Partagez | 
 

 Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Mar 16 Mai 2017 - 22:44

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Hormis les fleurs et l'argent, il y avait une chose que Billy aimait tout particulièrement : les gens. Le rouquin s'épanouissait dans les rencontres hasardeuses de la vie et se plaisait à blablater des heures durant avec les mamies du quartier. Billy, c'est un peu un gars qui a soixante ans dans sa tête m'voyez ? C'est le genre de type qui aime les gens, profondément, peut-être trop pour son propre bien. Tous les mondes est beau, gentil et mérite d'être son ami. Aussi, il n'était pas rare d'apercevoir le jardinier prit dans de longues discussions avec élèves et personnels. Pourtant, son côté très social ne l'empêchait pas d'être un jardinier et un employé émérite. On pouvait dire que son salaire à la fin du mois, il le méritait. Billy c'était aussi un gars bosseur, organisé méticuleux, ne cherchez pas de mauvaises herbes sur le campus, il n'y en a pas. On pourrait croire Billy tellement perché qu'il en serait cancre mais... Ce n'est pas le cas. Le seul truc qu'on pourrait reprocher à son travail... C'est sa précision. Chaque heure de la journée à son utilité et gare à venir le déranger ou bouleverser son emploi du temps : ça fait des dégâts. Katsura a bien essayé une fois de changer le rituel du mardi... Le pauvre, Billy était perdu, il a mis une semaine à s'en remettre.

Enfin, ce vendredi n'avait pas fait exception à la règle. Son emploi du temps défini, Billy avait mis la machine en route et avait travaillé, travaillé et encore travaillé. Mauvaises herbes, arrosage, soins des plantes, Tisane, ses infusions, son potager, les plantes en pot, re-Tisane, re-infusions, tout y était passé. Le vendredi était en général la journée la plus chargée de la semaine. Comme Billy ne travaillait pas le week-end (uniquement parce que ce n'était pas payé) il prenait toujours grand soin de tout fignoler et protéger histoire de ne pas avoir de mauvaises surprises le lundi en arrivant. C'est mignon les jeunes, mais faut s'en méfier. C'est fourbe, ça fait n'importe quoi. Ça s'amuse à faire des gâteaux de boues et a enterrer des cartouches de jeux mortes dans le fond du parc. Nombreuses étaient les fois où le pauvre jardinier avait eu de mauvaises surprises en arrivant. Si ça ne tenait qu'à lui, tout serait sous bâche, mais apparemment ça ne plaît pas à la direction alors bon. Enfin, le soir approchant, Billy avait enfin bouclé sa rude journée.  

Le vendredi soir, c'était aussi le moment de son "petit plaisir" de la semaine. Il faut savoir que Billy est un radin. Picsou c'est son idole. Autant vous dire qu'il ne dépense pas des masses. Mais, le vendredi soir, le jardinier s'autorisait toujours une petite bière dans un petit bar assez sympathique en centre-ville. Il adorait cet établissement, un des seuls en ville à autoriser les chiens, et qui en plus pratiquait des tarifs hors concurrence. Alors, comme il en avait pris l'habitude chaque vendredi soir, Billy avait clôturé son cabanon où il rangeait ses outils avant de lâcher sa chienne à travers le campus, direction une chaise confortable et une bière fraîche. C'est en arrivant au-devant de l'établissement qu'il croisa une certaine tête blonde. C'était le gentil psychologue de l'école, un chic type que Billy appréciait pour son bon contact et sa politesse. Le rouquin trouvait qu'il dégageait de cet homme une certaine classe qu'il pensait intimement relier à l'argent. Parce que bon, tout ce qui a un gros compte en banque est une bonne personne, hein ?

Candidement, avec son grand sourire et sa voix chantante, Billy leva ses mains dans un geste joyeux dans le but d'attirer l'attention de son camarade.

- Ô ! Quelle heureuse coïncidence, vous terminez votre journée chers monsieur Weber ? Nous allions boire un verre avec Tisane, pourquoi ne pas nous accompagner ? évidemment, il n'avait pas dit un seul mot sur la possibilité de l'inviter parce que... Parce que ça n'existe pas le mot "inviter" dans le langage de Billy Oh, mes excuses, vous aviez peut-être quelque chose de prévu ?



ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Mer 17 Mai 2017 - 21:27

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin
Je venais de sortir du bâtiment du lycée et je m'arrêtais devant l'édifice. C'était la fin de journée, je n'avais pas grand-chose à faire ce soir, j'avais finis plus tôt que prévu et je n'avais pas envie de rentrer tout de suite. Pas de travail à l'horizon à part deux trois bricoles.

Peut être que je pourrais appeler des amis de fac pour aller dans quelque bars ce soir. Ou bien tout simplement cherché des gens sympa dans les bars avec qui faire la fête. En tout cas pas question de rentrer pour comater devant la télé.

J'avais besoin de me changer les idées. Après le déménagement, la prise du nouveau poste, la rencontre des collègues et des étudiants j'avais besoin de décompresser. Même s’ils étaient tous adorables, le stress avait été de la partie. Même si on pourrai croire que son attitude rêveuse le préserve de ce genre de pensée, il n'en est rien, plus une personne pense plus elle a le loisir de stressé et se mettre des barrières, se remplir la tête de peur etc... Et je n'arrêtais quasiment jamais de penser.

En ce moment j'étais déjà en train de faire le compte de tous les problèmes qui pourraient arriver dans la soirée et de peser le pour et le contre pour y aller ou rentrer et faire plus ample connaissance avec ma colocataire que je n'avais pas encore vraiment pu décrypter. Sachant que c'est la personne avec qui je partage mon lieu de vie, ça me semble normal de la connaître un minimum.

Oui je n'ai qu'à faire ça...

C'est à ce moment qu'une voix pleine d'énergie et de curiosité chanta à mes oreilles.

« - Ô ! Quelle heureuse coïncidence, vous terminez votre journée cher monsieur Weber ? Nous allions boire un verre avec Tisane, pourquoi ne pas nous accompagner ?

Je regardai qui m’avait adressé la parole même si j'avais déjà ma petite idée. Bingo, Billy Dickson le jardinier de l'établissement, un sacré petit numéro, oh non pas que je ne l'aimai pas au contraire sa bonne humeur et son entrent était vite contagieux. Je n'avais jamais eu le loisir de lui parler mais j'avais eu tout le temps de le voir travailler et s'affairer autour du campus.

J'avais comme principe de ne pas aller contre ce que la vie me proposait, surtout dans des moments de doute. Je fis semblant de réfléchir cinq secondes.

Oh, mes excuses, vous aviez peut-être quelque chose de prévu ?

Je lui souris doucement, pourquoi toutes ces marques de respect dans sa façon de parler ? Je ne suis pas aussi vieux que ça. Se dit-il sur le ton de la plaisanterie, ne voulant pas le mettre mal à l'aise je ne lui dits rien à ce propos.

« Bien sûr avec plaisir, j'avais justement prévu de sortir ce soir. Avez-vous une idée d'un endroit où vous aimeriez aller? »




---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 


Dernière édition par Jhin Weber le Mer 24 Mai 2017 - 14:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Lun 22 Mai 2017 - 23:45

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Avec sa radinerie légendaire, Billy était assez difficile quant au choix des établissements qu'il fréquentait. Les adresses qu'il avait dans ses petits papiers garantissaient un très bon rapport qualité prix ainsi qu'un respect de l'environnement exemplaire. Autant vous dire que sortir avec Billy c'était se donner bonne conscience autant bien budgétairement que mentalement. Généralement, c'est seul avec Tisane ou avec son colocataire que le jardinier sortait. En vérité, sa vie privée tournait majoritairement autour de trois personnes. Et si Tany, Katsura et Tisane représentait une bonne partie de sa vie il n'empêchait que Billy tronquait de temps à autre son petit crew pour la découverte de nouveaux amis. C'était un peu le cas ce soir. Le "docteur Weber", comme il l'appelait, lui semblait être un sympathique individu et... Il n'avait pas parlé d'invitation et ça c'était un très gros point parce qu'après tout : Quelqu'un qui gérait ses achats sans faire appel à la bourse d'un jardinier roux était forcément une bonne personne. proverbe Billynien.

Enfin, la soirée solitaire de Billy s'annonçait plus riche que prévu. Quand son collègue lui confirma son envie de prendre l'air, le jardinier élargi, son sourire habituel. Bien bien, une soirée entre collègues. Ohohoho ! Tisane semblait elle aussi ravie de voir une nouvelle tête et elle fila se frotter à la jambe du ravissant psychologue de l'école.

- Et bien il y a un établissement assez peu chère mais qui propose de très bonnes bières plus loin en ville. De plus les propriétaires sont des amis des bêtes, Tisane les aiment beaucoup, hein ma princesse ?

Princesse, ma belle, ma beauté, ragnagna, ma petite fleur etc. Tous ces mots d'amour étaient destinés à sa chienne. Faut dire que Tisane, c'était le grand amour de la vie de Billy. Le jardinier était même jaloux de la voir, par moment, coller Katsura comme une amante infidèle. Mais Billy était un homme faible et face aux yeux pétillants et au visage tellement moche qu'il en était mignon de sa compagne il finissait toujours par céder. Dans un sens, c'était la même chose avec Tany. Même avec Katsura il se montrait faible par moment. D'ailleurs, Billy lui trouvait un certain talent pour imiter le regard du chat potté.

Le bar en question se trouvait en plein quartier vivant de Kobe mais dans une petite ruelle assez exiguë et donc de ce fait peu fréquenté. Sa proximité et son cadre assez intimiste en faisaient un endroit calme dans lequel il était aisé de se détendre après une dure journée de labeur. Ce n'était aussi pas pour rien que la plupart de la clientèle étaient constituées de travailleurs entre 23 et 45 ans.

- Ce n'est pas très loin, venez avançons. et comme Billy était un homme soucieux et doué pour le dialogue (pas comme toi cassos de musicos à deux ronds) il continua Vous vous faites à la vie à Kobe? J'ai cru comprendre que vous étiez fraîchement arrivé et installé. Les jeunes doivent vous filer du fils à retordre, ils sont si dynamiques qu'on a du mal à les suivre hahaha !

Dixit le gars qui traîne qu'avec des mineurs et qui (accessoirement, hein) engueule les fumeurs avant de leurs donner de l'herbe maison en mode "C'est pas bio, c'est pas bien ! D8". Dammit avec un colloc flic et un psychologue t'es tellement dans la merde Billy.

ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Mer 24 Mai 2017 - 14:08

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin



Et bien il y a un établissement assez peu chère mais qui propose de très bonnes bières plus loin en ville. De plus les propriétaires sont des amis des bêtes, Tisane les aiment beaucoup, hein ma princesse ?

Je regardai le chien de Billy, tous les deux semblaient aussi attachés l'un qu'à l'autre. La chienne tournait autour de son maître et était toute contente dès qu'il là regardait, et Billy je suis sûr que s'il pouvait lui faire constamment un câlin il le ferait. Je me demande comment ils se sont trouvés tous les deux. Peut être que Billy est allé là chercher dans un refuge, vu sa nature spontané ça ne m'étonnerait pas.

Toutefois, il y avait quelque chose qui gênait un peu Jhin, comme une petite voix dans sa tête qui lui disait qu'avec un caractère aussi spontané ce n'était pas normal pour Billy de prendre autant de pincette avec moi. Comme s'il essayait d'avoir mes faveurs pour je ne sais quelles raisons. Mais il ne semble pas mal intentionné, je dirais plutôt qu'au pire des cas il veut que je lui paye un coup à boire, ce qui ne me dérangerait pas de toute façon. Mais cette façon de me parler commençait à me mettre un peu mal à l'aise.


- Ce n'est pas très loin, venez avançons.

Je suivis Billy en silence en réfléchissant à tout ça et en regardant en même temps par où on passait pour retenir l'emplacement du bar.

Vous vous faites à la vie à Kobe? J'ai cru comprendre que vous étiez fraîchement arrivé et installé. Les jeunes doivent vous filer du fils à retordre, ils sont si dynamiques qu'on a du mal à les suivre hahaha !

-Je suis habitué à la ville de Kobe, j'y ai fait mes études de psychologies. Et vous savez pour les jeunes que je vois ils ne sont pas méchants pour la plupart il ne cherche qu'un moyen de se sentir mieux dans leurs vies, comme nous tous, ils leurs manquent juste l'expérience et la jugeote pour savoir différencier un bon d'un mauvais comportement. Après certains cas sont en effet assez épineux à traiter, mais j'aime à croire que je les aide à se sentir mieux dans leur vie.

Je me tus avant de l'ennuyer, après tout, tout le monde n'était pas aussi intéressé que moi par le sujet et je ne voulais pas ennuyer mon camarade de beuverie avant même d'arriver au bar.

Nous atteignîmes le bar peu de temps après, la devanture et la ruelle où il était ne payait pas de mine et j'avais été ici depuis un moment avec mes études pourtant je ne l'avais jamais remarqué.  
Je rentrai dans le bar assez petit, il n'y avait quasiment aucun client à l'intérieur, quelques habitués me saluèrent rapidement. Je m'assis au comptoir et réfléchissais déjà à ce que j'allais commander.

« Vous pourriez peut être me conseiller en matière de bière du coup ? »

Après tout Billy avait l'air de bien connaître le bar autant lui demander.


---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Sam 27 Mai 2017 - 15:20

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



La façon de parler, si distinctive de m'sieur Dickson était en parti dû à ses manières et sa politesse légendaire. Billy, c'était le genre de gars qui traitait les gens avec respect et douceur qu'importe la personne qu'il avait en face de lui. Alors oui, souvent, on tiquait sur ses vouvoiements intempestifs, sur son ton chantant à cause duquel on pensait souvent qu'il se foutait de la tronche des gens. Mais il fallait bien comprendre que Billy était un gars gentil, foncièrement et qu'il n'avait jamais pensé en mal sur quoi que ce soit. Puis, surtout, Billy, c'était un gars dans la lune, dans sa petite bulle et son grand défaut c'est qu'il ne prenait pas en compte (ou plutôt si mais de travers) les sentiments d'autrui. Sa rencontre avec Flynn en était une parfaite démonstration.

Alors, que ses manières pouvaient agacer quelqu'un lui passait totalement au-dessus. Le jardinier aimait les gens mais était incapable de les comprendre. Pour communiquer avec Billy il fallait être clair, cash et concis. Après plusieurs mois de cohabitation, Katsura avait su prendre le coup de main, malheureusement, peu de gens étaient dans son cas.

Cheminant d'un pas léger en direction du bar, Billy écouta attentivement son collègue, hochant la tête de temps à autre pour ponctuer le discourt du psychologue. Son air joyeux et concerné ne le quittait pas. Quel grand homme, il avait bien du courage pour exercer un tel métier. Billy ne savait pas si être au contact de jeunes torturés lui aurait plu, il aimait croire qu'il était une oreille attentive pour les gens autour de lui mais se trouvait bien incapable d'être d'une aide efficace. Évoquer les patients de son collègue lui fit apparaître l'image de ce genre cuisinier stagiaire, ce jeune handicapé qui voyait des concombres de mer invisibles. Billy se fit la réflexion que Flynn était surement un cas intéressant pour Jhin et il s'empressa de lui en parler.

- Je ne sais pas si vous connaissez ce jeune cantinier, il me semble s'appeler Flynn. Et bien, c’est un jeune homme très brave, mais voyez-vous, il a de fort problème d'ordre mental, le pauvre. Voyez, la dernière fois j'étais à la cantine pour me chercher une infusion sur les coups de 17h, le pauvre homme a vu un concombre de mer imaginaire et à tenté de me protéger de lui. Ce n'est pourtant pas un méchant bougre, bien au contraire. L'aider serait de votre ressort ?

Il était vrai que si Billy pouvait aider ce pauvre stagiaire de la cantine à s'insérer un peu plus dans la vie active il le ferait. Il offrit un sourire sincère à son collègue et continua son chemin. Le bar dans lequel il se rendait était d'apparence assez discrète. L'établissement tranchait radicalement avec les autres bars du quartier, accueillant une clientèle jeune et bruyante, si le Maccumba bar était de ce genre-là, le bar dans lequel Billy entraînait son collègue était comme le jour et la nuit. Le jardinier pénétra d'un pas léger dans l'échoppe faisant tinter la petite cloche de l'entrée, il était encore tôt et la population du bar était inexistante. Hormis quelques habitués que Billy connaissait bien, personne n'était encore là. Le jardinier salua ses camarades et alla se ranger au comptoir.

- Et bien tout dépend de ce que vous aimez. Il y a des bières amers,
fortes, douces. Des bières aromatisées, plus ou moins forte en terme d'alcool... Mais la spécialité de ce bars sont leurs bières pour diabétique avec une faible teneur en IG ceci dit, je peux vous conseillez les bières aromatisées qui sont particulièrement agréables. Nous en sommes en période de noël, les bières festives devraient être disponibles.  


Tisane se coucha au pied de son maître et comme chaque vendredi. Billy demanda une assiette de croquette Bio pour sa princesse et, pour se faire plaisir, une bière de noël.

- Puis-je vous demander de ma parler un peu de vous, docteur ? Je dois vous confier que la psychologie est un sujet assez mystérieux et passionnant.


ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Lun 29 Mai 2017 - 17:33

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin


J'écoutai les recommandations de Billy tout en regardant la longue liste des bières disponibles. Je n'avais jamais vraiment apprécié boire de l'alcool au fond, je le faisais plutôt pour suivre le mouvement dans une fête et ne pas être la personne mise de côté. Même si je l'avoue la sensation de lâcher prise sur la conscience qui nous retreint dans nos paroles et nos actes habituellement est assez plaisante, mais de là à boire jusqu'à l'excès, ce n'était pas dans mes habitudes.
Ça ne m'étai arrivé que dans de rare occasion lors des grands moments de déprime...

« Mmmh je vais vous suivre dans votre choix alors. »

Je fis signe au barman de m'amener la même bière qu'à mon comparse.

Puis-je vous demander de ma parler un peu de vous, docteur ? Je dois vous confier que la psychologie est un sujet assez mystérieux et passionnant.


« Vous aimeriez plus parler de moi ou de mon métier ? Ce sont deux choses bien distinctes après tout et il y a trop de choses à dire sur les deux sujets j'imagine. Mais je peu essayer toutefois.
Je viens d'une ville thermale nommé Kinosaki, j'ai grandi avec ma mère en l'aidant à gérer la station thermale familiale. J'ai ensuite déménagé à Kobe pour faire mes études de psychologie et j'ai fini au lycée de Kobe assez rapidement, je voulais trouver un travail assez vite pour pouvoir aider ma mère financièrement parlant.
Pour la psychologie, je pense que j'ai toujours aimé aider les autres, même s'ils ne mon't pas forcément rendu l'appareil... »


Je me revoyais encore frapper, bizuter et rejeter pendant sa scolarité, petit garçon dans son coin qui avait de rare amis et qui malgré ça trouvait le moyen de s'en faire pour tout le monde autour de lui, même les personnes qui le détestaient ou le frappait.

Le barman apportait nos bières, je le remerciai et levai mon verre pour trinquer avec Billy.

« Et vous ? Une passion pour les fleurs, ou bien vous avez la main verte ? Qu'est ce qui vous a amené ici ? »

Je ne voulais pas trop assombrir cette discussion et parler de mes moments difficiles, hors ce sont ces moments difficiles qui m'avaient amené à ce métier et à cet endroit. Pas parce que je les refoulais ou me les cachaient, juste pour ne pas plomber l'atmosphère.



---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Jeu 1 Juin 2017 - 14:24

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Billy aimait les gens et il démontrait, souvent, une certaine curiosité à leurs égards. Si dans le cercle familial, le jardinier faisait preuve d'un certain pudisme (surtout envers ses parents) c'était loin d'être le cas avec ses camarades et amis. Il aimait entendre des récits de la chose la plus banale au fait le plus incroyable tout l'étonnait et le distrayait. C'était sans doute cette capacité à se sentir concerné par le chat de madame Kanzaki qui a déroulé tout un rouleau de papier toilette pour jouer qui faisait de Billy un garçon assez populaire auprès des personnes âgées. Dans le cas présent, notre jardinier était juste curieux d'en savoir un peu plus sur cet étrange et gentil docteur. La philosophie, la psychologie toutes ces choses en "ie" sonnait à ses oreilles naïves comme des choses savantes et donc qui lui était inaccessible. Billy n'avait jamais été un grand rêveur et il restait, dans le fond, très terre-à-terre et manuel. La théorie était une chose qui lui parlait peu en général mais il était toujours admiratif auprès de ces gens qui exerçaient sans jamais toucher quoi que ce soit.

Avant que le psychologue ne commence son récit, Billy reçu sa gamelle de croquette Bio pour Tisane et commanda deux bières de Noël. Il se plongea ensuite dans l'écoute religieuse de son collègue, en jetant de temps à autres quelques regards en biais à sa chienne. Ainsi donc, Jhin avait l'air d'être un garçon soucieux du bien-être des siens. C'est un bon point ça, pour Billy qui élevait la famille à un statut quasi-sacré (coucou Emi) entendre de la bouche de quelqu'un qu'il voulait aider et soutenir ses proches ne pouvait le faire que sourire. Comme d'habitude, Billy gardait son sourire aimable et sa tronche concernée des affaires de la mémé du quartier. Par moment ces mimiques agaçaient, mais Billy était bien incapable d'en avoir quelque chose à foutre. Il ponctua le discours de son collègue par quelques hochements de tête et de quelques "Hum" sérieux.

- Et bien finit-il par dire alors que leurs bières arrivaient C'est admirable de dédier sa vie aux autres ! il prit sa peinte de bière et la leva dans un sourire enfantin portant un toast muet Mais le sources thermales, ce doit un être cadre de vie plutôt agréable.

Et voilà, Billy commençait à fantasmer sur des lieux de vies nettement plus élevés que les siens. Il pris une gorgée de bière et le psychologue lui retourna la question. C'était plutôt étrange de parler de soit. Billy n'avait jamais vraiment blablater de sa vie, de son parcours, peut-être quelques fois avec Katsura mais son colocataire était quelqu'un d'assez spécial à ses yeux pour ne pas en ressentir une grande gêne. Notre jardinier n'avait pas l'habitude qu'on lui demande, c'était une petite première dans un sens.

- Hahahahaha, rien de bien noble je le craint au moins il était honnête Ma famille est assez modeste et est originaire d'Atlanta aux Etats-unis, il y a quelques années, mon père nous a amené ici. Vous imaginez bien que refaire sa vie dans un pays étranger n'est pas chose aisée et malgré le temps qui passe nos finances ne sont pas au beau fixe. De ce fait j'ai décidé d'arrêter mes études pour venir travailler, ma mère est fleuriste de ce fait le métier était déjà bien encré. nouvelle gorgée de bière Le besoin d'argent, rien de bien admirable. Mais l'argent que nous réussiront à mettre de côté servira, je l'espère, aux études de ma petite sœur.

ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Ven 2 Juin 2017 - 1:01

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin


Je commençai à me détendre, l'atmosphère tranquille du bar changeait beaucoup des atmosphères qu'il connaissait des bars étudiants dans le centre de la ville toujours bondé avec beaucoup de musiques. Ça en devenait épuisant d'y rester à force, il fallait une bonne dose d'alcool et des bons amis pour vraiment apprécier ce genre de lieu.
Quoi qu'entre collègue ce genre de sortie peut être assez déplacés, sauf pour le Bonenkai, qui ne devrait pas tarder d'ailleurs, je me demande si Billy sera là ?

Mais le sources thermales, ce doit un être cadre de vie plutôt agréable.

Je me rappelai très peu de bons souvenirs de l'endroit, disons qu'entre mes difficultés scolaires et les efforts à fournir à la maison pour aider ma mère, sans oublier le fait que je n'ais jamais vraiment eu d'amis à Kinosaki....

Hahahahaha, rien de bien noble je le craint. Ma famille est assez modeste et est originaire d'Atlanta aux Etats-unis, il y a quelques années, mon père nous a amené ici. Vous imaginez bien que refaire sa vie dans un pays étranger n'est pas chose aisée et malgré le temps qui passe nos finances ne sont pas au beau fixe. De ce fait j'ai décidé d'arrêter mes études pour venir travailler, ma mère est fleuriste de ce fait le métier était déjà bien encré. Le besoin d'argent, rien de bien admirable. Mais l'argent que nous réussiront à mettre de côté servira, je l'espère, aux études de ma petite sœur.

-Je ne suis pas d'accord je trouve ça très honorable de dédier sa vie à gagner de l'argent pour augmenter son confort et celui des gens autour de sois. Et puis en plus de ça vous avez l'air de surtout vouloir gagner cet argent pour votre petite sœur, et vous avez arrêté vos études pour aider votre famille aussi. Je trouve ça très noble de votre part.


Je savais tout autant que Billy ce que le besoin d'argent signifiait, je me revoyais gamin avec mes vieilles affaires troués à faire des petits boulots pour pouvoir ramener l'argent à ma mère alors qu'elle me pensait à l'école. J'avais vu ma mère trimer toute sa vie toute seule à faire tourner son affaire et je l'avais toujours admirée, je voulais lui rendre la vie plus facile, je revenais en fin d'après midi avec mon argent et je les déposais dans la caisse. Lorsque ma mère a fait les comptes ce mois-là elle à vite compris que quelque chose ne tournait pas rond.

Je n'aimais pas mentir et j'avais vite parlé sous le regard suspicieux de ma mère. Je me demande encore qui entre moi et les commerçants qui m'avaient employé clandestinement a eu le plus peur lorsqu'elle leur a passés un savon.


---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Lun 5 Juin 2017 - 12:07

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Billy ne savait pas vraiment si son but pouvait être qualifié "d'admirable" après tout, aider sa famille était quelque chose de normal, non ? Pour le jardinier, ses choix étaient logiques et tombaient sous le sens. Il ne se voyait pas embrasser une autre voie que celle qu'il avait choisi, quelques mois plus tôt, en plaquant ses études pour devenir un adulte accompli. Parce qu'après tout c'était "normal" et pour Billy, tout le monde en aurait fait autant. Parce que la famille c'est précieux, qu'on en a qu'une et qu'évidemment, tout le monde aime et aide sa famille. C'est comme ça que ça fonctionnait et ça ne pouvait pas l'être autrement... Je vous ai déjà dit que Billy était un pauvre type qui vivait dans une bulle de bisounours ? Nan, bah vous le savez maintenant.

Il reprit une gorgée de sa bière en posant un regard attentif sur Tisane qui se délectait de ses croquettes avec un certain enchantement. Les mots de psychologue résonnaient encore de sa caboche, il ne voyait pas en quoi son comportement était noble. C'est quelque chose qui dépassait quelque peu sa conception des choses. Ne sachant pas trop quoi répondre il finit tout de même par un hochement de tête et par un "A une augmentation !" en levant bien haut sa pinte de bière. Son rire mélodieux emplit la pièce et... Tien, maintenant qu'il y repensait, en parlant d'augmentation et de boulot.

- Tien, avez vous reçu l'invitation de Lopez-sensei pour le Bonenkai ? Parait-il que beaucoup de nos collègues y seront présents ! J'ai hâte d'y être, je n'ai jamais fait ce genre de chose avant.

Il était vrai qu'au pays de l'oncle Sam, ce n'était très rependu comme pratique et qu'en trois ans de vie au Japon, Billy n'avait eu que peu de temps pour profiter des traditions locales. Il n'avait, pour ainsi dire, jamais sympathiser avec ses collègues du temps de ses études et hormis Katsura avec lequel il était toujours fourré (sans mauvais jeux de mots) Billy restait un homme assez isolé socialement parlant. Il se demanda, d'un coup, si ce genre de pratique s'étendait aussi à la jeunesse.

- Vous qui connaissez le pays mieux que moi, dites moi, cette pratique là, le Bonenkai, est-ce une chose qui se pratique aussi chez les étudiants ? Je m'inquiète surement un peu mais ma petite sœur étant en troisième année je serais inquiet de la savoir dans ce genre de rassemblement. l'idée de voir Tany fumer, boire ou ne serait-ce qu'être en compagnie de gens sans avoir une garde rapproché le terrifiait. L'idée de la traîner avec lui le soir du nouvel ans lui traversa l'esprit. Au moins, elle serait sous surveillance constante d'adulte et ce ne serait pas plus mal C'est une gentille fille mais tellement adorable et naïve pour ce monde là. Hmmm, je ne suis vraiment pas rassuré à l'idée de la laisser seule... Ah, tien, ça lui fit penser à un truc Vous n'avez pas de frère et sœur, docteur ? et l'alcool aidant un peu à la sociabilisation Puis-je vous tutoyer ?


ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Mar 6 Juin 2017 - 22:05

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin

Le bar commençait à se remplir un peu plus on dirait, quelques nouvelles personnes venaient de rentrer, je ne pu m'empêcher de les analyser et d'essayer de deviner leurs façons d'être. Un homme plutôt grand qui avait l'air bourru mais aimable, une femme plus petite mais, qui se tenait fermement à son bras, sûrement un jeune couple. L'homme semblait ne pas avoir l'habitude de gérer ce genre de comportement.

Derrière eux un autre homme plus vieux mais qui semblait regarder l'autre homme d'air critique, comme s'il le jugeait. Sûrement le père de la demoiselle. Le père les avait peut être invité pour tester le nouveau gendre ou bien le jeune homme avait invité le père à aller boire un coup pour ce faire bien voir.
Qui sait, je n'avais jamais personnellement connu ce genre de test, je n'avais jamais été voir les parents d'une conquête de toute façon. Je ne me sentais pas encore prêt pour ça.

Tiens, avez vous reçu l'invitation de Lopez-sensei pour le Bonenkai ? Parait-il que beaucoup de nos collègues y seront présents ! J'ai hâte d'y être, je n'ai jamais fait ce genre de chose avant.

Tiens les grands esprits se rencontrent on dirait, au moment où je pensais au Bonenkai Billy m'en parle aussi. Comme quoi, entre collègue ça devait être un événement attendu. Sûrement que Billy qui avait l'air d'être assez naturel devait bien aimer ce genre d’événement, pour ma part je ne savais pas trop quoi en penser, bien sûr c'était très sympa de s'amuser en groupe, entre collègues. Mais bon l'alcool déliant les langues c'était aussi un moment ou on était censé dire ce que l'on pensait de ses collègues, et je n'aimais pas vraiment que l'on parle de moi.

Sûrement parce que j'avais l'habitude que ce soit en mal, ou bien juste parce que je n'aimais pas être au centre de l'attention, enfin bref.

-Oui en effet je compte bien y aller, ça devrait être très plaisant de voir tout ce beau monde rassembler comme ça autour de bonne bière fraîche.


Tu la sens la bonne dissimulation de réticence et  le sourire plus crispé qu'a son habitude.

Vous qui connaissez le pays mieux que moi, dites moi, cette pratique là, le Bonenkai, est-ce une chose qui se pratique aussi chez les étudiants ? Je m'inquiète sûrement un peu mais ma petite sœur étant en troisième année je serais inquiet de la savoir dans ce genre de rassemblement.

Encore sa sœur, dit donc à chaque fois qu'il me parle d'elle il a l'air de vouloir la protéger du monde dangereux qui l'entoure mais franchement dans une ville comme Kobe et dans un pays comme le Japon il y avait peu de risques que quelque chose lui arrive.

-Oh non ne vous inquiétez pas. Tout ira bien, le bonenkai est réservé aux cadres purement professionnels pas scolaire, votre sœur vous avez l'air de tenir beaucoup à elle, non ?

-C'est une gentille fille mais tellement adorable et naïve pour ce monde là. Hmmm, je ne suis vraiment pas rassuré à l'idée de la laisser seule...  Vous n'avez pas de frère et sœur, docteur ? Puis-je vous tutoyer ?

Oula la mitraillette de questions était de sortie, ça ne me dérangeait pas je me demandais dans quel ordre répondre à tout ça.

-Euh oui vous... tu peux me tutoyer, non je n'ai pas de frère ni de sœur mon père est partit de la maison après ma naissance. Et ne vous inquiétez pas pour votre sœur je suis sûr qu'elle se débrouillera très bien si elle a le même tempérament que son frère .



---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Sam 17 Juin 2017 - 18:26

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Le bombardement de question c'était une spécialité de Billy, par moment un peu trop relou, je vous l'accorde. Mais le jardinier, contrairement à son homologue cassos en section artistique, se plaisait à être intrusif, à savoir tout des autres, et cela, à des moments pas toujours bien choisi. Enfin, pour le coup, il était assez soft avec monsieur le psy. En ce qui concernait le Bonenkai, par contre, Billy était joie et impatience. Jusqu'à maintenant notre jardinier était soit trop pauvre ne soit pas assez intime avec ses camarades pour franchir le cap de la beuverie entre collègues. Autant vous dire qu'à l'approche de cet événement, il se sentait comme une pucelle de quatorze face à sa première pyjamas partie. Il nota minutieusement de discuter des détails de cet événement avec Okabe sensei (il appréciait le personnage et trouvait cet homme plus enrichissant que la moyenne) avant de se concentrer de nouveau sur son collègue. À voir le sourire crispé du psychologue cette fête ne l'enchantait que peu. Peut-être avait-il peur ? Peut-être était-il timide ? La réaction du jeune homme intrigua Billy et comme Billy est un pro pour les entrées en matière, il décida de mettre les pieds dans le plat un bon coup. Mais avant, il laissa son collègue répondre à ses autres interrogations.

Dans un sens, il fut rassuré que sa précieuse petite sœur de ne soit pas au centre d'une débauche d'alcool et de personnes un peu trop pompettes. Vraiment rassuré même. Cependant il fut touché par la remarque de son collègue "même tempérament". Sur le coup il arqua un sourcil grotesque un peu perdu avant de laisser le compliment prendre et son visage s'orner d'un sourire satisfait.

- Et bien, je prend avec joie ce compliment ! Fit-il en riant un bon coup avant de reprendre sous le ton de la confidence Mais dis-moi, tu n'as pas l'air très enchanté du Bonenkai, tu as du mal avec les réunions de groupe ?

Dans un certain sens, Billy pouvait le comprendre, les réunions de groupes ce n'était pas son truc non plus. Disons qu'il aimait la compagnie des gens, les rires et la joie ambiante, mais que venait un moment où monsieur le jardinier voulait un petit retour au calme et aller se coucher et que là, bizarrement, l'euphorie d'un groupe de vingt personnes passait nettement moins bien. Il finit sa peinte et en reprit une autre derrière. Le concept de boire petit à petit était quelque chose de très flou dans sa tête. Une bière était une boisson comme une autre et on devait de se la boire d'un traite. Sauf que voilà, Billy c'est une petite nature et qu'il tourne vite de joyeux à pompette et Billy pompette c'est Billy.... Mais en pire. Je sais le concept déroute pas mal, on va donc vous montrer ce que ça donne en pratique.

- BIEN ! Pour fêter notre nouvelle amitié et te décoincer un peu, pourquoi ne pas aller esquisser quelques pas de dance ? Tu vas voir, tu vas t'amuser !


ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche


spoiler:
 

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Jeu 22 Juin 2017 - 23:38

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin


Mais dis-moi, tu n'as pas l'air très enchanté du Bonenkai, tu as du mal avec les réunions de groupe ?


-Bah c'est mon côté in social j'imagine, les réunions de groupe j'ai tendance à un peu stresser en imaginant que les gens ne vont pas m'apprécier.

Comme toutes les fois ou j'ai rencontré des gens dans un cadre scolaire, sauf à la faculté quand enfin les gens te laisses vivre sans trop vouloir te rabaisser ou s’immiscer dans ta vie privée. Mais pendant toutes les années d'avant, chaque fois, chaque années le petit Jhin espérait au fond de lui, que cette année les gens seraient moins bêtes qu'ils arrêteraient de le rejeter et de ne voir que sa couleur de cheveux. Qu'il puisse jouer avec tout le monde dans sa classe et que tout aille mieux dans le meilleur des mondes, que son papa revienne, que sa maman puisse travailler moins et qu'ils puissent voyager tous ensemble...

Comme une famille normal d'après ce qu'il entendait autour de lui.

BIEN ! Pour fêter notre nouvelle amitié et te décoincer un peu, pourquoi ne pas aller esquisser quelques pas de dance ? Tu vas voir, tu vas t'amuser !

Je regardai Tisane un moment me demandant ce qu'elle pouvait percevoir et comprendre de la situation pendant un temps.

-Je n'aime pas trop danser en général et je ne suis pas coincé je suis juste d'un naturel calme. Désolé si je peux paraître ennuyeux...


Je ne bougeai pas de mon siège et regardai Billy avec un aire gène ne voulant vraiment pas aller danser.


---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Dim 25 Juin 2017 - 22:26

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Ah bah tien. C'est bien la première fois qu'il rencontrait quelqu'un comme ça. Quelqu'un de calme. Quelqu'un qui n'est pas en mode :"WAZAAAAAAAAAAAA HZASBDKJQSNDJQS" ou totalement à l'ouest. Parce qu'entre sa sœur, son père, sa mère et Katsura on ne pouvait dire que les fréquentations de Billy étaient en majorité des gens... Assez spéciaux. C'était tout nouveau, pour lui, de converser avec quelqu'un de normal. C'était tout con à dire, mais se retrouver devant ce type de personne avait quelque chose de déstabilisant pour le jardinier.

Jhin lui confia son insécurité vis-a-vis des rassemblements et il en resta assez surpris. Dans son monde de bisounours, Jhin avait l'air d'être un type sociable, souriant et Billy le pensait plutôt populaire. Voir cet homme qu'il avait cru "bigrement et coolesquement cool", comme dirait Tany, se montrer fragile le déstabilisa un moment. Ça alors ? Se serait-il trompé ?

Et l'awkward ne s'arrêta pas là, puisque, très rapidement, il se refit de nouveau rejeter. Ah. Oh. Alors les gens, ça ne se manipule pas comme des poupées Barbie ? Oh. Ah. On apprend des choses ce soir, Billy, hein ? Bah ouais, tu te retrouves bien con, les mains tendues, avec le vent en fond sonore. Pourtant, et malgré le fait qu'il était quelque peu sur le cul, le jardinier se ressaisit assez rapidement et reprenant son sourire aimable et ses manières douces et zens il se rassit, un petit rictus désolé au visage.

- Non, non, mon bon docteur, c'est moi qui m'excuse ! Je suis confus, je pensais un peu t'aider à aller mieux. Je m'étais dit que la danse serait un bon moyen d'oublier la gêne mais il semble que je t'ai trop brusqué, désolé. Maintenant, le tout était de trouvé de quoi faire la conversation tout en essayant de ne pas mettre plus mal à l'aise le pauvre psy. Très sincèrement, je te trouve très sympathique. Les gens sont gentils et la maladresse n'est pas un défaut en soit, ohohohoh ! Par exemple, je ne suis pas du tout à l'aise en chant, une vraie casserole, j'ai fait soupirer mon colocataire plus d'une fois ! Mais il n'empêche que nous sommes amis.
Je ne suis pas psychologue, mais je pense nos collègues adultes et assez bons pour ne pas te rejeter.
Il prit à la suite de ces paroles un sourire compatissant et lui glissa sur le ton de la confidence. Et puis, avec Katsura dans les parages, crois moi sur parole, tu pourrais danser nu sur une table que personne ne t'en tiendrais rigueur !

Tisane se glissa à ses pieds pour réclamer quelques caresses et après lui avoir donner ce qu'elle attendait Billy commanda deux autres bières.

- Celle là, je te l'offre, en bon gage de mon amitié.


ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Mer 28 Juin 2017 - 23:06

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin



-Non, non, mon bon docteur, c'est moi qui m'excuse ! Je suis confus, je pensais un peu t'aider à aller mieux. Je m'étais dit que la danse serait un bon moyen d'oublier la gêne mais il semble que je t'ai trop brusqué, désolé.

Ouai la danse ça n'avait jamais été mon truc, depuis gamin il se trouve que j'étais plus du genre à danser avec quelqu'un dans mes bras que tout seul, et franchement danser avec Billy dans mes bras...

Bien que l'idée était amusante à imaginer je ne pense pas que ça donnerait une bonne image de nous deux si ça venait à se savoir dans l'établissement. Ça démarrerait des rumeurs surement quasi-instantanément. Apparemment les élevés s'amusent déjà à faire des « ships » entre les membres du personnel, ils s'imaginent des idylles amoureuses entre eux ou entre nous.

Rien d'étranges à ça vu leur âges et leur curiosité sur le sujet selon moi, mais tout de même autant ne pas leur donner matière à fantasmer.

-Très sincèrement, je te trouve très sympathique. Les gens sont gentils et la maladresse n'est pas un défaut en soit, ohohohoh ! Par exemple, je ne suis pas du tout à l'aise en chant, une vraie casserole, j'ai fait soupirer mon colocataire plus d'une fois ! Mais il n'empêche que nous sommes amis. Je ne suis pas psychologue, mais je pense nos collègues adultes et assez bons pour ne pas te rejeter.

Je fis un sourire sincère à Billy, il avait raison après tout, pourquoi toujours partir du postula que tout le monde était forcement mauvais. J'avais en plus déjà rencontré mes collègues dans la salle des professeurs et même discuter avec certains, ils avaient l'air pour le moins très sympathique, Billy, Kato et Sakura en plus que je connaissais maintenant.

-Et puis, avec Katsura dans les parages, crois moi sur parole, tu pourrais danser nu sur une table que personne ne t'en tiendrais rigueur !

Katsura, ah oui le surveillant j'en avais entendu parlé de lui. Apparemment un sacré numéro en effet et le coloc de Billy je crois de ce que j'avais compris. Ca devait faire une coloc pour le moins animé à gérer heureusement que ces deux-là s'entendait bien.

-Celle là, je te l'offre, en bon gage de mon amitié.

-Merci Beaucoup. Dis-je à moitié géné avec un visage un peu triste sur le visage.

Je ne savais pas pourquoi mais, en ce moment je n'arrivai pas à me réjouir comme si je présentai que quelque chose allait débarquer dans ma vie et tout foutre en l'air. Je chassai ce regard triste de mon visage et ré-affichais mon sourire habituel.

-Et avec Katsura ça va vous vous entendez bien ?


Je commençais ma deuxième bière, sentant l'alcool faire un peu son effet et aidant à chasser ce genre d'idées sombres.


---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Dim 2 Juil 2017 - 22:45

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Oui oui, vous ne rêvez pas, nous sommes bien sur terre, nous sommes bien à la bonne date, le bon univers, non, non vous ne vous trompez pas d'endroit. Et oui, sous vos yeux ébahit, Billy a offert quelque chose à quelqu'un. Bon, vous me direz, "une bière, ce n'est pas la mort" mais quand on connaît la radinerie légendaire du jardinier du campus ce geste prend tout de suite une signification ULTRA puissante. Sérieux, on aura pu finir une saison sur ça le public aurait eu la même réaction qu'à la fin d'une saison de supernatural à coup de "WTF OMG IT'S REAL ?". Oui, oui. Je m'emballe, mais en tant que joueuse, je suis sur le cul de voir Billy faire un tel geste. Mais aussi surprenant que ça puisse paraître, là, tout de suite, il est plutôt content de lui.

Il observa attentivement son camarade. Tout ce qu'il venait de dire, il le pensait sincèrement. Le jardinier espérait en son fond intérieur que son collègue arriverait à se détendre. Après tout, la vie était courte et il fallait en profiter et les gens sont tellement des bisounours quoi, alors bon, qu'est-ce qu'on risque, hein ? Mais, au vu du sourire que Jhin lui rendit, son opération " sauvons le psy en détresse" s'annonçait plutôt bien. Les nouvelles bières arrivées, Bily en prit une nouvelle gorgée avant de se pencher plus précisément sur la question de son collègue.

Est-ce que ça se passait bien avec Yoshi ? Meeeeeeh, oui plutôt ? Enfin c'est ce qu'il croyait. Pour lui toute collocation se passait forcément bien parce que les fleurs, les petits oiseaux et tout le tralala mais les habitudes de vie de Billy n'étaient pas si simples à accepter et pour le coup Katsura était quelqu'un de très tolérant et patient. Même si c'était un véritable chenapan pour moment, il n'en restait pas "THAT'S BOY A SA MILF" (comprenez Billy). Le jardinier prit quand même quelques secondes pour répondre.

- Et bien... Yoshi est quelqu'un d'assez énergique et turbulent mais c'est vraiment quelqu'un de bien et d'agréable. Il est gentil et très attentionné avec Tisane, par exemple. Ce n'est pas un mauvais bougre et pour être honnête, si il n'était pas aussi pauvre je pense que je me serais marié avec ohohohohohohoh !

Ne rigolez pas. Parce qu'il est sérieux.

- J'avais un peu peur de la collocation, au début, j'avais peur de tomber sur quelqu'un avec un mode vie incompatible avec le mien. Mais Katsura est vraiment un gentil garçon. Bon, ça lui arrive de mélanger ses chaussettes volontairement pour m'énerver et il est vrai qu'il change quelques fois brusquement mon emploi de temps en lançant le repas à 19h au lieu de 19h30 mais sinon, c'est vraiment un chic type.

Le jardinier finit sa phrase en prenant une nouvelle gorgée avant de retourner la politesse.

- Je ne me souviens plus trop si je te l'ai demandé mais tu habites seul ?

ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Lun 3 Juil 2017 - 23:39

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin


Je souris ne sachant pas s'il disait cela tout cela sur le ton de la blague ou pas, après tout en voyant le personnage,...surement pas. Je regardais Billy boire sa bière et je fis de même

Ouai je vois, autant Billy que Katsura devait avoir des caractères très expansifs et je fus content un moment de réaliser que ma collocation à moi était bien plus calme. Tomber en collocation avec ces jeunes gens devaient être bien sympa mais pas très reposante, moi qui suis d'un naturel assez calme je pense que j'aurais crisé plus d'une fois.

La musique  que le bar passait était vraiment agréable, il y eu un petit moment de blanc ou j'écoutai la musique tout en sombrant dans mes souvenirs, du village familiale qui était bien loin de tout ça, de ma mère, de mes années d fac et mes appartement miteux à l'époque que j'arrivai à peine à payer. Maintenant c'est mieux, avec un salaire les choses sont tout de suite plus facile.

Et puis c'est ma première collocation, je ne fais pas trop ce genre de choses en général, arriver dans un espace que l'on devait attribuer comme un chez soit alors que des gens ont déjà leurs affaires, leur habitudes et leurs façons de se gérer dans le même espace, c'est assez terrifiant. D'autant plus que je me demande ce qu'il se passe si les colocataires ne s'entendent pas bien ensemble, je me souviens, le stress que j'avais ressenti en arrivant sur le palier de l'appartement avec les camions de déménageur qui se garait dans la rue.

Je ne me souviens plus trop si je te l'ai demandé mais tu habites seul ?

Non j'habite avec Isley, la professeur de biologie et Okabe le nouveau professeur de chimie. Ils sont très sympa aussi, on se fait des soirées bien sympa à l'appartement. Et ils ne sont pas trop bruyants ni intrusif alors je n'ai pas à me plaindre.


---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Dim 9 Juil 2017 - 13:38

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



"Aaaaaah que le monde est petit"

C'est un peu ce qui résonnait dans la caboche rousse (Parce que oui, pour une fois qu'on a un vrai roux et pas un "rouge" dans cette école, hein ? /PAN/) du jardinier. Mais dans un sens, ça n'en rendait la communication que plus facile parce que Lopez et Isley, bah, oui, ils les connaissaient. Bon, ce n'était pas ses besties forever non plus, mais pour Billy qui était un bisounours et pour qui le monde était beau, rose et gentil, ses deux collègues représentaient des camarades appréciables et appréciés. Lopez était à ses yeux un bon gars et il avait un énorme respect pour Isley pour la bonne et simple raison qu'elle était maman et que Billy était un homme qui respectait, presque religieusement, les mamans. Bah oui, autant dépenser sur le long terme pour un petit être humain qui ne vous sera jamais rentable ça forçait l'admiration !

Mais donc, son collègue habitait avec ces deux profs ? Meh, c'est une bonne chose, tu me diras. En tout cas, Billy en était plutôt content. Dans son fond intérieur, le jardinier se disait que le psy devait bien être entouré.

- Ah oui ! Ils sont très chics, en effet ! Lopez-sensei est un grand enseignant, je trouve, et Isley a beaucoup de courage d'enseigner et d'élever sa fille avec autant de justesse. C'est bien, très bien, même, d'être entouré de personnes aussi formidables !

Ah, son dialecte "poli as fuck" de mes couilles reprend un peu le dessus. Faut croire que l'alcool ça n'efface pas son petit air admiratif pour tout et surtout rien. Mais il était comme ça, Billy, à s'enchanté de n'importe quoi pour n'importe qui.

- Hm, j'aurais pensé qu'avec la petite Kinoko la maison aurait été plus animée mais apparemment ce n'est pas le cas. Pourtant, cette petite a de l'énergie à revendre ! Fit-il doucement en hochant la tête à la manière de ces grands-mères commères du dimanche Enfin, je suppose que tu dois beaucoup aimé le contact des enfants pour exercer ton métier.

ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Mar 11 Juil 2017 - 20:07

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin





Hm, j'aurais pensé qu'avec la petite Kinoko la maison aurait été plus animée mais apparemment ce n'est pas le cas. Pourtant, cette petite a de l'énergie à revendre ! Enfin, je suppose que tu dois beaucoup aimé le contact des enfants pour exercer ton métier .

Mh, j'avoue ne jamais vraiment y avoir réfléchis, je n'ai juste pas de mal à lire les enfants et à les comprendre, ils sont simples et naturels, facile à lire. Pas comme les adultes. Alors bien sûr il ne faut pas non plus idéaliser les enfants certains enfants sont manipulateurs, peuvent se montrer méchants ou bien encore insupportable. Mais il y a toujours une cause au problème qui est assez évidente. Un enfant de base est bon, comme tous les humains, mais un enfant n'a pas cette couche opaque de souvenir et de barrière qu'un adulte a. Un adulte se construit sur ces problèmes et cette manière de percevoir le monde et il est très difficile pour lui de ne serait ce que percevoir que quelque chose ne va pas dans leur manière d'agir.

Un enfant en général lui n'a pas autant de barrière, soit ça vient de ses parents, soit d'un trauma récent, dans les deux cas on peut agir sur les deux et voir les parents pour changer les choses. Et puis les enfants sont encore « modelable ». Ils peuvent très facilement comprendre que ce qu'ils font n'est pas bien et changer de comportement avant que ça ne devienne trop sérieux . Avant que ça ne pourrisse leur année scolaire, leur façon de percevoir les autres enfants ou bien même leur rapport avec leur famille.

Alors vous allez me dire, pourquoi je n'ai pas pris les enfants plutôt que les ados quand j'ai choisi m'a filière ? Les ados qui ont pile la couche d'opacité pour que les problèmes soient ancrés, qui sont instables et qui en plus de ça ne sont pas très coopératifs en général. Et bien, bizarrement je ne suis pas très doué avec les enfants, je pense que je suis trop passif et dans ma réflexion pour les amené à jouer avec moi et se confier, ils doivent me sentir trop distant.

Ceci dit la petite Kinoko elle est un cas à part, une vraie boule d'énergie, elle en à tellement que je n'ai pas besoin d'en avoir, elle réussi à en avoir assez pour nous deux. Elle est juste heureuse de partager un moment avec quelqu'un et je commence à franchement bien l'aimer cette petite, en plus de ça elle comprend, en général, quand je suis occupé et que je ne peux pas venir jouer ou faire quelque chose avec elle.


-La petite est très facile à vivre et moi qui suis plutôt mauvais à faire ami ami avec les enfants, oui je sais c'est peu courant pour un psy, j'arrive à bien m'entendre avec elle. J'étais un peu rétissant au début quand on m'a dit qu'une colocataire avait un enfant avec elle. Mais je pense que je m'en suis fait pour rien.
Et Vous Billy, vous êtes doué avec les enfants, j'imagine qu'avec votre caractère très énergique vous ne devez pas avoir le même genre de difficulté que moi, je me trompe ?


Je vis avec étonnement que j'avais déjà finis ma deuxième bière et je demandai au barman de nous resservir, cette fois si c'est moi qui paya. L'alcool commençait à faire effet et je sentais une douce chaleur inonder mes joues.



---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Ven 14 Juil 2017 - 22:31

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Il pouvait aisément comprendre son camarade sur le coup. Vrai que les enfants étaient de petites créatures qui, bien que mignonnes, étaient affreusement bruyante et Billy, le bruit, il ne fallait pas trop lui demander de le supporter longtemps. C'est en partie pour par ça qu'il avait visé le poste de jardinier, en extérieur, avec les cours, il y avait rarement trop de monde d'un coup et Kobe avait la chance d'être un établissement avec une population assez calme, ce n'était pas le ghetto quoi. En ce qui concernait la petite Kinoko, Billy approuvait les dires de Jhin. C'était, en effet, une chouette gamine. Elle avait ce petit côté espiègle qu'avait Tany quand elle était plus jeune et, bon, le jardinier avait du mal à résister à tout ce qui était petit et mignon, donc ce qu'était Kinoko, en gros.

- Il faut dire que la petite a une mère qui fait du très bon travail. Isley est une maman pour laquelle j'ai beaucoup d'admiration. Mais, oui, Kinoko est une petite fille que je trouve très agréable ! Elle me fait penser à Tany par bien des aspects. Puis, Tisane l'aime beaucoup aussi, hein ma princesse ?

Ce à quoi la dites princesse répondit par un "Wouf !" enthousiaste avant de se rouler sur le dos, quémandant ainsi quelques caresses que Billy lui donna volontiers. Ceci dit, la suite du discours de son camarade interrogea le jardinier. Hmmmmmm, il ne savait pas vraiment quoi répondre pour le coup, puisque que pour lui, la question ne s'était jamais posée.

- Je ne sais pas si je suis doué avec les enfants pour être honnête... Hmmm C'est que je n'ai jamais été confronté à ces petits êtres là très souvent et je suppose que prendre ma sœur pour exemple serait une mauvaise chose dans le sens où nous avons grandit ensemble et qu'il y a un fort affect entre nous hmmmmm... Oh mon dieu. Billy réfléchit. Après, je m'entend bien avec les élèves de cette école surtout avec ce jeune cuisinier handicapé... Mais je ne le vois plus sur le campus, il a dû terminer son stage, sûrement. Hmmm mais avec des jeunes enfants... Je ne sais pas, j'avoue que c'est assez intimidant de se retrouver face à ces petits êtres. Je ne sais jamais comment m'y prendre avec eux ! Hahahahahaha !

Il était vrai qu'il y avait une large différence entre s'occuper du jardin d'un campus d'ados et fréquenter des petits enfants dans le cadre de son travail. Pour Billy, les enfants étaient des petits êtres fragiles et il doutait fortement d'avoir la délicatesse pour s'en occuper. Il remercia son camarade en le voyant commencer une nouvelle bière.

- Et bien ! Nous avons la descente facile ! Je sens qu'on va finir par rouler sous les tables mon ami !

ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Mar 25 Juil 2017 - 0:12

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin


En y repensant je n'ai jamais entendu parlé d'un cuisinier handicpaé, peut être qu'il est partit avant que j'arrive. Hey mais, au fait les cuisines ne sont surement pas du tout adaptés pour les personnes handicapés. Mh j'irais voir un jour dans cette cuisine si ils connaissent des gens.

Et bien ! Nous avons la descente facile ! Je sens qu'on va finir par rouler sous les tables mon ami !

Bien que les effets de l'alcool commençait à se faire ressentir, il en faudrait plus pour que je commence à rouler sous les tables. Après tout la faculté n'était pas si loin et j'avais l'habitude de boire, même si j’avais une chauffe rapidement avant d'être vraiment rond il faudrait changer d'alcool et vider une bouteille de saké au moins.

Les concours de beuverie entre étudiant on été un sacré entrainement et même si je n'étais pas très soirée étudiante j'avais de base une résistance assez forte à l'alcool apparemment.

-Pour ma part il m'en faudra plus que ça. Mais qui sait au bonenkai peut être...Si il y a de l'alcool fort.

Je repris une gorgée de la nouvelle bière bien franche et caressa tisane. Même si ce chien n'était pas très beau ou grand, ou même doux, il avait quelque chose dans le regard, comme une étincelle de joie de vivre. Je me demande si c'est le fait de vivre avec Billy qui fait cette effet, ou alors c'est Tisane qui rend Billy si joyeux.

C'est même surement les deux, ils s'apportent tout deux de la bonne humeur, il faudrait que je regarde les yeux de  Katsura pour voir si il à la même lueur pétillante dans les yeux ou alors si c'est juste ses deux là qui se ressemblent beaucoup jusqu'au regard qu'ils portent sur le monde.


---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Ven 28 Juil 2017 - 15:26

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Aaaaaaah, la beuverie entre collègues. Ça lui parlait bien. Enfin, Billy était partagé entre la vision quasi-sainte qu'il avait de ses collègues qu'il avait peur de voir casser et une irrémédiable envie de faire la grosse teuf, comme disent les jeunes. Quoi ? Ça dit plus ça les jeunes ? C'est ce qu'on me dit à l'oreillette. Dammit, les expressions changent tellement vite de nos jours !

En tout cas, entendre son collègue et ami psychologue envisager l'hypothèse de se mettre bien comme il faut pendant cette réunion entre adulte tout à fait mature et bien dans leurs bottes lui fit étendre son, déjà, large sourire. Il était plutôt ravi de voir Jhin tenir ce genre de discours. Fin, notre jardinier n'était pas de ceux qui considéraient qu'il fallait se mettre une rasse pour passer une bonne soirée, mais voir son collègue s'ouvrir un peu plus, ça, ça lui suffisait amplement. Parce que Billy, voyez, aimait bien mettre les gens à l'aise.

- Je ne sais pas si il y aura de gros alcools durant la soirée. J'espère juste qu'il n'y aura pas de jeu de boisson, je suis plutôt mauvais pour ces choses là. Le strip-poker, par exemple, je ne fais jamais long feu.

On ne parlera pas de sa première année au japon où il s'était fait embarquer dans un délire de ce genre et, où ne connaissant nullement les règles du poker, il avait fini au bout de quinze minutes en chaussette et caleçon, tout penaud de s'être fait dépouiller aussi vite.

- Tu as donc l'habitude de boire ? C'est drôle, je ne l'aurais pas cru !

Il posa sa bière sur le comptoir après avoir laissé quelques gorgées glisser dans son gosier. Il posa ensuite ses yeux sur sa chienne bien aimé et un léger rire lui échappa d'entre les lèvres.

- Elle a l'air de beaucoup t'aimer. Hm, Katsura ne serait peut-être pas d'accord pour la suite mais, bon, osef. Tu devrais passer un de ces jours à l'appartement ! Tisane serait contente de te voir, puis ça me ferait plaisir de t'avoir un peu à la maison pour dîner !

Il observa ensuite l'horloge à l'autre bout de la salle qui commençait doucement à se remplir de monde. Une idée, débile, lui vient en tête. C'était sûrement beaucoup trop enfantin pour deux adultes mais dans un sens, Billy avait l'intime conviction que ce serait un bon moyen pour apprendre à connaître un peu plus son collègue.

- Si tu as un peu de temps, un action/vérité, ça te dis ?

ft. Un gentil monsieur sans blouse blanche

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 77
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 22


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]  Lun 14 Aoû 2017 - 19:45

Weber
Jhin

Dickson
Billy

Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin


Je ne fis aucun commentaire sur le strip-poker de Billy, on dirait que ça sentait le vécu, bien que l'idée de l'imaginer en train d'être dépouillé de ses vêtements tout en essayant de garder son sang froid est assez marrant. Le connaissant en plus je l'imagine bien prenant la chose très sérieusement, n caleçon avec ces cartes en main et un regard mi gêné mi courageux . Je souris en imaginant ça et repris une  gorgé de bière.

Tu as donc l'habitude de boire ? C'est drôle, je ne l'aurais pas cru !

« Et bien disons que mes études étaient composé de beaucoup d'études et aussi de beaucoup de détente entre amis le soir pendant les soirées étudiantes dans le centre de Kobe. Et toi tu as déjà fait des études ? »

Il regarda ensuite sa chienne.

Elle a l'air de beaucoup t'aimer. Tu devrais passer un de ces jours à l'appartement ! Tisane serait contente de te voir, puis ça me ferait plaisir de t'avoir un peu à la maison pour dîner !

«  Euh oui pourquoi pas, un jour quand j'aurais le temps. »

Je le disais le plus naturellement et le plus décontracté possible mais l'idée en soit ne m'enchantait pas trop, j'avais peur que mon calme ne fasse retombé l'ambiance avec des gens que je ne connaissais pas ou que je sois de trop. Enfin des angoisses et des excuses juste pour ne pas m'avouer que je n'aimais pas trop me retrouver entouré de gens que je ne connais pas trop. Comme au Bonenkai a venir.

Si tu as un peu de temps, un action/vérité, ça te dis ?

Je le regardai, surpris par cette question, il était vraiment enfantin. Je me demande si c'est juste une façade ou pas.

« Euh oui pourquoi pas, va s'y commence. »


---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Les pruneaux, vus de loin, on dirait des crottes de lapin [PV Jhin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre ville :: Restaurants-
Sauter vers: