Partagez | 
 

 Palmarès : les égarés du campus !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 157
■ Inscrit le : 25/09/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 66 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Février 2015
Momoko Inoue
« A l'université ; section littéraire »
http://undecidedbird.tumblr.com/ En ligne
(#) Palmarès : les égarés du campus !  Jeu 12 Avr 2018 - 11:01

« Halevaldia • Momoko »
Palmarès : les égarés du campus !

« Alors. Vous allez tout droit puis vous tournez à gauche. Vous sortez du bâtiment puis vous allez tout de suite à droite, puis vous tournez encore à droite et ça sera la première entrée. »

Autant aller en classe était devenue chose facile, mais pour Momoko, aller dans des terres inconnues telles que l’administration était une véritable mission en pleine jungle, surtout avec des indications aussi rocambolesques que celles des surveillants… Inoue devenait une habituée du campus, elle avait ses points de repère pour aller par-ci, par-là, le strict minimum. Elle avait même acquis le fameux don du « frayage de chemin dans la foule aux heures de pointe ». De même, elle était une sorte de doyenne de substitution, une secondaire ou quelque chose du même genre. Les élèves la regardaient toujours avec un étonnement timide, camouflant une accumulation d’interrogations que la vielle dame tentait tant bien que mal d’interpréter. Mais elle n’était aucunement préparée à se rendre dans les bureaux de l’administration, ou plutôt dans la salle des professeurs, qui signifiait pour elle l’exact et même élément.

Ainsi la voilà dans les allées de l’établissement, foulant le sol avec hésitation et examinant chaque pan de mur pouvant s’apparenter à une administration : quelque chose avec des fenêtres, des néons blancs au plafond, des grandes portes, des pancartes et… beaucoup de pancartes (c’était l’idée qu’elle se faisait des institutions d’aujourd’hui, mais les employés ne semblaient pas du même avis qu’elle). Momoko tourna à droite, encore à droite, mais constatant que ça n’avait rien à voir avec le plan donné, elle fit demi-tour, tourna à gauche et continua tout droit.

Perdue, le bilan final des événements était donné : perdue ! Inoue tourna sur elle-même, paniquée, puis elle écouta son instinct de survie et alla voir la première personne qu’elle croisa sur son chemin.

« Veuillez m’excuser, je cherche la, hum, le… l’administration du lycée. Sauriez-vous m’indiquer le chemin s’il vous plait ? » tenta-t-elle de demander.

---------------------------------



Dernière édition par Momoko Inoue le Jeu 12 Avr 2018 - 14:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 15
■ Messages : 52
■ Inscrit le : 07/04/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 13 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Juin 2015
Halevaldia Drenyrr
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  Jeu 12 Avr 2018 - 13:20


Palmarès : les égarés du campus !


Une adolescente fraîchement arrivée et une étudiante âgée perdue. Feat Momoko Inoue
Halevaldia venait juste d'arriver dans le lycée, cela ne faisait qu'une bonne semaine voir une semaine et demi qu'elle fréquentait cet établissement. Cependant, ce qu'elle n'avait pas prévu, c'était de se perdre dans celui-ci. Il est vrai que le lycée était relativement grand, et elle avait déjà entendue une histoire sur ce dernier. Comme quoi il aurait fusionné avec le bâtiment des étudiants, l'université. Au moins, cela pouvait donner un point de vue sur ce qu'il l'attendait après ces cinq années de lycée, sauf si elle déménageait une nouvelle fois, ce qu'elle n'espérait pas vraiment. Après tout, le Japon était magnifique, surtout à une saison particulière avec les arbres aux feuilles roses, appelés les sakuras. Enfin, peut-être, était-ce leur nom, elle ne s'en souvenait pas particulièrement. Aujourd'hui, cette dernière n'avait rien de prévu, mais elle avait décidé de visiter un peu les alentours pour se créer des repères qu'elle ne serait pas prête d'oublier. Celle-ci observa donc la façade principale du lycée, remarquant que les fenêtres étaient relativement grandes comme celles d'un manoir ou d'un grand palace, quelque chose dans ce style. Il ne faudrait pas qu'elle se mette à fantasmer sur les histoires rocambolesques à propos des palais, châteaux et donjons. L'Histoire était quelque chose de passionnant, qui nous donnait toujours envie d'en savoir davantage. Elle se rappelait avoir lu que le lycée comportait des dortoirs comme sa chambre L-2 partagée avec Midori Yukimura mais ceux-ci étaient situés dans le deuxième bâtiment, une salle commune où tout le monde pouvait aller et qu'elle avait déjà visité un autre jour qui était aussi dans le second bâtiment. En ce qui concernait le bâtiment principal, elle n'y avait mis les pieds que pour les cours dans les salles de classe correspondantes à son année, ou pour aller remplir les deniers papiers pour son inscription. Les casiers pour ranger les affaires devaient tout aussi se trouver dans ce bâtiment. Après, en ce qui concernait le campus, elle savait juste où se trouvait la bibliothèque et encore, si elle se rappelait le chemin menant à cette dernière. Sa mauvaise mémoire finira par lui donner tort, un jour. La demoiselle n'était même pas sortie du campus une seule fois et ne s'était pas renseigné sur ce qui se trouvait à l'extérieur. La ville de Kobe pouvait renfermer de nombreuses choses comme des cinémas ou des squares, il faudrait qu'elle aille voir. Son attention se reporta pendant quelques secondes sur un bâtiment dont elle ignorait tout. C'était probablement celui dédié aux étudiants. La jeune fille ne connaissait même pas le nom de ce dernier et ne comptait pas s'y rendre. La timidité maladive dont elle faisait preuve lui causerait des torts pour parler avec des gens plus âgés qu'elle. Son esprit légèrement embrouillé, elle jeta un coup d’œil aux alentours, se demandant ce qu'elle allait bien pouvoir faire. Que prendre comme points de repère ? Des éléments sortant vraisemblablement du décor, plus que les autres ? Déjà, le bâtiment avec les grandes fenêtres correspondait au bâtiment principal avec ce qui concernant les cours et toute la paperasse. Juste en face de ce dernier, il y avait le bâtiment constitué des dortoirs. C'était un principe assez plaisant, que de traverser la cour pour avoir accès au bonheur qu'est le sommeil.

La demoiselle repéra un banc non loin d'elle et décida d'aller se poser pendant quelques instants, réfléchissant aux différents éléments tout en essayant de les retenir. La bibliothèque, elle connaissait normalement sa position. Puis, elle se souvenait surtout de la forme du bâtiment. Même de loin, on pouvait remarquer les nombreuses étagères regorgeant de livres. C'était un coin qu'elle allait souvent fréquenter cette année, elle le sentait bien. Celle-ci avait son sac de cours avec elle, sauf qu'elle transportait aussi un petit carnet dans lequel elle écrivait les événements importants. Personne ne savait qu'elle le détenait et qu'elle pouvait, parfois, écrire dedans. Mais c'était quand même extrêmement rare, car ce carnet concernait plus les personnes qu'elle rencontrait. L'adolescente faisait alors une petite biographie en douce d'eux, notant le caractère ainsi que les informations concernant la personne. Comme son âge, son nom, ce qu'elle aime, ce qu'elle déteste, ses loisirs, son tempérament et sa façon d'être. Non pas pour dire du mal de ces derniers, mais plus pour savoir comment réagir devant eux. La timidité et la douceur dont elle faisait preuve étaient sincères, mais au fond, elle paniquait à chaque fois, car elle ne possédait pas de sujets de discussion. Ce qui était relativement un souci pour elle. En ce moment, Halevaldia était dans le parc, posée sur un banc. Même si elle regardait étrangement l'université, le parc se situait justement tout autour, ce qui n'était pas plus mal. Peut-être qu'elle croiserait quelques étudiants ? Ce serait l'occasion de se lier d'amitié avec des personnes ayant déjà une maturité avancée, sauf pour certains cas. C'était carrément contradictoire avec ce qu'elle avait pensé toute à l'heure, mais c'était souvent son cas que de changer d'avis toutes les trois secondes. Comme elle commençait à s'ennuyer, cette dernière venait de sortir son téléphone pour jouer à un petit jeu ou bien pour utiliser ses tickets sur les jeux d'otomes qu'elle adorait tant. Devoir séduire un garçon, suivre l'histoire durant de nombreux jours, se connecter justement tous les jours pour continuer l'histoire, mettre des tenues pour augmenter les points de séduction, c'était comme son quotidien. Mais bon, ce n'est pas pour autant qu'elle croyait à l'amour virtuel, c'était juste pour passer le temps et puis, séduire un magnifique homme sachant qu'elle n'avait eu un seul copain dans sa vie, lui remontait le moral. Autant rester avec ses jeux que de sortir avec quelqu'un pour de faux, non merci ! Elle jeta un rapide coup d’œil à une petite application qui permettait d'écrire des histoires en tout intimé et la dernière en date ne datait pas de très longtemps. Disons qu'elle n'écrivait que des nouvelles un peu longues, mais qui n'avaient jamais de suite. Autant finir l'histoire d'un coup et ne pas en rajouter une couche en mettant une suite alternative qui décevrait plus qu'autres choses.

C'est alors qu'en sortant de ses pensées, elle remarqua une dame qui semblait âgée, mais surtout perdue. Effectivement, elle voyait bien que la vieille dame faisait des allers et des retours entre les bâtiments, cherchant probablement un endroit. Est-ce qu'elle faisait partie du personnel, ou bien était-elle une élève ici ? Enfin, être élève ou étudiante à cet âge-là ne semblait guère possible, mais peut-être que si, au final ? Cependant, son vieil âge lui laissait penser qu'elle faisait partie de l'administration, du personnel ou même qu'elle était un professeur. Celle-ci poussa un long soupir, se disant qu'elle pouvait tout aussi bien s'être perdue dans l'immensité du campus tout en voulant voir ses petits-enfants ? Probablement pas car il était certainement interdit de rentrer au sein de l'établissement en n'étant pas un élève, étudiant, professeur ou membre du personnel, de l'administration. Cela ne la concernait pas, de toute façon donc autant ne pas s'en préoccuper. Cependant, voir une personne perdue lui donnait envie d'aller l'aider, mais comment faire ? Et si elle cherchait un bâtiment dont elle n'avait pas connaissance, ce qui serait normal étant donné qu'elle était nouvelle et que son arrivée datait d'une semaine et demi environ ? La demoiselle serait alors dans l'incapacité d'apporter son aide et elle détestait ça. Sa nature douce, protectrice, gentille et généreuse lui demandait d'aller au moins lui poser la question ou demander si elle va bien, parce que par ce beau temps, elle devait être épuisée que de courir d'un coin à l'autre. En plus, aujourd'hui, elle ne portait pas des habits qui faisaient très... élève. Effectivement, sa couronne préférée placée de manière à retenir légèrement sa longue chevelure à l'arrière lui donnait un air de fille assez étrange, portant des habits tout aussi étranges. Sa longue robe jaune était accompagnée de collants blancs, mais heureusement qu'elle n'avait pas mis les gants qui allaient avec. Cela aurait carrément fait un air de princesse, ce qu'elle ne voulait pas faire croire aux autres. La jeune fille accorda de nouveau de l'importance à son téléphone, décidant donc de jouer au nouveau jeu de stratégie qui venait de sortir. Elle vérifiait souvent les options du jeu pour voir si la langue russe était de prime dans ce dernier, et c'était le cas pour celui-ci. Un sourire ravi parcouru son visage. L'adolescente s'empressa alors de cliquer sur "Jouer" et de commencer une toute nouvelle partie, commençant par construire des habitations, des forges, des casernes. Aussi de mettre des fermes par-ci, par-là, des bûcherons dans les forêts et des mineurs dans les mines pour récolter de l'or, du charbon, du fer. De quoi bien débuter tout en se faisant une belle économie. Il ne fallait pas oublier les plantations.

La vieille dame venait de lui revenir un mémoire et un sentiment de culpabilité venait l'assaillir. Quand elle décida de lui jeter de nouveau un coup d’œil, leurs regards se croisèrent. C'est alors que la dame âgée se dirigea vers elle, soulagement pour la demoiselle de ne pas devoir se déplacer en entamant la conversation. Au moins, c'était directement elle qui venait lui parler ou peut-être lui poser des questions. D'un rapide coup de main, elle rangea son téléphone dans son sac et plaça ce dernier du côté gauche du banc, donc de son côté gauche aussi. Pourquoi ne pas proposer une petite pause à cette dame en l'invitant à s'asseoir près d'elle pour discuter un peu et savoir ce qu'elle fait dans les environs ? Ce serait une bonne idée. Son attention restait concentrée sur la vieille dame jusqu'à ce qu'elle arrive à son niveau. Cette dernière s'excusa probablement pour le dérangement occasionné envers sa personne, même si cela ne la dérangeait pas du tout. La jeune fille l'écouta attentivement parler, comprenant désormais qu'elle cherchait l'administration du lycée. La lycéenne lui adressa un sourire timide mais sincère, la trouvant bien sympathique, même si elle ne lui avait adressé que quelques mots. Il y avait cependant un soucis car même si elle savait dans quel bâtiment était l'administration, elle n'avait pas la moindre idée d'où  exactement. Peut-être dans le hall d'entrée ? Ou alors près des salles de classe ? Elle n'en savait absolument rien ou plutôt, elle ne savait plus. C'est alors qu'elle lui répondit poliment :

"Bonjour. Je suis désolée, étant nouvelle arrivante du campus et du lycée, je suis légèrement dans l'incapacité de vous indiquer où précisément se situe l'administration. Il me semble qu'elle est située dans le bâtiment principal, mais après, ce n'est que de mon point de vue. Si cela se trouve, elle est peut-être dans le second bâtiment, c'est pour cela que je n'en ai pas la moindre idée. Veuillez m'excuser."

Après tout, c'était ce qu'elle s'était dit, mais peut-être que l'administration n'était pas dans le premier espace ? Cela allait être compliqué. Comme elle était une âme charitable, elle n'allait certainement pas laisser la vieille dame galérer pour trouver un endroit. Il était de son devoir de jeune personne que d'aider les aînés. Tout en continuant dans la lancée de cette pensée, elle lança à son interlocutrice un nouveau sourire empreint de douceur.

"Si vous voulez, je peux essayer de vous aider à trouver l'administration, mais cela risque d'être long, car je n'en ai pas la moindre idée, et vous n'avez pas l'air de savoir non plus. Et bien sûr, si cela ne vous dérange pas que de passer un minimum de temps avec moi jusqu'à ce qu'on trouve l'endroit recherché."

La jeune fille lui parlait en japonais, puisqu'elle lui avait adressé la parole en japonais. Il était donc logique qu'elles se parlent dans la même langue.
#iwhae pour epicode

---------------------------------

« Halevaldia Drenyrr »
“Le nuage est sombre mais ce qui en tombe est de l’eau pure.”
Japonais en #ff99ff / Russe en #66cc00 / Français en #3366ff
Cheshire Cat sur Epicode


Dernière édition par Halevaldia Drenyrr le Dim 15 Avr 2018 - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 157
■ Inscrit le : 25/09/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 66 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Février 2015
Momoko Inoue
« A l'université ; section littéraire »
http://undecidedbird.tumblr.com/ En ligne
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  Jeu 12 Avr 2018 - 14:58

« Halevaldia • Momoko »
Palmarès : les égarés du campus !

La personne que la petite dame aborda fut une jeune fille aux longs cheveux bruns clairs. Elle fut premièrement assez surprise par son accoutrement, loin d’être ridicule, qui lui donnait un air de poupée qu’on donne aux petites filles lors de leur anniversaire. Avec pour objectif d’en prendre le plus grand soin, c’était l’un des jouets favoris de l’enfance de Momoko. Elle se rappela même de son nom, Karla, et de ses habits aux airs jeune comtesse européenne avec un chapeau de cow-boy en plus. Et ses yeux, que la vielle dame avait croisés juste avant de venir vers elle, confirmaient d’avantage le portrait qui émanait de sa personne. En deuxième lieu, pile au moment où la jeune fille se mit à parler, c’était son accent : très léger mais audible sur la prononciation de quelques mots. Ça n’avait rien de désagréable, cependant, l’origine de celui-ci était totalement inconnue pour Momoko. La curiosité la tirailla légèrement, elle était dans une école à titre international, il était alors logique de trouver des étudiants de tous pays, de toutes origines et donc de toutes les langues. Un mélange de culture qui donnait à la vielle dame un sentiment d’aventure insatiable, un vide qui n’attendait qu’à être découvert ! Mais elle se focalisa sur ses dires, consciente que le moment était fort inapproprié.

Momoko fut déçue que son interlocutrice ne puisse pas l’aider dans sa recherche, à cause de son arrivée dans l’école. Elle devait être autant perdue que la dame à ses débuts, autrement dit elle ne devait pas connaître beaucoup des bâtiments alentours, et elle le confirma par la suite. Mais, étrangement et prise par un élan d’altruisme, la jeune fille lui proposa de l’aider et de faire tout son possible pour arriver à son but. Quelle enfant étonnante, se disait-elle.

« Ne vous en faites pas, Mademoiselle ! Je suis certaine que nous allons trouver cet endroit, peu importe le temps que cela nous prendra. Nous sommes deux après tout. »

Agréablement surprise, la sexagénaire lui adressa un sourire convaincu et la salua par la même occasion.

« Par ailleurs bienvenue dans cette immense (trop immense) école ! Mon nom est Momoko Inoue, mais appelez-moi Momoko, je vous en prie. Et vous ? Quel est votre nom ? »

Au même moment, la petite dame regarda autour d’elle. Puis, elle finit par dire d’un ton intimidé face à la grandeur du parc où elles se trouvaient :

« Hum, je… Je pense que nous devrions prendre cette direction, l’allée principale ne doit pas se trouver très loin. Qu’en pensez-vous ? »

Elle pointa de la main la naissance de quelques bâtiments à l’extrémité du parc. Plusieurs allées au dallage orange étaient visibles, serpentant autour des quelques arbres à proximité, et qui s’enfonçaient vers un environnement un peu moins vert que celui dans lequel se trouvaient les deux femmes.

---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 15
■ Messages : 52
■ Inscrit le : 07/04/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 13 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Juin 2015
Halevaldia Drenyrr
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  Jeu 12 Avr 2018 - 18:44


Palmarès : les égarés du campus !


Une adolescente fraîchement arrivée et une étudiante âgée perdue. Feat Momoko Inoue
La demoiselle ne faisait pas vraiment attention au physique, et n'y jetait qu'un bref coup d’œil sans s'attarder longtemps, de peur de créer une ambiance de malaise où on se défigure mutuellement. C'est pour cela qu'elle évitait aussi de regarder les gens dans les yeux quand elle parlait à ces derniers. Au début, la démarche hésitante de la vieille femme lui avait donné une drôle d'impression sur cette dernière, mais un certain proverbe disait qu'il fallait se méfier des apparences, ce qui semblait s'appliquer dans ce cas-là. Elle était tout à fait d'accord avec cette minuscule phrase doté de mots simples, mais ayant un sens profond. Après tout, on n'était pas obligé de n'utiliser que des mots compliqués qu'on trouve un peu partout dans le dictionnaire et qui servirait pour montrer que nous avons un minimum de connaissances par rapport à notre langue parlée. Même si elle était jeune, l'adolescente ne pouvait s'empêcher d'être curieuse au sujet de son interlocutrice, se demandant vraiment la raison de sa présence ici. Le lui demander serait extrêmement malpoli, c'était comme demander l'âge de cette dernière, cela ne se faisait pas. Puis, ce n'était pas le moment de questionner celle qui était en face d'elle car cette dernière avait besoin d'aide pour trouver l'administration. Aussi, pourquoi le lycée ou même le bâtiment universitaire ne nous avait guère donné un plan détaillé pour qu'on puisse se retrouver dans l'immensité du campus ? Cela aurait été fort utile pour le moment présent. La gentillesse était de prime et elle savait qu'il fallait être patient avec les personnes âgées, qu'il fallait leur accorder un minimum de temps et qu'il fallait surtout les aider. Probablement de la pitié venant de sa part, dans ce cas précis ? Absolument pas. Discuter un peu lui ferait du bien et comme elle ne connaissait pas grand monde, cela ne la dérangeait pas. Puis, c'était mieux de discuter avec une personne que de s'ennuyer la major partie de l'après-midi. Donc dans l'ensemble, c'était un avantage. Elle jeta un regard aux alentours pour voir si elle reconnaissait le bâtiment principal ou non, se doutant que ce serait par là que la vieille dame trouverait son bonheur. Une fois qu'elle l'aurait aidé à retrouver son chemin, elle irait probablement dans la salle commune ou bien, celle-ci irait de nouveau s'asseoir sur un banc en continuant d'écrire une de ses nouvelles. L'écriture était nécessaire, surtout si elle voulait devenir journaliste et entrer dans la section littéraire à l'université. La lecture était aussi quelque chose de bien, cela pouvait détendre ou relaxer une personne, et même aider à s'entraîner en regardant l'orthographe de certains mots ou en élargissant son rayon de connaissances. Beaucoup se lassent de plus en plus de cette dernière activité, car le numérique envahit le monde présent par son impressionnante technologie qui donne bien envie d'aller y jeter un coup d’œil et d'y passer le restant de ses heures. Elle, ce n'était pas parce qu'elle était une fan incontestée du téléphone mais juste parce que la jeune fille avait des choses plutôt personnelles à l'intérieur.

Pour en revenir à ce qui concernait la technologie, elle trouvait cela dommage que très peu de personnes achètent les journaux ou les catalogues. À l'époque, quand les êtres humains n'avaient pas encore inventé les téléphones, les ordinateurs, les consoles de jeux, ils s'occupaient avec ce qu'ils pouvaient. Cependant, aujourd'hui, c'est différent puisque nous avons tout à notre disposition et il est compliqué de ne pas être satisfait. Quelqu'un sans téléphone dans l'époque actuelle serait regardé bizarrement, parce que c'est comme un outil vital dont on ne peut se passer. C'est vrai que la demoiselle rêvait souvent de revenir au temps d'avant, quand il n'y avait pas la technologie. Cette dernière apportait plus de points négatifs que de points positifs et le harcèlement sur le net était désormais possible. Comme si ce n'était pas suffisant de le subir au quotidien dans la réalité, alors sur internet, cela devait mettre un coup de pression en plus. Aussi, on ne sait pas vraiment si internet est sûr et sécurisé. Effectivement, c'est comme une toile d'araignée géante où tous les ordinateurs sont reliés et que les moindres faits ou gestes sont épiés. On ne dirait pas, mais pour la majorité, c'était le cas. Il est écrit que les données d'utilisateur ne seront pas utilisées à des fins quelconques, que ce soit pour de la publicité ou autre chose, mais il ne faut pas se fier à ses messages. Beaucoup de fuites d'informations sont possibles donc autant ne pas trop se lier à cette technologie qui gouvernera le monde. Qui sait, peut-être qu'il y aura des routes en hauteur, des voitures volantes, des cités dans le ciel ? On ne pouvait guère prédire l'avenir. Cependant, l'adolescente pensait qu'elle était née dans la mauvaise époque et qu'elle aurait largement préféré vivre dans un contexte différent de celui-ci. Ruiner la planète chaque jour ne lui plaisait pas et tout ce qui concernait les énergies non renouvelables était sensible car d'ici plusieurs années, il n'y en aurait plus. Peut-être que dans des milliers voir des millions d'années, le soleil s'éteindra en emportant avec lui ce vaste univers dans lequel elle est née. En tout cas, ce n'était pas vraiment le moment pour ressasser tout ça et elle devait effectivement se concentrer sur ses études pour avoir l'avenir qu'elle désirait, mais cela s'avérait compliqué de part son manque de volonté ainsi que de motivation. Qu'est-ce que penserait ses parents d'elle si elle ramenait des résultats médiocres ? Ce serait directement la pension, juste pour avoir des résultats satisfaisants et réussir ses études très, très longues. Le travail ne lui donnait plus envie car elle avait fait une sorte d'overdose de ce dernier quand celle-ci était un peu plus jeune, surtout avec toute la pression du fait qu'elle était fille unique et qu'elle devait se montrer à la hauteur des attentes de ses parents. Elle rumina dans son esprit.

Cependant, elle reprit vite constance et lança un autre de ses sourires à la vieille dame, décidant de l'observer plus minutieusement et ce, même si cela la dérangeait. Autant voir de plus près les caractéristiques de cette dernière. Un petit peu surprise par la posture assez élégante de la vieille dame qui faisait qu'elle se tenait le dos droit, les talons joints ainsi que les pointes écartées. Sa tête semblait aussi droite, cette posture lui donna un impression étrange. Ce n'était pas qu'elle la jugeait du regard, mais plutôt qu'elle se demandait pourquoi une telle position et si c'était naturel ou non. Peut-être pratiquait-elle une activité qui faisait qu'elle avait constamment cette attitude ? C'est alors que son regard inspecta ses habits qu'elle trouva plutôt simples mais soignés, cela lui allait parfaitement. La jeune fille remarqua aussi quelques bijoux. Une petite pointe d'admiration perlait dans ses yeux noisettes. Elle avouait être légèrement jalouse des yeux bleus pâles de la vieille dame, trouvant que cela collait parfaitement à son visage légèrement carré ainsi qu'à ses cheveux devenus gris probablement avec le temps. Même si la dame était vieille, elle gardait un air impossible à expliquer, comme si elle dégageait toujours un minimum de jeunesse de part ses actions. Quand elle lui répondit qu'elles allaient bien finir par trouver l'endroit recherché, celle-ci était bien d'accord. Et puis, cela irait effectivement plus vite à deux que toute seule. C'est alors qu'elle vit que son interlocutrice lui adressa un sourire convaincu, où elle pouvait apercevoir deux marques plutôt discrètes dans le creux de ses joues. L'adolescente arrêta d'inspecter la vieille dame, se disant qu'il valait mieux ne pas fixer cette dernière trop longtemps pour éviter les méprises. Elle n'avait rien pensé de méchant, seulement quelques questionnements notamment sur sa posture élégante. Peut-être que ces dernières partageaient des passions communes, ou des activités similaires ? Cela leur ferait un sujet de discussion pendant qu'elles essayeraient de se retrouver dans ce campus. Autant prévoir la future discussion, sinon elle sentait qu'elle allait avoir le droit à un long silence durant la conversation, ce qu'elle ne désirait absolument pas.

Son étonnement ne fut que plus grand quand la vieille dame lui souhaita la bienvenue dans ce campus. Elle ne lui avait pas dit qu'elle était nouvelle pour recevoir un mot de bienvenue, mais juste pour lui expliquer qu'elle était dans l'incapacité de l'aider. Peut-être que la vieille dame lui avait simplement dit cela par pure sympathie, voir politesse ? L'adolescente lui adressa de nouveau un petit sourire timide, lui disant alors d'une voix dégageant de la sympathie :

"Merci beaucoup, c'est gentil."

La demoiselle écouta donc le reste de sa phrase, se demandant si elle pouvait vraiment l'appeler juste Momoko ? Elle ne se souvenait plus des coutumes japonaises, sauf pour les aînés. Pourtant, elle avait passé sa vie entière à apprendre le japonais ainsi que les coutumes du Japon, mais sur l'instant, elle ne s'en souvenait plus. Seulement le fait qu'elle devait dire "senpai", si la personne en face était un aîné.

"Oh, et bien... Je me présente : Halevaldia Drenyrr, je suis en première année au lycée. Ravie de faire votre connaissance... Momoko."

Elle avait hésité avant de l'appeler par son prénom car cela était un signe de familiarité au Japon, et d'habitude, ils n'avaient pas l'habitude qu'on fasse comme ceci mais bon, c'était la dame âgée elle-même que venait de lui donner son accord, donc autant le faire pour éviter de la vexer. Quand elle lui indiqua une direction à prendre, elle fixa cette dernière et se demandait si c'était vraiment par là qu'elle trouverait le bonheur. Enfin, autant la suivre. Son temps était infini aujourd'hui, donc elle pouvait bien l'accompagner pour causer un peu. Elle se leva donc du banc, prit son sac de cours en le mettant sur une seule épaule, et se plaça à côté de Momoko, prête pour affronter les bâtiments. Autant pimenter cela en inventant une histoire sur le chemin et simulant une situation dans sa tête. Elle ajouta alors :

"Je pense aussi. On verra bien une fois là-bas, de toute manière. Vous êtes du personnel ? Ou bien, une étudiante ? Ou bien vous venez rendre visite à vos petits-enfants ?"

Sa curiosité maladive avait encore pris le dessus, et elle s'en excusa poliment.

"Désolée... C'était indiscret."
#iwhae pour epicode

---------------------------------

« Halevaldia Drenyrr »
“Le nuage est sombre mais ce qui en tombe est de l’eau pure.”
Japonais en #ff99ff / Russe en #66cc00 / Français en #3366ff
Cheshire Cat sur Epicode


Dernière édition par Halevaldia Drenyrr le Dim 15 Avr 2018 - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 157
■ Inscrit le : 25/09/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 66 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Février 2015
Momoko Inoue
« A l'université ; section littéraire »
http://undecidedbird.tumblr.com/ En ligne
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  Jeu 12 Avr 2018 - 21:14

« Halevaldia • Momoko »
Palmarès : les égarés du campus !

Momoko comprit que cette jeune demoiselle était aussi curieuse qu’elle, et l’avait même comprit un peu plus tôt quand l’étudiante la détailla du regard, comme si elle enregistrait chaque élément de son physique au creux de sa mémoire. La vielle dame ne broncha pas, c’était tout naturel de se poser des questions à ce si jeune âge : On cherche à découvrir le monde, à se découvrir soi-même et à découvrir les autres sans parfois trop se soucier des âges. Par ailleurs la gentillesse de la jeune fille annula tout le processus, car Momoko avait remarqué qu’elle était plongée sur son portable, et s’était ensuite totalement détachée du petit objet électronique pour lui accorder toute l’attention nécessaire. Un tel élan de solidarité mériterait un prix, une palme et même une accolade… Mais le stade d’une telle familiarité n’était pas encore bienvenu. Quand on compare son comportement à celui d’autres adolescents ingrats, méprisants et isolants qu’elle a pu connaître, la sexagénaire était bien soulagée de rencontrer des jeunes tels que cette personne.

Halevaldia ? C’était un prénom plutôt étranger, ce qui était compréhensible si on l’accorde au petit accent dans ses paroles. Mais il était charmant. Momoko constata son hésitation au moment de l’appeler par son prénom, elle rétorqua aussitôt avec une bienveillance débordante :

« Ravie de vous connaître également, Halevaldia. Rassurez-vous ! Ne vous sentez point coupable de ne pas faire usage des politesses traditionnelles envers moi… À vrai dire, et si vous me permettez de l’expliquer, j’ai arrêté de l’utiliser il y a déjà quelques années, pour revenir un petit peu à mes racines, là où on s’appelle par nos prénoms. Puis c’est peut être une façon d’apprendre entre nous les autres cultures ou les petites appropriations des autres ! »

En effet, Momoko avait des origines allemandes, et même si elle vivait au japon depuis toute petite, rien ne l’a empêché de se cultiver sur ce pays jusqu’à ses manières en société. La légère modification qu’elle a apportée aux politesses japonaises a surtout fait place après la mort de son mari. Elle aimait son prénom et ses proches, ainsi ses proches peuvent l’appeler par son prénom sans se soucier de quoi que ce soit. Et puisqu’avec la vielle dame, les rencontres deviennent vite amicales…

Halevaldia se joignit à ses côtés. Inoue entama alors la marche vers la dite direction, un peu plus soulagée de ne pas se sentir seule dans les allées.

« Exactement ! » Elle répondit ensuite, avec un rire léger, à toutes ses questions : « Haha, oui je suis étudiante, en première année ! Et même si j’ai des petits enfants ici, ils sont trop occupés pour que je vienne leur rendre visite. Je préfère qu’ils réussissent dans ce qu’ils font. Si vous les voyez, tous souriant, l’envie de croquer la vie à pleine dent, de vrais petits trésors. » Elle sourit un bref instant, l’air nostalgique. « Pardonnez ma curiosité mais, avez-vous des origines étrangères au Japon ? »

Arrivée sur les chemins moins arborés du campus, Momoko se sentit un peu plus confiante en l’itinéraire choisit, mais bien rapidement, aucun bâtiment désiré n’était là pour la ravir. D’un ton légèrement déconcerté, elle dit à la jeune fille :

« Oh, je crois que ça n’est pas par ici… L’endroit ne me dit pas grand-chose » »

---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 15
■ Messages : 52
■ Inscrit le : 07/04/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 13 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Juin 2015
Halevaldia Drenyrr
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  Jeu 12 Avr 2018 - 22:14


Palmarès : les égarés du campus !


Une adolescente fraîchement arrivée et une étudiante âgée perdue. Feat Momoko Inoue
La jeune fille avait osé détailler une personne de fond en comble en se disant que ce n'était pas bien grave, ce qui était une première. Après tout, elle avait bien remarqué que la vieille dame l'avait aussi relooké pendant quelques instants, probablement à cause de sa robe qui lui donnait un air atypique. Enfin, ce ne devait pas être si rare que cela que de croiser de jeunes filles avec des tenues de cosplay. D'ailleurs, elle aimerait bien aller à un événement qui permettrait de rencontrer différentes personnes ayant les mêmes activités qu'elle, ce serait amusant et cela ferait passer le temps. Mais bon, il fallait encore que ce soit proche d'ici ou bien, qu'elle puisse avoir le temps nécessaire à y consacrer. La couronne qui était posée sur sa tête était probablement son accessoire favori, elle le portait très souvent et il était rare, en dehors des heures de cours, de la voir sans. Peut-être que si elle n'avait pas beaucoup de compagnies, c'était à cause de ses vêtements ? Tant pis. Elle partait du principe que les gens devaient l'accepter comme elle était, que cela leur plaise ou non mais dans cette société pourrie, on croisait de plus en plus de personnes désirant changer les autres. Sa pensée s'était toujours orienté vers le fait qu'on ne pouvait pas changer une personne, et qu'on n'avait pas le droit de lui dire ou même de lui ordonner qu'elle se devait de changer. Il faudrait qu'on ait vécu sa vie, toutes les épreuves endurées, pour pouvoir enfin dire quelque chose là-dessus. Hors, cela n'arriverait jamais donc autant laisser les gens en paix ! Mais bon, peu importe ce qu'elle disait, il restait toujours beaucoup de cas déplaisants. Des adolescents qui jouent les rebelles ou les racailles, on devrait sincèrement donner une palme à ces jeunes personnes. Et ça crache de partout, ça fume dans un coin, ça fait des choses illicites de l'autre, ça sort en boîte et ça se défonce littéralement la figure. Après, on ne se souvient de rien, on se dit qu'on vient de faire une connerie et on prend plutôt cher. C'était probablement tout cela le quotidien de certaines personnes. Le pire dans tout cela, c'était que certains jeunes étaient obligés de faire cela, et même leurs parents étaient d'accord. À ce stade-là, ce n'était pas l'enfant qui était en tort, mais plutôt les parents qui étaient un cas sociaux de très haut niveau. Vu son petit passé adorable, elle aurait bien pu mal tourner comme ces jeunes qui n'ont d'autres choix que l'abandon de tout et la découverte du danger, on pouvait effectivement tourner cela comme ça. Elle aurait très bien pu commencer à fumer, à boire de l'alcool, et ce, sous l'influence des autres, mais comme elle tenait à sa santé, elle n'avait rien fait de dangereux. Sa vie était d'un ennui constant tous les jours, elle ne se plaisait pas forcément et elle se posait beaucoup trop de questions pour une jeune fille. Pourquoi ne pas tout simplement profiter de la vie, l'accepter comme elle vient et surmonter les épreuves difficiles en étant un peu aidé quand même ? Aucune idée.

La demoiselle s'était effectivement levée de son cocon, et même si elle détestait le sport, elle considérait que la marche était juste une activité. Puis, ce n'est pas comme si elle allait marcher pendant des heures. Enfin, elle ne l'espérait pas. Quoi que, la compagnie d'une vieille femme pouvait bien la ravir, car généralement, à cet âge, elle avait probablement surmonté beaucoup de difficultés. Peut-être même qu'elle avait des parents qui lui racontaient les histoires à propos de la guerre et que cette dernière pourrait lui en raconter quelques unes ? L'adolescente adorait qu'on lui raconte des histoires, surtout sur le passé ! Peut-être qu'on la trouverait étrange que de traîner avec Momoko ? Les gens pouvaient bien cracher sur son dos, cela ne l'atteignait désormais plus, ce qui était relativement dommage pour ceux qui s'abandonnaient au niveau de ces activités pathétiques. Son regard vient s'assombrir pendant quelques instants. Est-ce que la vieille femme avait déjà subi des critiques ou des moqueries, si elle était étudiante ou membre du personnel ? Probablement. Cela était triste que de constater la stupidité de certaines personnes. Derrière cette apparence, il devait se cacher une énorme souffrance, non ? Enfin, cela ne la concernait pas, mais elle commençait vraiment à apprécier son interlocutrice, donc ça ne la dérangerait pas de rester avec elle. Même sortir en ville lui plairait bien ! Beaucoup de personnes penseraient que ce serait sa grand-mère, ou bien ils se moqueraient des deux femmes, mais elle leur montrerait que derrière son doux sourire, se cachait une violence que personne ne soupçonnait. Même pas elle, d'ailleurs. Il était très, très rare qu'elle se mette en colère ou qu'elle engueule quelqu'un car, généralement, elle avait toujours des regrets qui suivaient et cela venait lui ronger la conscience jusqu'à la faire s'excuser ou s'incliner devant les autres qui ne méritaient absolument pas son pardon. Peu importe qu'elle soit en tort ou non, elle en venait toujours à s'excuser et cela pouvait même devenir agaçant pour certaines personnes et c'est pour toutes ces différentes choses qu'elle préférait se taire plutôt que d'étaler sa vie. Son regard posé sur la vieille femme, elle espérait de tout cœur qu'elle ne la trouve guère ennuyeuse. Enfin, de toute façon, ça ne la dérangerait pas et elle s'en remettrait vite. Momoko ne semblait pas avoir une personnalité forte tête et compliquée, mais qui sait ? On ne pouvait pas deviner le vrai des autres puisqu'il est profondément enfoui en eux et il faudrait être à la place d'autrui pour le savoir.

Cette dernière écouta attentivement son interlocutrice parler, et même si son esprit n'était pas vraiment au moment de la conversation, elle arrivait toujours à suivre. Une oreille pour écouter le monde extérieur, l'autre pour écouter son fort intérieur. Est-ce qu'elle avait un accent, quand elle parlait ? Cela la travaillait depuis quelque temps, car quand elle commençait à parler, on le regardait bizarrement. Le fait qu'elle vienne de Russie n'aidait pas vraiment à avoir un magnifique accent japonais, c'est vrai qu'on devait se douter qu'elle fût d'une autre nationalité. Mais bon, c'était un campus accueillant énormément d'élèves venant d'autres pays, donc elle devait être habituée à en rencontrer des similaires à elle. Momoko Inoue, cela ressemblait bien à un nom japonais. Quoi que, elle ne savait pas. Ce n'est pas comme si elle était partie éplucher un catalogue de noms et de prénoms spéciaux qu'avaient les Japonais ! Cela aurait été une perte de temps et elle préférait découvrir le moment venu, c'était la plus belle chose. Au moins, maintenant, Halevaldia était rassurée de pouvoir utiliser à sa convenance des manières familières avec la dame âgée, cela lui évitait de se tromper sur les familiarités des Japonais. Une honte en moins. Le fait qu'elle l'appelle à son tour "Halevaldia" ne la dérangeait absolument pas, elle préférait bien le tutoiement et l’appellation de prénoms plutôt que de devoir ajouter un "senpai" ou une autre de ces formes. Oh, c'était donc une question de temps le fait qu'elle utilise les prénoms ? Une phrase l'interpellait dans ce qu'elle venait de dire et c'était celle-ci : "J’ai arrêté de l’utiliser il y a déjà quelques années, pour revenir un petit peu à mes racines, là où on s’appelle par nos prénoms." Est-ce qu'au final, c'était aussi une personne étrangère au Japon qui n'était pas vraiment habitué aux coutumes de ce pays ? Ou bien n'aimait-elle pas toutes ses formalités ? C'est vrai qu'elle n'avait pas tort en disant que cela permettait d'en apprendre plus sur les cultures et les appropriations des autres.

Cela faisait du bien de marcher un peu en compagnie d'une personne qu'on juge digne de confiance, et ce, après quelques secondes de discussion. Peut-être que son jugement à l'égard de cette femme était corrompu, et qu'elle serait plutôt du genre commère ? Mais bon, elle verrait bien par la suite où mènerait cette discussion et ce chemin périlleux jusqu'à l'administration !

"Vous avez raison."

C'est tout ce qu'elle trouvait à répondre, et cela pouvait être frustrant d'un côté pour la vieille femme, mais c'était surtout parce qu'elle réfléchissait aux dires de cette personne. Une petite réflexion sur des mots bien placés pouvait toujours mener loin. Et elle avait bien eu raison de lui demander si c'était une étudiante car au final, c'était bel et bien le cas. L'école était ouverte pour tout âge alors autant en profiter jusqu'au dernier moment et ce, même si c'était barbant que d'aller en cours. Son petit monologue à propos de ses petits-enfants la fit sourire, elle ne trouvait pas ça ennuyeux du tout. Rencontrer de telles personnes de nos jours était bien rare et elle était contente d'avoir croisé le chemin de cette femme. Elle ne savait pas ce que cela faisait que d'avoir des petits-enfants, mais grâce aux détails de Momoko, elle pouvait s'imaginer des adolescents tout sourire, qui avaient envie de croquer le vie d'un seul coup de dent. Par cette soudaine question, elle esquissa un sourire entendeur et lui répondit d'une voix assurée :

"Nous sommes toutes les deux curieuses, à ce que je vois. Rassurez-vous, vous n'avez pas à vous excuser. C'est un plaisir que de répondre à vos questions. Pour en revenir à votre question, j'ai effectivement des origines étrangères. Je suis Russe de sang, mais j'ai aussi légèrement du sang Japonais dans les veines, haha ! Le mélange obtenu est étrange !"

Elle éclata d'un petit rire mignon, trouvant que cela détendrait l'atmosphère et juste parce qu'elle venait de dire quelque chose que cette dernière qualifiait de drôle. La phrase que la vieille femme avait dite toute à l'heure lui revenant en mémoire, et cela la rendait encore plus curieuse.

"Et vous, Momoko ? Des origines étrangères aussi ?"

Tout en discutant, elles finirent par arriver au coin que la dame âgée avait désigné toute à l'heure mais elle ne reconnaissait pas forcément des bâtiments. Elle hocha la tête aux dires de son interlocutrice, étant tout à fait d'accord avec elle. Ce ne devait pas être par ici que se trouvait l'administration.

"Effectivement, l'endroit ne me dit rien de spécial non plus. Allons voir à un autre endroit, sauf si vous voulez vous reposez un peu pendant quelques minutes sur un banc ?"
#iwhae pour epicode

---------------------------------

« Halevaldia Drenyrr »
“Le nuage est sombre mais ce qui en tombe est de l’eau pure.”
Japonais en #ff99ff / Russe en #66cc00 / Français en #3366ff
Cheshire Cat sur Epicode


Dernière édition par Halevaldia Drenyrr le Dim 15 Avr 2018 - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 157
■ Inscrit le : 25/09/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 66 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Février 2015
Momoko Inoue
« A l'université ; section littéraire »
http://undecidedbird.tumblr.com/ En ligne
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  Ven 13 Avr 2018 - 22:56

« Halevaldia • Momoko »
Palmarès : les égarés du campus !

Halevaldia avait l’air de beaucoup réfléchir. Peut-être qu’être en présence d’une dame comme Momoko lui donnait une certaine inspiration, des choses à penser ou alors du dégoût ou de l’inquiétude quant à la vieillesse qui l’attendait au cours de sa vie. Son regard n’était pas non plus représentatif de celui des enfants dans les cirques, admirant des acrobates voltigeant dans de gigantesques chapiteaux. Ça n’était là que de la simple réflexion. La jeune fille ne rêvait pas non plus, puisqu’elle sut répondre à ses questions, ce qui était d’ailleurs intriguant. L’adolescente était peut être l’une de ses jeunes intelligentes, en tête de classe avec des notes battant tous les records. Pour la mamie, c’était assez comique d’imaginer un futur dont les concernés ne soupçonnaient aucunement l’existence.

Momoko lui adressa un regard entendu, complice dans la curiosité. Son interlocutrice était donc russe, un bien grand pays que la vielle dame ne connaissait que très peu, ça devait être beau, les villes qu’il y avait là-bas. Elle avait entendu que sous la neige, c’était encore plus merveilleux, comme un conte de fée ! Dans son esprit, elle voyait un matin d’hiver, une ville encore un peu endormie sous la brume humide et fraiche. Des enfants qui jouaient dans les parcs, les odeurs qui se dégageaient des boutiques aux spécialités russes sucrées et salées. Ses yeux pétillaient à l’image d’une telle splendeur. Le rire de la jeune étudiante extirpa la dame de ses pensées, qui compléta son rire d’une voix un peu moins prononcée, encore un peu éprise par l’émotion. Elle lui répondit alors :

« Oh oui, en fait nous nous ressemblons un peu par notre double nationalité, comme c’est amusant ! Je suis d’origine allemande et japonaise, ma mère était allemande, mais le japon a été la terre de mon enfance grâce à mon père. Considérons que j’ai vécu ici quasiment toute ma vie, haha. »

L’endroit ne disait rien non plus à Halevaldia, quand elle lui proposa un temps de repos selon son besoin, Momoko répondit vivement :

« Non, continuons, j’ai encore toute ma forme d’antan, et je suis prête à retrouver cette administration ! Allons par là-bas, il y a l’air d’y avoir plus de monde, peut-être parce que d’autres bâtiments s’y trouvent. »

La vielle dame indiqua une intersection entre deux chemins, il y avait plusieurs personnes qui allaient dans une direction ou dans une autre. Derrières eux se plaçaient d’autres bâtiments aux vitres qui reflétaient le soleil comme des miroirs.

« Et vous, habitez-vous le Japon depuis longtemps ? Votre famille doit être fière de vous pour que vous soyez inscrite dans une école telle que Kobe High School. Enfin, je dis ça mais c’est un peu la même chose pour toutes les écoles, pour moi ce sont des immenses bâtiments où l’on peut apprendre beaucoup de chose. Autant dans le savoir-faire que dans le savoir-être ! »

Après avoir marché quelques instants, Momoko s’arrêta pour regarder autour d’elle et montra à la jeune fille une pancarte avec pour inscription « Bibliothèque », le bâtiment du même nom se trouvait juste derrière avec quelques étudiants à l’entrée, un gobelet de café à la main.

« Nous sommes peut-être sur la bonne piste, allons tous droit ! » dit-elle sans attendre.

---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 15
■ Messages : 52
■ Inscrit le : 07/04/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 13 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Juin 2015
Halevaldia Drenyrr
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  Ven 13 Avr 2018 - 23:35


Palmarès : les égarés du campus !


Une adolescente fraîchement arrivée et une étudiante âgée perdue. Feat Momoko Inoue
Il est vrai que la demoiselle était plutôt forte en matière d'écoute, que ce soit une discussion banale ou une plainte venant d'un de ses camarades. Elle était toujours perdue dans ses pensées, le regard dans le vague, mais cette dernière savait répondre parfaitement aux questions et donner des conseils sans même regarder la personne à laquelle elle parlait. Cependant, par pure politesse, la jeune fille regardait quand même de temps en temps les gens, notamment pour leur faire comprendre qu'elle ne leur manquait aucunement de respect, mais qu'elle était attentive à sa manière. Beaucoup pensaient que l'adolescente ne s'intéressait pas à leurs dires, mais c'était faux. Heureusement que la vieille femme ne lui faisait pas une remarque par rapport à cela, elle n'aimerait pas méprendre cette dernière, surtout que les deux femmes commençaient à avoir un bon feeling. Le fait qu'elles ne sachent par ou aller rendait la situation comique, et la jeune fille trouvait cela amusant que de passer du temps en charmante compagnie. C'est vrai que malgré le vieil âge de Momoko, celle-ci possédait toujours une certaine touche de grâce et d'élégance. Probablement que sa longue chevelure grise lui donnait un air... elle ne saurait expliqué quel genre de sensation elle éprouvait. Cela lui faisait penser qu'elle n'avait pratiquement jamais connu ses grands-parents, elle se demandait bien pourquoi. Sa mère n'avait que très peu de famille, seulement ses parents et son père ne s'entendait pas avec la sienne. Sachant qu'elle avait habité en Russie pratiquement toute sa vie et que cela ne faisait qu'une bonne semaine qu'elle était au Japon, il était normal qu'elle n'ait guère pu rendre visite énormément de fois à ses grands-parents du côté de sa mère, ceux-ci habitant au Japon.

Surprise par les dires de son interlocutrice, elle esquissa un sourire honnête. Effectivement, la vieille dame et la jeune fille se ressemblaient sur un point : leur double nationalité. La demoiselle était russe et japonaise, alors que la dame âgée était allemande et japonaise. Donc, elles avaient un second point commun qui était une nationalité commune : japonaises. Alors comme ça, elle n'avait pas vécu en Allemagne mais au Japon toute sa vie. C'était carrément le contraire d'Halevaldia.

"Oh ! Je vois que nous nous ressemblons sur un point, effectivement" répondit celle-ci en rigolant.

Elle se demandait à quoi pouvait bien ressembler l'Allemagne, sachant qu'elle ne parlait pas un traître mot de cette langue et qu'elle n'était jamais allé dans ce pays. Le seul voyage scolaire qu'elle avait fait, c'était en France et c'était grâce à ce dernier qu'elle avait appris le français. Mais bon, elle ne trouvait pas que la France était un pays particulièrement joli, cette dernière préférait de loin son pays natal qu'était la Russie ! Russe un jour, russe toujours et ce, jusqu'au sang. Jamais elle ne trahirait ses origines, elle en serait toujours fière. Peut-être que parler de tout cela faisait resurgir des souvenirs désagréables à la vieille dame ? Elle préférait donc de ne pas lui poser de questions sur ce pays inconnu et cette langue étrangère, de peur de ne déranger. C'était aussi car elle voulait conserver cette bonne ambiance de rigolade et de détente.

Si la demoiselle avait proposé une pause à la vieille dame, c'était bien parce que cette dernière était âgée et que marcher pendant un certain temps pouvait probablement être mauvais pour elle. Sauf que Momoko lui répondit que tout allait bien et qu'elle n'était pas fatiguée, gardant sa force d'antan. On se croirait dans un film d'action qui pourrait se nommer "Trouver cette fichue administration" et qui ne parlerait que de celle-ci. Cependant, un sentiment étrange envahissait la jeune fille. Elle n'avait pas envie de si vite retrouver l'administration, elle commençait vraiment à bien s'entendre avec la vieille femme et nouer un lien d'amitié avec elle était une bonne idée. Le temps avec cette femme paraissait beaucoup moins long, et leur discussion lui plaisait. Autant profiter un maximum.

"Vous êtes agréable" fit la demoiselle dans son langage, préférant ne pas qu'elle comprenne.

Faire des compliments devait pourtant être facile, mais elle était plutôt intimidée par la présence de la vieille dame. Peut-être qu'elle le prendrait mal, autant de familiarités dès le départ ? Celle-ci secoua légèrement sa tête, acquiesçant aux dires de son interlocutrice.

"Il est vrai que du monde se situe par là-bas, allons jeter un coup d’œil" répondit cette dernière d'une voix légère. Elle suivit donc Momoko en espérant qu'elles ne trouveraient pas l'administration directement.

Une phrase ne lui avait pas vraiment fait plaisir dans les phrases que venait d'énoncer la vieille femme. Bien évidemment, ce n'était pas de sa faute et elle ne pouvait pas savoir que sa relation avec ses parents était très mauvaise. Son regard s'assombrit pendant quelques instants, celui-ci fixant le sol tout en continuant de marcher. Elle n'avait pas vraiment envie de faire un commentaire là-dessus, mais autant lui répondre franchement.

"Non, je n'habite que depuis quelques semaines au Japon. J'ai vécu toute mon enfance en Russie, ce qui est le contraire de vous" fit la jeune fille en essayant d'esquisser de nouveau un sourire honnête, sans grande réussite.

La demoiselle était actuellement en train de réfléchir aux paroles de la vieille dame, se disant qu'elle n'avait pas tort d'un côté. Normalement, les parents devaient être contents que leurs enfants s'inscrivent dans une école d'une telle renommée, mais ce n'était pas vraiment son cas et elle n'avait pas envie de plomber l'ambiance avec son histoire qui n'intéressait qu'elle.

"Mes parents ne sont pas comme les autres. C'était juste pour se débarrasser d'une emmerdeuse, sinon je ne serais pas ici.

Voilà qu'elle se mettait à parler deux langues différentes, elle allait carrément perdre son interlocutrice, là ! Mais bon, comme elle avait dit quelque chose de vulgaire, heureusement que c'était en Russe. Celle-ci était bien d'accord que toutes les écoles se ressemblaient et que ce n'était que des bâtiments permettant d'approfondir ses connaissances et d'en apprendre un peu plus.

Celle-ci s'arrêta en même temps que la dame âgée, observant ce qu'elle était en train de faire. Il y avait une pancarte avec une inscription "Bibliothèque". La demoiselle avait déjà été dans ce bâtiment, qu'elle connaissait désormais bien. Cependant, elle ne savait toujours pas où était l'administration, mais cette dernière ne devait pas être très loin.

"Je pense aussi qu'elle est dans le coin, continuons" s'exclama l'adolescente en se dépêchant de suivre Momoko.
#iwhae pour epicode

---------------------------------

« Halevaldia Drenyrr »
“Le nuage est sombre mais ce qui en tombe est de l’eau pure.”
Japonais en #ff99ff / Russe en #66cc00 / Français en #3366ff
Cheshire Cat sur Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Palmarès : les égarés du campus !  

Revenir en haut Aller en bas
 
Palmarès : les égarés du campus !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Bâtiments communs :: Le parc-
Sauter vers: