Revenir en haut
Aller en bas


Partagez | 
 

 [Cafe Pittoresque][Solo] Un Rêve devenu Réalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 25
■ Messages : 191
■ Inscrit le : 19/02/2017

■ Mes clubs :

Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-7
❖ Arrivé(e) en : octobre 2014
Toshiko Koizumi
« Elève ; en 5ème année »
(#) [Cafe Pittoresque][Solo] Un Rêve devenu Réalité  Ven 10 Aoû 2018 - 22:40


Un Rêve devenu Réalité


Elle ne savait pas vraiment à quoi s'attendre. Seule dans sa chambre, elle s'était préparer pour son rendez-vous. Elle avait enfiller une jupe noire taille haute qui descendait jusqu'à ses genoux, des bas longs noirs translucides remon , un chemisier délicat et professionnel ainsi qu'une paire de léger talons noirs. Elle avait un maquillage léger et délicat accentué par une ligne noire d'eyeliner sur sa paupière. Elle parraissait aisément 5 ans plus vieille. Bien sûr, ses attributs naturels y était pour quelque chose, elle le savait mais qu'importe, ce n'était pas le sujet préoccupant de sa journée.

Elle prit son sac à main et se dirigea vers la sortie du campus. Elle appella un taxi et se rendit au Cafe Pittoresque, un petit bistro français où son agent aimait bien déjeuner. Elle arriva 15 min d'avance mais elle savait déjà que son agent serait assis à une table, toujours la même, celle près de la fenêtre, la plus éloignée de l'entrée. Elle entra et se dirigea vers la dite table. À son arrivée, son agent la salua :

« Ah! Koizumi-chan! Content de te voir! Je t'en prie, assies-toi! J'ai déjà commander Un Earl Grey aux agrumes comme tu les aimes! Ça ne devrait pas tarder! »

Ouh, pas un bon signe. Quand il commandait son thé en avance, elle savait à quoi s'attendre :

1- Il allait lui dire quelque chose qu'elle n'allait pas aimer
2- Ils en allaient parler longtemps.



Devant elle se trouvait Hasegawa Eichirô, ancien agent artistique de la jeune femme et connaissance de longue date de son paternel. Malgré son air d'homme doux et gentil, il était un expert du marketing et avait fait de son mieux pour propulser la carrière de la jeune femme dans le monde des idoles coréennes mais sans succès. C'était un homme stratège et Toshiko le savait. Tout les moyens étaient bons pour arriver à ses buts et c'est cela qui lui faisait peur.  

Elle ne dit rien, ne le saluant qu'un signe de la tête, prit place à la table, croisa les jambes et les bras et attendit qu'il commence son discours.

« Bon! Je sais ce que tu vas me dire. Tu as renoncer à l'idée de devenir une idole et à la possibilité de mener une vie de célébrité depuis.... notre petit incident.... Et tu as raison, je ne vais pas te mentir, aujourd'hui, tu n'as aucune chance de devenir une idole. Tu es maintenant trop veille.... Du moins pour notre pays.... »

Elle archa un sourcil. Oulà, il n'y  allait pas dans la dentelle aujourd'hui. Elle remercia la serveuse qui lui amena son thé et prit la tasse dans ses mains pour en prendre une gorgée. Elle adorait ce thé, un mélange anglais aux petites touches exotiques. Toujours aussi exquis.

« Alors qu'est-ce que je fais ici Hasegawa-san. »

Elle était froide, distante et, devait-elle se l'avouer, pas très motivée à l'écouter raconter ses rengaines. Elle avait rompu leur lien professionnel l'an dernier après le fameux incident nommé précedemment. Cet incident, aurait pu faire la une des journaux si elle l'avait dénoncé. Mais en même temps, le fait qu'elle s'était fait avoir aurait causé la honte sur sa famille et ils avaient donc convenu de terminer leur « contrat » les liant ensemble.

La raison des guillemets entourant le mot contrat est très simple. Légalement, elle n'était pas sa protégée. Hasegawa s'occupait de Toshiko de manière indépendante et elle n'était associée à aucune boîte. Une faveur qu'il leur faisait, à elle et à son père. Hasegawa avait toujours respecter les termes du contrat jusqu'à l'arrivé de l'inciden de la séance, disons le, un peu osé qu'ils avaient convenu de garder comme sujet tabou. Puis, tout bonnement, il l'avait recontacter, après plusieurs mois de silence, dans le but de lui proposer un nouveau projet qui allait vraiment propulser sa carrière.

« Et bien, tu n'as peut-être plus le profil d'une idole japonaise mais... tu as encore le profil d'une possible vedette jeunesse. Et je suis ici pour te proposer le projet. J'aimerais te présenter un partenaire potentiel afin de lancer votre carrière en duo. Il est aussi un jeune de la relève qui a un incroyable talent. Votre charisme mit ensemble vous propulserait au sommet dès le premier Single... Tiens, j'ai même une photo si tu veux le voir. »

Il lui tendit le portrait d'un jeune adulte assez... charismatique.  Il semblait aussi pragmatique et disons le, il était assez canon! (Mais vraiment pas son genre. Elle ne pouvait dire pourquoi. Mais bon, elle ne voulait pas froisser ni son ex-agent pendantqu'il expliquait son idée ni la personne sur la photo alors... Ne parlons pas Wink ) Elle redonna la photo à son ex-gérant de scène tout en gardant une expression neutre. Elle n'était pas convaincue. Elle commençait à bien le connaître :

« Il y toujours un « mais » avec vous. Quelles sont les conditions. Cet homme pourrait choisir n'importe quelle partenaire dans la rèleve présentement. Pourquoi me proposer le projet à moi alors que vous avez d'autres protégées? »

Il eut un silence entre les deux dialogueurs. Hasegawa eut un sourire en coin. Il soupira et continua :

« Tu es aussi rapide d'esprit que ton père. c'est une excellente chose pour le milieu... Bon, premièrement, c'est un projet que j'ai parlé avec un collègue, c'est donc par contact que cela s'est fait. Par contre tu as raison, il y a un « mais »... Enfin deux. La première, c'est que je n'aurai pas le choix de te rentrer comme artiste dans ma boîte et de devenir ton agent officiellement...

Elle l'interrompit immédiatement et rétorqua sur un ton calme et sec :

« Avec tout le respect que vous droit, il n'en ait pas question. Nous avons déjà mit à notre lien professionnel et vous savez déjà pourquoi. Je ne vois pas pourquoi je vous reprendrais comme agent. Surtout que vous aviez tout fait pour ne pas me rentrer dans l'agence, prétextant que je ne voudrais pas y entrer si je savais. Alors, ce changement de situation soudain? Non, je ne crois pas en votre bonne foi Hasegawa-san. Mais pas du tout. »

Elle prit une gorgée de café en fermant les yeux, changeant de côté sa jambe croisée. Cette discussion ne mènerait nul part mais elle n'était pas impolie au point de se lever pendant que quelqu'un discutait avec elle. Par contre, l'homme, lui, n'avait pas finit son discours :

« Je comprends, mais écoutes-moi au moins jusqu'à la fin.... Entrer dans une agence est très dangeureux... surtout pour une jeune femme comme toi. Ils te croiront frèle et tenteront de te faire entrer dans le moule. J'ai vu mainte jeunes femmes rêver de gloire et faire des choses qu'elles n'aurait... jamais dû ou voulu faire. Tout ça, car on les menaçaient par rapport à leur carrière, leur famille ou encore  leur réputation. C'est ça, que je n'aurais pas pu tolérer. J'ai peut-être fait une erreur et je m'en excuse mais tu restes la fille de Daichi et je ne veux pas non plus le clan Matsudaira à mes trousses... Mais tu as du talent, petite. Et si tu veux perçer, je peux t'aider. Ce qui m'amène au deuxième point. La protection de ton identité. »



Elle regarda son ancien agent d'un air intrigué.... mais toujours pas convaincue. Elle l'encouragea à continuer d'un signe de la main.

« Je vais commencer par le mauvais point. Je t'avertie, ce que je vais te proposer n'est pas très légal mais pourrait t'éviter bien des problèmes. Je connais quelqu'un, enfin, c'est la connaissance d'un ami, qui est capable de forger des fausses identités. Nous pourrions t'inventer une fausse identité et remplir ta fiche d'inscription sous cette identité. »

« Parce que vous allez me dire que votre agence ne fait pas ses recherches de confirmation? Vous pensez vraiment que quelque chose comme cela peut fonctionner? À quel point vous pensez que je vais tomber dans le panneau? »

« D'où le pourquoi j'ai fais mes recherches avant de te parler de te parler de cette opportunité. J'ai des connaissances dans plusieurs universités et lycées du Japon. Et la connaissance dont je te parle est un hacker qui a créer de nombreux faux profils au sein des bases de données gouvernementales. Ce n'est pas la première fois qu'il fait ce genre de travail. »

« Et pour ma famille, on ne peut pas m'inventer une famille.»

« Non mais on peut donner un téléphone de supérette à deux acteurs embauché pour l'occasion puis jeter le téléphone. »

Elle ferma les yeux et se mit à réfléchir. Le problème présentement était que cela semblait se tenir et que l'homme devant elle n'avait aucune raison de lui vouloir du mal. Elle ne savait pas ce que l'homme avait fait mais son père lui avait déjà dit qu'il savait des choses qu'Hasegawa ne voulait pas que personne n'entendent. De plus, comme il l'avait dit, s'il tentait d'atteindre à ma réputation, le clan Matsudaira s'en mèlerait. Et pas juste cela, elle savait comment sa mère, malgré son air d'ange, savait être vicieuse et sadique si on s'en prenait à ceux qu'elle aimait. À cette pensée, elle eut un frisson dans le dos.

Puis, l'espoir de percer dans le monde de la musique revenait de plus en plus. Elle tentait de se contenir mais la flamme se ravivait à vu d’œil. Par contre, elle savaient déjà les sacrifices qu'elle devrait faire dans sa vie personnelle. Pas juste ça, au fait d'elle-même, quelque chose la faisait douter. Quelque chose ne tournait pas rond. Elle continua de faire des tonnes de calculs hypothétiques dans sa tête pendant quelques minutes. Hasegawa garda le silence, sachant que cela était une grande décision à prendre pour la jeune fille. Il prit son portable ne sachant pas combien de temps cela pourrait lui prendre.



Au bout d'environ 5 minutes, la jeune femme soupira ce qui fit sursauter l'agent... que ne s'attendait pas à une réaction si tôt. La jeune femme ouvrit les yeux et regarda son aîné d'un regard dur et à la limite du sans-émotion :

« Je refuse. »

L'agent failli s'étouffer avec sa gorgée. Avant qu'il eut le temps de répliquer, la jeune femme l'arrêta d'un mouvement de main et continua :

« Je refuse d'être sous pression pour une fausse identité, déjà que je le serais en pratico-permanence quand je serais sous les projecteurs. Par contre, j'ai l'avantage d'appartenir à une famille quelque peu influente du Japon et qui me supportera peu importe mes décisions. Je connais les risques d'être sous les feux de la rampe Hasegawa-san. Vous me les avez constamment répété. Perfomer sous mon vrai nom est hors de question bien sûr. Mais je pourrais être connue sous un pseudonyme. Et il pourrait être spécifié dans mon contrat que mes informations personnelles ne pourront être divulgées en aucun cas sauf pour urgence médicales ou d'autres situations extrêmes. »

Eiichiro regarda la jeune femme de manière abasourdit. Il n'en revenait pas, cette jeune femme était vraiment quelque chose. Elle était un parfait mélange de ses deux parents. Un vrai monstre à en devenir. Il eut froid dans le dos. Sa capacité à raisonner et à prévoir en avance ferait d'elle l'une des femmes les plus redoutables du Showbiz. Elle irait loin la petite.

« Alors... que proposes-tu? »

« Signons un contrat en bonne et dû forme. Je ne voudrais porter atteinte à la réputation de ma famille et signer un contrat dans l'une des plus prestigieuses agences artisitiques du Japon peut apporter un peu trop d'attention sur celle-ci. Je propose donc que nous préparons un contrat qui sera lu et réviser par Nishizawa-san, que vous connaissez bien, et qu'il y ait une clause de non-divulgation d'identité, autant de notre côté que du vôtre. Est-ce que cela vous semble une solution intéressante? »

« Bien sûr! »

« Parfait. Avez-vous une copie du contrat avec vous?»

« Euh oui... Bien sûr... j'en ai toujours un à porter de main. »

« Super. J'appelle Nishizawa-san, il ne devrait pas tarder.»

« Que---- Attends, quoi? »

« Vous pensiez vraiment que je viendrais ici sans être préparée? Je lui ai lancé un coup de fil avant de partir pour être sûr qu'il soit dans le coin. Ah! il vient de répondre à mon texto. Il sera là dans quelques minutes.»




L'agent était abasourdi. Il était totalement pris au dépourvu. Une chance que son envie n'était pas de faire un « deal » avec la jeune fille car il aurait totalement perdu. L'avocat fit son entré dans le café. C'était un homme d'une quarantaine d'année. Son attitude et ses gestes dégagea l'expérience et Hasegawa savait qu'il ne pourrait pas en passé des vite avec celui-là. Surtout qu'il le connaissait personnellement, celui-là.

« Hasegawa-san. Cela fait un bail. »

L'avocat tandit la main vers l'agent avec un léger sourire en coin. Eiichiro se leva et sera la main de son interlocuteur, tout comme lui, à l'américaine.

« Effectivement. Depuis le collège. Ravi de te revoir. »

L'avocat s'installa au côtés de sa cliente tandis qu'Hasegawa reprit sa chaise. Il passa la copie du contrat à l'avocat et après quelques heures de délibération, ils arrivèrent à un accord.

« Eh bien, je crois que tout est en bonne et dû forme. »

« Vous êtes un sacré négociateur Nishizawa! Ce sont les meilleures conditions que j'ai donné à une future idole depuis le début de ma carrière. »

« Nous en reparlerons autour d'un verre. Maintenant, c'est le temps de signer ces papiers. »

Il tendit sa plume vers la jeune femme qui signa le papier devant elle. Ça y est. Ça commençait pour vrai. Son rêve allait devenir réalité. Le redonna la plume et le contrat aux hommes devant elle. Elle se leva e fut suivi des deux hommes qui en avait profiter pour prendre des nouvelles l'un de l'autre. Une fois levé, Hasegawa se dirigea vers sa nouvelle protégée officielle et lui tendit la main.

« Bienvenue chez Stardust, Toshiko-chan. As-tu déjà trouvé ton pseudonyme?»

« Merci Hasegawa-san. Et bien sûr! Appelez-moi... @lias. »

« Toshiko-san, vous savez que comme ce sont les Matsudaira qui paient mes honoraires, je me dois de leur donner un compte-rendu de notre rencontre n'est-ce pas. »

« J'en ai conscience Nishizawa-san... Puis-je vous demander une dernière faveur alors? Auriez-vous la gentillesse de faire votre rapport à Hanae-obaasan?  »

Elle fit un sourire complice à l'avocat. Celui-ci soupira. Il savait pertinament pourquoi elle lui demandait ça. Hanae-sama, la femme du chef du Clan avait une affinité particulière avec sa petite fille. Avec toute la fièrté qu'elle portait à la jeune fille, il savait qu'elle serait celle qui ferait le mieux passé la nouvelle au sein de la Famille. Il reconnaissait aussi un peu d'Hitomi, son amour de jeunesse et mère de la jeune fille, en elle. Ceci n'aidait vraiment pas à sa capacité à dire non à la jeune femme. Il soupira :

« Entendu. »

« Merci Nishizawa-san. Merci pour tout. »

Elle sera la main de son nouvel agent officiel et se commença mentalement à se préparer à cette nouvelle aventure qui, savait-elle, lui ferait découvrir un monde dont elle rêve depuis sa plus tendre enfance.

« Au plaisir de vous voir au travail, Hasegawa-san. »

« Pareillement... @lias-san. »

codage par LaxBilly


---------------------------------


Japonais [#9900ff] // Coréen [cc0033] // Anglais [0000cc]

Mummy Cookie
Toshipédia || Définition de la Toshivoxophilie || Il a dit Oui! || #JhinoshiHaru
Revenir en haut Aller en bas
 
[Cafe Pittoresque][Solo] Un Rêve devenu Réalité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre-ville :: Restaurants-
Sauter vers: