Partagez | 
 

 [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mar 4 Juil 2017 - 20:18

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Bon, eh bien, ce matin encore, ce n’est pas la joie. Cela fait maintenant presque une semaine qu’Algorithme est mort, et la nouvelle persiste à me mettre mal dès le réveil. Au moins je ne chouine plus sous la douche comme un bébé après le lever, mais je sais que la douleur de sa perte m’affectera encore longtemps.

Mouais. Ca vaut peut-être quelques explications tout ce drama gratuit qu’on peut trouver tout à fait ridicule. Après la venue d’Emiri à Nowel (bien que ça soit sans rapport), mon chien avait commencé à moins manger. Je n’y ai d’abord pas attaché trop d’inquiétudes, comme Al semblait en forme le reste du temps, enfin, en forme pour un pépère de son âge. Mais c’est après le nouvel an que les choses se sont précipitées. Le toutou avait continué à jeûner malgré ce qu’on lui donnait, et j’avais prévu de l’emmener se faire examiner chez le vétérinaire dès que j’aurais un moment de libre, vers la fin de la première semaine de janvier. La chose me préoccupait, mais je n’avais pas voulu inquiéter mes camarades ni Emiri avec cette histoire. Mais on ne peut pas dire que j’étais franchement jouasse, bien que je tenais à prétendre le contraire, et à esquiver de donner trop de réponses à la question « est-ce que ça va ? ». Je n’avais donc pas évoqué l’état d’Al en leur présence, et seule ma famille suivait cette affaire comme je le faisais. C’était mieux ainsi.

Malheureusement ça ne s’est pas passé comme je l’aurais souhaité, et l’état d’Algorithme s’est empiré rapidement. Il avait semblé réellement mal en point à mon paternel, il y a 7 jours de cela. Du coup, les parents prirent l’initiative de l’emmener à la clinique au plus vite. Le véto a rapidement constaté qu’Al couvrait une tumeur qui aurait raison de lui. En dernier recours, il proposa de regarder « de l’intérieur » l’étendue des dégâts, et de faire quelque chose si cela était possible. Mais il était trop tard, et les parents décidèrent sans trop hésiter de ne pas laisser souffrir Al plus longtemps.

Enfin, tout ça, c’est juste ce qu’on m’a raconté, car je ne l’ai su qu’après coup. Je n’ai pas pu être là, et c’est probablement ce qui me met le plus mal. Faire mon deuil est assez difficile étant donné que je n’ai pas pu assister aux derniers moments de mon chien, mis à part le fait que c’est moi qui ait pris l’initiative de l’inhumer. J’ai tout d’abord été très en colère contre papa et maman, qui ne m’ont pas prévenu plus tôt. Il ont eu le sang froid de me laisser cracher mon venin quand j’ai appris la nouvelle, car je ne me sentais vraiment pas bien après ce qu’il venait de se passer. Cela n’excuse pas le comportement dont j’ai fait preuve envers eux, qui pensaient bien faire. J’avais envie de leur reprocher toutes les fautes du monde, puis quelques heures après, c’est après moi-même que je voulais rager. J’aurais du faire quelque chose avant, accorder plus d’importance à ce qui se passait pour mon chien mais… Je ne sais pas encore si le fait que son destin était de toute manière scellé me faisait me sentir mieux, ou bien plus mal. Bref, aujourd’hui, ce n’est toujours pas la grosse ambiance. Ce matin j’ai appelle Papa pour m’excuser de nouveau et parler, puis j’ai laissé un message à maman, pour finalement continuer d’éviter les visages connus du campus. Je ne me sentais pas vraiment de sortir de ma torpeur tout de suite, malgré mon envie de pouvoir vider mon sac.

Vers 17h30, je finis mes révisions de fin d’après-midi. Lassé, j’émets un bref soupir et attrape mon portable. Mes pensées se tournent vers Emiri, et je rêvasse un peu (non pas sans culpabiliser vis-à-vis de feu mon toutou) à sa présence apaisante, qui me fait du bien quand elle est là. J’hésite un certain temps, de peur de l’envahir avec mes histoires, ou de mal tomber. A la rentrée, j’avais décidé de lui dire bien des choses sur ce que je ressens pour elle, mais toute cette histoire a pas mal empêché de mener à bien ce projet.  Après presque une semaine, et le fait d’avoir pu discuter longuement avec Papa de ce qui s’était passé pour notre chien, je me sens en mesure de prendre du recul, bien que j’aurais encore longtemps une boule dans le ventre en pensant à mon Al. J’ai compris que je ne suis pas tout seul à subir ce deuil, certainement que Hanz et Klaus sont désolés, eux aussi. Cette pensée de ne pas porter ça seul me fait du bien je crois, et me donne envie de prendre exemple sur mon entourage pour avancer petit à petit. C’est égoïste, mais c’est pour ça j’ai besoin de la voir. Besoin de sa présence, et de lui donner signe de vie, au moins pour ne pas l’inquiéter après l’avoir laissée de côté ces temps-ci (pas vraiment à tord, car il y a des jours ou je n’étais pas du tout visible, et c’était mieux que je reste seul à ruminer dans mon coin). Besoin de lui parler et, peut-être, de me changer un peu les idées en sa compagnie. Car je sais qu’un jour où l’autre, je devrais passer à autre chose, bien qu’Al demeurera. J’espère juste qu’avec le temps, c’est avec des sentiments plus positifs que je penserais à lui.

Tout cela est probablement trop dramatique pour peu de choses, j’en suis conscient. Certains diront que, oui, il ne s’agit que de la perte d’un animal, et ils n’auraient pas tord. Mais Al était une présence particulière à mes yeux, un vieux compagnon, en quelque sorte. Mon but en allant voir Emiri n’est pas de l’accabler avec cette histoire, mais vraiment d’essayer d’avancer, de retourner au cours normal des choses, et reprendre là où on s’était (à cause de moi) pausés.

J’oublie donc mon portable avec l’idée d’aller la chercher directement. A cette heure-ci, elle est à son entrainement de kendo, et comme je suis en avance, je ne devrais pas la louper. Je n’ai pas ma meilleure gueule, mais je m’en fous un peu, je sais que la voir me fera du bien et c’est l’essentiel. J’espère qu’elle sera contente et rassurée de me voir aussi. En arrivant vers la salle du club, je passe ma tête par l’entrebâillement de la porte coulissante, et aperçois la brunette en train de réviser ses mouvements, dos à moi. Elle doit être concentrée et ne m’a pas entendu arriver, donc je vais attendre qu’elle ait terminé. C’est la première fois que je la vois manier son sabre de bambou, et je suis rassuré de sentir la chaleur habituelle s’insinuer dans mon ventre en la regardant. Pendant mon « absence », certaines choses n’ont pas changé, et je dois dire que ça me soulage vraiment. C’est certainement con et égocentrique, mais je me sens mieux, là, dans l’instant présent. L’impasse dans laquelle je me sentais il y a quelque jours et la colère se sont dissipés. Alors que je restais ainsi pensif en regardant mon amie, celle-ci se retourne et la voir de face me fait presque sursauter. Je sens mon cœur qui bat à la fois d’appréhension et de hâte en croisant son regard, et ces sensations que j’ai l’impression de re-découvrir me poussent à sourire légèrement. Je lui adresse un signe timide de la main.

« Salut Emiri.. Euhm.. je peux revenir quand tu auras fini, si tu préfères. » Je ne voudrais pas la couper en plein entrainement. « Je voulais t’envoyer un message, mais je préférais venir direct. » Ça me semblait plus naturel. « Puis, je t’avais jamais vu entrainement, alors… J’suis curieux, comme tu sais, hein. »

J’ai conscience que je parle pas mal pour me mettre à l’aise et un peu faire croire que tout va absolument bien, mais je ne veux pas faire semblant avec elle. Je crois qu’elle ne sera pas dupe, d’ailleurs.

« Je veux dire que, euh… Bref, j’avais juste envie de te voir. D-Désolé si j’arrive pas dans un bon timing. »


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 



Dernière édition par Isaak Schwartz le Mer 30 Aoû 2017 - 17:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mer 5 Juil 2017 - 0:26

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)- Dites, ça vous dérange si on stop la séance plus tôt ?

Mon regard se posa sur chacun des membres du club avec une certaine supplication. Cela faisait bien une petite heure que nous avions commencée et force est de constater que je n'arriverais probablement à rien aujourd'hui. Pour être honnête, cela faisait déjà quelque temps que je n'étais plus du tout à ce que je faisais. Si jusqu'à maintenant j'avais réussi à tenir les séances du club de kendo à peu près correctement, là, ce soir, hormis leur demander d'agiter leurs bâtons comme des imbéciles pendant une heure je ne me sentais pas la volonté d'en faire plus. Mieux valait stopper l'entrainement ici, après tout, ces jeunes gens (parce que oui je suis vieille n'est-il pas ?) avaient probablement mieux à faire et moi, et bien, il fallait que je m'accorde un petit moment à moi.

Cela faisait bientôt une semaine que je n'avais plus eue de contact avec Isaak. Fin', sur ce coup-là, je ne lui en veux pas, c'est moi qui ai choisi de le laisser seul, après tout. Hanz m'avait tout raconté le soir même de la nouvelle de la mort d'Al'. Comment ça s'était passé, la colère de mon ami, sa déprime suite à tout ça. Pour moi qui venais à peine d'avoir un chien (et qui en était totalement dépendante au passage) je pouvais aisément imaginer sa détresse actuelle : dix ans avec un toutou, ce n'est pas rien. Pourtant, avec Hanz, nous avions convenu qu'il était préférable de laisser à Isaak seul et tranquille un moment. Fin', j'étais partie du principe que c'est ce dont il avait besoin à ce moment-là. Bon, j'avoue, j'ai un peu marché sur des œufs à ce moment-là, mais je me suis dit que si j'avais été à sa place, j'aurais été bien contente de ne pas avoir une dizaine de personnes sur le dos me demander si ça va. Puis entre nous, je savais bien que tout ce que j'aurais pu lui dire pour le réconforter aurait été vide de sens. Je pense sincèrement qu'Isaak a assez de recul sur les choses pour savoir que je suis là en cas de problème. Je ne me suis donc pas formalisée de son silence. Mais bon... Ça n'empêchait pas que face à mon impuissance et son absence, je n'en menais pas large.

Je m'en inquiétais trop, sûrement. En même temps, c'est fou de constater à quel point ce gars avait prit de l'importance pour moi ces dernières semaines. J'ai tendance à plutôt fuir les sentiments forts. J'aime me croire forte et solide pour prêter une oreille attentive tout en restant impassible. J'aime me croire détachée et indépendante comme ces nanas trop badass de mes séries préférées mais... Non. /PAN/ J'avoue que pour le coup je me faisais plus du mauvais sang qu'autre chose et ce n'était pas mes longues discussions avec Hanz le soir qui diminuait mon angoisse. J'avais passé ma semaine à réfléchir à un moyen de lui apporter mon soutien sans l'envahir et m'imposer, sans empiété sur son intimité. Je n'avais pas osé l'appeler, ni lui écrire un pavé mielleux par sms. Peut-être que prendre de la distance avait été une erreur ? Pour être honnête, plus les jours passaient sans le voir, sans lui parler, plus je flippais. Merde. Il me manque. Et je me sens comme la dernière des chiennes de vouloir le sentir, lui parler alors que lui il est en pls dans son coin. Oh, bien sûr, j'avais essayé bon nombre de chose, je m'étais même mise à cuisiner en douce jusqu'à très tard le soir en me disant qu'à défaut je pourrais lui glisser des cookies ou des un truc mangeable dans sa chambre mais... Fin, j'avais réussi à faire une sorte de pâte pas très glorieuse de tête que j'avais finalement emportée avec moi, dans mon sac, puisque c'était mon seul essai à peu près réussit.

Enfin, je ne vous fais pas un dessin. La parano et l'angoisse mélangées ça donne un certain sentiment pas très agréable et c'est là que j'en étais. A présent j'étais seule dans le dojo à donner des coups rapides pour fendre l'air. Qu'est-ce que je faisais ? J'en avais foutrement aucune idée. J'avais commencé à répéter ce même geste sans m'en rendre compte. Rah... Fallait que je me calme. Ce n'est pas bon. Stop. Il souffre et moi je fais ma dramaqueen. Raaaah. Je me stoppe et laisse le bras retomber sur mes hanches avant de pousser un gros soupir et de m'emparer d'une serviette au sol pour m'essuyer le visag...

....

J'ai la berlue ou.... ?

Putain... C'est fou. c'est l'amour qui créer des illusions aussi bien foutues ? Whoua. C'est fort un cerveau tout de même. Meh... Ça me fais quand même un signe de la main, ça parle... Nan. Shit. Sans dec... C'est lui ?

- I... Isaak ?

Je ne sais pas trop comment ni pourquoi mais je me suis mis à courir vers lui poussée par une espèce de soulagement mêlé d'inquiétude et d'appréhension. Est-ce que tu vas bien ? Qu'est-ce que je peux faire pour toi ? Dis-moi que tu tiens le coup. Est-ce que je peux t'être utile ? Qu'est-ce qu'il faut que je fasse pour que tu sourisses ? Autant de questions qui se bousculaient dans ma tête et qui me restaient coincées dans la gorge.

J'ai du mal à tout de suite percuter ce qu'il me dit. Je secoue vivement la tête en comprenant un peu qu'il est venu me chercher et qu'il est pas sûr d'être bien à sa place, là, tout de suite.

- Non ! Reste ! ... Non, non, non, c'est pas ce que je voulais dire. Je veux dire, fin', la séance d'aujourd'hui est finie depuis longtemps, tu me dérange pas du tout.

Je ne savais pas trop ce qui dominait entre le bonheur de le voir de nouveau et l’inquiétude face à ses traits tirés. Je ne savais pas trop ce que je pouvais, ou pas, faire. Est-ce que je pouvais le toucher ? Le prendre dans mes bras ? Non, ce serait peut-être too much... non ? Chassant mes idées un peu trop cavalières, je lui pose une main sur son bras pour lui demander doucement ce que je voulais savoir.

- Hanz m'a tout raconté... Tu vas mieux ? Bien sûr que non crétine. Je... Je suis désolée... On s'était dit avec Hanz que tu avais sans doute besoin d'être seul et de faire ton deuil du coup je n'ai pas osé t'appeler ou venir te voir mais... Je pense à toi tu sais ? Et tu sais que je suis là, hein ?

J'avoue que je ne sais pas trop quoi faire. Mais le dojo n'était peut-être pas un endroit pour discuter.

- Tu... Si tu veux on peut aller s’asseoir dehors ? J'en ai pour une minute pour me changer.

© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mer 5 Juil 2017 - 10:30

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Honnêtement je n’attends pas grand-chose d’elle si ce n’est sa présence. Ensuite, on verra bien ce dont j’aurais envie de causer ou non, et ce que je pourrais confesser. J’en sais rien, je n’ai pas planifié, j’y vais en totale improvisation, uniquement guidé par mon désir de voir Emiri, et de pouvoir entendre sa voix, la prendre dans mes bras, peut-être. Elle semble assez interloquée par ma présence, un peu perdue, même. Zut, est-ce que je l’ai inquiétée ou faite cogiter ? Evidemment, mon absence allait forcément faire naitre quelques questionnements, mais je ne pensais pas que ce serait au point de voir une telle expression sur le visage de mon amie. Elle avait fini son entrainement mais avait besoin d’un peu d’intimité pour réfléchir, apparemment. Pour le moment, elle me demande de rester, et c’est bien ce que je compte faire.  

C’est une bonne chose que Hanz l’ait tenue au courant. J’avais dit à mon aîné de ne pas cacher des choses à Emiri si celle-ci demandait. Mais reste que ça l’aurait certainement mise plus à l’aise que ce soit moi qui lui raconte tout ce qui est arrivé récemment. Mais le mal est fait, et j’ai désormais le temps et le courage de m’excuser. Je force un sourire un peu affaibli par les derniers jours.

« Hm, bah, on peut pas dire je pète le feu, mais j’en avais marre d’être dans mon coin et de vous laisser de côté. »

Il fallait bien que je sorte de mon trou un jour, de toute manière. Je me sens bien mieux que ce que j’aurais cru en la voyant. J’avais peur que la culpabilité et l'habituel « je vais la déranger je suis un caca » me rattrapent.

« C’est… Merci, vraiment. Je n’aurais pas aimé que vous me voyiez y’a quelques jours, m’enfin… C’est pas une raison pour vous avoir inquiété. Je suis désolé si tu t’es prise la tête pour tout ça. »

Emiri n’a pas l’air de m’en vouloir, mais je tenais à ces excuses. Je veux que nous restions sur de bonnes bases, je veux nous retrouver comme on est quand on s’amuse ensemble. J’ai la sensation que passé nos insécurités respectives, ça ira mieux. Mais pour ça, j’ai besoin de lui parler, et de l’entendre aussi. Sa confession sur le fait qu’elle a pensé à moi me fait un coup au cœur, plutôt dans le bon sens du terme. Je me surprends d’être aussi calme et bien plus serein depuis que je suis arrivé dans le dojo.

« J-je. M-moi aussi… Tu me manquais. »

Je sens que mes joues s’empourprent un peu, tandis qu’Emiri me propose de sortir un peu pour discuter. A cette heure, le campus est plutôt calme, et surtout en plein hiver, il n’y a pas tant de monde dehors. Cependant, l’air froid m’a toujours fait du bien et revigoré. D’un hochement de tête, j’accepte et commence à poireauter dans le dojo pendant qu’elle s’en va se changer. J’observe distraitement les lieux, les sabres en bois, les photos du club. Dans mon habituelle maladresse, je fais évidemment tomber une boite remplie de shinai, qui déverse son contenu sur le tatami, et envoie rouler les sabres de bambou par terre.

« Ah, merdeuh ! »

Grognais-je en m’empressant d’aller ramasser les armes factices qui juchent désormais le sol. Maintenant que je les observe de plus près, ça sent vachement la sueur, ces machins, eurk ! Et ils ne sont pas tous dans un super état… Enfin, bref, j’arrive à redresser la caisse à temps pour le retour d’Emiri que je rejoins à a sortie du vestiaire.

« J’ai pas pu m’empêcher de faire un peu de rangement, ahah ! » Je force un sourire en coin, craignant l’idée de plomber l’ambiance par ma seule présence. « Bon, prête à affronter le froid ? »

J’ouvre la porte coulissante pour déboucher sur le couloir qui nous conduira vers l’extérieur. En regardant le ciel gris, je me rappelle que les météo annonce de la neige dans les jours qui viennent. Ah, c’est d’une mièvreries, ces pensées romantiques en attendant les jours enneigés.. !

« Ça me fait penser que j’ai déjà du te le dire par SMS, mais, bah, bonne année ! » Meh, c’est forcé, là, non ? « Euhm… Me sentais obligé de meubler, pardon. Mais ça me fait penser que je voulais t’apporter un truc à manger ou quelque chose pour m’excuser des derniers jours mais… Bah, je trouverais bien, hein ! »

A mesure que je parle, je sens que les mots me viennent de plus en plus naturellement. Toujours avec cette impression de redécouvrir de nombreuses sensations, je continue sur ma lancée, conscient que tout cela commence à me faire du bien.

« On pourrait aller manger un truc, un de ces jours et… » Je m’interrompt, et  regarde Emiri d’un air un peu timoré, mais sincère. « Dis, euhm… On est toujours comment avant, enfin, comme pendant les vacances, tous les deux… hein ? »

Je n’ai pas osé dire « amis » car je sais que ce que je ressens va au-delà de ça. Je ne sais pas ce qu’il en est pour Emiri, mais c’est certain que nous vivons ensemble quelque chose de fort, et je ne suis plus vraiment sûr de pouvoir uniquement appeler ça « amitié ». Je n’ose pas vraiment poser ce genre de questions, d’habitude, mais je veux savoir. Si Emiri est passée à autre chose, si elle a mal digéré mon silence radio, si elle ne perçoit plus les choses de la même manière… Oui, j’ai besoin de savoir si nous pouvons aller de l’avant, même si j’ai pour le coup une pointe de culpabilité à l’idée de me reposer ainsi sur elle. Ah, bordel, c'est pas mon genre de dire "je suis un homme™, moi pas devoir me montrer faible et pathétique", mais... De quoi est-ce que je dois avoir l'air, là ?


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Jeu 6 Juil 2017 - 22:59

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Ça se comprend. Son désir d'isolement était ou est (je ne sais pas encore vraiment ce qu'il en est) totalement légitime. Fin', chaque être humain à un rapport différent au deuil et à la douleur. Certaines personnes expriment le besoin d'en parler autour d'eux, d'autres dans un cadre plus intimiste et d'autres pas du tout, tout simplement. Pour ma part, j'aurais été à sa place, je pense que moi aussi, j'aurais aimé être seule. Il avait besoin de faire le point, de faire ses adieux et ni moi, ni Hanz, ni même personne d'autre sur cette terre n'avait le droit de s'y opposer. Je ne dirais pas que j'ai "bien vécu" son silence, évidemment je me suis inquiétée mais je le comprends. Aussi, je ne lui en veux pas. Pas du tout même. Ça ne l'empêche de s'excuser mais il a l'air d'avoir bien intégré le fait que je n'avais aucune rancœur envers lui.

- T'as pas besoin de t'excuser, vraiment. Fis-je en secouant la tête. Tu as eu des moments très difficiles ces derniers temps et pour être honnête, à ta place, j'aurais été la première à vouloir être seule pour faire le point. Je comprends, tu sais ? Hanz et moi on était peut-être inquiets mais ce qu'on voulait en premier lieu c'est que tu puisses prendre du recul vis-à-vis de tout ça. On ne voulait pas te forcer la main en te disant d'aller de l'avant alors que tu n'en étais pas prêt.

Ouais, l'inquiétude ne me donnait pas le droit de le forcer à faire quoi que ce soit. C'était quelque chose, la mort d'Al pour lui. C'était un événement auquel il devait réfléchir seul. Notre rôle était d'être là pour le supporter en cas de problème, mais on ne pouvait pas faire ce travail personnel pour lui. Isaak a l'air d'avoir fini ce travail, du moins j'espère. J'avoue que là, tout de suite, je suis tellement heureuse de le voir que j'aurais du mal à faire face à un "je crois que je vais refaire mon ermite encore une semaine". J'essaye de lui offrir un léger sourire pour lui prouver ma bonne foi. Je ne veux pas qu'il culpabilise de quoi que ce soit. Fin', ouais, vous vous dites qu'actuellement je fais ma psy/femme mature et d'expérience mais quand le mot "manque" sort de sa bouche... Meh. C'est beau à voir. Je sens mes jours chauffés un peu. Damm, je lui ai manqué ? Pourquoi ? Why ? Nande ? Pika pika ? Brrrrrrrrrrriiii (c'était du chewbacca) ou comme dirait Fatie : "Gnouf ?" (ouais parce que mon chien ne fait pas "wouf" mais "gnouf" ouais, il est unique t'as vu ?) enfin whouaaaaa, je commence à donner bien trop d'importance à ce qu'il raconte... C'est sûrement parce qu'on est bons potes... Non ? Arf.. Je ne sais pas, mais je vous avoue que mon excuse pour aller me changer rapidos au vestiaire bah, je la trouve géniale, parce que là j'ai besoin de passer en mode "muhuhuhuhuhu il a dit que je lui manquais" histoire d'assouvir mes pulsions de nana amoureuse qui ne s'assume pas.

Chose que je fais... Entre deux pétages de plomb en mode "MAIS C'EST TOUJOURS QUAND J'AI BESOIN D'UNE DOUCHE, DE PARFUM SENTEUR SABLE CHAUD ET D'UNE ESTHÉTICIENNE QUE J'EN AI PAS ! D8". Bon, en soit je ne peux pas dire que je schlingue parce que vu le peu que j'ai fait, on ne dirait même pas que j'ai fait du sport mais... AAAAAARG. Pourquoi je stress ? Pourquoi j'ai le cœur qui s'amuse à faire du dubstep, hein ? POURQUOI ? Hmhm. Bref... On se calme ma grande, on se calme. Il sort d'un deuil, tu te souviens ? Oui, c'est bon ? Ok, donc on respire, on calme ses hormones et se conduit comme une nana cool et mature.

- Je suis prête ! Fis-je en sortant des vestiaires, prête à braver le froid même si en fait c'est pas vrai parce que je suis une frileuse de première mais chuteuh.

Enfin, je l'écoute attentivement sans trop savoir quoi lui répondre. Arg, mais pourquoi il s'en veut encore ? Bah besoin d'en faire toute une histoire, je comprends très bien son besoin de solitude et d'intimité, je suis la première à demander pareil alors bon. Je soupire un peu avant de le regarder, plutôt surprise, en entendant la suite. Il a peur que... Les choses ont changé ?

- Pourquoi veux-tu que ça change ? C'était sortit tout seul et d'une façon en un peu brutale j'avoue. Je t'aime toujours autant. Je veux dire, ce n'est pas parce que on se parle pas ou qu'on ne passe pas du temps ensemble que mes sentiments pour toi changent. Fin', ce serait vraiment horrible si sous le prétexte de la distance les gens ne s'aimaient plus. Fin... Perso je trouverais ça salaud, surtout vu les circonstances. C'est pas comme-ci tu t'étais éloigné par plaisir ou pour jouer les connards de service, fin, il y a aucune raison que ça change quoi que ce soit entre nous.

Nan mais oh, hein, oh. Et puisqu'on y est, ça me fait soudainement penser que j'ai un truc pour lui dans mon sac.

- Puisque tu parlais d'aller manger un truc. Je farfouille dans mon sac pour lui tendre un sachet en plastique remplit d'espèce de pâtés de pâte dure et beige. C'est sensé être des cookies, fin j'a essayé de te cuisiner ça dans l'espoir de te remonter un peu le moral. J'avais prévu de tenter d'autres essais et de te glisser en douce les plus réussit mais puisque t'es là... Tiens, cadeau.

Avec tout ça, j'ai même pas encore réaliser que... Oh... Wait... Je viens de lui dire que je l'aimais ?

© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Ven 7 Juil 2017 - 10:17

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
C’est ce que j’apprécie avec la compagnie d’Emiri. Je me sens compris. Et même quand ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave, et la brunette sait me laisser la place dont j’ai besoin. Et j’ai l’impression que ces choses là nous viennent naturellement.. Eh. On est plutôt un bon duo, finalement. Ils ont beau avoir été inquiets, ils ont bien compris que je ne prenais pas de la distance pour leur causer du soucis. Bon, je suis toujours un peu culpabilisé mais.. Bah, ils m’ont fait confiance, et j’en suis touché et rassuré. Maintenant qu’on se retrouve hors du dojo, j’ai l’impression que l’ambiance a pris quelque chose de… Je ne sais pas, mais c’est spécial. J’ai la sensation d’être dans une sorte de bulle avec Emiri. Alors, il n’y a effectivement personne dans le coin pour le moment, mais il y a plus que le mélange d’embarras et d’excitation de me retrouver seul à ses côtés. Ma question semble la surprendre. Evidemment, c’est un peu débile, et normalement, je n’ose pas vraiment poser de questions si simplettes et stupides pour que l’on me rassure. Mais elle répond le plus sérieusement du monde et… Oh. Est-ce qu’elle vient de dire « Je t’aime » ? Non, non, remets-le dans son contexte, Isaak, avant de t’emporter.. Mais, quand même. Pour une raison que je ne saisis pas trop moi-même, je n’arrive pas à me convaincre que ce « je t’aime » était platonique. Et ce qu’elle dit pour poursuivre son discours ne cesse de plus nourrir mes convictions dans cette direction. Je ne sais pas si j’ai déjà senti mon cœur s’agiter autant que maintenant. En dehors du fait que je suis extrêmement touché et rassuré par sa sollicitude, j’ai bien du mal à me contenir de la prendre dans mes bras, là car… Il y a des cookies entre nous, maintenant. Ah ! J’ai perdu le fil !

« ..Oh-Oooh ! Tu m’as fait des cookies, en plus ! » Merde, mais c’est pas la bouffe qui m’intéresse, là, sérieux. Enfin, si mais, c’est surtout celle qui est à l’origine de ce geste. D’autant plus qu’elle a du passer du temps dessus. « Merci, Emiri, c’est... Je t’aime vraiment beaucoup, tu sais. »

Ah bah. C’est vrai qu’on n’est pas doués, j’ai failli l’oublier. Mais j’ai comme l’impression que le chat est sorti du sac, là. Mon amie a entamé le plus gros du travail, mais même si je suis pas dans l’état dans lequel je voulais être pour faire ce pas, bah, il semblerait que ce soit un bon moment. Ou alors je me goure totalement, hein, on connaît ma légendaire maladresse. Bref. Alors que j’ai les biscuits dans les mains, je relève le regard vers celui mon amie, et comme un gamin intimidé, j’attrape doucement son poignet en tirant sur le tissu de sa veste.

« Dis, heum… Ce que je veux dire là, c’est que, bin, tu me plais. Vraiment. Je pense beaucoup à toi et j’ai envie qu’on soit ensemble très souvent. » Je lui souris, toujours hésitant. « Je… Je voulais te le dire à la rentrée, et être dans un meilleur état pour te le dire maintenant mais, bon, voila. » Je ricane brièvement, un peu embarrassé par mes mots, et de ne pas être le plus en forme actuellement. « B-Bref si tu veux, euhm… On pourrait, euh.. Essayer de sortir ensemble... ? »

C’était ça qu’il fallait dire ? J’en sais rien, mais je suis content de l’avoir fait, et, surtout, j’espère que je l’ai bien fait, et qu’Emiri ne me prendra pas trop en pitié, qu’elle me répondra sincèrement. Honnêtement, c’est pas une réponse négative qui changera notre amitié à mes yeux. Je n’allais pas laisser cette confession poireauter des mois dans mon esprit, surtout que… Ça va paraître fort narcissique, mais je ne suis pas tout à fait convaincu que mes sentiments soient à sens unique. En attendant, j’ose ouvrir la boite, et prendre un cookie. Ils ont l’air dur et un peu cramés, n’empêche que je veux goûter quand même. Chose que je fais tranquillement, en prêtant tout de même une attention particulière à Emiri. J’espère que je ne l’ai pas bousculée ou gênée. Pourtant, pour ma part, je me sens soudain fort serein.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Ven 7 Juil 2017 - 23:19

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Très honnêtement, je n'ai réussi à prendre conscience de mes mots qu'après coup. C'était sortit de façon naturelle, comme ça, sans contrôle, sans aucune réflexion. J'avais dit ce que je pensais... J'en avais même peut-être trop dit, non ? Je ne sais, je stresse, j'ai l'impression de m'être grillée, d'avoir été trop transparente et ça me fiche les chocottes. Intérieurement, j'ai remercié ma diversion involontaire avec les cookies. De la bouffe, ouais, c'est très bien de la bouffe. On parle d'Isaak, avec des cookies maisons entre les mains, je peux être sûre qu'il va rapidement oublier que j'étais au seuil de la déclaration et comme ça, on pourra reprendre tous les deux le cour normal de notre amitié, là comme ça... Ah... Pourquoi tu me fixes comme ça ? Me fixes pas comme ça, ok ? Sérieux, je flippe. Il a capté ? Merde si je me prends un râteau, je me connais, je ne serais pas capable de me tenir en face de lui sans être gênée et... Merde. Je suis son amie, je ne pourrais pas lui faire faux bond en plus. Aaaaaaah, j'aurais peut-être mieux fait de me taire. Je savais que ces sentiments stupides n'avaient pas lieu d'être, je savais que c'était la merde. Meyu avait tort en se montrant hypée par tout ça, je vais tout foutre en l'air. Oui, oui, les cookies Isaak, c'est bien, pense cookie, vit cookie, soit cookie mais ne me parle pas d... MAIS ME DIS PAS JE T'AIME COMME CA CRETIN ! Tu penses que je ne t'ai pas grillé ? Tu penses que je n'ai pas déjà capté que tu ne voulais pas de moi de cette façon-là et que tu vas gentiment me friendzoner ? Pas besoin de mettre ton "beaucoup" à la suite, je sais ce que tu veux me dire. Je le sais, je l'accepte, pas de problème, tout de façon je m'étais faite une raison. C'est vrai ça, les idylles, l'amour, tout ça... Meh, je ne suis pas dans un shojo, ça ne se passe pas comme ça la vie amoureuse dans le monde réel et mê....

- tu me plais. Vraiment. Je pense beaucoup à toi et j’ai envie qu’on soit ensemble très souvent. Je… Je voulais te le dire à la rentrée, et être dans un meilleur état pour te le dire maintenant mais, bon, voila. B-Bref si tu veux, euhm… On pourrait, euh... Essayer de sortir ensemble... ?

....

...............

..........................................

Petit à petit, lentement, très lentement, même, ses mots prennent du sens. J'entends un "tu me plais". J'entends un "Sortir ensemble". Je vous épargnerais le doute sur le "est-ce qu'elle a capté ou pas". Oui, oui, j'ai compris. Mais là, tout de suite, je ne sais pas du tout quoi lui dire. C'est un peu la folie dans ma tête, je sens qu'on tire les sonnettes d'alarme, je sens mes joues chauffer et probablement virer au rouge vif. J'entends mon cœur cogner encore et encore dans ma poitrine à tel point que je me dis que ce con va finir par se barrer. Mais tout ça ce n'est rien face au vertige qui suit. Cette impression de perdre totalement pied et de ne pas trop savoir où se situe la frontière entre le fantasme et la réalité. Je ne suis même pas sûre de tenir encore sur mes jambes. Je suis paumée. Totalement. On n'a pas dit dans mon manuel de survie comment répondre à une proposition de... De mise en couple ? C'est ça ? Isaak... Le vrai Isaak, pas un le Isaak que j'imagine quand je somnole à mon bureau, m'a demandé de devenir sa petite copine ? Moi ? Vraiment ? Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Ok. Je ne suis pas quoi faire ? Qu'est-ce que je dis ? Faut que je lui réponde ! Qu'est-ce qu'on doit dire pour lui dire oui ? Je ne sais pas, je sais plus, j'suis bien sur terre, vous pensez ? Je ne sais pas. Whouaaaaa. Faut que je lui réponde. Je sens mes jambes manquer de se dérober. Je suis incapable de faire un pas. Je peux juste le regarder, rouge, en tentant d'articuler quelque chose.

- Bui... Commençais-je avant de me racler la gorge. Bwui... Aaaaaaarf putaiiiiiiin j'arrive pas a parler ! Hmmmm ! Dwi ! Mais putaaaaaaaaaaaaaaaain !!! Gwui...

Raaaaaaah mais quelle débile ! Le pauvre il va croire que je fais un AVC a pas être capable d'articuler un mot. J'ai presque envie de chialer face à mon incapacité à lui dire "oui" tout simplement. Putain ! C'est trois lettres ! Trois lettres ! Mais le mot reste coincé dans ma gorge et je sens comme une boule se former, comme sous le coup d'une émotion forte. Je dois les répondre mais je me sens ultra rigide pour le coup. Faut que je lui di... Je chope mon portable avec un empressement démesuré pour pianoter sur mon clavier un sms pour Isaak. Ce n'était qu'un simple "oui" mais je ne peux que me cacher derrière mon téléphone. Je me sens bête, je ne sais pas quoi faire d'autre. Je crois qu'entre-temps j'ai passé le cap des quarante degrés.

© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Sam 8 Juil 2017 - 11:50

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
/!/ Attention, contenu niais qui pue le sucre. Z'êtes prévenus. /!/

Je n’attendais pas une réaction au quart de tour ni qu’elle me saute dessus, mais je ne pensais pas non plus que ma confession perturberait ainsi Emiri. Enfin « perturber », je ne sais pas. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle semble surprise. Hm… Vraiment ? C’est à moi d’être interloqué, là. Car plus transparent que mon comportement depuis le réveillon.. Eh, bon courage pour faire pire. Remarquez, si elle me répond positivement, je serais le premier à avoir du mal à y croire aussi donc… J’imagine que quand on dit que l’amour, c’est comme ça, bin, c’est peut-être que c’est pas si infondé. Néanmoins, je ne peux empêcher une boule de se former dans ma gorge quand la pensée de mon chien me traverse l’esprit. Sérieux, je suis là à draguer la gueuse alors que je suis censé m’endeuiller pour mon vieux compagnon. C’est égoïste, j’aurais du… Ah, merde, j’en sais rien. Il y a de ces choses que je considérées comme importantes depuis quelques semaines, et que je voulais pas louper. Mais avec le recul, enchaînement n’est-il pas totalement maladroit et… Emiri ne va-t-elle pas se sentir obligée de me prendre en pitié ? J’aurais du attendre que cette histoire d’Al passe peut-être.. ? La, on pourrait penser que je m’en suis servi comme d’une excuse pour attirer les faveurs d’Emiri ? Non, non, c’était pas le but ! Jamais je ne me servirais de l’excuse de la mort de mon chien pour ça ! Mais je ne pourrais contredire mon amie si elle reçoit la chose ainsi… Merde, merde, c‘est peut-être pour ça qu’elle hésite et semble si perdue, d’un coup. Je ne veux pas qu’elle me ménage si elle veut refuser mes avances, sous prétexte que je suis en deuil. Quel con, plus manipulateur tu fais p… Hein ?

Je crois qu’Emiri essaie de me faire passer un message. Elle est rouge jusqu’aux oreilles depuis tout à l’heure, et n’a pas soufflé mot. Un peu inquiet de la voir se mettre dans un etat pareil, je me rapproche, espérant mieux déchiffrer ce qu’elle raconte mais… Hm. Je crois que nous avons un soucis de réseau et d’articulation dans la zone « Emiri », actuellement.

« Qu-quoi ? Qu’est-ce que tu essaie de me dire.. Ah, c’est de l’anglais, c’est ça ? Ahahah, normal que j’arrive pas à comprendre. » Rendu nerveux par mes pensées parasites et cette situation, je tente de détendre l’ambiance par un rire gêné. N’empêche que je ne sais quoi penser de l’etat d’Emiri. L’aurais-je mise mal à l’aise ? Ce serait compréhensible. Recevoir une déclaration de ma part, avouez qu’il y a plus enviable. « D-Désolé si je t’ai mise mal à l’aise… Tu es sûre que ça va ? »

Elle ne me répond toujours pas de vive voix, mais la voila qui dégaine son téléphone comme un dernier recours. Qu’est-ce qu’elle.. ? Elle tape quelque chose que je ne peux pas voir d’ici, toujours couleur écrevisse. Quand elle a terminé, elle se cache littéralement derrière son écran.

« Que… Emiri.. ? »


C’est là que mon portable vibre dans ma poche.

« AAH ! »

Putain, je suis con, d’avoir crié ainsi par surprise. Quel fragile. Mais est-ce que…. Oh. C’est elle qui m’a envoyé un message… ? J’hésite deux bonnes secondes avant de sortir mon portable de ma poche, non pas sans moult appréhension. C’est peut-être juste une coincidence. Ah. Non. « Nouveau Message : Emiri Itashi ». Du calme Isaak, c’est qu’un SMS, ne fais pas une syncope ici, il ne va pas s'autodétruire et t'envoyer sur Mars (quoique j'aimerais bien aller sur Mars, moi...), même si tu as déjà les mains complètement moites et que tu vas certainement faire tomber ton…

« AH ! MAIS RESTES LA ESPÈCE DE CONNARD ! » Mon téléphone glisse de mes mains mais je parviens à le rattraper par je ne sais quelle décharge nerveuse dans mes réflexes. « ..Pardon. »

Faut vraiment que j’arrête de crier. J’en mène pas plus large que Emiri, maintenant, je crois qu’on est vraiment deux cas désespérés. Après avoir mis environ 20 secondes à tenter frénétiquement de faire le bon circuit pour ouvrir l’interface des SMS je… « Oui »… ? Quoi, « oui » ? Oh. Ah. Ih. Uh. Est-ce que c’est ce que je pense ? Parce que techniquement ma dernière question avant le message, c’était « Que… Emiri.. ? ». Je suis fort confus par ce « oui » tout bête, probablement parce que j’ai du mal à réaliser qu’en réalité, elle vient de répondre positivement à ma confession. La main légèrement tremblante, je retourne l’écran du portable vers elle pour lui montrer son propre SMS, et le désigne du doigt, puis la désigne elle du doigt alternativement.

« C’est, euh… » Mon doigt montre successivement Emiri, puis je le pointe vers moi. « … Toi.. et moi… on… ? »

Dieu que c’est ridicule. Mais j’arrive pas à y croire, vraiment. Dans les choses les plus incroyables qui me sont arrivées dans ma vie, ce qu’on vit actuellement est placé au moins dans le top 3. Ou 2. Ou 1. J’en sais rien. C’est à moi de devenir rouge jusqu’aux oreilles, et de me mettre à sourire en coin comme un débile. Je range finalement mon fichu téléphone qui aura rendu ce moment bien étrange, et mon regard se dirige vers un banc du parc qui… Hm. Bonne idée.

« Je, euh… J’ai besoin de m’asseoir, là… T-tu viens ? »


Ah, si j’avais su que l’après serait encore plus bizarre que l’avant, je ‘l’aurais pas cru. En un sens, tout ne peut pas se régler avec une déclaration. N’empêche que je ne pensais pas découvrir tant de sensations et faire tant de réalisations d’un coup après un simple « je t’aime ». Pourtant, j’arrive à prendre Emiri par la main pour l’entraîner, non pas sans vérifier nerveusement si personne ne nous a vus, vers le banc, et m’y asseoir. Une fois assis, je soupire de soulagement, et tente de lâcher un peu de ma nervosité par où je peux. Ça va aller, Isaak, c’est… C’est génial bordel. Oui, je suis lunatique, c’est pas tout à fait nouveau. Mais là, maintenant que je suis assis à côté d’Emiri, la chaleur envahit mon ventre et je me sens beaucoup mieux, et un peu seul au monde avec elle. Ça me fait un bien fou. Je ne sais pas trop quoi ajouter à ça, alors je préfère sourire à mon amoureuse histoire de lui faire comprendre que ce qui vient de se passer me touche et me rend heureux. Je lui tends la boite de cookies pour qu’elle puisse goûter à ses créations, sans un mot, tout en en prenant un autre. A vrai dire, je me fiche un peu du reste du monde, actuellement.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Dim 9 Juil 2017 - 16:18

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper) Quoi ? Quoi ? "Toi et moi on" quoi ? On sort ensemble ? On est amoureux ? On va manger des burgers ? Conquérir la galaxie ? Passer un contrôle de maths ? J'en sais foutre rien mon grand, mais considère que je te dis oui à tout, genre vraiment à tout parce que là, je ne sais pas quoi te dire d'autre et je me sens affreusement retournée dans le bon sens du terme et putaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin faut que je me calme.

Je finis, tout de même, par hocher la tête dans le but de confirmer que oui, c'est officiel, on sortait depuis 20 secondes ensemble et... Merde, si j'avais su qu'une déclaration me foutrait en l'air à ce point. Fin, pas en l'air dans le mauvais, sens, hein ? Pour être honnête, là, je plane sur un petit nuage rose et tout mignon, mais... Whoua, je suis perdue. J'ai la forte impression de subir une grosse erreur système et de n'être plus capable de grand chose. C'est simple, si on pouvait consulter mon gestionnaire des tâches tout serait avec le statut "aucune réponse". J'ai la gorge nouée par l'émotion, l'estomac qui s'amuse à envoyer des décharges de papillons et le cœur qui fait mumuse à alterner entre le Death Metal et du slow. Mais surtout, je ne sais pas quoi faire. Je ne me suis jamais préparée à recevoir ce genre de mots, de sentiments. J'en avais rêvé sans pour autant prendre cette possibilité au sérieux, mais... Whoua. Je devrais peut-être lui faire un câlin ? L'embrasser ? Je ne sais pas, c'est ce que font les filles dans les films, mais... Nan, je ne sais pas, je suis déjà trop heureuse de tenir sur mes jambes alors je ne compte pas risquer de finir à l'hosto parce que le cerveau a décidé l'arrêt d'urgence.

Il me propose alors d'aller s'asseoir et... Oui, putain, bordel. Bonne idée. That's my boy comme dirait les copains de beau-papa. Ouais, s'asseoir, prendre le temps de respirer et de retrouver le don de la parole, ouais, ça me semble bie... Oh Gosh. Nouveau contact physique. C'est qu'une main et j'espère sincèrement que c'est le coup de notre récente mise en couple qui exacerbe à ce point mes sentiments, mais whoua, j'ai le frisson, là. Le vrai. Comme ceux qu'on décrit dans les livres d'amour de la section "passion" de la bibliothèque. C'est comme une décharge électrique, mais, rapidement, je me sens envahit d'une chaleur nouvelle et damm... C'est bon. Je suis sans doute trop niaise de faire un cliché pareil, mais j'entrelace mes doigts entre les siens. Putain, c'est tout rose, tout mignon, je le sais, en temps normal, j'en serais malade parce que je déteste toute cette ambiance dégoulinante de mièvrerie, mais... Whoua... Les gars. J'ai pêcho alors vos gueules.

On se pose donc sur un banc et, non sans regret, on se détache l'un de l'autre. Il a la présence de me tendre la boite de cookie et dans un petit sourire timide, je l'en remercie pour en prendre un. Ouais, respirons un peu, détendons-nous. On lâche un peu de pression et on noie son trop-plein d'émotion dans la bouffe, excellent. Je croque nerveusement dans mon cookie et je dois avouer qu'avec un truc qui passe de le gosier à le mérite de me calmer un peu. Ça me fait penser que je n'ai pas ouvert la bouche depuis... On devrait peut-être en parler, mais je ne sais pas trop quoi lui dire. Qu'est-ce qu'on est censé dire dans cette situation ?

- T... Tu les trouves comment ?

Oh... OH ! Miracle ! J'ai ouvert ma bouche et un son humain et compréhensible en est sortie ! Grandiose, Yes ! C'était pas que c'était lourd de jouer les muettes de service mais... C'était lourd.  Fin, blague à part, c'était tout à fait ce que j'avais pensé sortir après tout ça mais faut croire que c'est un début. Allez, du courage ma grande.

- Je... Pardon, je t'avoue que je ne me suis jamais retrouvée dans cette situation avant et... Et je sais pas trop ce qu'on doit faire maintenant ou même se dire... Fin'... Heu... Ahem... J'ai jamais eu de petit copain avant... Tout ça c'est nouveau... Je ne sais pas quel espèce de courage je lui prend la main dans un sourire tout aussi timide que le premier. M... Mais, je suis contente d'être avec toi.

Je suppose que ce serait, dans un film, le moment où je lui roule la galoche de sa vie, mais, croyez le ou non, je me sens encore trop intimidé pour faire ça. Pour être honnête, je ne sais pas, mais j'ai envie de prendre mon temps, maintenant. Tellement de choses se sont passées en si peu de temps et après autant de montagne russe, j'ai envie de regagner cette stabilité et ce petit train-train quotidien où je découvrais à mon rythme, petit à petit, ce que c'était de vivre.

© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Lun 10 Juil 2017 - 23:43

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Je ne suis pas certain car j’ai moi-même du mal à croire ce qui m’arrive, mais je pense qu’Emiri a hoché la tête. Dans tous les cas, bien que je n’aie aucune idée de ce que je suis censé faire actuellement bah, on est vachement bien. Enfin, je suis passé dans la 4ème dimension depuis quelques minutes (et c’est vachement moins glauque que dans Interstellar), et j’ai pas très envie d’en sortir. Bref, on s’assoit, et histoire de désamorcer un peu tout ça, bin, on mange. Et je crois que c’était la bonne idée pour rendre à Emiri sa parole, comme elle finit par s’exprimer et demander comment sont ses cookies. Je la rassure d’un sourire en coin comme elle semble hésiter.

« Bah, ils ne sont pas mauvais. Peut-être un peu trop cuits, mais tu as bien réussi la pâte. C’est bon. »

Maintenant que j’y pense, elle a du se donner du mal. Mon sourire s’élargit. Je n’en mène pas plus large qu’elle, mais je suis content qu’on soit à deux dans cette situation particulière. Après tout, on a le temps de découvrir ces sensations ensemble, tant que je ne viens pas tout gâcher. J’aurais certainement été bavard dans un autre moment, mais, pour le moment, je préfère laisser l’ambiance se reposer tranquillement. Puis, Emiri est la première à oser engager la conversation de ce qui vient de se passer. Ça me soulage de constater qu’on est sur la même longueur d’onde. Enfin, bien entendu, je ne pensais pas que ce genre de trucs m’arriverait un jour, mais j’imaginais moins facilement Emiri totalement inexpérimentée à cet égard. Je m’étais pas trop demandé non plus, à vrai dire, cela m’est un peu égal pour le moment. Mais, c’est toujours bien de discuter un peu, même des choses qui peuvent paraître niaises et futiles à d'autres.

« N-Non, t’excuses pas… J’imagine que c’est normal de pas trop savoir quoi dire dans ce genre de… Bah, de contexte. L-l’essentiel c’est que tu s-sois à l’aise donc... Si je suis trop maladroit, faudra m’le d-dire. Parce que, bin.. Ce.. C’est la premières fois p-pour moi aussi. »


Enfin, ce dernier truc, il me semble que c’est évident, avec ma dégaine de puceau nerd repérable à 3 km. Ce qui arrive pas la suite m’envahit d’une chaleur dangereusement trop agréable. Contente d’être avec… moi ? Un nerd matheux con comme un balais à chiotte ? Gnnnnn. Depuis le tas d'ordure ou j'ai ma place, ça fait plaisir, quand même, j'avoue. Bordel ça ne devrait pas être permis de se sentir si bien tout d’un coup à cause de quelques mots… Et en même temps, ce serait dommage de passer à côté. Si elle savait à quel point l’idée de pouvoir partager ces sentiments avec elle me rend heureux et me donne le vertige tout à la fois. Eh, bordel, c’est à moi de buguer, maintenant. Je tourne en moins d’un instant au rouge, et.. Ah, bon sang, je fais bien moins le malin maintenant que quand je déclarais hypocritement « peuh, les trucs mièvre d'amour laisses tomber, c'est pas moi, c’est dégueulasse et niais ». Je ne sais que répondre, et j’ai cette sensation de vertige agréable qui me prend et me réchauffe, me fait sourire comme un idiot tout en m’empourprant. Je me retourne vers elle d’un air un peu timoré pour lui sourire. Je pose la boite de gâteaux sur le banc entre nous et ma main vient doucement glisser contre la sienne, et la saisir avec une douceur maladroite. J’ai toujours cette précaution, peut-être « de trop », de vérifier que personne ne peut nous voir tandis qu’on partage ce moment privilégié ensemble. Si je suis radin à cet égard.. ? Ah, oui, totalement. Je suis pudique, et je n’ai pas très envie qu’on me voie lorsque j’ai ce genre d’instants intimes avec mon amoureuse.

« C-Ça m’fait bizarre, quand tu dis ça. Enfin, surtout plaisir, mais, bizarre aussi. J’suis niais. » Oui. Oui, putain, tu es niais. « Si on n’était pas à l’extérieur j’te ferais bien un câlin m’enfin, là, j’ose pas trop. »

Je m’embarrasse moi-même dans ma mièvrerie, là. J’imagine qu’on y peut rien, quand on aime, m’enfin, j’espère que je serais moins sot avec l’expérience, que je pourrais offrir quelque chose de moins gamin à Emiri. Je ne pensais pas que simplement être là en se souriant comme des débiles et en se tenant la main telle des gamins serait si agréable. Mais actuellement, ça fait vraiment le café, si j’puis m’exprimer ainsi.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mar 11 Juil 2017 - 21:28

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Meh, on passera sur le "trop cuit" et sur le fait que je savais qu'il aurait fallu que je me trouve un minuteur un peu plus précis que "Voyons, ça fait environ 3 bonnes chansons" mais en tout cas, mes cookies semblent plus ou moins réussit et vu comment je part de rien en cuisine, on va considérer ça comme une petite victoire pour câliner mon petit ego (parce que oui, spoiler, j'ai un ego et il est bigrement non-assumé et emmerdant). Pour ce qui est du reste et bien... Ouais, je dois vous avouer que ça me rassure grandement de voir Isaak aussi perdu que moi sur ce coup-là. Fin, ce n'était pas désagréable d'être perdu, là, tout de suite, avec lui. Non, c'est juste que ne pas maîtriser les choses me rend assez sujette au stress et à la gaffe facile et s'il y avait quelque chose que je n'avais pas envie de faire, là, c'était une gaffe. Pitié, si le bon petit Dieu existe, faites que je tienne plus de dix minutes en couple sans faire fuir l'heureux élu. Enfin, on parle d'Isaak et je ne peux pas dire que c'est un inconnu, nous nous connaissons bien et bon... C'est peut-être bien le seul que je n'ai pas fait fuir alors... Ouais, ça va marcher, hein ?

Mais j'avoue, nous voir sur la même longueur d'onde, nous voir partager les mêmes insécurités sur le "Il est où le monde d'emplois ? owo" bah, oui, j'avoue, ça me rassure vraiment. Je ne suis pas la seule à me poser des questions, pas seule à me sentir désarmée face à ses mots, ses sourires, pas seule à sentir mon corps faire n'importe quoi. Par contre, je dois être la seule à avoir dans la tête du Alain Bashung et plus particulièrement "Vertige de l'amour". Oui, vous pouvez remercier Meyu de me faire découvrir des classiques français. Surtout qu'ils sont doués, en France, pour faire des chansons de beaufs et des trucs niais sur l'amour. Je me sens doucement partir au pays des bisounours quand sa main se glisse contre la mienne. Merde. On se croirait dans un de ses films pour adolescents mais putain que c'est bon. Sa maladresse me fait sourire et j'avoue que sur le coup je ne peux que pouffer doucement en rejetant vivement une soudaine envie de lui malaxer les joues à coup de "Rooooooooooh, mais qu'il est mignon le pépère =w=".

- On est deux, je crois, alors. Oh god oui. Hmm... Je comprend et, bon, certes, dans un campus de trois tonnes d'élèves il y a de quoi se retenir... Non pas que j'en mourrais pas d'envie, de me glisser dans ses bras et de me laisser aller, mais c'est vrai que j'assumerais moyen d'étaler mon love devant tout le monde. Vrai que ça va être compliqué... On allait devoir trouver une combine si on voulait s'accorder du temps, nous deux, en semaine. Hmmmm voyons.... Il y a des lieux assez déserts sur le campus à certaines heures, ça peut toujours êtres des lieux de rendez-vous furtifs. Genre, opération ninja ? Après... Hmmm J'avoue qu'il y a pas mal d'yeux indiscrets au dortoir et ce serait bigrement gênant si un certain Hanz, un peu trop dans ses périodes "je suis une tête de con 15 minutes quelque soirs par mois", en venait à voir des demandes de roucoulements de pigeon par sms. On pourrait s'inventer un nom de code ? Genre, quand on veut se voir sans étaler du rose partout sur les murs ? Genre... Hmmm.... "Bâche" ?

Je dois vous avouer que je ne sais pas pourquoi bâche. C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit. Réellement. J'en viens à regarder un peu autour de moi. Personne à l'horizon. Je me lève timidement et lui pointe le gymnase du doigt.

- Je... Heu... Heu... Je me disais que... Fin... J'ai les clés de la salle de Kendo et... Fin... Personne n'y viendra à cette heure du coup... On pourrait heu... Ok, ok, je vire de nouveau au rouge. Dammit ! Ça sonnait vachement moins sale dans mon esprit ! Mais... Heu... On pourrait... Tu sais ton câlin... Bah... Le faire là bas ? ..... Tuez moi par pitié. Oh, god.. J'assume tellement pas ce que je viens de dire...


© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mer 12 Juil 2017 - 1:56

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Que… Oh, j’ai rendu la situation gênante. Et en même temps un peu excitante. Bordel, je suis grave moi, à penser à lui faire des câlins là tout de suite maintenant comme un gros dalleux. Et le fait qu’elle avoue avoir envie de la même chose élargit mon sourire de demeuré heureux. Meh. Je dois avoir l’air d’un vieux pervers, à force. Pourtant, Emiri réfléchit à un moyen pour qu’on puisse se faire des câlins tranquille. Cela ne m’évoquant pas plus d’arrières pensées, je glousse avec candeur lorsqu’elle évoque une opération ninja dans des lieux « déserts » du campus. Si j’avais  su que ça se passerait ainsi. Mais honnêtement, c’est rarement prévisible, ce que je vis avec Emiri, mis à part quand la situation tend aux blagues beaufs. Elle a tellement bien cerné Hanz, pour le coup, que ça ajoute à mes ricanements d’ado niais. Ces deux-là se sont vraiment trouvés, c’est fou comme ils s’entendent bien, et l’idée ne peux que me faire sourire. Puis là… elle remet la bâche sur le tapis. Pour le coup, je me tais, et la fixe, pince sans rire.

« … « Bâche »…. » Trois bonnes secondes s’écoulent ainsi avant que je capte l’association d’idée et émette un rire guttural. « PFRT. N’importe quoi ! »

Mais je suis pour quand même. Dans mon hilarité, j’ai posé un instant ma tête contre l’épaule d’Emiri, en profitant un peu de notre complicité et de notre proximité. Elle continue de chercher des solutions, en évoquant finalement la salle de kendo. Mon amie a l’air d’hésiter. Intrigué, je me détache et lève les yeux vers elle. Le club de kendo ? Oh, si elle a les clés c’est une bonne idée. Mais la voici toute rouge.  Sale… ? C’est sale, un câlin ? Oh. Ah.

« …… »


Oui, d’accord, je ne devrais pas pouffer, car j’aurais été aussi embarrassé à sa place. C’est aussi le soulagement, le plaisir de me changer à ce point les idées après avoir été morose une semaine, qui me pousse à avoir le rire facile. Meh, à faire les montagnes russes émotionnelles, je vais me mettre  à chouiner pour un oui ou pour un non, bientôt.. Pourvu que ça m’arrive pas devant Emiri ce soir… J’voudrais pas tout gâcher. Bref, je referme la boite de cookies, et acquiesce.

« T’inquiètes, j’ai compris. »

J’aurais bien ajouté qu’elle est foutrement mignonne, mais mon air débile aura pu la mettre sur la piste. Ou peut-être pas. Enfin bref. Doucement, de peur d’avoir l’air trop préssé, je me lève sans lâcher sa main. J’esquisse un mouvement de tête et des yeux vers le gymnase, suggérant la direction à emprunter ensuite.

« Du coup euhm… Tu veux toujours y aller… ? Euh, au club de kendo, j’veux dire.. ? »


Après qu’elle m’ait donné la confirmation, on y va doucement, et je continue de surveiller nos arrières. Peut-être que j’exagère, et ce n’est absolument pas que j’ai honte de ma relation avec Emiri mais.. Bah, c’est nos affaires à nous. Ce n’est pas trop dans mes priorités d’aller crier sur tous les toits « yeepee kaaaayyy » avec une pancarte « cet homme a une copiiiine » attachée autour du cou. Les picotements dans mon estomac se font plus pressants à mesure que nous approchons de notre objectif, j’en serais presque gêné. Déjà qu’Emiri doit entendre mon cœur à 3 km. Rien que le contact de sa main m’est bien trop agréable.. Ouais, faudra que je redescende un peu un jour, je suis grave là. Ou alors c’est normal… ? C’est positif et agréable, donc je ne devrais pas me poser tant de questions du moment que c’est le cas. Nous voila devant la porte, et j’aimerais que ma main ne devienne pas moite. Allons, Isaak, ce n’est pas comme si vous alliez, euhm… comme si vous alliez passer une interview devant un conseiller Pôle Emploi hargneux ! Exemple de merde, ceux qui me lisent s’attendaient surement à une autre analogie. Bah. Tout ça pour dire… On y est. J’ose quand même envoyer un sourire complice à mon amoureuse alors qu’elle devrait bientôt ouvrir la porte.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mer 12 Juil 2017 - 22:08

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Nan mais, je ne suis pas peu fière de ma trouvaille. "Bâche", c'est très bien "bâche", ça ne sonne absolument pas rose, Disney et petite maison dans la prairie. C'est parfait, je vous dis, avec un nom de code pareil, on est tranquille pépère pour un long moment. Fallait penser "garagiste" pour tromper l'ennemi. CQFD. Enfin, Ahem. Ce n'est peut-être pas le moment de faire la maligne, là, tout de suite. J'essaye de sauver les meubles et le peu d'assurance qu'il me reste, mais dans le fond, je sens lentement, mais sûrement mon cerveau partir en couille et le reste de bon sens démissionner parce que "trop vieux pour ces conneries".

Why ? Comment je fais pour que ce que donne mes phrases dans ma tête et ce qu'elles deviennent quand elles sortent de ma bouche, soit aussi différent ? Comment je suis passée d'une proposition banale à une demande de nana en rade de cul ? Hein ? Comment ? Merde, j'ai tellement l'impression de faire ma dalleuse, là. C'est simple, j'ai l'impression d'être de ces pervers qui demandent aux petites filles de venir voir leurs belles camionnettes. Genre, vraiment, ça ne sonnait pas ultra "Tu veux voir mes belles quenouilles ? Ahemmmmm *insérer le bruit glauque de ta vie*" ? Nan parce que, c'est un peu l'impression que j'ai et... Oh... Oh.. Pourquoi tu rigoles ? POURQUOI TU TE MARRES ? Dis-moi tout ! Je ne comprends plus rien ! Help me !

Au final, je ne sais pas si c'est ma maladresse ou tout simplement le fort sens (non voulu) dégueulasse de la phrase mais monsieur rigole et le plus important : il a compris. Dans un sens, je suis plutôt contente de ne pas avoir à me confondre en explication parce que là, pour le coup, ça serait devenu fort gênant. Il me demande si je veux toujours entamer une session câlin dans la salle du club et... Ouais, ma réponse à dû lui paraître vachement abrupte parce que mon "Bien sûr !" avait dû bien trahir mon impatience et la forte envie que j'avoue de me glisser contre lui et d'envoyer valser, loin, très loin, tout ce qui pouvait me retenir de plonger dans ses bras. On se dirige donc vers la salle de nouveau et à mesure qu'on avance (et un peu pour chasser le trop-plein d'émotion que je sens monter, aussi) je me concentre à réfléchir à d'autres lieux relativement cool et calmes pour se voir. Mes sessions cache-cache avec grand-père, Zahn et Papy Yamada doivent y être pour beaucoup, mais je suis plutôt satisfaite de voir ma petite liste s'élargir de dizaines de cachettes contre les yeux et les oreilles indiscrètes.

Enfin, nous y voilà. On y est et... Whoua. Je crois que je commence à ressentir une pointe de stress un peu bizarre dans le coin du bide. Je ne sais pas, c'est peut-être l'idée qu'on se "cache" qui me met dans cet état d'excitation mêlée à une forme de stress que je n'arrive pas à définir comme dérangeante. J'ai la sensation de faire les quatre cents coups dans le dos de beau-papa et tonton et ça... Bordel, c'est foutrement plaisant. Je farfouille dans mon sac pour chopper la paire de clés de la salle et ouvre, ainsi donc, la porte. Comme d'habitude, notre terrain d'entraînement est propre comme un sous neuf. Tout est à sa place et en pénétrant dans la salle je passe ma main sur l'interrupteur pour laisser les quelques grosses lampes s'allumer et la lumière envahir la pièce.

- Bon bah... Nous y voilà héhé. Oh god. "Héhé"... Sérieusement ? MAIS C'EST QUOI SE RIRE DE PUCELLE ?! "Héhé"... "HEHE". JHSDGHFDSQBFH. Du coup... Heu... Ahem... Tu... Fin... On... Enfin... J... Je peux ?

J'attends son autorisation, droite comme un piquet, avant de manquer la reprise lorsqu'il accepte. J'ignore combien de secondes il m'a fallu pour atteindre mon but. J'avais l'impression de courir au ralentit comme dans alerte à Malibu et si dans alerte à Malibu c'était classe, là, ça avait été relativement chiant. Mais whoua.... Bordel. God que ça fait du bien. J'ai la sensation de fondre, littéralement. Je crois que relâche un peu mes muscles un peu tendus, je me permets même de fermer les yeux. Je voudrais bien rester ainsi des heures durant mais je suis sans doute trop gourmande. Rien qu'être avachie comme ça sur lui, j'en fais peut-être déjà trop. Je ne me souviens même plus si j'ai fermé la porte à clé mais qui viendrait dans cette fichue salle nous déranger, hein ? S'il aime le temps qu'on passe ensemble, je pourrais peut-être pousser le plaisir de l'avoir près de moi jusqu'au dîner ? On pourrait sans doute aller manger quelque chose tous les deux ? Ouais. C'est un bon plan. Tellement bon plan que ça me fait oublier que c'est le jour "commérage" avec Hanz.


© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Ven 14 Juil 2017 - 1:20

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Maintenant qu’on en est là, je me demande comment j’ai pu tenir aussi longtemps avant d’avouer à Emiri ce que je ressentais, surtout après avoir passé des journées ensembles pendant les vacances. Au moins je ne m’en suis jamais senti frustré mais ça m’avait vraiment manqué. Cela me semble presque étrange de n’avoir pas fait ce pas vers mon amie depuis, alors que ça avait été tellement naturel par le passé. Bah, on s’en fiche, le mal est fait, et c’est réparé, désormais. Après de savoureux instants en suspens, je ne sais plus trop qui a amorcé le premier geste pour qu’on s’enlace, mais qu’importe. Je me sens vraiment bien, à présent. Bon, c’est con à dire, mais c’est certain qu’après que nous nous soyons déclarés, ce simple câlin prend bien plus de sens et… Il y a quelque chose de différent. Probablement le fait de pouvoir enfin mettre des mots sur tout ce que je ressens lorsqu’Emiri est ainsi contre moi. Pendant que nous nous embrassons, je laisse ma main aller caresser doucement son dos, d’un geste réconfortant. Cela a quelque chose de reposant, de serein, et un peu sensuel, aussi. La gêne qui pouvait rester s’est complètement dissipée pour laisser place à un ressenti différent.. Plus complice, peut-être ? Ou alors est-ce le fait qu’on se cache comme des gamins timides qui rend tout ça un peu plus palpitant. Tous ces facteurs que je tente en vain de mettre au clair ne son pas bien utiles, finalement. C’est l’instant présent qui compte. D’ailleurs, si je parle d’ « instant », je ne saurais dire combien de temps durent nos embrassades. Encore une fois, ça n’a pas tant d’importance, mais je suis forcé de ressentir le temps passé ainsi à mesures que d’autres émotions finissent par venir parasiter celles, pourtant si agréables, que je ressens actuellement.

Certainement l’appréhension d'avant de revoir Emiri, l’idée de la déranger, de l’avoir blessée, ou de faire les choses de travers qui retombe et donc, ressort.. Ajoutez à cela les restes des événements d’il y a une semaine, le soulagement, la culpabilité que j’ai à fleur de peau depuis le décès de mon chien. Je ne sais pas, certainement que cette décharge de ressentis agréables et de chaleur a paradoxallement déclenché une sorte de vague d’émotions à la fois plaisantes et blessantes que je ne peux gérer dans l’immédiat. Sur le coup, j’ai serré plus fort Emiri contre moi, inspirant profondément pour faire passer la boule dans la gorge qui semble aller et venir, disparaître pour se reformer. Dans un mauvais timing, j’ai une pensée pour Al, et c’est un peu ce qui fait déborder, et qui manque de me donner envie de chouiner comme un gosse. Par pudeur, je reste collé contre mon amoureuse, et n’ose pas lui montrer mon visage pas loin de la crise de larmes. J’espère que je ne suis pas en train de trop la serrer, et qu’elle ne se rendra pas compte de mon état actuel. J’aurais peur qu’elle pense que c’est de sa faute, alors que ce n’est pas le cas. Merde. Quelques larmes ont quand même trouvé le moyen de couler. Putain… Je ne veux pas qu’Emiri s’en aperçoive et d’imagine avoir fait quelque chose de travers. Afin de lui faire comprendre que malgré les apparences, tout va bien actuellement, je renifle et inspire une dernière fois avant de me détacher  doucement, et d’adresser un faible sourire à la jeune femme que j’apprécie.

« Hm… Euhm..  » J’essuie rapidement mes yeux d’un revers de main, et continue comme si ne rien était. « Tu voudrais faire quelque chose de spécial, sinon, ce soir… ? J’ai rien de prévu, et si tu n’es pas prise ailleurs on pourrait aller manger quelque part ? Enfin, je trouve qu’on est bien ici, hein mais… Je sais pas, je me dis qu’on serait peut-être mieux hors du campus. En.. En tout cas, c’est mon cas. »

C’est vrai, pour le coup. J’ai toujours été plus à l’aise et moi-même hors de cet endroit. Alors, je l’aime quand même bien, hein. On a un cadre vraiment cool pour étudier et s’épanouir m’enfin… Je sais pas, le côté « vivre ensemble » avec des gens que je n’ai pas forcément envie de fréquenter me tape sur le système, j’imagine ? Bref. Sortir ce soir avec Emiri en ville juste pour flâner et manger, ça me semble bien m’enfin… Un doute germe dans mon esprit alors que je fixe les mains de mon amie dans les miennes.

« D-Dis… Je ne veux pas prendre trop de ton temps sous prétexte qu’y faut que je me changer les idées, donc.. Si tu préfères rester dans le coin et passer la soirée tranquille, faut me le dire. J’sais que je suis pas de super compagnie vue mon humeur en ce moment mais… Bin, voila, dis-moi ce que tu préfères. » Merde, j’ai envie de chialer à nouveau. Renifles, respires. « B-Bref, c’est d-déjà très agréable.. De pouvoir être avec toi, comme ça. »

Fis-je, reformant un faible sourire, avant de laisser glisser mes mains dans le dos de mon amoureuse et l’enlacer doucement de nouveau. En me baissant, ma tête se pose sur son épaule, et je peux sentir l’odeur particulière de son shampoing. Ouais, si on reste encore un peu ainsi, ça me dérangera franchement pas.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Sam 15 Juil 2017 - 13:01

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Son étreinte se fait plus forte, plus brusque aussi. Au départ, je ne sais pas trop s'il s'agit de l'émotion ou d'autre chose mais rapidement je sens quelque chose d'humide dans mon cou. Des larmes ? Il pleure ? Pourquoi ? Je me doute que ce n'est pas à cause de moi, fin, Isaak est sensible mais j'ai l'intime conviction que c'est autre chose. En réfléchissant, ça me parait même évident. Cette dernière semaine n'a pas été de tout repos pour lui et je suis bien placée pour savoir que jouer les montagnes russes avec son petit cœur n'est pas le mieux pour ne pas finir en pls sous la douche. Dans un sens, ouais, c'est même normal. Cependant, sur le coup, je n'ai aucun mot réconfortant qui me vient à l'esprit. Je me dis même qu'ouvrir la bouche et trahir ce qu'il semble vouloir garder secret serait une mauvaise idée. Il y a des moments où les paroles sont vides de sens et où le silence est le meilleur des réconfortants. Je me contente donc de le serrer un peu plus fort et d'attendre que ça passe. J'avoue que je marche un peu sur des œufs maiiiiiiis, vaut mieux que je ferme ma bouche, ce serait bête de sortir le truc qu'il ne faut pas au mauvais moment.

Il se détache de moi et n'a pas l'air de vouloir évoquer ce qui vient de se passer, je n'insiste pas. Je ne suis pas de ceux qui se complet a tout savoir des autres et je considère que même un proche a le droit à son intimité et à son petit jardin secret. Je lui rends doucement son sourire. Bordel, je ne sais pas si je fais bien de me la jouer nana ultra posée et mature mais je pense que c'est ce dont Isaak à besoin à l'heure actuelle. Puis entre nous, les nana en mode "Daaaaaaaarliiiiiiiiiiiiiiing" ... Beurk, très peu pour moi...

- Avec le peu de vie sociale que j'ai tu doute encore de mon temps libre ? Je me respecte pas, hein ? Mais bon, c'était une petite pique d'humour histoire de lui remonter le moral, puis bon, j'aime être taquine avec lui. Je n'ai strictement rien de prévu si ce n'est les commérages de Hanz mais... Mouais, un petit repas en tête a tête ça me dis bien ! Tu as une idée d'où tu veux manger ?

Parce que c'est un peu la question, hein ? J'énumère dans ma tête quelques noms de resto qui pourrait être sympas mais tout me tente à un point que je me retrouve incapable de choisir quoi que ce soit. Enfin, en matière de bouffe je laisse mon petit-copain (dammit ça fait bizarre de l'appeler comme ça) carte blanche, c'est avec une confiance aveugle que je le suis. Par contre, ce qui suit me fait hausser un sourcil. Le déranger ? Pourquoi ?

- Je sais qu'on est une belle brochette de cassos mais ce serait bête de conclure cette soirée sur un câlin de trente secondes, non ? Fin, perso, j'ai envie de passer du temps avec toi, là, tout de suite. Puiiiiiis, booooooon, je dirais pas que tu m'a manqué maiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis. Ok, ok, je m'enfonce. Profondément en plus. Fin, Ahem ce que je veux dire c'est que... Wow. jhskjdsqkjdnjqsndjq. J'ai un nouveau câlin. Faut pas me faire des "boum boum" au kokoro comme ça, hein, je vais crever avant l'heure si ça continu. Je... Heu... Je trouve aussi. Bah il est où ton humour pauvre conne, hein ? Il est où ? Dans ton c- ok j'arrête. O... On pourrait manger quelque chose de chaud ? Y a un resto de grillade pas très loin, ça te dis ?
© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Sam 15 Juil 2017 - 15:53

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
C’est pas mon genre de faire mon mec en mode « lol Isaak c tro un fragil ce gros naz », mais c’est vrai que c’est une part de moi-même que j’assume moyennement. Mais c’est avant tout car je n’ai pas envie de me montrer ainsi devant mes proches. Et puis, disons le franchement, j’ai une mère qui ne laisse pas trop passer ce genre de faiblesses chez qui que ce soit. Du coup, oui, j’ai été très tôt à habitué à prendre sur moi en ce qui concerne ma sensibilité, et c’est très appréciable de constater qu’Emiri semble comprendre que j’ai juste besoin de quelques secondes pour me calmer. D’ailleurs, elle ne pose pas plus de questions, et on passe rapidement à autre chose. La bouffe c’est toujours la valeur sure pour se changer les idées, en même temps. Ça me rassure que ma demande de la « monopoliser » ce soir ne la dérange pas. En un sens, si elle peut éviter ainsi les commérages de Hanz… Ouais, à sa place, je n’aurais pas trop envie de savoir de quoi il s’agit dans les détails. Il ira voir le concierge, au pire. Bref.

Je suis certainement pas très objectif mais Emiri ne cesse de me surprendre. C’est surtout que j’ai la sensation qu’on progresse ensemble. J’avais peur qu’elle se sente mal ou coupable par rapport à moi en voyant que je n’étais pas très robuste en face de mes émotions, mais ce n’est pas le cas : elle a pris la chose avec recul et maturité (bon, ça, ce n’est pas étonnant, mais je continue de le souligner car c’est un truc que j’admire). Enfin, on s’en irait vers le discours répétitif et forcé si je continuais sur ce thème… Retenons simplement que, voila. J’apprécie énormément ce que mon amoureuse fait pour moi actuellement. Je me sens compris et… Important, en quelque sorte. Je crains de prendre trop de place, mais l’autre m’assure que ce n’est pas le cas. Hm.. Bon, bah… Prenons les choses pour ce qu’elles sont. Je n’ai pas le chic pour être expressif ni répondre aussi justement qu’elle, et je me contente de lui sourire avec une reconnaissance sincère.

« T’es quelqu’un de super cool, tu le sais, ça ? »
Fis-je, bêtement, et avec un air un peu taquin. « … Bordel, le manque de vocabulaire d’un premier de la classe. »

Pensais-je par la suite à voix haute, prenant un peu de recul par rapport à mes paroles. J'en ricane même un peu bêtement. Ouaip, quand je dis que j’ai moyennement autant de talent que ma copine pour les mots, c’était pas de la fausse modestie.

« Les grillades c’est parfait. Mine de rien, on se les caille pas mal, là. On aura l’air bien débile si on choppe la crève dans un moment pareil. »

Sous-entendu « Ouaip, ok, on a chaud parce que amour, émotion, les fleufleurs, mais voila, c’est pas ce qui nous mettra à l’abri d’une bonne vieille bronchite. » J’entame donc de me lever, et vérifie encore si la voie est libre jusqu’à la sortie. On a le temps jusqu’au couvre feu, surtout si on ne va pas bien loin. Quelques élèves vont et viennent, et je suis un peu timoré à l’idée qu’on nous voit la main dans la main. Je n’ai pas honte m’enfin… On parlait des commérages de Hanz, alors je ne veux pas imaginer les commérages d’autres gens. Quoique je ne devrais pas craindre tout ça. Je garde donc les doigts d’Emiri entre les miens en progressant vers la sortie. Ne te chie pas dessus, ne te chie pas dessus… Meh, je me suis chié dessus. Bah, oui, y’a un élève qui est sorti de derrière le mur et qui aurait pu voir que « oh my god » je tenais la main d’Emiri alors, bin, j’ai lâché sa main un peu brusquement. Merde, je me sens con.

« Eu-euh. Désolé. C’était pas parce que… Hmph. »

Tais-toi, c’est mieux. Je me sens bête d’être si pudique et de réagir aussi vivement dans ce genre de contexte. Peut-être qu’un jour je m’y habituerais. J’aurais beau dire, j’suis un vieux garçon coincé. Je n’ose pas trop poser la question pour le moment car je n’ai pas la maturité de formuler ces mots, mais j’espère que mon côté inexpérimenté et timoré dans ce genre de relation ne va pas trop rebuter mon amoureuse. Je ne voudrais pas la faire attendre ou lui rendre les choses pénibles à cause de mes nombreuses craintes. Ce sera certainement plus aisé dans quelques jours, et quand j’aurais réglé mes soucis actuels. Pour le moment, vaudrait mieux arrêter de se poser des questions, et profiter du moment présent. Des grillades avec Emiri, quoi. Quel connard refuserait ça ? On finit par sortir du campus, et les grillades ne sont plus qu’à 5 minutes. Plus détendu et à l’aise hors des murs de KHS, je souffle un coup.

« Hm, alors, comme ça, Hanz te raconte des trucs bizarres.. ? Je veux pas vraiment savoir de quoi il retourne, mais il n’est pas trop lourd ? »

Parce qu’avec ses histoire de fêtes de vacances, il en avait, des trucs à dire. Il a même réussi a blaser Ludmilla. Oh. Tiens. Parlant d’elle.

« Eh, ça me fait penser que, bah, j’ai vu ma cousine Ludmilla pendant les vacances et… Bah, elle aurait vraiment aimé te rencontrer, du coup elle a carrément insisté auprès de son père et de son père pour qu’il nous invite chez lui, à Hokkaido, aux prochaines vacances. Dis-toi qu’elle voulait sécher ses cours de la rentrée juste pour apercevoir ta tronche en vrai… Je crois que t’as une fangirl -une de plus après Hanz-. »

C’est con, comme histoire, mais je sais pas pourquoi, j’en ai tiré une certaine confiance. Enfin, ma cousine blonde a sans mal compris de quoi retournaient mes sentiments pour Emiri (franchement, je crois que tout le monde a capté avant nous), et sans insister, elle m’a vachement aidé à me décider.

« Et, totalement hors sujet, mais, tu t’en sors avec Fattie ? »

Sur ces mots, je pousse la porte du restaurant et cherche des yeux une table ou se mettre à l’aise.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Sam 15 Juil 2017 - 20:12

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Meh, il a pas tort, ce serait bête de se chopper un rhume, surtout en même temps. Il y aurait de quoi donner de la matière aux commères du campus et ce n'est pas que je n'assume pas ma récente mise en couple maiiiiis, arf, le délire du "oulalalalalalala ils sooooont amouuuuureuuuux" ça allait très rapidement me gonfler et j'allais de ce fait très rapidement devenir violente verbalement parlant et personne n'avait envie de me voir traiter les innocentes mamans de mes camarades de classe. J'approuve donc son idée de sortir au plus tôt de la salle pour nous diriger vers une perspective plus réjouissante, à savoir la bouffe. Damm, j'y pensais mais moi qui voulais prendre du poids, nul doute qu'avec Isaak ce serait sûrement le cas. Aaaah, le pied. Une histoire d'amour sur fond de gros plats bien fat et à bas prix, qu'est-ce que je pouvais espérer de mieux, hein ? Franchement.

On sort donc du gymnase, les doigts d'Isaak toujours entremêler aux miens. J'avoue que je ne peux pas m'empêcher de balancer quelques regards curieux aux alentours. Je me demande si quelqu'un nous voit et je me demande même les rumeurs vont bientôt débarquer. Je suis assez frileuse et stressée à l'idée de croiser quelqu'un, est-ce qu'on doit faire semblant, est-ce qu'on se détache en mode "ni vu, ni connu je t'embrouille" ou est-ce qu'on continue comme-ci de rien n'était ? Merde, je devrais peut-être lui demander la marche à suivre et... Ah. Bon. Apparemment il faut qu'on se lâche en mode "noooooop vous n'avez riiiiieeeeeen vuuuuu". Je note capitaine, tu m'épargnes une question gênante à poser. Je lui souris tout de même histoire de lui dire que ce n'est pas grave vu comment il semble s'en vouloir et je fourre mes mains dans mes poches, parce que ouais, il fait frais.

- Hanz ? Bah, ce n'est pas vraiment des trucs bizarres en soit, hein ? Fis-je en pouffant. Mais on parle des derniers événements du campus le plus souvent. Lui ça lui permet de faire sa michante commère sans être jugé et moi ça me permet de me tenir au jus sans avoir à parler avec d'autres humains donc que du bénef ! Oui, parce que j'aime pas vraiment les gens vous vous souvenez ? Du moins le contact prolongé. Meh, j'espère juste qu'il sera assez lent à la comprennette ce soir et qu'il va pas tout de suite tilter qu'on mange ensemble sinon je sens interrogatoire et le harcèlement téléphonique venir. C'est qu'il va me faire une crise de jalousie parce que je monopolise trop son moumou d'amour tu vois ?

Ok. Celle là était vraiment petite mais durant cette dernière semaine Hanz était tellement venu me parler de son "moumou adoré" que ça me semblait évident. Je ne devrais pas le taquiner tant que ça et je ne sais pas si c'est avec innocence ou vengeance qu'Isaak asséna sa seconde tirade mais en tout cas... Merde, j'ai piqué un fard et est perdu tout mon vocabulaire en l'espace de dix secondes.

- Qui que quoi ? Ok. C'était pas ce que je voulais dire putain. V... Vacance ? Genre... Toi et moi ? Je ne sais pas si ça me fais flipper ou si ça me rend toute fière qu'Isaak ai parlé de moi à sa famille et encore plus qu'on veuille me rencontrer. J'avoue que le sentiment "officiel" des vacances en famille me donne envie de me chier dessus mais... Wow wow, Isaak a parlé de moi à sa cousine ? Fan... Fanquoi ? Mais... Whait... Stop, attends... Elle me connais pas ni d’Ève ni d’Adams alors pourquoi ? Fin, je pourrais tout aussi bien être aussi maléfique que Dio Brando alors why ?

C'est vrai que ça me dépassait pas mal de se faire si bien voir d'une personne qu'on avait jamais vu ni fréquenté avant. Puis... OH MON DIEU et si elle fait des recherches ? Si elle tombe sur ma chaîne Youtube, mes covers... MA CHAÎNE TWITCH... OH MON DIEU ELLE VA VOIR MA SÉRIE SUR DEAD OR ALIVE OH MON DIEU.... Je vais passer pour une conne hyperactive et portée sur les blagues de merde en mode "Comment on appelle la femelle du Hamster ? Amsterdam ! "... Oh non god. Je veux mourir... En plus, j'ai tourné un live avec Hanz il y a deux semaines... Je veux crever, pitié, j'ai honte.

Ah ? Hein ? Fattie ? Whaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa... Ah. Oui. Fattie.

- Qui que... Ah ! oui ! Fattie ! Fis-je en revenant à la réalité en entrant à la suite d'Isaak et en lui suivant jusqu’à une table de libre. Bah heu, j'avoue que je vis sûrement plus mal que lui la séparation parce qu'il me manque cet idiot mais il va bien. Mémé est gaga de lui et il est plutôt réceptif aux ordres il écoute bien même si il fait un peu trop le kéké et que c'est pas crédible. Fin...
Je crois même qu'il est jaloux par moment, j'ai l'impression qu'il regarde mal ma grosse peluche Ronflex sur mon lit... Ah oui ! Et il arrive pas à aboyer. Fin,
il fait pas des "wouf" normaux mais des "Gnouf" et il a prit l'habitude de twerker quand il marche.


Heureusement, on nous apporte bientôt la carte parce que j'aurais pu parler des heures durant de mon chien.

- Tu veux prendre quoi ?
© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Lun 24 Juil 2017 - 14:23

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Hanz est une vraie commère. C’est bien qu’il ait trouvé en Emiri une nouvelle personne avec qui « interagir » en ce sens. Quelqu’un qui ne l’envoie pas sèchement chier dès que l’idée de jouer au concierge se pointe, c’est assez rare, dans son entourage proche. Ou comment dire de manière détournée que ça me les brise menues quand cette personne-récup-ragots, c’est moi. Et d’un autre côté, je suis à la fois flatté et coupable qu’Emiri m’ait « choisi » ce soir à la place de mon frère. Enfin, je veux dire que je ne pige pas bien qu’on préfère traîner avec moi qu’avec mon aîné, qui est quand même désigné comme pas mal de personnes comme une des personnes les plus cool du campus. Ça fait très série américaine de base merdique de dire ça comme ça, m’enfin, on s’amuse clairement plus avec mon frère que moi. Bref, laissons cette insécurité stupide bien capable de me mettre à mal pour le moment : je crois pas que ça sera bon pour l’ambiance. Demander à Emiri « es-tu sûre que tu ne serais pas mieux avec Hanz ? » est forte, mais je ne sais pas si la chose la mettra forcément à l’aise. Ça ferait très « eh, maintenant ma cocotte, tu choisis entre lui ou moi, hein ! ton mec ou tes potes, mais pas les deux ohlalala ! »… non ? Probablement que je me prends trop la tête. Au lieu de compliquer les choses ou encore plomber l’ambiance, je finis par sourire sincèrement sur les propos de mon amie. Eh. C’est qu’elle a  raison. Je sais pas si je peux manquer à quiconque en ce moment mais… Oh, bordel, ce post commence déjà bien trop dépressif il faudrait que j’arrête les frais là sinon le gros drama-queen fragile va encore frapper et se mettre à chouiner.

« Ah, tu le connais bien, ce serait tellement son genre… M’enfin, toi aussi tu lui manques des fois, tu sais. »

J’ai déjà du lui dire des tonnes de fois. Et si j’étais sadique, je devrais peut-être (ou pas) continuer les compliments du genre sur le fait que ma famille apprécie Emiri. Même pas forcément en tant que petite amie, d’ailleurs, juste qu’elle est… Bah, elle, quoi, est-ce que c’est vraiment nécessaire que je développe d’avantage.. ?!

« Hm, bah, après, y’ a pas d’obligation, hein. » Ok, j’avoue le « vacances toi et moi » me fait m’empourprer et me donne un instant le vertige. Je n’envisageais pas la chose sérieusement, enfin, ça me ferait plaisir, mais avec le recul ça sonne certainement un peu précipité. « Je propose pas vraiment, c’est juste Ludmilla qui… Bah, disons que quand elle a un truc en tête, celle-là… Puis ils sont du genre accueillants avec son oncle. Bref. » J’avoue, j’ai peut-être fait un peu fort avec le coup de la fangirl. Le cringe pour elle. Quel andouille. « T-Tu crois quoi.. Elle a capté que je parlais beaucoup avec toi par SMS pendant qu’elle était là et que bah, euh… Bah, quetum’plaisaisbienetpuistusaisquoi alors elle était un peu curieuse. M-Mais, te fiches pas la pression, hein, la connaissant c’est juste… Bah, de la curiosité bien intentionnée, oui. » Oui bon par contre, encore une fois, le coup du « D4RK AS DIO » est fort risible. « Héhé. T’aimerais bien être aussi d4rk que Dio, avoue. Je t’aime, hein, mais désolé de te le dire, tu risques de jamais y arriver. »

Entre nous tant mieux. Dio n’est pas tout à fait mon genre. Après qu’Emiri ait fini de rougir (un peu ma faute, mais j’aurais un peu de peine à avouer sans trembler des jambes que c’était pas un tout petit peu drôle), on entre finalement dans le restaurant et je consulte la carte pendant qu’elle me parle de Fattie. Je le savais déjà un peu, mais ce clebs est un meme à lui seul. Son récit me fait sourire en coin, non pas sans mélancolie. Quand ça ira mieux avec mon deuil de Al, j’aurais hâte de le revoir, ce petit pépère.

« Fais gaffe, s’il sait pas sauter dans un cerceau et marcher sur les pattes avant quand je le verrais, j’te mettrais pas une bonne note en dressage. »

Ouais bon, c’est nul, et mon obsession des notes devra bien cesser un jour ou l’autre.  Mais bon, c’est une blague. Nulle, certes, mais c’est pour de rire. Bref. Mon regard s’égare sur le menu et Emiri me demande ce que je compte manger.

« Du poulet avec des champignons, probablement. La sauce qu’ils font avec m’envoie un peu du rêve. »


Le sucré-salé, c’est un peu la vie. Bon, c’est peut-être un peu grillé, mais j’ai assez peu mangé par rapport à d’habitude ces derniers temps, car mon esprit était ailleurs. M’enfin, je ne voudrais pas inquiéter Emiri en lui racontant ça. Le fait que je mange moins en soi, quand on me connaît, je sais que même ma mère trouverait ça préoccupant.

« Et toi ? » Mon regard s’égare vers l’environnement du restaurant, pas très peuplé. Les japonais ne cautionnent pas forcément de voir des jeunes sortir ensembles dans ce genre de lieux, m’enfin. « C’est plutôt calme et sympa ici, en tout cas. T’étais déjà venue ? »

Le serveur passe bientôt près de nous et prend nos commandes. Je demande poulet et champignons comme prévu. En attendant, je joue un peu avec mes baguettes, toujours un peu dépassé par ce qui vient d’évoluer entre nous. Est-ce que tout le monde « tombe » ainsi de haut dans cette situation, ou c’est juste moi qui suis un peu con ? Très probablement la 2ème solution.

« ‘Me demande s’ils font mariner leur poulet.. Faudra que j’demande. Meh, ça me donne envie de faire de la viande en sauce, c’est pas raisonnable, j’ai pas assez mangé ces derniers temps. »


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Lun 24 Juil 2017 - 22:00

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Je manque à Hanz ? ... Pourquoi ? Je veux dire, on est constamment fourré ensemble (sans mauvais jeux de mots) et, bon, c'est pas comme-ci on était dans le même dortoir, qu'on passait souvent nos week-ends ensemble et qu'on suivait un cours en commun mais... Whut, ça m'aurais semblé plus probable qu'il en aille marre de voir ma tronche constamment mais... Ok. Ok. Je manque à Hanz. Je note.

Par contre, la suite de son discours, ça pour le noter... Il est noté, gravé même, là, dans ma tête. Je me sens un peu sale de sourire comme la dernière des demeurée mais... Méhé... Il est chou quand il s'y met.

- Ooooooooh c'est vrai que ça se voit beaucoup que jeteplaisaisetpuistusaisquoi, hein ? Je suis une connasse. Putain. Mais dans le fond, je fais la maligne, mais je ne peux pas taire ces espèces de picotements délicieux dans mon ventre et cette espèce d'euphorie qui s'empare de moi en l'entendant. Certes, le côté très officiel de partir en vacance avec lui, de rencontrer ses proches, ça me fais peur, on ne va pas se mentir. On ne soigne pas ses insécurités en un tour de main (même si j'aimerais) et je suppose qu'en couple ou pas, ça ne changera rien au fait que j'ai peur de gaffer, de le mettre mal à l'aise ou d'être un boulet dont il aurait honte et toutes sortes de choses bien fun que pas mal d'ados mal dans leurs peaux connaissent. Cependant, bah, dans un sens ça me fais plaisir. Enfin, que ce soit lui qui réclame, fin propose, ça bah... Je me sens fière d'un coup. Puis je vois bien qu'il ne le fait pas dans une mauvaise attention alors bon. Tu aimerais qu'on y aille ? Je souris un peu et regarde rapidement aux alentours, aucune tête connue, je choppe sa main. Tu sais, fin, ça m'impressionne un peu mais j'ai rien contre. J'irais pas jusqu'à te balancer un discours niais à coup de "Si on est ensemble ça suffit à mon bonheuuuuur ouuuuh ♥" mais c'est un peu l'idée, quoi, fin... Ahem... Heu... Disons que ça fera du temps ensemble qu'on ne pourrait peut-être pas s'accorder si on reste sur Kobe donc bon ! Puis, ton oncle, c'est celui qui a l'élevage de chien, nop ?Je suis sûre que ça ferait plaisir à Fattie de prendre l'air ailleurs et de rencontrer d'autres chiens que le petit pépère de la mémé du 4e. Avouez que c'est un argument à prendre en compte, hein ? Méfie-toi de l'eau qui dors, je peux être diabolique, tu sais ? A cela, j'ajoute un gros sourire avant de reprendre. La prochaine fois qu'on dors ensemble il se pourrait bien qu'au matin ta réserve de Pocky aille soudainement et mystérieusement disparue ! Mouhahahahahahahahahaha, je suis méchante. Meh, je dis pas tellement ça pour me vanter. Comme tout le monde j'ai mes défauts, j'ai pas toujours les mots qu'ils faut (la joueuse dit que les vrais reconnaîtrons la chanson) mais surtout, il m'arrive, oui, d'en vouloir à certaines personnes et oui, par moment, de me venger de ces personnes.

Au restaurant, donc, je blablate bien un petit temps sur mon chien, le plus beau et drôle de tous les toutous. Je ne dirais pas que mémé m'a balancé l'idée de gagner de l'argent avec le potentiel de Fattie un peu comme le Grumpy Cat qu'elle a découvert peu de temps avant et qui a refait littéralement une bonne partie de sa vie parce qu'avec ses copines, s'est devenu un sujet de conversation récurrent (bientôt elles vont vouloir tourner des lives twitch sur Candy Crush vous allez voir).

- Il sait pas sauter, il décolle les pâtes arrières mais, l'avant, ça, c'est pas encore rentrer dans sa cervelle. Et c'était bien drôle a voir, surtout quand il veut monter sur mon lit. Mais, il sait faire la serpillière. Comme on a du parquet à la maison, il s'amuse à se jeter à plein ventre et à glisser d'un bout à l'autre du salon.

Véridique. Et en plus il revenait tout fier à mes pieds en attendant sa récompense. On regarde un peu quoi se mettre dans le bide et mon choix se porte assez naturellement vers des croquettes de dindes avec une salade bien fat parce qu'il y avait 36000 choses bigrement bonnes dedans.

- Hmmmm, je vais prendre ça ! Fis-je en lui montrant toute fière le menu. Bah, ça gueule moins que les bars ou la cantine, c'est sûr. Puis les prix sont assez abordables alors on évite aussi la clientèle trop richouilles et ça c'est bien cool.

Je ne le dirais jamais assez, je déteste ces gens. On pense prendre notre commande et Isaak divague un peu sur la cuisine et la préparation des plats quand... "J'ai pas assez mangé ces derniers temps"... C'est bien ce qu'il a dit, hein ? Mon homme n'a pas le ventre plein ? Mais c'est terrible ! GARÇONS ! UN MENU EN PLUS ! Mais, ça, si je le fait, il risque de s'en vouloir et je ne peux décemment pas lui foutre ça sur le dos... Hmmm Réfléchit Emi... Oh !

- S'vous plaît ! Fis-je en faisant signe à un serveur qui s'approche de notre table. On a déjà commandé mais j'aimerais rajouter des ravioli frit en plus. C'est possible ? Le serveur me sourit et me répond que c'est bel et bien possible avant de noter. Quatre raviolis don-Non, la portion de douze s'il vous plaît. Là le serveur me fait des gros yeux. Douze, c'était la portion pour six personnes, sur le menu. Je lui sourit en me grattant la joue un peu gênée. J'ai un gros appétit, héhé. Il finit tout de même par noter mon supplément et par aller passer le mot en cuisine. Et hop. Ni vu, ni connu, Isaak va manger à sa faim et ça sans besoin d'explication. Ah, c'est que je commence même à croire que je suis une bonne petite copine.
© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mar 25 Juil 2017 - 21:58

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Elle veut jouer ? Je ne sais pas si je suis au sommet de ma forme niveau réparties pour contredire mon amie, alors je me contente de hausser les sourcils en l’observant, l’air de dire « hum, vraiment ? c’est cela oui ». Elle revient au sujet des vacances chez mon oncle. Uh. Je je ne voudrais pas qu’elle pense que je veux précipiter quelque chose entre elle et ma famille. C’était tout à fait hasardeux et… Bon, c’est vrai l’idée de partir avec elle loin de Kobe me fait un peu fourmiller l’estomac, ce serait fort malhonnête de lui assurer l’inverse.

« Hum… En fait c’est que j’ai l’habitude d’y aller aux vacances d’hiver pour aider mon oncle. Du coup Ludmilla a sauté sur ça pour me proposer de… M’enfin, j’dis pas ça pour précipiter quoique ce soit ! » Ouais, faudrait que j’arrête de me justifier à force ça va être suspect. Et puis, là, Emiri va me prendre par les sentiments, à parler de toutous qui jouent ensembles. Gnnnn. « Oh. C’est clair. Il serait content, les gros toutous de Tonton sont adorables. Enfin, tant qu’il a pas peur de la neige car à 1500m d’altitude, c’est une autre histoire que les deux congères de 90cm² dans ton jardin et… »

Quoi ?! Elle s’attaque à mes Pocky, là ? Ah bah bravo, on passe des toutous aux coups en douce ! Vile fripouille ! Je me suis soudain détendu pour lui faire les gros yeux.

« Eh, tu arrêtes ça tout de suite ! J-J’ai… J’ai des talents culinaires, et j’hésiterais pas à cesser de m’en servir si je perds « hypothétiquement mystérieusement et par pur hasard » mes Pocky. »

Je crois les bras. En plus, je suis fier de moi. Ah, bravo. On détourne le sujet sur Fattie une nouvelle fois avant de terminer de commander pour de bon. Je n’aurais peut-être pas du parler de ma faim moins dévorante que d’habitude, car voila que l’autre s’active. C’est vraiment pour elle qu’elle prend ses raviolis ? Hm. Je dois me donner trop d’importance, mais je la saurais capable de faire de genre de chose pour que je ne capte pas qu’elle m’invite un peu.  

« Euh… Hein ?! Mais tu vas pas réussir à manger tout ça en plus du menu… ! » Bon, ça va certainement sonner totalement égocentrique, mais bon, ça va me travailler, sinon. « … hm.. ça n’a rien à voir avec mon appétit capricieux de ces temps-ci, hein ? Je disais pas ça pour… Enfin, c’est normal, quoi, quand j’ai la tête ailleurs. »

Hem… Je vais jeter un froid, là, je crois. Je me tais, et un ange passe. Meh. C’est pas non plus la grosse ambiance. Je retrousse les lèvres et baisse le regard vers la tables alors que mes brochettes et la commande d’Emiri arrivent.

« D-Désolé, je suis un peu trop centré sur moi, ces temps-ci… C’est juste que… Je veux pas que tu t’inquiètes ou que tu fasses des pieds et des mains pour.. Enfin, tu n’y peux rien, et c’est déjà génial de pouvoir passer du bon temps ensemble. Ça me suffit largement. »


Faut vraiment que j’apprenne à cesser de parler de mes petits soucis sans importance si je ne veux pas tout foutre en l’air dès le premier jour, moi. Mon regard se pose sur mon plat, et je salive un peu. Il faut que je change de sujet, et je me saisis d’une brochette et de mes baguettes pour commencer à manger.

« D-Du coup, si tu veux faire un échange, dis-le moi, je peux te garder une ou deux brochettes ! »


J’ai beau dire, le malaise est toujours présent. Peut-être car je garde encore l’histoire d’Algorithme et que je devrais en parler ? Mais je n’ai aucune envie qu’Emiri assiste à ça. Concentrons nous sur la bouffe, la bouffe avant tout.

« C’est super bon, en tout cas. Ça me donne envie de cuisiner des trucs… Dis, tu sais que ça me fait plaisir donc si tu veux manger un truc particulier, hésites pas à me dire, et on trouvera des moments pour se cuisiner ça. » je force un sourire en coin. « De la bonne bouffe et des euh… des câlins. Ça, euh, c’est cool comme programme. Aha. »

Et je ne le mérite certainement pas. Mais bon, on va peut-être arrêter l’auto-flagellation ici.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mer 26 Juil 2017 - 22:28

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Arf ! Miséricorde et boule de chiasse mon plan parfaitement parfait a foiré ! En même temps, tu me diras, je suis un peu concon moi, aussi, fin, j'aurais dû m'en douter un peu. Isaak n'est pas idiot et depuis le temps, je devrais savoir que je ne suis pas la nana la plus discrète du monde et que je suis, de plus, une très mauvaise joueuse de poker. M'enfin. Je ne sais pas si je suis frustrée ou triste pour le coup. C'est peut-être trop présomptueux de ma part de croire que j'ai la possibilité d'effacer toutes ses peines d'un claquement doigt. Je ne suis pas son remède à tout. Ça coule de source dit comme ça mais je me suis sans doute trop emballée avec cette histoire de "Tu es SA petite copine maintenant.... GLOIRE A TOI !". Ouep, je devrais redescendre de mes grands chevaux deux minutes. Mais ça me frustre, j'avoue. Je voudrais le voir plus détendu, plus souriant. Dans un sens, c'est notre premier rendez-vous en amoureux et, ouais, sûrement, je donne trop d'importance à ce genre de détail, mais... Arf, j'ai envie que ça se passe bien. Mais plus que tout, j'ai envie d'être un soutien moral indétrônable pour lui. Je ne veux pas rester sur la touche. Je ne devrais peut-être pas remettre le sujet sur la table. Dans le fond, ignorer ce que vient de se passer serait peut-être un bon plan, mais... Vous savez, j'ai jamais su fermer ma gueule quand il le fallait.

- Désolée, j'en fais un peu trop, hein ? Nan, nan grognasse, t'es toujours dans la justesse et la modération. Arf, pour être honnête je ne sais pas trop quoi lui dire, d'un coup. Je devrais sans doute me taire et ne pas vouloir tout expliquer mais... Arf. En fait, je prends peut-être ça trop à cœur mais, j'ai envie que ça se passe bien et... Je me dis que si je pouvais réussir à te détendre et à te faire oublier ce qui ne va pas, ne serait-ce que le temps d'une soirée bah.. Fin, ce serait cool quoi. J'aimerais sincèrement que tu t'amuses, que tu te goinfres, que tu cringes sur le fait que la serviette soit mal pliée fin, le Isaak d'habitude. Je soupire un peu et lui offre un sourire désolé. J'ai trop abusé sur ce coup-là. Mais je n'ai pas le droit d'exiger ça de toi. Je serais la première, si les rôles étaient inversés, à vouloir de l'espace et ne pas supporter que t'en fasse "plus" pour moi alors, fin, ce n'était pas très très habile de ma part, pardon. Aaaaaaaah tu casse l'ambiance grognasseuuuuuh. Mais ! Tu sais, pour les raviolis, bah en vrai j'ai vraiment vraiment, vraiment faim du coup heu... Sans manger les douze je me suis dit qu'on pourrait se partager ça en plus.

Okay, la fin, par contre, je ne l'assume pas du tout. J'avais dit ça en grosse demeurée, comme une gamine tu te dis "Mais tu sais, en vrai, bah mon papa il est pompier et même que il est trop fort et tout, tu vois ?". Damm... Je me foutrais bien des baffes, parfois... Souvent même. Meh. Je suis condamner à fixer mon assiette, incertaine de la suite. Cependant, quand il aborde le sujet d'un plat qu'il pourrait me faire, je relève la tête à la manière d'un toutou qui a vu le nonos et j'avoue que je manque de patience quand je lui demande précipitamment de me faire des galettes et des crêpes.

- Fin, je sais que ça existe au japon mais en France ils font pas du tout pareille et Meyu m'a un peu vendue du rêve quand elle m'a dit que par moment ils m’étaient du saumon fumé dedans avec de la crème fraîche et que leurs crêpes ils les faisaient avec plein de beurre dedans !

Meh... J'ai quel âge déjà ? 18 ans vous dites ? Je suis déjà aussi vieille que ça ? Meh. Spontanément je coupe un morceau de ma croquette de dinde avant de la mastiquer joyeusement avant de rebondir sur la dernière remarque de mon petit-ami.

- Si tu veux je peux t'en faire un maintenant, hein ? Je parle du câlin.

Je ne sais pas si c'est la dinde ou le cerveau éteint que me donne cette assurance mais j'ai balancé ça, les joues encore gonflées par le nomnom attentif de ma dinde, avec un naturel. Bordel, le pauvre, je ne le ménage pas. Dans le fond je me laisse peut-être allée pour décompresser, pour casser l'ambiance. Parce que moi aussi, dans le fond, je veux aussi passer une bonne soirée.

© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Jeu 27 Juil 2017 - 1:10

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Ohla. Mais… Mais non ! Non, non, non ! Je m’amuse, là, je mange, je suis content ! Emiri n’y peut rien si j’ai quelques pensées parasites qui… Qui sont ce qu’elles sont ! J’aurais mieux fait de me taire. Ou peut-être pas. Au moins, on pourra mettre ça au clair. Mais.. Aaaaah ! Mongolo ! Quelle idée d’étaler ton drama comme ça ! Evidemment qu’elle a l’impression de ne pas faire les choses comme il faut, si t’es tout le temps triste.. En un sens, c’est pas sa faute et j’y peux pas grand-chose m’enfin… Bordel, ce couple de parano lunatiques. Alors qu’elle se confond en excuses, je me mets à secouer la tête frénétiquement, et le serveur s’éloigne en vitesse. Mais ! Mais je lui avais dit que sa présence me faisait déjà du bien et qu’elle n’avait pas à… Non ? Surement n’ai-je pas été clair, c’est fort possible.

« Non, bien sur que non ! Tu n’en fais pas trop ! Je… Je suis exactement comme toi, tu sais, à ce niveau. Mais tu n’as pas à faire des pieds et des mains pour que… Tu n’y peux rien, si je ne suis pas en forme. »

Ah… Mon amie trouve que je ne suis pas comme d’habitude. Cette réplique me fait totalement baisser ma garde. La brunette a raison, je ne suis pas moi-même quand je cache ainsi des choses pour ne pas me présenter sous un « mauvais jour ».

« J-Je comprends. Tu as raison. Mais c’est pas ta faute. Et je t’assure que je suis bien, là. On mange ensemble, t’es là, on est bien, je te demande rien de plus. » Je passe une main sur ma nuque. « C’est.. Pardon pour l’histoire des raviolis, hein. C’est juste… Ta présence me suffit amplement. Tu ne peux pas faire grand-chose si j’ai le spleen, ça passera avec le temps. Mais là, ça va, je t’assure. »

Je lui envoie un sourire sincère, et avance ma main vers la sienne, mais c’est là que le serveur se ramène avec les fameux raviolis. Il n’a pas bien compris pourquoi je lui envoyais un regard noir, je pense. Quand il s’en va, je grogne, et je remets en place la serviette qu’il a froissé en passant.

« Grmbl. » Puis je regarde le plat. « Oh, joli festin. » Meh. Je suis quand même très facile à faire changer d’avis, avec de la bouffe sous le nez. « Ehm… je me sens vraiment bête d’avoir fait le chigneur, là. Maintenant j’ai envie de t’en piquer. M’enfin… t’as l’droit d’refuser, hein. »

Bon, j’imagine que cela pourrait enterrer la hache de guerre. Mais je bave quand même comme un dalleux. Elle a l’air de vouloir passer à autre chose aussi en me parlant des raviolis à la française de Harada. Je l’écoute d’un air captivé.

« Wow. Ça a l’air cool, faudrait qu’on teste. » Je m’interromps une minute. « … Ou que tu testes avec Harada. C’est vraiment une bonne cuisinière. Elle m’a passé des biscuits un jour, c’était super. »

Je croyais que mon aparté sur le câlin était passée inaperçu, mais visiblement, non. Sur le coup, je rougis comme une vierge effarouchée.

« M-Mais, pas ici ! Enfin avec plaisir, hein mais… Bah, on retournera dans la salle de kendo. Ou ailleurs, si tu veux ! Parce que le serveur nous regarde déjà bizarrement en plus et… » Ah, merde, il est là, le serveur. Il m’envoie un sourire de faux-cul, que je lui renvoie, sans quelques sueurs froides. « Bonsoir. Euh… On peut ré-avoir de l’eau siouplé ? »

Dis-je en prenant la caraffe et en lui tendant. L’air péteux, il s’en va, et moi, je me sens pas très malin.

« Eh. M-Mais… C’est lui qui était là au mauvais moment… Non ? »


Fis-je, en remettant ma serviette mal pliée une énième fois et me ratatine comme un gamin sur ma chaise. Mais, je mets tout de même une des mes brochettes dans l’assiette de mon amoureuse, avec un sourire en coin.

« Tiens, goûtes, elles sont super bonnes. »

J’en profite pour prendre un ravioli. Echange équivalent.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Jeu 27 Juil 2017 - 12:04

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)"Ta présence me suffit amplement ", c'est ce qu'il dit et je lui donne le bon Dieu sans confession mais, arf, ça me frustre. J'entends la petite voix risible dans ma tête pouffer un : "Bah oui, ma grande, t'es pas le remède à tout. T'es i-m-p-u-i-s-s-a-n-t-e, c'est ballot, hein ? Tu te sens bête, hein ?" Ouais. Je me sens bête. Je devrais arrêter de tenter des choses H24 parce que ça ne va pas comme je voudrais que ça aille. Évidemment, le message est passé et vu que toutes mes tentatives se sont finit par plus d'awkward que de bien on ne parlera plus de ce sujet ce soir. Sourions, soyons heureux et oublions bien gentiment le fait que je suis un boulet. Après tout, Isaak a pas tors, on est au resto, on a de la bouffe devant nous, c'est un argument suffisant pour ne pas étaler d'avantage un drama que le met plus mal à l'aise qu'autre chose. Je laisse un petit soupir s'échapper d'entre mes lèvres et hoche mollement la tête. Ça m'énerve de ne rien pouvoir faire mais je suppose que c'est aussi ce qu'Isaak a dû ressentir à Noël, quand j'étais detroy as fuck et que la seule chose que je pouvais tirer était une tête d'enterrement. Dans un sens, la balle est au centre maintenant.

Meh, passons à autre chose, c'est qu'Isaak semble vouloir faire du moins. Je rougie un peu en voyant sa main glisser vers la mienne. Pour être honnête, je ne l'imaginais pas capable de ce genre de petits gestes en public, comme ça, lui qui fuit comme la peste les comportements trop collants et gnangnan dès qu'un autre être vivant est dans le périmètre. J'avance aussi un peu ma main. Merde, j'ai l'impression d'être dans une de ses séries pour fille où au bout de la troisième saison les deux protagonistes se frôle un doigt et où ça prend une demie-heure à l'écran. JDFSDJKFJKSD. Pourquoi je m'emballe moi ? Je sens mon ventre envoyer la décharge du love puis-Vos raviolis. ... Sérieusement ? C'est quoi ce sens du timing putain ? Par réflexe, j'avais retiré vivement ma main de la table et en levant les yeux vers mon amoureux je... C'EST QUOI CETTE TRONCHE ? J'avoue, que là, je pouffe, grassement, en plus. Le pauvre, on dirait Fattie quand je le prends en flagrant délit de grignotage ! Je peux même aisément imaginer son "Grmbl" frustré de quand ont le stop dans son éla- OH PUTAIN IL LE FAIT ! Actuellement, je me mords les joues pour ne pas éclater de rire, ce n'est pas poli. C'est peut-être aussi pour évacuer un peu la gêne mais, arf, ce serveur, cet agent Smith de l'extrême ! J'en peux plus. Je ne devrais pas me moquer mais en voyant le petit sourire en coin du serveur je ne peux que laisser deux secondes un léger rire sortir avant de respirer et de reprendre un peu de contenance.

- Mais, te bille pas, on partage. Six chacun.

Nan, parce que je t'aime mais ne crois pas que je te céderais plus de la moitié du plat. On parle de raviolis et on ne rigole avec mon péché mignon (ça et les chips crème oignon). Je suis plutôt contente que mon idée de galette l'emballe. Je sais qu'avec Meyuki on aurait aimé en faire mais le manque de budget nous avait rapidement rattrapé et avec lui, la promesse de ces douces galettes dans mon estomacs avait fondue comme neige au soleil. Par contre, je fronce un peu les sourcils... Parce qu'il pense que je vais me priver des deux versions ?

- Evidemment que je vais en faire avec Meyu. Mais je veux aussi en faire avec toi. Pourquoi devoir choisir alors que je peux m'en mettre doublement plein la panse, et cela, gratos ? C'est une réflexion très sérieuse, attention. C'est comme quand tu dois choisir entre glace praliné ou Nutella. Tu te prends pas la tête, tu prends une boule de chaque. Bah, là, c'est pareil. Une galette de chaque. Et je ne vous dirais pas que j'ai sorti ça sur un ton très convaincue et absolument sérieux. Cassos le retour. Et pour appuyer ça j'ai mâchouillé avec énergie un bout de ma croquette.

Je suis cependant, plutôt amusée de le voir autant paniqué quand je lui propose une embrassade. Mooooooooooh, il rougit c'est mignon. Il commence à trouver des tonnes d'excuses et j'avoue que ça me fais sourire plus qu'autre chose. Je cale ma joue contre mon poing en haussant un sourcil l'air de dire "Mais oui, mais oui mon doudou" avant qu'il n'enchaîne sur le serveur et... OH MON DIEU (insérer la ligne de "XD") DEPUIS QUAND IL- FIN PUTAIN. Là, vraiment, j'entre dans le cercle vertueux du pls de rire. M... Mais... Cet homme quoi ! Hanz sort de ce corps ! Le pauvre à l'air de nous croire espionnées et j'avoue que sa réflexion me fait lâcher une petite larme.

- Je sais pas, cet homme a un sens du timing exceptionnel ! Fis-je en tentant de calmer mon fou rire. On dirait Hanz, j'en peux plus. C'est quoi cet agent Smith qui débarque pour plomber l'ambiance ? Ouh, ouh... J'ai envie de lui donner un gros pourboire, être autant au taquet c'est une signe de professionnalisme !

Rigoler pas, c'est que je vais faire, vraiment. A mon sens, ce serveur est un artiste pour être là pile au bon moment ! Quand il ramène la carafe d'eau, je m'en sert un verre et après quelques gorgée, j'avoue que je me calme un peu. Je reçoit une brochette et en échange je lui passe un bout de ma croquette de dinde. Je mastique fermement la cadeau d'Isaak avant d'approuver le goût par un hochement de tête.

- Hmmmmm c'est trop bon !

Je choppe une ravioli, ensuite, et pour être honnête je ses que je fond sur ma chaise. Ça me donne envie de faire une bêtise.

- Je sais que tu vas dire non, parce que ça se fait pas, mais... Ça te dis on fait un concours de celui qui mange le plus vite sa part de raviolis ? Pas de gage, ni de prix pour le gagnant, je veux juste admirer si la légende du trou noir Schwartz est bien vrai ou pas.



© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Dim 30 Juil 2017 - 1:16

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
« Maintenant que tu le dis… »

C’est vrai qu’on dirait Hanz, ce pauvre serveur qui n’a rien demandé. C’est pas possible, il est partout. J’hausse un sourcil en le voyant hésiter à revenir, maintenant. C’est un peu awkward tout ça, huh. Il finit par nous rapporter de l’eau, et je lui envoie un sourir nerveux en guise de remerciement, qui ne devait certainement pas être glorieux vu la tronche de « oh mon dieu je vais me faire zigouiller dans une ruelle sombre adieu » qu’il a tiré avant de faire volte face en évitant mon regard. Je fais si peur que ça, quand je souris ? Possible. Dans tous les cas, ce pauvre Smith fait beaucoup rire Emiri, surtout après la scène de la caraffe. Au moins, c’est ça de gagné. J’ai un rictus narquois malgré moi. C’était cocasse. Emiri ne perd pas de temps pour enchaîner et finalement goûter à une brochette. Sans trop de surprise, elle adore, et me propose un concours de bouffe. Meh…

« Bah, si tu sais ce que j’en pense, pourquoi tu… ? » Gné ? La légende du trou noir.. ? Je sais que je bouffe beaucoup mais.. « Eh, j’suis pas un aspirateur à vortex, non plus… ! C’est Hanz qui t‘a encore raconté des.. » Oui, c’est Hanz, c’est clair ! « Eh ! Je sais que je mange beaucoup, mais je suis pas un goinfre non plus, j-je savoure ma nourriture et… bah, là, franchement, c’est toi qui mange le plus vite pour le moment ! Regardes moi-ça ! »

Dis-je en désignant les assiettes. Emiri est bien plus avancée que moi, même si on parle beaucoup ! En soi, le bail du trou noir, c’est juste basé sur le fait qu’il semblerait que mon estomac ne soit jamais plein. Dans tous les cas, je déteste les concours de « qui bouffe le plus vite », honnêtement, je trouve ça dégouttant, de se bourrer de nourriture ainsi, sans savourer ce qui est bon. Et mon amoureuse connaît mon point de vue, alors je ne vois vraiment pas ce qui lui est venu pour me demander ça. Je hausse les épaules.

« Toi, fais ce que tu veux, mais moi, je vais savourer cette bonne bouffe. Faudra pas venir pleurer si t’as mal au bide après ! »


Cela n’empêchera pas de lui faire des calins et des gratte à dos quand même, pour le plaisir d’offrir, m’enfin. C’est jamais agréable de se sentir ballonné. Hm. C’est très rare  de ressentir ça, mais ça me donne hâte de rentrer au campus, cette histoire. Et sans m’en rendre compte je me mets à manger vite. Pour les câlins. Et la bouffe est toujours aussi bonne. Ah, on est cons, un peu.

« Oh. Y neige. »


Fis-je en me retournant brièvement vers la fenêtre. J’ai bien fait de prendre une écharpe au cas où.

« Tu fais quelque chose, ce week-end, sinon ? J’ai des révisions à terminer samedi et je crois que Klaus voulait me parler d’un truc par rapport à Al. »
Je devrais pas faire des violons dans ma tête rien qu’en prononçant son prénom. « Enfin, du coup, ça te dirait de faire un truc ? Genre une balade ou un ciné, ou juste glander tranquilles ? »


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Lun 31 Juil 2017 - 13:39

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Je fixe un moment mon assiette en haussant un sourcil. Je mange si vite que ça ? Ouais, non, oui, je mange plus vite que lui, c'est certain, mais ça ne m'empêche pas que je savoure ce que je mange aussi. Disons que, là, je suis à mon rythme de croisière. J'ai toujours expédié mes repas en quinze/vingt minutes top chrono. Mauvaise habitude qui date du collège et du lycée. Comme pour pas mal de monde, ma scolarité a été une période assez charnière. Je ne peux pas dire, que j'ai bien vécu l'école. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, en terme de classement, j'étais dans les meilleures écoles privées de Tokyo. Des lieux pour richouilles et fils/filles à papa. Des lieux d'excellences qui formaient les futurs crevards plein aux as du Japon. Mais voilà, les cages dorées, c'était loin d'être mon univers. La cohabitation avec des gens hyper matérialistes, ce n'était pas mon délire non plus. Très rapidement un fossé plutôt large, c'était crée entre moi et mes camarades et si la plupart étaient assez snobs et inintelligents pour tout simplement m'ignorer et me laisser dans mon coin, certains... Enfin, plutôt certaines, s'était mise en tête de faire de moi une petite attraction passe nerfs. Ma répulsion à me mêler aux autres y était pour beaucoup, j'avoue, mais la situation du beau-papa qui léchait les bottes des plus offrants comme un petit toutou, n'avait pas aidé non plus. Enfin bref. Suite à tout ça, j'avais développé une stratégie plus ou moins viable pour éviter les confrontations avec mon petit groupe de tortionnaire : ne jamais rester longtemps au même endroit. C'est simple, je ne passais pas plus de vingt minutes dans la même zone (sauf pour les cours, parce que pas le choix, et le règlement étaient assez sévères pour que ce soit les seuls moments où j'étais un peu près pépère) et ça valait aussi pour les repas. Quinze minutes à la cantine, pas plus. Cette mauvaise habitude, je l'avais aussi étendue aux repas avec les parents, parce qu'entre nous, moins je passais de temps avec eux et mieux c'était. Au final, c'était resté, c'était devenu tellement habituel que pour moi, mangé comme ça équivalait à un temps de repas "normal". Je n'y faisais plus trop attention à force. C'était comme ça. Mais encore une fois, ça ne m’empêchais pas d'apprécier mes repas. Disons qu'avec le temps, on apprend à aimer les choses rapidement.

Mais tout ça, évidemment, Isaak ne pouvait pas le savoir. Sa petite réflexion que je qualifierais de "vieux con pas drôle gnagnagnagna tome 1" m'est donc passé au-dessus. Et, je n'allais certainement pas lui balancer tout ça à la tronche. Ça sonnerait comme une excuse débile et très sincèrement, le "Mais tu sais, j'ai souffert dans ma vie" bah ce n'est pas mon délire. J'estime qu'aussi grosse soit ta souffrance (bonjour Sasuke) t'as pas à faire chier les autres avec, parce que, aussi surprenant que ça puisse paraître, le monde ne tourne pas autour de soit. Je me suis donc contentée de lui offrir un sourire un peu con du genre "Ah booooooon ?" Avant de me replonger dans mon repas, sans plus de cérémonie.

Isaak m'indique qu'il neige et je relève la tête mollement. Ah. Oui. Il neige, oui. Merde, est-ce que j'ai pris mon fabuleux bonnet nounours ? Je farfouille dans mon sac et... Ah. Évidemment, comme je pensais rentrer au dortoir directement je n'ai rien prit avec moi. Ni bonnet, ni gants, ni écharpe. Meeeeh, je vais me les cailler du coup, moi, dehors, non ? Bouarf, le campus  n'est pas à une heure de marche non plus. Puis bon, je me suis déjà baladée en robe un soir de Noël, dehors sans rien, sans tomber malade. C'était le manque de mon précieux bonnet qui allait me foutre quarante de fièvre. J'étais encore la tête dans mon sac à vérifier, au cas où, quand Isaak m'adressa de nouveau la parole.

- Ce week end ? Fis-je en me redressant. Bah, pas grand chose, en fait. Ces derniers temps c'est assez calme en cours. On a fait nos rendu à la rentrée, du coup on nous laisse une période d'accalmie avant de reprendre les gros projets. Ce qui est, entre nous, pas plus mal. Bah, je te laisse ton samedi, si je comprend bien. Mais dimanche, je suis libre normalement donc si tu veux qu'on se fasse un truc, ouais go ! Je me doute bien que la blessure est trop fraîche pour que je lui propose une grosse balade avec Fattie, puis je pense que la demande doit venir de lui sur ce coup là. J'écarte donc tout projet avec mon chien. Je crois qu'au ciné t'as le nouveau Gibli, Souvenir de Marnie, je crois qu'il s'appelle. Sinon il me semble qu'il passe la première partie de l’adaptions live du manga Parasyte. Sinon, il y a Iron Girl. Parait que c'est pas mal et assez jouissif comme film. En tout cas, sur mon site de critique il a six étoiles, c'est bon signe. 

Après, le site que je fréquente c'est une communauté de gros beauf qui vénère Alerte à Malibu et les Super Sentai alors bon, je ne sais pas si notre avis et neutre ou objectif avec un film se résumant à "Baston, explosion, nichon et HARD CORE BADAAAAAAAS". Je vous ai déjà dit que j'étais sortable ? Personnellement, je finis plutôt rapidement mon part du repas et une fois Isaak l'estomac plus ou moins remplit, je lui demande s'il veut sortir. Il est encore assez tôt, on peut se permettre une petite ballade. Puis il neige bien depuis une demie-heure... Et ça tien au sol... Ça me donne envie de me replonger dans les batailles de boule-de-neige que je faisais avec mon oncle, tien.

On se lève donc pour payer l'addition et je glisse un petit billet au serveur pour le remercier de son "professionnalisme" avant de quitter le restaurant. Il fait frais, et entre temps la rue s'est vue recouverte d'un voile blanc.

- Tu penses que ça va tenir longte-WHOOOO !

Il y eu un bruit de fin du monde. Un boum. Une protestation muette contre l'objet de ma chute. Une insulte au grands ancêtre et une Emi sur les fesses.

© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Jeu 3 Aoû 2017 - 12:42

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
Peut-être (sûrement) que c’est simplement mon pessimiste de ces derniers jours qui me fait dire ça, mais j’ai eu la vague impression d’un genre de malaise dans l’air. Meh. Emiri le sait, que j’aime pas faire des jeux avec la nourriture, pourtant. Enfin, je crois que j’ai toujours été assez clair sur mon refus de me mêler à ce style de délires donc… Enfin, il n’y a pas de quoi se miner le moral, c’est rien contre personne et… Non, non, ce doit être mon imagination. Emiri ne se vexerait ou ne se prendrait pas la tête pour une chose si peu importante. Bref, jusqu’à ce que je parle de la neige et que Emiri se mette à  fouiller son sac frénétiquement, le silence s’allonge, puis, mon amoureuse répond à ma suggestion. Comme d’habitude elle est compréhensive, mais j’espère que je suis pas trop chiant avec ça non plus. Mais donc, dimanche. Même si je me connais : je vais lui envoyer un SMS avec écrit « caca » dedans dès samedi comme argument pour faire la causette et peut-être lui proposer de se voir quelque part. Eh, au moins mon argent de poche partira dans des trucs qui font plaisir en dehors des bouquins et des calculatrices.

« Bonne idée, ça. Et pour le coup… Beh, j’suis un hérétique, mais moi et Ghibli, ça fait 3, et les autres, je connais pas. »


Oui, je sais, je connais pas bien Ghibli le fabuleux ni Dieu Miyazaki, c’est pas bien ça manque à ma culture. Je dégaine quand même mon portable pour aller faire quelques recherches sur le net. Je souris en coin en imaginant déjà le « Emiri's seal of approval » en prenant connaissance des résumés et les critiques d'Iron Girl.

« Tu seras de bon conseil comme d’hab, mais je suis aussi curieux des trois trucs que tu proposes. C’est quoi qui te le botte le plus ? »

Je suis toujours content de refaire ma culture, surtout avec elle. Je me mets aussi un peu la pression pour notre « premier rendez-vous », même s’il n’y a pas de raisons que ce soit différent de d’habitude. Enfin, vous savez, à force d’entendre des conneries, et d’être abreuvé d’images et de fictions niaises mal faites (même quand on veut les éviter), bah, on peut plus trop s’empêcher de se comparer à des exemples plus cons et mièvres les uns que les autres. Bah, j’aurais oublié tout ça le moment venu, j’imagine. A force de parler de nos films de dimanche, je commence à avoir hâte, et on termine de manger. Je salue le serveur également avec un air un peu péteux avant de payer et sortir. Ah, l’air frais des premiers jours de neige. La sensation est toujours particulière. Après avoir mis mon écharpe, ma main glissa vers celle d’Emiri, ne parvenant pas de suite à la trouver.

« Eh, n’empêche, j’ai hâte de... »


Quand je veux me retourner vers elle et attraper sa main, je ne la trouve pas. Ma première réaction est un bug, puis j’ai la présence d’esprit de regarder à terre.

« Oh. T’es tombée ? »

Non, Ducon, elle attend le bus. Après avoir brièvement gloussé, je lui tends la main pour l’aider à se remettre sur pieds.

« Fais gaffe, ça glisse. » No shit Sherlock. J’époussette les manches de sa veste d’un air amusé. « Pas trop mal au cul ? »

Bah, quoi, c’est une vraie question. Puis, ça me va bien de rire de sa chute quand je suis incapable de rester moi-même debout après trois mètres. La rue est plus ou moins déserte quand on décide de couper par un parc, et je dégringole à nouveau, sauf que j’entraîne Emiri dans ma chute (heureusement, je suis pour elle un très bon amortisseur). Je tombe donc le premier dans un bruit mou (rajouter un "pouet"), et mon amoureuse à ma suite comme j'avais ma main dans la sienne. Bon, bien entendu, je ricane comme un gros débile, et heureusement que personne n’est là pour nous voir ainsi.

« Pfrt. Oh, le con, je suis tombé et je peux pas me releveeeeer ! »

Lançais-je en imitant une voix de vieille incontinente obèse. Merde, avec mes conneries, on va être trempés en rentrant au campus. Et le pire c’est que ça continue de me faire rire. Mon hilarité est interrompue par un éternuement trempé de jeune neige, et je pense alors à me redresser avec l’autre, tout en reniflant.

« B-Bon, s-si on rentrait ? »

Pas qu’il commence à faire frisquet et que j'ai un peu les dents qui claquent mais… j’ai pas des masses envie de me chopper une crève avant ce week-end.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Jeu 3 Aoû 2017 - 16:59

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Si j'ai mal aux fesses ? Bah étonnement... Non. Fin, j'ai froid aux fesses, pour le coup, mais cette chute est quelque peu plus agréable à subir que mon magnifique salto avant involontaire devant le kombini. Ne riez pas, j'en ai encore mal au nez quand j'y pense. En tout cas, mettre casser la binette sur le sol a eu le mérite de détendre plus ou moins l'atmosphère et en attrapant la main d'Isaak, j'ai ri légèrement.

- Noooon, tu crois ? Bon, ok, elle était plutôt simple celle là. N'empêche que j'ai l'impression de me faire chouchouter, là, tout de suite, et je ne vous cacherais pas que j'aime fortement ça. Nan, ça va, t'en fais pas.

Puis, bon, c'est pas comme-ci je ne me cassais pas la gueule souvent, hein ? J'ai un quota de chute plus ou moins spectaculaire à remplir dans une semaine. Tiens, tenez, il y a même pas deux jours je me suis explosée le pied en jouant à "foot oreiller" avec Hanz, derrière l'oreiller il y avait le pied de sa chaise de bureau, mon coup avait été mal calculé, j'ai fini en pls sur le sol. Une journée normale, en somme.

Je dois bien avouer que la soirée se prête bien à une petite ballade et pour être honnête... Je ne suis pas si pressée que ça de rentrer au campus. Fin sur le campus il y a mon ordi, ma connexion wifi, Hanz, mes amis, ma vie sociale, une bonne douche chaude mais... Arf, là tout de suite, je m'en battais un peu les reins. J'avais envie de passer du temps avec lui, avec Isaak et je savais que passer les portes de l'école, je n'aurais plus autant d'assurance à assumer cette soudaine proximité entre nous. Main dans la main, je progresse d'un pas lent (tout est bon pour faire durer le plaisir m'voyez), et on décide de finalement couper par un parc parce que de une c'est sympa et pour une raison qui m'est inconnue les parcs c'est quelque peu désert la nuit donc bon, un lieu idéale pour se câliner.

On progresse donc, au milieu de ce décors qui, faut l'avouer, est assez romantique... Dans un sens je dis beurk parce que mon côté anti-roseBonbonPetitOiseauxCoeurSurLeMonde est en train de dégueuler dans un coin mais de l'autre... Diantre... Il y a de quoi faire une bataille de boule de ne-WHOOOOOOOOO.

Il y eu un "boum" fin, plus un "pouet" qu'un boum et sans trop savoir comment ni pourquoi je me suis sentie partir dans le vide avant de finir tête la première dans le bide mou de moumou. Je dirais pas que j'en ai pas profiter, genre beaucoup. Puis Isaak rigole, beaucoup aussi et du coup ça fait un bon massage du coup et c'es- bon, ok, j'arrête.

Je relève timidement la tête et, bordel, je voir rire comme ça me fout un coup de boost. Je souris, plus attendrie qu'autre chose avant de commence rà me foutre de sa tronche parce que faut bien, aussi, hein.

- Bouuuuuh, allez, on travaille les abdos mon grand ! Et en voyant que toutes ses tentatives étaient infructueuses je me suis relevée (en lui glissant un petit baisé sur le front, au passage, là, tranquille, oklm, je suis sa copine, j'ai le droit. Vous êtes jalouse, hein ? /PAN/) pour lui tendre la main et l'aider à remettre sur ses guibolles. Il me demande si on veut rentrer et à ça je lui répond que, ouais, ce serait bien. J'ai froid, j'avoue.

- On peut faire un saut par le gymnase ou ma salle de club, je crois qu'on doit avoir un thermos avec de quoi faire de chocolat chaud. J'avais acheté ça pour le club, pour après les entraînements.

Si on oublie les goûtés, aussi, qui nique bien tout vos efforts de perdre du poids mais je suis un peu une mère poule avec les plus jeunes au Kendo. On amorce donc notre retraite sur le campus et, parce que je me sens un peu en confiance, même si je suis pleine de neige et que je dois avoir de revenir d'une expédition en Sibérie, je lui prend doucement la main.

- On va voir Iron Girl dimanche, du coup ? Je vais réserver les places en rentrant. Je crois que si tu passes par le site, t'as le droit à un pop-corn géant moitié prix.

© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Sam 5 Aoû 2017 - 15:32

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
« Aaaaaa-ATCHAAAAH ! »

Merde, c’est la neige, ça. Je renifle bruyamment avec le visage dans la neige, alors qu’Emiri vanne gentiment. J’émets un bruit gurttural de décès lorsqu’elle me parle de travailler les abdos. Elle veut ma mort ? Pitié, tout sauf ça ! En plus, j’ai euh… bah ! Bah elle pourra demander à Kyoya, mais je sais faire 5 pompes avant de tomber en état de PLS avancée ! Je suis certain que c’est déjà plus que ce que elle, elle ferait (ou pas). J’accepte tout de même son aide histoire de me remettre sur pieds (hé, même pas besoin de grue), rendu totalement muet et docile (et un peu rouge aussi) par le simple baiser qu’elle m’a donné sur le front. P-Profiteuse, va ! Je me vengerais (mais comment, d’ailleurs ? gn). Avec un « snurfl » peu raffiné je termine de souffler dans mon mouchoir en papier que je jette à la poubelle, puis reprend la main d’Emiri avec un sourire en coin timide. Bizarre comme je fais moins le malin, d’un coup, hein, huhu.

« Tant qu’il y a du chauffage, ça me va. » Son côté prévoyante m’attendrit un peu. « Tu prends soin de tes kohai, dis-donc, Itashi-senpaiiiii. »

Fis-je en appuyant telle une collégienne débile sur le « aaaaaai ». Oui, ça me fait marrer. Un peu. Mais c’est vrai, je suis sure que c’est une bonne capitaine.

« Dis, je pourrais venir te voir en compet, ou à une autre occasion, au kendo ? Je me demande comment tu gueules tes « kiai » sur tes adversaires. »

Tsundere de merde, va. Maintenant que nous nous sommes décidés sur notre prochaine destination, on progresse de nouveau vers le campus en se tenant la main comme des amoureux niais (je ne ferais pas l’affront de dire que ce n’est pas ce qu’on est). On se confirme aussi nos programmes de ce week-end.

« Va pour Iron Girl. Je savais que tu choisirais celui-là ! »
Et ça me convient très bien. « Bonne nouvelle pour le pop-corn, je te laisserais faire ça. »

Nous revoila donc dans le campus. J’étais vraiment bien à me promener (surtout que maintenant je dois lâcher la main d’Emiri, et c’est un peu les boules), mais après s’être gamelés dans la neige, on était clairement pas assez équipés pour ne pas chopper une saloperie. Emiri nous redirige vers la salle de kendo, et on parle un peu de tout et de rien sur le trajet, bien que pour ma part, je suis un peu gaga, alors j’ai pas grand-chose à dire à part faire mon monsieur météo à deux balles, en tentant d’expliquer avec des vannes vaseuses pourquoi il risque de neiger encore plusieurs jours, à vue de nez. Bref, nous y revoilà, et on entre dans la salle vide. J’allume la lumière et comme il fait chaud, retire ma veste afin de la laisser sécher dans le petit vestiaire. Je m’en vais ensuite me poser sur le tatami en attendant Emiri, et en sortant mon smartphone.

« Tiens, d’ailleurs, je capte le wi-fi, ici. Y’avait pas une série que tu voulais mater sur Netflix.. ? Genre quand je t'avais parlé de Breaking Bad ? Ou un dessin animé ou un film ? »

Bon, je dis ça, mais ça doit bien être la seule série US que j’ai vu en dehors de Lost, qui a eu pas mal de succès que Japon aussi, et que mon père adulte complètement. Sinon y’a toujours l’option glander sur Youtube ou sur des twitter qui spamment des gifs de chiens débiles.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Mar 8 Aoû 2017 - 17:53

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Moi ? Prendre soin de mes kohai ? Bah oui… Un peu, j’avoue. Fin, beaucoup même. Ouais, on va être honnête mon statut de présidente du club de Kendo me force un peu à jouer les mères poules avec les plus jeunes. Encore, avec Tessa, ça va encore. On a sensiblement le même âge du coup je la considère plus comme un fidèle bras droit que comme un jeune et petit membre tout mignon. Mais pour le reste du club… Arf, j’avoue, je cède à tout comme une mauvaise mère. Je passe des heures à leurs préparer des programmes personnalisés, j’essaye d’arranger un maximum les séances pour leurs permettre de faire leurs petits trucs à côté. Fin, je ne pense pas que le mérite m’en reviens personnellement. Après tout, si je peux me permettre tout ça c’est en grosse partie parce que le club est assez petit et ne compte pas beaucoup de membres expérimentés. Puis, je vais être franche, même si j’aimerais bien aller en compétition avec eux, ce que je veux vraiment, c’est qu’ils s’amusent. Le kendo avait été un véritable défouloir pour moi, à une certaine époque, mais trop souvent j’ai regretté le côté très strict et compétitif du club de mon ancien lycée et collège. On s’entraînait, sans prendre vraiment le temps de s’amuser et d’apprendre à se connaître. On a beau combattre individuellement, le kendo c’est un sport d’équipe. Je ne voulais pas seulement que Shûhei, Ryuko et les autres viennent parce qu’il le fallait. J’avais envie qu’ils viennent parce qu’ils en avaient envie. Je donnais sans doute trop d’importance au club, cependant. Pour eux, ça ne devait être qu’une activité sans trop d’importance.

Cependant, sa remarque me fait sourire un peu. Un sourire plus amusé qu’autre chose d’ailleurs. J’avais du mal à l’imaginer dans une salle du sport, quelque qu’elle soit. Ça puait la transpiration, ça pouvait trop et ça parlait autre chose que les sciences et les maths.  J’avance de quelques pas, avant de me retourner vers lui.

- « Oh, alors comme ça on veut entrer dans un lieu où il faut bouger ? »  Notez que j’insiste bien sur le bouger. « Plus sérieusement, il n’y a pas de souci, tu passes quand tu veux. Je te ferais essayer une armure tu me montreras tes cris de guerrier allemand ! »

Quoi que… Pourquoi se limiter à un autre jour ? On pouvait le faire ce soir ? Il n’y avait personne et je pense sincèrement qu’Isaak serait beaucoup plus à l’aise si l’expérience se déroulait entre nous qu’avec une horde de plus jeunes élèves autour. Puis, si on voulait rester discrets, autant faire ce genre de chose à l’abri des regards. Hmmm. Ouais, ça me semblais bien, maintenant, restait plus qu’à proposer l’idée. Mais je vais attendre un peu. Puis, pour être honnête je voudrais bien un petit câlin, juste avant.

- « Très sincèrement, je pense que le film te plairas. Fin, ça ne vole pas bien haut, je te propose pas un truc très très recherché mais je préfère largement un bon film d’action beauf sans prétention qu’une énième comédie/drama romantique à la con. Brrrr. »

Je suis sincère. Ces films, c’est le cancer du cinéma. Surtout qu’une fois sur deux ça finit mal, fin, je ne vois pas pourquoi les gens s’infligent consciemment 1h30 de souffrance et de reniflement douloureux parce que l’héroïne meurt trop tôt d’une maladie incurable qui lui tombe sur la gueule du jour au lendemain. Enfin bref, on finit par débarquer au campus et pas bien longtemps après à la salle de kendo.

Je pose ma veste, mon sac et ferme le porte à clé parce que, parano oblige, c’est toujours dans ce genre de moment fun et bigrement plaisant qu’un petit plaisantin vient, comme par hasard, vous niquer votre moment. En le voyant posé comme une larve je souris un peu. Je ne sais pas si mon idée va lui plaire. Mais dans un sens, je trouverais ça drôle de lui faire enfiler une tenue.

- « Dis, puisqu’on est tout seul, tu ne veux pas tester l’armure ? Ce sera moins stressant pour toi maintenant avec ta supeeeeeerbe petite amie qu’avec Tessa dans les parages, nop ? » Je soigne mes arguments. Attention. Je souris et l’aide à se relever. « Ou alors juste le casque. S’il te plaît ? » Je l’entraîne de nouveau debout et l’embarque dans la réserve pour regarder un peu ce qui pourrait être à sa taille. Heureusement pour moi, un des anciens du club avait laissé derrière lui une tenue quelque peu grande pour le reste de l’équipe. « Tien, celle-là devrait le faire. Retire tes lunettes. » Je lui passe mollement le casque sur la tronche et… Explose de rire… Putain cette tronche ! Puhuhuhuhuhu, on dirait un petit écuyer qui enfile une armure pour la première fois ! J’en peux plus ! Je pouffe un moment avant de lui retirer le casque et de lui sourire, plutôt attendrit. Et pour pas parer à tout « screugneugneu » de sa part, je lui dépose un nouveau baisé sur le front, en me hissant sur la pointe des pieds. « Olalalalalalah le preux chevalier que voilàaaaaaa ». Ok, je me fous clairement de sa tronche. Ce n’est pas bien Emi.

Je repose doucement le casque et regagne le centre de la salle avec mon portable entre les mains. Il avait proposé de se mater un épisode de Breaking bad et pour être honnête le programme me plaisait bien. Je n’avais pas encore maté la série mais pour le peu que m’en avait dit Meyu, Hanz et Isaak je sentais que le contenu allait me plaire. Je me suis donc sagement assise en attendant le retour de mon ami avant de tapoter le sol pour l’inviter à s’assoir.

- « Breaking bad donc ? Je marche ! Tu viens là ? »

Et je n’attends même pas qu’il se pose totalement pour caler ma tête contre son épaule.

- « J’y pense, ça se passe au Nouveau Mexique, ton truc. Il y a des vaches au Nouveau Mexique ? »


© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 655
■ Inscrit le : 05/11/2015

■ Mes points : 73

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Isaak Schwartz
« Elève ; en 5ème année »
http://enolaisland.forumsactifs.com/
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Jeu 10 Aoû 2017 - 19:03

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
√ Vendredi 9 janvier 2015, vers 17h30.
√ Drama, dramaille, dramaillou, et dramouille sont sur un bateau.
Avec Emiri Itashi.
« Je suis pas encore allergique aux gymnases, aux dernières nouvelles ! » Mais ça me fait penser que… « ...Tu crois que ce serait recevable comme excuse pour éviter les cours de sport.. ? »

Je me donne un air faussement sérieux en posant cette dernière questionà Emiri. Bien sur que ce n’est pas recevable et que je ne suis largement pas assez fumiste pour oser faire pareille chose. Quoique… Je suis certain que Alina serait prête à prendre le pari. Mais bon, là n’est pas la question, et l’idée de venir voir mon amoureuse en action pendant un match (c’est comme ça qu’on dit..?) serait carrèment cool. Je l’imagine super concentrée (oui bon je sais avec le casque on voit pas la tronche des gens mais j’ai une imagination fertile), et vachement virulente dans ses attaques, étrangement. Pas que la brunette soit d’un naturel offensif, mais elle peut être très vive, donc je la visualise assez facilement ne pas chômer une fois sur le terrain. Qu’elle ne compte pas sur moi pour faire de même en revanche, j’ai déjà joué avec un baton dans mon jardin comme tous les gamins qui n’ont pas d’amis (toi-même tu sais), mais un shinaï, euh… Bah, voila, quoi, déjà ça m’a l’air vachement lourd et.. Bah, j’ai pas envie, c’est tout, j’ai pas besoin de me justifier ! Comme je n’ai pas spécialement envie d’insister sur le sujet du kendo, autant parler du film.

« J’te fais confiance pour le ciné, t’inquiètes. Y’a pas un film que tu m’as montré que j’ai pas aimé encore… Bon, je me suis un peu endormi devant Tenacious D, certes, mais c’tait car j’avais trop mangé et que le métal, ça donne sommeil ! »

C’est ça, ouais. Ta gueule. Bref. Comme on est dans la salle de Kendo après un peu de marche, et que je prépare notre scéance de visionnages, Emiri n’a pas oublié cette histoire de me faire essayer le kendo. En voyant le casque, encore assis par terre, je lui lance un air de chien battu. Oh bordel, qu’elle ne me parle pas de Tessa dans un moment pareil, je cringe. D’ailleurs si je viens voir souvent Emiri à l’avenir, c’est pas un peu grillé.. ? Bah, on s’en fout, on en a déjà parlé (bien que j’accueille la chose avec assez peu de confiance et de maturité), et on pourra pas empêcher les gens de se faire des film à notre propos. Je tire une moue, néanmoins un peu amusé, lorsqu’elle me tire sur le bras pour que je me lève, et s’en va me mettre un casque sur la tête. J’obtempère et retire mes lunettes comme elle me le demande, en l’observant se prêter au jeu sans rien dire.

Bref, je me fais costumer, et j’ai apparemment une gueule gratinée avec ce truc sur la tronche. Je pose mes mains sur les hanches pour renforcer l’air faussement sévère que me donne le casque, pince sans rire. Boh, elle est mimi, quand elle ricane comme ça, qu’est-ce que je peux dire, j’suis impuissant, là (et mou, mais ça, c’est habituel).

« Bon, retires moi cette horreur, ça sent la sueur là-dedans. »


Fis-je ironique, mais la riposte est immédiate et très loin d’être violente. Faut qu’elle arrête avec les bisous imprévus car je vais devenir maboul, à force, déjà que la sensation de mon visage rouge doit être le signe qu’un truc a pété dans mon cerveau. Bon, elle me retire le casque, et glousse encore un peu de ses blagues. Je roule des yeux, avant de prendre une voix d’adolescent en train de muer.

« Frauleiiin.. ? »

Oui, oui, c’est ça, mon mode preux chevalier. Attention les filles. En guise de vengeance, j’attrape la main de l’étudiante afin de l’attirer vers moi et m’asseoir avec elle, nous préparant à regarder notre série. Je l’ai déjà vu, mais à force d’en avoir parlé avec des étoiles dans les yeux à mon amoureuse, je suis bien content de revoir la série avec elle.

« Cool. Tu vas voir, c’est génial. » Par contre… des vaches à Albukerque ? Avec un « Euuuuuh » dubitatif, j’en profit pour passer ma main par dessus l’épaule d’Emiri, alors que celle-ci se repose sur mon épaule. « Bah… Je connais la série par cœur et que je peux te sortir des tonnes d’anecdotes mais mais pour les vaches, j’en ai aucune fichue idée. Pourquoi ? Tu comptes te reconvertir en ingénieure agronome spécialisée dans le traitement des bovins dans le monde ? »

Et oui, sale con qui ricane de ses propres blagues, et qui a pas fini de la ramener. L’épisode comment, et après 5 minutes à peine, j’ai déjà des tonnes de commentaires à faire sur le perso de Walter, l’endroit ou c’est filmé (sans rien spoiler, je suis con mais pas monstrueux, non plus, il y a des choses qui se font pas)… Bref, j’ouvre toutes les 30 secondes ma boite à camembert, même pour dire « Ah, j’adore le dialogue là » et « punaise c’est classe ce plan, quand même ». C’est inhabituel que je parle tant en regardant un truc, mais Breaking Bad, c’est spécial. Je suis tellement content de pouvoir partager ça que je suis aussi incapable de m’imaginer que je peux être casse-couille, à force. Je crois que je suis aussi chiant et fanboy que devant Inception ou Interstellar, c’est dire. Mais si je suis si loquace, c’est aussi la preuve que je suis vraiment bien. Si mes gestes étaient hésitants au départ, mon bras s’est installé plus confortablement sur l’épaule de la brunette, et mes doigts jouent un peu avec ses mèches de cheveux brunes. Pendant qu’elle est fixée sur l’écran, je m’amuse à l’observer furtivement, un peu gaga, et il me vient parfois l’envie de l’embrass-… Bordel, calmes toi, mec, c’est hyper creepy, là. Ouaip, la simple pensée de lui imposer ça en plein visionnage suffit à me convaincre qu’on (moi, du moins) n’est pas près à ce genre de baisers.  Brr, je me fais peur, des fois. B-Bref. Je me contenterais de déposer un baiser fort timide sur sa tempe, tandis que l’épisode se termine.

« A-Alors, ça te plait.. ? »
Mauvais timing. « Euh, la série, je veux dire, hein ! »

Pourquoi je rends toujours tout cringeant, au fait ?

« Tu veux qu’on se matte d’autres épisodes ? » J’observe ma montre au passage. « Hm… On va peut-être pas rester ici toute la nuit non plus ? Enfin, on a encore le temps avant le couvre-feu, et c’est pas que ça me déplaît, tout ça, mais, il fait pas super chaud et j’ai un peu mal au cul, sur le tatami. »

Pour vous dire les choses franchement, Germaine.

« On se tente la salle commune ? J’irais chercher mon ordi au passage pour qu’on ait un plus grand écran. J’aurais bien proposé ma chambre, mais je suis plus ou moins sur que y’a du monde… Hm.. C’est un peu cavalier de demander ça mais… ta colloc est là, ce soir ou.. ? »

… Je suis le plus crade d’interpréter ça de manière déplacée, mais je me rends compte que ça sonne zarbe. Je veux juste donner le choix à Emiri pour qu’elle ne se sente pas contrainte m’enfin… Mauvais choix de mots, encore une fois, et fichu cerveau qui interprète et me fait rougir comme une pivoine. Tss.


---------------------------------

#9999cc japonais #66cccc allemand

Fatty
Cookie!
Ptisaak, les origines - par Lavi ♥
"Fuyons.", la prophétie  - Exclu' Toto ♥
Noraj de mon sex appeal - merci Toto ♥
Merci Meyu o/:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 599
■ Inscrit le : 12/02/2017

■ Mes points : 105

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : novembre 2014
Emiri Itashi
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  Sam 12 Aoû 2017 - 2:38

En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.Isaak & EmiriSo I'm never gonna dance again. The way I danced with you (George Michael → Careless Whisper)Est-ce que c’était une question sérieuse ? Oui. Totalement. Pourquoi je me la suis posée ? Aucune idée. C’est peut-être à force de fréquenter une certaine Meyuki Harada ? Je ne sais pas ? C’est peut-être en rapport avec le fait qu’on a littéralement passé une soirée à parler bovin ? D’ailleurs, anyway, c’était une bonne soirée. Je suis plutôt fière d’avoir réussie à caler dans la même nuit le sujet « Kyoya → Régime → Michael Bay → Vaches qui explosent → Vaches. » C’est ce que j’aime bien, avec Meyu, la richesse de nos conversations. Un peu comme avec Hanz ou Kyoya. Meeeeeeh. Je sais ce que vous voulez. Je sais ce que vous attendez. Vous, lecteurs, vous voulez un bisou, du roulage de pelle et bah non. Ce ne sera pas pour tout de suite. Parce que je suis une petite pucelle et que ma joueuse aime faire bisquer les gens. La vie est cruelle, hein ?

Anyway, la réponse d’Isaak me fait bien rire et je ne dirais pas que je suis amplement satisfaite d’avoir posée une colle à mon amoureux. Je me redresse un peu en pouffant de sa bêtise avant de prendre un air faussement étonné.

- « Comment t’as deviné ?! »

On ne devrait pas répondre à l’humour de l’autre. On ne devrait pas. Ce n’est pas un bon exemple à donner aux enfants, mais dans le fond, vous savez quoi, je m’en fiche un peu. En vrai, là, maintenant, je me sens foutrement bien. Je laisse ma tête se caler de nouveau contre son épaule dans un soupir satisfait. Le sentir un peu plus à l’aise, au point d’esquisser un geste vers moi, me donne aussi une putain de satisfaction. C’est drôle, quand on y pense, y a quelques mois à peine on osait à peine de frôler l’un l’autre. Et là, monsieur se cale bien, joue avec mes cheveux, tu me diras, ce n’est pas pour me déplaire. J’avoue, je craque un peu quand je le vois comme ça, câlin. D’un autre côté, ça me fais bien marrer parce que j’en connais beaucoup qui vomirait leurs goûters de le voir comme ça. Enfin, je me plonge dans la série et si d’habitude, j’ai tendance à ronchonner quand on ouvre sa bouche pendant un visionnage, là, étrangement, ça passe. Ce qu’il me raconte est bien intéressant et les anecdotes qui ponctuent cette première approche de Breaking Bad me permet d’un peu mieux appréhender la série. Miraculeusement, j’ai réussi à me préserver du spoil, mais… Arf, je ne sais pas si c’est à force de mater des trucs, mais mon sixième sens me dit que je vais apprendre à détester les personnages autant que je les aime. Mention spéciale à Hank, bordel, je crois que je vais surkiffer cet homme. Plus que Walter, même si je dois avouer que le voir doucement se sortir les doigts du cul est plutôt jouissif. Par contre, le personnage de Skyler et de Marie… Meh, je sens que ces deux gonzesses vont moyennement me plaire. On continu donc notre visionnage, j’avoue que je me permets quelques commentaires moi aussi. Je trouve la direction superbe. C’est un matériau bigrement riche, cette série. Les 45 minutes que dure le premier épisode passent beaucoup plus vite que prévu et je dois avouer voir le téléphone d’Isaak se baiser avec regr- Oh… Un bisou.

Oh, je n’ai pas l’habitude de le voir prendre les de- hé ? Gné ? Si ça m’a… Whoua. Là. J’avoue, je n’assume plus rien. Je sens mon visage prendre une teinte pourpre et absolument pas naturelle. Bordel, si je m’attendais à ce genre de question de sa part… Et je suis censé lui répondre quoi ? Si je lui dis que je me sens plus est-ce qu’il va me trouver ridicule ? Qu’est-ce que je peux lui- Oh. Ah. AH. La série. Oui. Bien sûr, suis-je bête. Ahahahahahahahahahahahahaha. Ohohohohohohohohoho. Hihihihihihihihihihihihihihihihihihihihihihiihihiihihihi. Uhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuhuh.

- « Heu. Bah. Heu… Oui. Très, très bien. Ta série. Ahahahahaha ! » Je ne suis absolument pas grillée. Non. Mais heureusement, mon amoureux enchaîne assez vite sur la suite et j’apprécie grandement. Il ne s’est pas attardé sur mon teint de peau, pas sur ma confusion apparentée. Non. Il est passé à autre chose et ça, c’est plutôt cool. Pour ma part, je n’ai pas tellement chaud (l’habitude de la salle voyez-vous) mais je le rejoins sur le fait que le sol, brute, comme ça, à la longue ça nique le popotin et qu’un bon lit ou une chaise ne serait pas de refus si on prolonge notre soirée. Cependant… Meh, la salle commune me tente pas trop. Il y aura sensiblement du monde, là-bas et… Meh, je m’en veux un peu d’en vouloir toujours plus mais j’aimerais bien garder cette proximité qu’on à, là, maintenant. Je ne sais pas si Takao est à la piaule, pour être honnête. Faut dire qu’on se croise peu souvent, je n’ai même pas son numéro de portable. On est assez indépendante et on ne partage pas grand-chose, elle et moi. Je serais bien curieuse de savoir si la chambre est vide de sa présence… Je ne devrais peut-être pas tenter ça ? Non ? Si ?  « Écoutes, on va voir ça tout de suite ! »

Ok. Parfait. Mes couilles parlent à ma place. Bon bah…. Allons-y Alonzo ! Je me lève et le tire pour le relever ensuite. Je ferme la porte de la salle après moi et l’entraîne, direction le dortoir de l’univ.

- « Tu sais s’ils comptent vous faire une introduction à l’univ avant la fin de l’année ? Comme c’est assez différent du lycée, ça serait pas qu’on vous montre un peu comment ça se passe, que vous ne soyez déboussolés en arrivant. »

Et aussi pour vous montrer les bons plans d’étudiants mais ça c’est une autre histoire. On finit par atteindre le bâtiment et ma lourde expérience de Ninja qui va voler de gâteaux dans la salle commune le soir me permet de guider Isaak à travers les couloirs sans qu’on ne croise personne. Heureusement. J’aurais eu à croiser Brian, Yukiko ou Hanz, je me serais retrouvée bien fine. Surtout Yukiko et Brian. Diantre si ces deux-là sont au courant… Brrr, mieux vaut ne pas y penser. On arrive finalement devant la chambre et à mon grand soulagement, Takao n’y est pas. Peut-être de sortie ce soir ? Fin en tout cas, si elle devait dormir là ce soir, elle y serait déjà. J’ose donc avancer le fait que j’ai la piaule pour moi seule. Good. J’invite Isaak à entrer et referme la porte derrière moi.

- « Diantre, l’opération Ninja est un succès. Par contre… Hanz risque de toquer dans la soirée alors pas un bruit. Nous sommes des ombres, d’accord ? » Et pour ponctuer ma phrase, je l’accompagne d’un geste mystérieux et d’une voix caverneuse à la Gandalf. « A moins que tu ne souhaites lui dire en face que le dernier des Schwartz a pécho la femelle ? » Ok. Ça c’était gratuit.


© 2981 12289 0

---------------------------------



Emiri parle en Black pour le Japonais et en #3333ff pour l'anglais
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.  

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminay] En janvier, faut prendre soin des ados pas doués.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps-
Sauter vers: