Revenir en haut
Aller en bas


Partagez | 
 

 [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 134
■ Inscrit le : 18/07/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : C-602
❖ Arrivé(e) en : Juillet 2015
Izumi Tanaka
« Personnel ; prof de littérature »
(#) [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...  Jeu 2 Aoû 2018 - 23:00

On est dans de sales draps...
ft. Ruby Thatcher
“Quartier libre”, ces deux mots, inscrits sur le programme de la journée, sonnent à mes oreilles comme la cloche annonçant le véritable début des vacances. Les élèves, à mon avis, doivent le vivre comme moi : à peine le temps de balancer leurs valises dans un coin de leurs chambres respectives (ce en quoi je les imitai, ne nous mentons pas), les voilà déjà parti en direction de la plage pour les plus téméraires, et de la salle à manger pour les moins aventureux.
Nul besoin de vous dire que ma place se trouve plutôt dans le second groupe.

Cette salle à manger, d'ailleurs, parlons-en ! Pour moi qui suis plutôt une habituée des auberges de jeunesse crasseuse quand je pars en voyage, là, c'était clairement le grand luxe ! Entre les douces effluves venues de cuisine, le stand de viennoiseries, et le bar ouvert jusqu'à trois heures du matin, on allait avoir de quoi se faire éclater la panse.
C'est vers ce dernier que mes pas m'amènent, d'aillers. Plus que la faim, c'est la soif qui me tiraille suite au trajet : il faut dire que, vu la chaleur, c'est l'intégralité du contenu de ma bouteille qui a rendu l'âme  dans le bus entre Kobe et l'aéroport. Juste avant que je ne m'endorme.
La liste des boissons a de quoi faire tourner la tête : que ce soit soda, cocktails ou préparations fraîches, il y a en a pour tout les goûts ! J'en profite pour commander un jus de mangue et, comme il n'y a pas foule, commence à discuter avec le serveur.
Au bout d'une heure, me voilà maintenant au courant de tout ce qu'il y a d'intéressant à faire dans le coin, et j'ai notamment récupéré l'adresse d'un café karaoké pas loin d'ici. Il faudra que j'essaie d'y emmener les collègues un soir avant de partir : ils ont pas forcément l'air très commodes, mais je suis sûre que ça serait marrant et qu'on s'y amuserait bien !

D'ailleurs, en parlant de collègues... Il faudrait bien que je remonte à ma chambre, histoire de ranger correctement mes affaires plutôt que de laisser ma valise traîner sur mon lit. D'autant que ma colocataire de circonstances a l'air du genre assez stricte, alors j'aimerais éviter de faire trop mauvaise impression.
En signe de bonne volonté, je commande une boisson pour elle. Vu son caractère, un grand thé noir glacé, ça m'a l'air pas trop mal adapté.
Je remonte les escaliers de l'immeuble jusqu'au deuxième étage, et m'arrête devant la chambre 206. Les deux mains occupées (parce que oui, je me suis pris un smoothie à la mangue en passant, faut pas déconner), je galère quelque peu à ouvrir la porte, mais après trois longues minutes de lutte, je peux enfin pénétrer à l'intérieur de la pièce.
J'avise la table de nuit à côté de mon lit, le plus reculé des deux par rapport à l'entrée, et commence à m'en approcher afin d'y déposer les boissons.
C'est bien entendu à ce moment là que Dieu décide de mettre sur mon trajet un sac à dos, et de me faire lancer un dé pour réussir un test d'agilité.

Un solide échec critique.

Je commence à sentir mon poids basculé vers l'avant, et par réflexe, je tente de me cramponner au premier truc qui me passe sous la main, à savoir le pied de lit de ma collègue.
Oubliant au passage que je tiens deux récipients remplis de boissons sucrés.

*BAM*

...Ok, je me suis mangé un meuble en pleine face, et je suis bien partie pour avoir une jolie bosse sur le front, mais vu le bruit, j'ai pas cassé de verres.
Je me relève lentement, une main posée sur ma tête douloureuse, et jette un coup d'oeil circulaire sur la pièce.

Bordel. Le lit.
Les draps propres de Ruby. Recouverts d'un subtil mélange de thé glacé et de smoothie mangue, le genre de trucs bien poisseux qui reste bien collé dans les tissus.
En panique, je commence à regarder autour de moi afin de trouver une éponge pour limiter la casse, mais le destin, farceur comme il est, me fait entendre le bruit d'une clé qui tourne dans la serrure de la porte.

Elle va me tuer.

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------


Japonais : darkmagenta // Anglais : deeppink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 19
■ Messages : 62
■ Inscrit le : 13/05/2018


Mon personnage
❖ Âge : 44 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Ruby Thatcher
« Personnel ; médecin »
(#) Re: [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...  Sam 4 Aoû 2018 - 1:04

Finalement, il n’y avait pas eu tant d’élèves aux allergies et problèmes de santé divers. Grâce à ça, Ruby avait eu le temps de jeter un œil au programme plus en profondeur et de poser son seul sac de voyage sur son lit pour se changer. Tenue de sport légère enfilée, elle était aussitôt partie courir sur la plage et ses alentours. À la fois pour découvrir les paysages les plus proches mais aussi parce que courir lui avait toujours fait du bien. C’était quelque-chose qui lui avait toujours permis de vider ses pensées et de faire la part des choses. Réfléchir à ses actes, ses dires. Hélas, le résultat était souvent le même et Ruby se donnait toujours raison.

La douche qui suivrait serait d’autant plus agréable. Ce fut de retour devant l’hôtel qu’elle prit le temps de s’étirer et reprit la route de sa chambre, d’un pas lent et plutôt fatigué. Tout ce dont elle avait envie à présent, était de lire calmement dans sa chambre pour ce qui restait de cette journée un peu longue mais pas si désagréable.

Ruby n’était pas de nature très sociable, bien qu’elle se forçait pour garder une image propre et impeccable. C’était un sans-faute qu’elle voulait du côté de sa réputation. Elle n’en avait pas grand-chose à faire qu’on la trouve méchante ou désagréable. Son but, c’était d’être droite et d’être compétente. Le reste, c’était secondaire, tertiaire, je-m’en-fous-aire. Tanaka-san n’avait pas l’air d’être une femme à problème, comme l’était sa collègue Iroka-san. Elle avait sûrement des préjugés sur sa personne, un peu comme tout le monde ici. En tout cas, Ruby se fiait à son instinct pour le moment, restait que Tanaka-san respecte ce dernier comme il se doit.

Une fois de plus, Ruby s’était promis de ne plus jamais avoir confiance en la plèbe. Elle était déçue, comme elle l’avait déjà été plusieurs fois depuis son arrivée à Kobe. Pas qu’elle s’attende à autre chose venant d’un établissement scolaire mais… Elle avait tout de même réussi à renverser sur son lit quelque-chose comme cent litres de boissons qui avaient l’air assez sucrées pour coller toute la semaine au matelas.

Elle referma la porte derrière elle, les yeux plissés et l’expression distordue. Habituellement, Ruby trouvait toujours le bon mot, qu’il s’agisse d’une pique ou d’une parole sage. Mais là, elle n’avait aucune foutue idée de ce qu’elle pouvait bien lui sortir.

« Je suppose que vous avez une excellente excuse. » Fit-elle l’air simplement blasé. Elle n’était pas énervée. Enfin, si, Ruby était énervée de ne pas pouvoir continuer son livre et se prélasser dans un position plus confortable. Pendant deux secondes, elle se fit la réflexion qu’elle n’avait pas la force. Pas la force pour engueuler Tanaka-san, pas la force pour changer ses draps, pas la force pour redescendre à l’accueil ni pour appeler l’accueil. Elle jeta un œil vers l’extérieur. Il faisait encore très chaud. De ce qu’elle avait pu lire sur les conditions de sa chambre, il y avait une douche et une baignoire. Elle aurait pu descendre pour aller demander de nouveaux draps mais… Là, Ruby avait juste envie de se débrouiller seule alors, elle allait laver ses draps d’elle-même. Mais son regard n’avait toujours pas quitté Tanaka-san, elle voulait tout le monde connaître ses motivations concernant le fait de gâcher sa soirée.

---------------------------------

#0c3b17


Dernière édition par Ruby Thatcher le Lun 13 Aoû 2018 - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 134
■ Inscrit le : 18/07/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : C-602
❖ Arrivé(e) en : Juillet 2015
Izumi Tanaka
« Personnel ; prof de littérature »
(#) Re: [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...  Dim 5 Aoû 2018 - 18:49

On est dans de sales draps...
ft. Ruby Thatcher
J'ai mal.
Je sais pas en quoi sont fait les sommiers dans cet hôtel, mais je vous garantis qu'en confrontation frontale, c'est pas votre boîte crânienne qui va l'emporter. Je suis en train d'en faire les frais.
Je vais me trimballer une sacrée bosse pour le reste des vacances, moi.

Je suis encore en train de me tenir la tête entre les mains alors que ma camarade de chambre me toise en attendant des explications quant à l'incident. J'ose pas la regarder dans les yeux, elle m'impressionne trop là, et j'ai merdé.
Je sens les larmes monter. Quoi ? Non ! Je vais pas pleurer, c'est même pas à cause des boissons d'ailleurs ! C'est parce que j'ai encore foutrement mal !
Aller, on se calme, on inspire un grand... J'étouffe un début de sanglot. Je me sens tellement mal, là.
La main toujours posé sur le front, je me retourne vers le médecin et, tout en essayant de garder mon calme.

-*Sniiiiiiiiiiif* Je voulais vous ramener une boisson pour vous faire plaisir et... et... et pour qu'on puisse faire connaissance, mais j'ai glissé sur le sac à dos qu'il y avait par terre et... *Sniiiiiiiiiiiif* et je me suis cognée sur votre lit en renversant les verres.

Objextif remplit avec plus ou moins de succès.
Je reprends une grande inspiration. Aller ma grande, c'est pas si grave, tu vas juste virer les draps et les descendre à l'accueil, et au pire, tu peux toujours échanger de lit avec elle.
Si je pouvais me faire aussi petite qu'une fourmi, croyez bien que je le ferais, que je filerais en direction de l'aéroport et que je prendrais le premier vol pour Kobe, en prenant bien soir d'éviter à jamais l'infirmerie du campus.
Je me lâche enfin la tête et m'approche du lit, attrapant la couette afin d'en retirer le drap.

-Je suis désolée, je voulais juste faire bonne impression...

Bon, faut que j'arrête ou je vais vraiment me mettre à pleurer là. Thatcher doit se demander si c'est pas une première année qu'on lui a refilé comme coloc', vu la situation.

-Je vais m'occuper de tout descendre et d'aller chercher du linge propre, vous embêtez pas... Au pire, vous pouvez prendre mon lit, je voudrais pas vous faire dormir dans un truc poisseux...

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------


Japonais : darkmagenta // Anglais : deeppink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 19
■ Messages : 62
■ Inscrit le : 13/05/2018


Mon personnage
❖ Âge : 44 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Ruby Thatcher
« Personnel ; médecin »
(#) Re: [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...  Jeu 9 Aoû 2018 - 15:57

La situation avait atteint un point de non-retour. L’excuse de Tanaka-san était totalement plausible. Mais un autre détail la titillait… Ruby n’aurait sûrement eu aucun doute si sa collègue ne s’était pas effondrée en plein milieu de sa phrase. Les femmes et les larmes. Ruby avait toujours eu l’impression qu’entre ces deux parties, il s’agissait plutôt d’une histoire d’amour que d’une histoire de cœur brisé. Ses congénères féminines étaient surentraînées aux pleurs sur-commande et Ruby le savait mieux que personne.

D’un autre côté, ce qui attira le plus l’attention de Ruby, à ce moment précis, ce ne fut pas cette histoire de draps poisseux. Son regard s’arrêta sur le front de Tanaka-san, c’était un peu rouge et brillant. Pas de bosse encore visible, mais à l’entendre parler, un méchant coup qui devait être douloureux. Ses pleurs semblaient à peine plus crédibles grâce à cette douleur. D’ailleurs, lorsque Tanaka-san évoqua l’idée d’aller changer les draps tâchés par d’autres propres, Ruby fronça les sourcils et, sans même se tourner vers la porte, elle verrouilla cette dernière.

« Non, vous n’allez nulle part. » Elle était bien consciente que son ton n’avait rien d’amical ni chaleureux mais… Ruby n’aimait pas perdre de temps à s’expliquer. Elle posa la serviette qu’elle portait autour du coup sur la première surface qu’elle pouvait trouver et ouvrit son sac pour en sortir une trousse de premier soin. C’était une trousse isolante, elle put donc en sortir une petite poche de glace pillée assez froide pour faire l’affaire. « Appuyez ça contre votre front. Et restez assise, j’ai moyennement envie d’avoir à vous remettre d’un malaise le premier jour de mes vacances. »

Cette dernière laissa sa collègue exécuter l’ordre qu’elle venait de lui donner et attrapa le téléphone pour composer le numéro de l’accueil, à laquelle elle explique son problème. Apparemment, le service allait lui apporter du linge propre dans quelques minutes. Elle reposa le combiné et fit face à sa collègue, les bras croisés.

« Je n’aime pas vraiment la mangue, mais c’était bien tenté. Je retiens l’intention mais l’exécution est minable, c’est à revoir. » Fit-elle avec un demi-sourire et une pointe d’ironie dans la voix. « Vous n’avez rien ? Mis à part votre hématome au front. » À ce moment-là, Ruby ne savait pas vraiment que la mangue ne lui était pas destinée. Elle n’avait pas de diplôme en reconnaissance de boisson renversée, mais elle pouvait sentir l’arôme d’ici. Elle avait fait l’effort de ne pas s’énerver – ce qui était une prouesse pour son taux de fatigue et d’agacement. Nouer de mauvais liens avec ses collègues n’était pas bon vis-à-vis de sa crédibilité. Et, pour son égo – ou son taux de charisme, qu’elle aimait contrôler.

---------------------------------

#0c3b17
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 23
■ Messages : 134
■ Inscrit le : 18/07/2018

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 25 ans
❖ Chambre n° : C-602
❖ Arrivé(e) en : Juillet 2015
Izumi Tanaka
« Personnel ; prof de littérature »
(#) Re: [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...  Jeu 9 Aoû 2018 - 22:32

On est dans de sales draps...
ft. Ruby Thatcher
Encore quelques inspirations, doucement, et voilà, les larmes cessent de couler, me voilà à nouveau opérationnelle. Bien joué, Izumi.
Non mais sérieusement, à vingt ans passés, je me retrouve à pleurer comme une gosse qui vient de faire une bêtise devant une femme qui doit presque avoir l'âge d'être ma mère, j'ai l'air de quoi là ? C'est ça une adulte responsable et indépendante ? Ben on est pas tiré d'affaire...

Je m'apprête à descendre chercher de nouveau drap quand Thatcher, d'un ton qui ne laisse aucune place à la contradiction, m'intime de ne rien en faire. A la place, elle me tend une poche de glace. Je m'assois sur le bord de mon lit et commence à l'appliquer sur mon front, où on peut à peine sentir une bosse qui est en train de se former.

-Meh... Je n'ai pas si mal que ça, mais si vous le dites... C'est vous le médecin après tout.

Tandis qu'elle attrape le combiné pour appeler l'accueil, je la laisse faire en regardant dans le vide, la poche glacée toujours collée au crâne. En plus d'amenuiser la douleur, il faut bien admettre que c'est loin d'être désagréable, vu la chaleur qu'il fait dehors ici. J'avais beau m'être habillée au plus léger possible, je pouvais sentir quelques gouttes de sueur sur mes tempes.

Je vois désormais le médecin qui me fixe, les bras croisés. Pitié, pas une engueulade...
Ah bah. Non, du coup, on dirait qu'elle a presque l'air un peu amusée par la situation. Enfin, aussi amusée que son allure, de manière générale assez grave, puisse le laisser supposer.
"Je retiens l’intention mais l’exécution est minable, c’est à revoir.". Je ne peux pas retenir une réaction à ces mots.

-C'est pas la première fois qu'on me dit ça, j'ai encore des efforts à faire je crois...

Lorsqu'elle me demande si je n'ai rien, je me contente de hocher la tête en levant la main, en signe que tout va bien. J'ai la tête plutôt solide, apparemment, puis, j'ai pu amortir un minimum la chute avec mes bras. C'est pas non plus comme si j'étais allé embrasser directement son sommier.

Je reste quelque secondes silencieuse, puis, poussée par une sorte d'instinct qui me demande de justifier ma gaffe, contextuellement parlant, je reprends la parole.

-En fait, le smoothie à la mangue, c'était pour moi... Je me disais que vous deviez pas être une personne à sucre, alors je vous ai pris un thé noir glacé, je me suis dis que c'était plus raccord avec vous...

Une demi-seconde me suffit à analyser ce que je viens de dire, et je me mets alors à secouer la tête de droite à gauche, négativement. Se faisant, j'échappe ma poche de glace et réussit à la rattraper avant qu'elle ne me tombe sur les genoux.

-Ne prenez pas mal ce que je dis, hein ! C'est simplement que, quand on vous voit, on a plus l'impression que vous aimez les choses d'adultes sérieux, et il fait un peu chaud pour un café noir... Je veux dire... Vous êtes quand même assez impressionnante, avec votre taille et votre air assez austère !

Je sens le rouge me monter aux joues tandis que je parle, et préfère finalement me taire avant de dire plus de bêtises encore.
Je fixe mes pieds, n'osant plus vraiment regarder mon interlocutrice.

-Désolé, je crois que je suis encore en train d'aggraver mon cas. On pourrait faire comme si cette discussion n'avait jamais eu lieu, ne serait-ce que pour mon amour propre, s'il-vous-plaît ?

Codage par Libella sur Graphiorum

---------------------------------


Japonais : darkmagenta // Anglais : deeppink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 19
■ Messages : 62
■ Inscrit le : 13/05/2018


Mon personnage
❖ Âge : 44 ans
❖ Chambre n° : C-304
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Ruby Thatcher
« Personnel ; médecin »
(#) Re: [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...  Lun 13 Aoû 2018 - 22:11

Au moins, Tanaka-san n’avait pas tenté une seule seconde de contester sa décision. C’était déjà un grand pas. Ruby ne put retenir un sourire en entendant ses mots. Un sourire qu’elle fit paraître comme bienveillant. Au fond d’elle, elle ne trouvait pas vraiment ça attendrissant. C’était une once de pitié mêlée à… À ce qu’elle avait l’habitude de ressentir auprès de la plupart des gens qu’elle rencontrait.

La suite n’en fut pas moins étonnante. Ruby resta silencieuse quelques secondes – n’ayant pas peur qu’un malaise s’installe, puisque de toutes manières elle n’en avait pas grand-chose à faire – et se dit que ce que Tanaka-san devait penser était plus proche du début de son discours que de la fin. Après tout, Ruby avait l’habitude d’être considérée comme quelqu’un de froid. Lorsque cette dernière la supplia d’oublier la conversation qui venait d’avoir lieu, Ruby ignora totalement l’idée et s’étira – histoire de passer le temps, pendant que Tanaka-san appliquait la poche froide.

« Vous vous méprenez beaucoup sur ma personne depuis ce matin. J’aime les fruits rouges et le chocolat chaud. Je déteste le café noir, et je trouve que le thé est fade mais bon pour ma santé sous forme de cures. » Ruby se coupa instinctivement, l’air de ne pas vouloir trop s’étaler sur sa personne. C’était bien l’une des choses qu’elle détestait faire, même si parfois, elle en parlait de façon un peu trop naturelle. Hélas ce n’était pas quelque-chose qu’elle considérait comme bon envers sa réputation. Après tout, si Ruby paraissait si froide, c’est bien parce qu’elle cultivait cette impression auprès de son entourage. Elle n’avait pas envie d’avoir l’air d’une femme accessible sous toutes ses coutures et par n’importe qui. Quand elle se laissait aller… C’était mauvais signe.

Une ou deux secondes eurent le temps de s’écouler avant que le téléphone ne se mette à sonner. Plus proche de ce dernier, Ruby attrapa le combiné pour répondre. Le silence dut être pesant pour sa collègue mais Ruby rompit le silence. « Votre service est déplorable et mérite entièrement ses avis négatifs sur TripAdvisor. » Fit-elle avant de raccrocher sans même attendre de réponse du service. Même si l’hôte d’accueil s’était excusée maintes et maintes fois – Et que Ruby savait pertinemment qu’elle n’y était pour rien –, elle ne put s’empêcher de fermer hermétiquement ses yeux le temps de quelques secondes avant de se retourner.

« Ils n’ont plus aucun linge de rechange parce que l’une de leurs machines est en panne. » Elle jeta un œil à Tanaka-san puis au lieu de cette dernière, et revint à sa collègue. « Je vais dormir par terre, ne vous en faites pas. »

Comme si Ruby avait besoin de s’excuser de son homosexualité. Comme si Tanaka-san était au courant.

---------------------------------

#0c3b17
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...  

Revenir en haut Aller en bas
 
[Hôtel - Chambre 206] On est dans de sales draps...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre-ville :: Autres lieux-
Sauter vers: