Partagez | 
 

 28:1 The wicked run when no one is chasing them

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 25
■ Messages : 340
■ Inscrit le : 04/07/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Casey Rivers
« Elève ; en 5ème année »
(#) 28:1 The wicked run when no one is chasing them  Mer 13 Déc 2017 - 23:07

Okurayama Park
Dimanche matin
6h



La lumière du soleil, timide à cette heure, s'infiltrait à travers les feuillages parsemés, et éclairait l'allée déserte. Seuls le cliquetis des griffes sur le béton et le bruissement des arbres du parc venaient rompre le silence. Les joues de la jeune fille, avait pris une légère teinte rosée, malgré le keffieh lui barrant le bas du visage. Il faisait froid, certes, mais le tout lui donnait une sensation de fraîcheur, de pureté voire même de vide.

Ici, l'adolescente pouvait évoluer en toute liberté, sans contrainte. Pas besoin de faire semblant dans ses relations, ou de se forcer à sourire quand l'envie n'y était pas. Adieu le politiquement correct casse-burne ! Si elle voulait, elle pouvait même courir apoual entre les arbres, personne n'en serait témoin ! Casey aimait cette ambiance, et aimait encore plus la partager avec son chien.

Depuis son arrivée à Kobe, elle avait ratissé chaque parc de la ville, avant de trouver son bonheur en ses lieux. Il était parfait pour ses promenades avec Bandit : Parc fermé anti-chien fugueur, toujours ouvert, proche de la maison de son frère, suffisamment grand, et surtout, hermétique au trafic. Et à cette heure-ci, il y avait pas un chien dans le parc – sauf le sien.

De ce fait, Plante verte avait détaché la laisse rétractable, et laissé son toutou vagabonder à ses côtés. En temps normal, elle ne pouvait guère se le permettre : Il était bien trop avide de câlin, et offrait des free-hug à n'importe quel random osant croiser leur chemin. S'il voyait une porte ouverte, il s'engouffrait immédiatement à l'intérieur pour dire bonjour aux habitants. Quand quelqu'un s'intéressait à lui, il devenait immédiatement son nouveau meilleur ami, et le quitter en gémissant. Et les chats... Il leur mettait des baffes pour jouer. Bordel, ce qu'elle aimait ce chien.

Casey balança son bras vers l'avant « Va chercher » et le chien détala à toute vitesse. Il s'arrêta en dérapage à une dizaine de mètres, puis se mit à renifler le sol, hébété. Un sourire moqueur s'esquissait déjà sur les lèvres de l'adolescente, alors qu'il cherchait vainement la balle « Owned ! » Son toutou tourna sa petite tête suspicieuse vers sa maîtresse, et il vit la tromperie : La baballe était toujours dans le creux de sa main ! Alors qu'il s'apprêtait à lui foncer dessus pour lui arracher, ou lui faire des papouilles, une autre personne rentra dans son champ de vision.

Silence pesant. Moment de flottement.

Totalement immobiles,  les yeux de Casey et de son chien restaient rivés sur le nouvel arrivant... Qui faisait un footing. Et les coureurs, ça lui réveillait systématiquement ses gênes de chien traîneau hyperactif.  « Bandit, aux pieds ! » Elle était beaucoup trop loin pour lui remettre sa laisse. De son côté, le chien regardait alternativement sa maîtresse et le blondinet. Finalement, la gueule ouverte, et la langue pendante d'excitation, il s'arrêta sur ce dernier « Bandit, non ! »

Trop tard.

Le chien s'élança, telle une fusée, derrière le jeune homme. En quelques secondes, il le rattrapa. Sauf qu'avec sa vitesse, il ne réussit guère à s'arrêter, et le percuta avec violence. Heurté de plein fouet, l'étranger valdingua en avant dans un buisson.

« God damnit Moon moon ! Stop ! »

Facepalm. Pas encore, sérieux. Après, ça pourrait être pire, il pourrait... Sauter à la suite de blond dans le buisson, comme à l'instant... Ou il pourrait... Avoir des orties, comme celles bien visibles où les deux avaient tout juste disparus. L’inquiétude commençait à monter dans le fond de sa gorge alors qu'elle s'approchait. Casey n'avait plus aucun visuel sur son chien ; Ce dernier pouvait se blesser les pattes sur les orties, culbuter le mec « Don't hump him ! », ou pire encore, l'inconnu pouvait être un chinois fou furieux.

Décidée à récupérer son clébard coûte que coûte, Casey s'avança dans les orties.

---------------------------------

#990033
#2A8000
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 10
■ Inscrit le : 06/12/2017


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : A-204
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Daigoro Ogami
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: 28:1 The wicked run when no one is chasing them  Jeu 14 Déc 2017 - 15:59

Kandachō Appart. A-204
Dimanche matin
5h50


« Move on up ! » Ce sont les premiers mots que se dit Daigoro tout les matins. Et comme tout les matins, il se lèvera pour courir. Courir ! pourquoi s’extirper de son lit douillet à 5 heures du matin et cela peut importe qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige, pour aller courir ? Pourquoi s'infliger autant de souffrance, si c'est pour finir épuisé et englué dans un survêtement rempli de sueur ? Et bien pour lui la réponse est simple, il court pour rattraper son rêve.

Alors après chaque petit déjeuner composé de riz, de Tamagoyaki et de pocky, il enfile ses baskets, ses écouteurs et il laisse Curtis le guider. Mais aujourd'hui, son périple pourrait être un peu plus aiguillé. En effet, son récent déménagement l'a conduit tout près d'un parc que l'on dit charmant et… paisible. Il est vrai qu'à 6 heures du matin n'importe quel parc et paisible mais quand même.

Okurayama Park
Dimanche matin
6h


Après avoir fait un petit détour dans un temple, afin de solliciter les bonnes grâces de Bouddha pour son père, Daigoro arriva au parc. « Dommage que ces gros nuages viennent cacher le soleil » se dit-il, c'est tellement plus beau un parc quand les rayons du soleil s'appliquent à métamorphoser chaque perle de rosée en cristal étincelant.

Après avoir repris sa course, il s’arrêta de nouveau quelques instants pour contempler un jardinet, l'horreur, « mais qu'est ce que c'est que ce travail, ce n'est pas comme ça qu'on réalise un arrangement à la française ! » Il fonça sur le parterre comme un guépard sur une tortue (non ne cherchez pas) avant de se reprendre. Il se releva, essuya la terre de ses mains  et sur un ton aussi méprisant que Vice quand ils parlent de catch, balança un « quel gâchis ! »

Il changea de musique et tout en ruminant dans la barbe qu'il n'avait pas, il reprit son jogging. Quelques minutes plus tard, le voilà de nouveau apaisé et rien ne pourrait gâcher  ce moment. Mais c'était sans compter le TGV qui vint le percuter dans le dos. Mais comment... comment ne pas entendre un TGV qui vous fonce dessus me direz-vous ?

À vrai dire, il lui avait semblé entendre quelque chose de vaguement aigu et humain mais comme il chantonnait « 634-5789 » en même temps et bien ma foi, il fut surpris quand la bise fut venue. Et quelle bise ! 40kg de poils bavant le recouvrir. Heureusement pour lui, il savait chuter et c'est sans doute cela qui l'a sauvé d'une blessure, voir pire, de l'humiliation. Mais il fallait se retourner et surtout se relever rapidement, après tout il ne savait rien de l'animal. Ce dernier était peut être dangereux ou malade comment savoir.

Par chance, l'un de ses écouteurs tomba au moment de l'impact et il put entendre au loin :

« God damnit Moon moon ! Stop ! » ... « Dont hump him ! »

« Ok, il est à quelqu'un » pensa t'il. C'est bon signe, la personne sera bientôt là pour le récupérer. En attendant, il doit le maîtriser et quoi de mieux pour ça, que de mettre à profit ses nombreuses heures d’entraînement à la Dragon Gate. Alors en un éclair, il fit une rotation sur lui même et saisit l'une des pattes du chien dans ce qui s'apparenterait à un « Juji-gatame dis-armbar » lequel a pour effet d'immobiliser le chien sur le flanc pour un court instant. Le temps pour Daigoro d'attraper le harnais dorsal du monstre et de se relever sans trop de souci.

Il était sur ses deux pieds depuis quelques secondes quand il vit en face de lui, quelqu'un qu'il avait déjà croisé. Une maigrichonne aux allures de coton tige qui étudie dans le lycée où il travaille. Une pensée fulgurante lui traversa l'esprit, « comment un si petit corps peut contrôler un aussi gros chien ? »

« C'est ton chien Menbō-kun !? »

---------------------------------

The Most Electrifying Man in Puroresu
Daigoro parle japonais en Midnight Blue #00468C
Daigoro parle anglais en Midnight Garden #637057
Daigoro pense en Midnight Pearl #702670


Dernière édition par Daigoro Ogami le Dim 14 Jan 2018 - 17:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 25
■ Messages : 340
■ Inscrit le : 04/07/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : L-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Casey Rivers
« Elève ; en 5ème année »
(#) Re: 28:1 The wicked run when no one is chasing them  Jeu 11 Jan 2018 - 17:08

Dire que Casey tenait à bandit comme à la prunelle de ses yeux, serait juste de l'euphémisme. C'était bien plus que cela. Pour faire simple et dans la niaiserie, la plus grande partie de ce qu'elle aimait, se contenait sur un petit escabeau, alors que son chien, lui, trônait sur le dernier barreau d'une échelle aérienne. Juste au-dessus du Bacon, et du trio bestial – licorne, écureuil et élan – mais ça, c'était une autre histoire.

De sa position, la cinquième année surplombait la scène buissonnière, et le vit commettre l'irréparable ; Ce rustre de la pire engeance venait d'infliger une torture innommable – juste une prise de judo avec le recul, à l'innocence incarnée Aka son bébé d'amour. Ce dernier se mit aussitôt à gémir hurler de terreur, une supplique à laquelle le cœur de l'adolescente répondit à l'unisson.

D'emblée, Casey se mit à chercher dans ses poches, les mains tremblantes de rage. Si, par malheur, une arme potentielle s'y trouvait – un couteau, un tournevis, une brosse à dent taillée, une cuillère, peu importe, elle allait suriner cette vulgaire blondasse, et continuait bien après son dern - « C'est ton chien Menbō-kun !? » Meh, trop tard. Le bipède biscornu venait de se relever. Alors au lieu de mettre une quelconque vengeance en exécution, le coton tige écrasa ce qu'il restait au fond de sa poche. Probablement sa dignité.

Pour ne pas aider, la face de slip tenait son chien comme un vulgaire bout de jambon. « O-oui, il est avec moi » Elle ne pouvait lui montrer aucune animosité. La lueur de haine, naissant dans ses yeux gris, était déjà de trop. Après tout, son chien avait déjà oublié la frayeur passée, puisqu'il se contentait à présent d'agiter joyeusement les papattes dans le vide, et tentait de lécher le coude du hooligan décérébré. Par contre, si Casey se montrait hostile envers le Zouave interplanétaire, dans ses gestes ou ses paroles, Bandit risquait de suivre le mouvement. Au mieux, en lui grondant dessus, au pire, en le mordant. Ce dernier point n'étant jamais arrivé – sauf une fois au châlet, ce qui ne comptait guère, autant faire profil bas et éviter la piquouze.  

Sans perdre plus de temps, Casey saisit son chien par le harnais en réprimant son envie de bousculer la fistule vivante – Dieu ce qu'il était lourd, et entreprit de le ramener sur le macadam. En l'espace de seulement deux mètres, ses pieds s'emmêlèrent à plusieurs reprises, tandis que le poids du chien faillit l'entraîner vers l'avant tout autant de fois. Après avoir posé son ami sur le sol, elle balança à l'attention de l'autre, là « Merci Gaigoro-chan ! » Impossible pour elle de ne pas reconnaître ce bougre de surveillant, malgré toute la colère lui obscurcissant l'esprit. Si ce dernier trouvait à redire sur son appellation, elle pourrait toujours jouer la carte de l'accent ou une erreur d'honorifique. T'façon, osef.

Le plus important, désormais, c'était de vérifier l'état de Bandit. Le faisant s’asseoir d'une simple tape sur le postérieur, elle prit le temps d'examiner ses pattes et son flanc. Aucune trace de piqûres d'orties ni d’égratignures. Ce qui n'était guère le cas de Casey, puisqu'elle sentait déjà ses mollets lui grattaient à travers son jean. « Ta patte » Le chien s’exécuta avec empressement, lui envoyant presque dans la tronche. Quelques rotations, et va-et-viens plus tard, son membre ne semblait guère lui faire mal « Moh, la prise de judo t'a pas fait de bobo » Elle le grattouilla tendrement derrière les oreilles « Tant mieux »

Un soupir de soulagement plus tard, Casey s'autorisa un bref regard derrière elle « Attention à ces maudites orties en sortant des buissons » Vas-y, tombe la tête la première dedans, va.

---------------------------------

#990033
#2A8000


Dernière édition par Casey Rivers le Lun 15 Jan 2018 - 16:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 10
■ Inscrit le : 06/12/2017


Mon personnage
❖ Âge : 23 ans
❖ Chambre n° : A-204
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Daigoro Ogami
« Personnel ; surveillant »
(#) Re: 28:1 The wicked run when no one is chasing them  Dim 14 Jan 2018 - 17:14


« O-oui, il est avec moi »

« Moué, c'est plutôt elle qui est avec lui ! » « Casey c'est ça ? Tu devrais faire plus attention, ça aurait été une veille dame, tu serais dans une situation bien plus délicate. »  En la voyant se rapprocher, Daigoro vit dans son regard comme une lueur d'émerveillement. Comme si la jeune fille avait soudainement prit conscience de la grandeur de ce dernier. Il se laissa emporter par l'idée d'avoir une élève à qui il pourrait enseigner tout son précieux savoir.  Mais à peine eut-il le temps d'y songer que la demoiselle articula :

« Merci Gaigoro-chan ! »

Voila qui fut un brutal retour à la réalité pour Daigoro. Lui qui entendait déjà son apprentie l'appeler « Daigoro senseï » Comment avait-elle put se tromper ? L'avait elle fait exprès ? Non, c'est impossible ! « Réfléchis Midnight ! » Soudain, la fulgurance, l'illumination. Casey... est une gaijin ! et en outre une gaijin qui n'a pas l'air bien fute-fute non plus. Voilà l'explication, un sentiment de soulagement le parcouru au fond de lui. Et on vit sur son visage se dessiner un sourire en coin, a la fois satisfait et méprisant. Plus par attendrissement qu'autre chose, il reprit tout de même la jeune fille. C'était le moins qu'il pouvait faire pour aider cette pauvre âme perdue. « C'est : Daigoro ! Casey-chan. »

« Ta patte » ...« Moh, la prise de judo t'a pas fait de bobo » ... « Tant mieux »

« Regardez moi ça , pas un coupure, pas une égratignure, même pas un poil arraché, du véritable travail de pro... oué... je suis vraiment le meilleur ! » songea-t-il intérieurement. « C'est normal, tu sais un professionnel comme moi, se doit de toujours maîtriser ses gestes aussi impressionnants et fulgurants soient-ils. » « Tu sais ... » et la commença un long monologue dégoulinant d'un égotisme de haute volée. Relayant ainsi Narcisse au rang de vulgaire petit bonhomme vaguement nombriliste.

« Attention à ces maudites orties en sortant des buissons »

« Orties ?!... Kusooo ! » voilà pourquoi ça le grattait tout d'un coup. Visiblement, il n'y en avait pas qu'a la sortie. Peu importe, il ne fallait rien montrer, rester stoïque face à la fourmi panda qui lui servait d'interlocuteur. Éviter par dessus tout l'humiliation. Humiliation, représentée par un grattage frénétique des jambes en position fœtale. « Allez ! Fais comme si de rien n'était » « Ah ! ne t'inquiète pas pour moi » Daigoro prit alors la position dit du « nice guy » (bras en avant, pouce levé et sourire étincelant) et pensa « Hit the road Cass and don't you come back no more. »

Brusquement, il se rappela avoir vu Casey à plusieurs reprises dans son immeuble. Ce qui était étrange vu qu'il lui semblait pourtant que les relations entre les élèves et le personnel de l'établissement étaient prohibées. A cet instant, il était tiraillé entre son envie de se gratter, de plus en plus présente et sa curiosité piquée par cette petite énigme. Alors tout en se baissant comme s'il voulait relacer ses Onitsuka Tiger, il en profita pour se soulager et poser à Casey la question fatidique :

« Casey, je te vois souvent traîner dans mon immeuble, que viens-tu y faire ? »

---------------------------------

The Most Electrifying Man in Puroresu
Daigoro parle japonais en Midnight Blue #00468C
Daigoro parle anglais en Midnight Garden #637057
Daigoro pense en Midnight Pearl #702670
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: 28:1 The wicked run when no one is chasing them  

Revenir en haut Aller en bas
 
28:1 The wicked run when no one is chasing them
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre ville :: Autres lieux-
Sauter vers: