Revenir en haut
Aller en bas


Partagez | 
 

 [U-2] Le revers de la médaille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heisuke Kodoku
■ Age : 22
■ Messages : 1586
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; 2è année »
(#) [U-2] Le revers de la médaille  Jeu 12 Juil 2018 - 20:37

23 Juillet


En chemin vers le centre-ville, mon téléphone sonna, encore. Jamais je n’aurais cru autant devoir utiliser mon téléphone. Auparavant, seule ma mère et quelques fois Keitô me contactaient à l’aide de ce dernier. Aujourd’hui, je recevais minimum une dizaine d’appels et une quinzaine de textos par jour. Si ce n’était que de moi, je fermerais l’appareil électronique sans hésiter pour quelques minutes de silence, mais je ne pouvais pas me le permettre. Ne voulant pas que Akira, ma manager attitrée, me suive partout, je n’avais pas le choix de gérer tout ça par moi-même. De l’autre côté, je préférais cela que de me faire suivre toute la journée. Elle était douce et sympathique, mais je me ferais facilement remarquer sur le campus. Ça, c’était sans penser à Keitô. Si elle était là, nos moments ensembles seraient pratiquement inexistants. Je voyais bien que mon quotidien chargé l’affectait déjà. Autant ne pas en rajouter une couche. Il ne le supporterait pas et moi non plus d’ailleurs. J’avais besoin de lui, plus que jamais. Il était celui qui me donnait la force de surmonter tous les obstacles sur mon chemin et de réussir. Sans lui, je ne savais pas comment je pourrais conserver mon moral dans tout ça.

L’appel venait de Akira. Évidemment, je répondis aussitôt. Celle-ci m’annonça ce que je considérai comme étant une bonne nouvelle : mon entraineur était malade et ne pourrait pas être présent ce soir. Autrement dit, j’avais congé pour la soirée. Un soupir de bien-être franchi mes lèvres. C’était une occasion en or pour relaxer un peu et passer un peu de temps seul avec mon bien-aimé. Je remerciai Akira et lui souhaitai une bonne soirée avant de raccrocher. Je composai immédiatement le numéro de Keitô, mais hésitai avant de presser sur le bouton. Non. Autant lui faire une petite surprise. Cela lui fera plaisir.

Heureusement pour moi, je n’étais pas encore bien loin du campus. Je quittai immédiatement le train et rebroussai chemin. Une vingtaine de minutes plus tard, je remis les pieds sur le campus et me dirigeai immédiatement vers les dortoirs. Connaissant Keitô, il devait se trouver dans la chambre à jouer de la guitare ou faire ses devoirs. Toutefois, une fois arrivée dans celle-ci, seule Chenille était là pour m’y accueillir. J’attrapai doucement ma petite boule de poil pour la bisouter un peu, sourire aux lèvres.

- Coucou ma jolie. J’espère que Keitô ne te laisse pas toute seule quand je ne suis pas là. Toi aussi tu as besoin d’amour.

Dans mes bras, Chenille ronronna en frottant son front un peu partout dans mon cou et sur mon visage. Libérant l’un de mes bras, je posai mon sac sur mon bureau. À ce moment, je remarquai que la guitare de mon chéri n’était pas dans la chambre. Pourtant, je ne me rappelais pas de l’avoir aperçu dans le parc à mon arrivée. Je déposai Chenille au sol et attrapai mon cellulaire. Je désirais lui faire la surprise, mais comme il n’était pas là, je n’aurais pas le choix de lui envoyer un message finalement.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥



Dernière édition par Heisuke Kodoku le Jeu 31 Jan 2019 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Keitô Heiki
■ Age : 28
■ Messages : 3077
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Ven 13 Juil 2018 - 0:36

Adossé au mur de l’établissement, je lui fais signe et le regarde partir vers le métro, comme tous les autres jours. Une routine ennuyante qui me fait soupirer alors que Heisuke disparait de mon champ de vision. Mains dans les poches, je me redresse et marche nonchalamment vers les dortoirs, ne portant aucun regard à ceux que je croise. Pas envie de leur donner l’impression d’être accessible, si je ne peux pas parler autant que je le veux avec Heisuke alors j’ai pas à le faire avec d’autres. Mon quota de parole extérieur doit être égal à celui avec mon homme, dommage, je l’ai déjà usé en cours… Moi ? Exagérer ? Non, ce n’est pas mon genre, je ne suis juste pas d’humeur à faire des efforts.

Une fois dans le bâtiment, je me dirige directement à notre chambre, où j’attrape Chenille à l’ouverture de la porte. Petite chipie ! Je sais bien que tu n’irais pas bien loin mais je préfère te savoir dans la chambre, ça me rassure. Elle me câline et elle a le droit à quelques gratouilles. Son attitude adorable parvient à faire apparaitre l’ombre d’un sourire sur mes lèvres et ça me fais du bien. Heureusement qu’elle est là, ça m’aide un peu à surmonter son absence… Quand il est là, je fais en sorte de l’encourager à suivre son rêve, surmonter les difficultés même si je n’approuve pas tout ce que sa nouvelle occupation lui impose. Genre cette histoire de devoir annoncer à tout le monde qu’on est séparé… Comme si j’allais accepter un truc pareil alors que j’ai bataillé pour qu’il revienne vers moi et que mes parents acceptent ma relation… Et puis, franchement, comment être crédible avec un « j’ai rompu avec Heisuke, nous sommes justes de bons amis » alors que je n’ai pas l’air de dépérir. Rien que Tessa et Rikuo, pour m’avoir vu au plus bas, comprendrais directement qu’il y a anguille sous roche. Quand il s’agit de Heisuke, je ne peux pas mentir, c’est impossible.

Je me laisse tomber sur le lit et lâche Chenille qui décide d’aller faire un tour dans la chambre, pendant que je fixe le plafond, l’esprit vide. La situation me pèse mais c’est son rêve donc je ne peux pas faire l’égoïste pour le garder toujours auprès de moi… Je soupire à nouveau et cherche à m’occuper les pensées. Est-ce que j’ai des travaux à faire en musique pour lundi ? Je crois que oui. Autant les faire maintenant au cas où mes parents m’appellent en urgence ce week-end. C’est de plus en plus fréquent depuis que ma mère a repris son boulot. Elle travaille à domicile mais, avec la petite dans les pattes, elle a du mal à tout faire dans les temps. Du coup, elle se rattrape le week-end lorsque je peux faire mon rôle de grand-frère. Je ne m’en plains pas, au contraire, ça me permet de veiller sur elle et la protéger du monde autant que je le peux comme ça. Ce dernier est trop cruel pour les âmes sensibles.

Bref ! Il faut que je m’y mette ! Je me lève, attrape mon sac et commence à bosser, Chenille venant squatter mes genoux pour une petite sieste. Une fois terminé, je range tout et attrape mon étui de guitare. Entre le fait que je sois seul, que j’ai fait mes devoirs de musique et que l’heure du club de basket se rapproche, j’ai bien besoin d’aller me détendre sur le toit. Oui, sur le toit, car j’ai besoin de fumer et si je me fais choper à fumer dans le parc par un adulte… Je serais dans la panade.

Un ou deux mégots et quelques mélodies plus tard, je regarde l’heure de mon portable et me dis qu’il est temps de retourner à la chambre si je veux être prêt et ne pas sentir la cigarette pour l’entrainement. Si l’autre conne venait à savoir que je fume, elle serait capable de me dénoncer uniquement pour me faire virer et que je démissionne de ma place de capitaine… Je ne peux pas la blairer cette mini portion…

Guitare sur l’épaule, je me mets debout et quitte discrètement le toit, direction la chambre, ma destination favorite depuis des mois. Au moins, là-bas, j’ai personne pour venir m’emmerder. La main sur la poignée, je l’enclenche et entre dans la chambre, refermant la porte derrière moi. Je lève la tête et là, je bug. Heisuke est présent dans la pièce, portable à la main. Hein ? Non… je rêve, c’est pas possible. D’une main je me frotte les yeux et secoue la tête avant de regarde à nouveau dans la même direction. Pas d’erreur, il est bien là ou alors je me suis endormi sur le toit… Chenille m’accueille à nouveau et je l’attrape d’un bras tout en m’approchant de mon petit ami.


« Je rêve ou bien tu es bel et bien là, en train de pianoter sur ton portable ? »

Je souris et reprends après une très courte pause.

« Si je rêve, j’espère surtout ne pas me réveiller maintenant. »

---------------------------------

Japonais : Darkblue / Anglais : Darkred
MasKer Cookie
Revenir en haut Aller en bas
Heisuke Kodoku
■ Age : 22
■ Messages : 1586
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Mer 22 Aoû 2018 - 21:44

Alors que je tapais un court message sur mon téléphone portable, j’entendis la porte de notre chambre s’ouvrir. Sans surprise, il s’agissait de Keitô. Toutefois, pour sa part, ma présence dans la chambre avait réussi à créer cet effet.  Finalement, mon coup était réussi. Je lui souris tout en rangeant mon téléphone dans mon sac, prenant bien soin de le mettre sur silencieux. Pas question qu’on vienne nous interrompre cette fois. Ce soir, j’avais besoin de profiter de mon homme et de me détendre un peu.

- Tu ne rêves pas. Je suis bel et bien là. C’est encore mieux, non?

Cela dit, être confondu avec un mirage était tel un couteau dans la plaie. Je savais bien que venant de sa part, ce n’était pas une accusation. Cependant, je me sentais coupable d’être si peu présent sur le campus. Il me manquait à moi aussi. C’était sans compter que nos moments seuls ne pouvaient être qu’à l’abris de tout regard, soit dans notre chambre. Depuis que j’avais signé en bas de cette feuille, je n’avais pas le droit à l’erreur, au point de demander l’impossible au guitariste. Bien sûr, il avait catégoriquement refusé. Avec tout ce que nous avions vécu, je pouvais parfaitement comprendre. Mon but était simplement de nous protéger; de le protéger. Je n’avais nul autre choix que de faire confiance à ceux qui connaissaient la vérité. Néanmoins, depuis Senji, j’avais du mal avec cette idée. J’avais confiance en lui aussi, à une époque non si lointaine.

Avant que mon petit ami ne me pose la question, je répondis tout de suite à sa silencieuse interrogation.

- Mon entraineur ne se sentait pas très bien et a préféré annuler notre séance de ce soir. Du coup, je suis revenu directement ici. J’espère que tu n’avais rien de prévu.

Je m’approchai lentement de lui, libérant avec aisance les deux premiers boutons de ma chemise. Il était loin d’être le seul en manque. C’était l’occasion rêvée de subvenir à nos besoins mutuels. Ainsi donc, je faufilai mes bras autour de mes épaules. À ce moment, je captai l’odeur de cigarette émanant de lui. Je comprenais mieux pourquoi je n’avais pas réussi à le voir au parc. Je pouvais deviner qu’il était avec Morisada sur le toit. J’étais content de savoir que mon petit ami ne passait pas ses journées tout seul malgré mon absence. Je pouvais également me fier sur Tessa pour veiller sur lui.

- Car je pensais en profiter pour rattraper le temps perdu. Si tu vois ce que je veux dire…; continuais-je une fois tout près de son oreille.

Par la suite, mes lèvres ne tardèrent à rencontrer les siennes avec amour. Ce fut à ce moment que je réalisai et brisai rapidement le baiser. Cette odeur… Elle ne venait pas de ses vêtements, mais de sa respiration même.  Perplexe, je perdis mon sourire et plongeai un regard plus que sérieux dans celui de mon colocataire. L’envie qui me rongeait jusqu’à présent n’avait plus lieu d’être.

- Keitô, je sens que tu dois me dire quelque chose.

Je n’étais pas dupe et il le savait parfaitement. Toutefois, je préférais l’entendre tout me dire par lui-même.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
Keitô Heiki
■ Age : 28
■ Messages : 3077
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Mar 11 Sep 2018 - 12:09

De sa voix douce et cristalline, il m’annonce la merveilleuse nouvelle qu’il est bel et bien là. Evidemment que c’est encore mieux ! Vu le peu de temps que l’on peut passer ensemble, le moindre instant en sa présence est très précieux pour moi. Noël avant l’heure. Et encore, je suis presque sûr qu’il ne sera pas dispo pour cette date. Quelque chose me dit qu’il y aura un évènement, une émission ou un album spécial Noël à enregistrer à ce moment-là… Bref ! Finit les mauvaises pensées, profitons du moment présent ! Je me demande comment ça se fait qu’il…

« Mon entraineur ne se sentait pas très bien et a préféré annuler notre séance de ce soir. Du coup, je suis revenu directement ici. J’espère que tu n’avais rien de prévu. »

C’est donc pour ç- Ouuh ce regard… Heisuke, j’espère pour toi que tu es prêt à assumer car je risque d’être… intense là… Son approche lente et les gestes qu’il fait me déclenchent quelques légers frissons et je me mords la lèvre. Il passe ses bras autour de mes épaules, le regard toujours aussi aguicheur.

« Car je pensais en profiter pour rattraper le temps perdu. Si tu vois ce que je veux dire… »

Ooooh que oui, je vois très bien ce que tu veux dire et c’est marrant mais je crois bien qu’il n’y a pas entrainement de Basket aujourd’hui. Quel dommage de ne pas voir l’autre pimbèche en cette magnifique journée. Après avoir déposé ma guitare au sol, mes mains passent dans son dos et l’une descend lentement vers le bas alors que nos lèvres se rapprochent. Comme à chaque fois, mon cœur accélère et lorsque mes lèvres touchent les siennes j- Hein ?! Quoi ? Déjà fini? Qu’est-ce qu- ?

Le regard de Heisuke a complètement changé et je me remets à peine de mon état précédent. Qu’est-ce qu’il a ? Vu sa tête, quelque chose ne va pas ou j’ai fais un truc qui lui déplait. Ma main sur ses fesses ? Non… Il ne s’en offusquerait pas comme ça…


« Keitô, je sens que tu dois me dire quelque chose. »

« Hein ? Tu sens que j- AH ! »

Révélation soudaine après être descendu violemment de mon petit nuage, il sent… C’est évident qu’il doit parler de l’horrible odeur de tabac qui émane de mes vêtements et mon haleine. Surtout mon haleine en fait vu sa réaction au baiser… C’est vrai que je viens à peine de fumer et que c’est la première fois que ça arrive avant que je n’ai fais le nécessaire pour la faire disparaître. Non pas pour lui cacher, mais car je n’en supportes pas l’odeur et que si un adulte ou l’autre peste venait à découvrir que je fume, je pourrais avoir des problèmes avec l’établissement puis, par extension, mes parents.

Lorsque je suis avec Heisuke, je ne ressens pas ce besoin de fumer ou du moins, je l’oublie assez facilement car je ne veux pas perdre un seul instant avec lui, ni lui faire subir ma fumée. Du coup, comme je n’en ai jamais eu vraiment l’occasion avec tout ce qu’il nous est arrivé, je ne lui ai jamais dit que je fume… J’ai l’impression de revivre le moment où je ne lui avais pas dis que ma mère était enceinte car je ne pensais pas ça important… Il va m’en vouloir, c’est sûr…

Un air désolé s’affiche sur mon visage et j’espère que mon expertise en sociabilité ne va pas me jouer des tours pendant que je cherche à lui expliquer. Lentement, je le lâche afin d’ouvrir la poche avant de mon étui à guitare afin d’en sortir le paquet entamé.


« Je n’ai jamais cherché à te le cacher, c’est simplement que je n’aime pas l’odeur de tabac froid et que je ne voulais pas de problèmes avec l’établissement pour consommation illicite… »

Je soupire de la situation dans laquelle je me suis mise et reprends pour m’excuser.

« Je sais que tu dois m’en vouloir de ne pas te l’avoir dit avant et je comprends… Quand je suis avec toi, je n’en ressens pas le besoin et ça m’est toujours sorti de la tête… Je suis vraiment désolé que tu l’apprennes comme ça… »

J’attendais ce moment depuis longtemps et voilà que mon addiction m’en prive… Ça doit être ce que l’on appelle le karma ou punition divine… Génial…

---------------------------------

Japonais : Darkblue / Anglais : Darkred
MasKer Cookie
Revenir en haut Aller en bas
Heisuke Kodoku
■ Age : 22
■ Messages : 1586
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Ven 26 Oct 2018 - 18:58

- Hein ? Tu sens que j- AH !

Sur le coup, Keitô ne réalisa pas immédiatement ce à quoi je faisais référence. Toutefois, heureusement pour lui, il capta rapidement, aux risques de subir quelques foudres de ma part. Franchement, je ne savais pas du tout quoi penser de tout ça. Keitô qui fumait… J’avais du mal à imaginer. Il savait parfaitement ce que je pensais de la cigarette et avait tout de même tomber dans la consommation de cette...chose ignoble. Je ne pouvais m’empêcher de me demander depuis quand et pourquoi il m’avait caché cette vérité. J’étais en colère, déçu; cela me blessait au plus profond de mon être. Je croyais que depuis cette histoire avec Senji, nous devions tout se dire; absolument tout. Certes, le fait qu’il ait décidé de fumer ne m’enchantait guère, mais c’était surtout le fait qu’il m’ait menti qui me faisait le plus mal.

- Je n’ai jamais cherché à te le cacher, c’est simplement que je n’aime pas l’odeur de tabac froid et que je ne voulais pas de problèmes avec l’établissement pour consommation illicite…

Je pris place sur ma chaise de bureau, abasourdi. Voir ce paquet me donnait mal au coeur. Il était sous mon nez depuis tout ce temps et je n’avais pas su le voir. Moi qui pensait être un fin observateur… Était-ce dû à mes nouvelles responsabilités? Elles occupaient tout mon temps après tout… mais au point de ne pas remarquer un changement chez mon amoureux? J’avais remarqué que mon absence l’affectait dernièrement, mais sans plus. C’était pourquoi je me forçais de profiter de chaque petit moment en sa présence. Il n’était pas le seul à souffrir de cette absence. Puis, s’il n’avait jamais chercher à me le cacher, pourquoi l'apprenais-je ainsi? Si j’avais décidé de le téléphoner plus tôt au lieu de lui faire la surprise, il aurait fait comme de rien? Il aurait caché toute trace de ce fichu tabac, comme d’habitude? Comment l’aurais-je su appris alors? Avec le peu de moment que nous passions ensemble dernièrement, je le connaissais assez pour savoir qu’il n’aurait jamais risqué de m’en parler pour ne pas gâcher le moment présent.

- Je sais que tu dois m’en vouloir de ne pas te l’avoir dit avant et je comprends… Quand je suis avec toi, je n’en ressens pas le besoin et ça m’est toujours sorti de la tête… Je suis vraiment désolé que tu l’apprennes comme ça…

J’avais vu juste.

- C’est ma faute, c’est ça? Si je comprends bien, tu en ressens le besoin parce que je ne suis pas là? Toi aussi, tu me manques, mais je ne vais pas pour autant faire un choix aussi débile que…; commençais-je d’un ton quelque peu agressif.

Je m’arrêtai au milieu de ma phrase. Je devenais émotif et, à moins de vouloir me disputer avec lui, cela n’aidait en rien notre situation. Je devais me contenir de dire à voix haute des choses qui dépassent le fil de mes pensées. Je fermai les yeux et vint me masser les tempes de ma main gauche, ne sachant trop quoi penser de tout ça. Cherchant à me calmer, je soufflai un long soupir.

- Pardonne-moi. C’est juste que… Depuis quand? Je dois savoir depuis quand.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
Keitô Heiki
■ Age : 28
■ Messages : 3077
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Sam 27 Oct 2018 - 11:13

Lorsqu’il s’assoit sur la chaise, je vois dans son regard de la douleur, de l’incompréhension et… de la haine… Du moins, c’est mon impression et ça me fait, à la fois, mal et peur. Notre couple est déjà comme une planche en équilibre sur un pic, le moindre coup de vent pourrait la faire tomber et je viens de créer une tempête…

« C’est ma faute, c’est ça? Si je comprends bien, tu en ressens le besoin parce que je ne suis pas là? Toi aussi, tu me manques, mais je ne vais pas pour autant faire un choix aussi débile que… »

Il s’énerve, c’est normal, je suis fautif et même si je lui criais que non, ce n’est pas de sa faute avec une voix probablement paniquée de le perdre, ça ne changerait rien. Depuis ce jour où j’ai touché le fond, malgré le fait que j’ai pu énormément diminuer après mon coming out et plus encore après le bal de Halloween, la cigarette n’a jamais voulu me lâcher complètement. Il y a toujours eu un petit détail qui faisait qu’il m’en fallait une… Je me sens pathétique d’avoir une telle addiction mais c’est trop tard pour s’en mordre les doigts… Comment vais-je faire s’il m’annonce que c’est fini à cause de ma faiblesse ? Pour arrêter, ça va être difficile après ça, c’est sûr… Pitoyable…

« Pardonne-moi. C’est juste que… Depuis quand? Je dois savoir depuis quand. »

Heisuke tente de se calmer dans un long soupir avant de s’excuser, comme si c’était à lui de le faire… Il veut savoir depuis et c’est son droit même si la réponse ne va pas lui plaire… Le temps est passé si vite… Je vais m’asseoir sur mon lit, prêt à encaisser sa haine s’il souhaite la déverser sur moi après ma réponse.

« Tu n’as pas à t’excuser, ce n’est pas toi qui est en tort… J’ai commencé le jour où j’ai trouvé ta lettre de rupture sur mon bureau… Voyant mon état, Rikuo m’en a proposé une et j’ai accepté… C’est dégueulasse, ça pu et pique les yeux mais… ça m’a permis de… lâcher la pression… »

Je courrais partout à sa recherche, paniqué et quand je suis arrivé sur le toit, j’ai agressé Rikuo… La cigarette m’a permis de pleurer, utilisant l’excuse de la fumée dans mes yeux par fierté mal placée…

« J’ai beaucoup fumé à cette période, l’été qui a suivi aussi mais moins vu que je m’occupais de Yumi. Quand tu ne voulais pas que je te touche et que la guitare ne suffisait plus à calmer mes pulsions, j’allais sur le toit pour me « détendre »… Elle m’aidait à tenir mes pulsions loin de toi… Après le repas chez mes parents et Halloween, je n’y touchais presque plus et dernièrement… Ça m’aide un peu à tenir… »

J’ose à peine le regarder de peur de voir une expression de mépris, de dégoût ou de haine… Comment va-t-il me pardonner un « secret » qui date d’aussi longtemps ?

« Désolé Heisuke… Je ne suis pas aussi fort que je veux le faire croire… »

À force de penser à la suite et de me poser des milliers de questions, ma tête commence à m’en faire payer le prix et j’en ressens une forte douleur… Mes mains viennent se poser de chaque côté et mes coudes se reposent sur mes genoux, en soutient. Je sens que j’ai envie d’une cigarette… Je suis pitoyable…

---------------------------------

Japonais : Darkblue / Anglais : Darkred
MasKer Cookie
Revenir en haut Aller en bas
Heisuke Kodoku
■ Age : 22
■ Messages : 1586
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Dim 28 Oct 2018 - 4:01

En vérité, je ne savais pas vraiment si je désirais connaître la réponse à ma question. Une part de moi-même savait déjà que j’étais responsable. De plus, il y avait cette expression sur son visage… Il craignait de tout m’avouer, probablement par peur de ma réaction. Je n’aimais pas être en colère après lui. Je détestais ce sentiment, mais je ne savais pas comment je ne pouvais pas être furieux qu’il m’ait menti. C’était lui qui avait exigé qu’on se dise tout depuis ces malheureux évènements. Si je lui avais raconté pour les lettres à l’époque, nous aurions pu éviter tant de choses; tant de douleur. Depuis, notre relation semblait plus fragile que la porcelaine. Un rien le concernant arrivait à faire couler les larmes sur mes joues. Non. Depuis le tout début il arrivait à me mettre dans tous mes états.

- J’ai commencé le jour où j’ai trouvé ta lettre de rupture sur mon bureau… Voyant mon état, Rikuo m’en a proposé une et j’ai accepté… C’est dégueulasse, ça pu et pique les yeux mais… ça m’a permis de… lâcher la pression…

Un an. Cela faisait déjà une année entière ou presque qu’il me cachait sa consommation. Concernant Morisada, je m’étais douté que cet idiot aurait une mauvaise influence sur mon petit-ami un jour ou l’autre. Toutefois, jamais je n’aurais cru à ce point. Fumer pour évacuer la pression… Quel genre d’ami pouvait bien faire un conseil pareil? Quant au reste, je ne savais pas trop comment encaisser les dires de mon colocataire. Certes, nous avions eu des passes difficiles, mais nous avions pourtant eu de bons moments où il aurait pu m’en parler. Selon lui, il n’aurait pas ressenti le besoin de fumer lors de ces joyeux épisodes. Cet irrésistible envie se présentait uniquement lorsque notre couple était dans une mauvaise pente… ce qui était actuellement le cas à ses yeux. Je croyais que tout allait bien malgré ce nouveau quotidien. Fallait croire que ce n’était pas ainsi que Keitô percevait la chose. Évidemment, je me sentis coupable.

- Désolé Heisuke… Je ne suis pas aussi fort que je veux le faire croire…

Ses excuses ne me soulagèrent point. Au contraire, elles vinrent s’ajouter à ce sentiment de culpabilité. En demandais-je trop de la part du guitariste? Non plus énervé, je posai mon regard sur Keitô ayant prit place sur son lit. Il n’osa pas me regarder. Avait-il si peur de ma réaction? Il m’était impossible de rester fâché contre lui, peu importe la raison. Je l’aimais beaucoup trop. Du coup, je me levai et m’approchai tranquillement de lui. D’un geste tendre, je vins caresser sa chevelure d’ébène, comme j’aimais si bien le faire.

- Je ne t’en veux pas, mais ça me blesse que tu m’aies caché cela pendant si longtemps. J’ai mal, car je croyais que mon erreur du passé était désormais loin derrière nous. Je réalise maintenant que j’avais tort d’y croire et que tu souffres en silence.

Sans geste brusque, je glissai doucement mes doigts sous son menton et le forçai à relever la tête vers moi. Je lui fis un petit sourire triste avant de reprendre, mains posées sur ses joues.

- C’est à moi de m’excuser. J’ai simplement du mal à réaliser que l’être que j’aime le plus au monde puisse s’empoisonner quotidiennement avec ces cochonneries et cela, par ma faute. Je ne saurais supporter te perdre avant l’heure pour quelques cigarettes. En revanche, je ne peux pas t’en vouloir puisque ce jour-là, je n’ai pas été mieux dans mes choix.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
Keitô Heiki
■ Age : 28
■ Messages : 3077
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Mer 14 Nov 2018 - 11:06

Comment ai-je pu être aussi bête ? Laisser le temps passer et ne jamais penser une seule seconde à lui dire tant qu’il était encore temps… Suis-je un idiot qui n’apprend pas de ses erreurs ? Et franchement… Comment je peux avoir envie de cette merde alors que c’est le sujet de notre conflit actuel ? Impossible qu’il puisse me pardonner, je vais le perdre pour une conn… oh… Sa main vient doucement caresser mes cheveux et mon fil de pensée s’apaise. Il ne m’en veut pas mais il est blessé par ce secret que je garde depuis plus d’un an… Normal…

« J’ai mal, car je croyais que mon erreur du passé était désormais loin derrière nous. Je réalise maintenant que j’avais tort d’y croire et que tu souffres en silence. »

Mise à part en ce moment, avec son absence quotidienne, je ne peux pas dire que je souffre en silence… Ce n’est pas comme si je repensais à notre rupture à chaque cigarette donc ça n’est pas la raison pour laquelle j’ai continué à fumer tout ce temps. C’était une fuite facile à la moindre difficulté, sans mauvais jeux de mots, ça me permettait de souffler et de tenir… Je relève la tête sans résistance et laisse retomber mes mains sur mes bras, toujours en appui sur mes genoux. Son sourire me fait un pincement au cœur, je n’aime pas le voir comme ça et j’en suis le seul responsable.

« C’est à moi de m’excuser. J’ai simplement du mal à réaliser que l’être que j’aime le plus au monde puisse s’empoisonner quotidiennement avec ces cochonneries et cela, par ma faute. Je ne saurais supporter te perdre avant l’heure pour quelques cigarettes. En revanche, je ne peux pas t’en vouloir puisque ce jour-là, je n’ai pas été mieux dans mes choix. »

Petit souvenir désagréable qui manque de peu à m’arracher une grimace. Si je l’avais définitivement perdu ce jour-là, je ne sais pas dans quel état je serais actuellement… Lentement, l’une de mes mains vient attraper l’une des siennes, l’éloignant ainsi légèrement de ma joue. Mes prunelles plongées dans son regard azur, je respire un coup avant de briser mon silence.

« Ne penses pas que c’est de ta faute si je n’ai pas eu la force ou l’envie d’arrêter avant aujourd’hui. C’était un échappatoire facile, trop facile… Je me suis laissé tenter par le feu et à présent je me brûle… Si tu veux que j’arrête, je le ferais. Je ferais tout pour ne plus y toucher si tu m’en fais la demande. »

Evidemment, ça ne sera pas facile mais je suis d’un naturel têtu et si je suis résolu à quelque chose et, qu’en plus, ça concerne Heisuke, je ne lâcherais pas c’est une certitude.

---------------------------------

Japonais : Darkblue / Anglais : Darkred
MasKer Cookie
Revenir en haut Aller en bas
Heisuke Kodoku
■ Age : 22
■ Messages : 1586
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Mar 15 Jan 2019 - 21:07

Main dans la sienne, son regard ne quitta le mien, cet air désolé au visage. Il réfutait l’idée que je puisse être impliqué, mais Keitô savait tout autant que moi que nos moindres décisions avaient forcément un impact sur l’autre. C’était ainsi depuis deux ans. Si j’avais su gardé mon sang-froid avec cette histoire de photos; si j’avais pris la décision de discuter de tout ça avec lui sans sauter aux conclusions… Notre voisin de chambre n’aurait eu la responsabilité de devoir le réconforter avec ces bâtonnets toxiques. Il suffit. Je devais arrêter de réfléchir et de culpabiliser pour mes erreurs passées. Bien que notre situation avait un lien direct avec ces événements, cette histoire était dorénavant dernière nous et je devais me concentrer sur notre problème actuel.

Keitô fumait la cigarette. Cette réalité ne me plaisait guère, mais je devais l’accepter. Il était déterminé à mettre fin à sa consommation si je le souhaitais et je savais parfaitement qu’il ne me mentait pas à ce sujet. Cependant, il était idiot de croire que le tout se ferait en un claquement des doigts. Étant donné ses habitudes, il sera forcé de faire face à sa solitude sans la possibilité de s’allumer un brin de nicotine. Ce ne sera pas facile et je me doutais qu’il ne réussirait pas du premier coup. Il allait devoir affronter cette dépendance étape par étape; lentement mais sûrement. Heureusement, selon ses dires, il ne semblait pas être un très grand fumeur. Après tout, si c’était le cas, je ne crois pas qu’il aurait pu me le cacher pendant un an. J'espérais simplement que le processus ne lui soit trop difficile vu mes nombreuses absences à venir. Sans lâcher sa main, je pris place à ses côtés, sur son lit.

- Tu connais déjà mon avis sur la question, Keitô. Je n’aime pas savoir que tu puisses ainsi mettre ta santé à risque. Je t’aime et je ne saurais me le pardonner si tu tombais malade.

Dans un soupir, je posai ma tête sur son épaule, pensif. Je l’aimais tant… et j’étais incapable de lui en vouloir. Je pouvais comprendre ses intentions de ne pas vouloir m’inquiéter. Toutefois, pour notre couple, il allait être important de partager nos sentiments sur chaque situation.

- J’apprécie énormément que tu ne veuilles pas devenir un poids dans mon quotidien chargé, mais j’ai besoin que tu me partages ce que tu ressens, même dans les moments les plus difficiles. Je veux être là pour toi autant que tu es là pour moi et il est hors de question que je te laisse seul chercher une solution à notre problème.

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
Keitô Heiki
■ Age : 28
■ Messages : 3077
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Mer 16 Jan 2019 - 19:04

Résolu et plus que sérieux, je ne lâche pas sa main et son regard en attendant sa réponse. Il s’assied à mes côtés avant de calmement me dire ce que je sais déjà. Il s’inquiète du fait que je puisse mettre ainsi ma santé en jeu… Heisuke n’a pas répondu clairement, peut-être pour ne rien m’imposer, mais je sais qu’il préfèrerait que je ne fume plus.

« Je t’aime et je ne saurais me le pardonner si tu tombais malade. »

Alors qu’il soupire et pose sa tête sur mon épaule, si je n’avais pas déjà pris la décision d’arrêter, c’était fait à présent. Comment moi je pourrais me pardonner si je tombais malade à cause de la cigarette et que, du coup, lui s’en sente triste et ne se le pardonne pas… Le serpent qui se mord la queue… Chacun regretterai un acte dont l’autre n’est pas responsable… Ce qu’on peut être idiots et compliqués…

« J’apprécie énormément que tu ne veuilles pas devenir un poids dans mon quotidien chargé, mais j’ai besoin que tu me partages ce que tu ressens, même dans les moments les plus difficiles. Je veux être là pour toi autant que tu es là pour moi et il est hors de question que je te laisse seul chercher une solution à notre problème. »

Je penche doucement ma tête afin d’être légèrement en appui sur la sienne. Partager ce que je ressens… Sachant que je suis à peine fichu de savoir lorsque je suis triste, en colère ou même lorsque j’ai passé le stade « d’ami » avec quelqu’un… Bref… Je vais essayer.

« Mon ressentis… Vouloir te soutenir au mieux dans tes projets… te rendre heureux… t'aimer de tout mon être… Le plus souvent possible… »

Tout en scrutant mon esprit pour lui donner plus de mon "ressentis", je me demande s’il parviendra à trouver une solution. Personnellement, j’ai eu beau y réfléchir seul, je n’ai pas trouvé de solutions pour le soutenir tout en ne cherchant pas à être égoïste… Si je pouvais le garder rien que pour moi, je le ferais sans hésiter.

---------------------------------

Japonais : Darkblue / Anglais : Darkred
MasKer Cookie
Revenir en haut Aller en bas
Heisuke Kodoku
■ Age : 22
■ Messages : 1586
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Jeu 17 Jan 2019 - 6:59

Avec le poids d’une plume, sa tête vint doucement s’appuyer contre la mienne. Une mèche de sa chevelure d’ébène rencontra mon front, ainsi perdue parmi les mèches de ma propre frange. Ma requête n’était point des plus simples pour mon bien-aimé. Il n’avait jamais été doué pour mettre des mots sur ses sentiments et je n’ai jamais cherché à le contraindre de le faire jusqu’à présent. Auparavant, il m’était facile de déterminer ces derniers par un simple regard; par ces petites subtilités trahissant son caractère. Désormais, avec les cours et mes nouveaux engagements auprès de l’agence, j’avouais parfois ne plus être aussi conscient de ces détails chez le guitariste… Sans compter qu’il cherchait à ne pas m’inquiéter de son propre côté. Aujourd’hui, je réalisais que ce nouveau quotidien était loin d’être sans conséquences.

- Mon ressentis… Vouloir te soutenir au mieux dans tes projets… te rendre heureux… t'aimer de tout mon être… Le plus souvent possible…

Je souris à sa réponse. En effet, il n’avait jamais été doué pour ça… au point de confondre ses sentiments avec ses désirs. Certes, ces deux éléments n’étaient pas sans lien, mais il était adorable d’essayer. Il avait encore du chemin à faire. Dans un léger rire, je portai ma main libre au niveau de sa poitrine.

- Je sais très bien que tu souhaites mon bonheur, Keitô, et jamais plus je douterais de tes sentiments à mon égard. Mais je souhaite également ton bonheur et je ne peux pas être heureux si tu ne l’es pas autant que moi. J’ai besoin de savoir quand tu as mal; quand tu te sens seul… J’ai besoin que nous soyons honnête l’un envers l’autre, peu importe l’adversité. D’accord?

Malgré tout cela, il était légitime de la part de Keitô de vouloir partager plus de temps en ma compagnie. Tout comme lui, nos moments ensemble passés sous cet arbre du parc ou dans la salle de musique me manquaient énormément. Tout paraissait si paisible à cette époque non si lointaine. Autant pour lui que pour moi, nous ressentions ce besoin urgent de nous retrouver. Mon horaire chargée était la principale source de ce problème. Je tenterais de discuter avec Akira afin d’alléger mon horaire de quelques petites heures afin de libérer une soirée par exemple. Cela ne semblera pas très énorme aux yeux de mon bien-aimé, mais cette solution me paraissait la plus réaliste pour le moment. Je me blotti eu peu plus contre lui.

- La prochaine fois où tu te sentiras seul, écris-moi une chanson, ajoutais-je avec un doux sourire. Tes mélodies me manquent… et c’est une bien meilleure façon de combler la solitude que la cigarette, non?

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
Keitô Heiki
■ Age : 28
■ Messages : 3077
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Jeu 17 Jan 2019 - 18:35

Cherchant davantage à mettre des mots sur mon ressentis, mon flot de pensée est coupée lorsque Heisuke reprend la parole. Ça devait lui suffire ou alors j’étais à côté de la plaque. Au moins, j’ai essayé, c’est le principal je suppose. Il me dit qu’il sait que je ne veux que son bonheur et qu’il ne mettra plus jamais en doute mes sentiments pour lui. Une excellente nouvelle ! Plus besoin de grogner aux moindre cliquetis de photo que j’entends !

« Mais je souhaite également ton bonheur et je ne peux pas être heureux si tu ne l’es pas autant que moi. J’ai besoin de savoir quand tu as mal; quand tu te sens seul… »

Ah… C’était ça en fait qu’il voulait comme ressentis… Ouais ma réponse n’y ressemblait pas du tout pour le coup. Je saurais la prochaine fois qu’il me posera la question ou si je me sens comme ça qu’il faut que je lui dise.

« J’ai besoin que nous soyons honnête l’un envers l’autre, peu importe l’adversité. D’accord? »

« Mm. D’accord. »

Heisuke se blottit un peu plus contre moi et je change de position afin de le serrer dans mes bras. Ce que ça peut faire du bien… Il n’y a vraiment que lui pour effacer en moi tout ce qui peut être négatif. Tout à l’heure, j’avais envie d’une cigarette, maintenant, le paquet peut allègrement se faire foutre pour que j’y touche. Il est pire qu’une drogue pour moi.

« La prochaine fois où tu te sentiras seul, écris-moi une chanson… Tes mélodies me manquent… »

Mon cœur bat un peu plus vite lorsqu’il me dit que mes mélodies lui manques. Je ressens la même chose au sujet de sa voix. Après tout, j’avais pour habitude de l’entendre presque tous les jours avant tout ça. Même que je passais pour un véritable stalker avant même qu’on ne soit ensemble en allant espionner ses répétitions.

« et c’est une bien meilleure façon de combler la solitude que la cigarette, non? »

« Tu as raison, te jouer de la musique, c’est dans mes cordes… »
… de guitare…

Je souris légèrement à ma blague, bien que je ne l’ai pas dit tout haut. De toutes manières, il fera sûrement le rapprochement tout seul. N’étant pas un parfait humoriste, je ne recherche pas plus que ça les rires. Je l’aurais dit de cette façon quoi qu’il arrive donc s’il sourit ou rigole, ça sera un plus agréable, s’il ne rigole pas, je ne m’en vexerais pas.

Doucement, je dépose un baiser sur son front avant de profiter pleinement de notre étreinte. Si je pouvais ne plus jamais le lâcher, ça serait juste parfait.

---------------------------------

Japonais : Darkblue / Anglais : Darkred
MasKer Cookie
Revenir en haut Aller en bas
Heisuke Kodoku
■ Age : 22
■ Messages : 1586
■ Inscrit le : 28/05/2013


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2012
Heisuke Kodoku
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Mar 26 Fév 2019 - 4:21

Discuter de tout cela m’avait fait du bien, en quelques sortes. Dernièrement, étant donné mon emploi du temps chargé, il était plus rare que nous ayons ce genre de conversations. Nous passions notre temps libre à profiter l’un de l’autre, comme nous étions sur le point de faire il y encore quelques minutes. Parler de ses problèmes n’avait jamais été son fort. Je ne pouvais le blâmer; je n’étais pas plus doué que lui. Nous étions effrayés, terrifiés à l’idée de tout faire écrouler. Se protéger mutuellement. L’un comme l’autre, nous désirions tout prendre sur nos épaules, évitant à l’autre de le faire. Nous étions si dupes; si naïfs. À présent, il nous faudra décider de toutes solutions à deux. Tout se dire, c’est ce que nous nous étions promis à notre retour ensemble. Terminés les mensonges; les cachoteries.

- Tu as raison, te jouer de la musique, c’est dans mes cordes…

Coin du regard, je vis son petit sourire niais. Je ne mis de temps à comprendre ce qui le faisait rire ainsi. Rictus aux lèvres, j’échappai un petit rire. Idiot. Ceci étant dit, cette idée sembla lui plaire. Jouer de la musique était aussi bien moins dangereux que fumer ces cigarettes. Morisada… Je n’allais pas oublier cette histoire de sitôt. J’avais toujours du mal à concevoir comment il avait pu proposer une cigarette à mon tendre guitariste afin de soulager sa peine. Bon, il était loin d’être la plus brillante des lumières de ce campus. Toutefois, sa présence savait combler la solitude de mon bien-aimé. Je ne pouvais le nier. Ça m’agaçait, d’une certaine façon. Je préférerais qu’il passe son temps libre avec Tessa. Elle avait une bien meilleure influence sur lui.

Baiser sur le front, je profitai pleinement de notre étreinte. Les petits moments comme celui-ci étaient mes préférés. Nul besoin de mots pour exprimer notre affection. Aucun ne savait réellement la qualifier. Elle était là, tout simplement. Elle effaçait tous nos doutes, nous rappelait avec douceur à quel point nous étions bien ensemble… Par contre, il y avait la subtile odeur de tabac qui commençait à légèrement agacer mes narines. Je me redressai de peu. De ma main droite, j’attrapai, avec une certaine fermeté, le menton de mon bien-aimé entre mon pouce et mon index.

- Tu sais? J’ai une folle envie de t’embrasser là, tout de suite… Et te faire bien d’autres choses... mais je ne peux plus supporter cette odeur plus longtemps. Alors, tant que tu ne t’en débarasses pas, tu n’auras rien de ma part, compris?

Je lui fis un petit sourire sadique. Après tout, je voulais profiter de mon homme le plus longtemps possible. Je pouvais bien me permettre de lui mettre légèrement la pression.

- Et si tu ne te dépêches pas, qui sait pour combien de temps je vais en avoir envie?

---------------------------------





Japonais #3333cc
Anglais #3399ff
Français #33cc99
Coréen #993399
KHK Love ♥

Revenir en haut Aller en bas
Keitô Heiki
■ Age : 28
■ Messages : 3077
■ Inscrit le : 06/07/2013

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-2
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Keitô Heiki
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  Mar 5 Mar 2019 - 18:10

Un rire cristallin s’échappe de ses lèvres et même si ce n’était pas spécialement ce que je cherchais, c’est tellement agréable… L’un contre l’autre, je profite de ce moment calme et apaisant. Je me ressource de sa présence autant que je le peux car nous ne savons pas quand nous pourrons à nouveau avoir un moment comme celui-ci.

Lorsqu’il se redresse, je desserre légèrement mon étreinte afin de lui laisser un peu de liberté. Je le garderais bien prisonnier contre moi mais malheureusement, je ne peux pas le contraindre à rester ainsi pour toujours. Heisuke attrape mon menton et cela me fait un petit effet loin d’être désagréable. Je m’attends à un baiser mais mon petit ami, petit sourire taquin et sadique au visage, ne semble pas enclin à me l’offrir si facilement.


« Tu sais? J’ai une folle envie de t’embrasser là, tout de suite… Et te faire bien d’autres choses... mais je ne peux plus supporter cette odeur plus longtemps. Alors, tant que tu ne t’en débarasses pas, tu n’auras rien de ma part, compris? »

Lèvre inférieure mordue, je me retiens de lui dire à quel point c’est mesquin de jouer ainsi avec mes… sentiments alors qu’il sait très bien que je suis déjà en train de me contenir.

« Et si tu ne te dépêches pas, qui sait pour combien de temps je vais en avoir envie? »

Le diable dans un corps d’ange… D’un mouvement, je l’allonge et me place légèrement au-dessus de lui. Allant lui susurrer quelques mots à l’oreille.

« Oses t’enfuir pendant mon absence et je te retrouverai, peu importe où tu te trouves, pour obtenir ce baiser… et bien d’autres choses… »

Mes lèvres déposent un baiser sensuel dans son cou et je me redresse complètement pour me diriger vers mes affaires de toilette. Une fois tout rapidement rassemblé, je me dirige vers la porte et le regarde avant de sortir.

« Je ne serais pas long »

Tout en quittant la chambre, je sors mon portable pour regarder l’heure. Hors de question que j’aille au club aujourd’hui. Je cherche le numéro d’un des membres qui avait insisté pour avoir mon numéro car je suis le capitaine et lui indique un imprévu qui me fera manquer l’entrainement. Pas plus de précision, ils sont prévenus et c’est suffisant.

Une fois dans les sanitaires, je fais tout pour faire disparaître au maximum l’odeur de tabac et retourne le plus vite possible vers la U-2, pour profiter de cette après-midi surprise en compagnie de l’homme de ma vie~

---------------------------------

Japonais : Darkblue / Anglais : Darkred
MasKer Cookie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [U-2] Le revers de la médaille  

Revenir en haut Aller en bas
 
[U-2] Le revers de la médaille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Université ; Kobe Daigaku :: Les dortoirs :: Chambres-
Sauter vers: