Partagez | 
 

 Un dîner pour se faire pardonner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Un dîner pour se faire pardonner  Lun 30 Jan 2017 - 0:10

Vendredi 10 Octobre 2014


Devant le miroir de la chambre, j’observe mon reflet en silence. Lentement, je fini de fermer ma chemise rouge sombre avant de l’insérer dans mon pantalon noir et pose mes yeux sur la veste et la cravate qui m’attendent sur la chaise juste à côté. La cravate est-elle vraiment nécessaire ? Un effort vestimentaire m’a été demandé par ma mère, histoire de me « rattraper » pour le dernier dîner. Si je le fais, ce n’est certainement pas pour ça car, honnêtement, je n’ai rien à me reprocher comparé à elle… C’est uniquement pour Heisuke que je « me fais beau ». Je ne vois pas en quoi une chemise ou une cravate va changer à ce que je mets d’habitude mais bon…

Finalement, je prends seulement la veste et laisse tomber la cravate, je ne sais pas vraiment la mettre de toute façon. Je sors mon portable pour regarder l’heure et attends que Heisuke revienne dans la chambre, prêt à partir. Du moins, normalement il devrait être prêt vu qu’il a décidé de se préparer, en grand partie, dans la salle de bain afin que je ne le vois pas. Même si ça me ronge à chaque fois qu’il le fait, je respecte sa décision. En ai-je le choix de toute façon ? Evidemment que non, si je ne veux pas le perdre, j’y suis bien obligé. Je laisse échapper un soupire et caresse le chaton qui se frotte à ma jambe. Il sent qu’on va partir et il cherche à m’attendrir pour que je reste.


« Désolé Chenille mais je ne vais pas pouvoir accéder à ta demande. »

Il ronronne, insouciant, sous mes caresses et me mordille parfois les doigts avec affection. Peu de temps après, Heisuke entre dans la chambre. Je l’admire quelques instant avant de m’avancer vers lui et l’embrasser doucement.

« Prêt à y aller ? »

Réponse légère obtenue mais une réponse tout de même, je vais lui chercher son manteau, le laisse dire au revoir à Chenille et l’aide à le passer lorsqu’il se dirige vers la sortie. Depuis le dîner chez les Yorke, il est difficile de le motiver à quoi que ce soit ou même d’avoir une véritable conversation. J’ai l’impression d’être reparti de zéro et c’est pour cette raison que j’ai, un peu, insisté sur le fait que mes parents devaient « s’excuser » pour le fait de l’avoir laissé en plan ce soir-là. Bien évidemment, ils ne connaissent pas notre véritable relation alors ils pensent juste que Heisuke n’a pas apprécié le fait que je le laisse travailler seul…

Le trajet se fait dans le silence et nous arrivons devant chez moi. Je lui serre la main une dernière fois dans la pénombre avant d’ouvrir le portillon et toquer à la porte avant de la pousser. Je suis chez moi après tout, pourquoi j’attendrais devant…


« Tadaima*. »

Presque immédiatement, une tornade blonde étincelante de Bonheur nous accueil dans le hall.

« Welcome back** Sweetie ! Okaeri*** Heisuke-kun ! Tout est prêt dans le salon ! Venez dès que vous êtes débarrassé de vos manteaux. »

Cherrilyn Heiki s’éloigne de deux pas et se retourne à nouveau, vers nous.

« Vous êtes magnifiques ! On dirait presque des mannequins ! Haha ! Allez, je retourne dans ma cuisine ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait… Je soupire un peu désespéré par son énergie inépuisable et finit par sourire à Heisuke.

« Des mannequins, elle a de ses idées parfois ! »


Keikei Style:
 

Traductions :
*Tadaima : Je suis de retour
** Welcome back : Bon retour (en anglais)
*** Okaeri : Bon retour (en japonais xD)

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Lun 30 Jan 2017 - 22:55

Cela devait faire facilement 10 minutes que j’étais planté là, devant le miroir des sanitaires… Honnêtement, je n’avais aucune envie d’y aller et ce, depuis le début. J’avais fini par accepter, car Keitô avait beaucoup insisté à ce sujet, mais maintenant que nous étions pour partir, l’idée de voir ses parents me filait la nausée. Ces derniers voulaient se faire pardonner d’avoir obligé leur fils me laisser en plan la dernière fois, mais ce n’était pas ça le véritable problème. Ils ne pouvaient pas comprendre ma douleur et ils ne la comprendront jamais… Du moins, ils ne devaient surtout pas la comprendre. Contrairement à moi il y a plusieurs mois, Keitô avait une bonne relation avec ses parents et je ne souhaitais en aucun cas gâcher leur relation en leur avouant la nôtre. De plus… qui sait si notre couple tiendra encore longtemps. Personnellement, j’en avait marre de tout ça. Il serait plus simple pour nous deux de redevenir de bons amis. C’était difficile à imaginer après tous ces bons moments que nous avions partagés, mais nous finirons par être plus heureux ainsi… Keitô finira par comprendre, bien qu’il soit aussi têtu qu’une mule.

Avant de retourner à la chambre, je vérifiai mon costume une dernière fois. J’avais opté pour un pantalon noir et une chemise gris foncé, accompagnée d’un gilet sans manche gris pâle, rayé de fines lignes noires verticales, et d’une cravate bourgogne. Ce look plutôt sombre de ne me ressemblait pas, mais s’accordait bien avec mon humeur actuelle. Je m’étais assuré de prendre des manches longues, question de cacher ma cicatrice. Bien qu’elle soit blanche et assez discrète malgré sa longueur, moi, je pouvais parfaitement la voir et la possibilité que ses parents la remarquent me mettait mal à l’aise. J’avais également gardé mes cheveux plats. C’était rare, mais je n’avais pas la tête à les coiffer. En bref, je ne me ressemblais pas du tout avec cet accoutrement, sans compter mes lunettes qui camouflaient mes disgracieuses cernes. Comment aurai-je pu dormir cette nuit, sachant pertinemment que ce diner allait être décisif pour notre couple? J’en avais mal au cœur…

Toutefois, je devais y faire face et y aller. Plus tôt nous y serons, plus tôt nous partirons de cet enfer. Pas question de passer la nuit là-bas. Dans le pire des cas, je retournais à la maison. Mes parents étaient repartis pour Tokyo, certes, mais au moins j’y serais en paix. Je quittai donc les sanitaires et entrai dans la chambre. Keitô n’attendait plus que mon retour visiblement. Il vint doucement m’embrasser et je le laissai faire.

- Prêt à y aller ?

Je répondis à sa question d’un simple mouvement de la tête. Il savait que je ne voulais pas y aller, donc il était évident que ma réponse était loin d’être empli d’enthousiasme… Cela dit, je déposai mes affaires sur mon bureau puis caressai le chaton qui ne me lâchait plus depuis mon arrivée dans la pièce. Si seulement je pouvais rester avec lui au lieu de me rendre là-bas… Si seulement j’étais aussi insouciant que cette petite boule de poils… Bon. C’était l’heure de partir et Keitô m’aida à enfiler mon manteau. Malgré ma froideur à son égard, sa dévotion pour moi restait sans faille… Pourquoi s’acharnait-il autant? Il allait devoir ouvrir les yeux et réaliser que ses efforts ne servaient plus à grand-chose…

Dans le silence le plus total, nous nous rendîmes jusqu’à chez lui. Plus nous nous rapprochâmes du seuil de la porte, moins je me sentais bien. Mon mal de cœur devenait de plus en plus intense, j’avais l’impression que mon estomac se tordait dans tous les sens. J’avais tout sauf des bonnes attentes pour ce soir… Néanmoins, le fait d’être avec lui me rassura un peu. Je ne serais pas seul.

Le guitariste frappa un petit coup avant de nous faire entrer. Sa mère ne mit pas de temps avant de venir nous saluer, rayonnante. Malgré mon humeur, je forçai un faible sourire et un léger « Bonsoir », question de rester poli. Comment sa mère pouvait rester aussi énergique ? Bref. Après nous avoir invité dans le salon, elle ajouta une dernière chose avant de définitivement retourner à la cuisine.

- Vous êtes magnifiques ! On dirait presque des mannequins ! Haha ! Allez, je retourne dans ma cuisine !

Des mannequins? Ce n’était certainement pas avec ma gueule d’enterrement et les sombres poches sous mes yeux que j’arriverais à être mannequin… Keitô me sourit, tout aussi découragé de sa propre mère. J’approuvai ses dires d’un autre mouvement de tête avant de le suivre dans le salon, où se trouvait son père et sa petite sœur. Une seconde fois, je forçai le sourire et saluai son paternel, qui se leva pour faire de même. Je déviai ensuite mon regard sur sa petite sœur, qui avait encore grandit depuis la dernière fois où j’ai eu l’occasion de la voir. Ouais… Je ne méritais pas que Keitô gâche sa relation familiale par ma faute…

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Mar 31 Jan 2017 - 17:59

Depuis notre départ de a chambre, voir presque de la journée, la douce voix de Heisuke parvient à mes oreilles. Cette pensée me torture et mon cœur se serre douloureusement en me rendant un peu plus compte qu’il ne m’adresse plus vraiment la parole. Tout ce que j’obtiens, c’est des mouvements de tête pour réponse et… ma réflexion sur les idées folles de ma mère ne fait pas exception à la règle… Que dois-je faire pour sauver notre couple Heisuke ? Je ne sais plus quoi faire pour nous garder la tête hors de l’eau même si, je sais que je serais capable de me noyer juste pour que Heisuke survive… Trop dévoué ? Peut-être, mais je me suis trop impliqué pour m’en sortir indemne si tout venais à finir…

Pensif, je retire mon manteau, mes chaussures et me dirige vers le salon où mon père nous attends patiemment. Heisuke lui « sourit » et le salue avant que mon père ne fasse la même chose pour l’inviter à s’asseoir sur le fauteuil voisin.


« Ravi de te revoir Kodoku-kun ! Je te prie de bien vouloir nous excuser d’avoir forcé Keitô à nous accompagner il y a deux semaines. Ce n’était pas correct de notre part de lui faire manquer ses engagements. »

Manquer mes engagements… Plutôt d’avoir balancé une boule de chantier sur un bâtiment en reconstruction oui ! Il pense que les études sont importantes, donc il s’excuse, mais il ne connait pas la véritable raison de mon refus de coopérer chez les Yorke. En plus, ce n’est pas à lui de s’excuser mais à ma mère. Après tout, celle elle qui a tout organisé avec Madame Yorke… Je les laisse discuter, les écoutants d’une oreille, pour aller prendre ma sœur dans mes bras. Elle est si adorable quand elle sourit comme ça et… elle m’aide à ne pas me laisser abattre. Promis Yumi, je tiendrais le coup quoi qu’il arrive !

Une ou deux minutes après, ma mère annonce que c’est bientôt prêt et que nous pouvons nous installer à table. N’ayant plus de chambre et n’étant pas seul, ma mère sait très bien que nous devons rentrer au dortoir après le repas, autrement dit que le dîner traîne en longueur. Ça m’arrange, même s’il ne m’en a pas fait part et que j’ai de plus en plus de mal à le cerner, je pense Heisuke est du même avis que moi.


« Allons-y dans ce cas ! »

Alors qu’ils se déplacent dans la salle à manger, juste à côté du salon, je dépose délicatement ma sœur dans son couffin. Après un dernier sourire de sa part, je me déplace à mon tour dans la pièce pour les rejoindre. Je m’assieds face à la chaise vide de ma mère, à côté de mon petit ami, attendant en silence le repas qui ne tarde pas à arriver.

« Et voilà ! Ce soir c’est Tumire Nabe ! J’espère que ça vous plaira ! »

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Mer 1 Fév 2017 - 6:26

- Ravi de te revoir Kodoku-kun ! Je te prie de bien vouloir nous excuser d’avoir forcé Keitô à nous accompagner il y a deux semaines. Ce n’était pas correct de notre part de lui faire manquer ses engagements.
- Ce n’est rien M.Heiki, vous ne pouviez pas savoir…

Y étant invité, je pris tranquillement place sur le fauteuil voisin du paternel de Keitô. Comme nous étions dans le secret, je jouai le jeu et fis comme s’il s’agissait bel et bien d’un devoir que nous étions censé faire ce jour-là. Si seulement ce n’était que ça… Je n’aurais pas aussi fortement réagi, franchement… Je ne dis pas si c’était la veille de la remise, mais nous étions vendredi soir, et toutes personnes me connaissant un minimum saurait que je ne fais jamais mes travaux à la dernière minute. Mais bon, ils avaient réussi à avaler cette excuse qui était, selon moi, un peu trop facile… En fait, depuis le début de notre relation, l’école nous servait à leur cacher nos ébats amoureux. Devoir par-ci, devoir par-là… Avaient-ils vraiment aucun soupçon à notre égard? Je me le demandais bien. Toutefois, ce mensonge allait bientôt prendre fin.

Tout en discutant brièvement avec son père, mes yeux dérivèrent sur Keitô, qui cajolait sa petite sœur. Cette vision me fit soudainement mal au cœur. Ce n’était plus une question à propos de ses sentiments envers moi, mais plutôt de ce à quoi nous étions destinés tous les deux. Étant un homme, je ne pourrais jamais lui donner une famille. Pourtant, à le voir s’occuper ainsi de sa petite sœur, il était évident qu’il ferait un bon père… Et moi, je le privais de cette opportunité, de ce futur. Peu importe… Que ce soit Tessa ou une autre… J’étais impuissant face à la réalité des choses. Des fois… j’aurais aimé être né femme… Ne serait-ce pour être à ses côtés, exposer notre amour sans crainte… Être socialement accepter de tous. Et dire que nous nous fichions de tout ça auparavant…

Mettant fin à aux tourments intérieurs qui m’envahissaient de plus en plus l’esprit, la mère de Keitô vint nous annoncer que nous pouvions passer à table. Silencieux, je suivis le père dans la salle à manger, précédé de mon futur ex-petit ami. C’était douloureux de concevoir la chose ainsi, mais cela était inévitable. Fallait voir les choses en face. Ses parents avaient tellement d’attentes envers lui… Ils étaient beaucoup trop gentils et ne méritaient certainement pas ça de la part de leur ainé.

Assis aux côtés de Keitô, face à son père, je restai silencieux les quelques secondes que mit la mère du guitariste à déposer le plat au centre de la table. Un pot-au-feu? Cela devait faire des années que je n’avais pas eu l’occasion d’en manger… Mon père aimait bien, mais ma mère n’en était pas très fan. Ce n’était pas assez gastronomique à son goût. Bref. Ma mère et ses goûts raffinés… Nous attendîmes que celle de Keitô prenne place avec nous avant d’éventuellement nous servir dans le grand plat.

- Itadakimasu…

Évidemment, fidèle à moi-même, je n’avais pas terriblement faim, voire pas du tout. Cependant, je ne pouvais pas simplement rester là à les regarder manger sans faire de même. Ce serait une insulte pour ses parents alors qu’ils m’invitaient pour se faire pardonner du souper chez les Yorke. Du coup, je sélectionnai que des légumes. Je craignais beaucoup trop de ne pas être apte à digérer le poisson et de le vomir plus tard dans la soirée. J’en serais mort de honte.

- C’est délicieux, Mme Heiki.
- Voyons Heisuke-kun! Ne sois pas aussi poli! Je t’ai déjà dit que tu pouvais m’appeler Cherry! Mais je suis heureuse que ça te plait!

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Jeu 9 Fév 2017 - 23:32

Que ça nous plaise ou non, ce n’est pas comme si nous avions vraiment le choix ! Heureusement pour nous, ma mère cuisine très bien et c’est presque toujours un bonheur pour les papilles. Mon sens olfactif m’annonce déjà que les risques de déceptions gustatives sont très minces. J’espère seulement que Heisuke ne va pas faire comme d’habitude et manger le moins qu’il peut…

Ma mère s’installe, nous prononçons tous simultanément le traditionnel « Itadakimasu », avant de commencer à se servir en légumes et en poisson. Du moins, c’est ce que mes parents et moi-même faisons, pas Heisuke…


« C’est délicieux, Mme Heiki. »

« Voyons Heisuke-kun! Ne sois pas aussi poli! Je t’ai déjà dit que tu pouvais m’appeler Cherry! Mais je suis heureuse que ça te plait! »

Comme je le redoutais, mon petit ami se fait une assiette composée uniquement de verdure… Elle a fait du poisson car elle m’a demandé ce qu’il préférait comme viande… S’il ne se sert pas, je le ferais moi-même !

« Oh Heisuke-kun ! Tu n’as pas eus de poisson ! Il n’y a pas que des légumes dans le plat ! »

Ah… Bah voilà, il s’est fait repérer par ma mère donc pour esquiver maintenant, je lui souhaites bien du courage.

« Là ! J’en ai trouvé un ! Approche ton assiette ! »

Je retiens à peine mon sourire en coin lorsque je me rends compte que, pour une fois, je me trouve un caractère commun avec ma mère. C’est donc d’elle que je tiens ce côté « vigilent » sur l’alimentation de mon entourage ? Enfin, entourage… Moi ça s’arrête uniquement à Heisuke, les autres, je m’en moque complètement de ce qu’il mange.

« Comment c’est passé votre journée ? Les cours ce sont bien passés ? »

« Bien, comme d’habitude. Pas d’exam pour ma part. »

Le « bien » était bien évidemment la réponse classique pour les journées de merde, dont tu n’as pas envie de parler, car les cours étaient ennuyants, ton petit-ami ne t’adresse pas un mot et t’ignore, tu t’es rendu compte en allant « décompresser » sur le toit que tu avais fumé plus que d’habitude durant la semaine et que ça te gonfle… Un paquet complet en une semaine… L’addiction a pris de l’ampleur et ça ne me plait pas du tout, dire qu’avant pour me calmer il me suffisait de pincer les cordes… Je tombe bien bas…

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Sam 11 Fév 2017 - 2:47

- Oh Heisuke-kun ! Tu n’as pas eu de poisson ! Il n’y a pas que des légumes dans le plat !

Merde… Je ne pensais pas qu’elle le remarquerait de l’autre côté de la table… Cela dit, je m’y attendais un peu, mais de la part de Keitô. Je sais qu’il scrute tous mes moindres faits et gestes et particulièrement mon alimentation… N’étant pas un gros mangeur de base, sans compter l’anxiété qui me déchirait les entrailles, il était un peu normal que je ne mange pas des tonnes… Et comme je suis limite végétarien, la viande n’était certainement pas le premier aliment que je recherchais pour combler mon très léger appétit. Voilà entre autres pourquoi je ne regagnais pas mon poids rapidement, comme tout être normal. Toutefois, maintenant que j’étais repéré par sa mère, je ne savais pas trop comment refuser et lui tendis mon assiette lorsqu’elle me le demanda. J’aurais pu prétendre un régime ou quoi que ce soit, mais Keitô savait très bien que ce genre d’excuse ne serait que mensonge de ma part et me démentirait…probablement. Si ce n’était pas elle, Keitô aurait fait de même alors autant me plier tout de suite. Je n’avais certainement pas la tête à m’obstiner.

- Merci; dis-je faiblement, vaincu.

Je redéposai délicatement l’assiette devant moi, fixant le morceau de poisson. Bien qu’il m’eût l’air délicieux, l’idée de l’avaler me filait la nausée. Heureusement, il n’était pas énorme… Dans le cas contraire, je m’imaginais très mal pouvoir le finir… Néanmoins, je restai de marbre. Je ne voulais surtout pas leur faire remarquer mon malaise.

- Comment c’est passé votre journée ? Les cours se sont bien passés ?

Keitô répondit brièvement à la question, comme à son habitude. Personnellement, je n’avais pas passé une très bonne journée… Je n’avais pas dormi de la nuit, Ogawa-sensei m’avait encore reproché d’être inattentif en classe et ce, malgré notre discussion la semaine dernière, et j’épargne le reste… Bref. Je fis comme le guitariste et prétendis que tout allait bien.

- En tout cas, je suis contente vous avoir tous les deux à souper ce soir ! En plus, je suis fière de voir mon fils aussi bien habillé ! C'est toi qui l'a conseillé Heisuke-kun ?

J’haussai un sourcil à la question. La seule fois où j’avais « réellement » conseiller Keitô sur sa tenue était pour le présenter à mes parents… et faire mon coming-out. Mais bon, je feignis un petit sourire pour ne pas paraitre rabat-joie.

- Heiki-kun n’a pas besoin de moi pour cela. Il est assez mature pour s’habiller correctement.

Je pigeai un brocoli fumant dans mon assiette alors qu’elle exprima, fortement, sa déception.

- Non ? Wow ! Je suis surprise ! Quand je vous ai vu arriver, j'ai tout de suite pensé que c'était le cas ! Il faut dire que tu es toujours bien habillé comparé à Keitô ! Je ne dis pas que tu t'habille mal Sweetie, disons juste que ton look est assez particulier~

Je mâchai mon brocoli en silence. Certes, Keitô avait un look « particulier », un peu gothique, mais personnellement, cela ne m’avait jamais réellement dérangé. Seuls ses cheveux violets et ses lentilles étaient de trop. Toutefois, ce n’était plus d’actualité depuis un bon moment déjà. Il était beaucoup plus attirant au naturel… voire même un peu trop. Bien qu’elles ne lui adressassent que très rarement la parole, plusieurs filles de l’universités avaient des vues sur lui. Heureusement qu’il n’était pas très social, car Tessa n’aurait pas été le seul de mes soucis…

- Enfin, s'il plait à ta petite amie, c'est le principal ! D'ailleurs... Peut-être allons-nous enfin savoir comment elle s'appelle ?

Perdu dans mes pensées, je mis un temps avant de réaliser qu’on me fixait du regard. Lorsque je levai la tête, les parents de Keitô avaient les yeux posés sur moi, espérant enfin obtenir le nom de la petite amie de leur fils. Évidemment qu’il me pose la question… je suis son « meilleur ami » après tout. Il était impossible que je ne sache pas l’identité de "celle" qui faisait battre le cœur de mon camarade…

- Tu l’as connais, Kodoku-kun?; me demanda son père.

Je jetai un vif coup d’œil vers mon voisin de table. Qu’avait-il dit à ses parents? Il leur avait dit qu’il avait une copine ou ses parents ne faisaient que le supposer? Je ne savais pas du tout quoi répondre à cette question…

- Euh… C’est une histoire compliquée… ; finis-je par bafouiller timidement.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Sam 11 Fév 2017 - 14:10

À côté de moi, la réponse à la question de mon père n’est pas des plus éloquentes. Je ne sais pas trop est-ce qu’il s’attendait avec une telle question mais… Ca a fait un beau flop ! Il devrait le savoir que ce genre de question se termine par un affreux blanc avec moi… Il a dû tenter sa chance par rapport à la présence de Heisuke mais vu son état – et le fait qu’il doit être un peu contrarié pour le poisson – c’était certain qu’il n’en ferait pas un long discours.

« En tout cas, je suis contente vous avoir tous les deux à souper ce soir ! En plus, je suis fière de voir mon fils aussi bien habillé ! C'est toi qui l'a conseillé Heisuke-kun ? »

Quel changement de sujet radical ! C’est presque passé inaperçu… Tu parles, c’est aussi voyant qu’un hippopotame dans une basse-cour ! Je tourne la tête vers Heisuke alors qu’il commence à parler.

« Heiki-kun n’a pas besoin de moi pour cela. Il est assez mature pour s’habiller correctement. »

Le voir sourire, ne serait-ce qu’un peu me fait légèrement courber le soin des lèvres. Même si je sais qu’il n’est pas des plus sincères, ça me fait du bien et… en même temps, un sentiment désagréable prend peu à peu place dans mon cœur… J’ai déjà ressenti ça avant, je suis en train de jalouser ma mère car elle obtient des réponses à ses questions… Mon regard se pose à nouveau sur mon assiette où j’attrape un morceau de poisson.

« Non ? Wow ! Je suis surprise ! Quand je vous ai vu arriver, j'ai tout de suite pensé que c'était le cas ! Il faut dire que tu es toujours bien habillé comparé à Keitô ! Je ne dis pas que tu t'habille mal Sweetie, disons juste que ton look est assez particulier~ »

Peu importe ce que tu diras sur ma façon de m’habiller, j’en aurais absolument rien à faire maman… Je m’habille comme j’en ai envie et ce soir, j’ai fait des efforts uniquement pour te montrer que je suis capable d’en faire, si on ne me force pas la main. Bon il y a aussi le fait que Heisuke soit présent et que ça aurait pu lui plaire mais… Je crois que c’est encore un coup d’épée dans l’eau.

« Enfin, s'il plait à ta petite amie, c'est le principal ! D'ailleurs... Peut-être allons-nous enfin savoir comment elle s'appelle ? »

Crispation totale, j’avale difficilement mon bout de poisson et pose mon regard sur ma démone de mère. Elle a osé ! Mais c’est quoi son problème sur le fait de vouloir absolument savoir avec qui je suis en couple ?! Heisuke aurait tout aussi bien pu être une fille, je ne l’aurais pas forcément présenté à mes parents. J’ai pas le droit d’avoir une vie privée ? C’est dingue ça qu’elle se sente le besoin de TOUT savoir sur ma vie sociale ! Je me tourne vers mon père, dans l’espoir d’obtenir un soutien mais…

« Tu l’as connais, Kodoku-kun ? »

… Il semble vouloir le savoir également et je ne peux plus rien faire à part regarder Heisuke, qui me lance un rapide coup d’œil. Il doit se demander ce que j’ai bien pu leur dire sur ma relation amoureuse… Mes parents sont loin d’être des idiots et, après notre vive discussion au retour de chez les Yorke, la dernière question venait de lui : « Est-ce que tu as quelqu’un dans ta vie ? ». Bien entendu, je ne suis pas doué pour les mensonges et je pensais que leur dire la vérité me permettrait de souffler alors, je leur ai simplement répondu que c’était le cas avant de quitter la maison pour rejoindre Heisuke… J’avais tellement peur de ne pas le trouver dans la chambre à mon retour, de l’avoir perdu à nouveau mais… il était là, attendant désespérément mon retour, prostré dans son lit… Je ne veux plus le voir ainsi… Si seulement je pouvais lui redonner le sourire à nouveau…

« Euh… C’est une histoire compliquée… »

Je retiens un rire nerveux. Compliquée ? Si tout notre entourage ne s’arrangeait pour la détruire, elle ne serait pas si « compliquée ». Tout allait très bien au début ! Juste lui, moi et notre musique… Maintenant, il a lui, moi, Senji, Tessa, nos parents et la société toute entière ! C’est si mal que ça d’aimer quelqu’un du même sexe que soi ? C’est un crime ?

« Compliquée ? C’est-à-dire ? Quelque chose ne va pas ? »

« Mum… Arrête ça… S’il te plait… »

« Pourquoi ? Je m’inquiète pour toi ! Je veux t’aider et rencontrer cette personne ! »

« Ça ne te concerne pas et ce n’est pas en- »

« Keitô. »

À la voix de mon père, je me tais immédiatement. Il a dû sentir que la suite n’allait pas lui plaire et que ma mère se serait peut-être transformée en dragon… Muet, j’attrape simplement un légume et l’enfourne dans ma bouche. Un lourd silence plane pendant quelques secondes avant que ma mère ne reprenne.

« Bon, et bien puisque je ne peux pas en savoir plus sur mon fils, j’en saurais peut-être plus sur notre invité ! Tu as quelqu’un dans ta vie Heisuke-kun ? »

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Sam 11 Fév 2017 - 16:56

Comme je m’y attendais depuis l’annonce de ce souper, le « fameux » sujet sur la vie de couple de Keitô arriva. Honnêtement, une petite partie au fond de moi espérait grandement ne pas avoir à y faire face… Mais cela était utopique de ma part. Avec sa mère, il était impossible de ne pas passer par là… C’était inévitable, tout comme le lourd sentiment d’inconfort qui m’envahissait davantage… Cela dit, nous n’avions qu’à faire comme d’habitude et prétendre n’importe quoi. Enfin… n’importe quoi… Techniquement parlant, il était vrai qu’entre nous deux, les choses étaient devenues assez compliquées, au point de nous épuiser autant sur le plan physique que psychologique.  Donc, je n’avais pas tout à fait menti à ce sujet…

- Compliquée ? C’est-à-dire ? Quelque chose ne va pas ?

Oui!! Quelque chose n’allait pas! Moi et Keitô étions aux premières rangées pour assister à l’effondrement de notre couple et ce, sans pouvoir rien y faire. Non… Nous avions essayé… Mais c’était en vain. Ça allait arriver un jour ou l’autre quoi qu’on y fasse et peu importe à quel point cela pouvait être douloureux… Cependant, même si l’envie de tout avouer pour, ne serait-ce, avoir la paix quelques secondes, je ne pouvais pas me permettre de perdre ainsi mon sang-froid. Ça ne me ressemblait pas… Toutefois, Keitô intervint dans la seconde suivante. Heureusement qu’il était là, car cette soudaine attention de ses deux parents sur moi m’avait pris au dépourvu. Je fixai donc mon assiette, plus ou moins concentré sur le bref échange entre le guitariste et se mère avant que son père intervienne à son tour, suivit d’un inconfortable silence.

- Bon, et bien puisque je ne peux pas en savoir plus sur mon fils, j’en saurais peut-être plus sur notre invité ! Tu as quelqu’un dans ta vie Heisuke-kun ?

Décidemment, malgré tout ça, elle n’était pas prête à changer de sujet. Enfin, presque… Pourquoi fallait-il nécessairement discuter de nos vies amoureuses? Elle ne voyait pas que nous en avions, visiblement, pas envie? Je m’apprêtai donc à répondre à la négative, désirant clore le sujet, mais l’idée de blesser Keitô avec une telle repartie m’en empêcha. Bien que je comptasse me séparer de lui dans les prochains jours, pas question de le faire ici et maintenant.

- Oui… ; finis-je par avouer.

Le regard de sa mère s’illumina à ma réponse. Je pouvais déjà sentir l’avalanche de questions qui allait en suivre. Au moins, contrairement au cas de Keitô, je pouvais inventer n’importe quoi puisqu’ils entendent parler de ma vie amoureuse pour la première fois.

- Vraiment ?! Elle s'appelle comment ? Oh ! Est-ce que ça ne serait pas... Tessa-chan ?

Cela dit, je ne m’attendais pas du tout à ce que Tessa soit évoquée à ce moment de la conversation. Déjà que je pensais l’avoir évité de justesse tout à l’heure, il fallait maintenant que ce soit « ma » petite amie. Bref… Je bloquai complètement à cette idée.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Sam 11 Fév 2017 - 22:02

Et c’est reparti ! Mon regard blasé croise celui de mon père, qui me fait comprendre de ne rien dire. Ça rime à quoi de le questionner de la sorte ? Elle ne peut rien savoir sur ma relation amoureuse et elle est frustrée donc elle jette son dévolu son l’invité ? Super ! Dommage pour vous, il n’y aura pas beaucoup plus de détails car nous avons un couple commun ! J’essaie de me calmer en mangeant ce que j’ai dans mon assiette mais la question qui a été posée m’inquiètes un peu… Va-t-il dire la vérité ou bien démentir toute relation amoureuse ? Je ne suis pas sûr de pouvoir supporter un déni actuellement alors j’espère qu’il…

« Oui… »

En temps normal, je m’en serais sûrement réjouit et senti soulagé mais lorsqu’en face de moi, je vois le visage de ma mère s’illuminer… Je ne peux que craindre la suite.

« Vraiment ?! Elle s'appelle comment ? Oh ! Est-ce que ça ne serait pas... »

Mes yeux s’arrondissent en même temps qu’elle marque son léger temps de pause. Non ! Elle ne va pas oser ! Ce n’est pas possible ! Le temps semble s’arrêter pour moi et je n’ose pas poser mes yeux sur mon petit ami. Comment va-t-il réagir si elle prononce son prénom après tout ce qu’on a dû subir ? Elle ne se rend pas compte de ce qu’elle va provoquer ! Arretes-toi ! Ne le dis-

« …Tessa-chan ? »

… Mes poings se serrent… Mes yeux se ferment en même temps que ma tête s’affaisse doucement … Mon esprit, mon sang et mon corps sont en ébullition et je ne sais pas ce qui me retient de hurler. Je prends des grandes inspirations et je tente de faire abstraction des regards posés sur moi. Un mot de plus et je crois que j’atteins ma limite !

« Sweetie, ça va ? »

Je reste silencieux car je sais que si je ne maintiens pas ma bouche fermée… Je vais littéralement exploser.

« Sweetie ? »

Ne m’y force pas et ne t’approche pas de moi… Ce n’est pas le moment de te lever, je peux te l’assurer…

« Keitô, réponds à ta mère, elle s’inquiète et moi aussi. »

Dans un chuchotement, à peine audible, je réponds que non, ça ne va pas. Evidemment, ça ne suffit pas à ma mère qui n’a pas compris ce que j’ai dis. Ok… Ils veulent m’entendre, très bien ! Ils vont être servit !

« J’ai dis NON ! Ça ne va pas ! Je commence à en avoir marre de toutes ses conneries ! Qu’est-ce que ça va changer que tu connaisses le nom de la personne que j’aime ? Qu’est-ce que ça va changer d- »

« Keitô ça suff- »

Je me lève d’un coup, les deux mains appuyées sur la table et les yeux rivés sur mon assiette.

« Non ! Cette fois je ne me tairais pas ! Ce repas a été organisé pour rattraper les erreurs qui ont été commises en me forçant à aller chez les Yorke. Vous voulez savoir pourquoi j’étais réellement en colère ce soir-là ? Tout simplement parce que JUSTEMENT j’avais des projets de prévu avec celui que j’aime ! »

Alors que les regards surpris et remplis d’incompréhension sont posés sur moi, je me rends compte que je suis partie trop loin pour m’arrêter. Tous mes problèmes s’achèveront ce soir où ne le seront jamais… Je me décale légèrement vers Heisuke et pose doucement ma main sur son épaule.

« Désolé Heisuke mais c’est trop dur de le cacher plus longtemps… »

Après une grande inspiration, je retrouve mon calme et plante mon regard dans celui de mes parents.

« Je vous présente Heisuke Kodoku. Mon petit ami. »

Bouche bée, mes parents me regarde comme si j’étais devenu fou. C’est sûr que là, j’ai fait fort… Haussez le ton face à mes parents, faire taire mon père et avouer le fait que je sorte avec mon « meilleur ami »… D’un air désolé, je regarde mon petit ami, qui doit se sentir vraiment mal à l’air actuellement.

Ma mère s’écroule soudainement et heureusement, du côté de mon père qui la rattrape en douceur. Elle ouvre les yeux presque immédiatement et échange un regard avec mon père.


« Tu es sérieux ? »

Ma poigne s’intensifie sur l’épaule de Heisuke et je réponds avec le peu d’assurance qu’il me reste. Ce n’est plus le moment de flancher, l’avenir de mon couple se joue ce soir…

« Plus que sérieux. »

« Depuis quand ? »

« Lors du voyage scolaire à Hawaii. L’année dernière… »

« Je vois… »

« Plus d’un an… Pourquoi Keitô… Pourquoi l’avoir caché aussi longtemps ? »

Cette question, je la craignais énormément car je ne savais absolument pas quoi y répondre. La crainte de leur réaction ? Un peu sûrement même si, au fond de moi, je savais qu’ils ne me rejetteraient pas pour ça, du moins… pas ma mère. Je sais qu’elle est assez ouverte d’esprit et qu’elle ne m’en tiendra pas rigueur mais, pour mon père… Ça risque d’être plus difficile à assumer.

« C’est… compliqué… Comme vous le savez déjà, je ne suis pas doué pour tout ce qui touche aux relations-sociales… J’ai dû mal à exprimer mes sentiments car souvent je ne les comprends pas. Je dirais, qu’au départ, je n’ai pensé qu’à mon bonheur de passer du temps avec lui, sans jamais penser à tout ce que cela pouvait avoir comme impact. Je l’ai compris lorsque je suis allée diner chez les Kodoku… Là, j’ai peut-être inconsciemment développer une légère crainte de vous l’avouer et… »

Je m’arrêtes un peu en repensant à tous les événements avec Senji, Tessa, les vacances d’été abominables que nous avons passés…

« … après il y a eu tellement de problèmes que vous le dire n’aurais juste servit à rien… Ça n’aurait eu aucun sens… Mais aujourd’hui, je me rends compte que cacher ma relation nuit plus à mon couple qu’autre chose. Il est ce que j’ai de plus précieux et je ne veux pas le perdre. J’espère que vous me comprendrez et accepterez ma relation… »

Lentement, je plie l’échine et attends le verdict de mes parents.

« Kodoku-kun. » dit-il d’une voix calme et presque froide. « Qu’en est-il de toi ? Es-tu sérieux envers mon fils ? »

Le souffle coupé, je redresse la tête pour voir ma mère aux bords des larmes et regarder mon père qui arbore un visage de marbre. Pas ça… S’il lui demande maintenant… Que va-t-il répondre ? Je baisse à nouveau la tête, les yeux fermés me préparant à sentir une lame me transpercer le cœur.

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Dim 12 Fév 2017 - 16:09

Alors que je boguais toujours sur le nom de Tessa, cherchant désespérément quoi répondre sans que ma voix tremble ou se casse, Keitô, lui, baissa la tête, les poings serrés. Je lui avais prévenu que ce souper n’était qu’une mauvaise idée… Mais il fallait qu’il s’obstine à prétendre le contraire et croire que tout allait bien aller... Ce n’était certainement pas le cas en tout cas. Inquiète de sa soudaine réaction, la mère du guitariste retourna immédiatement son attention vers lui, m’oubliant moi ainsi que ce pénible sujet de conversation. Visiblement en colère, Keitô répondit un faible « non » à sa figure maternelle, mais semblerait que ce fut un peu trop discret pour les satisfaire, elle et son père.

- J’ai dit NON ! Ça ne va pas !

Je sursautai silencieusement lorsque Keitô finit par élever la voix. Ce n’était pas son genre, surtout envers ses parents… La dernière fois que je l’avais vu ainsi fut le jour où Senji lui avait tout avouer. Autrement dit, il lui en nécessitait beaucoup pour péter ainsi les plombs, au point de même d’interrompre son père et de confronter son autorité. Pour tout avouer, ce Keitô me faisait peur… Je craignais qu’il lance ou brise quelque chose pour défouler sa colère.

- … j’avais des projets de prévu avec celui que j’aime !

Surpris par cette soudaine révélation, je levai les vers lui, remplit d’interrogations. Quoi? Il n’allait tout de même pas… Il déposa doucement sa main sur mon épaule alors que la panique commençait déjà à me submerger.

- Désolé Heisuke mais c’est trop dur de le cacher plus longtemps…

Non! Ne fais pas ça!! Savait-il seulement à quoi il s’exposait? Que comptait-il faire si ses parents décidaient de le refuser, de le renier !? Je ne pourrais supporter tout ça en sachant pertinemment que c’était de ma faute!

- Je vous présente Heisuke Kodoku. Mon petit ami.

Je sentis mon visage soudainement s’enflammé puis fixai mon amant, plus paniqué que jamais. Mais à quoi il pensait!? Il ne pouvait pas tout leur avouer comme ça, sans réfléchir aux conséquences! Je baissai ensuite les yeux vers ses parents, complètement abasourdis par cette choquante nouvelle. Ces derniers posèrent ensuite les yeux sur moi, avec dégout. Du moins, c’’était comme cela que je le concevais. Ils étaient en état de choc… au point tel que sa mère finit par tomber dans les pommes. Ça y est… J’avais tout ruiner… J’arrêtai ensuite de les écouter, complètement perdu dans mes pensées, dans mes remords… Je ne pouvais tout simplement pas croire la situation dans laquelle nous étions; situation que nous avons craint si longtemps pourtant. Je ne pouvais pas croire non plus que Keitô avait décidé de tout balancé, sans me consulter. Notre couple arrivait peut-être à sa fin, mais nous en étions toujours un. Bref… Cela n’importait plus réellement désormais, car il m’était impossible de le laisser sacrifier sa famille pour moi.

- Kodoku-kun.

Le ton froid du père me sortit de mes pensées et je levai la tête vers lui pour lui faire face.

- Qu’en est-il de toi ? Es-tu sérieux envers mon fils

Moi? Sérieux envers son fils? Cette question ainsi que son air si sérieux me firent rire nerveusement avant de retirer mes lunettes et, à mon tour, planté un regard tout aussi froid dans celui du fier paternel. Il osait vraiment me le demander?

- Pour tout vous avouez M.Heiki, je ne sais pas… Je ne sais pas ce à quoi vous entendez par sérieux, et j’aimerais avoir votre jugement à cet avis.

Cette question était ridicule. Cette façon de me regarder était ridicule. Cette situation était encore plus ridicule… Cette plaisanterie avait assez duré et si Keitô était pour tout exprimer ce qu’il avait sur le cœur, je ne voyais pas pourquoi on m’empêcherait de le faire également.

- Votre fils est, à mes yeux, la personne la plus extraordinaire de ce monde. J’aime tout de lui. Ses qualités, ses défauts, ces bonnes et mauvaises habitudes, sans compter son magnifique sourire, ses mimiques et j’en passe… M’imaginer vivre dans un monde sans lui m’est impossible… À un tel point que l’idée de le voir partir loin de moi me fait vivre des cauchemars et peut m’empêcher de convenablement dormir une fois la nuit tombé… À un point tel où le jour auquel je croyais m’être séparer de lui pour de bon, j’ai tenté de m’enlever la vie…

À la base, je ne voulais absolument pas que ses parents l’apprennent, car ils n’avaient pas à le savoir. Seuls Keitô, mon cousin et mes parents étaient au courant et c’était très bien ainsi. Sauf que, s’il tenait vraiment à savoir ce que Keitô représentait pour moi, autant tout mettre sur la table.  

- Si ce n’était que de moi, je garderais Keitô pour moi seul… Mais je l’aime beaucoup trop pour exiger cela de lui. Vous savez… Contrairement à lui, je n’ai jamais été très proche de ma propre famille et je me fichais bien de la réaction de mes parents à notre égard. De ce fait, j’ai catégoriquement refusé d’être la raison derrière une quelconque dispute entre vous et lui. J’ai toujours désiré son bonheur, et étais prêt à sacrifier le mien si cela était le prix à payer… Car je sais pertinemment qu’en tant qu’homme, je ne pourrais lui offrir un futur ordinaire…

Je pris une grande respiration avant de soupirer, cherchant à contenir ma frustration, puis me levai également, sans lâcher le paternel des yeux.

- Donc, sans vouloir vous offensez, est-ce assez sérieux, M.Heiki?; continuais-je d’un ton légèrement arrogant. Cela dit, je comprendrais votre désir de me voir quitter la vie de votre fils, et si tel est le cas, je quitterai Kobe et continuerai mes études à Tokyo.

Je concentrai ensuite mon regard sur la mère larmoyante de Keitô et adouci mon expression.

- Merci pour le repas Mme Heiki… Mais je regrette de devoir déjà vous quitter.

Je poussai poliment ma chaise avant de m’adresser, cette fois-ci, à Keitô.

- Pardonne-moi, Keitô. J’y pense depuis un moment et je ne pensais pas avoir à le faire ce soir mais… Il vaut mieux pour nous deux de tout arrêter maintenant… Je suis désolé…

J’attrapai mes lunettes sur la table et quittai la pièce en direction de l’entrée. Je savais que ce diner était une mauvaise idée.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Dim 12 Fév 2017 - 18:36

Dans cette position, alors que j’attends le coup de grâce, les secondes qui passent me paraissent des heures. La question de mon père est sûrement la pire qu’il pouvait poser à Heisuke car, à l’heure actuelle, elle est celle qui pourrait achever notre couple à l’agonie. Bien sûr que je m’en rends compte, jusque maintenant je ne fais que faire semblant d’être aveugle, alors que je voyais tout au travers du tissu noir serré autour de mes yeux… Comment aurais-je pu me battre en admettant que nous arrivions à la fin de notre histoire ? N’y avait-il vraiment aucun happy ending pour nous ? Je suis prêt à tout pour y croire mais cet espoir s’efface peu à peu.

« Pour tout vous avouez M.Heiki, je ne sais pas… Je ne sais pas ce à quoi vous entendez par sérieux, et j’aimerais avoir votre jugement à cet avis. »

Pitié… N’en dis pas plus… Mon cœur ne le supportera pas d’apprendre tout ce que tu penses réellement de moi… Que le temps s’arrête et revienne des mois en arrière… Que le temps nous rende tout ce qu’on a perdu… Que le temps perdu à essuyer nos larmes ne soit qu’un horrible cauchemar et se transforme en moment de bonheur passé en musique au pied d’un arbre… Rendez-moi le sourire que j’aime temps voir sur son visage…

« Votre fils est, à mes yeux, la personne la plus extraordinaire de ce monde. »

Mes yeux s’ouvrent en grands et je n’ose plus bouger alors que les paroles de Heisuke ont arrêté les battements de mon cœur.

« J’aime tout de lui. Ses qualités, ses défauts, ces bonnes et mauvaises habitudes, sans compter son magnifique sourire, ses mimiques et j’en passe… M’imaginer vivre dans un monde sans lui m’est impossible… À un tel point que l’idée de le voir partir loin de moi me fait vivre des cauchemars et peut m’empêcher de convenablement dormir une fois la nuit tombé… »

Alors que ses mots atteignent directement mon cœur et l’apaise de toutes les blessures accumulées au fil des mois, je le sens se serrer lorsqu’il évoque sa tentative de suicide… Il dit qu’il ne peut s’imaginer de vivre dans un monde sans moi et c’est exactement la même chose pour moi. Comment aurais-je pu survivre en apprenant que, plus jamais, je ne pourrais le voir sourire, attendre sa magnifique voix ou sentir la douceur de sa peau contre la mienne…

Silencieux, j’écoute toujours le discours de mon bien aimé, ma poitrine s’autorisant peu à peu à battre de plus en plus fort. Je me sens revivre… Etais-je tombé si bas pour me sentir ainsi ? Je ne sais plus quoi penser avec tous les aveux de l’élu de mon cœur.


« De ce fait, j’ai catégoriquement refusé d’être la raison derrière une quelconque dispute entre vous et lui. J’ai toujours désiré son bonheur, et étais prêt à sacrifier le mien si cela était le prix à payer… Car je sais pertinemment qu’en tant qu’homme, je ne pourrais lui offrir un futur ordinaire… »

C’était donc pour ça qu’il me rejetait ainsi ? Pour que j’ai un « futur ordinaire » ? Pourquoi avoir un futur dis ordinaire si c’est pour ne pas en être satisfait et vivre dans le mensonge ? Trop de japonais vivent dans ce mensonge et s’y conforte car c’est la « normalité ». Je ne le dirais jamais assez mais qu’ils aillent tous se faire voir !

Heisuke se lève et je me redresse enfin pour le regarder « défier » mon père.


« Donc, sans vouloir vous offensez, est-ce assez sérieux, M.Heiki? »

Il faut du courage pour oser défier son autorité mais, je crois qu’il en faut encore plus pour dévoiler de tels sentiments. En cet instant, j’en suis persuadé, personne ne pourra plus faire battre mon cœur que l’homme qui se tient en face de moi. C’est lui ou personne d’autre.

« Cela dit, je comprendrais votre désir de me voir quitter la vie de votre fils, et si tel est le cas, je quitterai Kobe et continuerai mes études à Tokyo. »

« Qu- »

Surpris par la tournure de sa phrase, je suis un peu sans voix alors qu’il remercie ma mère et annonce son départ. Il est sérieux là ?! Non, ce n’est pas possible, il ne peut pa-

Heisuke se tourne vers moi et je ne respire plus, je le regarde interrogatif et je n’arrive pas à comprendre ce qu’il s’apprête à me dire. Il déclare haut et fort son amour et là, il veut tout arrêter et il est désolé ? Ha. Haha ! Quelle blague ! S’il pense s'en sortir ainsi, comme un prince, il se trompe.

Alors que je commence à bouger pour le suivre, mon père essaie de m’arrêter en m’appelant.


« Peu m’importe ce que tu me diras, il est hors de question que je le quitte. »

Je vois mon père me sourire et hocher la tête en signe d’approbation devant ma détermination. Il m’accepte ? Vraiment ? Je n’ai pas vraiment le temps de le confirmer si je veux stopper mon idiot de petit ami, avant qu’il ne franchisse le seuil de la porte.

D’un pas rapide, je le rejoint dans le hall d’entrée et referme la porte du vestiaire où se trouve son manteau. Il proteste mais je ne l’entends pas, les yeux plongés dans les siens, je le bloque contre la porte. Ma main libre vient caresser sa joue et je lui dis d’une voix suave à l’oreille le fond de ma pensée.


« Si vous croyez qu’après une telle déclaration d’amour vous allez réussir à vous échapper, vous vous trompez fortement Heisuke Kodoku »

Ne lui laissant pas le temps de répliquer, je l’embrasse passionnément en le serrant contre moi. Si le temps ne ravive pas sa flamme, je le ferais s’embraser de tout son être avec mon cœur brûlant d’amour pour lui.

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Lun 13 Fév 2017 - 0:17

Lunettes dans les mains, il me servait à rien de les remettre tout de suite alors que mes yeux se remplissaient d’eau. J’avais l’impression de retourner en arrière, lorsque j’avais rompu pour la première fois avec Keitô. C’était douloureux… Très douloureux, mais c’était pour le mieux. Je ne saurais décrire le sentiment qui m’envahissait. Frustration, tristesse, déception?  Je ne pouvais trouver de mots pour décrire ce tourbillon d’émotions, cette tempête à l’intérieur de moi. Néanmoins, ce qui était fait est fait. Je n’aurais plus à me préoccuper de tout cela. Je pourrais enfin dormir sur mes deux oreilles sans cauchemarder encore une fois sur lui et Tessa… Pourtant, je ne me sentais aucunement soulagé par notre nouvelle rupture… J’avais même l’impression d’avoir un poids de plus sur les épaules.

Sans plus tarder, je repérai le vestiaire et l’ouvris afin d’y récupérer mon manteau. Toutefois, Keitô arriva derrière moi et le referma aussitôt. Bien évidemment, je protestai. Je voulais partir d’ici. J’en avais marre… Plus rien de me retenait ici. J’étais libre de partir…non? Du moins, ce ne sembla pas l’avis du guitariste qui m’emprisonna entre lui et la porte, plongeant ses yeux violacés dans les miens. Avec sa douceur habituelle, sa main vint caresser ma joue, ce qui réussit à me calmer un peu. Ne me touche pas comme ça… c’était déjà assez difficile ainsi…

- Si vous croyez qu’après une telle déclaration d’amour vous allez réussir à vous échapper, vous vous trompez fortement Heisuke Kodoku

Je ne pouvais répondre ou répliquer quoi que ce soit que ses lèvres étaient déjà sur les miennes dans un baiser rempli de passion. Bien que je posasse mes mains sur sa poitrine pour le repousser, j’en étais incapable. Il m’avait toujours été difficile de le faire, mais cette fois, je ne pouvais tout simplement pas. J’aurais beau tenter de me le convaincre encore et encore, mais il m’était impossible de renoncer à mon amour pour lui… Instinctivement, je resserrai son étreinte et répondit amoureusement au baiser. Mon cœur battait à toute allure et je ne remarquai même pas mes lunettes s’écraser au sol. Ils pourront dire ce qu’ils veulent, mais Keitô était le seul qui faisait battre mon cœur. Cela dit, je réussi à doucement le séparer de moi, le visage rouge pivoine.

- Kei… Nous sommes dans l’entrée… Tes parents sont tout juste à côté…; arrivais-je à faiblement articuler.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Lun 13 Fév 2017 - 12:15

Malgré le fait qu’il tente de me repousser, je ne me laisse pas abattre. Si mes mots pour lui prouver mes sentiments ne suffisent pas à lui prouver qu’ils sont réels, je lui ferais comprendre par mes actions. Alors que j’approfondis le baiser, Heisuke réponde au baiser et fini par serrer mon étreinte. Le bras appuyé sur la porte passe dans son dos, l’emprisonnant davantage contre moi.

Afin de le laisser respirer, je brise à contre cœur le baiser, lui permettant à peine de reculer car je déposais d’autres baisers au niveau de son cou.


« Kei… »

« Mm ? »

« Nous sommes dans l’entrée… Tes parents sont tout juste à côté… »

En effet… Dans ma légère transe, j’en avais presque un peu oublié ce détail… Je ne dirais pas que je ne me sens pas une légère gène mais il hors de question que je le lâche, car il est encore capable de s’enfuir.

« Je ne te lâcherais que si j’ai la promesse que tu ne vas pas t’enfuir une fois libéré. »

Je plonge mon regard dans le sien et, derrière son adorable gêne, je vois toujours de l’inquiétude. Il doute encore de notre avenir ou… ou bien c’est en rapport avec tout ce qu’il a dit devant mes parents et le ton qu’il a utilisé... Ça serait bien son genre de s’inquiéter pour ça.

« Ne t’inquiètes pas pour mes parents. Mon père ne m’a pas stoppé lorsque je t’ai suivi. Il a même souri donc… Je pense que tout va bien. »

Je caresse à nouveau son visage et lui fait un petit sourire.

« Je t’aime Heisuke, reste avec moi. Notre histoire ne doit pas s’arrêter ainsi. Jamais. »

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Lun 13 Fév 2017 - 21:20

À peine il relâcha mes lèvres qu’il s’attaqua à mon cou. Heureusement que je l’arrêtai en lui rappelant la présence de ses parents de l’autre côté, car je doutais réussir à l’arrêter autrement. Je connaissais suffisamment Keitô pour savoir qu’il était loin de vouloir me lâcher et ce, peu importe ce que je lui dirais. Il était déterminé à ne pas me laisser partir.

- Je ne te lâcherais que si j’ai la promesse que tu ne vas pas t’enfuir une fois libéré

Ses yeux dans les miens, je voyais bien qu’il était très sérieux. Toutefois, même s’il avait toute la volonté du monde, je ne pouvais rester. À la réaction de ses parents, surtout sa mère, je ne pense pas qu’ils puissent nous accepter tel quel. De plus, c’était sans compter le ton sur lequel je m’étais adressé à son père… Ce n’était pas mon genre d’exprimer autant d’insolence devant un ainé. Il y avait de quoi à avoir honte…

- Ne t’inquiètes pas pour mes parents. Mon père ne m’a pas stoppé lorsque je t’ai suivi. Il a même souri donc… Je pense que tout va bien.

Comme toujours, Keitô réussit à lire dans mes pensées et me rassura. Si son père l’avait laissé venir jusqu’à moi, alors cela changeait les choses… Je crois? Je ne voyais pas l’intérêt de le laisser me rattraper si c’était pour me demander de partir par la suite… À moins qu’il désirât me le dire clairement? Me demander de le quitter pour toujours comme je venais de le proposer? Cette possibilité m’effrayait et si c’était le cas, je ne pensais pas pouvoir le supporter. Confiant de son côté, Keitô vint à nouveau caresser ma joue, petit sourire aux lèvres.

- Je t’aime Heisuke, reste avec moi. Notre histoire ne doit pas s’arrêter ainsi. Jamais.

Je soupirai, vaincu. À quoi bon m’obstiner? Il était déterminé à ne pas me laisser partir avant que je lui promette de rester… Je n’avais plus le choix. Je devais me reposer sur lui, lui faire confiance pour la suite des choses. Du coup, je vins tendrement l’embrasser, approuvant ses conditions.

- D’accord… Je te promets de rester… Mais promets-moi de ne pas me quitter alors. Je t'aime aussi, Keitô... Plus que tout au monde.

Sans surprise, Keitô approuva avant de re-capturer mes lèvres. Sans chercher à le repousser, je répondis au baiser, le serrant contre moi. S’il refusait de me laisser partir, alors je refusais de le voir partir loin de moi; pas après tout ça. Nous nous l’étions déjà promis plus d’une fois, non? Après plusieurs secondes, Keitô libéra mes lèvres, satisfait… Du moins, pour le moment. Je savais bien qu’il désirait plus, mais la situation lui en empêchait… et avantageusement pour moi. Malgré tout ça, je restais tout de même réticent à lui dévoiler mon poids très… santé. Bref, Keitô se recula, n’ayant plus besoin de m’emprisonner, suivis d’un douloureux « Crack » … Craignant que ce soit bel et bien ce que je pensais, je baissai les yeux et vis mes lunettes meurtries au sol.

- …

C’était bien ce que je craignais… Une chance que je ne dépendisse pas d’elle pour voir, car la situation aurait été un peu plus critique. Toutefois, heureusement, j’en avais une paire de secours à la maison. Si le temps nous le permettait, nous pourrions arrêter par chez moi les chercher tout à l’heure. Ceci-dit, Keitô s’excusa, coupable, mais je le rassurai.

- Ce n’est pas grave. J’ai une autre paire à la maison.

Je lui fis un petit sourire avant de les ramasser et les ranger dans la poche de mon manteau. J’irais en acheter une autre paire pendant le weekend. Keitô ayant attrapé ma main, nous nous dirigeâmes ensuite vers le salon, où ses parents attendaient patiemment notre retour. Sans attendre, je me penchai poliment vers eux, particulièrement en direction de son père.

- Veuillez me pardonner pour mon insolence. J’ai réagi sous l’effet de la frustration et j’ai gravement manqué de politesse envers vous alors que vous m’aviez gentiment invité à diner ce soir. Je m’en excuse profondément.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Sam 18 Fév 2017 - 20:10

Heisuke soupire et je sais, à son expression, que j’ai gagné la plus importante des batailles. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, il m’embrasse avec tendresse et je ne saurais comment décrire l’émotion qui m’envahit. Mes rêves ne m’avaient pas mentit car les sentiments de bonheur et de joie qui m’avaient été volés, se trouvaient bien sur ses douces lèvres. Cependant, malgré mes baisers, je ne pouvais les atteindre car seul un baiser venant de lui pouvait me les rendre.

« D’accord… Je te promets de rester… Mais promets-moi de ne pas me quitter alors. Je t'aime aussi, Keitô... Plus que tout au monde. »

Un sourire s’affiche sur mon visage à sa demande. Ne venais-je pas de lui  dire en lui demandant de rester avec moi pour toujours ? Peu importe le nombre de fois, s’il en a besoin, je lui répéterais encore et encore la même chose car mes sentiments ne changeront jamais à son égard.

« Comme s’il m’étais possible de te quitter un jour. Tu es pour moi le premier et le seul amour qui mérite d’être vécu. Je promets ici, maintenant et pour toujours de ne jamais te quitter. »

Tout ça, je me l’étais déjà secrètement promis. Si notre couple devait se rompre, cela ne viendrait pas de moi et que je ne l’accepterais que si cela rendrait Heisuke heureux… Je ne fais pas souvent de promesses mais lorsque j’en fais, je ne les romps jamais. Afin de sceller notre promesse, je dépose à nouveau mes lèvres sur les siennes, le serrant contre mon cœur, à présent beaucoup plus léger.

Je brise le baiser et pose mon front contre le sien, l’espace de quelques secondes, afin de savourer l’instant. Heureux, je laisse échapper un soupire de bien-être avant d’enfin me reculer pour- *CRACK* Je me crispe au son et à la sensation sous mon pied… Pourvu que ça ne soit pas ce que je pense… Mes yeux se dirigent lentement vers le sol, alors que je déplace mon pied, afin de découvrir que je viens de détruire les lunettes de mon petit ami… Joli Keitô…

D’un air désolé, je m’écarte davantage et gratte l’arrière de ma tête, signe qui trahit ma gêne intense.


« Désolé Heisuke, je ne les avais pas vu et j’étais… enfin… désolé je ne voulais pas… »

« Ce n’est pas grave. J’ai une autre paire à la maison. »

L’élu de mon cœur me sourit et mon mal-être disparaît peu à peu. Il ne m’en veut pas, c’est le principal… Heisuke ramasse le cadavre de mon repose pied avant de le ranger dans son manteau. Prêts à retourner dans le salon, j’attrape la main de Heisuke et hoche la tête avant d’avancer à ses côtés. Alors qu’il se penche pour présenter ses excuses, je l’accompagne en courbant également l’échine, afin de le soutenir. Après tout, c’est moi qui l’ai poussé à le faire avec mon coming out improvisé…

« Relevez la tête tous les deux. » Je le fais en simultané avec ma moitié et observe mon père. « Ne t’en fais pas Kodoku-kun, ta réaction, je l’ai en quelques sortes provoquée pour te tester. Je ne nierais pas que je n’ai pas eus a beaucoup d’effort pour jouer la comédie mais… » Le regard sérieux et sincère de mon père croise le mien avant de reprendre. « … ce n’est pas à nous de décider qui tu dois aimer, peu importe notre avis… Si c’est ton choix, nous le respecterons. »

Dans sa voix, je sens bien qu’il a dû mal à encaisser la nouvelle mais c’est normal après tout. Apprendre que son fils aîné est en couple avec un homme, que l’héritage du nom de famille ne sera transmis à la génération future… Pour un Japonais, même ouvert d’esprit, ça fait beaucoup à digérer en une fois. J’incline doucement la tête et le remercie calme et soulagé.

« Merci de nous accepter… »

Un léger sourire aux lèvres, je me tourne ensuite vers ma mère qui se lève de sa chaise et s’approche de nous lentement. Elle a perdu sa grande énergie de tout à l’heure mais elle nous sourit avec douceur, les yeux légèrement brillants. Une fois devant nous, elle écarte les bras et nous enlace chaleureusement.

« Ne vous en faites pas pour nous et soyez heureux, okay ? »

Cherilyn Heiki se recule ensuite me regarde avec beaucoup d’émotions dans les yeux : joie, tristesse, fierté et surtout amour. Elle pose délicatement une main sur ma joue et la caresse en souriant tristement. Un léger pincement au cœur se fait sentir dans ma poitrine en la voyant ainsi mais je ne regrette rien à part une chose : Ne pas l’avoir fait plus tôt.

« Allez ! On se remet à table et on finit de manger ensemble ! En plus, sans vous, le dessert serait bien trop fade ! »

Je me tourne vers Heisuke et hausse les épaules avec un sourire, lui laissant plus ou moins le choix de notre départ ou non.

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1452
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Jeu 23 Fév 2017 - 6:50

- Ne t’en fais pas Kodoku-kun, ta réaction, je l’ai en quelques sortes provoquée pour te tester. Je ne nierais pas que je n’ai pas eus a beaucoup d’effort pour jouer la comédie mais…

Pour avoir été provoquée, elle l’a été… et pas à moitié. Honnêtement, je m’en serais passé. J’avais déjà une longue et pénible journée dans le corps, sans compter mon incroyable manque de sommeil. Ce n’était certainement pas en me confrontant que je porterais mieux. Toutefois, il ne pouvait pas réellement le savoir et je pouvais le comprendre dans un certain sens. Comme tout bon père, il ne souhaitait que le bonheur de son fils et voulait juger si j’en étais digne. Mon père avait fait la même avec Keitô, mais en moins… directe. Je restais tout de même un peu gêné que le tout se soit déroulé de cette façon. J’aurais aimé pouvoir mieux me préparer à cette situation, bien qu’au cours des dernières semaines, je m’étais convaincu que tout était fini…

- Merci de nous accepter…

Le soulagement dans la voix du guitariste m’apaisa un peu. Son père lui avait peut-être laissé le droit de me rejoindre, mais nous n’avions pas encore la certitude qu’il nous accepterait. Keitô restait leur seul héritier masculin après tout… J’aurais parfaitement compris les raisons de son refus. Sa mère se rapprocha doucement de nous et nous enlaça tendrement, visiblement émotive face à la situation.

- Ne vous en faites pas pour nous et soyez heureux, okay ?

J’approuvai d’un léger signe de la tête, gêné, avant de la regarder caresser le visage de son fils avec amour. J’étais heureux que tout se finisse bien. J’étais si paniqué tout à l’heure à l’idée que ses parents le rejettent par ma faute. Keitô ne méritait pas cela. Je ne méritais pas un tel sacrifice de sa part… Selon moi, je n’en valais pas la peine… pas après l’avoir autant fait souffrir. Sa mère nous invita ensuite à retourner la table avec enthousiaste. Mon regard croisa ensuite celui de Keitô, qui me demandait silencieusement si je voulais toujours rester ou si je préférais partir. Je lui fis un petit sourire moqueur.

- Nous sommes bien restés après que ma mère m’ait giflé… Je ne vois pas pourquoi on partirait maintenant.

Je serrai davantage sa main dans la mienne, me remémorant tout ce qu’on avait vécu depuis ces derniers mois. Mon propre coming out, les photos, notre séparation, ma tentative, et j’en passe… Et pourtant, malgré tout cela… Malgré mes incertitudes, mes anxiétés, mon attitude froide et sévère, Keitô n’avait jamais cessé de veiller sur moi. Vraiment, il était un imbécile. Un imbécile déterminé à ne jamais lâché cette main, à m’abandonner à la moindre embûche ou de simplement douter… Il avait continué de croire en nous alors que je m’y refusais, le repoussait, l’évitait… Je n’avais pas été un cadeau depuis juillet et j’attendis que ses parents quittent la pièce avant de m’excuser.

- Je m’excuse, Keitô… Je m’excuse pour avoir fui tout à l’heure et… D’avoir été aussi froid. C’est juste que, je… Pardonne-moi…

Il y avait tant de chose dont j’aimerais m’excuser, mais ce n’était ni le moment, ni l’endroit pour le faire. Valait mieux remettre ça à plus tard, lorsque nous serons que tous les deux… Nous rejoignîmes ensuite ses parents à la table afin de reprendre le repas où nous l’avions laissé. Je culpabilisai un peu pour avoir fait toute une scène plus tôt, mais sa mère trouva rapidement le moyen de détendre l’atmosphère. Ils nous posèrent également quelques questions sur notre vie de couple, sans toutefois être trop indiscret et heureusement… Je nous voyais très mal leur raconté nos moments de « tendresse »…

Suite au dessert, il était temps pour nous de repartir pour le lycée. Il n’était pas très tard, mais j’étais complètement exténué… et la tentation de m’assoupir sur le divan devenait un peu trop forte à mon gout. J’oubliai également l’idée de faire un détour par chez moi. Non seulement je n’en avais pas l’énergie, mais j’anticipais la réaction de Keitô… Vu ce qu’il était prêt à me faire dans le vestibule tout à l’heure, l’amener chez moi n’était pas la meilleure des idées. J’irai chercher mes autres lunettes demain, lorsque j’irais en acheter une autre paire.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 2406
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  Jeu 9 Mar 2017 - 18:21

« Nous sommes bien restés après que ma mère m’ait giflé… Je ne vois pas pourquoi on partirait maintenant. »

Mon sourire s’intensifie légèrement à ses paroles. C’est vrai que ça serait un peu idiot de fuir alors que la bataille est déjà terminée. Celle chez les Kodoku étaient beaucoup plus intense… Sa mère ne me supporte pas, sûrement encore moins depuis cet été, mais je pense que son père m’a bien accepté. Je n’en suis pas certain mais c’est l’impression que j’ai eu en croisant plusieurs fois son regard.

Main dans la main et mes yeux figés dans les siens, je sens que nous reformulons nos promesses et mettons derrière nous toutes nos mésaventures afin d’avancer. J’entends vaguement ma mère sortir une excuse pour quitter la pièce avec mon père. Depuis quand mon mère demande volontairement de l’aide en cuisine ? Bref, ça ne m’intéresse pas vraiment, elle fait ce qu’elle veut.


« Je m’excuse, Keitô… Je m’excuse pour avoir fui tout à l’heure et… D’avoir été aussi froid. C’est juste que, je… Pardonne-moi… »

« Tu n’as rien à te faire pardonner, je ne t’en ai jamais voulu. Pardonne-moi si j’ai été un peu… « brusque » par moment, je travaille encore sur… enfin… J’y travaille… »

Mes parents étant de retour, je n’ai pas vraiment pu dire sur quoi je travaillais. Avouer que je suis une bête sauvage et que mon nouvel attrait pour le tabac ne m’aide pas à garder mon calme par moment à mes parents… Ça sera pas pour tout de suite, je tiens encore à la vie !

Nous nous installons tous à table et le reste du repas se passe à merveille, comme si rien n’avait été dit, ou presque… Les questions sur notre couple et la légèreté dans ma poitrine prouvent que j’ai bel et bien dis tout ce que j’avais sur le cœur. C’était tout ou rien et heureusement pour moi, c’était la meilleure chose à faire et je suis sûr à présent que Heisuke restera à mes côtés, quoi qu’il puisse arriver.

Après avoir mangé le dessert et promis – une énième fois – à ma mère qu’elle verrait Chenille un jour, nous quittons le domicile parental le sourire aux lèvres. Je demande à Heisuke s’il souhaite faire un tour chez lui, pour ses lunettes, mais il semble trop fatigué pour se détour et nous rentrons directement à l’université. Honnêtement, je ne dirais pas que je suis déçu mais il valait peut-être mieux pour lui qu’on y aille pas… Qui sait ce que j’aurais pu faire en me retrouvant dans le lieu où… Mieux vaut ne pas trop y penser sinon je ne me contiendrais pas une fois aux dortoirs, gâchant ainsi tous mes efforts et je tiens beaucoup trop à lui pour ça. Je ferais tout pour le rendre heureux à nouveau, absolument tout !

---------------------------------

Japonais : Darkblue   /   Anglais : Darkred
~* Cookie MasKer *~      ♥~* KHK Love *~♥
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Un dîner pour se faire pardonner  

Revenir en haut Aller en bas
 
Un dîner pour se faire pardonner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: