Partagez | 
 

 [Salle de musique] L'heure de se reprendre en main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1449
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) [Salle de musique] L'heure de se reprendre en main  Mer 8 Nov 2017 - 20:03

Lundi 2 Mars


Depuis la St-Valentin, je passais la plupart de mon temps à réfléchir et encore réfléchir. La musique me manquait. Elle me manquait énormément… mais depuis cet été, la simple vue d’un piano parvenait à me rendre mal à l’aise. Bien sûr, je n’avais nul autre choix de m’y faire pour me rendre à mes cours de musique, mais tant que je n’avais pas à y toucher, je pouvais réussir à contenir mon malaise. Néanmoins, le cadeau de Keitô m’avait fait réaliser que je ne faisais que fuir sans cesse la réalité. Moi et moi seul était l’unique responsable de mon malheur. En fait, cette prise de conscience m’avait frappé il y a un bon moment déjà. Fuir était tout ce dont j’arrivais à faire lorsque la situation me dépassait.  Sans Keitô pour me soutenir, je serais probablement encore dans cet état dépressif et maussade. Toutefois, j’en avais assez de fuir! Si je continuais davantage à regarder en arrière, jamais je ne parviendrais à avancer et définitivement tourner la page. Keitô se faisait du souci pour moi, bien plus que je l’aurais imaginé. Je ne pouvais plus l’inquiéter de la sorte. De plus, étais-je pour ruiner mes rêves uniquement pour cette histoire? Où était la personne déterminée que je pensais être? Celui qui désirait à tout prix prouver à sa figure maternelle qu’il réussirait? Cela était sans compter que celle-ci me supportait dans mes projets dorénavant. Comment pouvais-je tout abandonner maintenant? Non. Je me devais de me reprendre en main et ce, avant la fin de l’année scolaire… Ce qui me laissait très peu de temps avec les examens finaux.

Cela faisait des mois que je n’avais pas touché à un piano. Bien que j’y jouais depuis tout petit, il était inévitable que mes mois sans pratique ait atteint mes habiletés et compétences. Déjà, si ce n’était que de ça, je ne ferais que me pratiquer encore et encore. Rien de bien méchant. Cependant, je devais maintenant jouer avec un handicap, ce qui ne me faciliterait en rien les choses. Ma main droite avait certes récupéré la plupart de sa capacité de mouvement, mais mon majeur pouvait parfois complètement bloquer. Comme je n’étais pas droitier, ce petit handicap n’avait pas beaucoup de répercussion dans ma vie de tous les jours, mais en ce qui concernait jouer du piano, c’était tout autre. Me connaissant, je risquais de tout abandonner pour de bon si je ne parvenais pas à jouer malgré mes efforts. Cette simple idée parvenait déjà à me ruiner le moral. C’était pour cela que j’avais besoin de quelqu’un pour me conseiller et me pousser à continuer. Malheureusement, cette personne ne pouvait pas être Keitô. Bien qu’il me supportât de tout son cœur, il n’était pas un pianiste. Il ne saurait comment me conseiller sur mes techniques et façons de jouer avec un doigt en moins.

C’était pour cela que mon professeur de musique était celui que j’avais en tête pour m’aider dans cette épreuve. Non seulement il savait jouer du piano, mais en tant que professeur, la pédagogie était également de son domaine. Autrement dit, il était la personne que je jugeais la plus apte à pouvoir m’aider à reprendre la musique. De plus, d’un autre côté, je crois qu’il sera fier de me voir enfin décidé à me reprendre en main pour de bon. Lorsque nous avions discuté en octobre, il se disait inquiet de mon état et de mes notes à la baisse, me rassurant que son aide fût disponible au besoin. Nous étions peut-être en Mars, mais je pense que son offre tenait toujours. Du moins, je l’espérais bien. Nous étions en fin d’année scolaire tout de même et je me doutais bien qu’il n’avait pas que ça à faire.

À la fin des cours, je fis signe à Keitô de prendre les devants. Connaissant mon intention de demander à notre professeur à m’aider à reprendre la musique, le guitariste me sourit et quitta la classe. De toute façon, il avait son club de basket. Donc même s’il aurait bien aimé rester avec moi, il ne pouvait pas vraiment. Et puis, cela ne me concernait que moi et Ogawa-Sensei. Je finis de ramasser mes cahiers et attendit patiemment que la classe se vide pour me rapprocher de du bureau de mon professeur.

- Ogawa-Sensei? Est-ce que vous auriez deux minutes? J’aurais une faveur à vous demander; l’interpelais-je, confiant.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 791
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 36 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Re: [Salle de musique] L'heure de se reprendre en main  Lun 4 Déc 2017 - 4:23

Cette fin d'année ne me lassait vraiment aucune minute pour souffler. Adieu mes petites pauses tranquilles près de la divine machine à café de la salle des profs, bye bye mes petites escapades à l'infirmerie pour voir ma miss sucrette entre deux intercours, adios mes longues conversations au téléphone avec Chiemi lors de mes heures de fourches. Au lieu de tout ce que je considérais comme ma « petite routine » je me dédiais une fois encore, et comme chaque année d'ailleurs, aux travaille supplémentaire que je m'imposais à l'attention de mes étudiants. La fin d'année, les examens tout ca… c'était une période assez importante pour presque tous dans l'établissement où le stress et le découragement contaminaient facilement les élèves qui se sous-estimaient où se réveillaient un peu tard. Je ne perdais pas espoir pour ces derniers mais reste que cela prenait beaucoup de temps pour leur faire rattraper leurs lacunes ou tout simplement consolider les connaissances qu'ils doutaient possédé.

Cela faisait des années que je préparais des révisions en prévisions de cette période mais pour être tout à fait honnête… je crois bien que ma nouvelle petite vie de famille m'avait quelque peu distrait de cette tâche cette fois-ci. Pour quelqu'un qui avait il y a peu encore conseillé à un élève de faire la part des choses entre le privé et le professionnel, voilà que je me faisais prendre au piège à mon tour sans même m'en rendre compte. Je dois dire que Sakura occupait une grande place dans mes pensées. Elle, Yukio et Ryoma en fait. J'avais l'impression d'être devenu un jeune père de famille alors que dans les faits et bien, je savais pertinemment que les enfants n'étaient pas les miens, que leur vrai père courrait toujours dehors comme l'enfoiré d'irresponsable qu'il était et qu'un jours il faudrait aborder ce sujet avec les petits. Bien qu'il était encore beaucoup trop tôt pour réfléchir à tout ca, une conversation anodine avec ma sœur m'avait mis ce sujet en tête et il n'en sortait qu'au moment où j'avais mieux à faire. Contrairement à ce que je croyais, l'idée d'être beau-papa me travaillait bien plus que je ne l'aurais cru au début de ma relation avec l'infirmière. Des doutes naturels certes et d'autres viendraient certainement les rejoindre petit à petit à l'avenir mais il est clair que ca faisait un moment que je ne m'étais plus posé autant de questions à un point que ça me ralentisse dans mon travail. Hum… Ryo, tu te ramollis, un peu de nerf ! Tu as des élèves de cinquième qui ont besoin d'aide pour leur entrée à l'université et à tes vrais cours de musique. Ce n'est pas parce que des cons comme Mitsutada disent que ce n'est pas une matière importante qu'il faut leur donner raison en lâchant la bride.

En parlant d'élèves qui avaient besoin d'aide, mes pensées vagabondèrent jusqu'à un certain pianiste en herbe. Kodoku, l'un de mes étudiants de première année et ses problèmes relationnels que je nommerais simplement « dépression d'automne » pour ne pas revenir sur les faits. Au final, je ne savais pas vraiment les tenants et aboutissants de cette histoire mais les travaux qu'il se remettait à me rendre complétés avec soin me mettait en tête qu'elle était belle et bien terminée. Il avait tenu parole la parole qu'il m'avait donné le jour de notre discussion, celle qui disait que ce n'était qu'une mauvaise passe et qu'il allait se réveiller. Je n'avais pas caché ma joie dans la salle des professeurs le jour où en faisait du mois, j'avais constaté la nette amélioration dans son travail. Je n'y étais certainement pas pour grand-chose mais c'était satisfaisant de voir des notes en hausse surtout venant d'un étudiant dont je croyais profondément en son talent. Lors de sa remise en selle, je ne cache pas avoir passé plus de temps sur ses copies que sur d'autre. Pas par favoritisme non, juste que par moment certain ont besoin d'un coup de pousse et si je peux aider un minimum je le fais. Que ce soit par des explications supplémentaires sur la copie où bien de simples petits commentaires encourageants. Je crois bien avoir mis quelques trucs du genre « encore un effort, tu es sur la bonne voie » ou bien des « très bon travail, continue comme ça » en dessous de certaines de ses notes. Une fois encore, ce n'était pas grand-chose mais c'était le peu que je puisse faire.

Je restais cela dit étonner de ne plus le voir me demander les clés de la classe de musique après les cours. D'autres le faisait sans problème et lui aussi d'habitude mais depuis sa mauvaise période, je n'entendais plus sa voix calme me demander du temps supplémentaire dans la salle, chose bien dommage pour tout musicien qui avaient besoin de pratiquer. Je lui avais par moment proposé les clés les jours ou personne ne venait me les réclamer mais je n'avais eu droit qu'à des refus de sa part. Bien que cela me surprenait à chaque fois, je préférais m'abstenir de commentaires. Il me démontrait qu'il se remettait à travailler à sa manière et semblait refaire attention à sa santé donc ca me suffisait bien pour le moment. De plus, bien malgré mes très gros doutes après l'apparition d'Heiki au bal d'halloween avec une fille en robe de mariée, l'ambiance entre le pianiste et le guitariste semblait elle aussi être revenue à la normale. Chose rare, ce dernier m'avait d'ailleurs demandé à son tour l'autorisation d'utiliser la salle de musique le jour de la saint Valentin. Comme quoi, je n'avais pas à m'inquiéter pour ces deux-là finalement.

La sonnerie annonçant la fin des cours venaient une fois de plus de retentir dans la salle pour cette fois-ci annoncer la fin de la journée. Vue la date, nous nous contentions plus de révisions que d'autres choses mais cela ne changea rien de l'ambiance studieuse habituelle dans laquelle nous évoluions à chaque heure. Il n'y a pas à dire, je préférais nettement donner cours à l'université même si rien n'indiquait que les classes du lycée ne pouvaient pas elles aussi faire preuve de calme. Toujours dans mon rythme de course de course contre la montre du moment, je comptais reprendre ma paperasse dans la salle des professeurs une fois la salle vide ou bien pour une fois m'accorder une pause avant de travailler le reste de l'après-midi à l'appartement de Sakura. C'est pendant que je réfléchissais tout seul tout en rangeant mon sac directement sur mon bureau que j'entendis la voix de Kodoku m'appeler.

« Ogawa-Sensei? Est-ce que vous auriez deux minutes? J’aurais une faveur à vous demander »

Rien qu’à l’appel de mon nom, je détourna la tête vers lui, curieux de le réentendre me parler aussi directement. Une faveur ? Ah oui je vois.

« Tu as besoin des clés de la salle c’est ça ? » Dis-je en rangeant mes lunettes avant de chercher la clé dans ma veste. C’était peut-être parce que cela faisait un moment mais il n’avait pas besoin d’être aussi formel pour me demander ça, ils le faisaient tous après tout.

---------------------------------


► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
 
[Salle de musique] L'heure de se reprendre en main
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe Daigaku ; l'université :: Le bâtiment principal :: Salles de classes-
Sauter vers: