Partagez | 
 

 Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Ven 2 Juin 2017 - 2:12

La vie n’est facile pour personne, encore moins quand tu restes dans ton coin. Tu deviens vite la cible de personnes mauvaises qui aime montrer qu’ils sont supérieurs. Malheureusement, Kathie a subi ce genre d’assaut néfaste tout au long de sa courte vie. Lors de son collège par exemple, où ses camarades lui faisaient voir de toutes les couleurs… Ce fut d’ailleurs de ça qu’elle rêva au cours de la nuit. De la dernière mauvaise blague qu’elle avait subie dans son collège. La jeune demoiselle allait souvent se réfugier dans une cage d’escalier, celle qui menait au toit, mais qui la porte menant au toit était condamnée. Malheureusement, par on ne sait quel miracle, trois de ses camarades de classe avaient trouvé le moyen d’avoir les clés de cette cage d’escalier… Elle se souvenait encore de sa réaction lorsqu’elle entendit le bruit distinct d’une porte qui se verrouillant. La curiosité pour commencer, se demandant ce qui se passait. Puis, l’inquiétude arrive lorsqu’elle se rend compte que finalement, elle vit que la porte était fermée… Puis la panique totale en entendant rire derrière la porte, puis les rires s’éloigner… Elle sentait encore les larmes coulées sur ses joues… Elle s’était retrouvée, enfermée, dans une cage d’escalier… Pourquoi… Elle frappa à la porte pendant un long moment, hurlant, appelant à l’aide… Mais personne ne vint lui ouvrir. Ce n’est que le lendemain qu’on lui ouvrit la porte. Et c’est sur la vue de l’homme d’entretient, que Kathie se réveilla, en pleure, à 3h du matin… Sa nuit était clairement finie… Elle resta longtemps à fixer le plafond, repensant à ce moment-là… C’était ce jour-là qu’elle avait appelé sa mère en pleure, lui suppliant de la retirer de l’école… En entendant le désespoir dans la voix de son unique fille, elle ne put lui refuser cette requête. Le lendemain, elle se trouvait dans un avion rapatriée en Autriche. Kathie quitta cette école profondément traumatisée par ce qu’elle avait vécu tout au long de sa scolarité…

C’est profondément fatigué que la jeune fille commençât sa journée de cours… Se retrouvant à bâiller en cours… heureusement, elle restait assez discrête pour ne pas se faire remarquer par ses professeurs. Heureusement. Ça ne l’empêchait pas pour autant de suivre les cours, elle n’en restait pas moins consciencieuse dans son travail. La matinée fut longue à passer pour elle, en même temps avec la fatigue qu’elle ressentait, ce n’était pas étonnant. Ce fut un soulagement pour elle que d’arriver à l’heure du déjeuner. Encore une fois, elle se dirigea au premier Kombini du coin pour se prendre de quoi déjeuner. Puis, elle alla se poser dans un coin près du magasin pour déguster son plat, il faisait beau, donc les étudiants étaient de sortie, elle préférait donc manger en dehors de l’école. Une fois que ce fut fait, elle retourna à l’école. Malheureusement, elle passa non loin d’un petit groupe de trois personnes.

Kathie ne sembla pas s’en rendre compte, elle avait son casque sur les oreilles, écoutant la musique à fond, histoire de se réveiller un peu. Elle faisait toujours ça lorsqu’elle avait mal dormi et ça fonctionnait assez, car son cerveau n’avait pas le temps de se rendormir vu le rythme endiablé du son qu’elle écoutait. Livre a la mains, elle lisait tout en marchant, elle esquivait avec brio les obstacles en face d’elle, cependant, elle ne faisait pas attention à ce qui se passait or son champ de vision limité. Jusqu’à ce qu’elle vit une paire de pieds en face d’elle, statique… Elle se demanda, évidemment, ce qui se passait, s’arrêtant et enlevant son casque… Elle avait remarqué elle était coincée entre ses trois personnes, deux garçons, une fille… Qu’est ce qu’ils voulaient ? Surtout à elle qui avait l’air d’être plus jeune qu’eux… Tout se passa rapidement, en vérité, ils commencèrent à parler, cependant, Kathie ne disait pas un mot, ne sachant pas trop quoi dire et comment réagir, tenant toujours son livre dans ses mains. Son mutisme commença à agacer l’un des garçons, qui commença à la bousculer légèrement. Une phrase finit par sortir des lèvres de la demoiselle « laissez-moi tranquille, s’ils vous plaisent » phrase qui fit rire le petit groupe… Son livre lui fut finalement arraché des mains par la fille. Prétextant vouloir savoir ce qu’elle lisait… Elle finit par le balancer derrière elle, en lançant un « pff, ennuyeux ». Kathie voulu allez le récupérer, mais ils ne la laissèrent pas faire, commençant ainsi a rire d’elle, en scandant « l’intello veut son livre ! ».

Et dire que tout ce que souhaitait Kathie, s’était de repartir sur de bonne base… Mais fallait qu’elle se fasse encore bousculer par d’autres gens… Avait-elle la tête pour se faire ennuyer ainsi ? Elle ne savait pas, mais plus le temps passait et plus elle revoyait son cauchemar passé se dérouler sous ses yeux… Les Larmes commençait à menacer de couler, mais elle ne voulait pas pleurer, pas devant eux, se retenant tellement que la moutarde lui montait aux nez… Elle se mit à prier intérieurement que ce mauvais rêve ne cesse… Qu’ils arrêtent de l’ennuyer de cette façon ou que la cloche se mette à sonner, mais que quelques choses se passent, qu’elle peut fuir loin d’ici…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Ven 2 Juin 2017 - 13:07

Cela fait déjà quelques semaines que je suis arrivé dans l’établissement. Je me suis habitué à l’environnement, à l’ambiance, à mon nouvel environnement et aux autres camarades d'origines variées. Mais il faut avouer que je ne me suis pas encore fait d’ami, je n’ai même pas vraiment adressé la parole à d’autres personnes de ma classe. Ce n’est pas que je suis asociale, c’est juste que je dois les effrayer ou donner l’impression d’être un méchant garçon et puis je ne suis pas du genre à commencer une conversation. C’est vrai que j’ai les cheveux teints en rouge, un piercing et porte toujours ma veste en cuir, mais quand même je ne suis pas un monstre.

Les cours m’intéressent et je ne vois pas le temps passer, je ne cesse de prendre des notes tel un intello, je dois tout de même avouer que ma soif de connaissance n’a pas l’air de pouvoir être assouvie. Je dois être une des rares personne qui s’exclama « déjà » lorsque la sonnerie retentit dans l’établissement pour annoncer la fin des cours du matin. N’ayant pas vraiment d’ami avec qui aller à la cantine de l’école, je choisis de manger rapidement un sandwich seul dans un coin en ville.

Après manger je décide de me poser contre le mur du portail de l’école, du côté extérieur. Je peux ainsi fumer librement sans courir de risque de me faire prendre par la direction. Je me perds dans mes pensées, je repense à mon frère en fauteuil qui essaie tant bien que mal d’aider à la ferme alors que moi j’ai simplement fuit mes responsabilités. Je me trouve quand même lâche, j’aurais dû abandonner les études pour tenter de reprendre la ferme vu que mon frère n’en est plus capable à cause de moi… Mais même si je suis un lâche je ne regrette pas mon choix, je ne vois pas pourquoi j’aurais abandonné mon rêve pour satisfaire des parents incapables de me donner leur amour. Mais quand même, j’ai un vide maintenant que je ne suis plus avec mon frère j'ai perdu ma moitié, mon confident. Un peu de nostalgie s’empare de moi, je la chasse d’un coup revers de la main devant mon visage et décide de ne plus me laisser envahir par mes pensées.

Autour de moi l’agitation est plus importante, les cours reprendront dans une bonne demi-heure environ et les élèves ayant fini de manger retournent profiter du parc et de la chaleur des salles de l'école, nous sommes en hiver après tout. Je m’allume une nouvelle cigarette lorsqu’un livre volant non identifié arrive juste devant moi. Je cherche l’origine de son vol et suppose qu’il s’agit d’un petit groupe de quatre personnes non loin de moi. Je les observe, c’est comme si quelque chose cloche, la fille au centre ne semble pas vraiment apprécier leur compagnie. Mon cerveau un peu lent met un certain temps pour comprendre qu’il d’agit d’un harcèlement, mais réagit malgré tout quand la voix de la demoiselle pousse une plainte timide :

-Laissez-moi tranquille s’il vous plait

Il n’en faut pas plus pour que je ressente le besoin de l’aider. Je ramasse le livre et me dirige vers le groupe. Une fois à leur hauteur je lance d’une voix déterminée et légèrement énervée :

-Eh vous là… On ne touche pas à mon jouet sans ma permission d’accord ?

J’ai laissé échapper les premiers mots qui me sont venu à l’esprit. Maintenant que j’avais parlé je me dis que j’aurais dû réfléchir un peu plus et qu’un simple « laissez la tranquille » aurait pu être suffisants. L’un des agresseurs marmonne d’un ton supérieur sans même se retourner pour me faire face :

-Sinon tu vas nous faire quoi ? Laisse nous tranquille et va faire ton intéressant ailleurs d’accord ?

-Non pas d’accord et si vous n’arrêtez pas je vous réserve le même sort que le livre ! C’est-à-dire un vol plané direction l’infirmerie.

Bon j’ai peut-être exagéré mais au moins ils se retournent vers moi. Ils ont bien 10cm de moins que moi et quelques années de moins que moi et ce constat est vraiment amusant. Je les sens se crisper, surtout celui celui qui semble être le meneur. Lorsqu’il lève la tête et découvre mes cheveux rouges et ma taille impressionnante il avale même sa salive bruyamment. J’en profite pour lui lâcher à la figure une bonne dose de fumée de cigarette. Mon regard noir suffit à les faire déguerpir la queue entre les jambes sans demander leur reste.

C’est vraiment amusant de voir à quel point le physique peut effrayer les gens. En plus je ne sais même pas vraiment me battre et je ne suis pas du genre à être violent, s’ils savaient ça leur réaction aurait surement été différente.

Je m’approche de la jeune fille, elle est vraiment petite, je suppose qu’elle fait partie des 3e années ou peut être moins. Elle est vraiment mignonne et à un air vraiment doux et pur, il faut avouer qu’elle est une proie facile pour les jeunes qui veulent faire leurs intéressant. Une fois à un mètre d’elle, je me stoppe et la fixe de haut en bas avant de la regarder dans les yeux, ces dernier d'un vert qui lui donnaient un certain charme :
-Bouh !

Je sais... elle vient de se faire agresser mais j’ai le droit d’être joueur. Pour une fois qu’il se passe quelque chose dans ma vie autant s’amuser un peu non ? Je ne sais même pas quelle réaction j’attends d’elle, de toute façon j’ai bien l’intention de lui rendre son livre et lui demander si tout allait bien après. Je suis juste un peu… taquin. Droit face à elle j'attends sa réaction avec un large sourire
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Ven 2 Juin 2017 - 17:19


Kathie devait vraiment avoir une tête à attirer le mauvais sort… Du loin qu’elle se souvienne, elle avait toujours eu des soucis. Comme à l’époque, avec son deuxième frère. Elle était encore gamine, mais elle s’en souvient encore, du moins, elle se souvient de l’épisode des bois… Pas qu’elle lui en voulait, mais ce fut pour la jeune fille une expérience relativement traumatisante. Pourquoi les gens s’acharnaient-ils sur elle ? Elle ne le comprenait pas. Allait-il en être ainsi tout au long de sa vie ? Ça risquerait d’être long, si c’est le cas. Et le problème, c’est qu’elle avait tendance a fuir fasse au souci que cela occasionnait… Allait-elle fuir tout au long de sa vie ? Elle en avait bien peur. D’autant que pour une jeune fille de 18 ans, elle était petite et paraissait de loin bien plus jeune… Était-ce à cause de ça qu’on la prenait pour punching-ball ? Où était-ce une excuse comme une autre ? Kathie pensait surtout que ça venait du fait que l’humain était né pour se sentir supérieur… Et ce, souvent au détriment d’autre personne. Était-ce donc un vulgaire jeu… ? Si c’est vraiment ça, alors ce jeu est morbide… Comment peut-on prendre du plaisir au détriment d’autrui ? C’est immonde… Ignoble… Plus ça allait et plus elle sentait la haine pour les autres monter, ça et les larmes…

Elle était toujours bloquée entre ce groupe de jeune qui la bousculait, qui riait d’elle… Qui s’amusait à ses déments… Elle avait eu beau contenir ses larmes, au bout d’un moment, elle sentit une larme coulée les unes après les autres… Ce fut d’ailleurs, une source de raillerie de plus pour les trois individus, qui s’était mis à scander « han, le bébé, elle pleure ! On te fait si peur que ça ! Mauviette ! » Pourquoi était-ce aussi dur que de mener une vie, un peu normale ? Pourquoi fallait-il que ça recommence ? Pourquoi ? Quand bien même, elle se poserait la question des dizaines de fois, la réponse ne venait jamais… Possible que cela soit simplement son destin d’être l’amusement de diverse personne… Ce constat la rendait tellement triste… Elle désespérait, se doutant bien que son calvaire ne se finirait que lorsque les heures de cours sonneront… C’était alors qu’elle commençait à baisser les bras, qu’une voix, qui lui fit froid dans le dos, s’éleva… Cette voix venait de prétendre qu’elle était son… Jouet… Elle marqua un temps d’arrêt sur le mot… Jouet… Cela venait vraiment confirmer ce qu’elle supposait… Elle n’était que le jouet, l’amusement du moment des gens… Elle était dos à la voix… Curieuse ? Non, enfin si, elle l’était, mais pas dans ce cas là, elle voulait sur voir qui disait de pareilles choses… C’est pourquoi elle se tourna… Elle dut lever un la tête pour voir le visage de son… défenseur… Futur bourreau… Elle ne savait même pas dans quelle classe le mettre… Celle des gentils ou celle des méchants… Enfin, vu la tronche qu’il avait… Elle n’eut pas de mal à se décider… Il faisait peur à Kathie, au point, qu’elle en devînt… Pâle… À la seconde phrase du nouveau venu, les trois individus prirent leurs jambes à leurs coups et décampèrent aussi vite qu’ils étaient apparus, la laissant seule face à cet homme…

Elle resta un moment à regarder vers la direction qu’avaient prise les 3 gugusses qui lui avait fait la vie dure précédemment… Le bouh qui suivit la fit sursauté, la faisant se retourner dans un bon… Se retrouvant de nouveau face à l’homme qui était bien plus grand qu’elle… Levant la tête pour le fixer… Elle avait encore les yeux rouges suite à sa crise de larmes précédente…  Elle vit finalement son livre dans les mains de ce dernier… Elle ne savait pas trop quoi dire… Après tout, il restait effrayant… Surtout vu ce qu’il venait de dire… Qu’elle était son…Jouet ! Cette phrase la hantait, au point qu’elle commença à trembler de la tête au pied… Mais, elle devait prendre son courage à deux mains et le remercier, il l’avait quand même sortie d’un sacré guêpier…


…Merci… Pour m’avoir aidé… Tout de suite… Monsieur…

À peine si on entendait sa voix tant elle parlait doucement et à bas volume…  Elle commença à regarder ses pieds ne sachant vraiment pas quoi dire, d’autant qu’il avait toujours son livre dans ses mains… Que devait-elle faire ? En plus, il avait bien dit qu’elle… qu’elle… Qu’elle était son jouet ! Elle s’attendait au pire…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Ven 2 Juin 2017 - 20:41

Alors que je fais peur à la bande, j’observe du coin de l’œil la victime. Elle s’est retournée en même temps que le leader vers moi. Elle avait une réaction semblable à celle des autres avec un visage un peu appeuré et des signes d'inquiétudes. La seule chose qui les différencie est qu’elle est restée sur place à fixer la direction où ils partaient au lieu de courrir. A vrai dire je me demande si elle n’aurait pas souhaité s’enfuir elle aussi au lieu de rester face à moi. Je rigole au sursaut qu’elle a suite à mon « bouh ». Elle se retrouve à nouveau face à moi et j’en profite pour l’observer à nouveau. Je remarque alors ses yeux rouges, surement dû à des larmes. Je regrette un peu mes actions mais d’un côté je suis bien amusé de ses réactions. Je la regarde sans vraiment savoir quoi faire. Heureusement pour moi elle prend l’initiative de parler :

-…Merci… Pour m’avoir aidé… Tout de suite… Monsieur…

Sa voix est vraiment faible et timide, j’eu limite du mal à comprendre ce qu’elle venait de me dire. Elle regarde aussitôt ses pieds, un signe d’infériorité ou de gêne je ne sais pas mais en tout cas un geste qui me gêne grandement. En plus quand j’y regarde bien elle tremble. Je ne peux m’empêcher de la comparer à un animal apeuré mais le problème c’est que l’objet de sa peur c’est moi. Une moue un peu triste et vexée apparaît sur mon visage. Je venais de l’aider, certes avec un peu d’indélicatesse, mais quand même elle aurait pu comprendre que j’étais de son côté non ? Histoire de détendre l’atmosphère je lance d’une voix joviale mais avec une pointe vexée :

-Monsieur, vraiment ? Je parais si vieux ? C’est vexant.

J’avoue que je perds de plus en plus le sourire à force de voir que tout le monde me fuis, je ne suis pas un monstre. J’ai choisis ce style certes mais je ne suis pas un monstre quand même. Je prends une voix douce mais teinté de tristesse et lui demande plus sérieusement et calmement :

-Je te fais peur c’est ça ?


Je n’ai pas envie pour autant de transformer ce moment en moment de tristesse et puis elle venait de pleurer je n’allais pas en rajouter une couche. Je ne suis pas du genre à faire pleurer les filles moi. Un peu gêné je pose ma grande main sur sa tête, dans ses cheveux pour les ébouriffer et créer une bonne ambiance. Je suis surpris de voir à quel point ils sont doux et agréable à toucher, je me retiens même de lui faire la réflexion mais je retire vite ma main pour ne pas la gêner. Sur un ton plus jovial je décide d’ajouter pour la détendre :

-Je suis un gentil moi… Je suis même ton super héro un peu joueur non ?


C'est vrai quoi je suis son sauveur et je l'embête ce qui fais de moi son super héro joueur. Je fais une petite pause de quelques secondes après ma phrase pour tirer un coup sur ma cigarette et ajoute en pointant du doigt le livre :

-C’est à toi ça non ?

Je pose la question mais je ne suis pas pour autant prêt à le lui rendre immédiatement. Elle m’a vexé à avoir peur de son sauveur et j’ai bien l’intention de continuer à la taquiner. Je suis une gentille personne mais je suis également une vrai tête de mule, j’ai donc décidé de l’aider mais aussi de l’embêter. En plus pour motiver mes mesquinerie j'ai ses réactions tellement drôles et mignonnes.


Dernière édition par Nobuo Inu le Dim 4 Juin 2017 - 0:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Ven 2 Juin 2017 - 23:31

Kathie était vraiment le genre de fille a se laisser tout faire et a resté, tête baisser, a supportant sans rien dire… C’était aussi la raison du fait qu’elle était visée par les camarades. Le petit groupe avait pris ses jambes a son cou, et cette grâce au jeune homme qui se trouvait a présent devant elle. C’était la première fois que quelqu’un lui venait en aide, elle s’attendait a ce que ce ne soit pas gratuit… Qu’il attend quelques choses d’elle ! C’est aussi pour cette raison qu’elle restait dans cette position repliée… Et il ne fallait pas oublier, qu’elle avait pris peur des autres, justement suite au nombreux harcèlement dont elle avait été victime… Et puis fallait bien l’avouer, il avait un look qui faisait penser qu’il n’était pas le genre de mec à être…serviable et gentil… Après, elle se trompait surement… Peut-être… À vrai dire, Kathie n’en savait rien et quand bien même, elle se poserait la question, elle n’aurait pas confiance, car elle n’avait plus confiance au genre humain… Elle entendait les gens passer et se poser des questions sur ce qui se passait, mais elle s’en contre fichait à vrai dire. Elle n’en avait que faire du regard des autres…

Elle releva finalement son regard, bien qu’elle avait toujours le visage tourné vers le bas… Elle vit, malgré la tentative d’humour, était-ce vraiment une tentative d’humeur… ? Elle fit une moue, elle ne savait pas trop si elle devait en sourire ou non… Elle en avait envie, mais elle était encore affectée pour « l’agression » qu’elle avait subie… Elle détourna son regard lorsqu’il lui demanda si elle avait peur de lui… Devait-elle lui avouer que suite à tout ça, elle avait surtout peur de la suite… ? Elle se mordit alors la lèvre inférieure, un petit tic nerveux qu’elle avait pris, il y a quelques années.


« Désolé… Vous… Vous avez dit aux autres que j’étais… votre… Jouet… j’ai pris peur… »

Elle se titrait les manches, en se balançant légèrement d’un pied à l’autre, alors qu’elle avait à nouveau le regard vissé sur ses chaussures…

« Désolé… »

Elle ne savait pas trop quoi dire de plus, jusqu’à ce qu’elles sentent une main se poser sur le haut de son crane, c’était un geste tellement tendre, même s’il venait de l’ébouriffé, qu’elle sentit ses joues chauffer un peu. Voilà que maintenant, elle avait les pommettes qui avait rosie, déjà qu’elle avait les yeux rouges, maintenant, ses joues venaient de suivre la cadence… Qu’avait-elle l’air maintenant ? Elle redressa un peu son visage, avec une légère moue…

« Vous n’allez pas m’embêter, comme les autres, vraiment ? »

Elle vit qu’il pointait son livre du doigt, juste après qu’il se soit allumé une cigarette. Elle regarda un peu le livre, non pas pour voir si c’était vraiment lui, mais elle voulait voir s’il n’était pas abimé, d’autant qu’elle l’avait emprunté à la bibliothèque, ça l’ennuierait qu’il soit abimé à cause d’imbéciles… Elle fit alors un oui du visage, attestant bien que c’était le sien…

« Oui… La fille, la lancée… Tout à l’heure… »

Elle était soulagée que son livre soit toujours intact, c’était important pour elle, car d’après elle, un livre devait être chéri et protéger. Elle voulait devenir romancière et refusait d’imaginer son roman malmené de la sorte… C’était comme si on tapait son propre bébé… C’était glauque comme pensée, mais c’était sa future création, donc, si quelqu’un venait à lui faire de mal… Finalement, elle tendit légèrement la main pour attraper le livre, pensant que s’il le lui montrait, c’était pour le lui redonner…

« Merci ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Sam 3 Juin 2017 - 0:38

Je n’avais pas imaginé que mes paroles puissent la bouleversé à ce point. J’avais utilisé le mot jouet juste comme ça pour rester dans le vocabulaire des racailles pour les faire fuir. Je me rends compte à quel points mes mots avaient pu l’apeurer et je comprends enfin pourquoi elle était aussi peureuse et méfiante avec moi. Du moins, je comprends un peu, pas complètement. Après, elle aurait pu comprendre que je ne le pensais pas non ? Je sais qu’il faudrait que je m’excuse, mais je n’y arrive pas, il y a comme un blocage, une fierté masculine très mal placée surement.

Lorsque je lui passe une main dans les cheveux je peux voir son visage rougir peu à peu et prendre une couleur semblable à celle de mes cheveux ce qui me fixe un sourire sur le visage. Vraiment elle semble si fragile et douce, elle est trop mignonne, j’ai l’impression que je peux la casser rien qu’en la touchant. Elle s’excuse puis regarde à nouveau le sol, elle doit vraiment se sentir inférieur pour adopter une telle attitude. Elle redresse un peu la tête quelques instants pour m’adresser la parole mais j’ai presque l’impression que ça lui demande un effort surhumain :

-  Vous n’allez pas m’embêter, comme les autres, vraiment ?


Je souris, alors que ma conscience me conseille de ne pas lui avouer que l’embêter et voir ses réactions est si amusant que je ne peux m’en empêcher car elle aurait encore plus peur de moi après. Je prends la parole d’une voix calme et apaisante pour répondre à sa question :

-Non je vais juste t’embêter de temps en temps, j’avoue ça pourrait m’arriver dire que je ne vais pas t’embêté ça serait surement mentir et je suis quelqu’un d’honnête moi. Mais rien de bien méchant ce serait surtout des taquineries. En vrai j’adore jouer avec tes réactions c’est vraiment trop drôle, regarde t’as les joues toutes rouges t’es assortie avec mes cheveux. Et puis ton air timide j’en parle pas, il me fait trop marrer et je ne parle pas des moues comme celle que tu viens de faire. Ah oui, j’ai une petite question… Tu adores tes chaussures non ? Parce que tu n’arrêtes pas de les regarder…

Je viens de dire ce qui me passe par la tête oubliant par la même occasion ce que ma petite voix intérieure venait de me suggérer. Rien n’est vraiment sérieux dans mes paroles, j’ai juste envie de la rassurer que je ne vais rien faire de mal. Mais je n’ai pas réussi à réprimer cette pulsion de vouloir la rendre encore plus mal à l’aise. Je reprends tout de même un peu de sérieux même si cela est difficile, j’ai un sourire fixé en permanence sur mes lèvres, le fait que je lui fasse peur m’amuse de plus en plus et j’en oublie presque que ça me vexait il y a encore quelques minutes.

Reprenant enfin mon sérieux je la questionne concernant son livre. Elle le fixe un petit moment, il doit lui être un peu précieux ou un truc du genre. Elle tend le bras vers moi avec la certitude que je vais lui rendre son livre. Elle me remercie même en avance alors que j’étais en train de tirer une latte, son remerciement me laisse échapper un petit rire et je manque de m’étouffer avec la fumée. Croire qu’elle pourrait déjà récupérer son livre était une grave erreur de la part de la jeune fille, je ne suis pas d’humeur à être un homme innocent aujourd’hui… Au moment où sa main arrive proche du livre je lèvre le bras et le tiens en l’air hors de sa portée profitant de sa petite taille. Un sourire sadique est fixé sur mes lèvres et j’ai bien peur qu’il n’ai pas prévu de partir. D’une voix tout à fait mesquine je lui lance :

- Si tu veux le récupérer j’ai peut-être un marché à te proposer. Qu’en dis-tu ?

Mes yeux ambrés se posent sur la jeune blonde aux cheveux doux attendant sa réponse avec mon regard plein de malice
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Sam 3 Juin 2017 - 3:42

Kathie commençait vraiment à se demander si vraiment elle allait guérir de cette peur du genre humain… Elle en doutait, surtout au vu des réactions actuelles qu’elle avait face à cet homme aux cheveux flamboyant. Elle osa a nouveau un regard vers lui, le détaillant un peu du regard, bien que toujours fortement intimidé. Fallait l’avouer, il imposait le respect, au vu de sa stature et de son look peu commun… Le pire c’est qu’il lui disait quelques choses, elle avait l’impression de l’avoir déjà vu quelques parts… Mais où ? Elle continua à le fixer, se demandant bien où elle avait pu le voir… Elle devrait s’en souvenir quand même, ce genre de rencontre ne peut pas vraiment être oublié si facilement, il est quand même très grand… D’autant que ce genre de cheveux rouge n’était pas des plus courant, du moins, elle le pensait. C’est ses yeux, qui l’interpellèrent… Ambré… Elle aimait bien cette couleur… Ce rendant compte qu’elle était en train de le dévisager, elle baissa aussitôt son regard, triturant toujours son haut…

Pourquoi gardant elle cette position effacée ? À vrai dire, elle avait commencé à prendre cette position au collège, comme pour se faire encore plus effacer qu’elle ne l’était déjà… Qui sait, peut être qu’ainsi, elle serait tellement effacée qu’on ne la verrait pas, mais bon, ça ne semblait pas fonctionné des masses, dommage pour elle… Peut-être que se cacher dans un trou de souris serait bien plus efficace que l’attrait profond pour ses pieds… Mais étrangement, elle se sentait de moins en moins tremblante face à lui. Ça ne l’empêchait pas d’avoir peur, après tout, elle avait peur de tout le monde… Il ne faisait pas exceptions, le pauvre. Elle avait finalement relevé le visage pour lui poser sa question…

Il ne mit pas longtemps pour lui répondre d’ailleurs. Et sa réponse fut étonnement… Franche… Kathie était estomaqué face à cette franchise peu commune… Qui de normal irait dire a quelqu’un « hey salut, toi, je t’embête gentiment, parce que tu as des réactions marrantes ! »… Personne… Ca, elle ne pouvait pas le lui retirer, c’était un homme honnête et elle l’apprécia un cours instant, pour cette honnêteté, certes surprenante, mais quand même, de l’honnêteté. Le pire, c’est qu’a sa question, elle recommença à regarder ses pieds… Elle ne savait pas trop quoi dire, là pour le coup, déjà qu’elle ne fût pas très causante, alors là…


« Au moins… Vous êtes franc… »

Elle redressa son visage, à nouveau, tentant d’arrêter de regarder ses pieds, si passionnant soit-il. Elle tenta de plonger son regard dans le sien, mais sans succès, elle détourna finalement le sien… Elle voulait tenter de faire la fille sure d’elle… C’est mort…

« Et bien… Pour… Pour me faire discrète… Voilà, pourquoi… »

Elle tenta de regarder autour d’elle, voyant diverses personnes commencer a rentrer dans l’établissement, pourtant, il n’était pas encore l’heure, si ? Non… En vérité, elle n’en savait rien, elle avait perdu le fil du temps… Finalement, alors qu’elle tendait la main pour récupérer son livre avec un merci, ce dernier le mit plus haut… En voulant le récupérer, elle se mit sur les pointes des pieds pour le récupérer, mais il était impossible d’y arriver, d’autant qu’elle se tenait à une certaine distance de lui, ce qui rendait la tache plus compliquée.

« Arrêtez, rendez-moi mon livre, s’il vous…plait… »

Elle marqua un temps d’arrêt, en tentant de comprendre ce que venait de dire la personne en face d’elle… Kathie le fixait, sans trop quoi dire, les lèvres entre-ouvertes… Était il en train de lui du chantage, pour qu’elle puisse récupérer son précieux livre ? Elle était soufflée.

« Un…Marché ? Quel marché ?»

Était elle encore tombée dans un traquenard… Elle n’avait vraiment pas de chance…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Sam 3 Juin 2017 - 14:05

Suite à mon monologue je suis surpris par sa réponse, elle se contente de me dire que je suis une personne franche. En réalité c’est que je suis maladroit quand je parle, je dis souvent les choses qui me passent par la tête sans pour autant réfléchir à leur impact. Je suis gêné par le vouvoiement, c’est comme si ça souligne que je lui fais peur, je remarque que malgré le départ des agresseurs quelques minutes plus tôt elle tremble encore. J’ai un peu de mal à imaginer que c’est moi la source de ses tremblements, je me dis que c’est parce qu’elle est encore choquée par ce qui s’est passé. Je peux lui faire un peu peur mais pas au point de la faire trembler, je me considère plutôt comme intimidant. Elle tente de relever la tête comme pour me montrer qu’elle peut être une fille forte mais à peine son regard anis plongé dans le mien elle détourne le regard comme si elle venait de faire une bêtise. Elle me donne finalement une explication à ses yeux baissés en presque permanence :

-Et bien… Pour… Pour me faire discrète… Voilà, pourquoi…


Je lâche un petit rictus avant de lui expliquer de façon un peu moqueuse :

-Mais tu es déjà petite pas besoin de baiser la tête ça ne te rendra pas invisible. En plus baiser la tête ça confortera tes agresseurs pour t’embêter encore plus. Et enfin relève la tête un peu t’as un super visage.

Elle regarde autour d’elle mais je passe délicatement un doigt sous son menton et lui relève le visage vers le mien en lui faisant le plus joli sourire dont je suis capable suivis d’un tirage de langue enfantin, peut-être que ça lui rendra le sourire. Je sens quelques tremblements sous mes doigts qui me donnent envie de la réconforter, elle me fait de la peine à être apeurée comme ça, on dirait un petit chaton qui vient de débarquer dans une nouvelle maison.

Puis j’évoque son livre et c’est amusant de la voir sautiller pour tenter de le récupérer tout en essayant de garder une certaine distance avec moi. Elle essaie quelques instants mais la différence de taille semble la décourager et elle me supplie d’une voix innocente :

-Arrêtez, rendez-moi mon livre, s’il vous…plait…


Sa voix me fait presque de la peine et je perd temporairement mon sourire, j’ai limite un pincement au cœur qui me pousse à vouloir lui rendre son livre et la laisser tranquille. Mais la volonté de l’embêter prend le dessus et c’est à ce moment-là que je décide de lui parler d’un marché même si je n’avais pas vraiment d’idée sur le moment. Sa réaction ne se fait pas attendre, elle me fixe la bouche entre-ouverte, un peu comme choquée, avec une petite tête semblable à un poisson rouge. Elle me demande quel est le marché, je dois donc réfléchir rapidement à une idée. Je lui sors donc la première chose qui me vient à l’esprit sans vraiment l'analyser :

-Un câlin et tu arrêtes de me vouvoyer en échange de ton livre. C’est ça le marché.

Je me surprends moi-même en réalisant ce que je venais de dire. J'ai l'impression qu'il fallait absolument que je me justifie auprès d'elle quant à mon choix de marché. Je fais une pause de quelques secondes avant d’ajouter d’une voix qui se veut douce et rassurante en posant ma main dans ses cheveux et en les ébouriffant un peu à nouveau profitant de leur douceur :

-Un câlin c’est réconfortant… t’es toujours tremblante depuis tout à l’heure, ça te ferai du bien, non ? Et puis il peut durer autant de temps que tu veux, même une demi-seconde si tu veux. Et puis le vouvoiement ça me gêne, on ne vouvoie pas son héro. Promis j’en demande pas plus.

Je décide de détourner le regard pour observer autour de moi. Il y a encore des élèves qui rentrent dans l’enceinte de l’établissement, il doit rester encore une vingtaine de minutes avant la sonnerie ou peut-être moins, j’ai du mal à avoir la notion du temps. Je finis ma cigarette et jette le mégot éteint dans la poubelle non loin. Pendant que je regarde autour je réfléchis un peu à la situation. Tant pis si elle refuse le câlin, je lui rendrais malgré tout son livre, je suis un gentil garçon moi. C’est pourquoi je me dis qu’on ne peut pas appeler ça un chantage, je ne suis pas un bourreau. Mon but est simplement de l’aider à se calmer un peu et de la taquiner en même temps pour que cette pause se finisse en un bon moment pour nous deux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Dim 4 Juin 2017 - 3:46


Oui, elle avait peur. En même temps, il y avait encore les restes de ce qui s’était passé et puis le jeune homme en face d’elle  était quelque peu intimidant. Elle n’avait pas « peur » de lui, enfin si un peu, car en vérité, c’était le cas pour tout le monde, il n’était pas unique dans le fait qu’elle soit effrayée, mais si elle continuait a tremblé venait de son système d’autodéfense. Certes, c’était un système d’autodéfense inutile, mais qui dit qu’on avait tous des choses utiles dans sa façon d’être ?  Elle regarda un instant autour d’elle. Kathie s’inquiétait que d’autres élèves regardent ce qui se passait. Oh, elle ne s’inquiétait pas du fait qu’on puisse la voir avec lui, mais du fait d’être le centre d’attention. Elle avait une sainte horreur d’être regardée par tout le monde… Heureusement, ce n’était pas le cas, les gens devaient penser que c’était deux amis qui se parlaient normalement, où elle ne savait trop quoi ? Elle était en train de se demander d’ailleurs à quoi ces gens pouvaient-ils bien penser… Surement des idioties en tout genre… Tout ce qu’elle savait des gens en questions, c’était que bien souvent, lorsque quelqu’un se faisait agresser, ils passaient devant en faisant mine de n’avoir rien vu. Cette action la répugnait… Pour elle, le genre humain était lâche et pitoyable et le problème, c’était qu’elle mettait souvent toutes les personnes dans le même sac. Il fallait avouer, il y avait une raison à ça… C’était son passé.

Elle écoutait ce dernier, certes, elle avait l’air de ne pas être attentive, mais en vérité, elle l’était. Kathie aurait même été capable de récité ce qu’il venait de dire, bon, pas mot pour mot, mais quand même.  C’était le pouvoir féminin, ça. Du moins, d’après sa mère. D’après elle, les femmes avaient la chance de pouvoir faire trente mille choses en même temps et si c’était le cas, la jeune fille en était la preuve. Elle pouvait lire, écouter de la musique, tout en étant attentif à ce qu’on lui dit, car oui, sa musique n’était pas assez forte pour ne rien entendre aux alentours. Bref, elle était multitâche… Si Kathie n’était pas aussi effacé et discrête, elle lui demanderait en quoi ça pouvait l’importer, qu’elle baisse la tête… Mais, elle n’avait pas le culot pour ça et puis bon… Il n’avait pas tort… D’un côté.

C’est le geste suivant qu’il eut qui lui fit cligner plusieurs fois des yeux, son visage venait d’être relevé, par lui, reculant légèrement son visage, non pas de gêne, mais sous la surprise de l’acte en soi… Elle ne s’y attendait pas en fait, c’est surtout ça… Elle ne comprenait pas pourquoi, il faisait ça… Bon, il l’avait aidé, mais souvent une personne qui en aide une autre ne viendrait pas faire tout ça… Qu’est-ce qui faisait que ça changeait avec lui ? Elle avait pourtant observé l’attitude générale des gens et là, lui, il se mettait hors de ses observations et ça l’ennuyait profondément. Elle fit une moue, à nouveau, cherchant à comprendre pourquoi… Kathie était une jeune fille très réfléchit et analysait souvent tout ce qu’elle voyait et là… Bah, elle était face à un cas inconnu et ça la prenait au dépourvu. Elle resta un instant muette, à réfléchir, justement à tout et rien.


«Pourquoi m’avoir aidé ? Les gens n’aident jamais personne tant que ça ne concerne pas leur personne… ? »

Elle n’avait pas dit ces mots sur un ton méchant, non, c’était l’inverse même, elle essayait juste de comprendre pourquoi lui, il avait fait ça, alors qu’avant, lorsqu’au collège, elle se faisait malmener, personne ne bougeait, pas même les professeurs… Elle n’arrivait pas à comprendre et l’embêtait vraiment…

Kathie continuait à sautillé pour récupérer son livre, alors qu’il l’a mis hors de ça porter plus tôt. Après tout, elle aimerait bien le récupérer pour ensuite retourner dans sa classe, enfin, si c’était l’heure d’aller en cours, sinon, elle irait surement se réfugier dans un coin bien caché.  La jeune fille écoutait son interlocuteur parler, réclamant un calin et le tutoiement en échange. Bon, pour le tutoyer, ça pouvait se faire, mais le calin, elle ne savait pas trop si vraiment elle allait le faire… Elle ne connaissait pas ce type en même temps… Si ça se trouve, c’était un fou malade qui est là pour kidnapper les jeunes filles et leur faire des choses pas très nettes… Bon, là, son imagination allait peut-être un peu loin, mais bon, on ne sait jamais, on voit de tout à la télévision. D’autant que son père était assez connu dans le domaine du mobile, il aurait été vite fait de tomber sur un kidnappeur désirant une rançon. Mais, si c’était le cas, il avait une façon de faire bien étrange, elle avait d’ailleurs foutu cette idée rapidement à la poubelle, il n’était intimidant, mais il n’avait pas la gueule d’un kidnappeur.

La blondinette continua, un instant à sautillé pour récupérer son livre, ne sait on jamais, si elle arrivait à mettre la main dessus, bien qu’elle n’y croyait pas vraiment, mais ça ne coutait rien d’essayer… Cependant, alors qu’elle tentait une dernière fois de récupérer son livre, son pied glissa sur quelques cailloux, qui l’a fit perdre l’équilibre… Déjà que la jeune fille était un peu maladroite alors si en plus des cailloux venait l’aider dans la maladresse… Ni une, ni deux, elle commença a basculer vers l’avant, sans pouvoir rien contrôler, elle se retrouva contre l’homme aux cheveux rouges, la joue posée sur le haut de son torse… Elle essayait de reprendre ses esprits… Mais au moins, il avait son calin… Bon, un étrange calin, mais un calin quand même, non ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Dim 4 Juin 2017 - 20:15

Elle a un mouvement de recul au moment où je pose mon doigt sous mon menton. Je l’avais peut-être surprise mais je pense surtout que c’est une preuve qu’elle se méfie de moi. Je me rends compte que malgré ma bonne volonté et ma gentillesse à son égard elle a peur de moi. Je commence un peu à me rappeler que je peux être effrayant parfois. Je me perds un peu dans mes pensées, est-ce qu’un jour quelqu’un arrêtera de me juger à mon physique, je n’ai pas envie de changer pour qu’on commence à imaginer que je puisse être gentil. Sa question concernant pourquoi je l’avais aidé me conforte quant au fait qu’elle n’imagine pas un seul instant que je puisse être gentil ni même considéré comme son héro. J’ai un petit moment de réflexion puis lui explique :

-Je t’ai aidé parce que c’est normal de le faire. C’est normal d’aider les autres. Je me pose surtout la question « pourquoi je ne t’aurais pas aidé » et j’avoue que je n’ai pas la réponse.


Sa question crée en moi toute une interrogation. Depuis quand aider les gens n’est pas normal ? Lorsque quelqu’un à besoin d’aide il faut l’aider non ? Je ne vois pas pourquoi il faudrait laisser les gens en difficulté. Cette façon de pensée doit être réservée aux gens de la ville, ils doivent tous être tellement détachés des autres qu’ils non même plus de compassion. Dans ma campagne natale tout le monde s’aide, ça crée des liens, l’entraide là bas c’est vraiment quelque chose de bien et très présent.  Ma grande réflexion philosophique me fait faire des moues étranges traduisant mon incompréhension de la situation. A vrai dire, la petite semble tellement étonnée que je puisse aider sans rien demandé en retour que je n’ose pas imaginer ce qu’elle a pu endurer pour penser ainsi. Elle a tellement une tête à se faire embêter par les autres jeunes…

Mon marché ne semble pas lui plaire puisque je l’entends encore sautiller pendant que je regarde autour de nous. Elle essaie de récupérer son livre par tous les moyens je me décide donc à lui dire d’oublier le marché. Mais au moment où je me tourne vers elle pour lui adresser la parole, la petite blonde se colle à moi. Certes son initiative est un peu brutale, en plus elle fait preuve d’audace en collant bien sa tête à mon torse musclé par toutes les années de basket. Par réflexe je l’entoure de mes bras avant de lui caresser la tête de mes grandes mains avec un grand sourire. Je sens malgré tout ses tremblements continuer, j’espère pouvoir la calmer à l’aide de l’étreinte.  Mais elle me semble tout de même un peu trop entreprenante surtout avec les preuves de méfiance à mon égard qu’elle a eu auparavant. D’une voix dubitative en l’observant je lui demande :

-ça va ? Tu es sûre de vouloir ce câlin ?


Ma voix trahit un peu d’inquiétude, j’ai peur qu’elle se force pour l’étreinte et qu’elle ait l’impression que je la tyrannise alors que je veux juste être gentil et un peu la taquiner. Mes paroles sont également teintées d’une tristesse que je tente de dissimuler. Cette étreinte me remémore des souvenirs auxquels j’essaie de ne jamais penser. Les câlins étaient autrefois réservés à mon jumeau lorsqu’il avait des peines de cœurs où après des matchs de basket. Contrairement à moi mon frère était très actif avec la gente féminine, il s’accrochait facilement aux filles et finissait en général dans mes bras, moi je n’étais que son ombre à l’époque. Après l’accident tout à changé et j’ai commencé à me rapprocher des filles pour me prouver à moi-même que je pouvais être autre chose que son ombre. Mais les étreintes avec les filles étaient plus une sorte de jeu avec quelques baisers mais rien de sérieux, pas de câlin plein de tendresse comme celui que je fais avec la jeune fille. Bref la nostalgie s’empare de moi à cause d’une jeune fille apeurée.

Je me dis qu’il est peut-être temps d’arrêter de la taquiner. Je me racle la gorge comme pour reprendre mes esprits. Afin de  tenter une approche plus amicale sans taquinerie je prends son casque, le pose sur mes oreilles et m’exprime en tentant de dissimulé ma tristesse :

-Voyons voir si tu écoutes de la bonne musique

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Dim 11 Juin 2017 - 22:03


Cette journée s’annonçait clairement mal, entre ce cauchemar qui lui avait fait passé une très mauvaise nuit, sans compter sur cette matinée ennuyeuse et peu savoureuse. La seule chose agréable qu’elle avait eue était son lunch du midi, malheureusement, le moment de paix que lui procurait son déjeuner fut de courte durée, car un groupe de jeune lui rappela qu’elle était clairement, le maillon faible… Mais qui se douterait, réellement, qu’elle ait de la chance, qu’un individu viendrait l’aider ? Pas elle, en tout cas… Au fond d’elle, Kathie était persuadée que l’être humain était une créature néfaste et malsaine… C’est pour ça qu’elle avait plus, bien plus, d’affinité avec les animaux. Mais s’était-elle trompée ? Et si tout le monde n’était pas à mettre dans le même sac… ? Et si, ce jeune homme, en face d’elle était en train de lui montrer que l’homme, l’humain, n’était pas si mauvais au fond… Elle en doutait encore, mais la réponse qu’il eut pour sa question la chamboula… Elle s’attendait à tout, mais pas ça… Était-il en train de mentir ou était-il sincère ? Elle avait peur qu’il se moque a son tour d’elle, disant ça pour rigoler et qu’une fois qu’elle ai baisser sa garde, il retourne la situation. Elle resta un instant à le fixer, sans mot dire, il n’y avait rien à dire, elle était trop chamboulée pour ça… Elle détourna son regard, réfléchissant à ce qui venait de se passer, elle avait ce besoin viscéral de tout analysé, c’était peut-être son moyen à elle de classer les gens dans les catégories.  Ce fut son « chantage » qui la fit sortir de ses pensées pour recommencer ainsi, a tenté de récupérer son livre, en ayant bien sûr peu d’espoir vu la différence de taille qui les opposaient, malheureusement, Kathie ne s’était pas doutée qu’elle glisserait et se retrouverait coller à son interlocuteur… Elle fut énormément troublée par ce contact, au point où elle sentit une chaleur lui picoter les pommettes… C’est une jeune fille réservée, alors se retrouver ainsi collé à une personne du sexe opposé, en plus, la rendrait gênée…

Cependant, aussi étrange que cela puisse paraitre… Elle se sentait bien contre lui, au point où, progressivement, ses tremblements se firent de moins en moins présents. Ce jeune homme lui faisait ressentir la même sensation qu’avec ses deux grands frères… Il lui faisait ressentir un sentiment de… Sécurité… Kathie se sentait en sécurité… Au point où tout son corps se détendit, chose qui la perturbait légèrement… Elle resta un certain moment contre lui, sans rien dire… La petite blonde savait qu’elle devait s’écarter, que ce n’était pas bien une telle proximité, pas très « réglementaire », mais, elle se sentait bien… Elle se demandait bien pourquoi ça ne lui faisait pareille sensation avec lui, alors qu’elle le connaissait, ni d’Ève, ni d’Adam… Qui était-il ? Qu’avait-il de spécial pour qu’elle se sente ainsi en sécurité que seuls ses frères avaient réussi à éveiller en elle ? Tellement de questions qui se bousculaient dans sa petite tête… Finalement, elle prit un peu d’espace, bien que pour elle, se fut réellement à contrecœur, alors qu’il y avait quelques minutes…Seconde, elle n’arrivait même plus a savoir combien de temps elle était restée contre lui…


« Désolé… J’ai… J’ai glissé… »

Kathie se passa la main contre sa nuque, elle ne savait trop quoi dire de plus, à vrai dire, elle s’excusait, sans vraiment s’excuser, c’était plus un automatisme de bonne conduite… Elle s’était sentie bien contre lui… Et elle se demandait encore pourquoi… Comme pour changer de conversation ou elle savait trop quoi, l’inconnu lui prit son casque pour finalement le mettre en disant qu’il aimerait savoir ce qu’elle écoutait ? Elle le fixait, perplexe… Puis sortit son téléphone portable et mit sa playlist en route qui contenait principalement du Rock, Hard rock voir quelques musiques de Metal.  Genre, ZZTops, Marilyn Manson, ACDC… Elle pouvait écouter des musiques venant d’artiste allemand, américain, français… Eh oui, Kathie écoutait ce genre de musique. Ça lui venait de ses frères, surtout du deuxième enfant du trio…  La première musique qui passa était justement un des sons du groupe ZZTops, Gimme All Your Lovin. C’était l’une de ses musiques préférées.

« Je doute que vous… Tu aimeras ça… C’est… assez spécial… Et vieux… et… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Lun 12 Juin 2017 - 23:49

La journée a commencé comme toutes les autres, dans la solitude et l’ennuie qui caractérisent ma vie. Dans cette école pourtant internationale j’avais pensé que tout serait plus facile. Mais les préjugés sur le physique sont apparemment dans toutes les cultures. Mais cette rencontre avec la petite blonde allait peut-être bousculer les habitude et même donner un petit peu de joie dans ma journée. La taquiner est devenu une vraie partie de plaisir, elle n’est pas pour autant mon jouet, du moins je crois, je m'amuse juste avec ses réactions.

Le câlin est si agréable malgré les vieux démons qui remontent, je veux faire bonne figure face à cette petite poupée fragile. Je ne me gêne pas pour lui caresser la tête, un peu de douceur n’a jamais fait de mal à personne même si beaucoup ont oublié l’existence même de la gentillesse et la douceur. Je tente de respirer doucement, à ce qu’il parait ça aide à se calmer et puis si elle cale sa respiration sur la mienne ça pourrait l’aider. Tous mes efforts ont l’air d’avoir de l’effet sur la blondinette dont les tremblements disparaissent peu à peu. A vrai dire j’ai un peu l’impression d’être un parent qui console son enfant qui vient de faire un cauchemar en pleine nuit. Je me surprends même à la bercer légèrement.

Mais la demoiselle a visiblement décidé qu’elle a été suffisamment dans mes bras et met fin à l’étreinte en faisant un pas en arrière. Elle ajoute d’une voix si timide qu’elle me fait craquer, en plus sa main derrière sa nuque pour marquer la gêne est si adorable :

-Désolé… J’ai… J’ai glissé

Je l’observe quelques secondes avec des yeux plein de malice et ajoute en riant de ma voix grave :

- Ouais, ouais… c’est une bonne excuse, mais tu peux juste avouer que tu voulais un câlin de ton sauveur comme dans les films d’action


Je prends une grande inspiration et tente de garder mon sérieux le temps de ma prochaine réplique :

-Mais vu que tu as glissé, c’est moi qui t’ai fait un câlin c’est pas toi qui m’a fait un câlin… je ne sais pas si je vais te rendre le livre du coup…


C’est taquin, je sais mais cette petite bouille face à moi ne demande qu’à être embêter gentiment par mes soins. Je vais lui rendre son livre ça c’est sûr mais si je peux gagner un autre câlin plein de douceur avec une joli demoiselle je ne peux pas dire non. Je suis un jeune homme plein de douceur et de gentillesse, j’aime bien en donner mais j’aime tout autant en recevoir.

Mais il est peut-être temps de faire plus ample connaissance avec la petite blonde et quoi de mieux pour approcher quelqu’un que la musique… Bon j’avoue il y a plein d'autre chose mais je n’ai rien trouvé de mieux sur le moment. Son casque sur les oreilles elle met de la musique. A peine quelques secondes écoulées, je reconnais le morceau. Ma première réaction est "elle me fait marcher". Comment une petite fille fragile comme elle pourrait écouter Gimme All Your Lovin de ZZTops.

-Je doute que vous… Tu aimeras ça…. C’est… assez spécial… et vieux… et…

Le moment où elle commence à me vouvoyer est accompagné d'un froncement de sourcil mais ces dernier reprennent leur place naturelle quand elle utilise le tutoiement. Je lui coupe la parole avec un grand sourire sur les lèvres :

-et c’est de la bonne musique comme on en trouve rarement maintenant. Les vieux groupes de Rock et de métal sont aussi bien voire mieux que les groupes actuels !


Je fais une petite pause et la dévisage de haut en bas avec un visage traduisant une surprise et une excitation évidente. En me grattant l’arrière de la tête je lui lance gêné :

-Je m’attendais à entendre du Bieber… je sais pourtant qu’il ne faut pas juger au physique…

Je lui souris tout en tapant du pied sur le sol en suivant à peu près le rythme de la musique. Je ne suis pas un musicien et je suis aussi bien loin d’avoir le rythme dans la peau. Si elle connait par cœur le morceau elle devrait s’en rendre compte ou pas, elle pourrait être obsédée par ma beauté intérieur ou extérieur ou encore rêvasser de mon étreinte parfaite. Qui sait !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Mar 13 Juin 2017 - 2:13

Kathie était une jeune demoiselle relativement renfermée, ça, ce n’était plus à démontrer. C’était une chose facile à voir, ça et sa timidité limite maladive. Mais aussi étrange que celui puisse paraitre, elle se sentait pousser des ailes avec lui, il était si gentil qu’elle voulait croire qu’il le soit pour de vrai. Au pire, s’il se moquait d’elle, tant pis, elle apprendra plus tard de ses erreurs et s’il ne se moquait pas d’elle et bien tant mieux, ça prouverait que tout le monde n’est pas à mettre dans le même sac. Mais pour l’instant, elle profitait de ce calin improvisé. Son petit cœur battant a une fréquence peu normale, mais elle m’était ça sur le compte des divers rebondissements. Elle en oubliait même son livre quoi… Seul le calin comptait pour l’instant l’instant… Ce n’était en rien normal de se sentir bien contre un inconnu quoi ? Qu’avait-il de plus que les autres ? Finalement, il ne fallait pas juger quelqu’un à l’apparence. C’était une belle leçon que celle-ci. Mais il était l’heure de coupé cours au calin, malheureusement, Kathie le fit vraiment à contrecœur, car au fond, elle aurait aimé le continuer ce calin, mais bon, si ça se trouvait, elle ennuyait peut être l’homme aux cheveux rouges.

Elle se retrouvait a nouveau à bonne distance de lui, après s’être massé la nuque, sa main retourna joué avec son haut, alors qu’elle recommençait à être tout intimidé, bien que ce ne fut plus à cause de l’apparence de l’homme, mais clairement du calin qui venait d’être fait. C’était bien la première fois que ça arrivait et elle n’en revenait toujours pas qu’elle soit restée dans les bras… D’un inconnu… Dans les bras d’un inconnu du sexe masculin qui plus est. Une chose est sûre, c’est que c’était un détail qu’elle devrait cacher à son frère, car s’il apprenait qu’un homme l’avait prit dans ses bras… Il se pointerait illico presto pour faire la morale à l’homme en face d’elle. Et Kathie ne désirait pas ça, loin de là. Un rire cristallin sorti finalement de ses lèvres suite à sa première phrase. Premier rire pour une autre personne que sa famille depuis tant de temps…


« Il te faudrait une cape et une culotte au-dessus du pantalon pour faire le sauveur comme dans un film de héros ! »

Oui… Elle venait de faire de l’humour, ce n’était pas une illusion, la jeune fille timide commençait peu à peu à s’ouvrir. Finalement, elle leva son regard vers lui, car il fallait bien l’avouer, comparer à lui, elle était petite… il fait bien une quinzaine de centimètres de plus qu’elle quoi… C’est une sacrée différence de taille…

« Et gourmand, en plus ! C’est vilain d’avoir les yeux plus gros que le ventre ! »

C’était étrange, depuis ce calin, elle sentait comme si quelques choses étaient débloquées, du moins avec lui, elle avait toujours peur des autres, mais lui, il y avait un truc qui faisait que sa peur était mise en veilleuse… Elle ne comprenait toujours pas pourquoi ça se passait ainsi. Ce qui se passait actuellement la dépassait… Mais peut être que grâce a lui, elle commencerait enfin a voir le contact des autres différemment ? Peut-être, bien qu’elle se doutait que ça se passerait pas aussi facilement avec les autres. Elle fit finalement une moue, devait-elle faire un câlin à nouveau ? Kathie en mourrait d’envie, mais derrière sa conscience lui disait de ne rien faire, de garder ses distances… Il y avait réellement une guerre en elle, entre sa conscience et son envie. Elle regarda un instant son livre puis haussa les épaules.

« Puisqu’il le faut pour avoir mon livre ! Je n’ai pas le choix… »

Elle se rapprocha de ce dernier, mais au lieu de faire un câlin, elle tenta une esquive pour récupérer son livre, comme pour profiter de l’inattention de ce dernier… Mais elle se doutait clairement qu’elle n’y arriverait pas. La jeune fille était clairement trop petite pour ça. Alors finalement, elle refit un calin. Oui, elle refaisait un calin au jeune homme… Qu’arrivait il a Kathie, sérieusement, faisait elle vraiment confiance a cet homme ? Elle ne savait pas, elle-même, ce qui se passait, pourquoi elle agissait ainsi. Le pire, c’est qu’elle agissait depuis ledit calin, sans réfléchir… Elle était clairement perdue dans ses réactions. Elle voulait à la fois rester contre lui, dans ce nouveau calin et fuir le plus loin possible de cette personne qui éveillait en elle une Kathie qu’elle avait oubliée tant cela faisait longtemps qu’elle n’était pas apparue…

« Je…ne comprends pas trop… Pourquoi ? Mais je crois que je peux te faire confiance… »

Dit elle en s’écartant a nouveau de lui. La jeune demoiselle venait clairement de se livrer à lui…

« Je ne comprends pas pourquoi j’ai de pareilles réactions alors que tu es un inconnu… On ne fait pas de calin à un inconnu… Normalement… Est-ce que tu te moques de moi, dis ? »

Elle avait relevé son regard vers lui, Kathie était réellement sincère dans cette question… Elle avait peur qu’il fît ça pour se moquer d’elle…

« Tu n’agis pas comme ça pour te moquer ensuite, dis… ? »

Elle soupira, rebaissant son regard vers son téléphone qui avait été mis en route avec le son des ZZTops… Elle appuya alors sur stop, malheureusement, comme à chaque fois, ce ne fut pas sur le bouton Stop qu’elle appuyait, mais sur celui qui envoyait la prochaine musique… Et la prochaine n’était autre que This is Halloween de Marilyn Manson. Kathie était une grande fan des films de Tim Burton et on pouvait retrouver les musiques des films de Tim Burton dans sa playlist… Grimaçant en se rendant compte de sa boulette, elle appuyait sur le bouton central fermant l’appli musical, malgré que la musique tournait encore malgré tout. Dans un faux mouvement qui suivit, ce fut la prise jack qui reliait son casque à son portable qui se décrocha mettant ainsi la musique audible à tous… Finalement, elle réussit à éteindre sa musique… Elle était rouge de honte… Kathie et sa maladresse venaient encore de frapper…

« Justin Bieber ? »

Elle fit alors une grimace très claire… La jeune fille n’était pas une fan de ce type, loin de là même, elle le trouvait exaspérant, comme 90% des artistes actuelles… Elle se demandait même si les artistes actuelles chantaient encore pour le plaisir de chanter…

« Les vieux sons sont plus agréables que ceux actuels… Ils étaient moins… Commercial… Plus engagé… Maintenant, à part des fesses qui trainent à droite et à gauche… Les musiques n’ont pas grand-chose de vendeur, si ce n’est le nom de l’artiste… Et leur histoire people… »

Kathie avait un avis très tranché sur les chanteurs de maintenant, même si elle appréciait quelques artistes authentiques… Elle finit par laisser passer un léger sourire, ravie, quand même, de ne pas être prise pour une folle. Elle ne voyait pas beaucoup de personnes apprécier les musiques qui dataient, du moins, les jeunes de son âge…

« Je m’appelle Kathie, sinon… Kathie Frost… Je suis en 5ième… Et toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Mar 13 Juin 2017 - 21:55

Je mets quelques secondes à réaliser qu’elle est bien entrain de réagir à ma blague, elle n’est plus tel un petit animal apeuré qui ne peut rien faire d'autre que trembler comme précédemment. Elle baisse peut-être sa garde même si je n’en suis pas sûr. Une fois la surprise passée je ris de bon cœur, m’imaginant en tenu de super man face à elle. D’ailleurs un jour je comprendrais pourquoi on donne un tel design aux super héros avec leurs collants et tout le bordel pas héroïque du tout. Et puis tout le monde peut être un héro il suffit de faire prendre de compassion et de gentillesse, pas besoin de super pouvoir.

Je peux voir un nette différence entre la fille d’avant et d’après le câlin, je découvre un petit bout de femme joyeux, souriant, bien loin de la fille qui ne demande qu’à aller se cacher dans un coin pour être tranquille et loin des autres êtres humains. Je m’attendais à ce qu’elle m’envoie chier après ma seconde demande de câlin mais non au contraire j’ai le droit à une boutade suivie d’une moue des plus étrange puis de quelques paroles :

- Puisqu’il le faut pour avoir mon livre ! Je n’ai pas le choix…


Je n’en crois pas mes oreilles et encore moins mes yeux quand elle s’approche de moi est elle résignée à me faire un câlin ? Elle ne va pas le faire quand même, juste avant c’était un accident elle n’en est pas capable je disait ça pour rire moi... et peut être pour avoir une autre étreinte. Elle tente de récupérer le livre par surprise mais la différence de taille me permet de réagir assez vite pour le mettre hors de sa portée. La demoiselle me fait finalement un câlin, je mets mes bras autour d’elle en lui caressant un peu le dos. Elle n’a plus de tremblement, le mauvais épisode est passé elle va pouvoir passer à autre chose et moi je suis plutôt fier de moi et d'avoir fait une bonne action. Je profite de chaque seconde de l’étreinte, recevoir un peu d’affection fait du bien quand on n’en a pas reçu depuis longtemps… Je fais une moue de déception lorsqu’elle met fin à l’étreinte que j’essaie de cacher aussitôt. Je suis un peu déboussolé par le changement soudain d’attitude la jeune fille mais j’essaie de m’adapter du mieux que je peux. Elle lâche une phrase de sa voix douce :

- Je…ne comprends pas trop… Pourquoi ? Mais je crois que je peux te faire confiance…

Je me rends compte qu’elle se confie à moi, qu'elle s'ouvre à moi un inconnu qui l'effrayait il y a quelques minutes à peine. Je la regarde tendrement en l’écoutant attentivement, j’attends qu’elle ait fini pour lui répondre. Elle lève les yeux vers moi et mes prunelles ambrées se plonge dans les siennes m’arrachant un sourire, elle est vraiment adorable et mignonne. Je tâche de prendre la voix la plus calme possible, pas question de l’effrayer ou qu’elle puisse se mettre à douter de moi, j’ai bien l’intention d’éviter ça.

-Tu me fais peut-être confiance parce que tu as compris que je suis du côté des gentils… Si je me moquais de toi tu l’aurais remarqué non ? Je te taquine mais il n’y a rien de méchant et puis je ne pourrais jamais me moquer d’une fille comme toi… Ceux qui jouent avec les autres sont impardonnables.


Je lui caresse tendrement les cheveux et approche mon visage de son oreille et lui glisse doucement :

-Promis je ne me moquerai pas


Qu’elle ait eu besoin que je lui confirme ne pas me moquer d’elle me fait bizarre. Est-ce qu’elle doute vraiment de moi à ce point ou a-t-elle juste envie de s’assurer qu’elle ne se trompe pas sur mon compte. Qu’importe elle s’ouvre à moi et je ne vais pas laisser partir si facilement cette nouvelle rencontre bien que le temps s’écoule et l’heure de retourner en cours s’approche lentement mais sûrement.

Elle met la musique et je découvre ainsi ce qu’elle écoute. Je me rend aussi compte qu’elle est maladroite mais peut-être pas autant que moi, changeant de musique au lieu de l’arrêté puis décrocha le casque du téléphone. La musique résonna alors depuis les hauts parleurs attirant le regard des gens autour avant qu’elle arrive enfin à arrêter le son.

Son visage empourpré, sa gêne et le comique de la situation me fit rire, je me fiche bien d’avoir l’attention sur moi mais apparemment pas la petite. Mais elle n’a pas perdu pour autant le fil de la discussion à cause de sa discussion et s’étonne que je mention Justin Bieber mais il faut avouer que maintenant c’est rare les gens qui connaissance de vieux artistes, ils ne connaissent que la musique actuelle rien d’autre. Et vu la grimace qu’elle me fait nous somme du même avis concernant les musiques actuelles. Elle m’explique alors son point de vue :

-Les vieux sons sont plus agréables que ceux actuels… Ils étaient moins… Commercial… Plus engagé… Maintenant, à part des fesses qui trainent à droite et à gauche… Les musiques n’ont pas grand-chose de vendeur, si ce n’est le nom de l’artiste… Et leur histoire people…


Je hoche la tête à chacune de ses phrases je suis complètement d’accord avec elle. J'ai malgré tout quelques artistes actuels que j'apprécie mais il ne faut surtout pas me parler d’electro ou de rap, on ne peut pas appeler ça musique pour moi. J’ajoute même quelques idées concernant le débat qui n'en est pas vraiment un :

-Les musiques actuelles se ressemblent toutes je trouve et ils ont tous leurs voix modifiées on peut à peine identifier un chanteur à sa voix maintenant…


C’est agréable de pouvoir discuter avec quelqu’un qui a les mêmes goûts musicaux que moi. Je n’aurais jamais cru ça en la rencontrant comme quoi on peut toujours avoir des surprises. Je vais presque commencer à croire au destin avec elle et peut-être même croire qu’il peut se passer de bonne chose dans ma vie. Quoique non pour la deuxième option il va me falloir plus que ça pour y croire, j’ai quand même eu une vie de merde jusqu’à maintenant.

Finalement elle se présente et je découvre enfin son prénom, ainsi elle s’appelais Kathie Frost, pas très commun comme prénom. Mais l’information qui me surpris et me marqua le plus est sa classe, elle serait dans la mienne et aurait mon âge. Je reste silencieux en l’observant de haut en bas, impossible de lui donner mon âge, je lui donne 2 ans de moins minimum. En plus je ne l’ai jamais vu, j’ai pas vraiment observé qui était dans ma classe mais quand même j’aurais pu remarquer ses cheveux blonds c'est pas si courant au Japon. Elle doit sûrement être au premier rang alors que moi je suis au fond à cause de ma taille. Je fini par me présenter à mon tour:

-Moi c’est Nobuo, et mon nom de famille c’est Inu. T’es sûre que tu es vraiment en 5ème année ? Je ne t’ai jamais vu avant et je suis aussi en 5ème année aussi. Enchanté… euh…Kathie c’est pas japonais ça, ça vient d’où ?


J'espère que son prénom prononcé avec l'accent japonnais ne serait pas trop horrible à ses oreilles. Je regarde ma montre, plus que 10 minutes avant de retourner en cours. Pour la première fois je n’avais pas envie d’y aller et voulais profiter de ce moment de complicité avec la jeune fille. Rien ne me prouve que la prochaine fois que je la croise Kathie sera aussi ouverte avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Mar 4 Juil 2017 - 18:16


Ça faisait si longtemps qu’elle n’avait pas reçu pareil attention venant d’une personne autre que sa famille. Ça lui paraissait irréel déjà, qu’une personne puisse être gentille avec elle et de plus qu’elle-même agisse de la sorte… irréelle, mais tellement agréable, si le temps pouvait s’arrêter là, maintenant, elle ne dirait pas non…  Kathie commençait vraiment a apprécier la personne qu’elle avait en fasse d’elle. Et si elle était différente des autres, après tout ? Qu’est-ce qui lui coutait de baisser un peu sa garde ? Ca ne lui engageait à rien… Si, ça lui demandait de faire confiance et au fond, elle continuait d’avoir peur que cette personne retourne la situation pour lui faire un mauvais coup. Après, elle était quasiment certaine de vouloir lui faire confiance, pourquoi pas, il avait un regard tellement différent des personnes qui l’avaient si souvent agresser. Et dire qu’elle avait même osé faire de l’humour, humour qui était d’habitude réservé à ses frères. En parlant d’eux, comment réagiraient-ils lorsqu’ils sauront qu’elle a fait un câlin à un individu qu’elle ne connaissait pas, serte qui l’avait sauvé, mais qu’elle ne connaissait quand même pas ? Pas de la meilleure des façons, surement, c’était deux garçons relativement protecteurs vis-à-vis d’elle et Kathie savait d’avance ce qu’ils lui diraient « Kathie, méfie-toi de lui, il va te faire un sale coup, comme à chaque fois que tu es trop naïve. » Mais elle voulait prendre le risque.  La preuve, elle décida de refaire un calin à ce dernier, après avoir tenté de récupérer son livre, surtout pour voir s’il avait des réflexes.

Sans s’en rendre compte, Kathie lâcha un léger soupir d’aise, elle se sentait bien. Elle se sentait… Légère… C’était étrange, encore, pour elle de ressentir pareil sensation, mais elle aimait cette dite sensation. C’était bizarre en soi d’autant apprécier un calin fait à un étranger. Elle ne comprenait toujours pas le pourquoi du comment. Mais elle s’en fichait, finalement, tant elle se sentait bien. Le seul point noir sur le tableau, c’était qu’il fallait y mettre fin, car il y a toujours une fin à tout, même lorsqu’on ne veut pas que ça s’arrête. D’autant que Kathie pensait beaucoup au qu’en dira-t-on. Oh, elle n’avait pas peur de ce que l’on dirait pour elle, mais pour lui. Qui sait, les autres élèvent viendraient se moquer de lui parce qu’il lui faisait un câlin, et si ça arrive, ça serait surement de sa faute et elle ne voulait pas de ça. Oui, la jeune fille gambergeait beaucoup de trop… Mais bon, elle pense toujours aux autres avant de penser à elle, et ce, depuis qu’elle est toute petite.  Elle lui fit d’ailleurs part de son incompréhension, chose qu’elle ne faisait… Jamais. Ce jeune homme avait une sacrée tendance à faire faire à Kathie de nouvelle chose. Elle devrait peut-être se méfier de cette particularité singulière de ce dernier… Mais elle n’en avait pas envie.  Lorsqu’il lui avoua qu’il ne pourrait jamais se moquer d’elle, cette dernière fronça quelque peu les sourcils, ne comprenant pas pourquoi. D’un côté, ça lui avait procuré un tel plaisir de savoir qu’il ne se moquerait jamais d’elle que ça la perturbait de ressentir pareil sensation… Bon, y a aussi le fait qu’il s’était vachement rapprocher d’elle, qui la perturbait, sentant son souffle sur son oreille, lorsqu’il accentua le fait qu’il ne se moquerait jamais d’elle, la faisant s’empourprer et accélérer le rythme de son petit cœur… Elle n’était vraiment pas habituée à de pareils rapprochements…


« Jamais ? Vraiment…  Jamais ?  Je ne comprends pas pourquoi, tu es différent… Tu es la première personne qui… »

Elle détourna le regard, le temps de chercher ses mots ne sachant pas trop comment s’expliquer, c’était une situation tellement unique, qu’elle en était complètement chamboulée…

« Qui est si gentille avec moi… De loin que je me souvienne, les gens se sont toujours moqué de moi. Je ne comprends pas ».

Elle venait de prononcé cette phrase en anglais, comme si, cette langue l’aidait à trouver les mots. Et puis, faut l’avouer, elle parle en anglais depuis son plus jeune âge, que le japonais… C’est encore très récent, normal qu’elle doute sur la prononciation de certaines phrases, certains mots…

Le moment de maladresse passé, Kathie put enfin éteindre sa musique, tandis que des paires d’yeux se posaient sur elle et son interlocuteur… Oh qu’elle était gênée… Oh qu’elle ne savait plus où se mettre… Si elle pouvait se caché dans un trou de souris et de s’y enfoncer bien profondément… Elle le ferait… Elle s’excusa pour la gêne qu’elle avait occasionnée auprès des personnes qui les fixaient, s’excusant encore et encore. Pour finalement, ranger l’objet de sa gêne, son portable.


« Disons que la musique actuelle se ressemble toute, car elles partent toutes d’un même principe : la commercialité. Les musiques qui fonctionnent actuellement, qui se vendent le mieux, plutôt, sont les musiques qui restent en tête. C’est pour ça que souvent les refrains sont répétitifs… C’est dommage, car les artistes en questions savent aussi faire de belles musiques qui sont bien plus poignantes, mais préfèrent avantager celle qui se vend le mieux. Sans compter que 80% du temps, si c’est une chanteuse, elle est à moitié dénudée et si c’est un chanteur, y a des danseuses sexy à côté. C’est triste. Après, les anciens faisaient ça, aussi, mais ils n’en abusaient pas non plus… »

Oui Kathie était une passionnée… Elle aimait la musique… Mais seulement l’écouter, tenter de lui faire toucher un instrument, et là… Attention à vos tympans. Ses parents ont tenté, petites de lui faire faire jouer de l’instrument de musique… Grossière erreur… La prof de musique fut tellement horrifiée par l’incapacité de jouer de la jeune fille qu’elle démissionna sans demander son reste.  Après tout, on ne peut pas être bon dans tous les domaines… Et heureusement. La jeune fille fronça les sourcils à l’annonce de la classe du jeune homme qui s’appelait donc, Nobuo… Elle le prenait pour un étudiant, mais pas un élève en 5e années…

« Je pourrais te retourner la question, t’es sûr d’être en 5e ?! Je t'aurais crus plus vieux… »

Elle se mit à rire légèrement, si chacun de donnait pas l’âge qu’ils avaient… ils étaient doués quand même…

« Mi-Anglaise ; Mi-Autrichienne ! Enchanté, aussi, Nobuo ! Avoue, mon nom jette un froid ! »

Elle se sentait vraiment bien avec lui… Pour qu’elle vienne à faire des blagues… Kathie avait prononcé le prénom de ce dernier comme si elle nommait un nom Allemand, ça sonnait, donc, très mal. Elle s’en excusa, d’ailleurs, elle avait bien tenté de reproduire la façon qu’il l’avait prononcé, mais bon, c’était raté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Mar 4 Juil 2017 - 19:50

Ce câlin bien qu’agréable avait dû prendre fin. Je lui explique que je ne pourrais pas me moquer d’elle, ce n’est pas dans mes habitudes, je suis un gentil garçon. Certes j’avais déjà accepté de sortir avec des filles pour quelques bisous et étreintes pour les laisser tomber juste après. Mais je n’ai jamais vraiment joué avec, je n’ai pas couché avec ou quelque chose du genre, je ne suis pas un profiteur ou un salop bien que mon style méchant garçon puisse le faire penser. J’ai toujours respecté les femmes, et j’ai bien l’intention de continuer encore longtemps. Et puis il faut avouer que cette petite blonde aux yeux émeraude à un petit truc en plus par rapport aux autres filles, une sorte d’aura qui m’oblige à être le plus attentionné avec elle.

Mais apparemment ma promesse de ne pas me moquer d’elle est inimaginable pour elle et elle avait du mal à me croire. C’est comme si un homme gentil ne pouvait exister… Elle commence à s’exprimer en japonais, je comprends ainsi que je suis la première personne qui fait quelque chose. Mais impossible de savoir quoi, la suite de la phrase est prononcée en anglais :

-Qui est si gentille avec moi… De loin que je me souvienne, les gens se sont toujours moqué de moi. Je ne comprends pas

Malheureusement pour moi, j’ai un bon niveau avec l’anglais écrit grâce à ma correspondante anglais mais à l’oral tout était beaucoup plus compliqué. Surtout que la petite avait prononcé ses mots avec une vitesse tout à fait normal pour un natif anglais ou une personne bilingue. J’ai surement penché la tête sur le côté, essayant de comprendre ce qu’elle pouvait bien dire, même si cela n’allait pas m’aider. J’ai pu comprendre quelques mots, au milieu « people », « always » et j’ai surtout compris la dernière phrase : « I don’t understand ». C’est plutôt à moi de dire ça… Au moins si j’ai du mal en anglais je saurais à qui m’adresser.

Je la regarde un peu fixement pour être sûre qu’elle ait fini, peut-être qu’elle me traduirait la phrase, mais non. Ma voix traduit ma gêne, je ne suis pas très habitué à demander de l’aide, une fierté masculine mal placée surement. Et je trouve gênant de ne pas avoir compris ce qu'elle voulait me dire ça se trouve c'était super important :

-Euh… Sorry, mais je ne comprends pas l’anglais si on parle trop vite… Mais ne t’inquiète pas je suis un gars bien, même si je parle pas anglais couramment.


Je lui souris puis vient l’incident de la musique. Mais cet incident nous permet de faire connaissance et je commence à croire au destin dans cette école. A croire qu’on est destiné à se rencontrer. J’aime son analyse de la musique, on voit qu’elle a déjà réfléchi à tout ça et sa pensée ressemble vraiment à la mienne c’est peut-être pour ça que je suis d’accord avec elle sur tous les points :

-Il y a toujours eu des filles utilisées dans les clips pour attirer les jeunes mais ce n’était pas aux points de mettre la chanteuse nue sur une boule de démolition. C’est un moyen de vendre mais je trouve triste qu’on en arrive à véhiculer encore aujourd’hui cette image de la femme objet qu’on exhibe pour attirer les hommes... Je préfère largement le rock et le métal, ils ne sont pas encore trop atteints par le virus des filles en sous-vêtements qui se déhanchent

Je lui souris heureux d’avoir trouvé une amie dans cette école où on m’évite comme on évite un tueur en série ou le méchant voyou de l’école. Bon cette fille tremblait encore face à moi il y a quelques minutes mais elle a su voir que j’avais un bon fond, comme dans les films de romances.

Je suis heureux de voir que je ne suis pas le seul à m’être trompé sur son âge, même si je n’en reviens pas qu’elle puisse avoir 18 ans comme moi ou qu'elle puisse m'imaginer plus vieux. Je la taquine en lui demandant :

-C’est parce que je fais 3 tête de plus que toi que tu me pense si vieux ? Tu ne pouvais pourtant pas me rater en allant en cours. Je suis vexé que tu ne m’as pas remarqué…

Je fais semblant de bouder, tournant la tête sur le côté en croisant les bras. Je me rends compte en croisant les bras que je ne lui ai toujours pas rendu son livre, tant pis je le ferai plus tard, là je boude. C’est un peu enfantin comme réaction mais c’est du Nobuo tout craché, je suis comme ça, je n’ai pas eu une enfance si joyeuse alors autant continuer d’être enfant quand je le peux.

Elle présente ses origines : mi-anglais, mi-autrichienne. Pour le côté anglais, vu la phrase et le débit qu’elle avait un peu plus tôt en s’exprimant dans la langue de Shakespeare je m’en étais un peu douté. Par contre pour l’Autriche j’ai un peu de mal à la situer bien que j’ai déjà entendu ce nom. Je pose une main sur mon menton en réfléchissant, c’était en cours d’histoire… La première guerre mondiale, l'Autriche avait un lieu avec et était en Europe. Toujours dans mon délire de bouder ce petit bout de femme j’ajoute à moitié entrain de rire :

-Parce que Madame est moitié Shakespeare et à moitié d'un pays qui entraîne la 1ere guerre mondiale elle pense qu’elle peut ignorer et massacrer le prénom du grand Nobuo venu tout droit d’un trou pommé du Japon... Je suis déçu

J’espère qu’elle va comprendre que c’est pour rigoler et qu’elle ne va pas mal le prendre. J’essaie de faire de l’humour un peu comme elle. Massacrant au passage ce grand auteur en le prononçant mal un peu comme « chakespire ». N’arrivant pas à tenir longtemps à la bouder et ayant peur que mes paroles soient mal interprétées, je finis par lui ébouriffer complètement les cheveux après à peine deux minutes, en annonçant :

-Je rigole hein…

---------------------------------

Ce mâle aux cheveux rouge parle en japonnais (3333cc) et en anglais (ff3300)

Merci meyu câlin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Mer 5 Juil 2017 - 1:06


C’était vraiment une journée incompréhensible pour Kathie, du moins depuis qu’elle avait fait la rencontre de Nobuo. Jamais auparavant, elle n’aurait pu penser qu’une personne puisse être gentille avec elle, voire même attentionnée. Mais ce dernier fut plein de surprise, car, il avait prouvé à la demoiselle que toutes les personnes sur cette terre n’étaient pas fondamentalement méchantes, il y avait, effectivement, quelques exceptions à la règle et l’homme au cheveu flamboyant venait de le lui prouver. C’était une bonne chose, ainsi peut être pourra-t-elle emprunté la voie de la « guérison » peut être qu’enfin, arrêtera-t-elle d’être terrifié par les gens ? Elle doutait franchement que ça fonctionne ainsi, du jour au lendemain, mais s’était déjà un bon début, c’était la première brique d’une future grande bâtisse. Peut être pourrait elle enfin envisager de connaitre ce que veut dire, l’amitié.  C’était pour ça qu’elle était venue dans cette école, fermé le premier tome de sa vie pour enfin ouvrir le deuxième. Que d’espoir sur une petite rencontre ! Petite ? Oh non, certainement pas, la jeune blondinette avait des réactions qui faisait vraiment pensé qu’elle s’ouvrait enfin. Le jeune garçon était le premier depuis bien longtemps et sera surement le seul avant un petit moment.  Après tout, cette dernière n’était pas sortie de sa phobie des gens, elle s’ouvrait juste à un homme qui venait de la sortir d’une sale situation et qui la faisait rire, c’était ainsi une bonne raison de s’ouvrir. Après tout, Kathie était, certes, effrayé par les gens, mais elle savait reconnaitre ceux qui lui voulait du bien, même si elle mettait du temps pour accorder sa confiance, quoi de plus normal, après tout, il ne faut pas oublié son vécu.

La jeune fille avait tellement l’habitude de parler anglais, qu’elle s’était exprimée de manière naturelle, comme quand elle parle allemand, mais cette dernière avait tendance à oublier que tout le monde ne parlait pas couramment cette langue. Elle vit alors Nobuo incliner le visage suite à sa phrase, il avait l’air d’un animal perdu, qui ne comprenait pas son maitre… La jeune fille eut honte de cette comparaison… Et il y avait de quoi…  Si elle pouvait parfois se donner des gifles, elle le ferait… Mais bon, là, si elle le faisait, son interlocuteur la prendrait certainement pour une folle et ce n’était pas souhaitable… Elle eut alors un léger rire gêné.


« Je suis tellement désolé, j’ai encore beaucoup de mal avec le japonais, j’ai commencé l’apprentissage de cette langue y a pas longtemps, du coup, quand je ne sais pas comment dire quelques choses, j’ai tendance à le dire en anglais ou en allemand étant donné que ce sont des langues que je parle depuis que je sais parler… »

Kathie se passa la main derrière la nuque, elle avait honte d’avouer qu’elle avait des lacunes dans tel ou tel domaine, elle aimait tellement bien faire les choses…

« Je disais que… Tu étais la première personne à être si gentille… avec moi… Et que du loin que je me souvienne…  On s’est toujours moqué de moi. Et que je ne comprenais pas pourquoi tu étais…différent… »

Elle butait encore sur les mots, mais elle avait réussi à faire sa phrase complète en japonais, comme quoi parfois, traduire une langue dans une autre pouvait aider. Mais bon, elle parlait encore très mal le japonais et ça s’entendait à chaque fois qu’elle parlait, butant toujours sur des mots qu’elle hésitait être les bons ou non ayant toujours peur de se trompé étant donné que parfois la prononciation de certain mot japonais ressemblait à un autre… C’était facilement trompeur.

Le jeune garçon avait vraiment su toucher la corde sensible de cette dernière, la musique. Elle aimait ça, du coup, quand elle en parlait, bah elle en parlait de manière passionnée, c’était donc la meilleure façon, souvent, pour faire connaissance avec elle, ça et son manuscrit.


« C’est vrai que Miley Cyrus a été loin dans la dépravation. Et dire qu’avant, ses chansons étaient un minimum bon. Après, je pense qu’elle est dans une période de rébellions, possible qu’elle reviendra dans des sentiers plus soft dans l’avenir, je l’espère, car ce n’est pas comme ça, non plus, qu’elle se fera aimé plus, ou qu’elle changera son image de chanteuse Disney. D’autant que, mine de rien, Weaking Ball est une bonne musique mis à part le clip, la bande-son est pas mal divertissante. Après ça ne vaudra jamais du Tina Turner ou du Whitney Houston. Les chanteuses de maintenant ont de belles voix, elles sont juste mal exploitées. Et c’est dommage. Après, ce n’est peut-être qu’un effet de mode, comme les Boys Band en France avec les 2be3… Après, je suis d’accord, le Rock comme le métal a bien été préservé ! »

Kathie était vraiment ravi d’être tombé sur une personne qui était du même avis qu’elle. C’était la première fois, en plus, qu’elle parlait aussi librement de ce qu’elle aimait musicalement parlant et c’était… Agréable, elle devait bien l’avouer, elle aimait partager avec quelqu’un sa passion pour la musique.  Finalement, elle ouvrit son sac, le fouillant, la jeune fille cherchait un album qu’elle amenait toujours avec elle, c’était son préféré de l’année 2009. Elle passa un moment à chercher dans son sac, on pouvait y voir un carnet à croquis, mais aussi une pochette remplie de dizaines et des dizaines de feuilles, c’était son manuscrit. Finalement, la jeune blonde trouva l’objet de sa convoitise et sortit alors de son sac un album blanc, rose, rouge et bleu, avec pour titre Wolfgang Amadeus Phoenix, du groupe Phoenix et le montra au jeune homme.

« Tu connais ? C’est de loin mon groupe ‘’récent’’ favori ! »

Oui, elle ne se baladait jamais sans son album de Phoenix. Elle aimait tellement se groupe. Ça lui plaisait tellement de partager sa passion pour la musique… Que maintenant qu’elle était lancée, il serait surement difficile de la stopper !

Nobuo, finalement, se dit vexer qu’elle ne l’ait pas remarqué avant. Kathie le fixait un instant, c’est vrai que ça pouvait être vexant lorsque quelqu’un te sort un truc de ce genre. Mais ce n’était pas le but de cette dernière de le vexer, loin de là même, elle le regardait, ne sachant pas trop quoi dire ou faire pour se justifier.


« Je…je suis désolé ! Mais je me tiens toujours à l’écart et je fuis toujours la salle de classe le plus rapidement possible, du coup, vu que j’évite le contact des gens. Pas que je ne t’ai pas remarqué, mais, enfin, euh… »

Elle paniquait, la petite demoiselle ne voulait vraiment pas vexer la seule personne qui s’était montrée gentille avec elle… Elle le regarda, hésita même à lui faire un autre câlin pour se faire pardonner. Quoi que, c’était une idée. Puis, vint sa deuxième phrase, qu’elle comprit à moitié…

« Tu peux critiquer ! On dit Shakespeare ! »

Kathie fit alors exprès de bien articuler de manière ridicule le « Shakespeare » exprès pour montrer qu’elle avait compris qu’il plaisantait ! Elle aimait vraiment beaucoup le moment qu’elle passait avec lui. Cette dernière se sentait à l’aise avec lui, ce qui était en somme une sacrée nouveauté ! Finalement, après qu’il eut passé sa main une énième fois dans ses cheveux, la jeune fille décida de se défaire ses tresses, vu qu’elles ne ressemblaient plus à rien depuis qu’il avait commencé à lui ébouriffé les cheveux. Elle se laissa ainsi ses cheveux libres de tout élastique. Se laissant tomber en cascade sur ses épaules et ses omoplates.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 84
■ Inscrit le : 28/05/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Nobuo Inu
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  Mer 5 Juil 2017 - 15:32

Avec ce début dans cet école dans la solitude, je ne pensais plus pouvoir me faire des amis dans ma classe. Mais depuis le sauvetage de la blodinette tout commençait à changer. D’ailleurs la petit bien qu’apeurée et timide au début s’ouvre peu à peu à moi, elle est tellement à l’aise qu’elle a choisi de s’exprimer en anglais. Je le lui fais remarquer et elle s’excuse aussitôt. Elle m’explique qu’elle a du mal avec le japonais, qu’elle ne l’apprenait que depuis quelques temps. Je suis plutôt surpris, elle ne montre pas tellement de difficultés, sa prononciation des mots n’est pas toujours exacte et montre des origines étrangères mais elle ne semble pas chercher ses mots tant que ça. Mais je comprends parfaitement qu’elle préfère s’exprimer dans sa langue d’origine, elle n’a pas à y chercher ses mots. Malheureusement pour elle, elle n’a pas l’interlocuteur le plus anglophone qui soit. Elle me parait gênée lorsqu’elle semble répéter la phrase qu’elle avait dite auparavant, ainsi je suis la première personne à être gentil avec elle, dur à croire, je ne suis pas le seul être humain gentil sur cette Terre. Je lui souris et indique :

-Ne t’inquiète pas pour l’anglais, mais si tu veux parler en anglais il faudra parler plus doucement et bien articuler sinon je ne vais pas arriver à te comprendre. Au moins si j'ai des difficultés en anglais je ferai appel à toi en prof particulier. Et ce n’est pas grave si tu as des difficultés c’est en se trompant qu’on apprend. Et les personnes gentilles ça existe, c’est juste que tu es toujours tombé sur les mauvaises personnes. Je ne laisserai plus les gens se moquer de toi. Mais si tu ne veux pas qu’ils se moque de toi il faudra aussi que tu arrêtes de te comporter comme un animal sans défense comme tout à l’heure.

J’ai parlé un peu plus lentement qu’auparavant, découvrir qu’elle a un peu de mal avec ma langue m’a bien surpris et j’ai peur qu’elle ne me comprenne pas si je continuais avec un débit normal, même si elle m’avait compris jusque là. Je sais que je n’aurais peut-être pas du évoquer à nouveau l’incident, mais il fallait qu’elle comprenne que certaines attitudes la transforment en une cible facile. Mais heureusement pour moi on change de sujet pour évoquer la musique. J’aurais surement une autre occasion pour la coacher pour éviter de devoir jouer son sauveur h24 même si être aux côtés de la blonde n’est pas la chose la plus désagréable et est même au contraire très agréable.

La musique est un sujet qui lui tient à cœur et je pense avoir fait un bon choix en ayant pris son casque pour écouter sa musique qui avait entraîné cette conversation où je découvre son côté passionné et souriant. J’acquiesce à la fin de chacune de ces phrases qui sont malheureusement toutes vrai. Parler de musique tous les deux étaient vraiment agréable, j’avais l’impression de la connaître depuis longtemps alors que cela faisait à peine une dizaine de minute. Elle est amusante lorsqu’elle ouvre son sac et fouille à l'intérieur. J’observe un peu et vois une multitude de chose, de quoi se coiffer, du papier, des cours surement, un parapluie, des gants, tout le nécessaire pour l’hiver. Je suis vraiment surpris, on dirait le sac de Joséphine ange gardien, comment fait-elle pour se retrouver là-dedans ? Déjà que j’ai l’impression d’avoir trop de chose avec mon carnet à dessin et mes cours dans le même sac…

Elle finit par sortir un CD. Je l’observe un moment, il y a écrit Phoenix dessus, groupe inconnu au bataillon. Elle me demande si je connais, je réponds aussitôt en souriant :

-Jamais entendu parlé de ce groupe désolé. Tu vas être obligée de me le faire écouter. Tu as un lecteur CD sur toi pour que tu l’emmène de partout
?


Je doute grandement qu’elle possède un tel appareil sur elle. Aujourd’hui tout est connecté, on met nos musiques sur nos téléphones et pis c’est parti. C’est amusant d’ailleurs de la voir avec un CD, peu de gens en utilise encore, c’est tellement plus simple de télécharger en ligne. Mais bon je ne vais rien dire, chacun ses envies, si son truc c’est les CD tant mieux c’est plus utile et moins nocif que mes cigarettes. Je lui demande d’ailleurs :

-Tu fais parti du club musique ?


Ca ne serait pas si étonnant vu l’amour de la musique qu’elle me montre depuis quelques minutes. On discute de notre âge et je fais semblant d’être vexé au fait qu’elle ne m’a jamais vu. Je me retiens de rire en l’entendant se justifier. Ainsi la petite se tient à l’écart de la salle de classe, c’est limite une phobie du genre humain qu’elle a.  Après ma phrase sortie d’on ne sait où, elle a du comprendre que je faisais semblant puisqu’elle articula de manière ridicule le nom du célèbre auteur Anglais. J’ajoute tout de même en riant :

-Tu as réussi à ne pas me remarquer même le jour où le professeur m’a présenté devant toute la classe début décembre… Ou alors tu as préféré m’oublier parce que je faisais peur c’est ça ?

Ma main dans ses cheveux a fini de la décoiffer pour de bon. A telle point qu’elle décide défaire ses tresses. Ses cheveux libres lui donnent un air un peu plus sure d’elle, moins petite fille à martyriser je dois même avouer que ça lui amplifie son charme. Et puis ça fait peut-être un peu plus femme car je commence à me dire qu’elle pourrait vraiment être dans ma classe. Je m’allume une dernière cigarette pour la pause du midi avant de lui dire :

-Désolé pour ta coiffure c’était pas voulu… Mais t’es plutôt pas mal avec les cheveux comme ça, tu devrais les détacher plus souvent.

Je lui fais un sourire et un clin d'oeil charmeur, son livre toujours dans la main. Je le glisse d'ailleurs dans mon sac, je lui rendrais une autre fois, au moins je serais sûr de la revoir.

---------------------------------

Ce mâle aux cheveux rouge parle en japonnais (3333cc) et en anglais (ff3300)

Merci meyu câlin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le mauvais sort te tombe dessus à nouveau... [PV Nobuo Inu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: