Partagez | 
 

 Ruby Thatcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 2
■ Inscrit le : 13/05/2018

Ruby Thatcher
« Non validé ; bouhouhou »
(#) Ruby Thatcher  Lun 14 Mai 2018 - 1:03


Ruby Thatcher

MÉTIER : Médecin scolaire
ARRIVE EN : Avril 2015


Nom : Thatcher ♦ Prénoms : Ruby Victoria ♦ Date de naissance : 01/01/1971 ♦ Âge : 44 ans ♦ Lieu de naissance : Edimbourg, Écosse ♦ Nationalité : Écossaise ♦ Préférence sexuelle : Homosexuelle

Métier : Médecin scolaire ♦ Date d'arrivée dans l'établissement : Avril 2015 ♦ Personnage sur l'avatar : Moira O'Deorain - Overwatch


Physique & Caractère :


Ruby n’entre pas dans la norme et dans aucune autre case esthétique, d’ailleurs. Elle se vêtit presque toujours d’une chemise banale – surmontée d’une cravate si elle travaille – rentrée sans l’ombre d’un pli dans un pantalon noir, la plupart du temps. Elle mesure un mètre quatre-vingt-neuf pour soixante-sept kilogrammes. Sa morphologie lui a toujours fait défaut et c’est depuis son plus jeune âge que Ruby est immensément grande et fine, voire même maigre. Et si son entourage l’a toujours pensée en sous poids, elle a pourtant toujours été en parfaite santé. Elle ne vit avec aucune coquille quelconque. Ni allergie, ni asthme, ni problèmes de vue, ni rien. Le comble pour un médecin. Ses épaules sont à peine plus larges que son bassin, déséquilibrant un peu sa silhouette. Concernant ses formes, il ne sera pas étonnant de découvrir que Ruby n’en a malheureusement jamais eu. Un pauvre bonnet A si peu marqué qu’elle ne porte jamais de soutien-gorge, rarement des brassières. Des hanches minces à souhait et de petites fesses pour couronner sa féminité. Dans sa jeunesse, son corps aurait pu correspondre aux nombreuses attentes de mannequinat même si son visage n’aurait jamais été à la hauteur. Des mâchoires très prononcées, un nez fin et pointu et de fines lèvres sont loin d’être un modèle d’esthétique. Les cicatrices apparues avec le temps n’auraient rien arrangé non plus bien que principalement présente sur son corps. Ses sourcils la font paraître sans arrêt tendue et ce serait presque à juste titre. Ses traits acerbes trahissent sa nature de femme sévère et rude.

Ruby ne laisse rien passer. Elle est incroyablement exigeante avec elle-même tout comme le reste du monde – qu’il s’agisse de ses proches, de ses ennemis ou de n’importe quel inconnu rencontré au détour d’une rue. Rares seront ses sourires car même si Ruby semble heureuse en son for intérieur, elle est aussi incroyablement réservée et ne laisse jamais rien d’important paraître. Cependant, nombreux seront ses regards hautains et emplis de jugement. Si Ruby décide qu’une personne lui déplaît, lui faire changer d’avis relève des dieux. Malgré cela, elle n’est pas du genre à s’offusquer pour rien. Non pas seulement parce qu’elle n’est pas susceptible mais aussi car l’avis d’autrui ne compte en rien pour elle tant elle est persuadée de bien agir. Même si cette dernière accepte la critique – constructive ou pas, cela ne veut pas dire qu’elle en tient compte, elle est très attachée à ses convictions. Demander le pardon n’est pas non plus une chose commune pour l’égocentrique qu’est Ruby, pourtant loin de vanter sa personne.

Sa conception du monde est telle qu’une mineure partie mérite son respect et son intérêt tandis l’autre est faible et il est de son devoir de la protéger avec sa vie. C’est entre ces deux critères qu’elle se place. Elle n’a pas honte de se sentir supérieure aux autres mais ne sera jamais du genre à le crier sur tous les toits car Ruby déteste parler pour ne rien dire. Elle a une confiance en elle en béton armé mais n’accorde jamais sa confiance à autrui, même à son entourage le plus proche. Son mot d’ordre est « On n’est jamais mieux servis que par soi-même » et elle l’applique à la lettre avec rigueur. Ruby a conscience de son caractère difficile. Pour n’ennuyer personne et pour ne pas être déçue, elle préfère apprendre encore et encore jusqu’à maîtriser absolument tous les domaines, jusqu’à réussir partout – bien qu’elle sache qu’une vie est bien trop courte pour réaliser un tel fantasme – pour ne jamais avoir de coupable autre qu’elle-même sous sa main.

Surprise ! Ruby n’est pas très sociable. Elle trouve rarement un quelconque intérêt chez les autres et ne s’entoure que d’une élite qu’elle respecte et qu’elle trouve intéressante. Il n’est pas question de profit évidemment, si ce n’est qu’un profit intellectuel, elle cherche à s’instruire auprès des gens qu’elle semble apprécier. Obsédée par la perfection, une personne entretenue et assistée n’est certainement pas celle qu’elle aspire à devenir.

Ruby se sait détestable. Plus encore, elle connait chacun de ses défauts. Mais se trouver face à la réalité l’énerve et renforce son comportement hautain et appréciateur. C’est quand elle se fait face qu’elle se rassure en se disant que dehors, beaucoup d’autres humains sont bien pires qu’elle. Ou encore qu’elle n’en a rien à foutre de ce que l’on peut bien lui reprocher car seul son avis l’emporte face au peuple.

Évidemment, Ruby n’a pas toujours été comme ça. Même si son comportement n’a pas tant changé au cours de sa vie, lorsqu’elle avait encore le statut d’étudiante avant ses vingt-neuf ans ou lorsqu’elle était encore une recrue soldat, elle ne s’en remettait qu’à ses supérieurs. Ce n’est qu’une fois que ces derniers jugèrent son niveau excellent – et pas seulement correct – qu’elle commença à n’avoir confiance qu’en sa seule parole et sa seule conviction.


Histoire :


Ses deux premières années, Ruby les passe au sein de l’établissement Dean Orphanage. L’orphelinat le plus peuplé d’Edimbourg. Adoptée par Mary et Oliver Thatcher, ils ne lui cachent pas son adoption et Ruby grandit comme la fille unique d’un foyer incroyablement aimant de deux artistes. L’envie de retrouver ses parents biologiques ne la traversa pas une seule fois durant son enfance, son adolescence ou encore aujourd’hui, bien qu’elle se posa bien des questions.

Malgré le confort évident et le fait que Ruby ne manque de rien, cette dernière ne prend jamais une seconde pour se reposer sur ses acquis. Son physique un peu atypique lui attire les foudres des enfants et leur méchanceté gratuite mais n’ayant pas le temps pour les pensées sombres, Ruby ne pense qu’études et travail, ne se laisse pas respirer.

Inquiets, ses parents essayent de lui faire aimer quelque-chose d’autre que les études et les livres. C’est après de nombreux essais vains entre football, dessin, natation, équitation, théâtre et encore bien des choses que Ruby finit par apprécier quelque-chose d’autre que de lire à propos de la médecine ou de la physique. C’est donc aux alentours de ses treize ans que Ruby apprend à danser le Tango et la Salsa. Deux choses qui n’ont aucun rapport avec ce qu’elle peut aimer habituellement. Cependant, il s’agit de deux danses qu’elle trouve particulièrement séduisantes et dont la technique et si précise et dont le mouvement requiert d’être si parfait qu’elle en tombe très vite amoureuse.

Outre ses hobbies, ses habitudes et ses études, Ruby s’enferme très vite volontairement dans une cage dont elle ne donne les clés à personne et qui la sépare du monde et de ses comportements qu’elle juge inutile. Elle n’en parle jamais à ses parents qui sont très pacifiques mais Ruby rêve de défendre les innocents et de jouer les super-héros en intégrant l’armée britannique. Parce qu’ils sont les seuls êtres qu’elle aime réellement sans forme d’intérêt quelconque et parce qu’elle haïrait les décevoir, elle préfère garder ce secret pour elle-même et ce même si elle sait pertinemment que pour réaliser son rêve, la vérité aura besoin d’éclater un jour. C’est une bombe à retardement et même si elle déteste l’avouer, c’est la première fois que Ruby a vraiment peur.

L’âge de ses dix-huit ans est le plus mouvementé de tous. Parce qu’elle passe enfin son diplôme qu’elle obtient avec l’excellence, les félicitations et tout ce à quoi elle s’était préparée. L’été de cette année, elle décide de le passer avec ses camarades de classe qui décident d’organiser des vacances proches de la mer – même si Ruby n’est pas sociable pour un son, elle trouve dommage de ne pas tenter l’expérience et l’idée qu’elle parle à d’autres gens fait plaisir à ses parents. C’est à la fois une immense déception pour elle mais aussi une sorte de libération. C’est la première fois qu’un garçon ose s’intéresser à elle de par son côté très renfermé et asocial mais aussi car Ruby n’a jamais été considérée comme une jolie fille. Appareil dentaire et acné n’arrangent rien mais il y a ce « James » qui profite du voyage pour tenter quelques approches. Et si Ruby se sent flattée au début, tout se transforme très vite en une sorte de dégoût qu’elle n’explique pas. Mais convaincue qu’elle se contrôle parfaitement et qu’elle n’a jamais de doutes sur son état elle n’en dort plus et finit par comprendre que la seule chose qui pourrait un jour l’exciter dans ce monde qu’elle méprise tant n’est autre que la courbe distordue du corps d’une femme. Sans grande surprise, ses parents sont contents qu’elle se soit confiée à eux. Bien-sûr, cela ne leur pose aucun problème, ces derniers ayant toujours été très progressistes et ouverts. Pourtant, sa peur subsiste. Cette question d’armée et combat ne rassure pas Ruby et elle a un très mauvais pressentiment à ce propos. C’est pourquoi le secret perdure encore, trop longtemps. Ruby sait que c’est une erreur, une grave erreur mais elle a toujours été si prévoyante dans ses façons de faire, toujours si parfaite dans tous les domaines qu’elle n’a jamais été préparée à l’échec. Et cette défaite pourrait bien lui faire perdre la guerre.

C’est fraichement diplômée que Ruby intègre une grande école scientifique et commence de longues études de médecine qui la passionnent plus que n’importe quoi d’autre. Elle continue à danser sur son temps libre quand elle en trouve et dévore autant de livre qu’elle peut, écoute autant de cassettes de conférences de grands médecins que possible, passe des heures à discuter avec ses professeurs.

Ruby avait toujours eu la notion de sacrifice et c’était à ce moment plus qu’aucun autre qu’elle en subissait le coût car elle avait choisi de tout sacrifier pour ce qu’elle aimait le plus au monde. Sauver des vies. Ses études sont longues et elle excelle. Sans atteindre la première place, elle est tout de même toujours dans le top dix des élèves de son établissement et accède aux spécialisations les plus délicates telles que la cardiologie ou la neurochirurgie. Bien que la cardiologie soit la science médicale la plus respectée et la plus complexe à atteindre, elle choisit le pallier en dessous et s’intéresse à la neurochirurgie. Le cerveau est une source fascination pour cette dernière. Ses parents sont évidemment fiers d’elle bien qu’incroyablement inquiets vis-à-vis du fait que Ruby n’ait jamais réellement pu profiter de sa jeunesse. Mais Ruby ne flanche pas et ne regrette rien. Elle est fière de son devenir et voit un avenir brillant devant elle. Ses études prennent fin à l’âge de ses vingt-neuf ans mais son apprentissage est loin d’être fini puisqu’elle s’apprête à redevenir une débutante dans une nouvelle discipline qui lui est inconnue et dont elle sait qu’il ne s’agira pas de lecture mais bien de condition physique et d’intellect.

Mais le moment fatidique se doit d’arriver avant ce jour où son rêve sera enfin réalisé. Car il est temps de parler à ses parents et Ruby craint de s’énerver et de les décevoir. Même si elle prône le fait d’avoir un contrôle total sur sa personne, elle a peur d’aller trop loin et que les choses s’enveniment entre elle et ses parents. Il lui faut plus que deux mains pour porter son courage mais Ruby finit par y arriver. Elle porte le masque d’une personne confiante, celui qui lui est pourtant si naturel à son habitude mais sait qu’au fond, elle n’a jamais eu aussi peur de toute sa vie. Elle relativise en se disant que si ses parents sont sa seule faiblesse, alors rien ne pourra jamais l’arrêter mais la vie n’attend pas avant de lui mettre une claque.

Comme elle l’avait toujours prédit, il en est évidemment hors de question. C’est un non catégorique et le regard déçu lui fait bien plus mal que n’importe quelle chute possible. Le dilemme lui est insupportable et c’est une longue année de pleurs et de pensées sombres, dépressives voire parfois, même si rarement, suicidaires qui la hantent chaque jour où elle repense à ce moment où elle a tourné le dos à ceux qui ont choisi de l’aimer, qui ont choisi de la faire passer avant leur propre vie, et à qui la nature n’a jamais rien imposé. Pourtant, Ruby insiste longtemps, elle ne veut que soigner, elle ne veut que guérir, elle ne veut que protéger, elle ne veut que le bien d’un monde qu’elle n’a pourtant jamais porté dans son cœur. Mais le fait d’avoir à effectuer un service en premier lieu n’est pas acceptable aux yeux de ceux dont le regard a pourtant toujours été le plus important.

Ruby choisit le chemin de ses rêves et la fameuse notion de sacrifice n’a jamais eu autant de sens qu’en ce jour dont elle rêve encore la nuit.

Tout recommence et Ruby se sent plus seule que jamais. Poussée au plus loin de ses capacités mentales et physiques, le début est difficile pour elle. Elle n’a plus aucun soutien et sa seule motivation reste le fait d’avoir eu besoin de tout envoyer en l’air pour en arriver là. Elle sait qu’elle n’a pas le droit d’abandonner et Ruby n’abandonnera jamais, ce n’est pas un mot qui fait partie de son vocabulaire et elle ne se donne pas le droit d’échouer après avoir fait tant d’efforts.

C’est principalement dans ces quatre longues années de sa vie que Ruby devient ce qu’elle est encore aujourd’hui et qu’elle se force une armure d’acier que personne ne peut pénétrer. Rien n’arrive à lui faire peur. Certes, le dégoût des combats en opérations extérieures est plus que jamais présent mais c’est surmontable. Le fait d’avoir à sauver ses ennemis tout comme ses alliés l’empêche petit à petit à distinguer – hors des lignes de combat – ceux qui lui sont proches et ceux qui ne l’aiment pas ou qu’elle n’aime pas. C’est ainsi qu’elle apprend à mépriser absolument tout le monde, de façon totalement volontaire et pour se « protéger ». Chose paradoxale pour quelqu’un supposé sauver des vies. Ses parents disparus de sa vie, elle ne place sa confiance qu’en ses supérieurs et gagne celle de ses frères d’armes même s’il lui est compliqué de confier sa vie à ces derniers. Ruby apprend très vite à soigner sur le terrain et comme elle l’imaginait : C’est une chose qu’elle fait très bien. À trente-trois ans, elle entre officiellement dans les Forces Britanniques au sol et obtiens le grade de médecin militaire. Le quotidien n’est pas exceptionnel mais le temps passé hors des frontières de son pays est difficile et nombreux sont ses collègues qui ne survivent pas. Ruby possède d’ailleurs un tatouage sur l’intérieur de son avant-bras qui compte douze croix noires faites à la main avec une aiguille et de l’encre, qu’elle gardait toujours dans sa trousse de campement. Ces douze croix représentent chacune quelqu’un qu’elle a perdue lors des combats. Deux d’entre elles représentent ses parents. Même si elle n’était pas émotionnellement attachée à ses frères d’armes, ils sont ceux  qu’elle côtoyait tous les jours et qui avaient acquis son respect le plus sincère.

Fraichement sortie de son service militaire, Ruby repart très vite au Moyen-Orient voyageant entre chaque pays en crise pendant deux ans. À trente-cinq ans, elle passe deux ans en Amérique du Sud pour être formée dans d’autres domaines et apprend un peu l’espagnol pour pouvoir communiquer, même si son niveau reste relativement basique car elle ne parle pas énormément aux locaux. Elle passe ensuite trois mois de tranquillité en Écosse mais repart aussitôt en Afrique du Sud jusqu’à l’âge de trente-neuf ans où elle apprend brièvement à baragouiner le français même si, comme pour l’Amérique du Sud, elle n’a pas vraiment le temps de beaucoup parler avec les locaux. De plus, elle se déplace beaucoup à travers l’Afrique en elle-même pour différentes missions. Tout juste rentrée en Écosse, elle est une dernière fois envoyée au Japon pour des raisons diplomatiques pour deux ans. Étonnamment, le pays lui plait davantage et elle fait un effort supplémentaire pour apprendre à communiquer en japonais. Quand vient le temps de rentrer, c’est après treize ans de service que Ruby est décorée de la Croix d’ordre du service distingué et qu’elle est autorisée à prendre sa retraite anticipée avec une pension moindre – étant donné que le temps habituel est de quinze ans minimum. Chose que Ruby accepte donc à l’âge de quarante-et-un ans.

Tombée amoureuse de la pureté japonaise et de sa culture, elle décide de tenter sa chance dans le pays du soleil levant. Son expertise de la langue n’est pas des plus complets mais elle est prête à prendre le temps. Ruby n’aime cependant pas s’ennuyer, elle se trouve alors de nouveaux cours de Salsa et de Tango, en apprend tous les jours un peu plus sur les coutumes du pays et passe un diplôme d’un an de réhabilitation pour pouvoir être médecin dans un établissement quelconque, comme une entreprise ou un lycée. Sa nouvelle vie commence à Tokyo mais le rythme de la vie et le brouhaha constant ne lui conviennent pas. C’est une fois que toute la paperasse scolaire passe qu’elle se rend dans la petite ville de Kobe et y emménage pour de bon. En cherchant un emploi, elle tombe sur Kobe High School, lycée et université de la ville et espère qu’elle y trouvera son bonheur. Le poste de médecin scolaire se présente comme un poste bien plus calme que celui de médecin militaire mais aussi bien moins oppressant que celui de chirurgien. Et même si elle aurait pu prétendre à ce dernier, la pression du métier ne l’intéresse plus aujourd’hui. Peut-être Ruby est-elle aussi à la recherche d’un peu d’empathie également, à la recherche de quelque-chose qui pourrait adoucir sa nature terne et austère.


Au niveau des langues :


Anglais : C2 // Maternel
Japonais : C2 // Cours intensifs de 2 ans + 6 ans total d'immersion dans le pays
Espagnol et Français : B1 // Appris en parlant avec les locaux pendant les opérations extérieures et les missions liées à l'armée. A un peu perdu vu qu'elle n'a plus pratiqué depuis beaucoup de temps.



Et moi derrière l'écran !


Prénom & Âge : Toto, Sharon, Alex, j'ai trop de noms et j'ai bientôt 19 ans genre dans 6 mois ♦ Comment as-tu connu le forum ? Il est dans mon ADN (je sais plus) ♦ Premier ou second compte ? Premier (ou 103e ?) ♦ Combien de temps peux-tu accorder au forum ? 4/7 disons ? ♦ Un truc à dire ? Je suis le père noël. Je fais exprès de poster quand Casey dort comme ça elle peut pas mettre first sur ma fiche.

Personnage inventé ou scénario/prédéfini ? Inventé !

Code secret : ok Tessa

Code pour l'avatar :
Code:
<b>OVERWATCH</b> ; MOIRA O'DEORAIN <span class="pris">▬</span> pris/prise par Ruby Thatcher
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 26
■ Messages : 160
■ Inscrit le : 16/04/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Casey Rivers
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Ruby Thatcher  Lun 14 Mai 2018 - 12:05



First.

---------------------------------

Japonais #990033
Anglais #2a8000
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 3246
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 19
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; section artistique »
(#) Re: Ruby Thatcher  Dim 20 Mai 2018 - 15:22


Bienvenue sur le forum !


Re-re-re-re-bienvenue Laughing C'est moi qui vais m'occuper de ta fiche (encore)!

Physique & Caractère & Histoire:



Comme d'habitude, ta fiche est bien écrite et assez complète. J'aime beaucoup son histoire ^^

Tu connais la chanson pour la suite Margaret xD



---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 35
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 18 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; section scientifique »
(#) Re: Ruby Thatcher  Dim 20 Mai 2018 - 15:29

Re-re-re-re-re-re bienvenue ! Laughing J'espere que Tatcher ne fait pas comme sur le front quand elle soigne les gens, à la barbare ! Dans le doute je vais éviter de blesser mes perso Laughing

---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 18
■ Messages : 2
■ Inscrit le : 13/05/2018

Ruby Thatcher
« Non validé ; bouhouhou »
(#) Re: Ruby Thatcher  Lun 21 Mai 2018 - 12:49

Merci ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 20
■ Messages : 168
■ Inscrit le : 25/09/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 66 ans
❖ Chambre n° : U-4
❖ Arrivé(e) en : Début Février 2015
Momoko Inoue
« A l'université ; section littéraire »
http://undecidedbird.tumblr.com/
(#) Re: Ruby Thatcher  Lun 21 Mai 2018 - 21:41

Re-bienvenue par ici ! (médecin badass)

---------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Ruby Thatcher  

Revenir en haut Aller en bas
 
Ruby Thatcher
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Administration :: Mais qui es-tu ?-
Sauter vers: