Je fais un vague signe à Lavender, lui disant de ne pas m'attendre, puis je fais demi-tour et m'éloigne au pas de course. J'ai de la chance, la salle n'est pas encore fermée. Je ne suis même pas sûr qu'elle soit fermée pendant la pause, en fait ! Bref, je récupère mon bien et je sors de la salle rapidement. Direction : la soupe !

Alors que je marche rapidement dans les couloirs, je perds un peu l'équilibre et manque de tomber. Je suis si peu doué que ça, pour me gameler alors que je ne cours même pas ? J'allais continuer à râler mais je trébuche encore. Je m'arrête, le doute me saisissant le ventre.

C'est là que je sens les premières secousses.

D'abord faibles, elles prennent rapidement de la force, si bien que je suis obligé de me coller au mur pour ne pas tomber. Sans un mot, les yeux écarquillés, je vois les lumières grésiller, je sens le bâtiment qui tangue, j'entends des gens qui courent et qui crient au loin.

Mais un cri me parvient plus distinctement que les autres. La personne est tout près de moi et a l'air terrifié. Sans réfléchir, je me dirige tant bien que mal vers la source de la voix. Je crois que ça vient de cette porte, là. Soudain, je vois une camarade de classe, Leiko, sortir des toilettes des dames. Elle est complètement trempée et pâle comme un linge. Je l'interpelle pour attirer son attention.

« Leiko ! Ça va ? Tu n'as rien ? »

Malgré ma terreur, voir quelqu'un que je connais, même un tout petit peu, me soulage énormément. Je me dirige vers elle en longeant le mur et lui attrape le bras.

« Viens, on ne doit pas rester là ! »

Comme pour confirmer mes dires, une plaque se décroche du faux-plafond et tombe par-terre avec un gros bruit. Je sursaute, mes nerfs sont complètement à vif. Sans lâcher Leiko, je commence à m'éloigner des toilettes, cherchant désespérément un endroit sûr pour elle et moi. Pourvu qu'on trouve quelque chose !

---------------------------------

Anoki parle anglais (#6d9a49), français (#79452e) et japonais (#cc6600)


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Mar 31 Jan 2017 - 10:46

C’était un cauchemar. Le ciel leur tombait sur la tête ou quoi ?! Leiko avait mis un temps fou pour comprendre qu’il s’agissait d’un tremblement de terre. Elle en avait déjà entendu parler, de ces phénomènes naturels mais pas moins destructeurs mais en vivre un, personnellement, cela faisait tout drôle. Drôle ? Certainement pas ! Elle était dans une petite pièce où la tuyauterie venait de céder et arrosait tout ! Elle glissa lorsqu’elle voulut se redresser une première fois mais puisa dans ses forces physiques pour se dégager totalement des sanitaires, quitte à sortir à quatre pattes et se payer une honte pas possible. Heureusement, elle n’était pas en jupe mais en pantalon donc ça limitait les casses…

Aux portes, Leiko s’aida du rebord pour se remettre debout et constata alors les premiers dégâts causés par le tremblement de terre, toujours en cours. La gamine respira difficilement, sentant l’angoisse l’envahir et exerçant alors une certaine pression sur son cou. Comme si des mains invisibles l’étranglaient à petit feu. Il y avait des cris, forcément de peur mais une voix se démarqua de ces hurlements. Leiko tourna légèrement sa tête sur le côté pour apercevoir Anoki, un camarade de classe. Elle s’essuya le visage pour mieux l’apercevoir et parce que les gouttes ruisselaient le long de ses cheveux et la chatouillaient plus qu’autre chose.

« Anoki ! »

Mais impossible pour elle de bouger, elle avait trop peur et ne savait pas trop comment faire dans ce genre de moment. Elle regarda alors son camarade de classe longer le mur pour la rejoindre. Il savait comment s’y prendre, avait-il déjà vécu ce genre de phénomène ? Quelques centimètres les séparèrent mais d’un coup sec, le garçon attrapa le bras de sa camarade. Etrangement, ceci eut un impact bénéfique sur la gamine, qui commença à avoir les larmes aux yeux. Anoki leur conseilla de déguerpir le plus rapidement d’ici. À peine avaient-ils fait un pas qu’un morceau du plafond s’effondra à quelques mètres d’eux, lâchant un cri à la gamine qui se jeta dans les bras de son ami.

« Ça va pas, ça va pas ! J’ai terriblement peur ! » cria-t-elle, pétrifiée.

Et elle n’était pas le seul, Anoki devait lui aussi avoir très peur mais contrairement à la brunette, il était plus courageux. Aussi, il entreprit de quitter l’endroit le plus vite possible, ne lâchant pas le bras de Leiko. Cette dernière tenta de l’imiter en longeant le mur des toilettes et comprit cette manœuvre. ; ils risquaient moins de se prendre une plaque du faux plafond et finir inconscient sous les gravats (écrabouiller si vous voulez). Lorsqu’ils eurent longé suffisamment le couloir des toilettes pour arriver sur le couloir principal, ils purent voir les premiers dégâts : des morceaux de mur et du plafond s’étaient décrochés et brisés en plusieurs morceaux. Alors que Leiko s’apprêtait à soumettre une idée, le carrelage se craquela non loin de leurs pieds, arrachant de nouveaux cris de peur. S’ils ne bougeaient pas rapidement de là, ils allaient finir par tomber dans une crevasse.

« Il faut qu’on se mette à l’abri… Regarde ! »

Leiko lui montra alors que certains casiers s’étaient renversés en avant et formaient par conséquence une espèce de triangle avec le mur opposé. Ils semblaient suffisamment solides pour leur permettre d’être à l’abri le temps que le tremblement cesse. Encore fallait-il pouvoir s’y rendre sans se blesser ou recevoir des briques sur la tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 25
■ Messages : 344
■ Inscrit le : 11/01/2016

■ Mes points : 48

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : juillet 2014
Anoki Campbell
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Jeu 2 Fév 2017 - 22:53

Leiko me reconnaît et elle aussi semble soulagée de voir une tête familière dans tout ce bordel. Je vois que ses yeux commencent à briller. Elle ne me répond pas tout de suite mais elle ne me semble pas blessée, c'est le plus important.

Quand la plaque se fracasse par terre, ma camarade crie et se jette sur moi. Son geste me surprend un peu pendant un très très court instant, puis je passe un de mes bras autour d'elle, en gardant l'autre collé au mur. Elle est complètement paniquée !

« Moi aussi j'ai peur, mais ça va aller. On est plus seuls, on va s'en sortir. »

Je parle doucement à son oreille -mais suffisamment fort pour couvrir le vacarme ambiant- pour la rassurer autant que pour me donner du courage. Je ne dois pas paniquer, je ne dois pas laisser ma terreur prendre le dessus. Il faut qu'on trouve un abri, et vite !

On avance comme on peut jusqu'à la zone où se trouvent les casiers. J'entends vaguement d'autres gens pas très loin de nous mais ça m'est égal pour le moment. Ma priorité, c'est Leiko. Les autres devront se débrouiller. Je balaie la salle du regard en cherchant une idée.

Soudain, j'entends un craquement sous mes pieds. En baissant les yeux, je vois une fissure lézarder le carrelage.

« Oh merde, merde ! »

Je recule, le cœur battant. Leiko, qui est toujours accrochée à moi, attire mon attention vers des casiers qui ont basculé contre un mur. Je devine qu'elle voudrait qu'on aille se cacher là-dessous, mais j'hésite. Et s'ils nous tombaient dessus ? Ils pourraient nous écraser ! Mais je dois me rendre à l'évidence : pour le moment, on n'a pas le choix.

« OK, on y va ! »

Je guide Leiko jusqu'au casier, en évitant les craquelures au sol et en faisant attention au plafond. J'ai l'impression que la traversée vers notre abri de fortune met mille ans. Lorsqu'on arrive enfin vers notre refuge métallique, je fais passer Leiko en premier, sans la lâcher.

Alors que je commençais à lui emboiter le pas, une lampe se décroche du plafond et vient s'éclater juste à côté de moi. Je suis tellement à cran que je fais un bond de surprise... et mon crâne cogne l'arrête des casiers.

« Ouch ! »

Je pousse un grognement tout en glissant sous les casiers, une main plaquée sur le haut de mon crâne. La douleur est aiguë et me transperce la tête. Putain, c'que ça fait mal ! Je serre les dents pour ne rien laisser échapper. Autour de moi, tout continue à trembler, à tomber, à se briser. Je crois que ma tête va exploser !

---------------------------------

Anoki parle anglais (#6d9a49), français (#79452e) et japonais (#cc6600)


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Jeu 16 Mar 2017 - 10:28

Le chaos. Oui, voilà, c’était le terme qu’on pouvait attribuer en voyant l’agitation des élèves et du personnel paniqués et ne sachant réellement quoi faire. Les plafonds se fissuraient et venaient à se fracasser sur le sol, se brisant en plusieurs morceaux projetés dans les airs. Il n’était pas rare de s’en prendre pour trouver un lieu de sureté le temps que tout ce chaos se termine. Encore, s’il se terminait. Par chance, un camarade de classe de Leiko était venu à son secours et ensembles, ils essayaient de trouver un moyen de se mettre en lieu sûr. Le mieux était pour eux de se cacher sous un bureau mais ils étaient trop loin des classes. Pétrifiée à l’idée de finir écrabouillée aussi jeune, la demoiselle peinait à suivre le rythme d’Anoki qui pourtant, était tout aussi horrifié qu’elle.

Tentant de se frayer un chemin tout en slalomant entre les morceaux de plafonds qui tombaient du plafond, Leiko vit une opportunité de s’abriter sous un casier renversé. Son idée n’était peut-être pas la plus optimale dans l’immédiat mais ils n’avaient pas réellement le choix. Anoki accepta alors et ils se mirent en route vers l’abri de fortune. Leiko manqua de tomber en avant en se prenant les pieds dans des morceaux de murs éclatés à plusieurs reprises. Ouf, ils y étaient enfin ! Anoki veilla à ce que sa camarade s’y engouffre la première, et cette dernière veilla à son tour que son ami puisse y prendre place en toute sécurité. Finalement, il y avait assez de place !

« Ici, on pourra souffler un peu et… Oh Anoki, tu es blessé ?! »

Leiko aperçut son ami poser sa main sur son crâne tandis qu’il prenait place. La demoiselle fouilla dans les poches de sa veste un mouchoir qu’elle posa délicatement sur la blessure de son camarade. Ce n’était que sommaire mais c’était là tout ce qu’elle pouvait lui donner. Après tout, grâce à Anoki, ils étaient là… Si elle ne l’avait pas croisé ou l’inverse, elle serait sûrement encore dans les toilettes à hurler toute seule ou peut-être… écrabouillée… Autour d’eux, c’était le chaos ; les murs se fissuraient trop rapidement si bien qu’il était impossible de suivre la fissure. Et parce qu’aussi, il y en avait tellement qui se formait.

La lycéenne osa poser son regard sur ce qu’il se passait autour d’elle. Parmi les bruits de casse et de chute, elle pouvait entendre des cris de camarades, horrifiés et complètement perdus dans ce chaos. Il n’était pas rare d’avoir des tremblements de terre ici mais c’était la première fois qu’elle en vivait un. Malgré cela, elle ne cessa de serrer la main de son ami qui venait de lui sauver la vie. Elle tremblait de tout son être et n’avait qu’une envie, que ce cauchemar se termine…

Il y avait de la poussière partout, créant une sorte de brouillard opaque gênant toute visibilité. Ne pouvant plus voir ce qu’il se passait, la tension monta d’un cran. Leiko se rapprocha doucement d’Anoki, toujours en serrant sa main. Progressivement, la terre cessait de trembler et les murs et plafonds semblaient enfin se stabiliser. Malgré le calme soudain, il y avait toujours cet écran de poussière obstruant la vue et étouffant, si bien que la gamine avait du mal à respirer convenablement et toussait à plusieurs reprises.

« On dirait… que c’est fini… »

Mais elle n’était pas très enjouée de quitter leur abri si rapidement. Les murs étaient encore fragiles comme les plafonds et ils pourraient se briser à nouveau dès le moindre petit mouvement de leur part. Le mieux serait donc d’attendre qu’il y ait les secours pour les sortir de là. C’était la meilleure des idées et la plus sûre.

« Anoki… » continua-t-elle, toujours en serrant sa main dans la sienne. « Merci beaucoup. Merci de m’avoir aidée et protégée. Je dois beaucoup. » termina-t-elle en souriant.

[ Hrp : vraiment, vraiment désolée pour le retard TT ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 25
■ Messages : 344
■ Inscrit le : 11/01/2016

■ Mes points : 48

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : juillet 2014
Anoki Campbell
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Mar 21 Mar 2017 - 22:47

Je sens mon cœur battre dans ma blessure, mes oreilles sont emplies du fracas des vitres brisées, des lumières éclatées, des plafonds écroulés. J'ai l'impression que le sol ondule sous moi, ce qui me donne la nausée. Bordel, mais est-ce que tout ça va se terminer un jour ?!

J'entends à peine les paroles que prononce Leiko, juste à côté de moi, mais le contact de ses doigts sur les miens me ramènent à la réalité. Elle pose quelque chose sur ma tête, délicatement, et replace ma main là où elle était. Le geste peut sembler anodin mais dans notre situation, à Leiko et moi, il a une signification bien plus forte. On a beau être terrorisés, on a beau être complètement perdus dans cette histoire, au moins on est là l'un pour l'autre. On veille l'un sur l'autre, tant qu'on est dans cette galère tous les deux. Malgré ma douleur, j'essaie de grimacer un sourire vers Leiko.

« Merci. »

Ne sachant quoi dire d'autre, je préfère me taire. De toute façon, je suis trop stressé pour entamer une conversation. La seule chose que j'ai la force de faire, c'est de serrer la main de Leiko. Je ne sais pas si je lui fais mal ou non, mais vu la force avec laquelle elle s'accroche, je crois qu'elle a autant besoin de ce contact physique que moi.

Les choses ne semblent pas se calmer, au contraire. En plus des bruits de destruction et de panique s'ajoute maintenant un épais nuage de poussière. Je commence à tousser, alors je lâche ma blessure un instant pour remonter mon T-shirt sur mon nez et ma bouche – pas question que je lâche la main de Leiko. Je sens que ma camarade bouge dans ma direction, alors je me rapproche d'elle, sans rien dire. Ne rien voir est difficilement supportable, mais si je sens qu'elle est juste à côté de moi, je crois que je serais quand même un peu rassuré.

Combien de temps on a pu rester, blottis l'un contre l'autre sous les casiers ? Je n'en ai aucune idée. En tout cas, les secousses se font de moins en moins fortes, pour finalement se calmer complètement. J'entends Leiko près de moi qui me dit, entre deux quintes de toux, que l'accident est fini. Je hoche la tête sans rien dire. On dirait que la première secousse est finie, oui, mais il pourrait y avoir des... hum... récidives ? Enfin, d'autres secousses plus petites. Je pense donc qu'il ne vaut mieux pas bouger pour le moment. Et puis, avec cet écran de poussière, on ne voit rien, de toute façon.

La voix de Leiko me tire de mes préoccupations. J'écoute ses paroles sans rien dire, mais je suis un peu gêné quand même. À l'écouter, on dirait que je me suis comporté comme un héros, mais j'ai plutôt était mort de peur de bout en bout. Enfin, si c'est ce qu'elle ressent...

« Je t'en prie, tu ne me dois rien. Je n'allais pas te laisser seule là-bas, c'était normal de venir t'aider. Et puis, tu m'as bien aidé aussi. C'est toi qui a trouvé notre abri. Et je serai sûrement resté paralysé quelque part si tu n'avais pas été là. »

C'est vrai, si je n'avais pas été avec elle, j'aurais certainement perdu tous mes moyens. Mais avoir quelqu'un avec moi m'a obligé à chercher le meilleur moyen de nous sortir de cette galère. Et je pense que ça a fait la même chose chez elle.

« Bref, c'est un travail d'équipe ! L'équipe ''AnoLeiko'', qui se sort de n'importe quelle situation ! »

Mon air bouffon naturel reprend un peu le dessus, même si je n'ai pas encore complètement le cœur à rigoler. C'est donc d'un air assez neutre que je sors cette blague douteuse. Et tout ça sans lâcher Leiko.


HRP:
 

---------------------------------

Anoki parle anglais (#6d9a49), français (#79452e) et japonais (#cc6600)


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Lun 3 Avr 2017 - 17:45

Progressivement, les bruits provoqués par ce chaos cessèrent en plus des cris de panique et de peur. Un long silence s’installa alors dans l’enceinte de l’établissement. D’un côté c’était rassurant de ne plus entendre personne crier mais d’un côté, ce silence récent n’inaugurait rien de bon. Allait-il y avoir une nouvelle secousse ? Rien n’était sûr malgré tout. C’est ainsi que Leiko et ami et sauveur Anoki décidèrent de rester cachés, sous leur abri d’infortune. Il ne serait pas judicieux de sortir de leur cachette sachant que le sol était fragilisé par les nombreuses secousses mais aussi parce qu’ils ne voyaient tout simplement rien avec cette couche de poussière qui s’était levée ! D’ailleurs, la gamine peinait à respirer correctement et fit comme son camarade ; elle prit son t-shirt qu’elle porta à ses lèvres. Cependant, ce n’était qu’une protection passagère et tout ce qu’elle voulait dans les minutes qui suivent, c’étaient les secours.

Malgré ce silence pesant, Leiko semble vouloir entendre la voix de son ami pour se rassurer qu’elle est tout en vie. Et lui aussi. Ne venaient-ils pas de vivre un tremblement de terre suffisamment important et menaçant ? C’était une façon de se dire qu’ils étaient toujours . En écoutant son ami, Leiko resserra un peu plus son étreinte sur sa main. Non, ce n’était pas un rêve, ils avaient réussi à s’en sortir.

« Oh que si ! Tu as bien vu comment j’étais terrifiée dans les toilettes ? » commença-t-elle, en s’humiliant pour détendre l’atmosphère. « Tu es venu me voir et tu m’as emmenée avec toi alors que tu aurais très bien pu me laisser me débrouiller seule. »

Leiko tourna sa tête vers Anoki pour lui offrir un sourire. Sourire évidemment s’il pouvait le voir avec toute cette poussière. Mais elle était sincère, sans lui elle se serait sûrement fait écrabouiller dans les toilettes par le plafond ou bien… Non, elle refusait d’imaginer les différentes façons où elle aurait pu y passer. Encore que là, ils n’étaient pas totalement et officiellement tirés d’affaire mais on pouvait dire que le pire était passé… ?

« J’adore et j’adhère totalement ! Enfin j’espère qu’on n’aura pas à revivre ce genre d’évènements ! »

Et elle ne put s’empêcher de lâcher un rire. Toujours en tenant la main de son ami. Elle savait qu’Anoki faisait ça pour la détendre mais lui aussi. Ils n’étaient que des enfants et ils venaient de vivre quelque chose d’effroyable. Sur le moment, Leiko n’avait songé qu’à eux mais d’un coup, elle pensa à ses camarades de classe, au personnel mais aussi aux autres élèves. En espérant qu’il n’y ait pas eu de blessés graves ou pire encore…

Soudain, une barre en métal tomba sur le sol fissuré, ce qui fit sursauter la gamine. Le danger n’était pas totalement écarté et même s’il n’y avait plus de secousses, les murs comme les plafonds n’étaient pas aussi stables qu’avant et pouvaient se briser au moindre toucher. Leiko avait terriblement envie de quitter cet endroit mais il serait dangereux pour eux de s’engouffrer dans les couloirs. De toute façon, le personnel de Kobe avait sûrement appelé les secours. Quoique… l’établissement n’était pas le seul touché par ce tremblement de terre… Et puis d’un coup, on put entendre un « grrr ».

« Désolée… Avec tout ça, on n’a même pas mangé… » répondit-elle, rouge de honte.

Il fallait que son ventre se mettre à faire du bruit ! Heureusement, aucune réaction autour d’eux, c’était plutôt bon signe.

« Tu vas trouver ça idiot et sûrement égoïste de ma part… Mais c’est sûrement bon signe en fait… » tenta-t-elle de se rattraper. « Au moins, je ne suis plus autant angoissée comme avant. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 25
■ Messages : 344
■ Inscrit le : 11/01/2016

■ Mes points : 48

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : juillet 2014
Anoki Campbell
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Quand la terre tremble, rien ne va plus !!  Dim 9 Avr 2017 - 19:07

Leiko m'exprime une nouvelle fois sa gratitude, toujours en me serrant la main. C'est vrai qu'elle avait l'air complètement terrifiée dans les toilettes, tout à l'heure. Elle était toute trempée, la pauvre. Les canalisations ont dû sauter. Quoi, elle croit vraiment que j'aurais pu la laisser se démerder toute seule ? Ben voyons ! Quel genre de type aurait pu faire ça ?!

« Tu plaisantes ? Tu serais sûrement en train de nager dans l'eau froide, si je t'avais laissée là-bas ! »

J'essaie de prendre le même ton qu'elle, un peu blagueur, histoire d'alléger l'ambiance. D'ailleurs, ma vanne pourrie a l'air d'avoir marcher sur elle. Je suis bien content ! Mais je suis comme elle, je n'ai pas du tout envie de revivre ce genre de merdes dans le futur. Déjà qu'on est pas encore sortis de l'auberge...

Le rire de Leiko me réchauffe le cœur. J'essaie de me joindre à elle mais je ne suis pas encore d'humeur à ça. Alors je me contente de sourire, encore. Jusqu'à ce qu'une barre en métal vienne s'éclater non loin de nous, me faisant sursauter comme mon amie. Aaaah, saloperie ! Je commençais à me sentir à peu près bien, et il faut qu'une connerie comme ça me ramène à la réalité. Heureusement que Leiko est avec moi, sinon je crois que je deviendrai fou...

D'ailleurs, en parlant de ma camarade, son ventre se met soudain à gargouiller. Ça me fait sourire, surtout qu'elle devient toute rouge en plus. C'est vrai qu'on n'a pas eu le temps de manger, avec toute cette histoire, mais le tremblement de terre m'avait fait complètement oublier ce fait. Sa remarque suivante me laisse un peu perplexe, mais je comprends après coup. Oui, c'est une bonne chose qu'on repense à des choses un peu plus « normales », plutôt que de garder en tête notre inquiétude.

« Ouais je comprends, c'est moins effrayant de penser au repas. D'ailleurs, quand tout sera terminé, je te propose d'aller manger en ville, histoire de rattraper tout ça ! Qu'est-ce que tu en dis ? »

Parler de nourriture réveille mon appétit – ce qui n'est pas forcément une bonne chose, vu notre situation actuelle – mais l'éventualité de faire une sortie avec Leiko en ville me remonte le moral. Ça me donne une sorte de but, quelque chose que je veux accomplir une fois que les choses seront rentrées dans l'ordre. Et pas question de passer à côté ! Il faut qu'on tienne, qu'on reste fort, et la sortie entre nous sera notre « récompense ».

Comme je commence à y voir plus clair, j'enlève le mouchoir de ma blessure et l'observe, histoire de me donner une idée de l'état de ma tête. Merde... y'a du sang. Enfin, y'en a pas beaucoup (je crois ?), mais on voit clairement la tâche sur le tissu... C'est pas une très bonne nouvelle. Je n'ai pas envie d'alarmer Leiko, mais je pense qu'il serait bon que je vois quelqu'un le plus vite possible. Je remets le mouchoir en place et me tourne vers ma camarade.

« Tu crois qu'on peut sortir ? J'aimerais bien me trouver un peu d'eau... Je commence à avoir soif. »

En plus, c'est vrai, je sens que ma gorge s'est asséchée pendant notre séjour sous les casiers. Si on trouvait un point d'eau, non seulement on pourrait se désaltérer, mais en plus je pourrais nettoyer un peu ma blessure. Enfin, si le bâtiment tient le coup...

---------------------------------

Anoki parle anglais (#6d9a49), français (#79452e) et japonais (#cc6600)


Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la terre tremble, rien ne va plus !!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps-
Sauter vers: