Partagez | 
 

 [Terminé][SOLO] You are always in my heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 1607
■ Inscrit le : 11/12/2014

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Lutecya Landa
« A l'université ; section artistique »
(#) [Terminé][SOLO] You are always in my heart  Ven 3 Nov 2017 - 0:03

You are always in my heart !


Non mais quelle sale journée ! A croire que pour le moment, le monde s’acharne contre moi. J’en avais marre de ses cours, marre des travaux, marre d’étudier, bref, je sentais une colère sourde en moi juste parce que j’avais pas dormi cette nuit. Non mais franchement, quelle idée de faire comme Isao et me taper une nuit entière sur starcraft. D’ailleurs, il n’était même pas connecté, et ce depuis deux semaines. Aucune nouvelle, il avait juste disparu de la circulation et au fond je croisais chaque membre de mon corps pour qu’il ne lui soit rien arrivé. Ben oui, j’ai pas envie qu’il soit blessé ou qu’il disparaisse de ma vie tout court vous voyez ? C’est un bon, un … pote ? Non, plus que ça, fin, je sais pas. Raaah, c’est trop compliqué, même ma tête me saoule là ! Bref, pour me calmer, j’avais pensé déposer mes affaires au casier et ensuite aller faire un tour dans la salle de sport faire quelques tours de la piste (trop froid pour le faire sur les terrains extérieurs vous comprenez ?). C’est comme ça que j’ai trouvé quelque chose de totalement inattendu : il y avait une feuille blanche, pliée en deux. Je ne sais pas ce qu’elle faisait là, je ne sais pas si c’était une erreur ou non, tout ce que je sais c’est qu’elle était là et que j’avais un mauvais pressentiment. Vous avez jamais eu ça ? Moi oui, plus d’une fois et là, le sentiment était si fort qu’au moment de récupérer ce bout de papier aux premiers abords anodins, je tremblais de tout mon corps. C’était vraiment étrange, mais je n’arriverai pas à vous l’expliquer autrement que par cette simple phrase : je tremblais et mon cœur lui me criait de ne pas l’ouvrir. Alors, une fois que j’eus déposé mes affaires et récupéré la lettre, je partis non pas en direction du gymnase mais plutôt en direction du toit du lycée. Pourquoi ? Simplement parce qu’il n’y avait que là que j’aurai une totale tranquillité. Sur le chemin, je me pris une canette de soda et du chocolat.

Bizarrement, le fait de monter sur le toit avec une feuille de papier, un soda et du chocolat, ça me rappelait l’une des premières lettres que j’avais reçu de ma jumelle. Lettre où elle m’avait annoncé ne pas vouloir me rencontrer, avant que cela n’arrive fin d’année dernière. Était-ce encore elle ? Ou bien, était-ce tout autre chose et je m’en faisais pour rien ? Je ne savais quoi en dire, surtout que je n’avais pas lu ne serais-se que la signature pour savoir de qui elle provenait. Non, bizarrement, je ne pensais pas que ce serait Hella. Cette dernière était plus tentée par la fuite sans un mot qu’une lettre dans mon casier. Mais… si ce n’était pas elle, qui cela pouvait bien être au fond ? Rikuo ? Je ne pense pas, il aurait été du genre à venir me parler s’il y avait quelque chose. Mina ? Non plus, je ne pense pas qu’elle vienne comme ça poser une lettre dans mon casier… et elle a une préférence pour les textos. Alors qui ? Franchement, je ne pensais pas non plus à Isao. On avait pris pour habitude de communiquer régulièrement via Starcraft, même si ces deux dernières semaines, il avait été plutôt absent. Alors, ça ne pouvait pas être lui malgré tout. Je montais les escaliers, pensant, me torturant l’esprit. C’était ridicule, je ne comprenais pas pourquoi je me prenais autant la tête pour un bout de papier. Ca se trouve, on me donnait juste un rendez-vous, et je m’en faisais pas mal. Mais en arrivant presque à l’entrée du toit, je réalisais avoir oublié ma veste dans le couloir des casiers. Merde, je devais tout refaire à l’envers. Pff, je faisais donc demi-tour, me torturant à nouveau. Je ne regardais même pas le visage des gens que je croisais, trop pensive. J’avais bien entendu la voix de Mina m’interpellait, ainsi que celle des membres du club de journalisme parce qu’on était censé avoir une réunion. Mais je continuais, n’ayant même pas remarqué la nouvelle absence d’Isao dans le groupe. Bref, je traçais ma route, soufflant et pestant dès que quelqu’un tentait de communiquer avec moi. J’étais trop torturée, toujours cette sensation de mauvaise nouvelle dans cette possible lettre. Raaah, je m’arrêtais au milieu d’un couloir, levant le visage vers le plafond pour le fixer et surtout retrouver une forme de concentration avant de me remettre en route.

Je n’avais pas trainé pour récupérer ma veste retourner dans la cage d’escalier menant au toit, sans oublier de vérifier qu’aucun surveillant risquait de débarquer à tout moment. Personne à l’horizon, je me dépêchais d’arriver en haut pour ne pas attirer le regard d’un quelconque passant. Une fois la porte passée, je vérifiais qu’il n’y avait personne. Il faut dire que je savais pertinemment bien que c’était principalement ici que Rikuo fumait ses cigarettes, et bizarrement, je voulais juste être seule pour ouvrir ce papier qui me foutait les jetons depuis que je l’avais trouvé. Personne sur le toit, tant mieux, je me posais sur une pierre telle une indienne avant d’ouvrir le paquet de chocolat et en manger une bouchée. J’osais toujours pas ouvrir ce fichu papier et ça me perturbait. Mais il fallait que je me lance, alors après une longue goulée de ma boisson, je décidais finalement d’ouvrir le document.

Hello.

Je vais pas te mentir, je sais pas trop comment introduire cette lettre, tu sais à quel point je suis doué pour exprimer ce que je ressens... Mais j'ai besoin de te laisser ce petit mot d'explication, étant donné qu'on ne s'est pas vu du tout ces deux dernières semaines.

Maman a eu un accident de voiture le 16. Ses jours ne sont pas en danger, mais on attend qu'elle se réveille. Mon grand père et la grand mère étaient dans la voiture et n'ont pas eu la même chance, malheureusement.
Ca m'a secoué, j'étais effondré en apprenant la nouvelle. J'ai pris le premier train pour Kazanawa pour rejoindre mon père, et je ne suis pas revenu à Kobe depuis.
Par ailleurs, j'ai reçu une offre pour un travail à Séoul. Je fais une croix sur mes examens et la psychologie, et me revoilà parti en Corée. Comme quoi, mes nuits blanches sur Starcraft auront fini par payer, qui l'eut cru ?

Voilà pour ce qui est des derniers événements. Je pars à Séoul le 5 mars, et en attendant, je reste avec papa. Comme tu t'en doutes, je ne repasserai pas par la case Kobe, c'est papa et ma cousine qui se chargeront de déménager ma chambre à la fin de l'année.

Mais bref, le but de cette lettre, c'est pas de raconter ma vie. J'ai besoin de te dire des choses, parce que j'ai beaucoup réfléchi récemment. Et comme je reste un minable, j'ai rien trouvé de plus courageux que de t'écrire ça plutôt que de venir te parler directement. Comme quoi, j'ai encore des progrès à faire, socialement...

Je voulais te remercier. Te rencontrer a été pour moi providentiel, dans un contexte où j'avais pas vraiment d'amis et que ça se passait mal à l'université, t'es venu mettre un peu de lumière sur tableau où il y avait trop d'ombres. C'est grâce à toi que j'ai retrouvé l'envie de travailler et de réussir, grâce à nos leçons, grâce au journal, grâce à toutes nos petites sorties... Tu m'as ramené d'entre les morts.
Et pourtant, il m'aura fallu du temps pour comprendre tout ce que tu représentais pour moi. Depuis l'Atsuhinode pourtant, je sentais bien quelque chose de particulier à ton égard, sans savoir mettre les mots dessus. Tu m'as fait faire des choses que je n'aurais pas cru capable, vaincre mes phobies sociales, travailler en équipe... Mais tout ça, je ne l'ai pas réalisé parce que j'en étais de moi-même capable.
Je l'ai fait pour toi. Parce que je t'aime.

Je suis un imbécile fini, je ne m'en rends compte que maintenant alors que tout était sous mes yeux tout ce temps. Et aussitôt découvert, me voilà obligé de fuir l'amour.
C'est extrêmement mélodramatique, je sais, mais le contexte fait que. J'y peux pas grand chose.

Je te souhaite le meilleur pour ta vie à venir, et pense à utiliser plus souvent tes raccourcis claviers quand tu veux construire tes bâtiments.

Je t'embrasse.

Isao.




Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Lucky Lute, amazing little womanLutecya parle en [#330033].
She's an innocent woman.
Don't be afraid of your darkside


Dernière édition par Lutecya Landa le Sam 9 Déc 2017 - 8:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 1607
■ Inscrit le : 11/12/2014

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 21 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Lutecya Landa
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: [Terminé][SOLO] You are always in my heart  Ven 3 Nov 2017 - 1:01

You are always in my heart !


Je… peuh. Non, c’est juste pas possible. Je… beuh… je sais pas quoi dire. Mon cœur, mon cœur criait trop de chose à la fois et c’est trop compliqué à mes yeux. La première partie m’avait déchiré le cœur pour lui. Oui, c’était tout à fait ça. Je la lisais et … j’étais tellement triste pour lui. Perdre ses grand-parents de la sorte, non mais quelle horreur. Je n’aurai pas le moins du monde voulu être à sa place, enfin… si. En fait, j’aurai voulu être à sa place pour ne pas qu’il ait à en souffrir. Je suis niaise, je sais, mais si ça avait pu le protéger un peu de ce genre de souffrance, je n’aurai pas hésité. Au moins, sa mère était en vie…mais dans quel état aussi ? Elle devait s’en vouloir, en quelque sorte. En tout cas, au moment où j’avais lu ses mots, j’avais porté la main à ma bouche comme pour retenir un petit cri de tristesse pour lui et au fond, je m’en voulais un peu. J’avais bien remarqué son absence durant ses deux dernières semaines, et j’aurai sans doute dû le contacter, d’une quelconque façon, pour essayer de savoir ce qu’il en était. Mais je ne l’avais pas fait, estimant que le proverbe « Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. » entrait en compte pour son absence. Mais non, pas de nouvelles, mauvaise nouvelle. Et je n’avais pas été là, ni pour l’accompagner au chevet de sa mère, ni pour lui tenir la main pendant l’enterrement. Et lui qui avait tant de difficulté à exprimer ce qu’il ressentait, avait-il tout garder au fond de lui avant de m’écrire ce début de lettres ? Le connaissant, sans doute. Je pense même être la seule au courant ici, alors c’est pour dire. Mais franchement, pour le coup, je n’avais pas été une très bonne amie, quelle idiote.

J’avais arrêté ma lecture une fois avoir lu pour ses grand-parents et je m’étais levée, faisant les cent pas sur le toit, pestant intérieurement. J’étais fâchée contre moi-même et sincèrement, ça me paraissait ridicule. Mais j’étais comme ça, et je savais au fond qu’il devait avoir un soucis pour qu’il ne me contacte pas. Je suis pas dupe, deux semaines d’absence sur un jeu ? C’est pas Sao ça, pas du tout ! Mais je m’étais leurrée, préférant croire que tout le monde était aussi heureux que moi dans mon entourage. Bref, je m’étais cachée les yeux pour ne pas voir les signes. Je vis une canette vide trainait sur le sol et tapant dedans rageusement avant de m’asseoir à nouveau et boire une nouvelle gorgée de ma boisson. Il était temps que je m’attèle à la suite, et au fond, j’espérais que le reste serait plus positif pour lui et d’une certaine manière ça l’était. Après mon indignation vis-à-vis de moi-même, je passais par une phase heureuse : il avait trouvé un poste à Séoul et allait y travailler ! Non mais il réalisait son rêve et ça, c’était quelque chose de fantastique pour lui, sincèrement. Je crois que je n’aurai pas pu être plus heureuse pour lui ! J’avais un sourire à la con et je me sentais bizarre quand même. Il partait. Loin, très loin. Et même si j’étais relativement heureuse pour lui qu’il puisse vivre son rêve, j’avais un pincement au cœur. Et si je ne comprenais pas tout de suite la raison, c’est le reste de la lettre qui m’éclaira. Mais je ne la lu pas tout de suite, encore une pause oui. Je savais que la suite serait essentielle, et j’avais besoin de respirer avant. Parce que le pincement au cœur devenait doucement trop douloureux pour moi. Bien trop douloureux alors que j’aurai dû être simplement contente pour lui. Mais qu’est-ce qu’il m’arrivait ? J’avais replié la lettre et mis celle-ci dans ma poche, avant de me lever et prendre mes affaires. J’avais froid, je voulais lire le reste sous ma couette, avec Lacie pour me réconforter. Je me sentais trop triste en fait, et je n’aimais pas beaucoup cette sensation. En fait, je ne l’appréciais même pas du tout et je sentais même mes larmes pointaient le bout de leur nez.

Une fois en bas des escaliers, j’accélérais la cadence. J’avais presque envie de courir pour tout traverser et ne croiser personne. C’était évident, la suite allait m’atteindre. Et puis, je pense que doucement je me rendais compte de quelque chose que je n’avais tout simplement pas prévu. Et ça m’effrayait, car il part loin et donc… je peux le dire ? C’est trop tard pour moi de me rendre compte de ce genre de choses. Pourquoi c’est toujours au départ de quelqu’un que l’on se rend compte de ce que l’on ressent pour cette personne ? Pourquoi ? Pourquoiii ? J’avais réussi à réfreiner mon envie de pleurer, me disant que je pourrai le faire une fois avec ma petite boule de poils adorée entre les bras, et pas avant. Et puis, j’avais le reste de la lettre à lire, et au fond, je voulais quand même savoir ce qu’il en retournait.

Une fois arrivée dans le dortoir, je m’enfermais dans ma chambre, déplaçant le bureau pour bloquer la porte le temps de finir ma lettre. Je ne voulais que personne ne me dérange et si pour cela je devais empêcher Haru de débarquer, ben sans soucis, je le ferai. Après avoir posé mes affaires et attaqué une autre part de chocolat, je me vautrais dans mon lit, appelant la teckel à me rejoindre. Elle ne se fit pas prier et me rejoignit, avant de me donner un coup de langue sur la joue. S’était-elle rendue compte à quel point je me sentais perturbée ? Sans doute que oui, mais ce n’était pas l’essentiel pour le moment. Il était temps maintenant de lire la suite. Et sincèrement, je ne m’attendais pas du tout à cette suite. Alors, quand il expliqua toutes ses choses, je me sentis à la fois dépitée et terriblement heureuse. Et puis… cette phrase : « JE T’AIME. » je le voyais clignoter en grand et lumineux, rouge vif, même si n’importe qui l’aurait lu en noir, comme les autres mots. Mais moi, moi j’y voyais tout autre  chose, quelque chose qui… m’atteignit à un tel point. Et c’est comme si mon esprit lui-même venait de s’illuminer par quelque chose de si vrai, de si réel, si inattendu et pourtant là depuis un moment, une évidence cachée par un simple arbre. Et cet arbre était tombé pour laisser une forêt entière m’engloutir. Je lâchais la lettre, je lâchais un long soupir, avant de prendre entre mes bras mes genoux, posant ma tête dessus et laissant mon corps convulser sous les assauts de mes sanglots. Si la forêt m’avait entièrement recouverte, ça allait avec l’infini tristesse que je ressentais d’un coup. Il partait tellement loin, et je n’avais aucun moyen de le joindre. Si, starcraft, mais il ne s’y connectait pas, et je ne pouvais pas laisser de long message exprimant tout ce que je ressentais. Et puis j’avais envie de lui hurler au visage tout ce que je ressentais, que moi aussi…moi aussi… je l’aimais. Moi aussi, j’avais grandi grâce à lui. Moi aussi, je n'étais plus la même depuis que je l’avais rencontré. Ho…seigneur… que m’arrivait-il ? Pourquoi ? pourquoi au moment où il réalise son rêve ? Je ne peux même pas lui dire ce que je ressens, je ne peux pas non plus l’empêcher de partir, ce serait bien trop égoïste au fond. Et il méritait d’être heureux…même si…sans lui… ce ne serait plus pareil…

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------

Lucky Lute, amazing little womanLutecya parle en [#330033].
She's an innocent woman.
Don't be afraid of your darkside
Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé][SOLO] You are always in my heart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe High School ; le lycée :: Les dortoirs :: Le toit-
Sauter vers: