Partagez | 
 

 Run,nigga,run ! [w/Isaak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Mar 28 Fév 2017 - 21:25

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

5h, vendredi matin.

Une main maladroite patauge dans les ténèbres pour éteindre l'alarme stridente du portable. Un corps ensommeillé se relève lentement. Il s'agit de Kyoya. Heureusement, aucun de ses colocataires ne semblait avoir été réveillé. Il n'avait pas envie d'attiser leur colère. Pourquoi se levait-il donc à une heure pareille alors qu'il avait plus de deux bonnes heures avant de se lever ? Bonne question. Soucieux de maintenir une bonne hygiène de vie, il allait faire un jogging dans le parc du lycée chaque mardi et vendredi après les cours.  C'était désormais une habitude pour lui et c'était plus devenu un plaisir qu'une corvée au fil du temps. Rien de tel que l'euphorie du coureur pour bien commencer la journée. Pas sûr que son futur compagnon pense la même chose.

Car cette fois, Kyoya ne serait pas seul. Il avait réussi l'exploit de convaincre Isaak de venir courir avec lui. Et de bon matin en plus. Enfin, convaincre était un bien grand mot. Officiellement, une discorde avait plus ou moins éclaté entre les deux amis à cause d'un désaccord  concernant une réponse du dernier contrôle de maths. N'ayant pas réussi à s’entendre, ils avaient décidé de voir qui aurait raison lors de la remise des copies. Pour ajouter du piquant, ils avaient décidé de donner un gage au perdant. Tout le monde ne s'amuse pas de la même façon. Au final, c'est Isaak qui était en tort. Isaak était donc contraint d'accompagner le sportif car il avait "perdu un pari". A l'exception de cette erreur minime, sa copie était parfaite et Kyoya ne pouvait qu'imaginer sa rage. Mais les règles étaient les règles.

Il avait longtemps réfléchi à un gage parfait sans le trouver. Il ne voulait pas lui donner de tâche humiliante ou dangereuse mais il voulait tout de même qu’Isaak souffre un peu. C'est ainsi qu'il avait pensé à l'emmener avec lui pour un jogging dans le parc. Et puis , ça ne pourrait pas lui faire de mal de courir un peu ...

Déjà presque entièrement réveillé, Kyoya prit un stock de barres énergisantes diététiques avec lui. Il prendrait le petit-déjeuner plus tard mais en attendant, il ne voulait pas risquer l’hypoglycémie. Après cela, il fit sa toilette et enfila sa tenue complète . Son camarade n'en aurait sans doute pas mais tant pis, ce n'était que l'histoire d'une fois après tout. Il doutait qu'Isaak veuille retenter l'expérience après le parcours que Kyoya lui avait concocté. Malgré tout, il était presque content de partager ce moment avec son ami, même si celui-ci risquait de le ralentir plus qu'autre chose.

Le jeune sportif alla se placer dans le couloir en attendant Isaak, en profitant pour faire un étirement complet en bonne et due forme. Surpris que l'allemand ne soit toujours pas arrivé à la fin de son petit échauffement, il consulta son e-montre. 05h45 ! Ils étaient censés être partis depuis cinq minutes. Peu patient, il décida de se rendre en L-1 directement pour voir ce qu'il en était.

Il ne prit même pas la peine de toquer, au cas alarmant où son camarade serait encore au lit. La pièce était encore plongée dans le noir. Mauvais signe. Très mauvais ça. Il entrouvrit la porte et hésita quelques instants avant du chuchoter agressivement.

«Oi, Schwartz , espèce de larve ! J'espère pour toi que t'es réveillé, on est censé être déjà partis, là. »

Non, non, même pas un petit bonjour, ça va, t'a bien dormi ? . Il était comme ça Kyoya. Et cela ne changeait en rien pas ses sentiments positifs à l'encontre d’Isaak, bien qu'une personne extérieure puisse penser l'inverse.  




(c) Kuroko's Basket RPG


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Mar 28 Fév 2017 - 22:22

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
0,25. Il m’en fallait pas plus pour m’éveiller à n’importe quel moment de la nuit, de l’aube, bref, quelque soit l’heure, il n’y a bien que ça qui me faisait rager dans toute cette histoire. Je reste un humain, et même en maths, ou l’exactitude doit être de mise, et qui est ma meilleure matière avec la physique, je ne suis pas toujours à mon meilleur en permanence ! D’ailleurs, un « premier de la classe » n’a pas nécessairement toujours les meilleurs résultats non plus, c’est plutôt un statut ingrat, ce « titre » ! Enfin, dans tous les cas, je ne suis pas vraiment mauvais perdant, mais ce que j’ai « gagné » suite à ce déficit de 0,25 point ne me fait pas franchement plaisir. J’ai pour habitude d’honorer mes paris, et ça tombe bien, car en l’occurrence, c’est bien la seule façon que Akame pouvait trouver pour me faire courir avec lui, de bon matin, à l’occasion de son jogging matinal. Autant ce n’est pas du tout l’aspect « de bon matin » (comprenez 5h45) qui me rebute, mais vraiment celui de devoir courir alors que… comment dire ? Vous m’avez regardé, deux minutes ? Non, je n’ai pas nom plus de problèmes de cholestérol à mon âge, ni de diabète, et je ne suis même pas obèse, n’empêche que j’ai pas la silhouette d’un sportif. Je suis atrocement mou, et je ne comprends toujours pas ce que les profs de sports me veulent quand il me disent « Schwartz, plus de tonicité ! » ? C’est quoi, faut que je boive plus de Gin Tonic ? Mais c’est pas censé être pas hyper compatible avec le sport, ça ? Bref tout ça pour dire… 0,25. A ça près, je ne me serais pas agacé tout seul devant ma copie, en croisant les bras, en tournant le dos, et en prononçant des « maiiieuuuuh ! pas cool ! nan, veux pas courir-euh ! » comme un enfant de 3 ans. Tu parles qu’Akame s’est marré et n’a pas oublié de me le rappeler toutes les heures nous séparant de ce fameux jogging… Si Alina avait assisté à la scène, elle aurait insisté pour venir avec nous, d’ailleurs. J’ai des amis formidables, hein ! L’autre poil de carotte rouge m’aurait presque envoyé des SMS toutes les heures pour me rappeler son gage débile, s’il avait pu !

Enfin… C’est lui qui n’est pas prêt. Pas prêt à me voir.. bah, prêt à l’heure, déjà, et pas prêt à vraiment se faire chier pendant une heure à se trainer une otarie en surpoids qui courre avec la grâce d’une huitre (oui, le registre est très marin, ce matin, mais ça, c’est car je vais m’échouer lamentablement). Il perdra patience le premier ! Haha ! Bref, fin paré à lui montrer que je suis homme (lol) à tenir mes paris, j’ai sauté du lit en entendant le réveil de mon portable, et fonce me mettre en survèt', la douche attendra mon retour en revanche car je crois que… Bah, que y’aura du boulot, sans rentrer dans le détail. En revenant dans la chambre, je reste un moment sur mon portable, n’allumant pas les lumières et restant silencieux histoire de ne pas réveiller Dovick et Summer.. Mais c’était sans compter sur la voix tellement mélodieuse de mon camarade qui ne prit pas la peine de frapper. EN levant les yeux au ciel, je m’empresse d’aller ouvrir, l’air réveillé, avec un joli sourire de bon petit connard sur le visage. Sourire qu’il me renvoie bien, d’ailleurs (parfois je me demande un peu si on a pas changé nos landeaux de place à la naissance).

« Sinon quoi ? Ça va faire 15 minutes que je t’attends, vieux. »

Bon, d’accord ça en fait 5. Mais je multiplie par 3, qui est le chiffre de mon âge mental actuel. Bref, en vérifiant que j’ai bien tout ce qu’il faut, à savoir de quoi boire et grignoter éventuellement, je sors de la chambre, sans trop prendre la peine d’observer la tenue d’Akame qui aura vite fini de me faire passer pour un tocard, avec mon sweat à capuche et mon pantalon pas mal has-been. Le street wear c’tait classe avant que je sois cool, visiblement.

« C’est toi qu'es pas prêt, en fait. T’es pas prêt à t’emmerder une heure à attendre que la larve bouge son gros cul. Tu vas demander d’arrêter le massacre le premier, et je pourrais retourner lire tranquille sur un banc, pendant que tu finiras de courir partout ! » Je mets mon portable dans la poche à fermeture de mon haut, tout en continuant de faire l’andouille. « Quoique, si t’es gentil, je tiendrais le chronomètre ! »

En fait, j’aimerais juste encore éviter de courir et d’être accessoirement un gros boulet pour mon pote, car c’est vraiment la dernière des choses dont j’ai envie. Enfin, passons. Nous voila dehors, et l’air du matin est franchement agréable, le seul hic, bah, c’est qu’il va falloir courir, dans très peu de temps. D’un air plus résigné que tantôt, je tourne le regard vers Kyoya.

« Bon, bah… C’est toi l’chef, chef. »


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Mer 1 Mar 2017 - 0:58

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

Isaak l'attendait depuis 15 minutes ? C'était donc Kyoya le fautif ? Il l'accepta avec un certain seum. Il se sentait presque mal qu'Isaak ait attendu et se soit fait grogner dessus pour rien. Il était pourtant presque sûr qu'ils étaient censés se retrouver dans le couloir. Enfin bref, passons!

« C'est sûr que te voir te bouger les miches c'est une vue à laquelle je suis préparé . » répliqua-il sur le même ton. Au fond, il n'y croyait toujours pas, mais il comptait faire en sorte qu'Isaak apprécie un tant soit peu l’expérience. Il n'espérait pas le mettre au sport non plus, faut pas rêver... « Me sous-estime pas , Schwartz c'est moi qui vais te pousser a fond et te faire suer jusqu'a ce que tu me supplies a genoux . » Une des caractéristiques que Kyoya appréciait le plus chez son ami, c'était de pouvoir lui lancer ce genre de répliques caustiques sans devoir lui expliquer l'ironie derrière. La plupart des gens ne comprenaient pas ou , pire encore , s'énervaient pour de bon . Isaak plaça son portable dans la poche de sa veste avant de reprendre. « Tenir le chronomètre ? Mais c'est que t'a de bonnes idées dis-moi, tu t'améliores ! Enfin une tache a ta portée! Si ça peut te donner l'illusion d'être utile alors soit, ça me va ! »

« Bon, bah… C’est toi l’chef, chef.»  annonça l'allemand avec , il semblait , un peut plus de résignation.


«J’espère que t'a pris ta Ventoline poupée,  parce que tu vas avoir du mal à t'en remettre . » affirma Akame, avant de me lancer dans la partie théorique, vu que la partie physique, c'était pas trop le truc de son interlocuteur. «Courir à jeun va destocker ta glycogène et forcer ton corps à puiser dans les graisses l’énergie nécessaire . C'est ce qu'il y a de plus rentable mais aussi de plus risqué. La base c'est l'hy-dra-ta-tion avant, pendant et après l’effort. L’échauffement, c'est fondamental aussi. Je t'ai préparé un petit étirement a ma sauce dont tu me diras des nouvelles, on fera ça une fois sur place. » Un sourire sardonique barra son visage à cette simple pensée. Il l'avait concocté en silence depuis presque une semaine. «C'est conseillé de ne pas courir plus d’une heure , pour toi on va en faire que cinquante du coup. Faut aussi éviter les efforts trop intensifs quand on n’a pas l'habitude. Fin bon je me fais pas de souci sur ce point-là. » fit-il remarquer. Il voyait mal son pote s'esquinter la santé au sport. «Et enfin , il faut bien s’alimenter après la séance pour reconstituer les réserves. Fin ça, c'est si tu as été un bon garçon ~ Des questions ? Pas de questions ! » conclut-il en frappant dans ses mains.

Il se sentait presque comme un prof de sport, ce qui n’était pas déplaisant en soit. Il hésitait toujours entre devenir professeur de sport ou de mathématiques. Il aimait tout autant été le jeune Takagi avec ses devoirs qu'essayer d’intéresser Isaak. La filière scientifique serait sans doute mieux vue par sa famille. Mais en voyant les copies et le désintérêt de la plupart de ses camarades pour les chiffres, il avait presque envie de s'arracher les cheveux. Le voilà bien avancé. Bref, ce n’était pas le moment de toute façon. La vraie problématique était : comment  faire comprendre à son ami qu'on peut prendre autant de plaisir à courir qu’à calculer ...? Cela semblait impossible. En combinant les deux peut être ?    

« Bon, contrairement à ce que tu peux penser, la course à pied  n'est pas qu'un sport inutile, éreintant et insensé . C'est en réalité assez ... mathématique.  »  Si il l'avait noyé sous le flot d'informations, le mot "mathématique" devrait suffire le faire remonter à la surface en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. « Il est important d'être en situation d' endurance fondamentale . Rien ne sert de courir comme un lapin sous ecsta, ça  te cassera plus qu'autre chose. Il faut gérer ta course pour optimiser ton rendement musculaire et cardiaque. » expliqua-il « Le coureur est considéré en endurance fondamentale tant que le taux d’acide lactique dans son sang est faible . Il doit être inférieur à 2mmol par litre de sang. Ce taux augmente en fonction de ta vitesse. Plus tu vas vite, plus il est élevé en gros. Capiche ?  Le coureur est en endurance fondamentale jusqu’à 75% de sa Fréquence Cardiaque Maximale.  LA FCM, c’est le nombre maximum de battements que ton cœur peut faire en une minute. Plus t’es sportif et plus elle est basse. L’endurance fondamentale est incontournable pour un entraînement efficace. Sans elle, pas de progrès. Rien n’empêche le coureur de choisir des allures inférieures à 75%. En endurance, l’allure n’est jamais trop lente, au contraire, elle est souvent trop rapide. En adoptant des allures de courses comprises entre 60% et 75% de ta FCM t'es très bien aussi. A vue d'œil je dirais que ta FCM est d'environ 200...  »

Selon l’estimation, il fallait donc qu'il atteigne une fréquence cardiaque d'environ 140 battements par minute et que sa vitesse constante soit entre 6 et 9 km/h ... Faisable a priori non ? Il ne lui semblait pas à Kyoya qu'il en demande trop. Il n'annonça pas ses chiffres à haute voix, espérant qu'Isaak décide de les calculer lui-même par curiosité. Il s'agissait de termes assez techniques qui ne serviraient probablement pas à un coureur du dimanche mais si il voulait allumer ne serait-ce qu'une infime étincelle d’intérêt chez Isaak il allait falloir qu'il y mette le paquet.

Sa logorrhée le laissa presque déjà essoufflé. Bien de montrer l'exemple !

« T'a tout assimilé ,  le Prodige, on peut y aller ?»





(c) Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Mer 1 Mar 2017 - 12:32

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Rien qu’à son regard (et ça n’a rien à voir avec son sourire de requin), je sens qu’il est en train de méditer sur la façon la plus appropriée de me faire suer (en toute amitié). Attends, le supplier à genoux ? Chacun son kink, hein, mais j’avoue que c’est pas trop mon truc, à moi, ce genre de délires. Non, je pense qu’il est parti loin, là, et le voir en espérer autant me fait hausser les sourcils d’un air circonspect. Isaak is not impressed. Non, et je soutiens ce que j’affirme, je préférerais mille, au moins 15000 fois lui tenir le chronomètre et glander sur le côté du chemin ! Ce serait tellement bien ! Mais, non, je ne crois pas qu’il m’épargne, sinon, il aurait potentiellement perdu son temps.

Bref, je le suis, et il va commencer à me faire son topo. Et en bon élève, je me prépare à lui prêter toute mon attention. Non, parce que faut pas croire, c’est pas parce que c’est lié au sport que ça m’intéresse pas : je suis toujours ravi d’apprendre des nouveaux trucs, même si ça ne concerne que les pets de mouche. Comme il commence à me parler de ventoline, je sourie en coin : je suis tout de même assez chanceux pour ne pas avoir de problèmes de santé majeurs de ce genre ! Ayant été attentif en cours de bio, j’avais déjà quelques motions de ce qu’il me raconte, la glycogène, les graisses, puiser dans les réserves pour transformer l’énergie, tout ça, ce n’est pas bien complexe, et je connaissais le processus. C’est des notions basiques, mais je ne le coupe pas, par respect parce que je comprends le plaisir de transmettre quelque chose, et que je me doute qu’il va approfondir ses explications. Et.. Oh, non, pas les étirements. Je suis raide comme un balais dans un cul, moi. J’ai des trop grandes jambes et ça me frustre que mes bras arrivent qu’au milieu de mes tibias (à peine) à chaque fois (mais si vous voulez mon avis, la taille des mes jambes est pas mon seul soucis, là). Si je boude sur les étirements, je continue à l’écouter, jusqu’à ce qu’il en vienne a des considérations plus mathématiques et physiques. Parfait. Et effectivement pas de questions, jusque là.

Tout ça reste très intéressant, et pendant qu’il m’explique je fais mes calculs dans ma tête.. 50 minutes pour environ une demi-douzaine de km/h ? KEUWA ? Bon, je sais que l’auto-apitoiement c’est pas bien, mais il espère vraiment que je puisse tenir une telle performance ? Je crains qu’il ne me surestime. Tout ça pourrait me donner des vertiges, mais je n’ai toute façon pas vraiment la chance de me dégonfler. Je hoche la tête pour lui faire comprendre que oui, j’ai bien tout pigé.

« Compris, compris. Jusque là, c’est des sciences-physique, quoi. »
Fis-je, l’air peu impressionné, conformément à mes habitudes. Néanmoins, il s’est donné du mal pour bien me faire son topo, alors je ne vais pas non plus faire l’ingrat total. « M’enfin, c’était intéressant, ton exposé. La théorie c’est dans mes cordes, mais je pense pas que ça va rigoureusement s’appliquer pour autant une fois sur le terrain. »

Parce que la science a beau détenir une bonne part de vérité, il y a pas mal de chose (notamment dans mon cerveau) qu’on ne peut pas espérer d’expliquer scientifiquement… Comme le fait que ce n’est pas parce que la méthode du petit sportif d’Akame a sorti des chiffres que je vais juste entrer les données par mes oreilles, et que mon corps va se mettre en marche tout seul pour reproduire le processus espéré.

« T’oublies que je suis un gros traine savate, et.. » Je me lance dans l’imitation d’une voix de lycéenne niaise clichée sortie d’un anime nul. Quoique, on en a beaucoup, de ce genre de bécasses, dans le coin, quand même. « Je trouves que tu mises beaucoup trop d’espoir sur moi, coach ! » Bref, on arrête ici l’imitation. « Mais bon. J’suis prêt. »

Fis-je, sans bouger d’un poil, et mes mains déjà fourrées dans mes poches. Il va vraiment s’ennuyer à devoir courir à ma cadence, sans rire, je me demande bien pourquoi tout ça semble tant l’éclater… Bah, Alina non plus n’avait pas l’air de s’ennuyer tant que ça, quand elle m’a appris des trucs sur le foot (même si je refuse de croire que je ne suis pas totalement envahissant pour tous ces gens là, haha). Dans tous les cas j’imagine qu’il va me demander de copier ses gestes pour l’échauffement. A tout hasard, et pour presser les choses (histoire que ce soit plus vite terminé, hein), je lance, à tout hasard.

« Bon, combien de pompes ? »
Je prends un faux air de gamin fier, en drassant les 5 doigts de ma main gauche. « Mon record, c’est 5 ! »

Bah, oui, c’est de la merde, mais je sais pas mentir, moi !


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Mer 1 Mar 2017 - 13:41

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

Isaak affirma que les explications de son ami furent intéressantes, mais il ne semblait pas pour autant plus motivé. Enfin bon, Kyoya savait que Schwartz s'exécuterait sans trop se plaindre. Il détestait les chochottes. Son imitation d'une bécasse toute droite sortie d'un shojo particulièrement débile. Cela arracha un rire au jeune sportif. Schwartz était aux antipodes de l'image mentale que l'on pouvait se faire de la fille d'anime niaise. Il demanda ensuite combien de pompes il aurait à faire avant d'annoncer son record avec une fierté enfantine feinte. Kyoya haussa le sourcil. Malgré le ton burlesque, il avait comme l'impression que ce chiffre était assez proche de la réalité.

«Attends t'es sérieux mec ? » demanda-il, réellement surpris, sans intention de moquerie, pour une fois. « Bref , laisse tomber , y'a pas de pompes au programmes de toute façon . Tu remettras ton record en jeu une autre fois. »

Trop basiques les pompes. Son programme était plus original, plus complet et plus rigoureux.

«Allez , go ma gow ! » répliqua-il sur le même ton de Mary Sue agaçante.

Il s'élança à une vitesse raisonnable. Ils ne faisaient rien d'illégal mais s'ils étaient trouvés en train de courir près des bâtiments aussi tôt. Une fois qu'il fut aux alentours du parc, il commença à accélérer, tout en se restreignant pour ne pas perdre Isaak. Il n'y avait qu'une centaine de mètres entre le bâtiment des dortoirs et le parc. Rien de bien méchant.

Kyoya ralentit l'allure progressive au fur et à mesure que le parc se rapprochait. S'arrêter d'un coup était une erreur de débutant. Il ne s’enquit de l'état d'Isaak et commença les explications si tôt qu'il fut arrivé. Il voulait tout de même le brusquer un petit peu.

« Alors pour la seconde partie de l'échauffement on va faire des étirements activo-dynamiques : Ischios-jambiers , abducteurs , mollets , quadriceps , ceinture scapulaire et fessiers . Pour chaque groupe musculaire, 10 secondes de maintien environ puis une phase de travail actif contraction/relâchement.  » commença-il avant de se dire que ça ne devrait pas paraître concret à son ami.

« Je vais te montrer . On va commencer par les Ischios-jambiers : Tu tends la jambe avant,  le talon en appui au sol.  Ensuite tu pousses vers le bas, comme si tu écrasais quelque chose sur ton talon. Puis la phase active : Tu alternes les positions jambe droite/ jambe gauche et vice-versa. . La synchronisation des bras est importante : si la jambe gauche est devant, le bras droit est armé en opposition. » précisa-il, connaissant la maladresse d'Isaak « Ensuite , les abducteurs : Tu écartes les jambes , puis tu fléchis la jambe droite , puis la gauche pour étirer l’intérieur des cuisses.  Puis pour la phase active tu alternes les sauts pieds joints/pied écartés sur place. »

Il lui laissa quelques secondes pour tout enregistrer et reprit.

« Les mollets :  Jambe arrière tendue, jambe avant fléchie, buste droit. Puis pour la phase active, tu sautes sur place, jambes tendues, pointe de pied vers le haut. Appui avant pied, puis tu rebondis. Le quadriceps : tu me fais un petit talon-fesse, en gardant le buste bien droit. Pour la phase active, tu fais la même sur 10 mouvement pour chaque jambe. Pour la ceinture scalpaire ,tu mets les bras au-dessus de la tête, tu places ta main derrière la tête entre les deux omoplates. Et tu fais le moulin, bras tendus pour la phase active. Et enfin, le fessiers : tu te mets debout contre un appui et tu te ramènes le genou vers la poitrine. Pour la phase active, tu fais des montées de genoux, 10 mouvements à chaque jambe en gardant le buste droit. Allez, je te regarde. » conclut-il.





(c) Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Jeu 2 Mar 2017 - 0:31

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Evidemment, les pompes c’est trop classique, j’aurais du m’en douter. Puis apparement, ça ne doit pas être « assez » pour ce qu’on me prépare. Dans tous les cas, ce tour de chauffe va commencer par du trottinage jusqu’au parc. Comme Kyoya partit devant, je décidais toutefois d’aller à mon rythme de tortue, sachant pertinemment qu’il est inutile de forcer. Et je ne dis pas ça pour en faire moins, mais mon camarade sera le premier à m’en faire la remarque si je vais au-delà de mes capacités, s’il a la même conscience que tout à l’heure, quand il m’expliquait des choses. Je suis plus où moins rassuré quand je m’aperçois qu’il ne m’attend pas trop non plus, mais me surveille, plutôt. C’est déjà ça. Je n’aime définitivement pas courir, mais au moins, on n’eut pas dire que ce soit douloureux ou pénible pour le moment. Si je suis malgré tout un peu essoufflé en arrivant au parc, je n’ai encore rien vu. Je n’étais vraiment pas prêt pour la suite. Je sais qu’Akame est du genre à ne pas faire les choses à moitié (et je ne peux que compatir pour le meilleur et pour le pire, à ce niveau), et me propose donc l’échauffement en version marathon d’intégrale (sauf que pour la métaphore, lui fait ça en HD sur plasma screen, et moi, sur le canal hertzien de la télé à tube cathodique de papy). Je veux bien savoir plus ou moins où sont les muscles dont il cause, mais je vais avoir besoin d’une démonstration. Et j’imagine que mon boulot va être de l’imiter. Aller, concentration maximale. Le topo me paraissait long et je crois que s’il me filmait, il fera pas mal, de vues sur Youtube, mais quand faut y aller.

« T’es vraiiiiiment pas obligé de regarder, hein. »


Bah, il va devoir surveiller, de toute manière. Je soupire, sans plus commenter, puis fronce les sourcils en revenant à un état concentré, pour tout me re-mémorer. En commençant à reproduire les exercices qu’il me montrait par dix secondes, je manquais de m’emmêler les jambes sur les ischio-jambiers et me rattrapais à un banc à l’âme charitable. Ensuite, ce fut le tour des… haha, des trucs où faut sauter. D’habitude je ne tiens pas trop à mon service trois pièce, mais le perdre de cette façon en retomber inconfortablement, j’en suis tout à fait capable, et ce serait assez ballot. Bre,f j’évite d’y penser et commence à faire la série d’abducteurs en sautant sur place, ce qui, si l’opn transpose par le dialogue à donné :

« Un, deux, tr-aaaeeeeuhhh ! »
Bonjour gazon, je sens qu’on va être bien potos, aujourd’hui. Hop, on crache de l’herbe. « Quatre, cinq, si- IH ! PUTAIN DE CAILLOU ! » J’ai roulé dessus. Pas d’bol, hein ? « Sept, huit, neuf.. Di- OH MERDE A LA FIN-- » J’ai cru que j’allais pouvoir rester debout au dernier, mais j’ai emêlé mes pieds, et me voila encore dans les plantes.  « DIX. »

Je me relève avec virulence et passe directement à la suite, sans prendre garde aux brins d’herbe qui envahissent progressivement mes cheveux déjà partiellement en pétard. Les mollets, donc… Allez, c’est les derniers sauts. je crois ? S’en suit un numéro assez semblable au précèdent, et on pourra pas me reprocher de passer l’éponge au premier échec. Une fois cette seconde édition d’olympiades des gamelles clôturée, je passais à la suite. Oh, gloria, du talon-fesse. Je suis presque heureux, tant cet échauffement me semble paradisiaque à côté des deux précédents. Mais c’était trop court. Après, je dois faire tourner mes bras. Oh, ça semble pas trop dur non plus mais, j’imagine qu’avec mes multiples ramassages de tronche par terre, je m’étais rapproché de mon camarade, et comme à 18 ans, j’ai toujours du mal à gérer la longueur de mes bras (loin d’être incroyable hein), et donc, le dos de ma main rentre droit dans la face d’Akame qui m’avait bravement faire la démonstration.

« Oups. »
J’étais pas à fond, j’imagine qu’il va survivre m’enfin, je m’arrête quand même avec un air un peu concerné, bien qu’un peu amusé par la situation. « Ouhla, ça va ? Euh… du coup, à ton avis, j’étais à la bonne vitesse ? »

Ou comment essayer de se rattraper tout en demandant « est-ce que ma main t’a arraché la tronche ? ».  J’avoue, y’avait environ 75% de vanne dans cette remarque. Enfin, après m’être assuré de l’état d’Akame et fait quelques pas plus loin pour continuer, je termine par mes fessiers (c’est là qu’on peut lancer la musique sexy de film du samedi soir sur les chaines adultes). Et je… Me souviens plus trop, là, le coup de la « baffe » m’a un  peu tiré de ma concentration… Non, parce que je vais pas me mettre en position caca et twerker, non plus. Ah ça y est, ça me revient. Bref, je deux séries de m’exécute et fais mes deux séries de 10 secondes, arrivant enfin au bout de la première étape. Et je suis vivant. Bon, j’en doutais pas, mais je suis surpris de n’être au moins pas trop essoufflé.

« Bon, bah ce qui a le plus morflé c’est ta joue, en fait ! Au dernières nouvelles, je suis encore vivant.. C’était prévu comme ça jusque là, ou c’est après, que je rampe par terre ? »


Je reprends quand même un peu mon souffle en m’appuyant sur mes genoux, et dé-zipe la fermeture de mon sweat à capuche, dévoilant un T-shirt avec un énième motif de matheux avec écrit « CQFD » de manière stylisée. Bref, je m’égare.

« T’as prévu quoi comme tour, d’ailleurs ? »

Dis-je, plus curieux, en balayant le parc autour de nous. Le campus était vaste, c’est vrai qu’il y a de quoi bien jogger. Mais encore une fois, je vais m’en remettre à mon « prof » de la matinée.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Ven 3 Mar 2017 - 1:18

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

T’es vraiiiiiment pas obligé de regarder, hein.
« J'sais bien , je fais ça pour mon plaisir personnel , va. Jouissif. » ricana-il

Ce n’était pas un mensonge. Sans méchanceté, c'était assez comique de voir Isaak s'emmêler les pinceaux et se retrouver à bouffer le gazon. Kyoya ne s'autorisait à rire uniquement car son ami ne semblait pas réellement blessé. Avait-il mal expliqué les exercices ? Les mouvements de son camarade n'était qu'un ersatz de ce qu'il attendait ... Bah, on ne peut pas être bon partout pensa-il avec une pointe d'arrogance. Le karma fit bien son travail, ce jour-là. Alors qu'il travaillait la ceinture scapulaire, Isaak mit accidentellement un soufflet. Il riait moins maintenant, et porta sa main à sa joue. Ça l'avait plus surpris qu'autre chose, mais ça n'en restait pas moins désagréable. Si seulement il avait pu être filmé à ce moment-là, un zoom sur son visage stupéfié aurait fait une belle image.

« J'vais pas avoir mal pour si peu tsk . En ce qui concerne ta vitesse, ouais ouais ça va. Et si tes muscles ne te brûlent pas, c'est que t'a mal fait mes exos. Ce n’est pas trop ce que j'avais montré.  Chanel vs Wal-Mart , en somme. » maugréa-il, déçu que son plan n'ait pas si bien marché finalement.

Schwartz conclut l'échauffement avec les fessiers. Kyoya aurait bien voulu lancé une réplique mais il n'avait rien à dire. C'est à peine essoufflé qu'il défit la fermeture éclair de sa veste, laissant apparaître un t-shirt de nerd. Le sportif avait beau faire le boudeur, il ne put contenir un sourire en coin. Il n'en attendait pas moins de son ami.
« Un tour basique, on va juste faire le périmètre du parc. Peut-être une autre chose si tu tiens la cadence. A 100% je suis sur du 16km/h donc je suis censé être autour des 12km/h mais je ne vais pas t'abandonner comme ça ! Je vais rester à côté de toi pour te soutenir grâce à la magie de l'amitié ! C'est pas beau ça ? » annonça-il, dévoilant un de ses sourires style Dents de la Mer. « Allez , assez déconné.   »

C'était presque frustrant pour Kyoya de ne pas dévoiler tout son potentiel mais comme il l'avait précédemment affirmé, il ne laisserait pas Schwartz derrière. Il inspira l'air frais du matin, content d'être là avec Isaak au fond. Il n'y avait pas que le vitesse et les records qui comptaient. Il s'efforça de ressentir le plaisir de courir juste pour courir. Sa couse était fluide et son souffle régulier, cela semblait si naturel pour lui. On ne pouvait pas en dire autant d'Isaak (désolé). Kyoya gardait sur lui un œil qu'il espérait discret.





(c) Kuroko's Basket RPG


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Ven 3 Mar 2017 - 10:59

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Bien sur, que mes muscles me font un peu mal, mais je ne vois pas l’intérêt de m’en plaindre, surtout que c’est tout à fait normal après un effort. Enfin, l’autre a bien le droit de croire ce qu’il voudra, moi, ça me fait marrer de le voir se donner tant de mal dans son rôle d’entraineur un peu sadique. Au moins, je ne lui avais pas fait mal (en même temps, je suis certain que même s’il était en PLS par terre avec le nez cassé, il me dirait toujours que ça va), donc j’étais majoritairement rassuré. C’est au moins ça de gagné. Oui car je vais pas en mener très large dans les minutes à venir, quand il va falloir courir. Mais comme d’habitude, j’irais à mon rythme. L’autre m’explique subtilement qu’il sera largement plus rapide que moi mais.. Qu’il ne va pas m’abandonner pour.. euh, quoi ? Ah, oui, ça veut juste dire qu’il va me surveiller pour voir si je vais pas faire la sieste pendant qu’il ne regarde pas. Roh, tout de même, c’est mal me connaître que penser que je fais les choses à moitié. D’ailleurs, en voulant bien faire je vais peut-être aller au-delà de mes possibilités, mais est-ce réellement une mauvaise chose ? Ses remarques sur l’amitié digne d’un shonen me font glousser grassement, cependant. Ce serait presque mignon, à force, tout le mal qu’il se donne pour jouer la comédie dans cette matinée. Enfin, j’avais déjà remarqué qu’il avait ce genre de réflexes, et je peux comprendre, m’enfin, je ne vais pas partir dans des analyses psychologiques de comptoir.

« Roh, arrêtes,  Naruto, tu vas m’faire vomir, avec ta mièvrerie ! »
Je me prépare donc à commencer à courir derrière l’autre qui vient de partir, sans oublier de lui lancer un : « T’en fais pas pour moi, va à ton rythme, je vais pas me perdre ni me sentir abandonné ! »

Et je pars donc à mon tour, à une allure bien tranquille pour au moins tâter le terrain. Je suis plusieurs mètres derrière l’autre et ne me figure pas immédiatement qu’il me surveille comme j’observais le paysage, ou me concentrais sur mes pieds (bah, oui, faut bien trouver à s’occuper… on va regarder les nuages, tiens, jolis les nuages, huhu, c’est à cause d’eux que petit, je voulais être « le monsieur qui présente la météo à la télé », et cette intervention est totalement inutile et hors sujet). En relevant le visage vers l’autre, je vois qu’il s’est déjà éloigné un peu plus. Bah, normal, vu l’éléphant qu’il y a derrière. Et qui… me surveille « furtivement ». Oui, vive les guillemets, car niveau discrétion, je crois que Summer est plus efficace. Alors qu’il pense peut-être que je ne l’ai pas vu, je lève le bras pour lui faire « coucou » avec un sourire mielleux qui fiche bien la honte. Oui oui mon ami, je suis là, je ne suis pas encore mort, que t’es mimi de t’inquiéter, héhé. Bon, par contre, il est bientôt fini, ce tour ? Tu parles , j’en suis toujours pas au quart… Aaaaaaah.



LIS-MOUAAAAHHH:
 

---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Sam 4 Mar 2017 - 15:44

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

Kyoya ricana à la remarque de son interlocuteur et couru sur quelques mètres avec les bras en arrière, à la façon du célèbre anime. C'était plutôt inefficace et inconfortable en vrai. Ça le ralentissait plus qu'autre chose.  Ça devait être ridicule à regarder aussi, maintenant qu'il y pensait. Au fond, il ne l’assumait mais plus jeune, il avait eu sa période Naruto. Les vieux mangas et goodies qui prenaient la poussière dans son grenier en témoignaient. Il se garda bien de le faire remarquer à son camarade.

De toute façon, il savait qu’Isaak ne se perdrait pas. Il voulait juste garder un œil sur lui au cas où il lui viendrait l’idée de lambiner. Il arrêta assez vite et se recentra sur son ami qui progressait plus lentement derrière lui.  Kyoya pensait être assez discret. Encore une fois il se mettait le doigt dans l’œil. Observer les gens furtivement, ce n’était pas son truc apparemment. L'allemand le salua, un sourire jusqu’aux oreilles, lui indiquant qu'il l'avait bien vu. Gêné, il détourna le regard et fit semblant de regarder un truc sur le côté. Comme si Isaak n'allait pas voir clair dans son jeu. Pourquoi fallait-il qu'il fasse toujours des trucs idiots quand il paniquait ?

A force de ne pas regarder devant lui il ne finit pas trébucher sur un rocher du pied gauche. Malheureusement, il eut le « bon » réflexe de tenter de se rattraper avec son  pied gauche. Il aurait sans doute été mieux de simplement s'étaler par terre et subir quelques rires. Son pied entra en collision avec le sol de côté. Son métatarse en prit un coup mais ce qui subit le plus, c’est sa cheville qui se tordit à un angle bizarre. Il poussa un cri aigu qui pourrait lui valoir le surnom de fillette mais s’efforça de ne pas s’arrêter.

«Bordel ! » grogna-il.

Isaak était juste derrière, il avait forcément vu ce qui venait de lui arriver, mais Kyoya fit comme si de rien n’était, comme s’il allait bien, n’osant pas se retourner pour voir la réaction de son pote. En tant que grand pratiquant de basket, sport de contact et de pivot, il connaissait bien ces symptômes et ce n’était pas la première fois qu’il les subissait. Une entorse bénigne, plus communément appelée foulure.  Il avait connu pire. Un des ligaments externes de sa cheville s’était simplement étiré, sans rupture. La douleur était supportable en serrant les dents et la cheville conservait sa mobilité. Rien de grave en somme, il ne voulait pas annuler leur sortie pour sortie pour « si peu ».  Il savait cependant que dans peu de temps sa cheville enflerait et que ce serait encore plus dur de courir. Il ralentit considérablement pour se mettre au niveau d’Isaak.

«Je vais rester à tes côtés en fait, Sasuke, c’est trop dur sans toi !  » mentit-il.

La vérité c’était juste qu’il ne pouvait déjà plus assumer son précédent rythme. Et ça allait empirer.  Il poussa une sorte de cri de douleur étranglé qu’il tenta de masquer en toussant. Pas très trompeur.

« Il fait un peu frisquet ici,hein ! Tu trouves pas ? »

Il fit mine de s’étonner, comme pour justifier sa toux. C’était assez malaisant en réalité, surtout que ce n’était pas son habitude de faire des remarques inutiles comme ça.

Il se massacrait l’intérieur des joues de ses dents pointues, inspirant puissamment par le nez avant de retenir ses plaintes. Dire qu’ils étaient loin d’avoir fini … Allez, c’était le moment de faire le héros d’animé et de se dépasser malgré l’insoutenable souffrance. Enfin, ça, c’était sur le papier. Ça avait l’air tellement plus facile lorsqu’il était installé devant son écran. Allez, détermination ! Ne te focalise pas sur la douleur, fais pas ton fragile. D’autres ont enduré bien pire …

Il prit la précaution d'éviter le regard d'Isaak , les yeux fixés sur ses lacets.


(c) Kuroko's Basket RPG


Dernière édition par Kyoya Akame le Dim 5 Mar 2017 - 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Dim 5 Mar 2017 - 11:14

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Comme Kyoya fait l’andouille en faisant comme si ne rien était, je me marre intérieurement et tire un sourire narquois, pour ensuite me concentrer sur le paysage qui défile (lentement, très lentement, je ne suis toujours pas Speedy Gonzales). Mais pendant que j’avais la tête ailleurs, j’entends un cri de Castafiore venant de devant moi, qui aurait bien été capable de casser un verre ou deux. Je tourne immédiatement la tête vers le rouquin, car je ne vois pas bien qui d’autre aurait pu crier. J’hésite entre m’inquiéter et miser sur le fait que mon camarade fait encore l’imbécile quand ce dernier ralentit au point d’arriver à ma hauteur, et de compléter ma blague de merde de tout à l’heure.  Mis à part le fait que j’aime pas vraiment être l’emo kikoolol dans cette histoire, je ne suis pas plus rassuré que tantôt, car, certes, il avait envie de m’ennuyer ce matin en me faisant courir, tout en me riant au nez, mais je ne piges pas bien le fait qu’il ait soudain ralenti. Merde. Il s’est peut-être fait mal ce con, et serait capable de le cacher.

« Si tu t’es fait mal et que tu le caches, je te tue. 'Bruti. »


Dis-je avec une fausse menace de mort, bien entendu, je suis en pleine « course », alors je ne peux pas vraiment surveiller mes mots, mais le message est clair. S’il commence à s’esquinter juste pour faire le fanfarron, ça ne va pas passer. Aussi, désormais, je ne le quitte plus des yeux, et surveille le moindre détail qui pourrait me mettre à la puce à l’oreille et… Bingo. Le voila qui gémit en tentant de cacher sa douleur, et en boitillant légèrement. Ahah ! Quel con, il croyait m’avoir comme ça. Je ralentis pour m’arrêter, et pose un regard plus sevère sur lui.

« Vieux, va t’asseoir, bordel ! C’est quoi ? Tu t’es tordu la cheville ? »
Je croise les bras, l’air fortement mécontent. Je sais que c’est super hypocrite, car je serais la premier à prétendre que tout va bien si l’on me coupait les deux jambes. « Ça m’est arrivé en sport, et Alina, enfin, Cuesta, qu’est dans notre classe, m’avait dit que fallait surtout pas appuyer dessus quand t’avais mal, et de juste attendre que ça passe. Tu veux avoir l’air d’un abruti à boiter pendant une semaine et pas pouvoir faire de basket ?! »

Oui, je fais à moitié la morale et en plus je joue sur la corde sensible, c’est naze, mais c’est que je me fais du soucis. De plus, j’ai pas du tout envie qu’il prenne ce risque de se priver d’une de ses activités favorites, même temporairement. Je le prends par le bras sans vraiment le ménager, mais en faisant quand même attention à ne pas le brusquer (s’il se fait encore mal, là, j’aurais l’air con), et le fais s’asseoir sur la pelouse, tout en m’asseyant également à côté de lui, tout en continuant à grogner en « gmbl pov cretin grmblblbl ». Encore une fois, je suis de très mauvaise foi, et je mériterais des baffes, mais je suis inquiet, donc merde, hein.

« Grmbl. Rah. Alors ? » Fis-je entre deux grommellements d’ours mal réveillé, histoire de m’informer sur l’état de l’autre, tout en me massant la nuque pour me calmer. « .. J’peux faire quelque chose ? »

S’il a besoin que j’aille chercher un truc pour la douleur, moi, au moins, je peux marcher sans risques (et courir aussi haha), même si j’aime pas trop l’idée de le laisser seul, car il pourrait s’en aller gambader de nouveau.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Dim 5 Mar 2017 - 14:37

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

« Si tu t’es fait mal et que tu le caches, je te tue. 'Bruti. »

Sa voix était teintée de menace mais c’était uniquement parce qu’il s’inquiétait. Kyoya se sentait mal car Isaak avait tout de suite vu clair dans son jeu. Il s’efforça cependant de continuer sa piètre mascarade.

«Mais naaaan, ça va, t’inquiètes. »

Il détestait se plaindre et cachait toujours sa douleur aux autres, qu’elle soit physique ou émotionnelle. Mais Isaak aussi était comme ça et il devrait donc être capable de le déceler. Bien qu’il garde les yeux rivés sur le sol, Kyoya sentait le regard brûlant de son ami sur lui, à la recherche de sa moindre défaillance. Il ne tarda pas à remarquer les signaux de douleurs qu’il ne pouvait pas masquer. Isaak ralentit et finit par s’arrêter. Intrigué, le blessé l’imita, secrètement soulagé de pouvoir reposer sa cheville.

« Vieux, va t’asseoir, bordel ! C’est quoi ? Tu t’es tordu la cheville ? »

Eh merde. Son numéro n’avait pas tenu cinq minutes. Issak attendait sa réponse, les bras croisés et le regard noir. « Ça m’est arrivé en sport, et Alina, enfin, Cuesta, qu’est dans notre classe, m’avait dit que fallait surtout pas appuyer dessus quand t’avais mal, et de juste attendre que ça passe. Tu veux avoir l’air d’un abruti à boiter pendant une semaine et pas pouvoir faire de basket ?! »

Outch. Avec le basket, il avait touché à son point faible. Il y avait brièvement pensé mais avait repoussé cette pensée au fond de son esprit. Mais il savait que sa voisine de chambre avait raison. Il n’avait pas été malin à forcer. Avant qu’il ne puisse répondre, Isaak l’agrippa brusquement pas le bras et le fit s’assoir dans l’herbe en maugréant. Ce n’était pas très compréhensible mais Kyoya pouvait en deviner le contenu.

« ... J’peux faire quelque chose ? »

« Hm… honnêtement je crois pas, c’est qu’une entorse bénigne … » répondit-il, tout penaud. Il retroussa le bas de son pantalon pour voir l’état de sa cheville. Pas beau à voir. Ça avait déjà commencé en enfler et rougir. Une ecchymose avait également fait son apparition. Il essaya de se rappeler de la procédure qu’il avait déjà suivie.  « Alors… Il faut arrêter immédiatement le sport en premier lieu et mettre la cheville au repos … » Il passa vite à la vite, craignant une remarque d’Isaak « Surélever le membre blessé … ensuite on est censé refroidir ça avec une poche de glace et bander la blessure. En cas de douleurs y’a des antalgiques en vente libre en pharmacie. Et si ça persiste faut consulter un médecin.  »

Il se sentait coupable de leur gâcher la matinée à cause de leurs conneries. Si j’avais accordé plus de confiance à Schwartz, ça serait jamais arrivé. « Mais je t’assure que ça va, j’ai connu pire, on peut continuer. C'est supportable » dit-il en tentant de se relever.  Sa cheville ne supporta pas le soudain poids de nouveau placée sur elle se déroba. Kyoya s’agrippa à l’épaule de Schwartz juste à temps pour ne pas se ramasser la gueule. « Hm , comme je le disais , ça va … T'en fais pas pour le basket , je gère. »


(c) Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Dim 5 Mar 2017 - 15:48

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Au moins, il ne se relevait pas direct juste par orgueil mal placé. C’est déjà ça. Je le laissais observer sa foulure tout en me calmant dans mon coin (faut vraiment que j’arrête aussi stréssé de la vie), et il commença à m’annoncer un diagnostique. Je soupire, ne sachant que répondre. Pourquoi fait-il l’imbécile si en plus il sait très bien de quoi il s’agit, et comment arranger la chose ? Peut-être pour ça, justement. Bref, c’est un peu un cercle vicieux. Surélever le membre endolori, donc ? Ca devrait pouvoir se faire. Je le crois volontiers quand il dit que ce n’est pas grave, après tout, c’est lui le spécialiste. Mais j’aimerais autant attendre 5-10 minutes, au moins pour être sur que ça désenfle rapidement comme cela devrait se passer si ce n’est pas grave.

« Dans ce cas on a qu'à— »

… « Rester assis », c’est ce que j’allais dire, mais l’autre veut déjà se relever, et je me redresse aussi, bien décidé à le ramener par terre, mais sa cheville s’en charge très bien elle-même. Je me remets à grogner quand il se raccroche à mon épaule, et inspire un bon coup pour ne pas m’agacer contre lui pour rien.

« … Eh, écoutes, je sais que c’est pas grave. Mais ça va pas te tuer de te poser 5 ou 10 minutes, en attendant que ça aille mieux, non ?! »
On a tout le temps du monde, en plus. « Ça me dérange pas d’attendre, moi je m’en fous, sérieux.. Par contre si tu fais le con et que tu te retrouves avec une attelle parce que t’en a trop fait, ça va devenir pénible. »

Pendant ce temps, je retire mon sweat à capuche, pour le plier et le placer en dessous de la cheville de l’autre (comme si ce RP n’était pas encore assez crypto-gay, oui, je suis bien d’accord avec vous).. Bah, oui, il a bien dit qu’il faut surélever le truc, non ?

« On se pose juste 10 minutes, et on continueras autant que tu veux après. Histoire d’être sûrs. »


Dis-je, sur un ton se voulant diplomatique, mais je crains que je ne laisse pas vraiment le choix à Kyoya, en réalité. Oui, je suis pénible, il pourra bien me le dire.

« Ça me dérange pas. »

Ajoutais-je, insistant (relou, quoi), histoire que l’autre soit fixé. Je ne suis pas en train de me dire des trucs du genre « beuuuh quelle chochotte gnagnagna, mais c’est vraiment un looser » ; et j’espère que ce n’est pas ce qu’il s’imagine.

« Peut-être que tu t’es pas bien échauffé, en fait, ce serait le comble ! »


Lui lançais-je, avec un air joueur, comme pour dire « eh pour une fois que c’est moi qui me débrouille mieux pour le sport, tavu ! », c’est un peu le monde à l’envers, et le pire, c’est que je suis fier de moi.

« Meh, sinon, t’as prévu des trucs particuliers, cette semaine ? » Je repense à ce qui va se passer dans deux semaines et soupire d’un air presque rêveur. « ..deux semaines avant Interstellar… »

Gnih. Oui, comme si je ne parlais pas déjà que ça tous les jours depuis 3 mois. Mais bon, faut bien meubler, sinon Kyoya va recommencer à faire le con avec sa cheville, alors j’essaie d’occuper son cerveau.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Lun 6 Mar 2017 - 18:05

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

« … Eh, écoutes, je sais que c’est pas grave. Mais ça va pas te tuer de te poser 5 ou 10 minutes, en attendant que ça aille mieux, non ?! »

Il n’avait pas tort. Heureusement qu’ils étaient partis tôt. Avec un peu de chance, ils ne devraient pas manquer trop de cours.

« Ça me dérange pas d’attendre, moi je m’en fous, sérieux... Par contre si tu fais le con et que tu te retrouves avec une attelle parce que t’en a trop fait, ça va devenir pénible. »

Par ces mots, il réussit l’exploit de raisonner Kyoya Akame. Ce dernier soupira et acquiesça, sans répliquer.  Isaak retira son sweatshirt, le plia et le plaça sous la cheville de Kyoya. L’idéal pour la surélévation aurait été une chaise, mais ils n’en avaient pas en pleine nature.

«Merci, bro…» murmura-il, reconnaissant. Isaak allait surement se les cailler, maintenant, surtout qu’ils ne couraient plus. Tout ça à cause de mes conneries tsk.

« On se pose juste 10 minutes, et on continueras autant que tu veux après. Histoire d’être sûrs. » Dit-il. Kyoya devinait ses intentions. Il cherchait une sorte de compromis pour faire en sorte qu’il reste tranquille.  Il se sentait encore plus coupable devant la dévotion et le tact de son ami. Mais rester tranquille, rien que 10 minutes, c’était déjà dur pour cet hyperactif de première.

« Peut-être que tu t’es pas bien échauffé, en fait, ce serait le comble ! » dit-il avec malice.

Kyoya ravala une réplique cinglante et se contenta de rager intérieurement. Il n’était pas en situation de répondre.

«Ha.ha ! » grommela le blessé.

« Meh, sinon, t’as prévu des trucs particuliers, cette semaine ? » Pourvu qu’il ne me rabâche pas son satané film à la gueul… « …deux semaines avant Interstellar… »

«  Ouais, ouais, je sais. Toujours avec tes films de Nolan. Ça fait trois mois que t’as que ça à la bouche et trois mois après  tu me raconteras encore à quel point c’était orgasmique. J’te ferais découvrir autre chose, un jour, tu verras. » Annonça-il avec un petit sourire en coin.

Connaissant Isaak, il n’assumerait pas trop le genre de film que son ami aimait.  Il avait beau faire le rageux, en règle générale, il appréciait les films qu’Isaak le « forçait » à regarder. Il lui arrivait même d’en revoir certains en cachette. Au fond, c’est vrai qu’il a l’air pas mal ce film.

« Enfin bon, si jamais t’a besoin de quelqu’un pour t’accompagner le voir, je veux bien me sacrifier … » Il prit un faux air détaché, espérant secrètement accepte sa proposition indirecte serait acceptée par Isaak.« Ce sera toujours mieux que de rien faire, je suppose. Et puis, ça fait un petit moment que je suis pas sorti. J'paye le popcorn , t'en dis quoi ? »

En espérant une réponse positive d’Isaak, il étira ses bras, sa nuque, et sa jambe valide. C’était une mauvaise chose que de cesser une activité physique brusquement. Cela créait une accumulation de toxines dans les muscles et était favorable à de futures courbatures. Il n'avait pas besoin de ça en plus.  


(c) Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Mar 7 Mar 2017 - 10:44

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Eh ! Il dit ça comme si je regardais QUE des films de Nolan ! C’est pas vrai, j’adore les Star Wars et les films de Super-héros, aussi ! C’est juste que.. Bah, oui, c’est mon réalisateur favori qui va faire un film sur l’espace, avec pleins d’astrophysique de partout, alors bien entendu que ça me parle sur un plan astronomique, et que je tiens pas en place à l’idée de le voir ! Enfin, je savais que j’en parlais beaucoup, mais à ce point… Je tire une moue un peu gênée, bien que mon camarade ait juste l’air de plaisanter.  Je ne vais pas me justifier, car je crois que je lui ait raconté mille fois pourquoi j’avais aussi hâte de voir le bousin.

« Eh, c’est pas parce que ça m’obsède que j’suis fermé au reste ! Et puis, j’y peux rien en même temps, le film va.. »
Ah non, j’ai dit que j’allais pas lui sortir mon paragraphe d’argumentation, pour cette fois ! « … Enfin, tu sais pourquoi j’ai envie de le voir, quoi ! Et j’t’ai jamais forcé à mater les films de Nolan avec moi, j’y peux rien si t’es trop poli, et que j’ai les meilleurs arguments ! »

Lui renvoyais-je avec un air narquois, bien décidé à l’ennuyer un peu également. Bon, puis, c’est un peu qu’il a raison : je sais pas si je vais décéder ou avoir un orgasme, devant ce truc. Et je ne conçois même pas l’alternative que le film pourrait être décevant. Oui, c’est ce qu’on appelle être un fanboy totalement inconditionnel et pénible. Je suis néanmoins un peu embêté quand à sa proposition. Bon, je suis embarrassé, car s’il me propose, c’est pas par pitié comme il semble vouloir me le faire penser, mais parce qu’il a un peu envie de voir le film. M’enfin, le soucis est ailleurs.

« Ah, euh… héhé ! » Ricanais-je, nerveusement, en cherchant mes mots. « Nah, oui, c’est sympa, hein ! Mais je veux pas te forcer en t’ayant à l’usure à force de t’en parler, hein ! Enfin, disons que, euh, bah.. » Oh, mais c’est très la diarrhée verbale, ça, Herr Schwartz ! «  Enfin, c’est cool pour le pop-corn et tout mais, euhm.. Bah, disons que d’habitude je vais au ciné tout seul parce que… » En fait, juste penser à ce que je vais lui avouer me donne envie d’exploser de rire. D’ailleurs, je dois m’y reprendre à deux fois avant d’arriver à parler sans m’interrompre avec mon hilarité. « Parce que je chiale. Au ciné. Je chiale quasi systématiquement. »

J’ai pas honte de l’avouer, je trouve juste ça ridicule et excessif, mais drôle. C’est toujours mieux que tous ces relous qui s’endorment et ronflent ! Je sais pas pourquoi le ciné me fait chouiner comme un puceau, d’ailleurs. Le grand écran qui me tient en haleine, la sono, les sens qui sont totalement pris, le fait que ce soit impossible de me décrocher d’un film au ciné tant que je suis concentré (sauf s’il est vraiment très nul, quand même).

« ..Donc, voila, j’dis pas non, mais c’est à tes risques et périls. Et vraiment parce que c’est bien que tu payes le pop-corn. »


Après tout mes frangins en ont eu marre de venir au ciné avec moi pour cette raison. Cette bande de gros nazes.

« C’est un très grand honneur que je te fais là, je sais pas si tu t’en rends compte. »


Fis-je, avec un faux air de duchesse en surpoids. Non, parce que, j’avais vraiment prévu d’aller le voix exclusivement tout seul, ce film.

« Et puis, la fois d’après, on dira que ce sera toi qui choisira le film, avec les pop-corn à mes frais. »


Au moins, c’est enrichissant. Et cette conversation nous fait en plus « gagner » du temps de jogging en moins. Non, je ne pensais pas profiter de la situation à la base, mais pourquoi pas après tout, hein ? C’est toujours ça de pris !



BLBLBLB:
 

---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Dim 12 Mar 2017 - 15:11

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

« Eh, c’est pas parce que ça m’obsède que j’suis fermé au reste ! Et puis, j’y peux rien en même temps, le film va... » Eh merde. Kyoya roula les yeux, prêt à endurer une autre logorrhée d’Isaak sur le fameux film. « … Enfin, tu sais pourquoi j’ai envie de le voir, quoi ! Et j’t’ai jamais forcé à mater les films de Nolan avec moi, j’y peux rien si t’es trop poli, et que j’ai les meilleurs arguments ! »

Il s’était interrompu tout seul, au grand bonheur de son ami qui se contenta de hausser les épaules. C’est vrai qu’au fond, Isaak avait des arguments solides. Et une volonté toute aussi forte que la sienne. Sans parler de son petit air narquois que Kyoya lui ferait bien ravaler.

« Ah, euh… héhé ! » Ah bah tiens, il avait perdu de sa superbe. Le jeune sportif haussa un sourcil, dévisageant son ami avec suspicion. Qu’essayait-il donc de masquer par ce rire nerveux ? « Nah, oui, c’est sympa, hein ! Mais je veux pas te forcer en t’ayant à l’usure à force de t’en parler, hein ! Enfin, disons que, euh, bah... » Allez , crache le morceau , Schwartz. «  Enfin, c’est cool pour le pop-corn et tout mais, euhm... Bah, disons que d’habitude je vais au ciné tout seul parce que… » Parce que t’a pas d’autres amis, peut-être ? Kyoya contint son envie de presser son ami, sentant que cela ne servirait à rien. « Parce que je chiale. Au ciné. Je chiale quasi systématiquement...Donc, voila, j’dis pas non, mais c’est à tes risques et périls. Et vraiment parce que c’est bien que tu payes le pop-corn. »

Oh ben ça, s’il s’y attendait… Kyoya resta coi face à cette révélation quelques instants. Isaak pleuré… Il n’arrivait pas à se le figurer. Il fallait qu’il voie ça.

« C’est un très grand honneur que je te fais là, je sais pas si tu t’en rends compte. » déclara-il avec une solennité feinte.

Parlait-il du privilège de potentiellement le voir chialer ou simplement de l’accompagner ? Bah, quelle importance !

« Et puis, la fois d’après, on dira que ce sera toi qui choisira le film, avec les pop-corn à mes frais. »

C’était une situation gagnant-gagnant. Il avait déjà une petite idée du genre de film qu’il emmènerait son ami voir… Lui, sadique ? Non…

«Oh bah si c’est que ça ! Au contraire, c’est une vue à ne pas manquer ! T’inquiète, je me foutrais pas de toi. Ou juste un peu … Non ! Ça nous arrive à tous. Fin, pas moi mais … bref ! Et fais-moi confiance pour la fois d’après, je sens que tu vas adorer ce que je vais te sélectionner ! Merci de me faire cet « honneur ». Je saurais honorer la grâce que tu m’as faite. »

Kyoya jeta un œil à sa cheville. La situation ne semblait pas s’empirer. Il était même presque sûr, qu’au contraire, elle avait légèrement désenflé. De toute façon, il allait bien falloir qu’il se lève de là. J’irais demander de la glace à Iroka.

«Je crois que ça va mieux. Je vais essayer de me relever.» prévint-il avant de tenter de se lever, avec plus de précaution et de lenteur que la première fois.

Il s’appuya sur ses mains pour s’élever, avant de repasser un bras sur l’épaule de Schwartz pour s’aider. Une fois qu’il fut debout, il posa doucement son membre blessé au sol. Ça allait. Lorsqu’il tenta de marcher, ce fut une autre paire de manches. Il grimaça et se mordit la lèvre, ne tentant pas de le cacher à son ami cette fois-ci. On a déjà perdu assez de temps comme ça de toute façon, go !

«Ça me fait encore chier mais ça va bien mieux qu’avant. Je suppose qu’en marchant ça ira. De toute façon, on n’a pas le choix , hein ? »


(c) Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Dim 19 Mar 2017 - 21:07

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Rohlalala, et comment monsieur se la joue edgelord sadique sans cœur qui aimerait me voir chouiner. L’entendre raconter de telles bêtises m’amuse franchement, c’est qu’on dirait presque qu’il s’y croit, le bougre !  Moi, je connais la vérité, et je sais pertinemment qu’il doit être du genre à verser des larmes sur… Sur Le Roi Lion, tiens. Ou sur la fin du premier film de Pokémon, quand Sacha se fait changer en pierre. Oui parce que moi, môssieur, je ris parce que c’est beau, pas parce que ça chouine dans les chaumières ! Bon, bref, c’est pas exactement mon genre de me justifier là-dessus, mais comme l’autre s’y met en premier, y’a pas de mal. Son cinéma m’a bien fait glousser dans les tous les cas, et si je suis bien trop cassos pour lui tapoter amicalement l’épaule, je me contente de lui lancer des sourires en coin.

« T’en fais pas, je te laisserais même boire mes larmes d’innocent puceau, si ton esprit sadique n’est pas satisfait. »

Et il me sélectionnera un autre film ? Il m’a dit aimer quel genre déjà ? Les trucs avec de l’action, j’imagine. Bah, je lui fais confiance, tant que c’est pas la soirée Titanic comme avec mon frère ainé Hanz. Mais, suffisamment parlé de ciné, ça fait largement 10 minutes qu’on attend, et mon camarade doit avoir des fourmis des les jambes, lui qui voulait tellement jogger. Si j’étais pas encore dans mon mode cynique, j’admettrais avoir de la peine pour lui. Dans tous les cas, il sait mieux ce qu’il fait que moi, et je le laisse tenter de se lever, en me redressant également. Je le laissais prendre appui sur mon épaule, et surveillais qu’il ne galère pas trop désormais sur ses deux pieds.

« Euh, alors ? »

Apparemment, ça le fait encore chier, mais ça va. Hmph. Il a obtempéré pour la pause de 10 minutes, ne l’emmerderait pas d’avantage, et je décide de jouer la carte de la confiance. Il ne se mettrait pas les membres en vrac volontairement pour de bêtes histoires de fierté, vu comme il aime le sport. J’hoche la tête. On marche donc. Hm..

« .. Meh. Désolé. Toi qui voulais qu’on joggue. »


Dis-je, réellement ennuyé, car Kyoya avait l’air enthousiaste, et avait tout préparé. Tout ça pour faire courir un gros, eh bé. Respect, quand même. Finalement, c’est juste la faute à « pas de bol », mais je me sens obligé de m’excuser quand même, car, bah… Car je suis un peu con ? Ou parce que je me dis que je suis quand même pas un très bon meubleur d’ambiance, Kyoya doit trouver le temps long, à force.

« Meh, j’peux faire un truc pour toi ou pour améliorer l’atmosphère ? » Je suis plutôt désireux de bien faire. Surtout qu’il nous reste du temps avant l’ouverture du restaurant pour le petit déjeuner, et qu’on ne va pas aller se rendormir, désormais. « Bon, si tu me demandes de montrer mon cul, je le ferais pas, bien entendu. »

Je jette un œil sur les bâtiments de l’internat derrière nous.

« … On termine le tour du parc et je te payes un café au distrib ? J’te dois bien ça. »


Pour le côté fitness de cette matinée, on repassera, j’imagine.



BLBLBLB:
 

---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 14
■ Messages : 124
■ Inscrit le : 17/02/2017

■ Mes points : 0

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18
❖ Chambre n° : L-6
❖ Arrivé(e) en : avril 2013
Kyoya Akame
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Jeu 23 Mar 2017 - 15:14

Run,nigga,run !
feat Isaak Schwartz

« ... Meh. Désolé. Toi qui voulais qu’on joggue. »

«Bah , t'y peux rien . S'il y a quelqu'un à blâmer, c'est bien moi. » grogna Kyoya.

Il avait juste manqué de chance ... et de confiance en son ami peut-être. Après tout, s'il n'avait pas voulu s'assurer "discrètement" qu'Isaak se bougeait le cul, ce ne serait pas arrivé. Pour une fois, il reconnaissait sa part de responsabilité.  

«Meh, j’peux faire un truc pour toi ou pour améliorer l’atmosphère ? » Kyoya haussa les épaules,  peu convaincu qu'il pourrait y faire quelque chose.« Bon, si tu me demandes de montrer mon cul, je le ferais pas, bien entendu. »

Pour détendre l’atmosphère, il avait fait mouche. Kyoya s'imagina malgré lui la scène et ne put contenir un ricanement.

« J'crois que ça va aller , pas besoin de tomber le calbut.»

« … On termine le tour du parc et je te payes un café au distrib ? J’te dois bien ça. »

La proposition était alléchante, même si l’intéresse ne voyait pas en quoi Isaak lui devait quoi que ce soit. M’enfin, il allait pas refuser ça.

«Bah , pourquoi pas ? »

Il continuait de marcher, tentant de masquer son amertume. C'est pas comme s'il comptait faire de son ami un sportif accompli mais il aurait aimé pouvoir aller plus loin avec lui. En plus, il allait sûrement devoir ralentir sur le sport pour un moment. Il avait toujours sa guitare et ses jeux vidéo pour s’occuper mais ça ne remplacerait pas une bonne séance de sport à ses yeux.

Leur tour du parc se conclut assez rapidement et calmement, Kyoya parlant de truc randoms avec son pote.

«Tu me dois un café , hein ? »

C'était plus une question rhétorique qu'autre chose. Il était sûr qu'Isaak s'en souvenait aussi bien que lui.



Spoiler:
 


(c) Kuroko's Basket RPG
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 661
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 41

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  Sam 25 Mar 2017 - 10:59

Run, nigga, run !
√ Un matin un lapin, vers 5h45.
√ Où Isaak a perdu un pari et va devoir affronter son némésis : le jogging. Spoiler alert : ça va pas être épique du tout.
Avec Kyoya Akame
Bah n’empêche qu’avec tout ça, j’ai échappé à la course et à l’essoufflement. Et je ne devrais pas me sentir coupable de penser ce genre de chose, à  vrai dire. Même si, clairement, je suis toujours un peu victorieux quand j’évite le sport, et en même temps content quand d’autres se donnent du mal pour essayer de m’y mettre. Vous méprenez pas, les exposés de Kyoya étaient vraiment cools, et j’ai bien senti que derrière sa façade moqueuse, il se donnait du mal. Eh, en un sens, on n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace.. Faire comme s’il n’en avait rien à faire contre quelqu’un qui pue le cynisme comme moi, ça ne pouvait pas duper grand monde.. Mais, tout de même. Le bien fondé de ses actes ce matin auraient pu me passer au-dessus si j’avais fait mon « eugneugneu, toute façon, je vaux pas la peine qu’on se donne du mal pour moi, pourquoi fait-il ça, gnagnagna », mais, étrangement, je crois que mon cerveau stupide m’a épargné ce matin. Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, comme dirait l’autre. Peut-être que si je me levais plus tôt tous les matins et que j’allais faire un tour du parc (en marchant, faut pas rêver), ça me détendrait pour la journée ? Non, parce que, j’ai tendance à être stréssé entre le moment entre la sortie du lit et l’entrée en classe, peut-être devrais-je donc prendre plus de temps avant pour réfléchir tranquillement pendant que tout le monde dort encore… Pas con, le Monsieur Akame. C’est peut-être car il se défoule beaucoup il est plus naturel et spontané que moi. Je me coucherais décidément moins con ce soir.

Bref, nous retournons finalement à l’entrée des dortoirs en blablatant de sujets divers et variés entre les cours, les petits oiseaux, des conneries, certains de nos camarades. Enfin, cela va sans dire qu’en lui servant de béquille, j’aurais difficilement oublié le café que je lui devais. Je confirme sa pensée par un simple hochement de tête décidé. Comme il fait beau, et que je préfère rester dehors histoire de ne réveiller personne, je laisse Kyoya à une des tables servant de terrasse à l’internat, puis m’en vais chercher deux cafés aux distributeurs. Après quelques minutes, je rejoins l’autre, et dépose le café dans sa main.

« Café Italien made in Distributeur. Authenticité certifiée. »


Avouez, je le gâte. Et ce n’est pas tant pour lui rendre la pareille par rapport à sa leçon, j’ai décidé de me détendre sur ma rigidité vis-à-vis de « tu me donnes ça, je dois te rendre ça ». Si Hanz a longtemps désespéré pour me l’expliquer (le pauvre, je l’ai tellement traité de naïf mièvre à tord, je devrais me flageller), j’ai finalement pigé pourquoi ce genre d’orgeuil entre donner/rendre est assez mal placé entre potes. J’observa ma montre. 6h45.

« On a encore un peu plus d’une demi-heure avant que le resto ouvre. J’suis affamé. » Comme c’est surprenant. « Enfin, euh, merci pour le cours, et tout. Même si au final, on a pas courru, c’était cool, hein, vraiment. »

Après avoir pris notre temps pour siroter le café, les premiers réveils ont sonné, et l’internat se mit à prendre vie petit à petit, avec les premiers allers aux douches.

« Ah, va falloir que j’aille prendre ma douche, sinon ça va être l’embouteillage. » Fis-je en balançant mon gobelet écrabouillé dans la poubelle d’un geste précis. « On se voit au petit dej ? Ça ira pour marcher ? »

Dis-je histoire de m’assurer qu’il s’en sortira, et je prendrais ensuite congé pour aller sous l’eau et m’habiller. Toute façon, c’est pas comme si c’était des adieux déchirants, on passe tous les jour de la semaine ensemble, avec les cours.



BLBLBLB:
 

---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Run,nigga,run ! [w/Isaak]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Run,nigga,run ! [w/Isaak]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: