Partagez | 
 

 J'ai hâ(ya)te d'y être !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 118
■ Inscrit le : 30/07/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2015
Eisley Scott
« Elève ; en 1ère année »
(#) J'ai hâ(ya)te d'y être !  Mar 31 Oct 2017 - 17:11

Ouais, aujourd'hui c'est la journée des amours et tout le tralala, et aujourd'hui ils ferment la cantine en soirée pour qu'on aille manger dehors. Quoi faut manger dans le quoi? Le bal ? Quel bal? Dans le gymnase? Là-bas avec ces gens qui vont danser? Où ça? Pour la Saint Valentin? Pardon? Non c'est juste pour manger dehors voyons... Ce bal de la Saint-Valentin n'existe pas ! En fait c'est la première fois que j'ai l'occasion d'éviter tout ce joyeux évènement des amourettes. C'était toujours l'occasion pour de jeunes garçons de me faire la courte quand j'étais en Angleterre. Trouver un fiancé à ma hauteur avec toute cette bourgeoisie. Toute la journée je devais accepter des cadeaux et des éloges de la part de jeunes héritiers de riches familles. Mais là je peux esquiver !!

Et ouais j'ai invité mon pote Miska et ma pote Hayate on va faire les gens badass en centre-ville manger comme des gros tas ! Ou pas, non en vrai le plan prévu c'est d'aller manger chez les parents d'Hayate car celle-ci m'y a invitée, et vu qu'c'est fermé au réfectoire, l'occasion d'y aller était toute trouvée. Par contre rendez-vous directement devant le resto' avec Miska car j'ai pas envie d'attendre comme une plouc au lycée, qu'on ne vienne pas me demander qu'est-ce que je glande à attendre.

J'avais dit à Miska, 20 heures devant le River Song le resto' des parents d'Hayate, en espérant qu'il ne sera pas perdu, je lui ai laissé l'adresse et même un streetmap pour qu'il puisse y aller sans avoir besoin de regarder autre-chose que son téléphone.

Si mes souvenirs sont bons, Hayate m'a dit que c'était un resto' typé English, genre la bouffe de chez moi, j'espère ne pas être déçue car je ne connais que la haute gastronomie de mon manoir. Et, pour l'amour de dieu, fait qu'ils n'y a pas de déco' façon St-Val', sinon je gerbe sur le pas de la porte et je m'enfuis. Si j'esquiva la Saint-Val' ce n'est certainement pas pour aller à la Saint-Val' english version.

Sur le chemin, il y a pas mal de boutiques sur le thème de cupidon mais ça à l'air d'aller, les restos' n'avaient pas les décorations de l'amour. Sur ce principe je reste confiante quant à l'idée de ce qu'il y aura au River Song. Si je récapitule Hayate est déjà sur place à travailler, moi j'arrive, selon street maps, vers 19h50 et Miska me rejoindra vers 20h. Dans le doute j'ai demandé à une amie de venir si ça lui chantait.

Que l'anti Saint-Valentin commence ! J'ai hâ(ya)te d'y être !

---------------------------------


~ Merci Miska ~

Darky cookie is back !
J'parle en : #330099
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 90
■ Inscrit le : 05/08/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14 ans
❖ Chambre n° : L-9
❖ Arrivé(e) en : Fin Janvier 2015
Miska Williams
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: J'ai hâ(ya)te d'y être !  Ven 3 Nov 2017 - 3:23

J'ai hâ(ya)te d'y être !


Ft. Eisley Scott - Hayate Smith - ???


La Saint Valentin, quelle drôle d’invention que cela. Il me fallait l’admettre, je n’étais pas en mesure de saisir pleinement l’intérêt de cette journée. Premièrement, il s’agissait de la « fête » des amoureux, chose que je trouvais extrêmement cucul au départ. Deuxièmement, bah je n’étais pas amoureux. Je voulais dire, je n’étais pas en couple quoi. Quoi ? Quelle était la différence entre les deux ? Ouais sinon la Saint Valentin. Hum ! Tous les couples vivant autour de moi prenaient cette histoire de journée de l’amour très sérieusement chaque année. Mes parents avaient pour habitude de sortir manger au restaurant, d’aller ensuite voir un film au cinéma et de revenir à la maison main dans la main. Lorsque j’étais plus jeune, je regardais avec dégoût les marques d’affection que s’échangeaient mes parents. De l’incompréhension certainement. En même, comment est-ce qu’un enfant de cinq ans était supposé comprendre pourquoi ses parents aimaient se faire des câlins baveux avec la bouche ? Avouez qu’on avait tous trouvé cela un peu dérangeant, voire même dégueulasse. Non il n’y avait que moi ? Bref, je le ressentais comme cela quand j’étais petit. Aujourd’hui, je m’y étais habitué et j’avais saisi la signification de ce geste ainsi que celle d’autres rapprochements qui s’exerçaient entre mes parents. C’était devenu normal en fait. Même après toutes ces années de mariage, ils continuaient d’entretenir leur amour comme s’ils ne s’étaient rencontrés que quelques heures auparavant. Non avec mes parents ce n’était pas cucul, j’en avais décidé ainsi. Par contre, pour les autres couples, c’était gnangnan à en vomir. Les roses, les poèmes, les déclarations d’amour qui faisaient dix pieds de long, toute cette excitation autour de cette seule et unique putain de journée. Les fleurs qu’il t’avait offert, elles seraient crevées deux semaines plus tard, le poème qu’il t’avait écrit, on n’allait pas se mentir, tu n’avais rien compris au bordel, et sa déclaration, tu étais tellement occupée à chialer ta race que tu n’avais même pas entendu plus de deux mots. Allez me parler de romantisme et de magie après cela. Pour moi, la Saint Valentin, c’était juste une occasion pour exposer son bonheur si parfait et pour cracher des paillettes à la gueule des autres, sauf que des paillettes plein les yeux, c’était loin d’être agréable… Le seul truc bien avec la Saint Valentin, parce que oui il y avait un truc bien, c’était que maman achetait plein de chocolats ce jour-là. Je pouvais en manger autant que je le souhaitais, elle ne me faisait aucune remarque. Open bar les gars. Sasha m’achetait des chocolats aussi. Pour la Saint Valentin, on avait d’ailleurs pour habitude de se foutre dans le noir et de regarder des films d’horreur avec un bon bol de chocolats sur les genoux. C’était la journée des blondes toute contentes qui se trémoussaient dans leur jolie robe, nous on les regardait se faire buter de manière parfaitement effroyable à la télé. Oui c’était un concept. Après, chocolats, film d’horreur et Sasha, c’était l’équation parfaite ! Pas besoin de toutes ces broutilles d’amourette à la con. Même si des fois, j’avouais que cela me tenterait bien… Non ! Oubliez cela, tout de suite !

Cette ambiance de roman à l’eau de rose n’étant pas suffisante, le personnel de Kobe avait eu l’idée géniale d’organiser un bal pour le 14 février. Un bal pour célébrer la Saint Valentin, un bal pour chanter, danser l’amour. Ouais, super programme... Lorsque l’événement avait été annoncé, une vague d’enthousiasme parcourut les autres élèves. Apparemment, ce bal faisait des heureux et des heureuses. J’entendais les garçons discuter des nanas qu'ils désiraient inviter, les filles elles, tout en mâchant leur chewing-gum, débattaient sur le choix de la robe qui conviendrait le mieux pour cette occasion. Ouais, elle faisait du bruit cette histoire, beaucoup trop de bruit à mon goût. Personnellement, je n’étais hyper emballé à l’idée de devoir me pointer à ce bal. Je sentais que j’allais passer la soirée dans ma chambre à lire ou à discuter avec mon pote, je ne m’étais pas encore décidé. Une chose était sûre, je refusais de passer mon samedi soir enfermé dans cette salle remplie de couples follement amoureux dansant sur de la musique tirée tout droit de la bande originale d’une quelconque romance. Tout mais pas cela sérieusement… J’avais ma réserve de chocolats pour meubler la soirée, pas besoin de descendre manger leurs trucs. Maman m’engueulerait si jamais elle savait que je m’apprêtais à faire de ces sucreries mon repas du soir. Tant pis, il était hors de question que j’aille manger la nourriture servie au bal. Je n’y foutrais pas les pieds c’était décidé !

Alors que mon samedi soir était déjà organisé, Eisley me rafraîchit la mémoire. En effet, la jeune blonde avait mentionné qu’elle prévoyait quelque chose pour le 14. Merde, j’avais oublié… J’étais malade quand elle nous en avait parlé à Hayate et moi. Et puis la bagarre d’hier n’avait rien arrangé, au contraire, elle m’avait encore plus embrumé l’esprit. Encore une fois, champion Miska. Je ne pouvais plus me défiler maintenant et puis, c’était l’occasion de bien manger après tout. En effet, il avait été convenu que nous irions manger au restaurant des parents d’Hayate. Selon les dires de cette dernière, le repas s’annonçait plutôt pas mal au niveau de la qualité des plats. Pourquoi pas après tout ? J’avais pris soin de me couper les cheveux avant de me rendre au rendez-vous, c’était l’occasion de le faire. Ma frange ne ressemblait plus à une frange et la longueur devait être raccourcie. J’avais l’habitude de m’occuper de mes cheveux moi-même, ma mère ne me les coupait plus depuis deux ans maintenant. Cela s’était avéré être un peu compliqué au début avec des miroirs et un peu d’entraînement, j’avais pris le coup de main au fur et à mesure des essais. Un dernier coup d’œil dans le miroir : mes cheveux étaient plutôt bien coupés, je ne m’étais pas foiré, le pansement collé sur l’arête de mon nez tenait bien et les quelques bleus qui marquaient mes joues étaient toujours aussi visibles. J’avais pris les coups hier donc ce n’était pas étonnant. Une fois l’inspection finie, j’enfilai mes Doc noires, mon manteau également noir, j’enroulai mon écharpe en laine bordeaux autour de mon cou et me préparai à sortir. Je traversai les dortoirs et sortis du bâtiment. Alors que je me rapprochais de la grille du lycée, j’entendais la musique qui se jouait dans le gymnase. Je n’aurais pas passé une bonne soirée là-bas dans tous les cas. Je quittai l’enceinte de Kobe et consultai alors mon portable pour retrouver les infos envoyées par Eisley. J’avais vu large pour le trajet afin de ne pas être en retard mais le restaurant ne semblait pas être bien loin. En marchant un petit peu ouais cela devrait le faire. J’enfonçai mon visage dans mon écharpe en sentant l’air froid de l’hiver me piquer la peau et sortis des gants de mon sac. J’avais pris ce sac pour y transporter mon argent, mes chocolats bien sûr et du coup, mes gants. Je m’empressai de les enfiler et me mis en route vers le restaurant. Le trajet ne fut pas si long que cela, j’avais fait attention à bien suivre les indications de mon téléphone. J’étais passé devant quelques fleuristes dont le stock de roses avait été liquidé et j’avais également croisé la route de couples, plus ou moins jeunes, qui flânaient dans les rues. Je ne ralentis pas le pas et finis par arriver au River Song. Pas d’Eisley en vue. Quelle heure était-il ? Ah, 19h45. En effet j’avais vu large. Je décidai donc de l’attendre devant le restaurant, je n’avais pas envie de rentrer seul. Mon téléphone serait un bon moyen de patienter. Alors que je le déverrouillai, un message de Sasha qui me souhaitait une joyeuse Saint Valentin, accompagné d’une photo de gâteau au chocolat, apparut sur l’écran. Je souris malgré moi derrière mon écharpe et le remerciai. Mon sourire s’effaça lorsque je reçus ensuite un message de mon frère. Génial…


Conversation téléphonique Miska - Nevak :
 

Je levai les yeux et plongeai l’appareil dans la poche de mon jean noir, exaspéré par les messages de mon frère. Je soupirai et me pinçai le haut du nez, les yeux clos. Je serrai les dents et poussai un cri de douleur étouffé. Putain mon pansement… Je gardai les yeux fermés quelques instants, fatigués par les conneries de Nevak. Pourquoi m’étais-je donné la peine de répondre ? Sale mouton va. Lorsque je rouvris les yeux, une petite tête blonde était apparue. Eisley était arrivée, parfaitement à l’heure je dirais. Je lui souris et la saluai.


« Hey salut Scott. Pas trop la nausée avec cette ambiance à l’eau de rose ? Je regardai les couples se balader mains dans la mains et me tournai de nouveau vers l’adolescente. On entre ? »


Je commençai à m’avancer vers la porte du restaurant. Un frisson me traversa le corps, il était temps de rentrer. J’avais hâte de me poser, au chaud, et de me remplir l’estomac. Je sentais que mon ventre n’allait pas tarder à exprimer son mécontentement. Mais bon là ma priorité était de me réchauffer. 20h en plein mois de février, il commençait à cailler sévère.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------




Japonais : #000000 - Anglais : #6E97A9 - Roumain : #339966 - Allemand : #003366

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 46
■ Inscrit le : 15/08/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 14 ans
❖ Chambre n° : L-14
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Hayate Smith
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: J'ai hâ(ya)te d'y être !  Dim 5 Nov 2017 - 3:25

Samedi 14 Février, environ 20h


Une soirée chargée de boulot comme prévu. Papa et maman m'avaient appelée pour solliciter mon aide, je m'en doutais quelques temps avant qu'ils me passent un coup de fil. Chaque année, à cette période, le restaurant est blindé de monde pour la Saint-Valentin, fête totalement ridicule... Mais au moins les affaires marchaient bien ce jour-là. Papa et maman ont leur vision de la Saint-Valentin, à chaque fois papa fait en sorte de surprendre maman. Et je suis toujours avec eux. C'est important pour eux que je sois là, ils disent qu'à chaque fois qu'une Saint-Valentin se déroule sans que la preuve et le fruit de leur amour ne soit là, ça ne sert à rien. Puis c'est un peu tous les jours la Saint-Valentin pour papa et maman, ils s'aiment encore comme au premier jour, quand je les vois, je suis admirative et fière d'être leur fille. Par contre les autres, rien à foutre, ils font les faux culs une fois par an, ri-di-cule... En plus de ça, le lycée organisait un bal dans le gymnase pour toutes les guimauves que sont les gens qui prennent cette fête beaucoup trop au sérieux... Heureusement, je ne suis pas là-bas. Les niaiseries, non merci ! J'étais extrêmement concentrée dans mon travail, entre servir les clients, la préparation des plats en cuisine ou se relayer avec mes parents, puis la réception à faire de temps en temps... Comme à mon habitude quand je travaille au restaurant, je m'attache les cheveux et mets mon tablier, et je suis bien sûr aimable avec la clientèle, ça va de soi. Le restaurant que nous avons ici à Kobe est bien plus petit que celui que l'on avait à Osaka, mais papa et maman l'ont très bien aménagé. La réception se trouve face à la porte d'entrée au niveau d'un pilier très très bien placé. Ironie quand tu nous tiens... Je n'y connais rien en bâtiment mais je suis sûre qu'ils avaient bu avant de mettre ce pilier. Les tables sont visibles sur les côtés et derrière la réception, et tout au fond de la pièce se trouve la cuisine, où nous avons laissé un espace suffisant pour accéder facilement à la cuisine et pour servir les plats. Ah et au fond à droite se trouvent les toilettes, avec quelques tables assez éloignées pour ne pas être dégueulasse, parce qu'il ne faut pas déconner ! On n'a pas décoré le River Song avec le thème particulier de l'amour car on s'en balance royalement ! Le restaurant est presque totalement rempli par la clientèle, ce qui me fait aller dans tous les sens. Je me hâte aux fourneaux quand j'entends papa me dire quelque chose :


Papa : Hayate, va à la réception s'il te plaît ma grande, je te remplace en attendant.


Ce à quoi je lui répondis :


Ça marche. Il reste cinq minutes avant que la viande soit cuite, les commandes 3 et 7 sont prêtes, et maman s'occupe des commandes 5 et 6. Pense à retirer le rôti qui est dans le four.


Papa me regarde et m'adresse un sourire de complicité que nous échangeons à chaque fois que l'on doit se relayer.


J'arrive à la réception, et par automatisme, je commence ma phrase avant de m’apercevoir de quelque chose :


Bonjour et bienvenue au River So... Eisley-chan M-Miska-kun !? Mais mais...


C'était Eisley-chan et Miska-kun qui venaient d'arriver. Quelle ne fut pas ma surprise de les voir, puis un flash me traversa l'esprit. Je venais de me rappeler qu'Eisley-chan m'avait parlé de venir. Quelle débile je fais, avec tout se boulot ça m'était complètement sorti de la tête, mais quelle tanche ! J'essayai de reprendre mes esprits, mais cela fut difficile de voir qu'en plus de tout ça, Miska-kun avait un pansement sur le visage. Je pris un léger air inquiet pour lui... Je recommençai à m'exprimer :


Désolée les amis j'ai été surprise. Avec tout ce travail j'avais complètement oublié que vous deviez venir. Bienvenue au restaurant de mes parents, le River Song. Suivez-moi, je vais vous installer à une table.


Je les conduisis à une des meilleures tables qui s'étaient libérées dix minutes plus tôt, Maman l'avait déjà nettoyée.


Installez-vous. Vous serez tranquilles, cette table est idéalement placée.


Je tendis à mes deux invités la carte des menus à chacun tout en souriant, mais à l’affût de si on avait besoin de moi autre part juste après ça. Je sortis mon bloc note de ma poche et pris mon stylo situé sur mon oreille. J'étais prête à noter si un choix soudain se faisait.

---------------------------------

Hayate parle Japonais en #990000 et Anglais en #3333ff


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: J'ai hâ(ya)te d'y être !  

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ai hâ(ya)te d'y être !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre ville :: Restaurants-
Sauter vers: