Partagez | 
 

 Des mots et des maux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Des mots et des maux.  Mar 27 Juin 2017 - 8:15


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

Mes clics se font de plus en plus rapide sur mon écran tandis que mon avatar se déplace vers une partie de la carte plongé dans le brouillard de guerre. La sauterelle humanoïde que je contrôle s'avance près d'un mur arrondi. Derrière, tout est noir. Aucune vision, et je n'ai pas vraiment le choix désormais.
Après un rapide calcul dans ma tête, j'appuie sur ma touche E, et la sauterelle saute par dessus le mur. Elle se fait alors réceptionnée par cinq adversaires et un monstre géant à l'allure de ver qu'ils semblent chercher à éliminer. En une fraction de seconde, je mets tout mon combo sur la créature dans le but de lui porter le coup fatale avant l'équipe adverse, mais celle-ci survit à une dizaine de points de vie près.
L'écran devient gris, j'ai été tué. Une fenêtre apparaît alors à l'écran, un vote de reddition pour mon équipe. Déjà quatre votes pour, je valide également la décision avant de presser Alt + F4 afin de quitter la partie.

Je jette un coup d'oeil à l'horloge présente dans ma chambre : quatre heures moins dix. Je pousse un soupir las, me lève de ma chaise de bureau et me dirige vers la porte.
On nous avait transmis l'info il y a quelques jours de l'arrivée d'un nouveau psychologue scolaire au début du mois de décembre. Ca tombait plutôt bien en termes de dates, pour le coup : la déprime hivernale, c'est un truc régulier chez les étudiants
J'avais consulté un psy plus jeune. Mais pour être tout à fait honnête, le seul truc bien que ça m'avait apporté, c'est d'y avoir rencontré une amie. Autrement, les séances en tant que telles ne m'avaient pas apporté grand chose.

Néanmoins, force était de reconnaître qu'actuellement, le moral était pas vraiment là. J'avais beau être là depuis quasiment neuf mois, mon cercle social était toujours proches du néant. Ca m'avait pas vraiment posé de problèmes pendant de nombreuses années, mais là, dans un cadre d'internat et d'université, la solitude commençait à se faire pesante.
Pour que j'en arrive à ne même plus être motivé par les jeux vidéos, il fallait clairement que ça aille mal.

C'est pourquoi j'avais pris la décision de prendre un rendez-vous avec le nouveau psychologue. Pour être tout à fait honnête, je n'en attendais pas vraiment grand chose, mais dans l'idée, ça ne me coutait rien d'essayer. Puis, ça me donnerait l'occasion de ce que j'ai sur le coeur de vive voix.

J'arpente les couloirs du lycée, endroit où j'ai rarement mis les pieds depuis mon arrivée à Kobe, étant plutôt confiné du côté de l'université.
J'arrive dans le couloir de l'administration. J'observe les plaques sur les portes et trouve la bonne.

Je reste immobile devant elle pendant une bonne minute. Une certaine anxiété m'envahit : j'ai tellement peu l'habitude d'aller de moi même vers les gens que j'en arrive à avoir peur d'être complètement à côté de la plaque.
Plutôt ironique pour un étudiant en psychologie.

Je ferme les yeux et pousse un soupir. Il faut bien s'y jeter.
Je tape trois coups discrets à la porte.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Jeu 29 Juin 2017 - 15:05

 Des mots et des maux.


Allez nouvelle journée de travail aujourd'hui Le résumé de la journée, beaucoup de paperasse, quelque rendez-vous avec des parents et un rendez-vous en fin de journée pour un nouvel élève à voir. Une journée pas trop chargé dans l'ensemble. Sauf que les rendez-vous avec les parents ne s'étaient pas bien passés du tout, les gens ont tendances à penser que dès qu'on leur dit que leur gamin à un problème c'est forcement qu'ils l'ont mal élevés. Bon c'est vrai qu'en général il y a de ça. Mais c'est pas la peine d'en faire toute une histoire de me menacer et de claquer la porte en sortant en me balançant des insultes....

Je soupirais dans mon bureau, mon ordinateur ouvert en face de moi avec le contre rendu de la session avec les parents. Seul une famille sur trois avait accepté que j'aide leur enfant de manière plus régulière et plus prononcé en leur conseillant d'avoir recours à une auxiliaire de vie scolaire pour aider leur enfant en situation de handicap à réviser. Cette enfant malgré son handicap avait de grande capacités mais Kobe étant une école assez réputé le niveau était élevé et il semblait avoir de plus en plus de mal à suivre.

Bref tout ça pour dire que sans l'accord des parents je ne peux rien mettre en place et c'est vraiment frustrant d'être bloqué comme ça par des gens bornés pendant que le gamin souffre.

Je me servis un thé tout en ronchonnant sur le sujet. Mon portable vibra pour m'annoncer que c'était l'heure de mon rendez-vous suivant. Je revins derrière mon bureau en hâte pour regarder le dossier de Isao Sakubara.

Le soleil commençait à descendre, la grande baie vitré dérrière moi laissait filtrer quelques rayons de soleil à travers les rideaux orangés qui vinrent me réchauffer le dos et la nuque de manière assez agréable. Surtout de part ce froid. Je laissai mon thé refroidir et commençai à feuilleter la seule page que contenait le dossier pour l'instant.

Un jeune homme assez normal, avec des notes plutôt moyenne et surtout un repli sur sois quasi constant, une passion pour les jeux vidéos...

Mouai un petit geek en puissance en sois. Bien sûr c'était complètement illusoire de ranger les gens dans des catégories vue la multitude de facette que reflète une personnalité mais bon là quand même...

Les coups sur la porte m'indiquèrent que le jeune homme était là, je me levai de ma chaise pour aller lui ouvrir.

"Bienvenue Isao, je t'en pris rentre."

J'affichai mon sourire habituel et lui fit signe de s'asseoir sur un des fauteuils en face du bureau.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 


Dernière édition par Jhin Weber le Sam 1 Juil 2017 - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Re: Des mots et des maux.  Jeu 29 Juin 2017 - 20:52


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

A peine ai-je frappé à la porte que je regrette déjà ma décision. J'avais des réminiscences de mes séances chez le psychologue scolaire au lycée. Généralement, c'était un vieux type qui passait desheures à me poser des questions sur ma famille, mes activités, etc... Et qui finissait toujours par conclure sur le fait que j'étais un garçon "introverti" et "réservé". Merci Sherlock, on s'en serait pas douté.

Une voix se fait entendre dans la pièce. Les intonations, le timbre m'indiquent qu'elle appartient à quelqu'un de plutôt jeune. C'était plutôt une bonne chose : ça allait me changer de la psycho "vieux jeu" dont j'avais eu l'habitude.
Je m'apprête à appuyer sur la poignée, mais la porte s'ouvre avant que j'ai le temps d'esquisser un geste. Un homme assez jeune m'invite à entrer sur un ton cordial. Probablement même pas la trentaine, sûrement un type en début de carrière.
Cheveux blonds... Au pire étranger, au mieux métisse. Ca ne me surprenait guère, cela dit : une grande partie des enseignants et des élèves ici n'étaient pas japonais, ou avaient une double nationalité. C'est cette ouverture à l'internationale qui faisait de Kobe un campus de renom, aussi bien pour le lycée que pour l'université.
J'incline la tête en direction du psychologue.

-Sensei...

Je me dirige vers l'un des fauteuils qui fait face au bureau. L'aménagement de la pièce est somme toute classique pour ce que l'on peu attendre d'un bureau de psychologue, avec cette patte moderne qui catégorise les bâtiments du complexe de Kobe. Sur le bureau, un dossier. J'évite d'y jeter un oeil : ce n'est pas vraiment mon genre de fouiller dans les affaires des gens.

Je m'assied dans un fauteuil, les mains au niveau de mes cuisses, et continue de jeter des regards un peu partout dans la pièce. Plus qu'un véritable enregistrement d'information, c'est aussi une manière de dissimler comme je peux ma gêne d'être confronté à une personne en face à face.

Je prends néanmoins la parole et me frottant l'arrière du crâne.

-Je suis désolé, ça fait longtemps que je n'ai pas mis les pieds chez un psychologue, je n'ai plus vraiment l'habitude de la manière de procéder...

J'essaie de me détendre un peu dans le siège, en attendant les instructions de mon hôte.
Dans quoi est-ce que je me suis encore embarqué ?

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Sam 1 Juil 2017 - 22:58

 Des mots et des maux.


Donc Isao, je referme calmement le dossier du jeune homme et le range dans mon tiroir fermé à clef , après quoi je ferme aussi mon ordinateur portable le pose sur un côté du bureau et prend une feuille vierge et un stylo noir que je pose en face de moi.

-Je suis désolé, ça fait longtemps que je n'ai pas mis les pieds chez un psychologue, je n'ai plus vraiment l'habitude de la manière de procéder...

Je regarde le jeune homme en face de moi, il avait l'être assez mal à l'aise, surement nerveux . Encore une fois rien de mal à cela, c'est tout à fait normal quand on fait connaissance avec un inconnu qui va chercher à vous faire parler de vous mais aussi de sujets que vous ne voulez pas forcement aborder.

Ce n'est pas non plus un interrogatoire de police, j'imaginais un moment la scène dans une salle d'interrogatoire moi vêtu d'un uniforme de policier ( ( ͡° ͜ʖ ͡°) ) et le jeune homme en face de moi à qui j'essaye de faire cracher ses secrets les plus sombres... encore heureux sinon je devrais me presser, ici on n'a tout notre temps, et on peut tranquillement discuter sans problème. Ca doit être très stressant comme vie. Enfin je m'égare encore comme à mon habitude.

-Et bien si tu commençai à me dire pourquoi tu viens me voir aujourd'hui ?

D'habitude lorsque les élèves sont contraints de venir je ne peux pas faire ça, laisser la personne nous parler de ses problèmes et de sa venue, voir sa façon de parler sa façon de présenter les choses, les dénis, les regrets,... En général les élèves ne veulent pas venir ici donc ils seraient du genre à répondre. "Bah rien." Et va rebondir là-dessus....

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 


Dernière édition par Jhin Weber le Mar 4 Juil 2017 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Re: Des mots et des maux.  Dim 2 Juil 2017 - 5:41


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

Les quelques souvenirs que j'avais de mes séances chez le psy avait des airs d'interrogatoire, souvent. Des médecins qui me posaient des questions sur ma réticence à sortir, sur mon incapacité à me faire des amis, ce genre de chose.
Ici, apparemment, je suis plutôt invité à prendre la parole. J'affichais un air supris, il me semblait pourtant avoir rempli un formulaire qui expliquait la raison de ma venue. Mais bon, il ne faisait pas de mal aussi de revenir sur ces points à haute voix.

-J'imagine qu'on vous a déjà fait mention du fait que j'ai attendu deux ans avant de m'inscrire à l'université après avoir fini le lycée, je me trompe ?

J'avais en effet fait un break dans mes études entre 2012 et 2014. J'étais parti vivre en Corée avec une amie dans le but de devenir joueur professionnel de jeu vidéo, et malgré des résultats plutôt bons sur quelques événements, je n'avais jamais reçu le sésame, une proposition de contrat auprès d'une équipe. Après quoi, j'avais décidé qu'il était temps de revenir au Japon pour reprendre des études.

-J'ai passé ses deux années à Séoul, où j'ai vécu à un rythme... disons, particulier. Je menais ma vie de mon côté, comme je l'entendais.

Ouais, c'était clairement le bon temps.

-On peut dire malheureusement que ça ne m'a pas aidé à régler des problèmes que j'ai eu pendant toute mon adolescence et mon enfance. Si je pouvais plus ou moins les ignorer à Séoul, ici, il est bien plus compliqué de ne pas y prêter attention.

Je jette un oeil en direction du plafond et me met à fixer un point invisible. Une fois encore, je me perds dans mes pensées, comme à mon habitude. C'est ce genre de fait qui me faisait passer auprès de certains de mes enseignants pour quelqu'un d'assez lent et pas très réactif.
Je dois bien admettre qu'ils avaient tout à fait raison, cela dit.
A travers mon esprit défile des images d'événements divers vécus à Kobe depuis mon arrivée... Cours, discussions, activités, seulement des passages qui me ramènent à mes problèmes.
J'émerge finalement de ma rêverie en secouant légèrement la tête, comme si je venais de me réveiller. Je ramène mon regard vers le visage du psychologue.

-Bref, pour dire les choses simplement, le moral va pas... C'est pas à cause de mes notes, elles sont moyennes, mais me convienne. Je sais que j'ai des addictions, mais je les assume et j'aspire à en faire quelque chose. Non, le problème, c'est que je suis coincé dans un paradoxe. Je me sens affreusement seul, mais je n'arrive pas à me lier vraiment aux gens. La seule amie que je me sois jamais faite partageait exactement la même passion que moi, et au même degré. Ici, je n'ai rien trouvé de tel. J'ai essayé pourtant de m'intégrer dans des conversations, de prendre des contacts, mais je n'ai jamais trouvé la motivation pour maintenir ces rapports, quand les gens n'en arrivaient pas à tout simplement m'ignorer.

Il est rare que je m'exprime de la sorte, je vide mon coeur sur l'instant. Je rougis légèrement du fait de m'être à ce point dévalé et fixe désormais le sol.

-Du coup, je viens vous voir pour trouver des réponses, tout simplement. J'ai besoin d'aide, je ne supporte plus ma solitude, mais les choses qui me permettrait d'en sortir me dépasse complètement...

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Mar 4 Juil 2017 - 0:01

 Des mots et des maux.


-J'imagine qu'on vous a déjà fait mention du fait que j'ai attendu deux ans avant de m'inscrire à l'université après avoir fini le lycée, je me trompe ?

Je ne répondais pas et ne fis qu'un petit hochement de tête, je recopiais tout ce qu'il me disait et la façon dont il le faisait,  sur un ton hésitant, évitant certains mots, bafouillant ou rougissant en évoquant son amie ... Enfin les grandes lignes, histoires de voir sur quoi travailler et par où commencer.

-J'ai passé ses deux années à Séoul, où j'ai vécu à un rythme... disons, particulier. Je menais ma vie de mon côté, comme je l'entendais.
On peut dire malheureusement que ça ne m'a pas aidé à régler des problèmes que j'ai eu pendant toute mon adolescence et mon enfance. Si je pouvais plus ou moins les ignorer à Séoul, ici, il est bien plus compliqué de ne pas y prêter attention.
Bref, pour dire les choses simplement, le moral va pas... C'est pas à cause de mes notes, elles sont moyennes, mais me convienne. Je sais que j'ai des addictions, mais je les assume et j'aspire à en faire quelque chose. Non, le problème, c'est que je suis coincé dans un paradoxe. Je me sens affreusement seul, mais je n'arrive pas à me lier vraiment aux gens. La seule amie que je me sois jamais faite partageait exactement la même passion que moi, et au même degré. Ici, je n'ai rien trouvé de tel. J'ai essayé pourtant de m'intégrer dans des conversations, de prendre des contacts, mais je n'ai jamais trouvé la motivation pour maintenir ces rapports, quand les gens n'en arrivaient pas à tout simplement m'ignorer.


Sacré voyage qu'il ait entrepris, il faut une grande détermination pour se jeter comme ça dans l'inconnu, un pays étranger même pas sûr de pouvoir subvenir à ses besoins journaliers. Et le lien qui uni ses deux là doit être en effet très fort. Peut-être même plus que des amis ? ça en tout cas ça ne me regardait pas.

-Du coup, je viens vous voir pour trouver des réponses, tout simplement. J'ai besoin d'aide, je ne supporte plus ma solitude, mais les choses qui me permettrait d'en sortir me dépasse complètement...

Je posais doucement mon crayon lorsqu'il finit sa phrase. Je pris une gorgée de thé en relisant rapidement tout ça.

"Bien, je vois, je vois." Je fis tourner mon rayon entre les doigts d'une de mes mains tout en continuant de fixer la feuille.

"Déja, si tu veux te servir en thé ou en café n'hésite pas."

Je fis  une courte pose réfléchissant à la formulation de ma phrase.

"Bien, je pense que ton problème vient du fait que tu ne t'intéresses pas forcement aux même centre d'intérêts que les autres, tu es à fond dans la pratique des jeux vidéos, et malheureusement ça ne crée pas de lien disons dans l'immédiat et autour de sois en général.
Tu as déjà envisager d'intégrer un club sportif ou quelque chose dans ce genre là, quelque chose en équipe qui te forcerait petit à petit à prendre contact avec les autres ?"


Je réfléchissais à la situation tout en parlant fixant toujours la feuille, puis remontant mon regard vers lui, pensif en attendant sa réaction et sa réponse.


Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Re: Des mots et des maux.  Mar 4 Juil 2017 - 2:23


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

Sur l'invitation du psychologue, j'attrape une théière et une tasse sur posées sur le bureau et me sert un peu de thé. Je porte le récipient à ma bouche et en avale une gorgée. La chaleur de la boisson, en plus d'être appréciable dans la fraîcheur de l'hiver, m'aide à me détendre en me donnant quelque chose sur quoi je peux me concentrer : le goût, les arômes... Je commence à me perdre dans mes pensées quand mon interlocuteur reprend la parole :

- Bien, je pense que ton problème vient du fait que tu ne t'intéresses pas forcement aux même centre d'intérêts que les autres, tu es à fond dans la pratique des jeux vidéos, et malheureusement ça ne crée pas de lien disons dans l'immédiat et autour de sois en général.
Tu as déjà envisager d'intégrer un club sportif ou quelque chose dans ce genre là, quelque chose en équipe qui te forcerait petit à petit à prendre contact avec les autres ?


Je prends quelques secondes pour réfléchir à ce qu'il vient de me dire, bien qu'il s'agit là d'évidences dont j'ai tout à fait conscience. Mais honnêtement, je ne m'attendais pas à ce qu'il me donne une solution miracle au bout de deux minutes de discussion, je sais bien que la solution à mes problèmes se trouve au bout d'un cheminement qui prendra un certain temps.
Si tant est qu'on la trouve un jour.
Un sourire triste se dessine sur mon visage.

-Je suis asthmatique. Rien de très handicapant au quotidien, mais assez gênant quand il s'agit de pratiquer une activité sportive. A côté de ça, je ne suis pas musicien, je ne m'intéresse qu'assez peu à la lecture et pas du tout à la photographie, je ne suis pas du tout manuel et j'ai horreur de faire la cuisine. Je suis très vite limité...

Je reprends une gorgée de thé. Pas assez infusé selon mes critères, mais il reste plutôt bon.

-Et puis, quand bien même j'aurai une once d'intérêt pour les activités proposées ici, je ne me sens pas assez doué dans quoi que ce soit pour me mettre à pratiquer dans le cadre d'un club. Je suis extrêmement maladroit.

Quelques souvenirs de mon adolescence me reviennent à l'esprit alors que je parle. Je décide d'en faire part au psychologue.

-Dans mon ancien lycée, les club étaient obligatoires, et j'avais atterri plus ou moins par défaut dans le club de modélisme. Ca c'est très mal passé : j'avançais lentement, je me trompais dans les assemblages et cassais des pièces. A la fin, la seule chose qu'on m'autorisait à faire, c'était sortir et ranger les pots de peintures... Je ne veux pas revivre cet expérience du boulet du groupe qui empêche les autres d'avancer correctement, je sais que je suis pas une lumière, que je suis lent et que j'ai deux mains gauches, ça arrivera inévitablement.

Je laisse échapper un léger rire teinté d'amertume tandis que mon regard se lève vers le plafond.

-Et oui, je n'ai pas vraiment ce qu'on pourrait appeler une haute estime de moi-même...

Je reprends une gorgée de thé pour soulager ma gorge sèche : j'ai tellement peu l'habitude de parler que le peu de conversation que j'ai fait juste là m'est un effort pénible.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Mar 4 Juil 2017 - 19:56

 Des mots et des maux.


-Je suis asthmatique. Rien de très handicapant au quotidien, mais assez gênant quand il s'agit de pratiquer une activité sportive. A côté de ça, je ne suis pas musicien, je ne m'intéresse qu'assez peu à la lecture et pas du tout à la photographie, je ne suis pas du tout manuel et j'ai horreur de faire la cuisine. Je suis très vite limité...
Et puis, quand bien même j'aurai une once d'intérêt pour les activités proposées ici, je ne me sens pas assez doué dans quoi que ce soit pour me mettre à pratiquer dans le cadre d'un club. Je suis extrêmement maladroit.
Dans mon ancien lycée, les club étaient obligatoires, et j'avais atterri plus ou moins par défaut dans le club de modélisme. Ca c'est très mal passé : j'avançais lentement, je me trompais dans les assemblages et cassais des pièces. A la fin, la seule chose qu'on m'autorisait à faire, c'était sortir et ranger les pots de peintures... Je ne veux pas revivre cet expérience du boulet du groupe qui empêche les autres d'avancer correctement, je sais que je suis pas une lumière, que je suis lent et que j'ai deux mains gauches, ça arrivera inévitablement.
Et oui, je n'ai pas vraiment ce qu'on pourrait appeler une haute estime de moi-même...


Certes, ça n'arrangeait rien, mais quelque chose n'allait pas dans son histoire on ne pouvait pas être aussi maladroit et aussi bien jouer aux jeux vidéos, il fallait des mécaniques et des réflexes très pointus. Moi-même je m'étais essayé aux MOBA il fut un temps et j'avais été impressionné par la rigueur et l'exigence que demandait ce genre de jeux. Sans parler de l'attitude sociale qui joue un paramètre définitif dans une partie.

Autant vous dire que je n'étais pas resté très longtemps dans le milieu, les gens étant beaucoup trop instable et avait trop tendance à rager pour mon pauvre petit cerveau. Le jeu en lui-même était bien mais, tout comme je pouvais le voir dans mon travail les gens étaient plus ou moins fort mentalement et les plus faibles entraînaient toutes leurs équipes dans la chute en sabordant leur propre navire.

Tel un marin qui tout d'un coup rassemblerait la poudre à canon et la faisait exploser pour ne pas être tué des mains de l'ennemi tout en criant autour de lui "On va mourir ! Tu tires mal ! T'es vraiment nul ! Le capitaine est une femme !".

-Et tu ne penses pas que tu es maladroit parce que tu penses que tu l'es, comme un moyen d'abandonner avant d'avoir essayé et de saborder ton propre navire ? Parce que de ce que tu me dis apparemment dès que je t'ai proposé l'idée du club, tu n'as fait que te dresser des barrières. "Je ne peux pas je suis asthmatique, je suis maladroit,..." Du peu que j'en vois tu as déjà appuyer sur ALT F4 avant même que la partie ne ce lance en te disant en voyant le niveau du joueur en face "Bah c'est loose autant abandonner." Et puis si tu étais si maladroit que ça tu ne serais pas devenu aussi bon aux jeux vidéos, il faut juste que tu trouve d'autres domaine où tu arrive à t’émanciper comme le tir à l'arc, la littérature, le théâtre, l'art,.... Bien sur j'ai bien conscience que c'est plus facile à dire qu'a faire, au moins réfléchis-y, sans te mettre de barrière, toi, qu'est ce que tu aimerai faire ?

En lui disant ça, je lui souris tranquillement en étant un peu géné de lui dire tout ça de but en blanc. Je ne veux pas être méchant mais pas la peine de retenir ma pensée non plus. Je pense qu'il à besoin de ce rendre compte que c'est peut être plus lui qui repousse les autres que les autres qui le repousse.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Re: Des mots et des maux.  Mer 5 Juil 2017 - 2:05


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

-Et tu ne penses pas que tu es maladroit parce que tu penses que tu l'es, comme un moyen d'abandonner avant d'avoir essayé et de saborder ton propre navire ? Parce que de ce que tu me dis apparemment dès que je t'ai proposé l'idée du club, tu n'as fait que te dresser des barrières. "Je ne peux pas je suis asthmatique, je suis maladroit,..." Du peu que j'en vois tu as déjà appuyer sur ALT F4 avant même que la partie ne ce lance en te disant en voyant le niveau du joueur en face "Bah c'est loose autant abandonner." Et puis si tu étais si maladroit que ça tu ne serais pas devenu aussi bon aux jeux vidéos, il faut juste que tu trouve d'autres domaine où tu arrive à t’émanciper comme le tir à l'arc, la littérature, le théâtre, l'art,.... Bien sur j'ai bien conscience que c'est plus facile à dire qu'a faire, au moins réfléchis-y, sans te mettre de barrière, toi, qu'est ce que tu aimerai faire ?

Je suis bien forcé d'admettre que je n'avais jamais envisagé les choses sous cet angle. De l'auto-censure ? J'étais assez moyennement convaincu, mais ça avait le mérite d'amener une véritable piste de réflexion. Comme quoi, avec un psy compétent, on peut réaliser plus en 10 minutes qu'en deux ans de suivi.
Son parallèle entre ma maladresse et mon niveau de jeu ne m'étonne pas, par contre, puisque ce n'est pas la première fois qu'on m'en parle. Cela dit, même si je dois bien admettre que mes mécaniques sont bien meilleures que la plupart des gens, elles viennent d'années de pratique, et surtout, comparé aux joueurs de mon niveau, j'ai toujours eu des mécaniques très faibles, que j'ai compensé par ma connaissance de jeu.
On peut dire, d'une certaine manière, que j'ai plus grimpé les classements avec mon cerveau qu'avec mes doigts.

J'apprécie la manière que Weber a de présenter les choses. Certes, ses références à l'univers informatique peuvent sembler quelque peu forcées dans son discours, mais ça montre que, même s'il dit les choses de manière assez brute, ce n'est pas par pure animosité, mais pour provoquer une réaction.
Cette manière de faire, d'ailleurs, me permet de me mettre finalement à l'aise, et je peux désormais soutenir le regard de mon interlocuteur.

-Je n'avais jamais vraiment envisagé les choses sous cet angle, je dois bien l'avouer. Il faudra que je creuse le sujet...

J'allais avoir besoin de prendre un peu de temps pour réfléchir à mes rares expériences de club et d'activités manuelles. Pour le moment, je me penche plutôt sur la question avec laquelle il a conclu son discours. Je prends un air pensif tandis que je parle.

-Hmm... Ce que j'aimerais faire... J'ose imaginer que s'il y avait un club d'informatique, je me laisserais tenter, mais malheureusement ce n'est pas le cas, et je me vois mal faire les démarches pour créer un club...

Je ferme les yeux quelques secondes, essayant de visualiser la liste des clubs que j'avais reçu avec mon dossier d'inscription à l'université quand j'étais encore à Séoul.

-Si on oublie mon problème d'asthme, j'aurais sûrement tenté le kendo ou le karaté... Après, le kyūdō pourrait être abordable d'un point de vue physique, même si je n'ai jamais touché un arc de ma vie. Pour le reste, honnêtement, rien ne m'intéresse, même si j'avais vaguement songé au club des aventuriers pour le côté "énigmes" qu'il peut apporter, mais j'ai cru comprendre que ça impliquait de courir partout, du coup, très peu pour moi...

Je reprends une gorgée de thé, une fois encore pour soulager ma gorge sèche.

-J'avais rejeté d'office l'idée de rejoindre un club en arrivant, mais je vais y réfléchir. Cela dit, je ne pense pas que ce soit suffisant à résoudre mes problèmes dans l'absolu : j'interagis quotidiennement avec les autres étudiants de pyschologie et de langues vivantes, mais ça ne m'empêche pas d'avoir ce sentiment de solitude...

HRP :
 

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Mer 5 Juil 2017 - 15:29

 Des mots et des maux.


-Si on oublie mon problème d'asthme, j'aurais sûrement tenté le kendo ou le karaté... Après, le kyūdō pourrait être abordable d'un point de vue physique, même si je n'ai jamais touché un arc de ma vie. Pour le reste, honnêtement, rien ne m'intéresse, même si j'avais vaguement songé au club des aventuriers pour le côté "énigmes" qu'il peut apporter, mais j'ai cru comprendre que ça impliquait de courir partout, du coup, très peu pour moi... J'avais rejeté d'office l'idée de rejoindre un club en arrivant, mais je vais y réfléchir. Cela dit, je ne pense pas que ce soit suffisant à résoudre mes problèmes dans l'absolu : j'interagis quotidiennement avec les autres étudiants de pyschologie et de langues vivantes, mais ça ne m'empêche pas d'avoir ce sentiment de solitude...


Mh oui certes, ça pourra aider s'il fait de bonne rencontre mais, en sois ça ne résout pas le problème de fond. Je crois que je vais devoir appliquer la bonne vieille méthode de psychologue qui fait que la plupart des gens n'aiment pas venir nous voir. Mais bon quand faut y aller, faut y aller.

Et puis apparemment on est soit face à un gros déni conscient soit face à un gros déni inconscient mais, dans tous les cas, il y a quelque chose d'autres à déterrer. L'homme est un animal naturellement sociable, bien sûr il y a des gens qui peuvent être solitaires, mais dans ce cas-là ils ne s'en plaignent pas.

Hors Isao ici présent me dit qu'il souffre d'être exclu tout le temps, déjà s'il réussi à trouver un club qui lui corresponde cela l'aidera, mais ça ne résoudra pas le problème de fond et il se retrouvera encore une fois en retrait par rapport au reste du groupe.

-Bien. Je suis d'accord il y a anguille sous roche et il va falloir allez fouiller ton subconscient qui fait probablement barrage et le forcer à ressortir ce qui cause ce sentiment d'insécurité en présence des autres. Je vais du coup devoir te poser des questions sur ton passé, et ta façon de voir les choses, et si ça n'évolue pas je pourrais aussi avoir recours à l'hypnose si tu es d'accord. Enfin on verra en temps voulu. Maintenant, j'aimerais déjà que tu me parles du souvenir le plus lointain que tu ais qui corresponde à une interaction sociable avec un inconnu ou un groupe, par exemple en école primaire ou même avant.

Il fallait bien que j'ai un référentiel pour situer la période ou le trauma, s'il y a, à eu lieu. Je me levais et refermais un peu plus les rideaux, le soleil commençant à descendre devenait de plus en plus agressif, maintenant seul de mince filet de lumière éclairait la pièce de telle sorte à ce qu'Isao ne soit pas ébloui.

Je me rassis dans mon fauteuil, un rayon de lumière arrivait pile à la moitié de mon crane, je le voyais en regardant le mur en face de moi et j'imaginais un moment la drôle d'impression que mes cheveux blonds ainsi éclairés devait donner en souriant puis je reviens rapidement à mon sujet et attrapa une autre page pour 'ajouter au dossier de Isao, repris mon stylo d'un geste machinal et bien rodé et attendis qu'Isao reprenne la parole.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Re: Des mots et des maux.  Mer 5 Juil 2017 - 20:05


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

A mesure que je m'exprime, le psychologue prend un air pensif, comme s'il se doutait qu'il manquait un élément dans la première solution qu'il avait proposé.
Il prend un petit moment avant de reprendre la parole. Dehors, le jour commence à baisser malgré l'heure, l'hiver est bien là... Mon œil s'égare sur le bureau, et je réalise alors que mon interlocuteur a déjà pris beaucoup de notes depuis le début de notre conversation.
Il a clairement l'air sérieux et fiable, pas comme certains de ses collègues. Il reprend enfin la parole.

-Bien. Je suis d'accord il y a anguille sous roche et il va falloir allez fouiller ton subconscient qui fait probablement barrage et le forcer à ressortir ce qui cause ce sentiment d'insécurité en présence des autres. Je vais du coup devoir te poser des questions sur ton passé, et ta façon de voir les choses, et si ça n'évolue pas je pourrais aussi avoir recours à l'hypnose si tu es d'accord. Enfin on verra en temps voulu. Maintenant, j'aimerais déjà que tu me parles du souvenir le plus lointain que tu ais qui corresponde à une interaction sociable avec un inconnu ou un groupe, par exemple en école primaire ou même avant.

Le subconscient... J'en avais quelque peu entendu parlé en cours, mais plus en psychanalyse qu'en psycho, et honnêtement, j'étais quelque peu passé à côté de ce cours.
On va donc arriver sur le fameux jeu de question réponse si cher à la profession de psychologue... Je soupire légèrement : après tout, c'était inévitable.
Je décide par contre d'éluder complètement la partie sur l'hypnose : j'attends de voir en temps et en heure et surtout, de m'être renseigné un peu sur le sujet.
Je me penche de fait plutôt sur la dernière partie de sa phrase, à savoir les souvenirs.

-D'accord, laissez moi réfléchir...

Je lève les yeux vers le plafond, c'est un tic que j'ai quand je me mets à réfléchir, et essaye de fouiller dans ma mémoire un événement qui corresponde à sa demande.
Question difficile s'il en est... J'ai de base une très mauvaise mémoire, à tel point que même mon lycée me paraît flou. Cela me vient probablement du fait que j'ai tendance à vivre le moment présent sans penser à mon passé.
De longues secondes passent... Et je me trouve pour l'instant bien incapable de répondre à sa question pour le moment.

-Désolé, c'est un peu gênant, j'ai une très mauvaise mémoire et je suis pas du genre "rapide" ahah...

Je continue de réfléchir... D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours était le gamin qui faisait ses trucs dans son coin à l'école. J'avais forcément discuté avec d'autres enfants, l'inverse était difficilement envisageable.
Puis...

-Je crois que je vois. C'était autour de mes dix ans, mais je n'arrive pas à remonter plus loin.

Je prends juste quelques secondes pour me rappeler quelques détails.

-Pour le contexte, il faut savoir que ma mère est assez jeune, elle m'a eu quand elle avait dix-neuf ans. Et c'est un peu elle qui m'a initiée aux jeux vidéos, c'est une sacrée passionnée, elle aussi. Dis-je en souriant. Cette information avait toujours tendance à surprendre mes interlocuteurs, ce qui je devais bien l'admettre m'amusait beaucoup.

-C'était notamment une très grosse joueuse de Warcraft 3, et elle jouait avec d'autres personnes à Kanazawa, si bien qu'ils avaient fini par fonder un petit club entre amis. Un jour pendant les vacances d'été, elle m'avait amené à une de leur session, et j'avais réussi à m'intégrer dans le groupe qui était pourtant uniquement composé d'adultes. J'avais été très bien accueuilli, et j'avais réussi à les épater sur mon niveau de jeu. Je crois que, de mon enfance, ça doit être une journée où je me suis le plus amusé.

Je porte ma tasse de thé à ma bouche. Vide.

-Mais encore une fois, c'est en rapport avec le jeu vidéo. Je me demande si je fais pas un blocage inconscient du reste, en fait...

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Jeu 6 Juil 2017 - 17:50

 Des mots et des maux.


-D'accord, laissez moi réfléchir...
-Désolé, c'est un peu gênant, j'ai une très mauvaise mémoire et je suis pas du genre "rapide" ahah...


-Pas de problème, prends ton temps.

Je ne vais pas le blâmer de ne pas être rapide alors que moi-même je suis du genre à prendre mon temps tout le temps et à avoir du mal à faire du tri dans mes idées. La faculté était assez compliquée, j'ai dû mettre en place une méthodologie d'apprentissage très stricte et ritualisée, que je suis d'ailleurs encore aujourd'hui pour mon travail. Lorsque je rentre et que j'ai du boulot à faire je mets de la musique "chill" et je continue sans m'arrêter jusqu'à ce que j'ais finis de faire ce que je m'étais fixé.

Il peut m'arriver de louper des repas, et de ne pas voir les colocataires de la soirée pour ensuite aller grignoter quand tout le monde dors. Mais je sais que si je m'arrête en cours de route je vais oublier de reprendre. Bien sûr les colocataires sont aux courant, je leur dis avant que j'ai du boulot et qu'ils ne me verront sans doute pas .

-Je crois que je vois. C'était autour de mes dix ans, mais je n'arrive pas à remonter plus loin.
Pour le contexte, il faut savoir que ma mère est assez jeune, elle m'a eu quand elle avait dix-neuf ans. Et c'est un peu elle qui m'a initiée aux jeux vidéos, c'est une sacrée passionnée, elle aussi.
C'était notamment une très grosse joueuse de Warcraft 3, et elle jouait avec d'autres personnes à Kanazawa, si bien qu'ils avaient fini par fonder un petit club entre amis. Un jour pendant les vacances d'été, elle m'avait amené à une de leur session, et j'avais réussi à m'intégrer dans le groupe qui était pourtant uniquement composé d'adultes. J'avais été très bien accueuilli, et j'avais réussi à les épater sur mon niveau de jeu. Je crois que, de mon enfance, ça doit être une journée où je me suis le plus amusé.Mais encore une fois, c'est en rapport avec le jeu vidéo. Je me demande si je fais pas un blocage inconscient du reste, en fait...


-Oh je vois c'est donc une affaire de famille donc les jeux vidéos. Je vois pas de problème ne t'inquiètes pas. Prenons les choses autrement, lorsque tu repenses à ces moments où pendant les clubs ou en classe tu essayes de construire des liens, qu'est ce qui selon toi ne va pas ?

C'est impossible qu'il n'ait pas d'autres souvenirs de sa période scolaire, mais bon, s'il y a un blocage ou quelque chose d'autres qui fait qu'il ne sens souvient pas laissons ça de côté pour l'instant et essayons de contourner le problème.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Re: Des mots et des maux.  Dim 9 Juil 2017 - 6:22


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

Je me sens un peu idiot après avoir raconté mon histoire : j'étais sûrement en train de passer pour un type un peu limité et monomaniaque. Mais pouvais-je vraiment prétendre ne pas l'être au moins un peu, au fond.
Et puis, cette incapacité que j'ai à remonter dans mes souvenirs est gênante...
Et je me retrouve encore à fixer le plafond comme un idiot. Il faut vraiment que je fasse quelque chose vis-à-vis de ce tic.

-Oh je vois c'est donc une affaire de famille donc les jeux vidéos. Je vois pas de problème ne t'inquiètes pas. Prenons les choses autrement, lorsque tu repenses à ces moments où pendant les clubs ou en classe tu essayes de construire des liens, qu'est ce qui selon toi ne va pas ?


Une fois encore je me replonge dans mes pensées, essayant d'arracher à ma mémoire défaillante des bribes de souvenirs. L'école remonte à si loin déjà...
Pourtant, d'aussi loin que je me souvienne, je me voyais toujours comme le gamin discret du fond de classe, qui reste discret à dessiner et qui rentrait le plus vite possible chez lui après les cours. Du moins, pour ce dernier point, c'était avant que je me retrouve à être suivi par un psy.
Je ferme les yeux et prend une inspiration profonde. De toute façon, je crois que j'ai déjà fait à mon interlocuteur une démonstration de tout mes tics et mauvaises habitudes, j'étais plus à ça près.

Peu à peu des images me reviennent, par fragments... Le plus dur est de coller une étiquette dessus, d'en saisir la chronologie et les sentiments qui y sont liés.
Je rouvre les yeux.

-Il y a de la honte.

Le puzzle s'assemble, de manière très partielle et incomplète, mais me donne une piste. Je continue.

-J'avais honte de mon comportement, de ma manière d'aborder les autres. Du coup, j'essayais de me faire petit pour que l'on m'oublie après...

Je prends une pause et réfléchis à ce qui pouvait me causer cette sensation plus jeune. Soudainement, un épisode de mon enfance qui m'était sorti de la tête depuis des années refis surface.

-Vous savez, j'ai grandi sans télévision chez moi pendant une grande partie de ma vie, mes parents en ont acheté une quand j'avais déjà quatorze ans. Et à l'école, plus jeune, c'était un sujet de conversation récurrent. Parler du dernier épisode de l'animé à la mode, ça commençait dans le bus, ça continuait dans la cour de récré, et ça finissait sur le chemin du retour. Evidemment, j'avais pas accès à tout ça.

Machinalement, je me ressers une tasse de thé en me raclant un peu la gorge. J'ai vraiment du mal à parler sur d'aussi longue plages de temps. Après m'être hydraté, je reprends.

-Je me souviens d'une fois où on avait un travail à faire en groupe, à l'école. Les garçons avec qui j'étais avait fini en avance et en avait profité justement pour parler de l'épisode de la veille de leur animé préféré. J'avais essayé de m'insérer à la conversation en faisant croire que je l'avais vu pour ne pas me sentir exclu. Malheureusement, j'ai juste enchaîné les boulettes dans ce que je disais, et les autres se sont mis à se moquer de moi.

J'avalai à nouveau une gorgée de thé.

-Je crois bien que je suis rentré chez moi en pleurant, ce jour-là.

D'en reparler des années après, honnêtement, ne me faisait pas grand chose et n'éveillez rien en moi. Je suis pas du genre à vivre dans mon passé, de toute façon, ma mémoire ne me le permettrait pas.

-Et en regardant rétrospectivement, je me demande si c'est pas effectivement une composante de mon échec social, cette honte. Être conscient d'être socialement à la rue quand on est un gamin, et finir par avoir peur de toute interaction avec les autres à cause du jugement qui peut en découler, ça vous pèse, je pense...

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Lun 10 Juil 2017 - 12:52

 Des mots et des maux.


Il y a de la honte.
J'avais honte de mon comportement, de ma manière d'aborder les autres. Du coup, j'essayais de me faire petit pour que l'on m'oublie après...
Vous savez, j'ai grandi sans télévision chez moi pendant une grande partie de ma vie, mes parents en ont acheté une quand j'avais déjà quatorze ans. Et à l'école, plus jeune, c'était un sujet de conversation récurrent. Parler du dernier épisode de l'animé à la mode, ça commençait dans le bus, ça continuait dans la cour de récré, et ça finissait sur le chemin du retour. Evidemment, j'avais pas accès à tout ça.
Je me souviens d'une fois où on avait un travail à faire en groupe, à l'école. Les garçons avec qui j'étais avait fini en avance et en avait profité justement pour parler de l'épisode de la veille de leur animé préféré. J'avais essayé de m'insérer à la conversation en faisant croire que je l'avais vu pour ne pas me sentir exclu. Malheureusement, j'ai juste enchaîné les boulettes dans ce que je disais, et les autres se sont mis à se moquer de moi.
Je crois bien que je suis rentré chez moi en pleurant, ce jour-là.
Et en regardant rétrospectivement, je me demande si c'est pas effectivement une composante de mon échec social, cette honte. Être conscient d'être socialement à la rue quand on est un gamin, et finir par avoir peur de toute interaction avec les autres à cause du jugement qui peut en découler, ça vous pèse, je pense...

-Mh je comprend mieux. Bien joué pour avoir retrouvé ce souvenir.

Il faut savoir que les premières années de notre vie que nous passons à l'école servent à nous forger socialement autant que intellectuellement. Si on passe son temps en étant reclus et rejeté part les autres pendants ses années malheureusement il y a de grande chance pour que l'on devienne naturellement comme ça une fois grand.

Et pour aller contre le naturel et notre instinct auto protecteur c'est compliqué. Ici Isao doit se dire à chaque fois qu'il va encore être mis à l'écart et rejeté par les autres et au lieu d'apprécier le moment et d'essayer de tisser des liens, il doit être en train de stressé et de se demander ce qu'il fait.

J'allais moi aussi me resservir une tasse de thé et pendant que je le laissais infuser sur le bureau je croisai mes doigts devant mes mains dans une réflexion manifestement visible. Je fixais le mur derrière Isao me demandant comment défaire ce sac de nœud sentimental. Un petit temps s'écoula comme ça, je ne suis pas le genre de personne que le silence dérange, au contraire, ça m'aide à réfléchir calmement. Finalement je refixai mon regard sur Isao en lui souriant, décroisant les mains et pris une gorgé de thé lentement à cause de la chaleur de la boisson. Je reposais la tasse finissant en même temps ma réflexion.

-Bien Isao, je ne pense pas que tu pourra devenir du jour au lendemain la star du lycée hyper populaire.


Dis-je sur le ton de la blague.

-Tu t'es construit socialement comme tu est, et il sera difficile de forcer ton subconscient à agir autrement ou à ne pas se trouver d'excuse facile pour reculer ou bien faire exprès de tout gâcher.
Je me pose aussi une autre question, tu as l'air encore très accroché à cette fille avec qui tu est partit en Corée. Mais.. Tu ne chercherais pas une relation aussi forte avec les autres ? Tu sais il n'y a pas de mal à allez vers les gens même si ça ne deviendra pas de vraiment bons amis.
Bref le premier exercice que je voudrais que tu fasse c'est que tu arrive à te détendre avec quelqu'un d'autres, enfin en tout cas de ne pas être aussi stressé, maintenant que tu sais d’où ça vient, tu peux travailler dessus, apprécie le moment et essaye de t’intéresser aux autres, à leurs hobbies, leurs façon de voir les choses ... Il y a des centaines d'élèves très intéressant dans cette école.


Je regardais mon portable posé sur mon bureau qui me donnait l'heure, il était déjà presque temps d'arrêter la séance... Les séances chez le psy passent toujours trop vite. C'est quelque chose de récurrent, on voudrait en dire bien plus travailler sur pleins d'autres points mais au final, le temps nous en empêche. Que l'on soit psy ou patient, les deux finissent souvent frustrés de ne pouvoir parler plus...

Spoiler:
 

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 235
■ Inscrit le : 14/06/2017

■ Mes points : 844

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-6
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Isao Sakubara
« A l'université ; section littéraire »
https://lyrcisdungeonsynth.bandcamp.com
(#) Re: Des mots et des maux.  Mar 11 Juil 2017 - 5:48


Des mots et des maux
PV Jhin Weber

HRP :
 

-Bien Isao, je ne pense pas que tu pourra devenir du jour au lendemain la star du lycée hyper populaire.

Je ne peux réprimer un sourire en demi-teinte quand mon interlocuteur me dit ça. Ca tombe bien, c'est pas pour ça que j'ai pris rendez vous avec lui aujourd'hui, mais plutôt pour m'aider à retrouver la voie vers la normalité.
Si tant est qu'on puisse vraiment parler d'une normalité sociale.

J'écoute ensuite ce qu'il a à me dire.

-Tu t'es construit socialement comme tu est, et il sera difficile de forcer ton subconscient à agir autrement ou à ne pas se trouver d'excuse facile pour reculer ou bien faire exprès de tout gâcher.
Je me pose aussi une autre question, tu as l'air encore très accroché à cette fille avec qui tu est partit en Corée. Mais.. Tu ne chercherais pas une relation aussi forte avec les autres ? Tu sais il n'y a pas de mal à allez vers les gens même si ça ne deviendra pas de vraiment bons amis.
Bref le premier exercice que je voudrais que tu fasse c'est que tu arrive à te détendre avec quelqu'un d'autres, enfin en tout cas de ne pas être aussi stressé, maintenant que tu sais d’où ça vient, tu peux travailler dessus, apprécie le moment et essaye de t’intéresser aux autres, à leurs hobbies, leurs façon de voir les choses ... Il y a des centaines d'élèves très intéressant dans cette école.


Sacrée tirade, je crois que j'aurais pas réussi à parler autant sans prendre une pause au milieu. Je suis, il faut bien l'avouer, assez surpris par la tournure qu'à prit cet entretien, dans le sens où il m'a poussé à réfléchir sur des angles de ma vie auquel je n'avaient jusqu'à présent jamais réellement pensé.
Rien à voir avec les séances que j'avais pu connaître par le passé, qui viraient trop souvent à mon goût à un jeu de questions réponses tournant rapidement en rond.

-Alors, pour le cas de Hotaru, ma meilleure amie, c'est un peu particulier, notre rencontre a été forcée par le psychologue qui nous avait en charge quand on était plus jeune, et au début, on osait même pas se parler. C'est quand on nous a dit qu'on avait les mêmes passions qu'on a commencé à se montrer plus curieux l'un vis-à-vis de l'autre, avant de devenir inséparables.

Me reviennent en tête des moments où le psychologue nous avait laissé tout les deux seuls dans sa salle de consultation dans l'espoir que se crée entre nous un dialogue. Mais pendant longtemps, on s'était contenté de rester chacun dans notre coin à s'ignorer.
Et quatre ans plus tard, on partait vivre deux ans à l'étranger ensemble. Comme quoi, les choses évoluent, même pour des gens aussi obtus que Hotaru et moi.

Je prends note de l'exercice qu'il me demande de réaliser par la suite, à savoir me détendre plus en compagnie d'autres personnes, abandonner mon stress et mes angoisses pour apprécier le contact avec les autres.
Plus facile à dire qu'à faire pour moi, mais j'étais résolu à cessé de me laisser aller. On allait au moins essayer.
J'incline la tête vers le psychologue, un sourire aux lèvres.

-Merci beaucoup pour la consultation, en tout cas. Ca avait beau être court, je pense que j'ai de quoi m'occuper l'esprit pour les vacances.

J'ajoute :

-Et désolé pour ma mémoire assez moyennement coopérative, j'imagine bien que ça ne vous aide pas, mais j'essaie vraiment de faire de mon mieux.

Je porte ma tasse de thé à mes lèvres et avale le reste de ma boisson d'une traite. Je me remets ensuite à regarder dans la direction de mon interlocuteur, avec des yeux qui laissent passer un message assez clair, du type "vous avez un truc à ajouter ou on est bons pour aujourd'hui ?".

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

ಠ_ಠ
J'étais moyennement inspiré.
Et je parle en darkmagenta.

Clique pas stp :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 70
■ Inscrit le : 07/05/2017

■ Mes points : 204


Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : Appart. C-602
❖ Arrivé(e) en : Début Décembre 2014
Jhin Weber
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Des mots et des maux.  Mar 11 Juil 2017 - 20:21

 Des mots et des maux.


-Merci beaucoup pour la consultation, en tout cas. Ca avait beau être court, je pense que j'ai de quoi m'occuper l'esprit pour les vacances.Et désolé pour ma mémoire assez moyennement coopérative, j'imagine bien que ça ne vous aide pas, mais j'essaie vraiment de faire de mon mieux.

Non en effet je pense que nous en avons finis pour cette séance, n'hésites pas à reprendre rendez-vous à l'occasion ou à venir me voir si tu me croises pour que l'on discute de l'évolution de toute ça. Je ne suis pas payé à l'heure alors je ne vais pas te retenir plus que ça.

Dis-je en plaisantant, rangeant le dossier dans mon bureau en même temps.
Je me levais pour le raccompagner jusqu'à la porte, je me demandais encore s'il allait réussir à aller contre son instinct mais j'espérais franchement.

-Maintenant que tu as tous les élements en main, tu peux agir sur ton comportement en sachant que cette fois tu as pleins de choses à partager avec les autres. Oh si une dernière chose, si jamais tu veux jouer avec moi à des moba.

lui dis-je en lui tendant un post it sur lequel était maqué mes identifiants sur league of legends et DOTA.

-Oh et aussi. Si jamais tu as un gros coup de déprime n'hésite pas, même au milieu de la nuit. Bien sûr évite de la donner à tes futurs amis.

Je lui donnais ma carte de visite, une carte très sobre, un fond gris métallisé et une écriture noire en relief avec mon nom ma boite mail et mon numéro de portable.


Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Japonais #0099ff
Anglais#0066ff
Français#9900ff

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Des mots et des maux.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe High School ; le lycée :: Le bâtiment principal :: Administration :: Bureau du psy-
Sauter vers: