Partagez | 
 

 Dire que tout allait bien... | Sakura Iroka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 59
■ Inscrit le : 07/12/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 13 ans
❖ Chambre n° : L-13
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Eden Virtanen
« Elève ; en 1ère année »
(#) Dire que tout allait bien... | Sakura Iroka  Dim 24 Déc 2017 - 7:40

Mercredi 8 avril. Lundi et mardi s'étaient mieux passé qu'il l'avait anticipé. Même qu'il a pu sympathiser avec un membre du club de cuisine. Son oncle aurait été très content! D'ailleurs, son oncle avait raison. Depuis cette petite mascarade en garçon en dépit de ses couette, personne ne s'était moqué de lui.

*Enfin... Pas encore... Ça pourrait bien venir, je dois rester aux aguets!*

Songea tout de même le bleuté pessimiste... Lors de la fin du cours de mathématique, il regarda son horaire en baillant un peu comme le cours d'anglais lui paraissait difficile à assimiler. Il prononçait tout fois quand même pas si mal, mais certains mots, leurs orthographe ou bien leur significations lui échappait encore et ne parlons même pas des accords et règles de grammaire. Ce qu'il aperçu l'horrifie et le fit blêmir quelques peu avec ce regard angoissé... Le cours de musique...

*Oh non...Mon dieu... Que dois-je faire?! Si je séchais le cours pour cette fois-ci? Je m'attirerais des ennuis certes, mais je ne suis pas prêt à ça moi! Et si on me demandais de chanté?! Devant tout le monde?! Et qu'on se moque de moi encore? Ou pire! Qu'on se moque de ma voix? Et que je déteste chanté pour de bon! Je n'ai jamais chanté devant personne même pas mon oncle! Oh non non non... Je n'en n'ai pas envie du tout! Déjà, que le cours de théâtre j'ai bien failli y passer, mais ça été mieux que ce que je croyais... Jusqu'à lors tout allait bien! Pourquoi maintenant?! Peut-être qu'on va juste faire les présentations... Peut-être... Ou bien l'histoire ne fera que se répété! Comme avant... Et peut-être réussir à me faire détester chanté pour de bon... Que dois-je faire?!*

Ses pauvres petites mains tremblaient, Eden était si pris par son flot de pensées négatif qui peu à peu l'assaillit et alimentait son flux sanguin si bien que chaque battement accélérer de son cœur le menaçait de lui broyer sa cage thoracique. Soudainement, la cloche retentit ce qui le tira de ses pensées lui arrachant un cri discret de surprise bien qu'il sursaute violemment. Tout comme ses petits camarades de classes, il se leva et les suivaient pour filer jusque dans la classe de musique... Bien qu'il était le dernier du peloton et ses pensées angoissantes et irrationnelles le menaçaient de l'y noyé. On pouvait l'entendre à sa respiration forte et ses pas qui avançaient de reculons et se sentant cette tentions dans tout son être, cette gorge serrer si douloureux, ses mains, eux, resserraient l'emprise sur ses manuels et ses cahiers contre son torse! Puis, sans crier gare...

*Dorénavant, tout ira bien Eden... Si tu te sens déposséder de tes moyens respire et vide ton esprit. Penses à des pensées tranquilles. N'importe lesquels.*

Cette voix dans sa tête était celle de son oncle et ses mots qu'il lui avait dit, semblait apaisés ses démons un peu... Bien que ses pas restaient bien lourds, toutefois, ils restèrent sans bruit. Il sentait ses jambes le supplié de faire demi-tour. Mais Eden ne s'écoutait pas, le jeune élève ne voulait pas décevoir son oncle. Il repensait donc à ces douces paroles.

*C'est ça, bravo, avance à petit pas... C'est très bien comme ça*

Rien que d'entendre sa voix velouté dans sa tête, il en sourit un peu, même si ce n'est que de manière mélancolique. Car il était si loin et il restait encore deux jours avant que la semaine se termine, mais ça lui paraissait si long...

*Si tu savais combien tu me manques mon oncle... Je donnerais tout pour être encore à la maison... C'était une erreur! Je ne me sens pas prêt d'affronté ça et encore moins seul... Encore, je ne peux demander d'aide à personne... Je n'ai personne à mes côtés... Même toi tu n'es pas là...*

Il entrait donc dans la classe quelque peu déprimé à cet idée. Il s'assit et le prof présenta son cours avant de débuté les présentations. Réalisant que son oncle n'était que dans sa tête de manière illusoire, qu'il était seuls face à ses craintes et que son tour venait, tout en ayant pas prêter attention au cours, c'était suffisant pour libérer ses démons! Ils reprirent donc le dessus! Cet océan d'angoisse et de chaos, parsemé de mauvais souvenirs que l'enfant aurait souhaité publier! Ses tourment furent trop puissants à dompter! Perdant qu'il se faisait entraîner par dans cet ouragan d'émotions et de pensées incompréhensible, une douleur aigu à la poitrine se fait sentir, sa respiration était saccadée comme s'il était en train de manquer d'air... Il avait beau regarder autour de lui, il ne voyait personne en qui il pourrait demander de l'aide. Les regards des élèves lui semblait tout à coup si hostile et le regard dure du professeur semblait encore pire! Tout ces gens qui était là le regardant et réalisant son existence soudainement! Pourtant leur hostilité n'était qu'une illusion que son angoisse projetait pour le forcer à s'enfuir alors, qu'en réalité, aucun de ces gens ne lui voulaient du mal. Son teint, déjà bien pâle, avait pâlis d'un coup et le doux garçon n'écoutait qu'à moitié ces voix distantes et inquiètes qui l'interpellait. Finalement, il réalise qu'on lui demandait tout simplement s'il allait bien.

« Je... Je ...ha... J-je suis désolée...ha...ha.... je n-ne me sens... pas très bien...ha... je vais filer à l'infirmerie... D-d-d-désoler du dérangement...

Il prit ses affaires à toute vitesse et s'est mit à courir! Il était parti sans même demander son reste! Si qui que ce soit dans la salle de classe s'était proposer pour l'accompagner, cette personne n'a pas été assez rapide! Il courrait et courrait sans trop savoir où il allait, mais il courrait tout en étant à bout de souffle causé par sa crise de panique grandissante... Il fini par trouver l'infirmerie, en larmes et en panique. Il tenait encore son petit cœur qui rageait contre sa cage thoracique avec une violence douloureuse. Encore heureux qu'il n'y avait personne d'autres sauf l'infirmière elle-même. Cependant, il aurait souhaité qu'elle ne soit pas là! Il voulait être seul et échapper à tout! À peine rentrer, il sursaute et couine se rendant compte qu'elle était là. Déjà qu'il était à bout de souffle, il blêmit davantage et recula sur ses pauvres jambes qui tremblait comme une feuille... À vrai dire, tout son être tremblait et ne tenait pas en place! Le menaçant ainsi de tomber au sol ou pire...

« J-j-j-je... haa... hum...devk...haa...haa...v-v-ous... haa... je... d-dé... dé.... d-d-dé... arg... haa...

Balbitula le pauvre garçon à travers ses respirations saccadé, ainsi que ses larmes qui ruisselaient de plus belle sur ses joues incapable de dire un mot de plus pour s'excuser et n'ayant plus de souffle pour s'enfuir de plus belle... Il figea complétement apeurer et en détresse, mais incapable de l'articuler en plus avec ses propres pensées en folie qui prenaient beaucoup trop de place dans sa petite tête en ce moment pour pouvoir parler convenablement et dire ce qui n'allait pas... Il avait clairement besoin d'aide, même si pour lui la seule aide qui lui soit favorable est cette solitude qu'il apprécie et maudit à la fois...

---------------------------------



#1eb49d :: Je panique en Finlandais | #27a5ee :: J’essaie de te parler en Japonais | #3d509c :: Je raconte n'importe quoi en Anglais | Je fail parfois en "atashi"(magenta) ♀
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 1075
■ Inscrit le : 22/08/2012

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-203
❖ Arrivé(e) en : Oct. 2012
Sakura Iroka
« Personnel ; infirmière »
(#) Re: Dire que tout allait bien... | Sakura Iroka  Sam 13 Jan 2018 - 0:26

Haa~ La rentrée… Des nouvelles têtes, de la paperasse, que de la JOIE et des choses qui m’obligent à devoir être plus présente sur le campus que chez moi à m’occuper de mes petits amours~ Ils me maaaaaanqueuuuuh ! C’est dur de venir travailler en laissant ses enfants à une inconnue ! Les congé maternités sont finis depuis belle lurette, vive le Japon et ses uniques 14 semaines… Dire qu’en France c’est 34 semaines ! TRENTE-QUATRE ! Vous vous rendez compte ! Le paradis quoi ! Heureusement que je m’entends bien avec Itashi-san et que le Doyen n’est pas sévère sinon je n’aurais jamais pu prendre toutes mes vacances autorisées d’un coup… Maintenant, c’est fini le temps partiel, il va falloir que je travaille à temps plein et supporter le regard méprisant de toutes les mères japonaises pour ne pas avoir quitter mon emploi… Désolée d’être seule pour m’occuper d’eux, d’aimer mon métier et d’avoir besoin d’argent pour les nourrir !

Bon, en vérité, je ne suis pas vraiment seule. Ryosuke m’aide bien plus qu’il ne devrait alors qu’ils ne sont pas ses propres enfants… Quand je repense qu’ il en a eu du culot de se faire passer pour le père et de se pointer dans la salle d’accouchement sans me demander mon avis ! Tss ! Après… comme il a été là pour moi depuis le départ de leur père, qu’il m’a épaulée et emmenée à l’hôpital pour leur naissance, il peut sans problème se permettre d’obtenir le titre de « papa ». Ryosuke le mérite cent fois plus – et encore, je suis radine là – que Monsieur Adamo…

Bref, penser à tout ça ne me sers à rien et ça ne me fera pas rentrer plus tôt chez moi non plus. Concentre-toi sur ton travail ! Je regarde ma montre afin de noter l’heure du départ d’une élève et je la raccompagne jusqu’à la porte, lui proposant de l’accompagner jusqu’à sa classe ou sa chambre. Réponse négative à laquelle je lui dis de prendre soin d’elle et de revenir en cas de besoin, afin de fermer la porte et faire volte-face en direction de mon bureau. Je m’arrête après quelques pas et observe la salle d’attente. Personne… Je vais peut-être pouvoir commencer l’inventaire plus tôt ! Comme ça, je ne fermerais pas boutique trop ta- Hein ?

Des bruits de pas rapides, très rapide dans le couloir me coupe dans ma réflexion. Vu l’heure, si ce n’est pas pour moi, je ne comprends pas ! Rapidement, j’attrape mon stéthoscope, le met dans le sac d’intervention et me tiens prête à courir en cas d’urgence dans le campus. La porte s’ouvre dans la foulée pour faire place à un jeune garçon aux cheveux bleus, en pleurs.


« Senji ? »

Dis-je en chuchotant avant de constater que ce n'était pas lui et qu’il s’agit du jeune Eden. Il est beaucoup plus jeune que mon ex petit protégé et mon esprit m’a simplement joué un tour. Le garçon semble totalement paniqué et à l’air d’avoir mal à la poitrine, vu sa posture actuelle. Est-il ainsi à cause de sa course pour venir me chercher ou bien est-ce lui qui a besoin de soin ? Difficile à dire et je dois avouer que ça m’inquiètes. Il balbutie de manière incompréhensible et vu sa manière de ma regarder, il ne s’attendait pas à me voir. J’ai l’impression d’être face à un petit animal sauvage… Tentons une approche en douceur.

Sans geste brusque, je m’approche et m’arrête à mi-chemin entre ma position initiale et lui. Je sais par son oncle qu’il n’est pas très contacts physique donc vu son état, ça va être compliqué de l’approcher immédiatement. Doux sourire aux lèvres, je tente de gagner sa confiance et je prends une voix rassurante.


« Doucement Eden-kun… Respire… Ne te force pas à parler, tout va bien. D’accord ? Tu es en sécurité ici. Assied toi et prends ton temps pour respirer profondément. »

Sans bouger, j’attends de voir la réaction du jeune garçon. Le moindre faut pas et je pourrais aggraver son état de stress, ce qui n’est pas du tout mon intention.

---------------------------------

Japonais: indigo  « Langage des signes»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 24
■ Messages : 59
■ Inscrit le : 07/12/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 13 ans
❖ Chambre n° : L-13
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Eden Virtanen
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Dire que tout allait bien... | Sakura Iroka  Lun 15 Jan 2018 - 7:50

L'infirmière l'avait vu et il était hors de question de laisser un étudiant sous sa responsabilité médicale dans cet état de détresse. Ce serait insulté sa profession après tout! Profession pour laquelle Eden éprouvait beaucoup de respect grâce à son oncle. Il se souvient aussi la première fois qu'il l'avait vu, certes elle lui inspirait la peur comme n'importe quel personne, mais il y avait cette douceur bien à elle et ce côté très maternelle qu'il ne connaissait pas, mais ça le rendait quelque peux intéresser à sa personne, même si durant cette rencontre il n'avait pas prononcé un mot et qu'il a à peine osé la regarder. Son oncle s'était vraiment chargé de tout. Maintenant que le jeune enfant était seul, ce comportement lui a quelques peu tirer dans le pieds.

En l’apercevant son corps et sa panique avait déjà pris la fuite cependant une partie de sa conscience à bien retenu ce curieux nom.

*Senji? Mais qui est Senji?*

Sa pensée était faible, mais sa mémoire l'a bien retenu et il osera peut-être poser la question plus tard. De retour dans le couloir nul part où aller cette douleur au crâne et à la poitrine qui le terrifiait et le faisait paniquer ne l'aidais pas. Ses pensées n'étaient pas clair. Il regarda partout se sentant en sécurité nul part. L'infirmière avait bien raison, on aurait dit un petit animal blessé et fallait le prendre avec douceur. Ce qu'elle a sut faire.

En réaction à ses paroles doucereuses, Eden tentait de ralentir sa respiration bien qu'il avait beaucoup de mal. Il l'entendit lui demander de s'asseoir au lieu de cela, il se laissa simplement tombé genoux liés et ses fesses au sol! Cédant enfin aux supplice de ses jambes qui ne demandait que de tomber! Elles ne tenaient plus pour le moment et avait besoin d'un repos. Il tremblait encore comme une feuille, sa respiration elle et son cœur qui le menaçait de sortir de sa poitrine ainsi que ses tourments n'avait pas cesser. Néanmoins, ces symptômes se calmait quelques peu. Par ailleurs, pour s'aider, plutôt que de la regarder dans les yeux, il se contenta de ses pieds. Ils lui paraissait moins menaçant à regarder. Ainsi les mouvements de l'infirmière serait prévisibles si jamais elle fera un geste qui ferait de sorte qu'il se sente en danger... Bien qu'elle lui avait dit qu'il n'avait plus rien à craindre. Il avait encore du mal à respirer correctement et celle-ci sifflait.

*Un sac de papier... ce serait pas mal... Comment le lui faire comprendre?*

Puis, il eut un petit moment de lucidité qui lui avait donner une bonne idée. C'est les mains tremblantes que le jeunot sortit son portable ouvrait un bloc note et écrivit comme il le pouvait à ce moment là! Même s’exprime par écrit s'était avérait être un exploit pour lui! Une fois, qu'il a écrit son message il le lui montre son iphone. toujours sa main droite qui tenait sa petite poitrine.

"Sac papier svp"

Son oncle lui avait souvent dit que s'il recommençait des crises de paniques que de respirer dans un sac en papier pouvait l'y aider à reprendre son souffle et se calmer plus rapidement évitant que la crise de panique se transforme en crise d'angoisse aiguë. Il espérerait que cette technique lui soit encore utile à l'heure actuelle. Mais surtout que Madame Iroka comprendrait ce message.

---------------------------------



#1eb49d :: Je panique en Finlandais | #27a5ee :: J’essaie de te parler en Japonais | #3d509c :: Je raconte n'importe quoi en Anglais | Je fail parfois en "atashi"(magenta) ♀
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Dire que tout allait bien... | Sakura Iroka  

Revenir en haut Aller en bas
 
Dire que tout allait bien... | Sakura Iroka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Bâtiments communs :: Le bâtiment Yamanaka :: Infirmerie-
Sauter vers: