Partagez | 
 

 Someone behind you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1449
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Someone behind you  Jeu 23 Nov 2017 - 4:52

La cloche indiquant la fin des cours retentit dans l’école et je rangeai soigneusement mes affaires dans mon sac. Installé à côté de moi, Keitô fit de même avant de ramasser sa guitare et la mettre sur son dos. Il devrait vraiment arrêter de la trainer partout. Je pouvais bien croire que toutes occasions étaient bonnes, mais puisqu’il avait le club de basket après les cours, cela ne lui servait pas à grand-chose de la prendre avec lui. Cela dit, peu importe ce que je lui dirais à ce sujet, il s’entêtera tout de même à l’amener partout où il va. Les seules fois que ce large étui n’ornait pas son dos, c’était lorsqu’il allait faire son petit jogging matinal. Il devrait plutôt étudier au lieu de passer son temps à jouer. Bon, je pouvais bien parler puisque moi-même je me pratiquais tous les jours au piano. Je retrouvais peu à peu mes capacités et ce, plus vite que je l’aurais cru. À croire que mes mains n’avaient pas totalement oubliées mes innombrables heures passées sur l’instrument par le passé. Cela me soulageait dans un sens. C’était difficile au début, mais Ogawa-Sensei était là pour me soutenir et me conseiller lorsque ma main droite arrivait à ses limites. Donc, lorsque Keitô était à son club, je pouvais en profiter pour me pratiquer de mon côté. Nous pouvions ensuite passer la soirée à étudier ensemble, bien que ça ne faisait pas toujours l’affaire de mon petit ami.

J’accompagnai Keitô jusqu’au gymnase pour son club de basket. Cela me permettait également de me dégourdir un peu les jambes avant de me rasseoir pendant une heure. Vu la présence accrue d’élèves je jugeai mieux de ne pas l’embrasser. En fait, c’était toujours ainsi. J’en avais envie et probablement lui aussi, mais il valait mieux se retenir lorsque nous étions en public. Nous avons suffisamment eu notre leçon avec Senji. Je lui dis un simple « À plus tard » et retournai vers le bâtiment universitaire, me dirigeant vers la salle de musique. Comme d’habitude, Ogawa-Sensei s’y trouvait. Parfois, il terminait la journée avec un cours au lycée, soit le mardi et le mercredi, mais il venait ici pour me déverrouiller le local et m’enseigner personnellement. Néanmoins, cette fois, il me laissa la clé. Il avait des tonnes de corrections à faire et ne pouvait pas rester avec moi. Je lui promis donc de lui rendre la clé dans la salle des professeurs avant de lui souhaiter une bonne soirée.

Assis devant le piano, je pris donc une grande inspiration et commençai l’entrainement. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce que mon majeur bloque pour une première fois. Bien sûr, cela me frustrait à chaque fois, mais Ogawa-Sensei m’avait bien dit de garder mon calme… Sinon je n’y arriverais jamais. Je recommençai donc encore et encore, inspirant un bon coup à chaque échec. C’était décourageant dans un sens, mais j’arrivais à y voir une certaine amélioration au fil des jours. Il avait beau bloquer au 2-3 minutes, il bloquait moins que la semaine dernière. C’était déjà un début en quelques sortes. Si je continuais de m’exercer tous les jours, j’étais certain de pouvoir y arriver et ce, peu importe le temps que cela prendra.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 21
■ Inscrit le : 12/11/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-13
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Natsuki Hanazawa
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Someone behind you  Jeu 23 Nov 2017 - 21:53

Ah le soleil, ... le soleil ! Il brûle de mille feux et s'abat sur ma peau comme un virus dans un ordinateur (notez la comparaison pertinente). Mon ombrelle posée sur l'épaule me protégeait des rayons mais pas de la chaleur. Je déteste les jours ensoleillés comme ça. J'avais terminé mes cours plus tôt parce qu'un de mes profs était absent et je m'occupais tant bien que mal dans le parc du campus, assise sur un banc. Là, je consultais quelques notes puis surtout, je me servais de ce prétexte pour observer un senpai au loin. À chaque fois que ce senpai se tournait vers moi, je feignais l'indifférence et je tournais une page de mon cahier. J'en avais quand même tourné une dizaine depuis le début de ma surveillance ! Je commençais à croire qu'il m'avait spotted. D'habitude, je ne tourne pas plus de dix pages en si peu de temps.

Quand la cloche de la fin des cours sonne, je ferme mon cahier et je fais mine de ranger mes affaires. Je porte mes lunettes et mon masque donc en théorie, ma cible n'a aucun moyen de savoir où je regarde précisément, ni même de voir ce petit sourire que je fais quand je l'aperçois qui tourne la tête par ici. Le senpai se lève et s'en va mais j'en ai assez fait de l'heure avec lui alors je le laisse tracer sa route. Je penche la tête et au loin, j'aperçois deux silhouettes qui me sont très familières. Je sursaute puis je me redresse pour mieux voir. Mais que vois-je ?!!! Le premier garçon porte un étui à guitare que je connais très bien et quant au second garçon, il ne fait aucun doute sur son identité. Tous les muscles de mon corps se contractent et je m'émoustille dès que je comprends qu'il s'agit de KEITÔ-sama accompagné d'HEISUKE-sama ! Un petit cri de joie s'échappe de ma gorge mais je l'étouffe rapidement derrière ma main. Je ne m'attendais pas à les voir ici ! Quel bonheur !

Cela fait un moment que je les protège. Si vous saviez ce que j'ai dû faire pour obtenir leurs noms ! En vérité, tout a commencé lorsque j'avais jeté mon dévolu sur le bel énigmatique Keitô-sama. Son apparence si sauvage et indomptable, cette aura si ténébreuse mais envoûtante, le noir de jais intense de ses cheveux et surtout ce regard améthyste qui sonde le fond de mon âme... aaah ! Je ne pouvais que craquer. Keitô-sama m'appelait pour que je lui voue toute ma passion. Mais ce que je ne savais pas du tout, c'est que cette magnificence transcendante de Keitô-sama resplendissait davantage quand je le voyais avec Heisuke-sama. Oh, Heisuke-sama, une sublime allure et une aura mystérieuse au charme magique. Je ne peux m'empêcher d'avoir des frissons ! J'avais remarqué depuis assez longtemps que Heisuke-sama et Keitô-sama étaient souvent ensemble. Il était impossible que je suive l'un sans suivre l'autre. Parfois, ils chuchotent entre eux et lorsqu'ils se disent leurs mots secrets au creux de l'oreille, qu'ils s'échangent alors ces regards complices, qu'ils esquissent leurs sourires qu'ils sont les seuls à comprendre, mon cœur devient un véritable ascenseur émotionnel.

J'attrape mon sac, je l'enfile sur mon épaule et je pars à la chasse. Je marchais lentement derrière eux pour ne pas me faire repérer. Je ne les quittais pas des yeux. Chaque clignement était calculé de sorte à ne pas me gêner dans ma filature. Je n'entendais pas ce qu'ils pouvaient se dire même si j'aurai bien aimé. Il faut savoir faire des sacrifices dans la vie ! Les voir marcher côte à côte est un plaisir inégalité. Ces deux figures masculines magnifiques qui coordonnent leurs pas ensemble. Oh que c'est beau !

À mon grand désarroi, Keitô-sama semble se rendre au club de basket. Je n'ai jamais aimé l'observer pendant ses heures de clubs. Moi, mettre les pieds là-dedans ? Quelle idée ! Et puis je suis certaine que d'autres garces affamées doivent déjà prendre plaisir à graviter autour de lui. C'est d'un ennui mortel. Je ne suis pas l'une d'entre elles, ah ça non ! Je suis bien PLUS délicate que ces idiotes. Heisuke-sama le quitte et fait marche arrière. Je panique, de peur qu'il ne me remarque alors je fais volte-face, je baisse mon ombrelle de quelques centimètres et je me tourne légèrement sur le côté, faisant semblant de me refaire une beauté en tapotant mes cheveux. Heisuke-sama s'approche doucement et quand il passe près de moi, je me sens transportée de joie. Quand je le juge assez distant de ma position, je me tourne vers lui pour l'observer marcher. Il avait une démarche si détendue, presque à l'aura fantomatique mais c'est ce qui rendait la chose si douce et parfaite. Heisuke-sama se rendait à nouveau dans le bâtiment universitaire. Lui et Keitô-sama venaient de là. Je ne pouvais m'empêcher de soupirer avec émerveillement en comprenant qu'Heisuke-sama avait fait tout ce chemin uniquement pour accompagner son ami. Un si beau duo, une si belle amitié.

J'ai sorti mon cahier pour noter l'heure et ce qu'ils viennent de faire. D'habitude à cette heure-ci je suis: au pire, en cours ou au mieux, à peine sortie de la salle de classe. Je ne savais pas vraiment qu'ils faisaient ça. Keitô-sama et Heisuke-sama sortent du bâtiment. Keitô-sama va au club et Heisuke-sama repart à l'université pour ... ? MAIS QUOI METTRE À LA SUITE DE CES POINTS ? Que faisait Heisuke-sama ? Il rentre aux dortoirs ? Ou alors ... il rejoint une autre personne ?!
Je devais savoir où Heisuke-sama partait. Donc, je suis entrée moi aussi dans le bâtiment universitaire. J'arrivais toujours à apercevoir Heisuke-sama qui montait les escaliers. Pas un minute à perdre, si j'attends encore, je vais le perdre. Je ferme mon ombrelle et je me précipite vers les escaliers. Je m'arrête net avant de monter les marches. J'essaie de reprendre mon calme, ce serait bête qu'Heisuke-sama entente le bruit de ma respiration. Aaah mais je n'en peux plus ! Je l'entends monter les marches, oh mon dieu. On dirait une mélodie à chaque fois qu'il pose son pied sur une marche, l'une après l'autre. Quel artiste cet homme ! Je passe la tête discrètement au niveau de la rambarde d'escaliers pour voir où en est Heisuke-sama. Je le vois et je m'empresse de monter à mon tour.

Arrivée au bout du couloir, je patiente quelques secondes avant de poursuivre mon chemin. Je me colle au mur et je penche la tête lentement. Heisuke-sama entre dans une pièce, laquelle était fermée car il l'ouvre avec ses propres clés ! Il referme derrière lui. Je m'approche de la salle en question et je vois qu'il s'agit de la salle de musique. Pourquoi irait-il à cet endroit ? Je me le demandais en faisant une grimace. Mais je secoue la tête pour me ressaisir puis je regarde par la petite fenêtre de la porte. Là, je vois et j'entends Heisuke-sama jouer du piano. C'était magnifique.

- Oh, Heisuke-sama... ce morceau est si beau... Comment est-il possible de jouer si divinement bien ? Mais quel est votre secret ?

Bon, en fait, je n'y connais rien en musique mais Heisuke-sama est doué, je le sais, je le sens au fond de mon cœur empli de chaleur et de bonheur. Je renifle par instinct quand les larmes me montent aux yeux mais... oops ! Peut-être un peu trop fort ?! Par pitié faites qu'il n'ait rien entendu ! Je me baisse en vitesse et m'écarte sur le côté.

---------------------------------

Senpai
noticed
me !
(๑•̀ㅂ•́)و

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1449
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Someone behind you  Ven 24 Nov 2017 - 18:28

Je passai environ une demi-heure à faire essais et erreurs. Je réussis à jouer une mélodie sans problème tout comme j’avais échoué à plusieurs reprises dans une autre. Plus elle était longue, plus je risquais que mon majeur bloque au cours de celle-ci. Je parvenais à me rattraper avec l’annulaire quelques fois, mais il était occupé sur une autre touche la plupart du temps. Heureusement que ce n’était pas la même histoire avec mon index… Sinon, je ne pensais pas pouvoir maintenir ma motivation encore longtemps. C’était frustrant d’échouer quelques choses qui m’était tellement facile auparavant. Ça me rappelait cette époque où j’ai rencontré Keitô. Face à mon incapacité de jouer, Keitô m’avait écrit une chanson pour m’aider à me motiver et ce, malgré notre haine mutuelle envers l’autre. Rien ne l’obligeait à faire tout cela pour moi, qui n’était à ses yeux qu’un simple gosse de riche arrogant. Je me demandais bien comment serait notre relation aujourd’hui sans cette histoire… Nous avons lentement commencé à nous tenir ensemble après cela et devenir peu à peu des amis. Je souris à cette pensée. Depuis le début, Keitô ne m’avait jamais laissé tomber. J’étais incroyablement chanceux de l’avoir auprès de moi. Peu importe les événements, je pouvais me fier sur lui pour me supporter.

Un petit bruit provenant de la porte attira mon attention. Je fixai la porte quelques secondes, mais il n’y avait rien. Cela devait être un simple passant dans le couloir. Je vérifiai l’heure sur mon cellulaire. Il restait une demi-heure avant la fin des clubs. Étant donné que Ogawa-Sensei n’était pas là aujourd’hui, je décidai de quitter mon entrainement plus tôt. J’avais des livres à chercher à la bibliothèque avant de rentrer aux dortoirs pour mon devoir de littérature. D’ailleurs, il faisait plutôt beau temps dehors. Je pourrais commencer celui-ci au parc en attendant Keitô. Cela me paraissait une bonne idée. De plus, les cerisiers commençaient doucement à fleurir. Avec ma veste, je serais confortable. J’attrapai donc mon sac et les clés avant de quitter la salle. Comme promis, je verrouillai derrière moi et allai à la salle des professeurs pour rendre les clés. Je discutai un petit moment avec mon professeur à propos de mes observations et sur les éléments sur lesquels nous pourrions travailler ensemble lorsqu’il sera disponible. Pour le moment, étant donné les examens finaux, je pratiquerais seul pour les prochains jours.

Je saluai mon professeur et quitta le bâtiment universitaire. Le ciel dégagé confirma mon idée d’étudier dehors. J’enverrais un petit SMS à Keitô une fois que je serais sur un bac pour lui dire de me rejoindre à cet endroit après son club et non à la chambre. Il aimait bien passer son temps dehors lui aussi donc je crois qu’il sera content d’en profiter avec moi. Mais avant, direction la bibliothèque. Je devais trouver les ouvrages dont j’avais besoin avant de penser à m’installer dehors.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 21
■ Inscrit le : 12/11/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-13
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Natsuki Hanazawa
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Someone behind you  Dim 26 Nov 2017 - 2:29


Il arrivait pendant mes filatures que je sois submergée par mes émotions et on ne contrôle pas son cœur malheureusement, n'est-ce pas ? Ce que je ressens est si intense ! Comment contrôler cet amour si puissant ?!

Agenouillée vers le pas de la porte, j'attendais qu'Heisuke-sama se remette à jouer un petit air avant de regarder par la petite fenêtre. C'était une sécurité nécessaire mais peu dérangeante dans ce cas présent car la musique crée par Heisuke-sama était si belle que je me sentais apaisée et pardonnée de tout pêché ! Cela valait la peine de se recroqueviller ici. Une fois que j'entendais une note de musique, je me relevais lentement en espérant qu'il n'ait rien entendu. Et là une chose incroyable se produisit. Le sourire d'Heisuke-sama !!! Ce sourire valait tout l'or de la Terre ! Si beau, si innocent, si angélique. Je me sentais mourir de bonheur. Mais à quoi pensiez-vous donc Heisuke-sama en esquissant ce sourire sublime ? Pensiez-vous à Keitô-sama, votre ami si cher à votre cœur ? Ou alors, étiez-vous si modeste au point d'apprécier votre propre mélodie ? Je donnerai cher pour savoir ce qui le faisait sourire ainsi.

- Seigneur dieu ! Heisuke-sama qui sourit ! Oooooh... ! Ce visage si doux, ces lèvres si roses et pures. Pourquoi me faire ça, aaah.. !

Je chuchotais en portant ma main à mon visage. J'étais si heureuse et émue ! Si seulement j'avais eu l'audace de sortir mon appareil photo. Mais Heisuke-sama m'aurait repérée ! Du coup, je savourais l'instant comme si l'éternité allait nous séparer à jamais si je décidais d'arrêter. Ce sourire était gravé dans mon esprit pour toujours. Peu importe le nombre de clichés, il s'était imprimé en moi et ne pouvait plus s'effacer !

Quelle cruauté Heisuke-sama ! Oh, le voilà qui arrivait par ici ! Avec mon cœur débordant d'amour et d'admiration, je n'avais pas remarqué que tant de temps était passé. Je me dépêche de partir vers la cage d'escaliers. Je monte jusqu'au prochain pallier et j'attends en cachette. Je ne fais rien d'autre qui pourrait paraître suspect car je ne sais pas où se rend Heisuke-sama. Je l'entends fermer la porte à clé. Aaah... personne ne ferme de porte aussi bien que vous, Heisuke-sama, cette prise en main si bien menée, ça ne peut être que vous ! Heisuke-sama approche puis il descend.

Je soupire par soulagement, je n'aurais pas survécu si nos regards s'étaient croisés dans le cas où il serait monté à l'étage. Je ne connais pas vraiment le bâtiment universitaire mais s'il est conditionné de la même façon que le nôtre au lycée, je dirais qu'Heisuke-sama se rend dans le coin administratif. Je commence à descendre moi aussi quand Heisuke-sama atteint la dernière marche des escaliers. Je mets ma tête au travers de la rambarde et une fois que je sais de quel côté il tourne, je me lance.

Et puis... MALHEUR ! Deux autres étudiants descendent également et passent devant moi, me doublant et me privant de mon champ de vision ! Raaah ! J'avais perdu la trace d'Heisuke-sama... Le désespoir s'emparait de moi. La tristesse m'envahissait et ma poitrine pliait sous le poids de la culpabilité. Dans quelle salle est-il allé ? Je n'avais aucun moyen de le savoir et je pouvais lire sur les panneaux qui surplombaient les portes qu'il s'agissait du couloir des salles des professeurs. Je n'avais pas ma place ici, c'était dangereux d'aller plus loin. Résignée, je regagnais le rez-de-chaussée d'un pas abattu, la tête baissée. Et puis je râlais intérieurement. Je me jurais que si je trouvais ces deux ploucs, j'anéantirai à jamais leur réputation !

En atteignant la sortie, je me rendais compte de toutes les opportunités perdues et je me demandais quelle heure il était car peut-être je pourrai voir Keitô-sama revenir des clubs. Mais non, ce n'était pas encore l'heure. Le dépit me narguant à plein nez, je me suis assise sur les marches qui ornent les grandes portes du bâtiment universitaire. Je boudais, les coudes sur les genoux, les joues appuyées sur mes mains. Quel gâchis.

Puis, miracle ? HEISUKE-sama s'en est revenu vers moi ! OH MON DIEU ! La chance était de mon côté. Il passa à côté de moi, m'effleurant presque. Cette fois-ci, je ne reculerais devant rien ! Je ne vous laisserai pas vous échapper Heisuke-sama ! Je repris confiance en moi et je me levai d'un pas décidé. J'étais très ravie qu'Heisuke-sama lève la tête au ciel pour contempler le beau temps. Ce qui était magnifique, c'était lui. Ses yeux luisaient comme un diamant de 3016,75 carats ! Une pure merveille que ses yeux.

Heisuke-sama semblait se rendre à la bibliothèque. Un coup de chance car c'était une zone ouverte et où je pouvais donc agir en liberté. Je ricanais rien que de penser à tout ce qui s'offrait à moi.


- Huhuhu... oui c'est cela Heisuke-sama, ne rentrez pas tout de suite. Les rayons du soleil ne valent rien face à votre éclat.

J'observais Heisuke-sama de loin, cachée derrière des buissons (que j'ai déjà piétiné il me semble dans un passé lointain, hum). Sa beauté resplendissait à la lumière du soleil. Je suis certaine qu'à la lumière de la lune, la beauté de Keitô-sama mêlée à celle d'Heisuke-sama aurait l'effet d'une éclipse à mes yeux tant elle m'émerveillerait et m'aveuglerait pour me punir d'avoir apprécié pareille merveille et harmonie. Les pubs l'Oréal ou Pantene se sont forcément inspirées d'Heisuke-sama avant d'obtenir un concept aussi accrocheur que les ralentis et les replay beauté. Oh oui, Heisuke-sama, vous êtes si parfait ! Quand je le regarde, c'est comme une scène slowmotion où les mouvements que font ses mèches me remplissent de joie tant elles flottent avec élégance. Je ne me lasserai jamais de le voir marcher !

J'attends le bon moment pour emboîter ses pas mais entre temps je marche sur une fichue branche qui craque en faisant un bruit épouvantable. Pour m'en dégager, je manque de me vautrer dans les buissons mais ayant peur qu'on me remarque, je me cache en vitesse dans un fracas de feuillage.

---------------------------------

Senpai
noticed
me !
(๑•̀ㅂ•́)و

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 1449
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Someone behind you  Jeu 7 Déc 2017 - 1:19

Sur le chemin vers la bibliothèque, je pensais déjà aux livres dont j’aurais besoin pour mon devoir de littérature. Je savais quelques tomes intéressants pour ma recherche, particulièrement les deux œuvres originales que je devais comparer. Il y avait également ce livre plutôt bien construit sur le genre littéraire avec une explication détaillée des mouvements et de toutes ses caractéristiques au niveau du fond et de la forme. Je l’avais utilisé pour la première fois dans le cadre d’un autre travail et il m’avait été très utile. Il y avait aussi ces livres sur les auteurs en question qui seraient intéressants à exploiter. Comprendre l’imaginaire des auteurs nous permettait de mieux saisir leurs histoires ainsi que leurs idées. Prendre en compte ces aspects rendrait mon travail de recherche encore plus intéressant, surtout que cela était pour énormément faciliter la comparaison entre les deux. Je savais à peu près où se trouvait ces tomes. J’allais seulement devoir vérifier pour les auteurs, mais j’avais déjà ma petite idée sur le sujet.

Le fort craquement d’une branche derrière moi me fit sursauter. Quel son disgracieux. Même en étant perdu dans mes pensées, j’avais évité la branche, chose que visiblement l‘étudiant derrière moi n’avait pas fait. Curieux, je fis volte-face, mais il n’y avait simplement quelques élèves un peu plus loin; trop éloignés pour avoir marcher sur la branche à cet instant. Cela était me paraissait plutôt suspect. Avec l’histoire de Senji qui prenait des photos de Keitô à son insu, fallait dire que j’avais moi-même développé quelques petites paranoïas sur le fait d’être suivis. Enfin bref, je ne devais pas trop penser à ça. Qui en aurait après moi après tout? Senji était loin d’ici désormais… Peu importe.

Je repris mon chemin vers la bibliothèque qui n’était plus encore très loin. Devant les grandes portes, j’y entrai et me dirigeai immédiatement vers les rangées qui m’intéressaient, évitant la surpopulation qui se trouvait dans le bâtiment. Normalement, la bibliothèque était un lieu pratiquement désert, mais moindrement qu’il y avait les examens, se trouver une petite place pour y étudier était pratiquement chose impossible. Heureusement que je voulais ressortir dehors pour faire mon devoir… Non seulement il y aurait moins d’élèves dans le parc, mais je n’aurais pas à les entendre constamment marmonner entre eux. J’évitai quelques élèves et arrivai enfin devant l’étagère où se trouvait le premier bouquin. Un simple coup d’œil et je trouvai le livre sans problème puisque je connaissais sa couverture. J’inspectai ensuite dans l’étagère si je ne pouvais justement pas trouver les ouvrages concernant les auteurs. Après deux petites minutes, je trouvai le premier, mais je me déplaçai plus loin pour trouver ensuite le deuxième. À mon plus grand bonheur, je réussis assez rapidement de trouver tout ce dont j’avais besoin pour mon devoir. Ne manquait plus qu’à faire la queue au comptoir pour les emprunter. Je regardai l’heure sur mon cellulaire. Il restait environ une dizaine de minutes avant la fin des clubs. C’était parfait.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 21
■ Inscrit le : 12/11/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 15 ans
❖ Chambre n° : L-13
❖ Arrivé(e) en : Avril 2014
Natsuki Hanazawa
« Elève ; en 2ème année »
(#) Re: Someone behind you  Aujourd'hui à 5:31


J'ai vraiment frôlé la catastrophe sur ce coup-là. Une fois n'est pas coutume mais une seconde de retard et Heisuke-sama m'aurait vu. Je n'aurais jamais pu supporter d'attirer son attention sur moi. Son regard seul aurait transpercé mon cœur qui se serait brisé et dispersé en un millier d'étoiles ! Mon cœur, d'ailleurs, battait si vide qu'il menaçait d'exploser dans ma poitrine. Je restai figée le temps qu'Heisuke-sama se retourne et continue son chemin. Je jetai un œil lentement en levant ma tête hors des buissons et je le voyais près de l'entrée de la bibliothèque. C'était le moment de le rejoindre ! Si j'attendais plus longtemps, je pouvais perdre sa trace à l'intérieur.

Je me mettais à courir pour rattraper les quelques mètres qui me séparaient de l'entrée puis une fois aux portes de la bâtisse, je m'arrêtai net et je faisais comme si de rien n'était. Je gardais mon calme.

Une demoiselle à l'accueil me demanda cependant de retirer mes lunettes et mon masque. Bon, cela m'avait assez offusqué, mais je n'avais pas le temps de bavarder avec cette vipère de malheur. Quand je quittais Heisuke-sama des yeux, il finissait par s'éloigner inévitablement de moi. J'enlevai donc mon super attirail et je m'empressai de suivre, discrètement, mon très cher Heisuke-sama, le sublissime ange de lumière de ce bas monde.

C'était facile de le repérer car il émanait de lui une douce lumière qui guidait mon esprit chamboulé vers la voie du bonheur. Les autres personnes n'étaient que des obstacles, moins que des ombres, seulement des morceaux de ce paysage rendu si unique grâce à la présence de ce prince au charme magique. La bibliothèque étant assez bondée à ce moment-là, ce fut un très gros avantage pour moi. Je pouvais approcher Heisuke-sama aisément, en me faufilant entre les gens qui devenaient alors des cachettes de fortune si celui-ci se tournait vers moi. Les étagères et les rangées étaient également de très bonnes alliées. Je n'étais pas prétentieuse au point d'entrer dans son champ de vision ou dans le périmètre de sécurité que je m'étais fixée, bien que l'envie m'en brûlait croyez-moi, mais je demeurais malgré tout près de lui.

En l'observant, je ne pouvais qu'admirer la grandeur de son existence. Un être à la beauté éclatante doublé d'une âme éthérée débordant de sagesse et de savoir, que demander de plus dans cet univers de folie ? Heisuke-sama était au centre de ce microcosme qui semblait n'avoir plus aucune valeur sans lui. Tous les autres abrutis ne faisaient que chercher et chercher dans l'immensité des livres disposés, mais pas vous Heisuke-sama ! Le pas ferme, aucune hésitation dans le mouvement, le regard décisif et serein... il trouva immédiatement ce qu'il désirait. Rien à voir avec tous ces crétins autour qui se rendaient plus ridicules à chaque seconde. Je me tenais de l'autre côté de l'étagère où il se trouvait. Plus précisément, une étagère plus loin car me contenter de rester vraiment de l'autre côté de là où il se trouvait, c'était très risqué. Au fur et à mesure qu'il se déplaçait pour prendre d'autres livres, je le suivais, réglée au millimètre. Pour le regarder et profiter pleinement de sa grâce sans pareille, j'enlevai un livre ou deux de la rangée juste en face de mes yeux, ce qui débloquait ma vue sur Heisuke-sama. Puis lorsqu'il levait ou baissait le regard par ici, je remettais les livres à leur place et ainsi de suite.

Ses doigts effleurant la surface des reliures de livres me rendaient folle. On aurait dit des caresses divines, si douces et si délicates. Je donnerai tout pour avoir la possibilité- que dis-je, le privilège sacré de sentir, ne serait-ce que l'infime sensation de ce toucher exceptionnel ! J'envie l'élue de son cœur qui connaît cette immense bénédiction à chaque fois qu'il la touche. Je mourrai pour un centième de cela.

J'étais comblée. Tellement comblée... ! Même si j'en voulais toujours plus, en réalité. Quand il eut l'air d'avoir eu ce qu'il voulait, je chuchotai en répétant ma prière au ciel, suppliant de faire durer ce moment le temps que je puisse en savourer chaque instant.

- Par pitié, faites que ce moment dure pour l'éternité ... jusqu'à la fin des temps...

Heisuke-sama se dirigea ensuite vers le comptoir, ses bouquins sous la main. Il était si soigneux, si délicat même pour de vieux livres. La façon dont il les tenait ressemblait à une étreinte si chaleureuse. Ah que je jalousais ces bouquins ! Après qu'il eût quitté les environs de l'étagère, je décidai de passer derrière lui pour voir exactement à quel genre de lecture il s'adonnait, ce qu'il voulait emprunter. Je fis une moue désespérée en voyant que c'était de la littérature hautement qualifiée mais cela ne m'étonna guère. Nous parlions d'Heisuke-sama après tout, son savoir n'était pas accessible à tous ! Je notai la catégorie, la rangée spécifique de l'étagère, mesurant l'emplacement laissé vaquant par les livres pris par Heisuke-sama, puis je retournai à sa poursuite. J'avais l'intention de prendre ces livres moi aussi une fois qu'ils seraient rendus, contre leur gré, à la bibliothèque. Je pouvais déjà entendre les cris de leurs plaintes sanglantes me percer l'oreille.

Je fus soulagée de voir qu'Heisuke-sama faisait encore la queue, même si ça m'indignait aussi profondément. Heisuke-sama ne devrait même pas avoir à faire ce genre de chose, enfin ! Et ces ignobles individus avant lui dans la file devraient lui céder leurs places sans même hésiter ! Vraiment, quel manque de discipline. Pourtant, vous, Heisuke-sama, acceptez d'être traité ainsi, vous respectez ces viles créatures sans rien demander en retour, tel Dieu qui aime ses créations du plus profond de son être ! Vous êtes si admirable !

J'attrapai un livre au hasard sur le chemin, pour ne pas éveiller les soupçons quand ce serait à mon tour de passer au comptoir. Car oui, je me rendais également dans la file d'attente. Je vérifiai quand même si mon bouquin était un livre acceptable et il s'agissait d'un livre de galettes... Je ne comprenais pas comment un tel ouvrage pouvait se trouver ici mais il était bien référencié alors tout allait bien. En revanche, j'étais bien trop nerveuse pour me placer derrière Heisuke-sama alors je laissai deux ploucs se tasser avant moi. Ils devraient me remercier de me montrer aussi généreuse envers eux. Ce n'est pas un luxe ordinaire que d'attendre derrière Heisuke-sama. L'attente devient un plaisir momentané ! On en viendrait à compter les secondes pour ne pas que ça se termine. Je remarquai qu'Heisuke-sama avait regardé l'heure. Du coup, j'en fis de même et découvrit qu'il était bientôt l'heure pour Keitô-sama de finir. J'étais anxieuse, qu'allait-il se passer après ça ? Je le regardai de dos, il était si grand, si... insaisissable ....


---------------------------------

Senpai
noticed
me !
(๑•̀ㅂ•́)و

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Someone behind you  

Revenir en haut Aller en bas
 
Someone behind you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe Daigaku ; l'université :: Le bâtiment principal-
Sauter vers: