Partagez | 
 

 The Walking dead

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) The Walking dead  Lun 7 Aoû 2017 - 20:17

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



On ne peut pas dire que Billy était un grand habitué des réunions de travail. Généralement, il n'y était même pas convié puisque, après tout, il n'était que jardinier et, bon, ce n'était pas le premier confronté aux jeunes comparé à ses collègues professeurs. Pourtant, cette fois-ci, tout le monde avait été convoqué. Sagement assis à la place des élèves, dans une classe reconvertie en amphithéâtre pour l'occasion, chacun des adultes du campus écoutaient avec plus ou moins d'attention, le Doyen et le directeur.

- Vous l'aurez compris, nous entrons dans une période charnière de l'année. Les examens approchent et nos élèves et étudiants vont être soumis à beaucoup de pression. Ces prochains mois vont être nettement plus compliqués à aborder que les précédents. Je vous demanderais donc de bien regarder autour de vous, de vous montrer patient. Si vous voyez, un élève en difficulté n'hésite pas à nous le signaler pour que nous puissions l'encadrer au mieux...

Le petit spitch de la direction dura encore un bon moment. On souligna bien qu'il y aurait des crises de larmes, des baisses de motivations toussa toussa, mais que, bon, aussi chiant soit l'ados en face de soit il ne fallait pas lui taper dessus et, au contraire, l'amener devant le gentil psychologue. Pauvre Jhin. Billy eu une pensée émue pour son collègue. Voir défiler des hordes d'ados en stress n'allait pas être une partie de plaisir. Tu me diras que c'est son métier et qu'il l'a choisit... Mais... Arf, c'est dur, quand même. Enfin, on n'a retenu tout ce beau petit monde pas mal de temps dans la salle de classe et quand on libéra enfin les pauvres adultes, le dos du jardinier était tout engourdi. Il sortit mollement, Tisane dans les bras, avant d'apercevoir deux de ses collègues discuter plus loin dans le couloir. C'est avec un signe jovial de la main qu'il s'incrusta. Les conversations entre fille il aimait ça. Puis, si Fuki lui était encore inconnue, Isley nettement moins. La beuverie du nouvel an, avait eu le mérite de permettre à Billy de faire plus ample connaissance avec ses collègues (Et en même temps de découvrir qu'Okabe et Jhin avait un suupeeeeeerbe déhanché.. Mais chut il ne faut pas le dire).

- Rosenthal-sensei ! Nakuru-sensei !

De quoi ils pouvaient parler ? Sûrement de banalités, mais on s'en branle un peu. Parce que le plus important dans cette histoire n'était pas de savoir si Brandon avait finit avec Branda à la fin de la saison 15 de "Kobe In Love" mais bien de ce qui allait suivre. Quelque chose que personne dans cette académie n'aurait pu prévoir.

C'est arrivé vite, très vite. Alors que le couloir s'était vidé du reste de l'assemblé de la réunion et que nos trois responsables adultes discutaient, tranquillement, il y eu un cri. Un cri strident, horrifié. Puis des pas de courses et enfin débarqua un élève essoufflé et apeuré hurlant.

- LES ZOMBIES ! LES ZOMBIES ARRIVENT ! ILS VONT NOUS TUER ! FUYEZ !

Ni une, ni deux, le sang de Billy ne fit qu'un tour et il ne chercha pas à comprendre plus que ça. Il empoigna le jeune élève par le bras et poussa ses collègues en avant de le couloir en hurlant.

- J'AI REGARDE WALKING DEAD AVEC YOSHI ! JE SAIS QUOI FAIRE ! IL FAUT ALLER DANS LA CUISINE ET NOUS TROUVER DES COUTEAUX !

ft. Michonne et Maggie

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 22
■ Messages : 215
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 661

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: The Walking dead  Lun 7 Aoû 2017 - 22:51

Parait qu'une horde de zombie débarque !
Cette journée devenait désespérément ennuyante pour la (jeune) Fuki. Elle avait bien une chose en horreur : les réunions. D’abord parce que rester assise des heures pour écouter du blabla, ça la déprimait, et aussi parce qu’au bout de 15 minutes, elle avait la désastreuse envie de bouger. Ou bien, les toilettes l’appelaient. Oui, c’était toujours dans les pires situations que cela lui arrivait. Heureusement, cette fois-ci, ce ne fut pas le cas et c’était déjà ça. Pourtant, elle avait l’horrible sensation d’avoir des fourmis qui grimpaient dans ses jambes élancées.

« Vous l'aurez compris, nous entrons dans une période charnière de l'année. Les examens approchent et nos élèves et étudiants vont être soumis à beaucoup de pression. Ces prochains mois vont être nettement plus compliqués à aborder que les précédents. Je vous demanderais donc de bien regarder autour de vous, de vous montrer patient. Si vous voyez, un élève en difficulté n'hésite pas à nous le signaler pour que nous puissions l'encadrer au mieux... » Et blablabla pensait la jeune femme. Certes, elle comprenait parfaitement ce que leur demandait le doyen. Elle avait dû retenir quelques baillements, pour ne pas choquer la direction ou ses collègues. C’était plus fort qu’elle, quand elle ne faisait rien, le sommeil se pointait inéxorablement. Dans tous les cas, son cerveau enregistré du mieux qu’il pouvait les informations fournies. Elle se doutait bien qu’elle serait confrontée aux larmes, aux crises de paniques et aux angoisses de ses élèves, et savait à peu près comment réagir. Ce qu’elle ne comprenait pas, c’est qu’à chaque période d’examen, le même speech avait lieu. A croire que le Doyen et le Directeur n’avait pas encore intégré le fait que leur personnel avait appris à gérer ses situations. Et même pour les newbies, qui avaient appris ce genre de chose grâce à leurs stages ou encore à leurs cours. Bon, ok, la théorie ne vaut pas la pratique, mais ils en connaissaient un minimum.

Enfin, la fin de la réunion sonna, obligeant les professeurs et autres adultes de sortir de la salle. Fuki se leva et s’étira, tentant de dissiper le début de fatigue qui s’était immiscé en elle. Elle se dirigea ensuite vers la sortie et retrouva la professeure de biologie à l’entrée, lui faisant un grand sourire.

«  C’était… interminable. » s’exclama-t-elle alors. « M’enfin, au moins, on ne pourra pas dire que la direction ne prend pas soin de ses élèves. » Et pour sûr, elle les imaginait surtout refiler la patate chaude à Jhin, le psy, qui allait sans doute avoir son agenda rapidement plein pour les prochaines semaines. Et dire que s’il n’avait pas ce poste, ce serait Anastasia qui devrait s’en charger. En soit, la connaissant, elle serait quand même capable de proposer son aide au collègue, ayant déjà travaillé sur ce poste auparavant.

Alors que les jeunes femmes discutaient tranquillement, Billy Dickson les rejoignit avec un signe amical de la main avant de les saluer. « Hé, m’sieur le jardinier ! Pas trop de boulot avec la neige ? » lui demanda-t-elle alors. Elle n’avait pas vraiment pu communiquer avec lui. Il faut dire qu’elle n’avait jamais vraiment pris la peine jusque maintenant d’essayer de connaître ses collègues. M’enfin, elle avait pris la résolution de changer cette façon d’agir.

Mais alors ce passa une chose tellement soudaine et inattendue. D’abord le cri, puis les bruits de pas rapide, et enfin un élève. Il hurlait et semblait complètement apeuré. Quand elle entendit parler de zombies, le sang de Fuki ne fit qu’un tour. « J'AI REGARDE WALKING DEAD AVEC YOSHI ! JE SAIS QUOI FAIRE ! IL FAUT ALLER DANS LA CUISINE ET NOUS TROUVER DES COUTEAUX ! » Décidément, il y avait des gens vraiment étrange dans ce bahut. Et Fuki la première ! La voilà qui s’élance à la suite du jardinier, tentant de réfléchir à un plan pour abattre les zombies. Elle observait en même temps l’élève tirait comme un sac à patate. Il était aussi pâle que la mort, le pauvre petit. « IL NOUS FAUT AUSSI UN BATON ! COMME MORGAN ! » s’écria alors la professeure de sport, qui freinait sa rapidité pour rester au même niveau que ses collègues. « Ainsi, ceux qui ont du mal au corps à corps ont quelque chose pour ne pas être trop près de ces salopards ! »

© 2981 12289 0

---------------------------------



Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 155
■ Inscrit le : 25/10/2016

■ Mes points : 70

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge :
❖ Chambre n° : C-602
❖ Arrivé(e) en : sept. 2014
Isley I. Rosenthal
« Personnel ; prof de biologie »
(#) Re: The Walking dead  Mer 9 Aoû 2017 - 16:07

Les réunions... C'est pas Isley détestait ça, mais vous retenir fixés à une chaise pendant plusieurs minutes alors que la plupart aimerais sortir pour profiter de leur famille, c'est cruel quand même. D'autant plus qu'ils ressortaient un baratin qui avait déjà été sorti aux dernière session d'examens. La jeune femme plaignait secrètement son collègue, Jhin, qui allait avoir bientôt, une horde de cinquième année à son bureau. Non parce que là, la pression, elle va être bien présente.

Enfin, après une bonne demi-heure, la réunion se termina. La professeur envoya un message à sa baby-sitter lui disant qu'elle rentrerait bientôt et que ça l'arrangeait si elle pouvait commencer à préparer le repas de ce soir. Puis après la jeune femme entendit qu'on lui parlait et répondit à l'affirmative à la professeur de sport lorsque le jardinier du campus débarqua pour discuter un peu aussi.

Et puis le drame. Un élève vint en courant, un air horrifié sur le visage et hurla que les zombies débarquaient. Error 404 not found. Isley tenait en véritable horreur les zombies, bah puisque l'être humain serait un jour capable de créer une telle armée et ça lui faisait peur. Terriblement peur. Elle se laissa pousser par son collègue billy, alors qu'elle commençait à être la proie d'une prise de panique.

- Ils vont nous manger !

Oui, elle a cette mauvaise habitude de sa soeur, de parler allemand quand elle est en proie à un trop gros stress.

HRP:
 

---------------------------------

Poison discute en :
- Japonais en #A10684
- Anglais Américain en #77B5FE
- Allemand en #FF69B4




Kinoko t'insulte en #3AF24B.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: The Walking dead  Ven 11 Aoû 2017 - 14:56

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



Le sang de Billy n'avait fait qu'un tour. On ne rigolait pas avec les zombies et encore moins avec la vie d’un élève et de ses collègues. Si le jardinier croyait à cette histoire ? Totalement. Il ne lui était même pas venu à l’idée que l’élève avait pu confondre ce qu’il avait vu avec un zombie ou même mentir. Je le répète : on ne rigole pas avec les invasions de zombie. Katsura lui avait fait découvrir la série The Walking Dead il y avait quelques mois et le rouquin l’avait trouvée troublante de réalisme. Dans la série, le début de la fin commençait comme ça, un beau jour, sans que personne ne demande rien. Aucune raison que le jour où un tel malheur frapperait la terre, le scénario ne se répèterait pas. En parlant de Katsura, Billy eu une pensée inquiète pour son colocataire et ma- ami. Il s’inquiéta aussi pour Jhin et Okabe mais ses peurs les plus folles se tournaient toutes vers sa sœur, Tany. Est-ce qu’elle avait eu les bons réflexes ? Est-ce qu’elle avait su se protéger ? Se cacher ? Il fallait qu’elle reste en groupe et qu’elle s’arme dans un endroit d’où on pouvait facilement contrôler l’accès. Arf… Devait-il partir à sa recherche maintenant ? Non. Ce n’était sûrement pas prudent, il devait d’abord mettre en lieu sûr ce pauvre élève et ses collègues.

Le petit groupe bifurqua dans le dédale de couloir du lycée pour finalement gagner la sortie. Comme Fuki l'avait soulignée plus tôt, la neige était tombée et tenait foutrement bien au sol. Heureusement, Billy avait bien fait son travail et les allées du campus étaient bien dégagées et salée. La seule chose étrange est que depuis le début ils n'avaient croisé personne et les allées du campus semblaient elles aussi désertes. Mais pas le temps de réfléchir, il fallait gagner au plus vite le réfectoire. Billy pressa le pas et bientôt le réfectoire, vide à cette heure, fut en vue. Le jardinier ouvrit violement la porte et la referma une fois que tout le monde fut entré en la bloquant avec un ballet et plusieurs chaises. Son second réflexe fut d'aller bloquer toutes les fenêtres et de fermer chaque volet du lieu. Plongée dans l'obscurité, il alluma son téléphone portable pour s'éclairer et déclara d'une voix beaucoup plus grave que d'habitude.

- « Nous devons nous armer et nous trouver des vivres. On ne sait pas dans combien de temps viendront les secours. » Puis il repensa à Tany avant d’ajouter. « De plus, je suis plutôt inquiet pour ma petite sœur et mes proches… Peut-être devrions nous tenter une sortie pour abriter un maximum de monde ? Qu’en pensez-vous Nakuru-sensei, Rosenthal-sensei ? »

Mais avant de passer à ça, t’aurais pas oublié quelque chose, Billy, hein ? Ah, oui, l’élève. Bien, Billy, bien. C’est lui qui avait déclencher l’alerte, il savait peut-être quelque chose.

- « Dîtes nous, jeune homme, qu’avez-vous vu au juste ? Nous avons besoin d’information. »

Diantre. Le pauvre jardinier était foutrement plus sérieux que d’habitude. Son sourire doux l’avait quitté, ses yeux bleus rayonnaient d’une lueur inquiète. Billy n’avait plus rien du gentil jardinier un peu niais. C’était là, un survivant qui se tenait devant l’élève.

ft. Michonne et Maggie

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 22
■ Messages : 215
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 661

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: The Walking dead  Dim 13 Aoû 2017 - 22:25

On est les seuls survivants !

« Ils vont nous manger ! » fut la seule réaction de la professeure de biologie, que la trentenaire ne comprit pas. Fuki était persuadée que si Billy ne l’avait pas entraînée à sa suite, elle serait restée planter au milieu du couloir, sans comprendre ce qu’il se passait vraiment. Ou bien, pétrifiée de frayeur. Allez savoir. En tout cas, tous les trois couraient à travers le campus. L’élève toujours tirait de force par le jardinier.

Fuki commençait sérieusement à s’inquiéter. Silence, vide. Voilà comment décrire ce qu’ils constataient en traversant les différents couloirs puis la cour. Il n’y avait pas âme qui vive et cela était doucement flippant. Elle se demandait si ses nièces avaient réussi à se cacher ou à survivre. Et Anastasia ? Iku ? Ses fidèles amies, pourraient-elles survivre à ce genre de chose ? Fuki imaginait déjà Iku, râlant et pestant qu’il n’y a pas d’argent dans un monde post-apocalyptique. En tout cas, ce n’était pas le moment de réfléchir plus loin. Pour le moment, il fallait qu’elle survive. Et se cache. Heureusement que le jardinier avait eu la merveilleuse idée de rejoindre la cantine, où les couteaux de la cuisine pourraient leur servir d’armes. Peut-être auraient-ils pu aussi aller dans la cabane, pour récupérer certains des outils du jardinier. Prochaine étape, pensa la jeune sportive.

«  Je ne vois personne ! Où sont-ils tous passés ? » s’exclama finalement Fuki, courant le plus vite possible. L’inquiétude grandit encore lorsqu’ils arrivèrent enfin dans le lieu souhaité. Hé non, personne n’avait réfléchi comme eux. Ils étaient foutrement seuls dans l’école désormais. Dickson commença à tout barricader, pour les protéger d’une possible attaque. Bonne idée, Fuki ne se fit pas prier pour lui apporter un peu d’aide.

« Nous devons nous armer et nous trouver des vivres. On ne sait pas dans combien de temps viendront les secours. » déclara le jeune homme avant d’ajouter « De plus, je suis plutôt inquiet pour ma petite sœur et mes proches… Peut-être devrions nous tenter une sortie pour abriter un maximum de monde ? Qu’en pensez-vous Nakuru-sensei, Rosenthal-sensei ? » Fuki acquiesça, même si elle n’avait vu personne dans les environs.

« Moi aussi, je suis inquiète. Mais franchement, on n’a croisé personne ! Où peuvent-ils bien être ? … Et si … si pour eux c’était déjà fini ? » répondit Fuki, alarmée. Elle devait être un peu pâle quand même, alors qu’elle tournait en rond dans la pièce, réfléchissant. Maintenant qu’ils étaient sommairement protéger, il était temps d’en savoir plus ! Et c’était encore une fois le collègue qui se mit au boulot. Décidément, elle était étonnée de le voir dans tous ses états. Certes, c’est pas tous les jours qu’on se retrouve dans ce genre de situations, mais tout de même, il fallait tenter de conserver son sang froid. Pour réfléchir étape par étape.

« Dîtes nous, jeune homme, qu’avez-vous vu au juste ? Nous avons besoin d’information. » demanda-t-il alors au jeune élève traumatisé. Il n’avait pas l’air en grande forme, le pauvre petit. Elle ne savait pas vraiment comment faire pour réussir à le calmer. Ce n’était pas le moment de tenter la sophrologie avec lui.

« Je… ils étaient.. verts… putrides ! Morts je vous dis ! Et ils marchaient bizarrement ! Z’étaient au moins cinq ! » répondit le gamin, avant d’aller se cacher dans un coin, s’asseyant à même le sol et ramenant ses genoux contre sa poitrine.

«  Cinq ? tu es sûr ? » demanda alors la jeune femme, s’approchant doucement de lui pour poser une main réconfortante sur son épaule, abaissée à son niveau. « Calme-toi, ici on est en sécurité. »


© 2981 12289 0

---------------------------------



Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 155
■ Inscrit le : 25/10/2016

■ Mes points : 70

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge :
❖ Chambre n° : C-602
❖ Arrivé(e) en : sept. 2014
Isley I. Rosenthal
« Personnel ; prof de biologie »
(#) Re: The Walking dead  Mer 16 Aoû 2017 - 10:07

On a perdu Isley ! Que quelqu'un l'aide à retrouver son calme s'il vous plait ! Ses capacités cognitives peuvent être d'un grand soutien dans un cas comme ça ! Je sais qu'on dirait pas, mais ce petit bout de bonne femme à un instinct de survie plutôt développé malgré tout. Bon, elle sert à rien en cas d'attaque de zombie, mais dans une autre situation, elle saurait tout à fait garder son sang-froid, ou presque, et diriger une opération comme celle-ci.

Du coup, elle se laisse traîné vers la cuisine, ne prenant pas vraiment gaffe à son entourage. Elle n'écoute même pas ce que disent c'est collègue. La jeune professeur panique de plus en plus, a l'idée que sa petite fille puisse être en danger. Sa pauvre enfant si douce, gentille et innocente à la merci de ces monstres. Non, elle ne pouvait pas supporter une tellement scène. C'était trop son fragile équilibre dont elle était la victime en ce moment. Elle accumulait bien trop les problèmes, sans en parler évidemment, et là, c'était la goutte d'eau qui avait fait disjoncté le compteur électrique.

« Qu’en pensez-vous Nakuru-sensei, Rosenthal-sensei ? »
- JE VEUX VOIR MA PETITE FILLE ! ELLE DOIT ÊTRE TERRIFIÉE !!! JE DOIS LA VOIR ET LA RASSURER !

MAYDAY ! Faut faire quelque chose, là. Avant qu'elle ne fasse un acte qui pourrait vous couter la vie. Eeeeeet trop tard. Sans même attendre de réponse de la part de ses collègues, la jeune femme se précipita sur la porte pour la dégager. Elle veut juste sortir et partir à la recherche de sa chair, c'est rien de grave. J'imagine.

HRP:
 

---------------------------------

Poison discute en :
- Japonais en #A10684
- Anglais Américain en #77B5FE
- Allemand en #FF69B4




Kinoko t'insulte en #3AF24B.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 58
■ Inscrit le : 04/04/2017

■ Mes points : 95


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : B-705
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Billy Dickson
« Personnel ; jardinier »
(#) Re: The Walking dead  Jeu 17 Aoû 2017 - 17:13

Alalalalala c'est pas bio tout ça !



La panique de la jeune professeure de Biologie surprit Billy. Il avait toujours vu sa collègue comme une femme forte, cool et diablement courageuse pour élever une fille aussi vive et énergique que Kinoko. Mais, faut croire, l’instinct maternel prend le dessus et la pauvre commence à se précipiter sur la porte pour dégager la voie. Le jardinier resta pantois quelques secondes en jetant un regard perdu à sa collègue sportive. Merde, ce n’était pas prévu au programme le « pétons joyeusement un plomb » d’Isley. Cependant, Billy pouvait la comprendre. Ce serait mentir que de dire qu’il n’était pas, lui-même, mort d’inquiétude pour sa sœur, Katsura, Okabe, Jhin et Iku. Lui demander de rester calme alors que sa fille courrait les rues pendant une invasion zombie serait du gros foutage de gueule. Le souci, c’est que l’ambiance soudain tendu qui avait pris place dans la pièce de ne facilitait pas le self-control du gamin avec eux. Le jardinier tiqua l’espace d’une seconde et se précipita sur la pauvre mère apeurée pour l’enserrer et l’éloigner dans la porte.

- « Doucement ! C-Calmez-vous Rosenthal sensei ! Vous précipitez sans réfléchir n’aidera en rien votre fille ! Vous risquez de vous tuer bêtement ! »

Oh. C’est l’apocalypse que te rend censé, d’un coup ? Damm, si Katsura était là il te prendrait la température parce que ton comportement est bien trop  « saint et normal » pour que rien de chelou ne se passe. Cependant, le petit Billy se défend et tien bon et c’est au prix de quelques bleus qu’il éloigna sa collègue de la porte.

- « Nakuru sensei, que faisons-nous ? D’après l’élève les zombies n’étaient que cinq mais Dieu seul sait combien ils sont maintenant… Mais je ne suis pas pour non plus laisser nos élèves et nos collègues dehors vu le danger… Devrions-nous sortir ? »

Et comme la panique de la pauvre Isley restait encore d’actualité et tenta de déposer la jeune femme sans se prendre plus de coup que nécessaire et tenta de lui demander d’un ton un peu maladroit.

- « Est-ce que vous savez où se trouve votre fille ? Si vous avez une idée d’où elle peut être, dites-le nous, nous irons la chercher ! Mais il faudrait que quelqu’un reste ici pour surveiller la base. On ne peut pas risquer de voir cet endroit se faire envahir pendant notre absence ! »

ft. Michonne et Maggie

---------------------------------




( ͡° ͜ʖ ͡°)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 22
■ Messages : 215
■ Inscrit le : 01/07/2017

■ Mes points : 661

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 33 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Fuki Nakuru
« Personnel ; prof de sport »
(#) Re: The Walking dead  Jeu 17 Aoû 2017 - 18:01

Parait que le froid ne les tue pas non plus !

Fuki n’avait pas compris ce qui s’était passé. Ou du moins, ce qu’avait pu dire la prof de biologie. Une langue inconnue pour la professeure. Tout ce qu’elle comprenait, c’est qu’Isley était dans un état de panique tel qu’elle avait foncé épaule en avant dans la porte. Pourquoi n’a-t-elle pas juste retirer ce qu’il y avait devant ? Aucune foutue idée. Mais Fuki resta en bug littéralement face à la scène. Décidément, la possible présence de zombie derrière la porte de la cantine faisait stresser sa collègue. Si ça n’avait pas été une situation d’apocalypse, elle aurait sans doute bien rigoler. Mais là… en imaginant ses neveux et nièces livraient à eux-mêmes dehors pouvaient pousser la sportive à agir comme Rosenthal-sensei.

« Doucement ! C-Calmez-vous Rosenthal sensei ! Vous précipitez sans réfléchir n’aidera en rien votre fille ! Vous risquez de vous tuer bêtement ! » avait alors réagi le jardinier, tandis que Fuki s’intéressait à l’élève en panique dont elle tapota l’épaule avant de lancer un regard en direction des deux autres adultes. « Il a raison, pour le moment il faut agir de manière prudente. Ne pas nous jeter inutilement dans la gueule du loup… enfin… des zombies. » Haha, elle a tenté de faire de l’humour. Raté, loupé, c’est pas drôle Fuki ! Pourrie !

Bref, son collègue ose attraper Isley pour l’éloigner de la porte sur laquelle elle s’acharnait tandis que Fuki se dirige déjà vers l’arrière salle. Il leur fallait dans tous les cas des armes pour la suite. Oui, il fallait qu’ils se protègent d’une façon ou d’une autre. Et elle entendit Billy s’adresser directement à elle. « Nakuru sensei, que faisons-nous ? D’après l’élève les zombies n’étaient que cinq mais Dieu seul sait combien ils sont maintenant… Mais je ne suis pas pour non plus laisser nos élèves et nos collègues dehors vu le danger… Devrions-nous sortir ? » lui demanda-t-il. Fuki prit un air sérieux en se tournant dans sa direction.

« Tout à fait, on doit faire de cette cantine notre base pour au moins quelques jours. On a de la réserve de nourriture, des bouteilles d’eau. Ici sera le meilleur endroit pour nous abriter le temps d’attendre les secours. Mais il faut aller chercher les autres ! Donc, je propose qu’on chope un maximum de couteaux, pour pouvoir viser leur tête sans se retrouver sans rien après avoir planté la tête de l’un d’entre eux. » Heu… Fuki, elle est vraiment sérieuse ? Et si c’est un de leur collègue le zombie, comment elle va faire ? Genre le buter, avec sang froid ? Pff, vous sentez que c’est une ancienne flic et qu’il lui arrive de pas avoir de cœur ? Ben ouais, mais c’est l’apocalypse, alors elle sait qu’elle ne pourra pas hésiter.

Elle laissa Billy parlait et calmait leur collègue tandis qu’elle entrait dans la cuisine, commençant à fouiller les différents tiroirs à la recherche de ce qu’ils auraient besoin pour se défendre. C’est alors qu’un bruit retentit à l’intérieur de la chambre froide. OH NON ! Ils sont ici aussi ?

«  Je crois qu’on a un problème… » s’exclama-t-elle alors qu’elle venait de trouver une espèce de couteau à viande, avec une big lame pour pouvoir casser les os et couper les nerfs sans aucun problème. Elle recula doucement vers la sortie de la cuisine, faisant un signe de silence à ses camarades, avant de pointer du doigt l’intérieur de la pièce qu’elle venait tout juste de quitter.


© 2981 12289 0

---------------------------------



Fuki parle en #ff0033
Revenir en haut Aller en bas
 
The Walking dead
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe High School ; le lycée :: Le bâtiment principal :: Couloirs & casiers-
Sauter vers: