Partagez | 
 

 Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Mer 2 Aoû 2017 - 14:55

Samedi 17 janvier, aux environs de 15 heures

Aujourd'hui, tu es excitée comme une puce. Déjà qu'en temps normal, tu es intenable, alors là, c'est encore pire. Tu n'as pas passé ta matinée à parler mais à hurler de joie parce que enfin, ENFIN, tu avais l'occasion de voir Fuki pour la première fois. Dis-moi, ça fais combien de temps que vous vivez à Kobe, vous deux ? Tu y avais certes emménager depuis, presque cinq ans à présent, mais ton amie, elle n'est pas nouvelle dans la ville. Avoue tout, vous ne saviez pas que vous vous viviez dans la même ville, c'est ça ? Vous l'avez appris quand vous vous êtes croisées par hasard dans le campus entre deux cours. Ma main à couper que c'est ça ! Enfin bref, tu es intenable, tu as bu à peine un café et tu pètes le feu ne cessant de répéter a qui veut bien l'entendre que tu va enfin voir ton amie Fuki. Je la plains la pauvre.

- Regarde Dumbbly ! J'ai trouvé ça, c'est mignon, non ?

Tu lui montre un harnais rose pétant plein de strass. Heum, dis-moi, t'es au courant que ton chat à gardé ses testicules encore ? La castration chimique, ça marche pas comme ça, ma p'tite dame. S'il était pas déjà blanc, ton chat aurait sans doute pâlit encore plus. Mais ton chien n'est pas en reste non plus, puisque tu viens de recevoir aussi ce matin, un colis pour lui. C'est donc pleine de joie que tu lui montre son nouveau collier. Tes fauves se regardent d'un air de dire "j'veux mourir", une fois que l'un à enfiler son harnais et l'autre son collier.

- Bon, c'est l'heure de mon rendez-vous avec Fuki ! Allez vous venez avec moi vous deux. A plus tard, Kiyomi !

Et tu as quitté ton appartement. Pauvre petit Dumbledore qui n'a jamais connu la ville et qui souhaiterait bien faire le mort, mais qui peut pas puisque souvent, Chewbacca le pousse de la patte. Vous êtes en dehors de l'appartement et la c'est la fête ! Ou pas ! Dumbbly panique, évidemment, et s'agite dans tous les sens telle une girouette sous les rafales de vent. Tu le prends dans tes bras pour la rassurer, avant de te mettre en route vers le café, suivi de ton chien et ton chat dans les bras.

Après plusieurs minutes de marche, tu es arrivée au café, toujours suivie de tes bêtes. Elle est déjà là, ton amie et semble même t'attendre. Incroyable, tu ne tenais pas en place et pourtant, tu arrive en retard. T'avais qu'à bouger un peu plus ta graisse, sac à merdes ! Elle semble t'avoir encore remarqué donc tu va attirer son attention. Et pas que la sienne.

- COUCOU ! FUKI-CHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN  !!!! ♥

Et tu te précipite sur elle pour lui faire un câlin, entraînant tes animaux à ta suite.

... ... ... J'me casse, j'en ai plein l'cul d'toi !

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Ven 4 Aoû 2017 - 17:23

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

Fuki et Iku, c’est une longue histoire. Elles se connaissent depuis la fin de l’adolescence de Fuki par le biais d’un forum de communication. Du coup, Iku connait une bonne partie du passé de la professeure. Il faut dire qu’elles sont assez proche à force de communiquer par internet, même si dans la réalité, elles ne se sont jamais vues. Pourtant, ce n’est pas l’envie qui manque à la blanchinette. Mais voilà, elle n’avait jamais vraiment osé proposer une sortie ou aller boire un café pour « officialiser » leur amitié de longue date. Non, bizarrement, la jeune femme (enfin.. jeune…) était du genre à vouloir conserver ce lien qu’elles avaient sans ajouter quoique se soit. Il faut dire qu’elle avait surtout une grosse crainte : que les jeunes femmes ne s’apprécient au final pas du tout. Ridicule ? Sans doute. Mais voilà, Fuki pouvait parfois paniquer pour pas grand-chose. Surtout que si leur amitié dans le monde virtuel avait duré aussi longtemps, c’est que leur personnalité respective devait se compléter d’une manière ou d’une autre. Surtout qu’elles s’étaient échangées des photos, pour pouvoir mettre un visage sur un nom.  

Evidemment, lorsque la trentenaire avait appris qu’Iku allait être comptable au sein de l’école où elle-même travaillait, elle avait bien compris qu’il était grand temps qu’elles se prennent enfin un café ensemble. Surtout lorsque ses dernières s’étaient croisées dans le couloir. Bizarrement, Fuki n’avait pas vraiment su comment réagir sur le coup. Il faut dire qu’elle ne s’attendait pas à la croiser aussi rapidement. Pourtant, toute deux vivaient à Kobe, il y avait donc une certaine probabilité pour qu’elles se croisent à un moment ou un autre. Elles avaient discuté un peu, bien que la sonnerie annonçant le prochain cours avait écourté la conversation. C’est ainsi surtout qu’elles avaient découvert qu’elles vivaient dans la même ville. Il faut dire que ce n’est pas le genre de chose à laquelle on pense lorsque l’on communique par internet. Non, sur le forum, elles chattent sur tout et n’importe quoi, mais pas la ville où elles sont toutes les deux. En gros, au vu du peu de temps qu’elles avaient pu passer à discuter ensemble, elles avaient pris la décision de se retrouver dans un café samedi après-midi, ayant réglé les détails sur le forum.

C’est ainsi qu’en ce début d’après-midi, Fuki s’était préparée pour pouvoir sortir de façon aisée. Elle était assez impatiente de pouvoir discuter plus amplement avec son amie et surtout, en face à face, même si elle avait toujours cette petite crainte de ne pas lui plaire assez pour conserver une amitié comme elles en avaient créé une entre elles depuis tout ce temps. Elle avait donc pris une douche rapide, avant de sortir un pull rose pâle avec un petit nœud noir au niveau du décolleté et un jeans gris clair. Le tout était recouvert par une longue veste gris clair également. Une fois ses petites bottines noires à lacet enfilées, elle avait pris son sac à main en cuir. Elle ferma son appartement et se dirigea vers le lieu de rendez-vous. Arrivée là-bas, elle constata que son amie n’était pas encore arrivée et décida de déjà s’installer à une table pour deux, signifiant au serveur qu’elle ne prenait que la carte et attendait son amie pour commander. Elle réfléchit à ce moment, à la fois excitée et inquiète. Bon, ok, Iku connait pas mal de chose sur sa vie et l’a aussi aidée, en même temps que son autre ami d’internet, à surmonter une phase cruciale dans sa vie : sa période d’Hikikomori et sa phase de dépression donc.

Enfin, elle était tellement prise par ses pensées qu’elle ne remarqua pas l’arrivée de son amie. Jusqu’au moment où elle se retrouva emprisonnée entre ses bras, après avoir entendu un long cri de salutation de sa part, ce qui fit rire la professeure. Cette dernière rendit d’ailleurs l’étreinte à Iku. C’était une sacrée salutation, mais ça avait eu le mérite de retirer le poids de l'inquiétude qui pesait sur Fuki.

«  - Hellooooooo Ikuuuu ! » s’exclama-t-elle alors, avant de lui faire un signe en face, pour que cette dernière puisse s’installer à leur table. Fuki n’étant pas du genre à s'inquiéter de ce que les autres pouvaient penser, elle ne s’était même pas rendue compte que les deux jeunes femmes avaient attiré l’attention des autres clients, avant que ces derniers ne retournent à leur café et leur propres histoires.

«  - Je vois que tu as emmené Dumbbly et Chewie. » s’exclama-t-elle enthousiaste en voyant le chien et le chat, qui eux ne semblaient pas spécialement ravi de se retrouver ici. Enfin, surtout dumbbly qui semblait perturbé par le lieu où il se trouvait.

«  - C’est la première fois que tu l’emmènes dehors qu’il a l’air aussi intrigué ? Ou bien c’est son merveilleux harnais qui lui fait cet effet ? » demanda alors la jeune femme dont le regard n’avait pu résister à la laisse rose avec plein de strass. Elle trouvait ce dernier trop beau et adorable, tentée d’avoir elle-même un chat pour pouvoir lui enfiler le même style d’harnais. Ho oui, ce que cela pourrait être bien d’avoir son propre petit animal trop kawai. Heu, bref, il faut qu’elle se reprenne la Fuki. Car oui, elle a quand même conservé un petit secret à son amie : elle ne sait pas son adoration pour les choses trop mignonnes.

«  - Dis-moi, ce début de job en tant que comptable à l’école, ça se passe bien ? » demanda-t-elle alors pour changer de sujet et s’intéresser un peu à son amie.


© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Dim 6 Aoû 2017 - 19:22

Bonjour, je suis la nouvelle conscience d'Iku, je vais essayer d'être moins cynique que ma prédécesseur.

Quand tu te jette en criant dans les bras de ton amie, tu attire les regards. Rien d'étonnant, tu as toujours attiré le regard. Ton amie te rends ta salutation alors que tu te baisse pour attacher la laisse de Chewbacca à la table et oh please.... Tu veux pas remonter ton pantalon ou mettre une ceinture ? Tous le monde peut voir la lune et... Eurk. Avec les cheveux ça doit bien chatouiller en prime. Quelle idée de mettre un pantalon trop petit pour toi ? Comment ça, t'avais rien d'autre à mettre ? Tu ne sais donc pas faire ta lessive ?

« - Je vois que tu as emmené Dumbbly et Chewie. »
- Oh oui. Je ne pouvais pas ne pas te les présenter, eux aussi !
« - C’est la première fois que tu l’emmènes dehors qu’il a l’air aussi intrigué ? Ou bien c’est son merveilleux harnais qui lui fait cet effet ? »
- Il est très joli son harnais ! Il lui va comme un gant ! Mais en fait, c'est sa première sortie, c'est pour ça.

Tu veux pas te relever avant de parler à ton amie ? Ah si enfin. Merci. Discrètement, tu remonte ton pantalon et tu t'assoie à la table, mettant ton chaton sur tes genoux qui s'agit et regarde tout partout autour avec affolement, tandis que ton gros chien est tranquillement couché. Le serveur arrive et tu demande un café avec des mochis. Rien d'étonnant venant de toi, puisque tu adore te goinfrer de sucreries et pâtisseries en tout genre. Et ça se voit à ton ventre un peu... Rond, dirons-nous.

« - Dis-moi, ce début de job en tant que comptable à l’école, ça se passe bien ? »
- Oh oui, si ce n'est que mon ex à recommander de ne pas m'affiliée au service d'achat et que je me retrouve donc à gérer les payes. Je sais largement mieux m'occuper des achats. M'enfin, il a toujours été vilain, alors j'y peux rien.

Je sais pas, mais quelque chose me dis que tu n'y est pas pour rien, si tu es gestionnaire de paye. Un patron est rarement gratuit comme envers ses employés. Surtout si l'employée en question fait du bon travail et déborde de joie de vivre. Est-ce que ton amie le sait ce que tu as fais ? Je ne sais pas. Je ne pense pas, non plus. Tu fais beaucoup de chose, oui, mais te vanter d'être une personne malhonnête, non.

Le serveur arrive avec votre commande et tu sucre énormément ton café, comme à ton habitude, et tu le touille en mangeant un mochi. Dumbledore semble intrigué par la nourriture sur la table et tu lui en donne un petit ainsi qu'à Chewbacca. Je suis pas convaincue que ça soit très digeste, mais bon, on est plus à ça prêt. Le verdict tombe, Dumbbly recrache son bout de mochi sur la table et Chewie le recrache sur le pied d'un serveur qui passait par là. Gracieux... Tu me fatigue déjà, en fait.

- Et toi Fuki-chan ? Ça doit te changer d'être professeur de sport à Kobe, par rapport à ce que tu faisais avant, non ?

HRP:
 

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Lun 7 Aoû 2017 - 0:29

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

Qui aurait cru ça ? Des amies de longue date sur internet qui décide enfin, après tant d’années, à se voir pour boire un café en terrasse, comme si cela fait longtemps qu’elles faisaient ça. En tout cas, Fuki et Iku c’étaient bien trouvées, et clairement, elles étaient de grandes amies. Elles avaient partagés tant de choses, tant de secrets et d’histoires bizarres qu’elles savaient presque tout l’une de l’autre. Après l’accolade, Iku s’était installée face à la professeure, accrochant d’abord son chien qui était quand même pas tout petit. En tout cas, la blanchinette trouvait les animaux de sa collègue et amie A-DO-RA-BLE ! Surtout le harnais du chat, qui était vraiment magnifique. « Oh oui. Je ne pouvais pas ne pas te les présenter, eux aussi ! » avait répondu la demoiselle à la tignasse rouge flamboyante à la remarque de la trentenaire. En effet, elle-même avait hâte de pouvoir les rencontrer. Il faut dire qu’elle en avait tellement entendu parler et vu des centaines de photos de ces derniers, mais les voir en vrai était tout autre chose. Elle se pencha pour donner une caresse derrière l’oreille de Chewbacca, qui semblait apprécier ce contact malgré qu’il ne connaissait pas du tout la personne qui se permettait de le toucher de la sorte. En reportant son regard en direction de Dumbbly, elle remarqua que ce dernier avait l’air assez perturbé, ce qui éveillait légèrement l’inquiétude de la jeune femme. «  C’est la première fois que tu l’emmènes dehors qu’il a l’air aussi intrigué ? Ou bien c’est son merveilleux harnais qui lui fait cet effet ? » avait-elle alors demandé, tout en précisant qu’elle trouvait le harnais adorable. Ce qui était marrant, c’est que son chat était loin d’être une femelle et le voilà avec quelque chose de rose autour de son corps. Elle trouvait que ça lui allait à la perfection. « Il est très joli son harnais ! Il lui va comme un gant ! Mais en fait, c'est sa première sortie, c'est pour ça. » lui avait-elle répondu, ce qui confirmait ce que pensait la professeure.

«  Hé bien, je ne suis pas sûre que ce soit sa tasse de thé. Ou alors… il est tenté de fuir loin histoire de découvrir ce que c’est d’être indépendant. » taquina alors Fuki. Il lui arrivait parfois d’essayer d’imaginer ce que les animaux pouvaient penser. Bon, ok, elle avait vraiment des idées bizarres parfois. Comme là par exemple, elle imaginait en train de se dire *PUTAIN, LIBERTE, tu es si près… pourquoi je suis attaché ? Laissez-moi fuir…je veux rencontrer une femelle… oh oui, une belle femelle toute blanche… Iku, libère moi ! s’il te paliiiiiit* Bref, il valait mieux qu’elle arrête de buguer sur les pensées de la petite bête. Ca devient vraiment étrange. Heureusement, le serveur arrive prendre leur commande et Fuki prend un cappuccino avec des crêpes au sucre. Oui, elle aime beaucoup les crêpes Fuki, c’est pas de sa faute. Quand il y en a proposé sur la carte, elle ne peut éviter d’en manger. Une fois qu’il fut parti pour faire passer la commande, elle demanda à la comptable si elle se plaisait dans son nouveau travail. Cela devait être vraiment différent que dans une entreprise après tout.

«  Oh oui, si ce n'est que mon ex à recommander de ne pas m'affiliée au service d'achat et que je me retrouve donc à gérer les payes. Je sais largement mieux m'occuper des achats. M'enfin, il a toujours été vilain, alors j'y peux rien. » lui répondit-elle. Haaa, Fuki se rappelait de la fois où cette dernière c’était plein de son ex qui lui payait un salaire de misère et qu’elle se retrouvait vite fauchée. L’idiote lui avait proposé de détourner les fonds, en mode humour, mais aujourd’hui… elle se demandait clairement si la jeune femme en face d’elle l’avait fait ou non. Elle en aurait été capable, en vrai, vu qu’elle a parfois du mal avec la conception de l’humour. Mais au fond, elle ne savait pas trop et n’oser pas demander. Tout simplement parce que si elle l’avait fait, Fuki pourrait être déclarée comme sa complice. Bonjour la galère ! « Tu gères les payes ? Tain, y aurait tellement moyen que tu me fasses discrètement une augmentation ! Par contre, ton ex frôle vraiment le top 10 de la stupidité, il est pitoyable. » rigola la jeune femme, avant de signaler qu’évidemment ce n’était que de l’humour et qu’il ne fallait absolument pas le faire, pour ne pas qu’elle perde trop vite son taff. Le serveur revint vers les jeunes femmes, déposant leurs boissons et sucreries en face d’elle. Fuki explosa de rire en voyant la réaction des animaux lorsqu’ils eurent droit à leur propre bouchée de mochi. Elle les trouvait sincérement adorable.

« Et toi Fuki-chan ? Ça doit te changer d'être professeur de sport à Kobe, par rapport à ce que tu faisais avant, non ? » demanda alors son amie, tandis que Fuki avalait une gorgée de son café à l’italienne. Il est vrai qu’elle avait droit à deux expériences totalement différentes. Mais au fond, elle ne regrettait pas d’avoir changé de voie, même si parfois courser les délinquants lui manquait quelque peu. « C’est différent, mais franchement, je me plais bien. A la limite, la partie la plus dure de ce changement, c’était de reprendre des études. Je me sentais comme une vieille parmi des jeunes que je ne comprenais quasiment pas. C’était vraiment bizarre…. Mais maintenant, j’apprécie plutôt bien ce que je fais. Et je risque pas de mourir du jour au lendemain. » expliqua-t-elle à son amie, alors qu’elle découpait un morceau de crêpe, le tendant à Chewie juste pour voir s’il allait réagir de la même manière qu’avec le mochi. Le chat, curieux, avait l’air de vouloir grimper sur la table pour gouter lui aussi à la nourriture et aux cafés, ce qui valait l’amusement de la professeure. « Franchement, je suis contente de te retrouver ici… même si ça fait un peu étrange. On avait jamais pris la peine de se donner des rendez-vous IRL. Je le regrette, je suis sûre qu’on aurait déjà fait une centaine de malheurs à nous deux. »

© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Mer 9 Aoû 2017 - 14:54

« Hé bien, je ne suis pas sûre que ce soit sa tasse de thé. Ou alors… il est tenté de fuir loin histoire de découvrir ce que c’est d’être indépendant. »
- Oh oui, peut-être, mais je ne veux pas qu'il finisse sous une voiture. Il m'a coûté cher et je l'aime beaucoup.

Je t'ai déjà dit que cher =/= amour. C'est pas parce qu'il t'a coûté cher que tu dois plus l'aimer. Arrête ça, c'est n'importe quoi ! On dirais que tu n'es attirée que par les choses chères. Bon, c'est peut-être bien vrai, au fond, qui sait ? Mais de base, tu a craqué sur ton chien car il était mignon et sur ton chat car tu trouvais la mère original et joli et le chaton l'était tout autant. tu fais pitié à donner l'impression d'une femme vénal qui aime les choses et les gens riches. T'as juste un trou de porte-monnaie à combler, hein ? T'as pas connu la pauvreté extrême !

« Tu gères les payes ? Tain, y aurait tellement moyen que tu me fasses discrètement une augmentation ! Par contre, ton ex frôle vraiment le top 10 de la stupidité, il est pitoyable. »

Tu soupire et hoche la tête, confirmant les dires de Fuki. Mais tu sais, t'aurais pu encore avoir ton copain et ton joli job si tu ne t'étais pas torché le cul avec sa confiance. A jouer avec le feu, on finit par se brûler et ça vaut aussi pour toi. Mais en ce qui concerne l'augmentation, t'explique que ça se joue toujours avec le directeur. T'es gestionnaire de paye, c'est pas toi qui trafic les augmentation. Tu t'en serait déjà donné une sinon.

Pendant que tes fauves goûtent les crêpes de Fuki, tu l'écoute te raconter sa reconversion professionnelle. Comme quoi ça lui a fais un peu drôle au début mais qu'elle apprécie beaucoup son nouveau métier maintenant. C'est le plus important de se sentir à l'aise dans ce qu'on fait. Qui t'aurais crut capable d'une telle réflexion ? Surprenant. Mais si ton amie est contente de son métier, alors c'est cool. T'apprécie ça.

« Franchement, je suis contente de te retrouver ici… même si ça fait un peu étrange. On avait jamais pris la peine de se donner des rendez-vous IRL. Je le regrette, je suis sûre qu’on aurait déjà fait une centaine de malheurs à nous deux. »
- Pourquoi ça te fais bizarre? Moi je suis très contente de te rencontrer enfin ! Et puis, il n'est pas trop tard pour faire les quatre cent coups.

Pitié, non. Sinon, je démissionne.

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Mer 9 Aoû 2017 - 22:33

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

Elle observait les animaux, trouvant le chat vachement perturbé. Une petite remarque et une blague sur sa possible envie d’être indépendant. Fuki et son humour, parfois, c’est vachement nul. Elle fit un sourire à son amie lorsque cette dernière lui avait fait remarquer qu’elle ne souhaitait pas que son chat se retrouve sous une voiture, qu’elle l’aimait et qu’il lui avait coûté cher. Haaa… sa tendance à parler argent, elle en avait pris l’habitude Fuki. En tout cas, cette histoire de voiture lui avait mis à l’esprit des images glauques et très perturbantes. Brrr, elle avait envie d’oublier et d’effacer cette vision du chat sous la roue, à moitié écrabouillé. BEEEEEEEEEEEEEEK ! Bref, donc. Elle revient à ce que raconte son amie. Elle se souvenait un peu de ce qu’elle lui avait dit à propos de sa rupture avec l’autre con. Elle l’avait jamais vraiment apprécié, sentant qu’Iku méritait bien mieux. « Tu gères les payes ? Tain, y aurait tellement moyen que tu me fasses discrètement une augmentation ! Par contre, ton ex frôle vraiment le top 10 de la stupidité, il est pitoyable. » s’était-elle alors exprimée. Au fond d’elle, elle aurait vraiment apprécié un supplément à sa paye. Il faut dire ce qui est, elle a pas du tout le même niveau de salaire par rapport à son ancien métier.

Fuki se mit à rire quand son amie lui expliqua que pour l’augmentation, fallait repasser. Merde alors, ça aurait été tellement cool ! Genre, elle aurait pu se payer la big statue de Kirby trop choupie qu’elle a vu l’autre jour au magasin. Bon, en soit, ça avait été de l’humour et l’aurait prévenue si cette dernière lui avait dit que c’était possible de trafiquer la fiche. Bouarf, tant mieux au final, vaut mieux pas se retrouver dans ce genre de merdier !

Fuki lui explique finalement ce que ça lui fait, de changer complètement d’emploi. Elle avait quand même eu un peu de mal à reprendre ses études, d’une certaine façon. Tout le monde ne fait pas ça à trente ans après tout ! Et puis, comment expliquer aux gens que certains préfèrent être profs plutôt que flics ? En tout cas, elle avait pris le pari de réussir et la voilà aujourd’hui. Elle était assez fière de son parcours. En tout cas, elle était lancée dans la discussion et se sentait très à l’aise. Elle but une gorgée de sa boisson avant de continuer.

« Franchement, je suis contente de te retrouver ici… même si ça fait un peu étrange. On avait jamais pris la peine de se donner des rendez-vous IRL. Je le regrette, je suis sûre qu’on aurait déjà fait une centaine de malheurs à nous deux. » lui avait-elle avoué. Oui, pour elle, c’était un peu étrange. Pas dans le mauvais sens du terme évidemment, mais le fait est que c’était la première fois qu’elle avait l’occasion de voir une amie connue sur internet dans la réalité. Par crainte de ne pas plaire ou de ne pas apprécier la personnalité de ses amis sans doute.

«  Pourquoi ça te fais bizarre? Moi je suis très contente de te rencontrer enfin ! Et puis, il n'est pas trop tard pour faire les quatre cent coups. » répondit alors Iku, ce qui fait sourire largement la jeune femme qui venait de se prendre une bouchée de crêpe. « C’est pas faux, surtout qu’on est sur le même lieu de travail maintenant. On va pouvoir faire un malheur et martyriser les enfants. » rigola la jeune femme, avant de caresser à nouveau le chien de la comptable, redevenant un peu sérieuse. « En fait, c’est bizarre parce que c’est la première fois que je vois une amie que j’ai connu via des forums dans la réalité. J’avoue… je craignais qu’au final, tu ne me supportes pas et que cela détruise toutes nos années de confidences et d’amitié. » s’exprima-t-elle alors, lançant un petit sourire à son amie. « Mais je pense que j’ai surtout flippé pour rien. »

Hé oui, Fuki ne l’avouera jamais mais elle avait vraiment peur parfois de ce que les gens pouvaient penser d’elle. C’était ainsi, une séquelle encore de son passé tortueux. Mais bon, elle se sentait tellement bien là tout de suite qu’elle avait vite compris qu’il ne fallait pas flipper pour rien. « Bon, par contre, dis-moi, tu as déjà une proie en vue ? Un beau garçon qui t’attire ? » demanda la curieuse Fuki, un sourire malicieux au visage, et changeant complètement de sujet.

© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Ven 11 Aoû 2017 - 12:15

« C’est pas faux, surtout qu’on est sur le même lieu de travail maintenant. On va pouvoir faire un malheur et martyriser les enfants. »

Et tu rigoles, tu y songes mais genre sérieusement. Paraît même que tu as déjà volé des sous à un élèves de ton campus. Tu devrais avoir carrément honte. Mais non, parce que tu penses que t'es dans ton droit. T'es dans ton droit de rien du tout, ouais !

« En fait, c’est bizarre parce que c’est la première fois que je vois une amie que j’ai connu via des forums dans la réalité. J’avoue… je craignais qu’au final, tu ne me supportes pas et que cela détruise toutes nos années de confidences et d’amitié. Mais je pense que j’ai surtout flippé pour rien. »

Tu parais surprise par son aveu avant de rire, franchement. Ton rire, franchement strident, gêne les gens autour qui te lancent un regard noir dans l'espoir de te faire taire, sans succès. Tu t'en tamponne des autres. Tu fais ce que tu veux. T'essayes de reprendre ton souffle, avec un peu de difficulté, mais t'y arrive et enfin tu réponds à ton amie.

- Tu sais, moi, c'est plus les gens qui en ont marre de moi que l'inverse.

OH MON DIEU ! Tu reconnais que tu es chiante ! J'y crois pas ! Ton ancienne conscience non plus d'ailleurs. Le pire, c'est que tu es sérieuse quand tu dis ça ! C'est pas une blague ou quoi que ce soit. Tu commence à te rendre compte que ton caractère doit changer. enfin, il était temps. Asako sera contente de l'apprendre...

- Mais bon, j'reste comme je suis. Ils font avec et puis c'est tout.

Et merde. Fais chier. Moi qui espérait un peut-être changement chez toi ! C'était trop te demander ? Comment ça oui ? Va te faire voir ! Bon, tant pis, Iku n'a pas la prétention de changer. Dommage, ça aurait fais du bien à la pauvre personne que je suis.

« Bon, par contre, dis-moi, tu as déjà une proie en vue ? Un beau garçon qui t’attire ? »
- Le jardinier, heu... Billy... Dicky ? Non, Dickson ! Il a l'air pas mal. Et j'ai remarqué que certains élèves avaient le porte-monnaie bien rempli.

Et tu dis ça, en buvant tranquillement ton thé et en mangeant tes mochis comme si tu parlais du chien de ta soeur. Pitié que non, Fuki, empêche là de faire ça. Pitié. Pour votre amitié ! empêche-là de faire une telle connerie ! Si elle se mets à voler régulièrement les élèves, elle risque de finir au poste de police un jour ou l'autre ! Je sais bien qu'Iku est un cas désespéré, mais elle mérite clairement pas ça !

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Lun 14 Aoû 2017 - 19:27

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

« En fait, c’est bizarre parce que c’est la première fois que je vois une amie que j’ai connu via des forums dans la réalité. J’avoue… je craignais qu’au final, tu ne me supportes pas et que cela détruise toutes nos années de confidences et d’amitié. Mais je pense que j’ai surtout flippé pour rien. » avait avoué la Fuki, gênée légèrement. Et elle fit d’abord les yeux ronds en entendant son amie rire avant de sourire bêtement et la rejoindre dans le fou rire qui avait attiré de nouveau l’attention. Décidément, il semblait qu’Iku était le genre de femme à attirer les regards et pas toujours pour les bonnes raisons. Mais cela ne gênait point la professeure. Cette dernière préférait clairement des personnes dans le style à la comptable que les pauvres petits coincés. Elle savait qu’elle se serait ennuyée à mourir si sa collègue n’était pas aussi excentrique. C’est ce qui lui avait toujours plu en elle, vu qu’elle était exactement pareil sur les forums.

« Tu sais, moi, c'est plus les gens qui en ont marre de moi que l'inverse. Mais bon, j'reste comme je suis. Ils font avec et puis c'est tout. » lui avait-elle finalement répondu après avoir réussi à récupérer son souffle et se calmer de l’hilarité dans laquelle Fuki l’avait plongée. Oh oui, il était clair que certains japonais devaient être gênés par des personnes au tempérament de feu de son amie. M’enfin, cela ne gênait point la sportive, c’est tout ce qui comptait. Elle prit une gorgée de sa boisson avant d’avoir un sourire malicieux, lui demandant si elle avait déjà repéré quelqu’un qui lui plaisait parmi leur collègue.

«  Le jardinier, heu... Billy... Dicky ? Non, Dickson ! Il a l'air pas mal. Et j'ai remarqué que certains élèves avaient le porte-monnaie bien rempli. » répondis la demoiselle en face d’elle, d’un air si naturel que Fuki faillit recraché la boisson qu’elle avait en bouche. Elle avala rapidement, avant de rire légèrement. Elle avait compris depuis longtemps que l’argent était quelque chose d’important aux yeux de la jeune femme installée à sa table.

«  Le jardinier hein ? tu as déjà eu un rancard avec lui ? » s’intéressa la blanchinette, vraiment trop curieuse. « Et comment tu sais d’abord que certains élèves ont un gros porte-monnaie ? me dis pas que tu as réussi à emprunter de l’argent à des élèves quand même ? » s’étonna la jeune femme. Bien sur, cela ne la surprenait pas tant que ça, mais cela ne faisait pas si longtemps que ça qu’Iku travaillait au sein du lycée et de l’université. Du coup, elle était assez étonnée de la rapidité avec laquelle elle pouvait repérer des proies qui seraient capables de lui « prêter » de l’argent. Bizarrement, elle se demandait si elle allait les rembourser pour l’emprunt… ou non . Bah, en soit, c’est pas spécialement son rôle de s’occuper de ça. Sauf si certains élèves s’en plaignent… elle préviendrait son amie d’être plus discrète et de rendre à ceux qui se plaignent. Elle avala la dernière bouchée de ses crêpes, ayant partagé une partie avec les animaux de son amie, qui semblaient avoir apprécié.


© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Mer 16 Aoû 2017 - 11:21

Ton fou-rire entraîne également ton amie pour rigoler et là, pour vous, c'est la fête aux regards noirs. Vous dérangez tous les gens de la terrasse. Et ils essayent de vous le faire savoir, mais là, c'est carrément peine perdue. Plus qu'à attendre que vous vous calmiez.

Tu continue de boire ton café quand viens la fatidique question du "t'as des vues sur quelqu'un ?". Évidemment, tu réponds entre deux bouchées de mochis, dieu merci, tu n'as pas parlé la bouche pleine cette fois-ci. Pitié, plus jamais ça, hein ? J'ai eût honte et de la peine pour Isao, moi.

« Le jardinier hein ? tu as déjà eu un rancard avec lui ? »
- Si on veut. Chewbacca l'a "saluer" à sa façon. Et il m'a donc invitée à boire un thé dans sa cabane le temps de laver ma basket qui a finit dans la pisse du chien... Il s'est changé devant moi... Joli p'tit cul.

Putain de non ! Pas ça Iku ! Pas en public ! Surtout avec ta discrétion ! Les personnes autour de votre table se sont retournées vers toi. Évidemment que c'est ce qui allait se passer ! Merde Iku, c'est du voyeurisme, ça ! Ça regarde personne à part Billy. Heureusement que Fuki veut pas s'attarder sur le sujet et parle des porte-feuille.

« Et comment tu sais d’abord que certains élèves ont un gros porte-monnaie ? me dis pas que tu as réussi à emprunter de l’argent à des élèves quand même ? »
- 300 yens, c'est rien.

Ça reste du vol d'argent, puisque que tu n'as rien rendu encore. En même temps, l'élève n'est pas venu les réclamer, donc d'un côté, c'est pas vraiment du vol. Mais c'est quand même de l'argent pris à un élève et non un collègue. Et c'est mal, tu pourrais perdre ton emploi si tu te fais choper. Espèce de vénale, va.

- Me regarde pas comme ça ! Je lui ait proposer de venir récupérer les sous dans mon bureau, il est jamais venu ! C'est lui qui les veux pas ses 300 yens.

HRP:
 

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Mer 16 Aoû 2017 - 17:35

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

« Si on veut. Chewbacca l'a "saluer" à sa façon. Et il m'a donc invitée à boire un thé dans sa cabane le temps de laver ma basket qui a finit dans la pisse du chien... Il s'est changé devant moi... Joli p'tit cul. » répondit Iku à la question pleine de curiosité de la professeure. Réponse qui valut le crachas bien dégueu de la jeune femme, ne s’attendant pas du tout à parler du cul du jardinier. Elle rigola littéralement avant de s’excuser pour avoir recraché de la sorte son café, tamponnant ce qui avait atterri sur leur table.

«  T’es incroyable. Je ne pensais pas qu’il serait capable de se changer devant une demoiselle par contre. » rigola-t-elle encore un peu. Sérieusement, les gens autour d’eux commençaient à en avoir assez de leur comportement respectif et une dame assez âgée et outrée se leva, jetant sa serviette dans un grand air dramatique, disant au serveur qu’elle ne voulait plus revenir dans un lieu de débauche. Fuki avait observé un peu la scène, trouvant cela d’autant plus drôle. Franchement, les vieux, ils devraient retirer leur balais du cul parfois, juste pour voir ce que ça fait de vivre en totale harmonie avec eux-mêmes tout en s’amusant. La sportive fit de nouveau attention à son amie.

« Et comment tu sais d’abord que certains élèves ont un gros porte-monnaie ? me dis pas que tu as réussi à emprunter de l’argent à des élèves quand même ? » avait-elle alors demandé et fut à peine déconcertée par la réponse de son amie sur le fait que 300 yens n’étaient pas grand-chose. Elle la fixa quelques secondes avant d’avoir un grand sourire amusé. « Tu es quelqu’un d’unique toi tu sais ? » s’exclama-t-elle alors. Non, elle ne dira rien à son amie. Pourquoi ? Sans doute parce qu’il lui arrive d’être assez conne en soit. N’importe qui aurait réprimandé Iku, mais Fuki était plutôt du genre à s’en foutre des actions des autres, tant qu’on ne lui faisait rien de mal à elle. Et puis, ça l’amusait toujours d’apprendre ce genre de péripéties, n’étant que rarement étonnée. Elle avait pris l’habitude au fil des années de ce genre de frasque de la part de son amie. Combien de fois elle ne lui avait pas dit qu’elle allait faire la morte un ou deux jours auprès d’un collègue pour qu’il oublie qu’elle lui avait emprunter quelques yens pour se payer son plat préféré ? Pas mal de fois en tout cas.

«  Me regarde pas comme ça ! Je lui ait proposer de venir récupérer les sous dans mon bureau, il est jamais venu ! C'est lui qui les veux pas ses 300 yens. » s’était finalement exclamée la jeune femme en face d’elle. Fuki haussa les épaules. Si le gosse avait eu le malheur de ne pas venir réclamer, il pouvait être sur que ce ne serait pas Iku qui lui courait après pour le lui rendre. « Je vois… bah, tu sais quoi, j’ai pas à te juger façon. Ca m’est déjà arrivé de devoir emprunter un peu d’argent et d’oublier de le rendre. On le fait tous. » avait-elle répondu. Ouais, bon, certains plus que d’autres, c’est clair, mais elle ne considérait pas Iku comme quelqu’un de mauvais en soi. Le terme serait plutôt dépensière… au point d’être vite fauché et de dépenser l’argent des autres.

«  Personnellement, y a pas vraiment de collègue qui m’intéresse pour le moment. Bien que ça me dérangerait pas de voir un petit cul une fois. » déclara Fuki d’un air totalement blasé. Oui, ça la gênerait pas tant que ça. Cela faisait un moment maintenant qu’elle était célibataire, alors une paire de fesses… pourquoi pas ? Y a pas de mal à mater après tout. Et puis, quelle femme ne le fait pas ? Même si on est au Japon, qu’on ne lui dise pas que les femmes n’osent pas dériver leur regard vers les parties intéressantes d’un corps masculin devant elle. « J’espère juste faire enfin une rencontre un jour histoire de ne pas me sentir seule toute ma vie et me retrouver entourée de chats quand je serai vieille. » rigola la jeune femme. Non, le coup de la vieille fille avec ses animaux, c’était pas du tout ce qui la tentait le plus à l’heure actuelle. Voir même jamais au fond.



© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Mar 22 Aoû 2017 - 12:06

La réaction de Fuki est tout ce qu'il y a de plus normal. Après tout, c'est pas tous les jours qu'on parle du cul d'un collègue sur la terrasse d'un café ! Que Fuki ait craché son café ne me surprends pas et je comprends cette réaction. D'autres par contre, un peu moins. Comme Mémé Chignon qui jette sa serviette et s'en va en se plaignant au serveur. Tu la suis des yeux et te redresse pour parler bien fort à son intention. Please... Non.

- Mamie, tu devrais craquer ton slip un jour ou l'autre, ça te changera la vie !

Non, tu non. Tu peux pas donner des leçons de vie aux gens que tu ne connais pas. surtout pas toi avec ta condition digne d'un SDF ! La grand-mère te jette un regard outré et s'en va, la tête haute. Tu voudrais rajouter un truc, mais Dumbbly viens te réclamer un adorable petit câlin et tu frotte ta joue sur son dos, contente de cet élan d'affection. Merci Dumbledore, tu viens de sauver ta maîtresse d'une mise à la porte.

« T’es incroyable. Je ne pensais pas qu’il serait capable de se changer devant une demoiselle par contre. »
- Oh tu sais moi, plus rien ne m'étonne.

Tu m'étonnes ! Vu le spécimen de foire que tu es. Tu es vraiment le genre de personne bizarre qui attire le regarde et dont il faudrait au moins une dizaine de vie pour tenter de comprendre le pourquoi du comment de ton existence. Tu es un étonnement sur jambes, évidemment que rien ne te surprends, toi.

Et pendant que tu te lance dans un argumentaire sur les sous empruntés à un élève, Fuki t'annonce qu'elle ne te dit rien et qu'elle ne te juge pas. Pourtant, elle a toute les raisons du monde pour. Tu est contente et tu te dépêche bien de jeter ce sujet à la trappe. Et puis...

« Personnellement, y a pas vraiment de collègue qui m’intéresse pour le moment. Bien que ça me dérangerait pas de voir un petit cul une fois. J’espère juste faire enfin une rencontre un jour histoire de ne pas me sentir seule toute ma vie et me retrouver entourée de chats quand je serai vieille. »
- On a des collègue plutôt mignons. Comme Sakura l'infirmière ou bien Jhin, le psychologue. Tu as du choix, non ?

Ils seront fort probablement touchés par ta propos, mais l'une, je crois qu'elle est plus trop libre et si tu ne veux pas te retrouvée avec un clavecin dans la gueule, tu ferais mieux de pas trop trop l'approcher. Sans parler de l'influence très très néfaste que tu aurais sur ses deux bambins encore innocents. Par pitié, ne les approches jamais. Et l'autre, eh bien selon des rumeurs, il serait plus du genre graveleux à loucher sur les adolescentes à peine pubère. Parait même que quand sa colocataire et collègue quand elle appris ça, elle aurait recommander à sa fille de ne plus restée seule avec lui. Ça pose tout de suite les bases d'une relation saine, non ?

- Eh puis, c'est bien les chats. Regarde Dumbbly comme il est mignon ?

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Jeu 24 Aoû 2017 - 13:29

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !


« Mamie, tu devrais craquer ton slip un jour ou l'autre, ça te changera la vie ! » lança la comptable à la petite vieille outrée qui avait bien fait comprendre qu’elle n’appréciait pas le comportement des deux femmes. Fuki retint un rire. Le côté sans gêne d’Iku l’amusait à un point qu’elle n’aurait jamais imaginé, bien qu’à voir la tête des clients, son amusement n’était pas vraiment partagé. Bizarrement, la professeure de sport est quand même contente de l’intervention du chat, empêchant sa maitresse de rajouter une couche. Mais c’était quand même drôle, elle se demandait ce qu’elle allait ajouter si Dumbbly n’avait pas voulu d’un moment câlin. En tout cas, Fuki ne se gêne pas pour lui dire qu’elle la trouve incroyable. Et la réponse qu’elle eut droit la fit doucement rire. En même temps, en voyant l’énergumène, ça devait vraiment être difficile de la perturber au fond. Même Fuki n’était pas certaine de pouvoir réaliser ce genre d’exploit.

« Personnellement, y a pas vraiment de collègue qui m’intéresse pour le moment. Bien que ça me dérangerait pas de voir un petit cul une fois. J’espère juste faire enfin une rencontre un jour histoire de ne pas me sentir seule toute ma vie et me retrouver entourée de chats quand je serai vieille. » s’était alors exclamée la sportive, tandis qu’elle s’imaginait déjà avec des rides partout et des centaines de chats collés à ses baskets en continu. Certes, la scène paraissait amusante, mais mourir au milieu d’animaux qui ne savent pas passer de coup de fils aux urgences… Bonjour la galère. Elle aurait au moins besoin d’un vieux croulant à ses côtés par pure précaution. Histoire que s’il lui arrive une crasse, elle est une petite chance de s’en sortir.

«  - On a des collègue plutôt mignons. Comme Sakura l'infirmière ou bien Jhin, le psychologue. Tu as du choix, non ? »  s’était alors exprimée iku et Fuki commença à réfléchir à la proposition. Il est vrai que Sakura avait des atouts non négligeables, et si elle n’avait pas eu deux enfants durant l’année, elle s’y serait peut-être intéressée. Mais les enfants… elle était pas prête d’en avoir tout de suite. Un jour, peut-être, elle en aurait un, mais pas deux déjà et pas maintenant. Elle voulait encore profiter de sa petite vie avant de devoir s’occuper d’un gosse qui allait sans doute devenir ingrat à l’adolescence, bref, trop chiant à son goût pour le moment. Jhin ? Il était un peu… étrange. Mais why not ? Mais elle ne savait même pas si ce dernier était célibataire ou non, et se voyait mal débarquer pour lui demander si ça le tenterait une aventure avec elle. « Eh puis, c'est bien les chats. Regarde Dumbbly comme il est mignon ? » avait ajouté la rouquine, ce qui fit sourire Fuki. Oui, Dumbbly était trop adorable en vérité. « Pas faux pour les chats… peut-être que je m’en achèterai un prochainement. » répondit-elle alors, avant de parler des possibilités de relation de la jeune femme.

« C’est vrai que Sakura… Elle est plutôt canon. » s’exclama la jeune femme, avant de se pencher vers son amie et dire à voix basses « Et puis, avec sa paire de seins… y a de quoi s’amuser franchement. » un sourire malicieux au visage, elle se cala au fond de sa chaise tranquillement. « Par contre, Jhin, je sais pas. Il est célibataire lui ? » demanda-t-elle alors, contente que les autres clients n’ont pas entendus sa remarque sur la poitrine de l’infirmière. Surtout que celle-ci avait pas mal pris de volume depuis qu’elle avait ses bambins…

© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Ven 25 Aoû 2017 - 17:14

« Pas faux pour les chats… peut-être que je m’en achèterai un prochainement. »
- Puis c'est propre très vite, si tu change la litière régulièrement.

Ce que tu fais jamais. Donc du coup, pas content, ton chat se soulage ailleurs... Comme le chien ou la bannette de linge propre par exemple. Oui, oui, vous avez bien lu le chien. Tel maître, telles bêtes. Oui, ce sont des cas désespérés, on le sait.

« C’est vrai que Sakura… Elle est plutôt canon. Et puis, avec sa paire de seins… y a de quoi s’amuser franchement. »
-C'est exactement pour ça que Sakura se voit attribuer l'adjectif mignon.

Tu le veux vraiment, ton clavecin dans la gueule, hein ? Je sais bien que tu baves sur les grosse paires de seins parce que t'en a des petits, mais non, pas ça, s'il te plaît. C'est en dehors de toute moral, là. En plus, je te rappelle qu'elle a des babys et que tu ne peux pas être mise en contacte avec des babys. Arrête de spéculer sur Sakura, sinon, ce RP va finir en déconseillé en moins de dix-huit ans. Et les gens veulent pas. Ils ne sont pas prêt.

« Par contre, Jhin, je sais pas. Il est célibataire lui ? »
- Bonne question. Faut avoir avec ses colocataires, ils doivent en connaître un peu plus que moi sur sa vie privée.

Je crois que ses colocataires ont d'autres choses à faire que de s'occuper de la vie sexuelle et amoureuse de leur colloc', tant que ça tombe pas dans la déviance et le politiquement incorrecte. Mais vous pouvez vous amusez à leur poser la question, vous verrez bien comment vous serez accueillies.

Tu termine ton café et tu appelle le serveur pour en recommander un deuxième. Tes mochis sont finis aussi et tu te ressuis la bouche avec le dos de la main, oui, je te trouve vraiment grave par moment.

- Sinon, ya le prof de musique, je me demande comment...

Sentant l'indécence de ton propos, ton chat vient à nouveau réclamer un câlin et va te mettre la patte sur la bouche, comme s'il te demandait clairement, cette fois-ci, de fermer ta gueule.

HRP:
 

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Dim 27 Aoû 2017 - 16:05

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

« C'est exactement pour ça que Sakura se voit attribuer l'adjectif mignon. » avait répondu Iku concernant les propos de Fuki. Il est clair que la première chose que cette dernière avait retenu au sujet de l’infirmière, c’est son tour de poitrine. Pourtant, c’est pas le genre de la professeure en temps normal… mais quand y a une belle paire de seins qui se baladent devant ses yeux… elle ne peut rien y faire, c’est trop tentant pour elle ! Alors, elle fit un sourire en hochant la tête. Elle était parfaitement d’accord avec son amie.

« Par contre, Jhin, je sais pas. Il est célibataire lui ? » avait-elle finalement dit. Il est vrai qu’elle ne connaissait pas vraiment l’apôtre. Certes, ils avaient dansé de la salsa à son cours un jour… mais c’était le seul véritable contact qu’elle avait eu avec lui en dehors des cours. Et pour être franc, elle ne savait pas vraiment quoi dire à son sujet. Surtout qu’il était psy, alors se taper un type comme lui…ça devait pas être évident. Après tout, ça doit être le genre de personne qui analyse la moindre de vos réactions.. non ? Bah, en tout cas, elle n’a jamais songé à se mettre avec un psy, ce serait un peu weird pour elle au fond. Une dispute ? Analyse ! Un mot doux ? ANALYSE ! Et puis… s’il découvrait son petit jardin secret ? Analyse… et là, il aurait des choses à dire ! Genre, par exemple : t’aime les oursons en peluche parce qu’en fait, t’es juste une gosse au fond de toi qui a jamais grandi. Le syndrôme de peter pan, tu connais ? Ha ben c’est con, parce que c’est tout ce que tu es ! Bref, trop strange pour la professeure de sport.

« Bonne question. Faut avoir avec ses colocataires, ils doivent en connaître un peu plus que moi sur sa vie privée. » répondit Iku, ce qui fit sourire la jeune femme. « Franchement, loin de moi l’idée de débarquer en mode : Yo, votre coloc, il est celib ? Juste pour savoir si je peux le pécho ou pas, voyez ? » rigola la jeune femme. Elle s’imaginait déjà la scène et trouvait cela relativement amusant. Surtout qu’elle en serait capable…mais après, elle devrait expliquer le pourquoi du comment, et ça, ce serait encore plus bizarre. Elle ne saurait comment leur expliquer que c’est juste parce qu’Iku lui a refilé l’idée et qu’en fait, bien qu’il soit psy, c’était quelque chose qui pourrait potentiellement l’intéresser, juste pour voir quoi …

« Sinon, ya le prof de musique, je me demande comment... » ajouta sa jeune amie, ce qui tira un large sourire aux lèvres de Fuki. Le professeur de musique… Ryosuke ? Ha oui, lui, il était pas laid. Mais elle était pas trop fan des hommes à lunette. Elle les trouvait trop intello. Même si elle est pas sûre qu’Ogawa le soit, vu qu’il est prof de musique… pas qu’il est con hein ! Juste qu’elle sait pas son niveau d’intelligence. « Moi je crois qu’il doit être doué avec ses doigts. » déclara finalement Fuki, avant de rire grassement. Beurk, qu’elle image elle peut donner là tout de suite franchement. Mais c’est pas de sa faute, il est vraiment doué avec ses doigts… pour jouer à la guitare, rien d’autres évidemment ! On a pas dit que c’était autre chose de toute façon. Et voilà que Fuki réclame des crêpes, juste pour le plaisir de se remplir la panse.


© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Lun 28 Aoû 2017 - 11:02

- Bonne question. Faut avoir avec ses colocataires, ils doivent en connaître un peu plus que moi sur sa vie privée.
- Franchement, loin de moi l’idée de débarquer en mode : Yo, votre coloc, il est celib ? Juste pour savoir si je peux le pécho ou pas, voyez ?
- Si t'as pas le courage de le faire, je peux, moi hein ?

Pitié, non. Tout sauf ça ! Tu risque fort de les effrayés. Et ils ne méritent pas ça. Vraiment pas. Et puis surtout, ça ne se fait pas ! On ne débarque pas comme ça chez les gens pour demander si leur colocataire est célibataire. Juste non. Je sais que tu es une personne sans gêne qui ne craint vraiment pas le ridicule (jette cet anorak orange, par pitié), mais ce serait bien, par moment que tu réfléchisse à ce que tu pourrais faire de bien. Non, pas dans ce sens là. On sait que tes actes sont faits sans arrières pensées. Par bien, j'entends "utile", en fait.

La conversation dévie sur... le professeur de musique qui... Mais putain ! Vous voulez pas parler d'autres choses que d'actes sexuels alors que vous êtes en train de boire un café en terrasse en plein centre-ville ? Un peu de tenue, mesdames, bordel de merde ! Toi, tu ris grassement à la remarque de ton amie et ça incommode encore plus les gens autour de toi. Sur la table derrière Fuki, tu peux voir un mignon petit couple, accompagné de leur petite fille qui doit avoir quoi, 5 ans ? Pendant que la mère bouche les oreilles de sa fille, la père lui se lève pour se mettre à niveau de votre table.

- Bonjour Mesdemoiselles, désolé d'interrompre votre discussion mais pourriez vous parler d'autres choses, s'il vous plait ? Ma fille vous entends discuter et elle est à un âge où elle répète tout.
- Vous savez que bientôt, elle sera pile dans l'âge pour ?
- Justement, je préfère éviter que cet âge n'arrive trop vite à cause de deux jeunes femmes indécentes qui ont des propos odieux dans un lieu public !

Il essaye d'argumenter, mais le soucis avec toi, c'est que tu es plutôt fermée au débat, puisque tu as raison. Tu es un poil têtue, mais surtout avec beaucoup d'esprit de contradiction. Et tout ton entourage le sais d'ailleurs, ne surtout pas t'ordonner quelque chose. Sinon baaaaah, vous êtes dans la merde.

HRP:
 

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Lun 28 Aoû 2017 - 19:03

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

« Si t'as pas le courage de le faire, je peux, moi hein ? » me dit-elle, ce qui ne m’étonne pas du tout. Je me doutais presque qu’elle allait le proposer, mais je ne voulais pas du tout que ça se passe ainsi. Je secouais donc les mains devant moi, avec un petit sourire. « Nan, nan ! C’est bien mieux de l’apprendre autour d’une conversation avec la personne en question. Et puis, après, on va donner de quoi jaser sur nous aux collègues et c’est pas drôle, je préfère qu’on jase sur les autres. » répondit la professeure de sport avant d’aborder le sujet Ryosuke.

Elle avait bien fait rire son amie pour sa remarque sur les doigts du jeune homme. Ben quoi ? On peut pas faire des blagues pourries ? En tout cas, ce n’était pas Fuki que ça gênait, au contraire, elle était totalement du genre à rajouter du sel quand c’est nécessaire. Bien que cette dernière phrase attira quelque peu l’attention des gens autour. Et si Fuki n’avait pas remarqué le jeune couple derrière leur table, eux les avaient bien remarqué et le mari vint vers elles.

« Bonjour Mesdemoiselles, désolé d'interrompre votre discussion mais pourriez vous parler d'autres choses, s'il vous plait ? Ma fille vous entends discuter et elle est à un âge où elle répète tout. » demanda-t-il alors, tandis que Fuki jetait un regard par-dessus son épaule pour voir la fameuse petite. Elle était mignonne, mais la mère affreuse. Et en plus, son visage outré ne donnait pas envie à la professeure de sport de l’observer plus longtemps. Elle écouta donc la réponse de son amie. « Vous savez que bientôt, elle sera pile dans l'âge pour ? » lui demanda-t-elle, ce qui eut le pouvoir de faire sourire la blanchinette. Elle se retenait même de rire, tandis que l’homme lui ne semblait pas apprécier la question. « Justement, je préfère éviter que cet âge n'arrive trop vite à cause de deux jeunes femmes indécentes qui ont des propos odieux dans un lieu public !» répondit-il, ce qui fit tiquer la jeune femme. Ha non, elle était loin d’être indécente. Et elle parlait de jouer de la guitare en plus. Alors, les propos odieux, elle savait pas où il allait les chercher.

« Mon bon monsieur, si vous aviez écouté correctement, vous auriez compris que nous discutions du fait que notre ami est un merveilleux guitariste et donc c’est utilisé ses doigts correctement. Pour jouer de la guitare. Et puis… plus votre fille sera informée, moins de risque pour elle. Il est peut-être temps de lui donner des cours d’éducation sexuelle… qu’elle sache à quoi s’attendre et bien se protéger pour ne pas avoir d’enfants trop jeune. » déclara Fuki, un petit sourire aux lèvres, tandis que l’homme poussa un soupir avant de lui répondre. « Ma petite dame, sachez que je sais parfaitement éduqué ma fille, et j’espère que vous apprendrez à être plus décente en ville. Nous n’avons pas besoin d’entendre vos histoires de… fesses. » il murmura presque le dernier mot, comme si ça le dérangeait de le prononcer en public. Décidément, Fuki se demandait comment les gens pouvaient être encore aussi coincés du cul à l’époque actuelle. Après tout, il y avait une tonne de sorte de sexshop où se procurait des objets louches pour les célibataires… alors, il fallait lui expliquer pourquoi une histoire de doigt déranger tant que ça.

« Si elle n’est pas au courant, elle fera des conneries mon bon monsieur. Faites moi confiance, je suis prof. »


© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Jeu 14 Sep 2017 - 11:18

Je sais pas laquelle de vous deux mets le plus mal à l’aise les gens autour. Mais là, il est évidemment, qu’il y a un léger malaise. Même les serveurs semblent le ressentir, et bientôt l’un d’eux est interpelé pour vous faire quitter la terrasse de l’établissement avant que votre discussion ne dégénère vraiment.

Mais retour à ta table où le père de famille essaye de convaincre Fuki de ne rien dire à sa fille. Toi, t’es assise, tu sirote ton thé, paraissant sage, les jambes croisées, ne lâchant pas du regard ton amie, lorsque le mari te demande d’intervenir pour arrêter. Tu poses ta tasse et te lève lentement, les mains sou la table avant d’ouvrir la bouche pour parler. Non, pardon. Crier.

- Vas-y Fuki-chan ! Dis-lui tout ce qu’elle doit savoir !

Tu ne sais vraiment pas t’arrêté, hein ? Le père de famille vient de pâlir à vue d’œil tant dit que les autres consommateurs se lèvent de leur chaise pour vous huer, dans l’espoir de vous faire taire. Mais non, toi tu t’en fous. Tu continues d’encourager Fuki de ta voix stridente. Un serveur aussi arrive, pour tenter de vous arrêter. Il te tapote l’épaule attirant ton attention.

- Mesdemoiselles, s’il vous plait, vous gênez les autres clients. Pourriez-vous vous tenir correctement, sinon, je me verrais dans l’obligation de vous éjecter de notre terrasse.
- De un, je m’en fous des autres. De deux, éjectez-nous et on part sans payer.

C’est le silence qui te répond. Oui difficile d’avoir de la répartie (quand on est bien élevé), après une telle attaque. J’arrive pas à décrire son visage, mais je crois que c’est de la fureur que l’on peut voir dessus lorsqu’il repart à grande enjambés vers l’intérieur du restaurant. Le père de famille, lui, est muet de stupeur face à ça. Oui, ça peut choquer les âmes sensibles de côtoyer Iku même pendant un court laps de temps.

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 276
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 75

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Lun 2 Oct 2017 - 21:55

Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis !

Le pauvre gars essaie de stopper tout ce bordel. Fuki, elle, bizarrement, se demande pourquoi il en fait tout un cirque. Après tout, il sait ce qu’il en est, vu qu’il a fait un gosse. Alors, pourquoi être aussi timide ? Mais le pauvre type là, il s’attendait pas que son petit appel à l’aide en direction d’Iku tourne aussi mal pour lui. Qui se serait attendu à une telle réaction aussi ? Ah bah, oui, ceux qui connaissent personnellement Iku. Ce qui explique pourquoi ce gars là, il tire la tronche. « Vas-y Fuki-chan ! Dis-lui tout ce qu’elle doit savoir ! » avait crié Fuki, ce qui fit rire pas mal la professeure. Ouais, elle était bien tentée de tout raconter, juste pour que la gamine sache comment papa il a monté maman pour la créer. Ils ont inventé quoi pour l’expliquer au juste ? Ha, oui, la cigogne, Fuki en mettrait sa main à couper. Et alors qu’elle se retourne avec un grand sourire vers la mère et la petite dont les oreilles sont bouchées à moitié par les mains tremblantes de la femme, voilà qu’un serveur vient les interrompre.

« Mesdemoiselles, s’il vous plait, vous gênez les autres clients. Pourriez-vous vous tenir correctement, sinon, je me verrais dans l’obligation de vous éjecter de notre terrasse. » leur dit-il. Ni une, ni deux, Iku l’envoie gentiment boulet. Le pognon, c’est tellement important. Et voilà que Fuki se décide à en rajouter. « De plus, vous êtes sérieusement impoli de venir couper une conversation. Viens Iku, partons. Et NON, on ne payera point. » s’exclame Fuki tout en se redressant, lachant sa serviette au milieu de la table et aidant son amie avec les animaux, tandis qu’elle l’embarque plus loin. Elle entend derrière elle les réclamations du serveur, mais bizarrement, elle s’en fout royalement. Il peut se les garder les protestations, elle ne supporte pas qu’on l’empêche de s’exprimer comme elle l’entend. Non mais franchement, Fuki, elle est pas loin de devenir aussi indécente qu’Iku sur certains points.

« Maintenant, on fait quoi ? » demanda la jeune femme, poussant un soupir. Elle aurait finalement bien aimé rester sur cette terrasse, elle s’y sentait tellement en paix et puis, pour une fois qu’elle pouvait parler librement et voilà qu’on leur râlait dessus. Liberté d’expression, connaissent pas trop ici on dirait ! Et dire qu’à Tokyo, les gens se font moins chier à force de cotoyer les touristes… Triste affaire que de devoir tenir sa langue quand on a envie de tout envoyer valdinguer juste pour se taper une bonne barre. Elle avait d'un coup une envie de se faire plaisir, voire de faire pour une fois un peu de shopping. Ca faisait longtemps, et au pire, pour remercier iku d'avoir été présente dans sa vie dans des moments vraiment difficiles, elle lui offrirait bien un pull ou un truc du genre. Ou un jeu, un jeu ça peut être cool ouais. Comme ça, ça leur donnerait une raison de squatter chez l'autre et de geeker ensemble.

« Ca te tente un tour au centre commercial ? J’ai une envie de me faire plaisir, un truc de dingue. Et puis, y aura peut-être des beaux mecs à mater, juste pour le plaisir de nos yeux. »   Voilà, c'était proposé, maintenant plus qu'à attendre de voir ce qu'en dit son amie. Elle pouvait pas refuser de toute façon, l'idée de mater devait l'attirer un peu non ? Elle pourrait comparer le cul de Billy à d'autres gars comme ça !


© 2981 12289 0

---------------------------------

Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 40


Mon personnage
❖ Âge : 28 ans
❖ Chambre n° : A-306
❖ Arrivé(e) en : Début Janvier 2015
Iku Ariyama
« Personnel ; comptable »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  Hier à 11:37

Tu te retrouves menacée de finir éjectée d’une terrasse avec ton amie, mais Fuki n’attends pas. Elle gueule un coup sur le serveur et s’en va. Sans payer, évidemment. Tenant la laisse de Chewbacca et de Dumbledore dans la main, tu te retournes vers le serveur et lui sourit de toute tes dents avant de leur offrir à tous un joli doigt d’honneur.

- Je vous ferais de la mauvaise pub.

Puis tu suis ton amie loin du café. C’était pas obligé, tout ça, tu sais ? Une fois bien éloignée de la terrasse. Fuki te demande ce que vous voulez faire, tu hausses les épaules, la tête vide. La réflexion n’a jamais été ton fort de toute façon. Puis la professeur de sport te propose un tour au centre commerciale que tu t’empresse d’accepter. Puis tu te calme et tu regardes l’interieur de ton porte-monnaie, pâlissant grandement devant le manque de petites piécettes pour faire bling-bling. Heureusement, t’as une carte et une sœur qui a le cœur sur la main. Dégainant ton téléphone, tu demandes à ton amie de patienter avant de t’emmener au centre commercial.

- Allô, Asako-neechaaaaan ? ~
- Combien tu veux ?
- 4 000, s’il te plaît. Sur mon compte. Tu seras un ange.
- Tu vas faire quoi de toute cette somme ?
- C’pour les croquettes de Chewie et Dumbbly ! Tu sais à quel point leurs estomacs sont fragiles.
- J’ai étrangement l’impression que tu ne vas pas acheter que des croquettes avec ça, mais d’accord. Je te fais ça tout de suite.
- Tu es tellement adorable. Je te les rendrais.
- C’est ça, j’en parlerais à mon poney. Prends soin de toi et dépense pas trop promis ? *click*
- Non, pas promis. C’est bon, Fuki-chan, on peut y aller !

Ah oui ? Comme ça, yolo, toi ? Tu minaudes auprès de ta sœur jumelle pour remplir ton compte en banque ? En plus, elle dit oui ? Y a un truc pas normal dans ta famille. La fratrie est réellement détraquée, non ?

Tu prends le chemin jusqu’au centre commercial. Suive de Fuki. Et de Chewie. Et de Dumbbly. Wait what ? Tu vas réellement rentrer dans un magasin avec ton chien dégueu et ton chat peureux ? Mais tu seras refusée à l’entrée. Tu en est consciente, hein ? Comment ça, non ?

Tu arrives au magasin et tu te diriges vers l’entrée sauf qu’un agent de surveillance t’arrête. Enfin, oui, c’est normal, qu’il t’arrête. Tu peux pas rentrer dans un endroit pareil avec tes animaux. Sauf qu’il te connait pas ce monsieur. Il ne sait pas ce dont tu es capable.

- Allez, Dumbbly chéri, fais plaisir à Maman !

Attends, tu viens réellement de jeter ton chat à la face d’un gardien pour pouvoir rentrer dans un magasin avec tes animaux juste parce que t’as pas voulu les attacher dehors ? C’est quoi ton problème, à toi exactement ? Oui parce que t’as récupérer ton chat du visage du gardien, évidemment.

---------------------------------


- Eh bah... Asako... Elle a pas voulu me prêter 5 000 yens... Alors je pleure...


Iku te parle :
- Japonais en #990000
- Chinois en #660066
- Anglais en #999999
(Les autres seront peu utilisées alors on s'en fout)

Iku's thème song | Le quotidien d'Iku et de Kiyomi
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma Fuki, c'est la Fuki de toutes les Fukis ! [PV Fuki Nakuru]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre ville :: Restaurants-
Sauter vers: