Revenir en haut
Aller en bas


Partagez | 
 

 Dans la famille Johansson, je demande... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 233
■ Inscrit le : 12/11/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 16 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Mars 2015
Kael Johansson
« Elève ; en 4ème année »
(#) Dans la famille Johansson, je demande... [Terminé]  Mar 10 Juil 2018 - 22:20

Dans le brouhaha permanent de la ville à peine endormie, une sonnerie de portable se faisait entendre. Au fil des minutes, elle se mélangeait à la cacophonie, devenait une nouvelle discordance dans la nuit. Une personne désirait ardemment en joindre une autre, avec un désespoir rare. Et vain. Vain car cette autre personne ne comptait pas répondre à cet appel désespéré.
Il s'agissait évidemment de Kael. Son état d'esprit était presque indescriptible tant il était détruit et noirci par un flot de sentiments contradictoires. Tout se confondait pour ne donner que des images rémanentes de malfaisance.
En début de soirée, Kael quitta sa maison sans prévenir et erra en ville jusqu'à arriver au quartier portuaire de Kobe. Le port illuminé par les lumières de la nuit se reflétait sur la surface de l'eau qui le bordait. Kael plongeait son regard dans ces lumières calquées sur l'eau, l'esprit perdu dans des pensées profondes. Il se sentait amer. Amer de ressentir une frustration accompagnée d'une insatisfaction. Emma allait partir. Et elle n'avait même pas l'audace de le lui dire en face. Depuis leur "accrochage" au stand du club de photo, elle l'évitait et ils ne se parlaient plus. L'annonce de son départ soudain ne plaisait évidemment pas à Kael mais il n'avait pas d'autre choix que de l'accepter. Il ne pouvait rien dire pour la retenir, surtout pas après lui avoir refait le visage. Qu'était-il pour elle, sinon qu'un ami qui l'avait brutalisée? Kael le comprenait très bien. Il n'avait pas le droit de lutter pour garder Emma. Elle ne serait jamais restée pour lui. Il aurait voulu éclaircir ce sentiment de bien-être qu'il avait avec elle et la chérir comme une amie qu'elle aurait dû être. Ce qu'il ne fera jamais.
Son portable le tira de ses pensées et son humeur se fit plus exécrable encore. C'était sa petite sœur, qui l'appelait inlassablement. Kael s'était disputé avec elle, pour ne rien arranger à son moral déjà assombri. Pourquoi? Kael s'énervait rien qu'à y repenser. Il regarda le numéro s'afficher sur son écran de téléphone. Son expression traduisait tout le mécontentement qu'il avait à cet instant-là. Après quelques secondes, il se décida enfin à décrocher mais ne laissa aucune chance à son interlocutrice.

« Fous-moi la paix, bordel de merde! »

Il jeta ensuite son portable contre le garde-corps qui séparait le quai de l'eau. L'écran tactile se brisa à la base et le cellulaire s'éteignit suite au choc. Kael s'approcha du bord du quai et s'adossa contre la rambarde, en soufflant. Il se laissa glisser au sol jusqu'à s'assoir. Il posa son bras sur son genou et leva la tête au gratte-ciel qui lui faisait face. Puis, il baissa lentement son regard sur son portable endommagé et, inévitablement, se mit à penser à sa sœur la Crevette. À l'autre bout de la ligne, il l'entendit pleurer. Ses sanglots résonnaient encore. Douloureusement.

Il se demandait encore pourquoi elle voulait faire ça. Pourquoi est-ce qu'elle souhaitait entrer à Kobe High School. Lui était clairement contre. Il ne voyait pas ce qu'elle cherchait à accomplir en choisissant de fréquenter le même établissement que lui. Surtout qu'elle était la seule des deux jumelles à le faire. Kael ne trouvait aucune explication logique et raisonnable à cela. Ce choix, c'était forcément un caprice de gamine pour lui faire chier. Il ne le concevait pas autrement. Il restait persuadé que pour elle, ce n'était qu'un jeu. Et ça l'énervait tellement. Kael ferma les yeux et soupira de nouveau sous l'exaspération.

Soudain une voix rauque perça les sons ambiants de la nuit.
« Toujours aussi délicat et sensible à ce que je vois. Tu n'as pas changé, Kael. »

Ce ton de parole plein d'assurance, ce timbre de voix posé et serein... Kael n'avait même pas besoin de se tourner vers sa provenance pour savoir de qui il s'agissait. Il reconnut immédiatement son frère aîné. Kael ne l'avait pas revu depuis un an. Celui-ci était accompagné par une jeune fille, frêle et réservée. Elle fit une petite courbette en guise de salutations, que Kael lui rendit brièvement d'un geste de la tête.

« On peut pas en dire autant de toi. » rétorqua-t-il à son frère qui lui semblait avoir pris un sacré coup de vieux.

Kael se releva péniblement, époussetant l'arrière de son pantalon. Il s'approcha ensuite de son aîné et lui fit une accolade partagée. Il ne s'attendait pas à le voir ici même s'il savait qu'il était arrivé à Kobe depuis peu, justement pour lui rendre visite. Il l'avait honteusement oublié le temps du drama qu'il traversait avec sa sœur cadette. C'était une bonne surprise de les croiser. Aussitôt qu'il les vit, Kael put mettre de côté ses soucis du moment. Même si son enthousiasme ne semblait pas atteindre des sommets, en vérité, il ne le montrait juste pas vraiment.
Son attention se porta ensuite sur la demoiselle. Kael s'agenouilla à son niveau et lui adressa un petit sourire bienveillant. Chose très rare qu'il ne réservait qu'à quelques personnes sur Terre.

« Bonsoir Mifuyu. »
Il prit ses petites mains dans les siennes et la jeune fille lui sourit timidement.
« Bonsoir, tonton... » dit-elle faiblement.
« Elle voulait absolument te revoir. » ajouta l'homme qui se tenait à côté d'elle, le regard tendre et aimant face à sa réaction. « Tu es contente? » adressa-t-il ensuite à Mifuyu.
Elle hocha innocemment la tête en approbation.
Kael se releva et poussa l'épaule de son frère d'une tape sèche.
« Et toi t'avais pas envie de me revoir, c'est ça? » lança-t-il, taquin. Ce à quoi, l'aîné se sentit obligé de répondre, et avec le sourire : « Non, effectivement. »

Kael roula des yeux, désabusé, mais ce n'était qu'une façade car évidemment, ils étaient tous les trois contents de se revoir.

Son frère se dirigea vers le portable sinistré et le ramassa en grimaçant, les arcades sourcilières rongées par un désespoir total vis-à-vis du cadet. Il soupira, bouche fermée, avant de prendre une certaine inspiration, préparant une remontrance qu'il savait pourtant déjà perdue.
« Les gens vont croire que tu roules sur l'or si tu n'arrêtes pas de casser ton smartphone. » fit-il remarquer, presque plaintif pour son père. Il savait que Kael avait déjà dû changer de portable à cause d'un premier incident. Anecdote que l'ami ne se pria pas de citer pour son humble défense.
« La première fois, c'est une blonde aux gros seins qui l'a pété. C'était même pas moi. » répliqua-t-il.
Aussitôt, son frère lui ficha un coup sec à l'abdomen.
« Parle pas comme ça devant ma fille, idiot. »
Kael para ce coup mais son grand sourire franc montrait à quel point ça l'avait manqué de pourrir son frère.
Mitchell Johansson. Un nom qui lui semblait si nostalgique à chaque retrouvailles. Plus le temps passait, et plus Kael se disait que son frère changeait. Lui qui était autrefois si droit, si parfait - presque tellement que cela l'étouffait - avait désormais l'image d'un homme plus libre que jamais. Et c'était tant mieux. Kael était rassuré de le savoir épanoui. L'aîné et le cadet ne se voyaient pas souvent depuis que Mitchell avait quitté le cocon familial. Son absence laissait un gros vide que Kael n'était jamais parvenu à combler, malgré la présence de sa mère et de ses sœurs. De ce fait, cela le rendait toujours heureux de pouvoir lui parler comme au bon vieux temps.

« Tout à l'heure, grand-père a appelé. Il a dit que tu étais parti... » déclara soudainement la demoiselle. Visiblement, cette information l'avait beaucoup travaillée et continuait de l'inquiéter. Elle baissa les yeux au sol et joignit ses mains entre elles.

Kael la regarda avec une légère peine et repensa alors à sa dispute avec la Crevette. Son regard s'assombrit et il alla se poser sur un banc qui longeait l'allée du quai. Il ne savait pas quoi répondre à Mifuyu sans avoir l'air de l'agresser verbalement à chacune de ses justifications. Il savait pertinemment que tout son entourage devait s'inquiéter mais il était en désaccord avec sa sœur et rien ne pouvait changer cela. Il lui était impossible d'encaisser une nouvelle pareille sans manifester son avis sur la question. Alors il resta silencieux. Son grand-frère l'observa attentivement mais il connaissait bien son cadet alors il haussa les épaules et eut un petit rictus amusé. Mitchell posa sa main sur l'épaule de sa fille et la guida près de son oncle. Tous les deux s'installèrent près de Kael, qui les fuyait du regard, les ignorant presque.

« Je me disais bien que c'était trop hasardeux. » confia-t-il sèchement.

« Oui, Papa m'a raconté pour toi et Ayako. » expliqua l'aîné, d'abord pensif. « Mais je ne pensais pas qu'on te trouverait si vite. »

Mifuyu se tut mais elle posa délicatement ses mains sur celle de Kael et se tournait vers lui, le regard neutre et droit. Mitchell croisa les bras et regarda en direction de la mer éclairée par les lumières de la ville.
« Je connais le point de vue des autres, je voudrais avoir le tien, Kael. » demanda-t-il calmement.

Son frère avait une sorte de pouvoir sur lui, une certaine emprise qui mettait Kael en confiance et le poussait à se confier d'une manière si aisée qu'il ne connaissait cela avec personne d'autre. Et ceci valait autant pour l'un que pour l'autre. C'était certainement le point le plus fort de leur complicité fraternelle.

« Ils ont juste pas confiance en moi. Ni papa, ni maman, ni Ayako. C'est pour ça qu'elle veut absolument venir dans ce bahut et qu'elle a réussi à convaincre les parents. » Il marqua une pause. « J'ai frôlé l'exclusion le mois dernier alors ils flippent tous. »

Kael n'avait pas envie de prononcer ces noms à qui il devait ses heures de colles et ses avertissements. Car ces noms seuls suffisaient à le plonger dans la haine. Il serra son poing puis il sentit le contact de la petite main de sa nièce le rassurer. Il pencha instinctivement la tête vers elle et put voir ses yeux rouges rivés sur lui. Elle avait des yeux magnifiques et un regard d'une intensité spéciale.

Depuis leur première rencontre, Kael trouvait que Mifuyu dégageait quelque chose de particulier. Elle était la raison pour laquelle il se teignait les cheveux et portait des lentilles. Ses cheveux blancs et ses yeux rouges, à elle, n'étaient pas un artifice. Elle était née comme ça et vivait durement avec cette maladie de naissance. Malgré cela, Mifuyu donnait un sens à la vie de Mitchell et rien que pour cela, elle devenait spéciale dans celle de Kael. Mais ceci est une autre histoire.

L'aîné reprit d'ailleurs la parole.
« Je ne savais pas que tu te souciais de l'avis des autres. C'est nouveau, ça. » commenta-t-il, sarcastique.

Kael grimaça à l'entente de cette remarque d'enfoiré mais il savait que son frère ne disait cela que pour l'enfoncer davantage. Il n'avait rien à y redire car c'était vrai; Kael s'occupait assez peu de l'opinion d'autrui, au point de s'en empoisonner la vie. Mais là, il était question de la famille, de ses parents, de sa petite sœur. Au fond, ce dont il n'avait pas envie, c'était que la Crevette soit pointée du doigt comme étant la sœur de celui-qui-a-pété-la-gueule à Jed, jeté des aliments suspects sur une cruche quelconque, ou encore envoyé Emma à l'infirmerie... Il redoutait les représailles indirectes. Les brimades à l'école, sa sœur avait déjà connu ça et il craignait qu'elle subisse d'autres formes de rejet. À cause de lui. Il pensait sincèrement qu'elle ne réalisait pas l'impact que cela avait de porter son nom.

Kael ne pouvait pas communiquer clairement ces inquiétudes. Pourtant, son frère aîné semblait émettre des suppositions s'en rapprochant, vu le visage espiègle qu'il avait. Mitchell se releva doucement et sortit son téléphone. Il s'éloigna pour passer un appel, à leur père sûrement. Kael ne le retint pas. Il prit dans sa main celle de Mifuyu, qu'il agrippa sans trop serrer non plus. Elle n'avait jamais rencontré ses "tantes". Il sentait qu'elle avait aussi envie de les voir. Ils étaient aussi venus à Kobe pour ça. Kael ne pouvait pas la priver de ce moment qu'elle attendait. Même s'il y avait encore ce malaise, il devait rentrer. Auprès des siens.

Son frère revint vers eux et déclara simplement : « Rentrons. »

Kael le dévisagea puis il se leva promptement après une minute de mutisme.

Sur le chemin du retour, Kael put constater qu'ils étaient venus en voiture depuis la maison alors le retour ne fut pas très long. Une fois devant le pas de la porte, il hésita à entrer dans sa propre maison. Cependant, lorsqu'il entendit le son de la voix de la Crevette se précipiter vers l'entrée, il comprit qu'il ne pouvait plus reculer et qu'elle allait se jeter sur lui en chialant. Il soupira profondément et poussa la poignée de la porte avant de s'annoncer. Sans surprise, la Crevette se tenait juste à l'entrée, les yeux gonflés et les joues trempées. Elle ne disait rien, sans doute parce qu'elle attendait que son frère l'engueule ou lui ordonne de s'écarter. Mais Kael ne fit rien de tout cela. Il se contenta d'attraper sa petite tête rose et de lui ébouriffer les cheveux.

« Arrête Ayako, t'es moche. » dit-il.

Parce qu'il n'avait rien de mieux. Ayako fondit en larmes, malgré ses efforts visibles de retenir ses émotions de Crevette. Elle était soulagée que son grand-frère soit revenu.

« Ce-C'est... toi, le... le boudin... » tenta-t-elle de dire entre deux sanglots et reniflements.

Home sweet home.


Dernière édition par Kael Johansson le Jeu 2 Aoû 2018 - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 14
■ Inscrit le : 14/07/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 13 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Fin Juillet 2015
Ayako Johansson
« Elève ; en 1ère année »
(#) Re: Dans la famille Johansson, je demande... [Terminé]  Sam 28 Juil 2018 - 17:13

Kael, des fois... c'est un vrai crétin! Non, en fait, c'est tout le temps un imbécile. Mais ce soir-là, il l'a été encore plus que d'habitude. C'est vrai quoi, je voulais pas m'énerver. C'est lui qui a décidé de me faire subir un interrogatoire bizarre. "Pourquoi tu te mêles de ma vie, pourquoi tu arrêtes pas de me faire chier, pourquoi tu-" nanana, et patati et patata. Comme si j'ai besoin de me justifier pour tout. Je sais ce que je fais quand même! Alors monsieur est jamais content, il râle, il parle fort et mal puis il disparaît de la maison quand j'ai le dos tourné. Et après c'est moi qu'on traite de gamine!

C'est vrai que j'ai beaucoup discuté avec Papa pour être inscrite au même lycée que Kael... et je lui en ai pas parlé avant... OK! Mais! J'ai pas à le consulter pour lui demander SA permission, non? Où est le mal à vouloir aller dans le même lycée que son grand-frère? Si ça se trouve, j'veux aller dans cette école parce qu'elle est bien cotée, hein. Qu'est-ce qu'il en sait? Pour lui, il faut forcément une raison existentielle. Et puis, c'est entièrement de sa faute d'abord. S'il arrêtait de faire le kéké à l'école, j'aurais pas à m'inquiéter autant pour lui. Y'a pas que moi qui ai peur.

Kael a fugué dehors quand on lui a dit que j'intégrais Kobe High School à la fin du mois. Au début, je me disais juste qu'il faisait son caca nerveux, mais quand il n'est pas revenu après deux heures d'absence, j'ai commencé à me sentir pas bien. Assise en boule sur le canapé du salon, j'ai serré mon téléphone contre moi. J'ai prié pour qu'il laisse au moins un sms...
Lorsque je me suis décidée à l'appeler, je suis tombée une dizaine de fois sur sa boîte vocale. Puis, j'ai senti les larmes me monter aux yeux. J'ai eu mal au cœur parce que j'étais anxieuse. Je suis allée chercher maman et papa pour savoir ce qu'il en était avec eux, mais Kael ne répondait à personne. Évidemment, c'est avec ce genre de comportement qu'on se fait du mouron pour lui! Il comprend vraiment rien... je le déteste... Moi je pleurais et je m'en voulais; mes joues étaient mouillées, mes mains aussi, alors qu'il en vaut même pas la peine. Kael, baka! La SEULE fois où il a décroché, c'était pour me dire de lui ficher la paix... J'ai bien essayé de placer quelques mots mais j'arrivais pas à parler. L'entendre me crier dessus comme ça m'a fait encore plus de mal et j'ai eu l'impression que si je parlais, sa colère allait devenir fureur.

Tout ce que j'ai pu faire... c'est attendre que Kael revienne.
Pendant que je me rongeais les sangs, j'ai remarqué que Papa avait l'air vraiment pas préoccupé du tout par la disparition de son fils. Wouah. J'ai pas hésité à aller le lui demander direct et tout, et tout. Il a rigolé et s'est fiché de moi... puis il m'a fait un câlin. Il avait quelque chose en tête. Mon papa... Comment il faisait pour rester aussi serein? Il n'a pas voulu me le dire mais il m'a expliqué qu'il avait envoyé quelqu'un de confiance pour chercher et ramener Kael à la maison. Mais qui...?

J'essayais de sécher mes larmes tant bien que mal. Si c'est papa qui le disait alors Kael allait revenir. C'est ce que je me suis dite. J'ai attendu en haut des escaliers du couloir de l'entrée, assise sur une marche, la tête entre les genoux. Les minutes sont passées au ralenti... Kael ne revenait toujours pas. Mes larmes ont recommencé à tomber, en silence. Asoka est venue s'asseoir à côté de moi et m'a serrée doucement contre elle. Je pouvais rien lui dire parce que c'était de ma faute si notre grand-frère revenait plus jamais...

PUIS! J'ai entendu le bruit d'une voiture qui s'est garée devant la maison. Je me suis levée d'un bond et j'ai regardé par la vitre du corridor. J'ai entendu la voix de Kael! Il parlait avec un autre monsieur et leurs voix se sont rapprochées de la porte d'entrée. J'ai fait de même et j'ai couru dans les escaliers! Maman m'a sermonnée de loin à cause du boucan que j'ai fait en dévalant les escaliers, et je lui ai répondu que KAEL ÉTAIT LÀ. J'ai eu du mal à respirer quand j'ai été devant la porte. Calme-toi Ayako... calme-toi... J'ai soufflé. Et là, Kael a ouvert la porte. On s'est regardés.

...
Il avait l'air encore fâché donc j'osais pas lui parler. J'ai cru que mon cœur allait exploser. Je me sentais trop coupable... ça me stressait. Et je pouvais pas l'affronter. Kael, dis quelque chose... J'ai pas pu retenir mes larmes. Qu'il me crie dessus ou qu'il fasse une scène, peu importe. MAIS PARLE-MOI, que j'ai pensé très fort alors que mes yeux étaient inondés. Il a levé son bras vers moi et alors j'ai tout de suite compris que mon grand-frère était revenu. Il a posé sa main sur ma tête et m'a ébouriffé les cheveux. Il m'a écrabouillé la tête. Après, il m'a traitée de moche alors qu'il est plus moche que moi et qu'il va finir célibataire parce que toutes les filles vont le jeter.

Comment il veut que j'arrête de pleurer pour lui s'il reste pas méchant jusqu'au bout aussi... je le déteste tellement. J'ai d'abord essayé de rester stoïque mais bon, c'est pas super bien passé. Je voyais plus rien tellement je pleurais et je m'en fichais que ma morve coule parce que j'allais m'essuyer sur Kael pour me venger. Je me suis jetée sur lui, j'ai enroulé mes bras autour de sa taille. J'allais plus jamais le lâcher! Toute l'angoisse de la soirée retombait d'un seul coup. J'ai eu si peur qu'il revienne jamais ou que les yakuzas l'embarquent! Kael n'a rien dit par la suite et il m'a pas repoussée.

Papa, maman et Asoka nous ont rejoint devant la porte et à ce moment-là, je me suis un peu écartée pour me calmer, sans lâcher mon frère. D'une main, Kael m'a épongée le visage en grognant que c'est dégueulasse, blabla. J'ai bridé les yeux pour que toutes les larmes coulent et qu'il les essuie toutes. Voilà. Une fois bien remise de mes émotions, je n'ai pas eu le temps de vraiment réalisé que... nous étions pas seuls. J'ai vu Papa qui prenait dans ses bras un homme (super hot de fou) qui ressemblait à Kael. Wouaaah! Puis Asoka et Maman parlaient à une petite fille... QUI RESSEMBLAIT AUSSI À KAEL. J'ai cligné des yeux plein de fois pour que ça monte bien au cerveau. Qui étaient des deux personnes?! Je me suis sentie gênée alors j'ai baissé la tête et j'ai fait une petite courbette de bienvenue. Fallait pas chercher loin pour comprendre que Kael était revenu avec eux. Moi, je ne les connaissais pas mais Papa et Maman ont pas eu l'air dérangés.

Il s'est avéré plus tard dans la soirée que cet homme et cette petite fille sont de ma famille! Mitchell et Mifuyu Johansson. Mitchell est le premier enfant que Papa a eu avec une autre femme. Mifuyu est la fille de Mitchell. J'ai été trop choquée de leur ressemblance avec Kael. Sauf que lui, il a l'air d'un repris de justice et que Mitchell fait super intelligent. C'était bizarre du coup...

J'ai passé toute la fin de soirée collée à Kael, pour qu'il fasse plus le kéké mais j'avoue que c'était aussi parce que je savais pas comment me comporter avec Mitchell et sa fille. Si Mitchell est bien le grand-frère de Kael, ça fait de lui mon frère aussi... Mifuyu est donc ma nièce. Je réfléchissais pour savoir où était l'arnaque. Je m'imaginais pas tata à mon âge...

Papa et Maman n'ont pas arrêté de me charrier parce que j'étais silencieuse et que ça me ressemblait pas. Mais c'était pas ma faute! Ça me perturbait cette histoire! Asoka était pas comme moi. On aurait été mal sinon... Elle a été super à l'aise avec eux. Surtout avec Mifuyu qui restait accrochée à elle. Elles ont eu l'air de bien s'entendre. Moi, ça me faisait plaisir même si je le montrais pas trop. Après, je suis pas restée dans mon coin non plus, hein. J'ai tout fait pour que ça se passe bien!

Plus tard, Kael et Mitchell sont sortis discuter avant l'heure de se coucher. Je les ai regardé parler depuis la fenêtre de ma chambre. Alors, des pensées bizarres me sont venues. C'est vrai qu'avant, Kael avait une vie. Une vie avant nous. Pourtant, c'était comme si on avait toujours été ensemble. Je sais pas pourquoi mais ça m'a rendue triste. Un peu. Je me suis sentie bizarre.

Le lendemain, je suis allée dans la chambre de Kael. Je lui ai dit que je voulais discuter avec lui. Mon air sérieux a dû le surprendre parce qu'il m'a envoyé balader. Ok. Je l'ai attrapé pendant qu'il prenait sa douche et il a pas eu d'autre choix que m'écouter. J'avais des choses à lui dire.


---------------------------------


#EC0076
Pour toute demande privée (mp), merci de t'adresser à Kael.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 21
■ Messages : 233
■ Inscrit le : 12/11/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 16 ans
❖ Chambre n° : L-2
❖ Arrivé(e) en : Mars 2015
Kael Johansson
« Elève ; en 4ème année »
(#) Re: Dans la famille Johansson, je demande... [Terminé]  Jeu 2 Aoû 2018 - 1:48

Dans les environs de 22h, tardivement dans la soirée, Kael sortit prendre l'air sur la terrasse. Mitchell le rejoignit, bière à la main. Il resta d'abord silencieux aux côtés de son cadet. Derrière eux, quelques voix s'éloignant pour le sommeil imminent. Kael pouvait entendre Asoka et Mifuyu. Mais pas Ayako. C'était bizarre quand sa voix ne résonnait pas dans toute la baraque. Peut-être dormait-elle déjà, pensait-il. Il leva furtivement la tête vers la fenêtre de sa chambre et crut voir le rideau bouger. Puis, Mitchell prit la parole.

« Kael, tu te souviens du jour où je suis parti de la maison? De ce que je t'ai dit? C'est pareil aujourd'hui avec Ayako. Ça ne signifie pas que ta vie ne t'appartient plus. C'est quelque chose de merveilleux qui te rendra encore meilleur. »

Kael ne s'attendait pas à ce qu'il évoque ce sujet si soudainement. Ses yeux vaguèrent dans le vide. Il savait ce que Mitchell essayait de dire en lui remémorant ses paroles du passé. Lui aussi était passé par . Se retrouver avec l'avenir d'une petite vie entre les mains. Ce n'était pas exactement pareil, évidemment, mais Kael ressentait une amertume similaire en pensant à sa sœur. Peu importe ce qui pouvait la motiver à fréquenter Kobe High School; cela ne changerait rien au fait que les gens allaient savoir rapidement qu'ils étaient frère & sœur. Bien sûr, Kael pouvait s'estimer assez habile de ne pas avoir eu de véritable ennemi jusqu'à présent, en dehors de ses déboires avec Jed, Meyuconne ou Himuro Kinbacon.

« Ce genre de truc vaut que pour toi Mitchell. » rétorqua-t-il.

Kael ne se sentait pas assez redevable pour changer et devenir un aîné modèle juste parce que sa petite sœur risquait potentiellement des représailles. Au contraire, plus il y songeait, plus cette idée prenait des dimensions réalistes, et plus Kael sombrait dans le mépris. Il sentait qu'il attaquerait n'importe qui chercherait à se rapprocher de sa sœur pour lui nuire de quelque façon.

« Je ne pense pas. À partir de maintenant, tout ce que tu fais "compte". Ce n'est pas seulement une question de responsabilité, ... c'est bien plus important. Si t'énerves comme ça avec Ayako, c'est que tu es déjà en train de changer. C'est pour ça que tu ne le supportes pas. »

Sur ses mots, Mitchell termina sa bière et retourna à l'intérieur. Il n'ajouta rien, sans doute pour frustrer son frère. Kael le regarda s'éloigner, clairement pas convaincu par de tels propos. Cependant, il n'osa réfuter la parole de son frère aîné. Il ne tarda pas à le suivre et rentrer. Montant à l'étage pour aller se coucher, Kael se stoppa devant la chambre d'Ayako. Il ouvrit doucement la porte et regarda si la Crevette dormait. Le peu de lumière qui s'engouffrait dans la pièce montra une Ayako en boule dans son lit, déjà endormie. Kael referma la porte et partit se coucher. Il ne s'était pas excusé proprement. Il se disait qu'il le ferait le lendemain.

Lendemain qui s'annonça assez surprenant... avec une Crevette qui entra dans la chambre de Kael pour négocier une discussion. Elle semblait tracassée par quelque chose. C'était tellement bizarre de la voir si décidée. Kael l'envoya sur les roses, à peine émergeant d'un sommeil lourd. Il ne voulait pas lui parler business dès le matin. Toutefois, la Crevette ambitieuse parvint à le prendre au piège dans la salle de bain, pendant qu'il se douchait. Kael tiqua légèrement mais il se résolut à l'écouter. Ayako sembla hésiter à lui dire ce qu'elle avait sur le cœur. Kael tendit une oreille alors que l'eau glissait sur son corps.

« Kael... » marmonna-t-elle.

Un petit blanc s'installa, bercé par le bruit de l'eau tapant les parois de la douche.

« Ça t'a pas rendu triste que Mitchell parte, quand tu étais au collège? » demanda-t-elle.

Sa voix se fit tremblotante alors qu'elle posait cette question. Elle voulait continuer... lui demander s'il n'aurait pas aimé être plus "proche" de Mitchell en âge. Savoir s'il ne déplorait pas les dizaines d'années qui les séparaient.

Car Ayako avait l'impression que c'était ce qui arrivait entre elle et Kael. Alors que pourtant, ils n'avaient pas un si grand écart d'âge. Combien de temps il nous reste avec toi, Kael? Ayako savait qu'ils ne resteraient pas éternellement ensemble. Elle réalisait qu'ils ne pourraient jamais rattraper tout le temps perdu, ce temps où ils ne se connaissaient pas. Depuis leur dispute de la veille jusqu'à ce que Kael rentra au soir, elle avait eu le temps de cogiter et de méditer là-dessus. Elle ne pouvait plus cacher cette tristesse. Mais affronter Kael était si perturbant.

Kael éteignit les arrivées d'eau. Il ouvrit brusquement la porte de la douche. La vapeur d'eau chaude se libéra en même temps qu'il sortit. Il s'approcha d'Ayako mais celle-ci hurla et se retourna en le voyant agir louchement comme ça. Il attrapa une serviette et l'enroula autour de la taille. Puis il agrippa les petites épaules de sa sœur avant de la faire pivoter face à lui. Ayako ouvrit les yeux et découvrit une expression qu'elle n'avait jamais vu auparavant sur le visage de Kael. Il parut particulièrement affligé, le regard dérangé et... inquiet. La surprise s'imprima également. Ayako le fixa, ébahie.

« Ayako. »

Il regarda sa sœur dans les yeux et les vit se troubler petit à petit, tandis qu'elle comprenait que Kael savait ce qu'elle essayait de dire; là où elle voulait en venir. Il n'avait pas besoin de l'écouter davantage. Ayako avait peur et Kael le sentait. La Crevette se retint de pleurer mais son regard la trahissait. Elle fit une moue de rétention. Kael chercha à la rassurer à sa manière. Il lui lança une vanne, comme à son habitude, tout en la secouant légèrement pour la balancer d'arrière en avant.

« J'étais pas censé être un célibataire endurci? »

Ayako lui sourit avec pudeur avant de rire. Cependant, elle ne reprit pas son entrain d'ordinaire. Elle ne répondit rien de particulier et fuit le regard de son frère. Kael ne cessa de la fixer car toute son attention se portait sur elle. Il n'avait jamais pensé qu'elle se noyait l'esprit avec des tracas pareils. Il lâcha son emprise sur elle et sortit de la douche. Ayako le suivit lentement, sentant sûrement qu'il la conviait à poursuivre leur conversation ailleurs. Une fois habillé, Kael se rendit dans la chambre d'Ayako pour faire le point sur ce qu'il pensait de sa décision d'entrer à KHS.

Il savait parfaitement ce qui n'allait pas et ce qui lui déplaisait. Il exprima son opinion sur la question, ses craintes comme ses préférences. Il n'eut aucun mal à le faire. Ni aucune gêne ou honte. Plus que tout, il lui fit savoir qu'il n'accepterait jamais qu'elle subisse à nouveau des brimades comme c'était encore le cas avant leur rencontre. La persécution était un sujet qui n'était pas souvent abordé en famille, notamment à cause du passé douloureux de la Crevette, alors Kael émit clairement le souhait de lui épargner de tels risques. Lui était incapable de garantir qu'il était en mesure d'éviter les problèmes, même avec elle sur le campus.
Après l'avoir écouté, Ayako lui décrivit comment elle voyait la situation. Elle n'avait pas la prétention de pouvoir le faire changer. Lui demander de devenir quelqu'un d'autre... Ayako lui affirma avec franchise que les retours qu'ils avaient de son comportement à l'école étaient effectivement inquiétants, et que cela faisait partie de ses motivations. Mais pas seulement.

« Je veux pas aller au même lycée pour te cadrer quand Papa est pas là... Moi, j'veux être là pour toi et- et... qu'on puisse parler de ce qui nous énerve et tout ça. » dit-elle courageusement.

Une petite crevette aspirait à devenir l'épaule sur laquelle il pouvait se reposer pour des coups de gueule. Kael la dévisagea avec un air quelque peu ingénu, puis il lui sourit finement en s'imaginant lui parler de toutes les fois où il avait eu envie de plonger la tête de Jed dans la cuvette des chiottes. Il comprit essentiellement ce qu'elle tentait de lui expliquer. Et il était content qu'elle lui dise ça. Il n'ajouta rien à ses propos. Il esquissa simplement ce petit sourire persistant. Kael doutait qu'elle put un jour devenir un tel soutien, car il ignorait avoir jamais ressenti le besoin d'exprimer sa frustration pour les nombreuses fois où ses pensées méprisantes avaient occupé son esprit. Néanmoins, il ne put cacher son soulagement : Ayako y avait réfléchi et ce n'était pas un caprice.

Des angoisses ressortirent à ce moment de la discussion. Ayako hésita un long moment, cherchant ses mots. Kael la laissa penser à son rythme. Elle continua avec une certaine réserve mais elle ne dissimula pas ses sentiments. Il y avait une autre raison qui la motivait : Ayako ne voulait pas se retrouver toute seule. Ainsi, une nouvelle surprenante parvint à Kael.

Asoka comptait aller dans une école privée à partir de la rentrée prochaine, afin de s'orienter vers des cursus plus professionnels. Bien qu'encourageant la démarche de sa jumelle, Ayako avoua à Kael qu'elle préférait tout de même qu'elles furent ensemble. Avec Kael aussi. L'aîné ne répondit rien face à tant de confessions, toutefois il écouta avec beaucoup d'attention. Il était vrai que Asoka avait une certaine maturité pour son âge, qui faisait qu'elle pensait déjà à son avenir. Contrairement à Ayako qui vivait encore au jour le jour. Kael l'écouta se confier sans la juger, ni la conseiller ou la contredire. De toute manière, il savait que sa sœur n'allait pas se montrer aussi bavarde s'il lui faisait des réflexions à chacun de ses mots. Alors il se tut.

Leur conversation se termina assez brièvement car Mitchell et Mifuyu étaient sur le point de partir. Ils interrompirent la petite réunion pour leur dire au revoir. Puis, ils ne reprirent jamais la suite de cette discussion. Sans doute parce que l'un comme l'autre avait compris les intentions de chacun.

Plus tard dans la journée, alors qu'il se préparait pour le campus, Kael songea à tout ce dont ils avaient discuté. Rien ne laissait paraître sur son visage froid et inexpressif mais il semblait obtenir plus de convictions intérieurement. À quoi était-il prêt à renoncer pour combler le souhait si innocent d'Ayako? Il l'ignorait. Il repensa à la question que sa sœur lui avait posé dans les douches. Qu'aurait-il voulu pour lui si Mitchell avait eu l'âge de se retrouver dans la même école? Aurait-il eu une autre façon de vivre sa vie de collégien? Kael n'avait jamais eu l'occasion d'y réfléchir car leur différence d'âge lui semblait si naturelle à l'époque. Mais il était indéniable qu'une fois parti, Kael ressentit un réel vide. Jusqu'à ce que son père lui présente sa mère et ses sœurs. Certes, elles ne purent jamais remplacer Mitchell mais leur présence signifiait tout autant.

Après une longue réflexion, il décida de ne plus s'opposer au transfert de sa sœur dans son école. Faisait-il bien de renoncer à lutter contre cette décision? Il n'avait plus à réfléchir là-dessus. Ce qui comptait, c'était de privilégier leur famille avant tout. Il serait là pour buter quiconque toucherait sa sœur ou son orgueil. Et ça suffisait.

Qu'ils aillent tous au diable.


#terminé

---------------------------------

You can't work me out

#BA331E
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Dans la famille Johansson, je demande... [Terminé]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la famille Johansson, je demande... [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: La plage-
Sauter vers: