Partagez | 
 

 Like no one's watching

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 32
■ Messages : 104
■ Inscrit le : 08/06/2017

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Brian Johnson
« A l'université ; section littéraire »
(#) Like no one's watching  Lun 31 Juil 2017 - 21:41

- Et elle était là, avec son chignon hyper haut perché à se prendre pour une reine de beauté, faut pas rêver, je suis plus belle qu'elle hein ?

Mon dieu que je m'emmerde. Si j'avais si que ce rencard se passerait de cette façon, j'aurais coupé court dès le début. Je me rappelle encore dire que je me prêterais au jeu du sacrifice de temps et d'oreilles qu'avec les gens qui en valaient le coup, à ce moment là c'était avec Meyuki, mais là, je me retrouve face à une fille magnifique, vraiment elle est putain de sexy et j'ai très envie de la déshabiller là tout de suite mais par contre faut clairement qu'elle ferme sa gueule parce que je suis à deux doigts de lui foutre son petit muffin aux fruits confits dans la bouche pour plus entendre sa cervelle s'enfuir de ce corps aux courbes radieuses.
Heureusement pour elle qu'elle a des formes à rendre fous tous les hommes hétéros de cette planète, elle serait même capable de soigner les gays avec un corps pareil, mais sans ça, ça fait longtemps que plus personne ne la regarderait.

- Hein ??!
- Ouais ouais...
- Bah oui ! Mais tu sais ce qu'elle a fait après ? Tu me croiras jamais, elle a osé me dire que ...

J'sais pas de quoi elle parle, mais un bref consentement de ma part suffit à la faire repartir de plus belle. Je pose mes coudes sur la table du café où on est installés, je m'en fous que ce soit mal élevé, foutez-nous dehors, ça abrégera mes souffrances. Je pose même mon menton dans une de mes mains, honnêtement, n'importe qui verrait que je m'emmerde et qu'il faut cesser toute discussion pour passer à l'action, mais visiblement ... pas elle.

Ça avait pourtant bien commencé, j'étais parti dans l'optique de m'acheter une veste puisque cet enfoiré de princesse pole dance avait volé la mienne, et c'est pas que je voulais plus la porter mais plutôt qu'il souhaitait pas me la rendre malgré d'intenses promesses avec un regard larmoyants à faire pleurer un soldat. J'avais abdiqué, son petit sourire narquois et ces incessants câlins collants avaient eut raison de moi.
Bref, j'suis tombé sur cette vendeuse, qui avait tout de suite attiré mon regard et bon mon charme ravageur avait rapidement fait son travail et j'avais obtenu son numéro en deux minutes. Je voyais déjà ma soirée se terminer en petites dentelles et violents spasmes en série mais autant elle avait pas été farouche pour son numéro, autant le reste ressemblait atrocement au parcours du combattant.
J'avais pourtant bien envie de cette petite soirée, j'en ai bavé toute l'aprèm ... Mais là j'suis pas sûr qu'elle vaut le coup d'autant se faire chier avant, et si en plus je pousse jusqu'au bout et qu'au final c'est nul, je risque de pas savoir retenir ma frustration et de la foutre dehors en pleine rue, totalement à poils pour me venger.

* toc toc *

Je sursaute comme un gamin qu'on a réveillé brusquement. Un bruit a attiré mon attention sur ma droite, je décolle le menton de ma main en tournant la tête tellement vite que ça a dû surprendre la jolie petite vendeuse parce qu'elle s'exclame d'avoir failli succombé à une crise cardiaque. Elle se pose en victime et moi je souris.
Mais pas pour elle...
Je souris parce que mes yeux se sont posés sur une autre personne. Alexe. Qui aurait cru que je serais content de retrouver un terrain familier, de poser mes yeux sur elle et de me sentir soulagé de croiser le regard de quelqu'un que je connais. Mon visage sympathique ne dure pas parce qu'elle a un air sur le visage qui me donne envie de lui coller une baffe.

Je le vois ce petit air supérieur qui dit de loin "bah alors on s'emmerde ?", raah quelle merde qu'elle m'ait vu dans cette position un peu gênante, elle va me charrier pendant des mois avec ça.
Je me pose pas de question, je me relève direct, sans même un regard pour mon ancienne "proie".

- Tu fais quoi ? Tu t'en vas ?
- Désolé j'ai un truc super important à faire.

Je ne m'embête pas à essayer de lui faire croire que je ne mens pas, elle sait que je vais aller voir l'autre fille et je vois sur son visage que ça l'offusque, pire que l'histoire qu'elle me racontait plus tôt mais là je crois qu'elle va pas oser faire un scandale. De toute façon, je lui en laisse pas l'occasion et puis je pars sans payer, je m'en fous totalement de la galanterie ou du manque de respect, j'étais déjà pas là pour la respecter de toute façon.

Je sors et je rejoins Alexe, j'ai un sourire carnassier sur le visage, je suis partagé entre ma petite joie de la voir et mon petit malaise d'être pris en flagrant délit, mais je m'approche d'elle sur un terrain que je connais déjà :

- Qu'est-ce que tu fous ici toi ? Tu m'espionnes ou quoi ?

---------------------------------

Spoiler:
 

J'te parle en anglais :
#B83A1B
J'te parle en sushi :
#63100F


Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 78
■ Inscrit le : 21/11/2016

■ Mes points : 10

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 16 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : sept. 2014
Alexe Desjardins
« Elève ; en 3ème année »
(#) Re: Like no one's watching  Dim 13 Aoû 2017 - 0:22

J’suis en ville pour aller acheter du stock pour Bacon. Faut dire qu’il est gourmand le petit et vu le peu de nourriture que je pouvais lui amener lors de mon retour du Québec, bah il sera à court de vivres au courant de la semaine et je profite donc de mon jour de congé pour éviter qu’il meure de faim. Il doit être en plein croissance là en plus. Il me semble que mon père m’a dit qu’il était au stade « d’adolescent ».  En espérant qu’il ne grandisse pas trop, car il perdrait de son charme sinon.

Vêtue d’un simple legging noir et d’un polar gris bien trop grand pour moi, j’me sens comme Elsa de la reine des neiges avec ma longue tresse sombre sur le côté. Poussez-vous que je chante « Let it go » comme une tarée sur le trottoir. Nan mais plus sérieusement, certains passants me regardent passer comme si j’étais une bête de foire. On se calme les amigos! Il fait 5°C! Je vous emmerde avec vos foulards et vos gros manteaux comme s’il faisait -40. Au moins, j’ai une tuque aussi! C’est pas si mal, non? Bref…

Musique à fond dans le casque, mains dans la poche de ma veste, je contemple les diverses boutiques que je croise, profitant des vitrines pour regarder vite fait à l’intérieur. C’était plus intéressant que mes baskets et des vieux pedos qui se retournent pour voir mon cul bien moulé dans le léger vêtement. Je passe devant le centième café que je croise, car il faut croire que les japonais aiment bien ce genre d’endroit, même si perso, ça ne battra jamais mon Tim Horton, quand j’aperçois une tête qui me semble familière de l’autre côté de la vitrine. Je m’arrête et reviens sur mes pas pour mieux regarder la personne en question et je reconnais rapidement le petit Brian, qui a l’air de passer un meeeeeeeeeeeeeerveilleux moment avec une nana que je peux déjà juger de complètement cruche. Ça se voit dans son visage quoi que ce n’est pas une lumière, quoi! Franchement, petit renard est mal tombé cette fois. Il s’est probablement laisser berner par la paire de lolo de sa jolie proie. Je le plains, vraiment… d’où pourquoi je le fixe s’emmerder pendant plusieurs longues secondes, sourire aux lèvres… car oui, je me retiens d’éclater de rire.

Cela dit, comme je l’aime bien et que je suis trop sympa pour le laisser dans cette pitoyable situation, autant le sauver pendant que je suis là. Il me sera redevable comme ça hehe. Sans me gêner, je cognai, pas trop fort, dans la vitrine, juste assez pour le sortir de sa transe et qu’il me remarque. J’pourrais frapper plus fort, mais je sens que le proprio va vite rappliquer si j’avais opté pour la surprise assurée. N’empêche que ça marche et qu’il est super surpris de me voir. Surprise Brian! Je t’ai vuuuuuuuuuuu! J’éclate de rire pendant que je le vois se défiler comme le pire des connards pendant que la nunuche me fusille du regard de l’autre côté de la fenêtre.

- Qu'est-ce que tu fous ici toi ? Tu m'espionnes ou quoi ?

Je rigole à sa seconde question. Je l’aime bien, mais pas au point de le stalk tout de même. Il devrait mieux me connaitre.

- Garde tes fantasmes pour toi, honey. Je ne suis pas comme cette nunuche. Je suis simplement venue en ville pour acheter des trucs pour mon cochon.  Et à en croire la situation et au comment tu t’es grouiller à me rejoindre dehors, je t’ai carrément sauver d’un rendez-vous désastreux. Faut dire que tu faisais une de ses têtes! J’aurais dû te prendre en photo maintenant que j’y pense.

---------------------------------



J'te parle en #6666ff
J'sacre en #0000cc
J't'emmerde en #993366

Revenir en haut Aller en bas
 
Like no one's watching
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps-
Sauter vers: