Revenir en haut
Aller en bas


Partagez | 
 

 [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 430
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 4ème année »
(#) [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  Dim 23 Déc 2018 - 18:31


Quand
les certitudes
volent en éclat

Ou quand une réunion mère-fils finit en gros merdier

09 Octobre 2015

Cela faisait longtemps qu’Abby Smith n’avait pas mit les pieds au Japon. Au moins douze ans. Elle avait vécu le trajet avec appréhension. Elle n’aime pas l’avion alors les quatorze heures de vol avaient été une petite torture. Tout le trajet, elle pensa à son objectif : voir son fils. Cela faisait à peine un mois qu’il était reparti vivre avec son père. Si son compagnon lui avait fait sa déclaration plus tôt, elle aurait pu annoncer la nouvelle à Gideon à ce moment-là. Sauf qu’il avait attendu que Gideon soit reparti. Et elle ne pouvait pas décemment annoncer la nouvelle à son fils par téléphone. Surtout vu l’opinion du jeune homme sur l’ « usurpateur ». Un sourire traversa le visage d’Abby. Malgré le fait que son fils soit très mature sur certains points, il restait un adolescent très immature sur d’autres. Et il voyait d’un mauvais œil toutes nouvelles relations qu’elle avait. Néanmoins, cette fois-ci il devrait bien se faire une raison parce qu’il n’avait pas le choix. Elle ne le laisserait pas encore saboter la vie qu’elle se construirait d’ici quelques mois. C’est une des raisons pour lesquelles elle avait insisté pour faire ce voyage seule. Elle ne laisserait pas l’occasion à Gideon de faire fuir son nouveau fiancé. Même si avec le recul, cela n’avait pas été une mauvaise chose, voulait-elle vraiment d’un homme qui arrive à se faire manipuler et effrayé par un gamin de 15 ans ? La réponse était non. Bref, voilà un peu l’état d’esprit où elle se trouvait en arrivant à Kobe : déterminée et inflexible malgré la fatigue.

Une pointe d’appréhension la traversa quand même lorsqu’elle arriva à l’entrée principale de l’aéroport. Elle craignait de revoir le père de son fils. Ce qui était ridicule car ils communiquaient régulièrement par téléphone pour échanger des nouvelles et programmer les voyages de leur progéniture. Mais ils ne s’étaient pas revu en personne depuis combien de temps ? Depuis qu’elle était repartie définitivement aux Royaume-Unis. Heureusement pour elle, il n’était pas dans les parages. Elle ne trouva que Gideon accompagné d’un homme à l’air austère qu’elle n’avait jamais vu. Ce dernier devait surement être un employé de l’entreprise d’Hiroshi. Elle décida de l’ignorer pour l’instant et elle se précipita vers son fils qu’elle prit dans ses bras. Celui-ci ne bougea pas d’un pouce, surement trop surpris pour réagir. Elle s’écarta de lui et salua l’homme à côté de lui. Elle reporta vite son attention sur Gideon. Abby s’étonnait toujours de le voir aussi changer à chaque fois. Il devenait de plus en plus grand, au point qu’il dépasserait bientôt la plupart des hommes adultes japonais. La seule chose qui l’ennuyait un peu c’était la ressemblance frappante qu’il avait avec son père. Ce qui n’était pas nécessairement une bonne chose pour elle. Malheureusement, on ne pouvait rien y faire. Gideon lui souriait et elle éprouva un peu culpabilité. Elle ne savait trop bien que son sourire allait disparaître. C’est à ce moment qu’elle décida qu’elle lui annoncerait que plus tard pour profiter un maximum de leur réunion.

******************************************

Le jour J était enfin arrivé, le jour où la mère de Gideon revenait au Japon après plus d’une décennie. Gideon était très nerveux. D’habitude, c’était lui qui faisait le trajet et c’était étrange d’imaginer sa mère dans son environnement de tous les jours. Comme elle ne restait pas longtemps, ils avaient prévu un programme assez chargé et Gideon espérait que son père pourrait peut-être se joindre à eux. Déjà qu’aujourd’hui, il avait une soi-disant réunion importante. Si il avait une réunion importante, pourquoi avait-il envoyé un de ses assistants jouer les chauffeurs? Cela n’avait aucun sens. Bref, comme la dernière punition qu’il s’était ramassé pour le drama de la fête des parents de Midori était encore bien présente dans son esprit, Gideon n’avait pas chercher à s’engueuler avec son père à ce sujet.

Le jeune homme attendait un peu l’arrivé des passagers avec appréhension. Dès que le flot de personne apparu, il chercha automatiquement une tête rousse. Ce n’était pas très compliqué de trouver sa mère parmi les passagers. Elle était grande pour une femme et elle avait des cheveux roux très marqués ce qui faisait qu’il était difficile de la manquer dans cette foule constitué majoritairement de japonais. Et cela ne manqua pas, il la repéra dès qu’elle franchit les portes. Vu le monde, il attendit qu’elle se fraye un chemin jusqu’à eux. Dès qu’elle fut prête à partir, ils partirent tous en direction du parking. Direction l’hôtel.

Deux heures plus tard, Gideon était en compagnie de sa mère à Kobe High School. Malgré le fait qu’elle semblait morte de fatigue, elle avait insisté pour visiter le campus. Il lui fit donc une petite visite guidée en lui montrant les endroits où il passait le plus de temps. Sa mère fut agréablement surprise de la structure que proposait KHS. Gideon lui était soulagé de ne pas croiser trop de monde à cette heure. Il n’avait pas spécialement envie de présenter sa mère à toutes les personnes qu’il connaissait de près ou de loin. Il ne voulait même pas imaginer la tête qu’elle ferait si elle rencontrait les membres du club des aventuriers… D’ailleurs il s’était bien gardé d’expliquer en quoi consistait ce club et il lui avait sorti une explication la plus vague possible. De toute façon, il ne tenait pas particulièrement à expliquer que la présidente du club pensait que les créatures fantastiques existaient et qu’il fallait protéger le campus contre cette menace. Ni que le couvre-feu était souvent enfreint pour des “missions nocturnes”, ce qui aurait pour conséquence de se faire désinscrire de force. Et malgré le fait qu’il trouve ses camarades de club complètement perchés, il passait toujours un bon moment en leur compagnie et il ne souhaitait se passer de cet amusement puéril.

Je suis contente de cette école, en plus, tu as l’air plus heureux qu’à Nagoya.

Étonné et un peu gêné, Gideon se frotta la nuque en demandant:

Tu crois? En tout cas, je m’y sens bien. Au début, je ne comprenais pas trop où papa voulait en venir en disant que je serais entouré d’ado comme “moi”, comme si j’étais différent des autres mais maintenant, je comprends mieux son point de vue. Même si je regrette d’être en pensionnat.

Il a fait ça pour que tu te sentes moins seul et je le comprends, je préfère ça aussi.

A cela, Gideon faillit répondre qu’il serait moins seul si elle revenait au Japon mais il se retint. Il savait que ce genre de réplique ne servait à rien à part blesser sa mère et il ne voulait pas gâcher leur réunion.

La visite se finit tranquillement et Gideon accompagna sa mère à la sortie du campus. Il n’avait pas encore fait son sac pour le week-end et puis il s’en aurait voulu si sa mère tombait de fatigue par sa faute. Ils se dirent au revoir et Gideon regagna la L-1.
Awful

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais


Dernière édition par Gideon Tanaka le Jeu 3 Jan 2019 - 18:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 430
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 4ème année »
(#) Re: [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  Jeu 27 Déc 2018 - 10:11


Quand
les certitudes
volent en éclat

Ou quand une réunion mère-fils finit en gros merdier

10 Octobre 2015

Encore aujourd’hui, Gideon se retrouva seul avec sa mère. Son père avait encore une affaire urgente à régler à son boulot. Un samedi… Seul quelqu’un de très naïf y aurait cru. Surtout que la branche de Kobe n’était qu’une filiale. Elle n’avait donc pas besoin de la présence du grand patron pour tourner. Quoi qu’il en soit, Gideon était de nouveau déçu de cette pauvre excuse à la con selon lui. Lentement mais sûrement le comportement de son père commençait à lui porter sur les nerfs et tel une cocotte minute, il exploserait à un moment ou un autre. Pour l’instant, son énervement n’était pas encore à son comble car il essayait de le surmonter pour profiter de cette nouvelle journée avec sa génitrice.

Journée qui avait commencé avec un restaurant le midi. Gideon se doutait qu’elle lui annoncerait peut-être enfin la vraie raison de sa visite impromptue au Japon.  Et ce moment arriva vers le dessert.

Donc, on a parlé un peu de tout maintenant, il serait temps que je te dises pourquoi je suis ici.” dit Abby, visiblement nerveuse.

Gideon ne répondit rien et se contenta de la regarder d’un air curieux.

Oh damn... je ne vais pas tourner autour du pot pendant des heures… je vais me marier.

Interdit, Gideon mit quelques secondes avant de réagir:

QUOI?

Il avait failli se lever tant il n’en croyait pas ses oreilles. Comment pouvait-elle lui annoncer ça?

Ecoute-moi deux minutes avant de t’emporter.

Gideon serra les poings sous la table et il fit un effort surhumain pour se taire.

Je voulais te l’annoncer de vive voix. C’est arrivé après que tu sois reparti ici. Ce n’était pas ce que j’avais prévu mais c’est comme ça. J’ai dit oui. Parce que je suis heureuse avec lui et je pense que ça peut continuer longtemps. Et j’espère que tu comprends ça et j’aimerais que tu sois là… mais soyons clair, je n’attends pas ton approbation, je sais que pour toi, personne ne sera jamais assez bien, je veux juste te dire que mariée ou non, ça ne changera rien. On continuera à se voir comme avant.

Quelque part pendant le discours de sa mère, Gideon avait baissé les yeux sur son poing serrés, si il croisait le regard de sa mère, il savait qu’il n’arriverait pas à se taire. C’est quand elle finit de parler qu’il ouvrit la bouche pour dire d’une voix éteinte:

Pourquoi?

Il releva la tête pour porter un regard noir sur Abby. Celle-ci semblait confuse:

Pourquoi quoi? Je viens de te le dire… parce qu-

Pourquoi tu fais ça?! Tu avais dit que tu ne le ferais jamais et maintenant tu vas le faire? C’est une mauvaise blague?

La colère sourde de Gideon semblait communicative parce que Abby sembla perdre son sang-froid d’un seul coup.

Non, ce n’est pas une blague et quand je te l’ai dit, je le pensais sincèrement! Après ton père je ne pensais pas que je pourrais faire suffisamment confiance aux hommes pour m’engager de cette façon mais IL a réussi à me faire changer d’avis.

Qu’est-ce que ça veut dire?! Je pensais que vous vous étiez séparé parce que vous vous aimiez plus? Et c’est aussi pourquoi tu avais refuser de te marier avec lui!

Cette fois-ci, Abby baissa les yeux et dit d’une voix lasse:

Oh Gideon…

Quoi?!

En plus de l’énervement, il commençait à devenir impatient. Il allait peut-être enfin avoir la réponse à la question qu’il s’était posé pendant des années sans jamais avoir eu la réponse.

La vérité c’est que ton père a eu une aventure avec une autre femme.

QUOI?!

Cette fois-ci, il s’était levé d’un bond, faisant tomber sa chaise par terre. Les mains agrippées tellement fort au rebord de la table que les jointures de ses doigts blanchirent. Bien évidemment, la plupart des clients présents autour d’eux les regardèrent d’un air choqué.

Tu plaisantes j’espère…” furent les seuls mots qu’il arriva à prononcer.

J'aimerais que ça ne soit pas le cas. S’il te plaît, calme-toi et rassieds toi.

Non.

Il lâcha la table, donna un coup de pied dans la chaise pour la dégager de son chemin et il partit en furie hors du restaurant.
Awful

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais


Dernière édition par Gideon Tanaka le Jeu 3 Jan 2019 - 18:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 430
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 4ème année »
(#) Re: [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  Sam 29 Déc 2018 - 15:26


Quand
les certitudes
volent en éclat

Ou quand une réunion mère-fils finit en gros merdier

Le fait qu’il soit parti du restaurant sans sa veste, donc sans argent ni téléphone ne percuta Gideon qu’à mi-chemin de la destination qu’il avait en tête. Heureusement pour lui, l’entreprise de son père n’était qu’à peine trois kilomètres du restaurant. En tant normal, le temps de trajet aurait suffi à calmer la colère qu’il l’habitait mais pas aujourd’hui. Il re-voyait en boucle son paternel lui faire des sermons sur les manières de se comporter en société et la manières dont il fallait traiter les femmes. C’était une grosse blague. Comment osait-il lui donner une ligne de conduite que lui-même avait enfreint? Et combien de fois? Et pendant combien de temps? Trop en colère, il n’avait pas posé de questions à sa mère et donc, maintenant, il naviguait un peu à l’aveugle. Des dizaines de questions sans réponse tournoyaient dans son esprit et elles ne cesseront qu’une fois qu’il aurait confronter son père face à face.

Arrivé devant l’entreprise, il se dirigea vers l’accueil et sortit son plus beau sourire à la réceptionniste. Comme il n’avait jamais mit les pieds ici, il ne savait pas où était situé le bureau de son père, avant d’entrer, il avait respiré un grand coup et il s’était décidé à afficher un visage le plus neutre possible. Il voulait des réponses pas causer un scandale.

Bonjour, je cherche le bureau d’Hiroshi Tanaka.

Je suis désolée mais l’entreprise est fermée, si vous voulez le voir, il faut prendre un rendez-vous.

Un rendez-vous? Sérieusement? se demanda Gideon. Il soupira mais garda son sourire de façade.

C’est vrai? Je ne savais pas que son fils devait prendre un rendez-vous pour le voir… appelez-le et dites-lui que Gideon Tanaka est là et souhaite lui parler, c’est urgent… ou alors indiquez moi le chemin, je me débrouillerais.

Elle sembla hésiter encore et Gideon crut qu’il n’allait pas pouvoir garder son masque encore longtemps, cette dame ne faisait que son travail mais elle commençait sérieusement à l’agacer. Il allait abandonner et y aller tout seul quand elle se décida à décrocher le téléphone.

Il n’écouta pas la conversation et se détourna légèrement du comptoir pour regarder autour de lui. A première vue, c’était difficile de voir en quoi la société était spécialisée. Plus banal que ça tu meurs pensa Gideon.

Hum Tanaka-san?

Gideon se tourna à la mention de son nom. La réceptionniste lui indiqua enfin la direction à suivre pour rejoindre le bureau de son père. Ce n’était pas très compliqué et si il avait su, il y aurait été tout seul. Il remercia la réceptionniste et suivi le labyrinthe de couloir pour arriver à destination. Sans surprise le bureau de son père semblait être le plus grand mais il était tristement vide? Certaines personnes diraient spartiate, fidèle à l’image que Gideon s’était fait de la direction de son père, simple mais efficace. Bref, il entra dans le bureau et en voyant que son père ne faisait même pas l’effort de se lever de sa chaise, Gideon s’approcha et s’arrêta juste derrière les chaises face au bureau. Il resta silencieux, réfléchissant à toute vitesse à la manière d’aborder le sujet. Il n’eut pas à réfléchir longtemps cependant parce que son père prit la parole, les sourcils froncés:

Qu’est-ce que tu fais là Gideon? Ta mère est morte d'inquiétude, il parait que tu es parti en trombe du restaurant sans ton portable. Comment peux-tu l’avoir abandonner de la sorte alors qu’elle a fait tout ce chemin pour te voir? Je sais que ce n’est pas une nouvelle plaisante à entendre mais c’est son choix...

Ses propos furent interrompu par le ricanement de Gideon. Celui-ci avait attrapé le dossier de la chaise et semblait sur le point de la balancer à travers la pièce.

Tu plaisantes j’espère? Tu oses me dire ce genre de choses? Tu étais au courant?

Hiroshi soupira et répondit d’un ton las:

Bien sûr que j’étais au courant. Tout ce qui impacte sur ta vie de près ou de loin me concerne.

Gideon lâcha un autre ricanement et répondit presque immédiatement:

Bah bien sûr… le père modèle.

A cette réponse, le père de Gideon sembla perdu, cette conversation ne tournait pas vraiment comme il l’avait prévu. Il se leva finalement de sa chaise et contourna le bureau pour se placer à côté de son fils. Fils qui gardait la tête baissée, le regard rivé sur le dossier de la chaise qu’il semblait agripper de plus en plus fort.

Qu’est-ce que tu sous-entends exactement?

Oh rien de spécial, je me dis juste que si tu te souciais de moi, tu n’aurais pas fait partir ma mère déjà.

Gideon toisa enfin son père. C’est à ce moment qu’il se rendit compte de ce qu’il n’avait pas remarqué avant. Depuis quand devait-il baisser les yeux pour le regarder? Ce fait qu’il lui avait échappé jusqu’à lors lui donner le courage qu’il lui manquait pour continuer. Il lâcha la pauvre chaise et se tourna vers son père.

Franchement pour un type qui dit se soucier du bien-être de son fils, je te trouve bien hypocrite. Non seulement j’étais regardé comme une bête curieuse quand les autres apprenaient que j’étais né hors mariage puis que ma mère s’était barré à l’autre bout de la planète et maintenant j’apprends que c’était juste parce que tu ne savais pas t’abstenir de t’envoyer en l’air avec une pauvre fille?!

Gideon fut satisfait de l’air choqué qu’affichait son géniteur. Jamais il n’avait osé lui parler comme ça auparavant et c’était sûrement la dernière fois où l’occasion se présenterait. Hiroshi Tanaka quant à lui était tellement sous le choc qu’il ne réagit pas ce qui donnait malheureusement la possibilité à Gideon d’en rajouter une couche.

J’espère que t’as pris ton pied ce jour-là vu ce que ça entrain-

Gideon n’eut pas l’occasion de finir sa phrase car son père le gifla avec une force surprenante. Sous le choc de l’impact, Gideon recula d’un pas et crut avoir la joue en feu. Il porta sa main à sa joue, trop choqué pour réagir. Malgré qu’il soit sévère dans son éducation son père n’avait jamais levé la main sur lui et ce dernier semblait aussi choqué que lui par son geste. Gideon tourna les talons et partit rapidement en direction de la sortie sans un mot. Son père cria son nom plusieurs fois lui demandant de revenir mais il ne l’écouta pas.
Awful

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais


Dernière édition par Gideon Tanaka le Jeu 3 Jan 2019 - 18:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 430
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 4ème année »
(#) Re: [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  Dim 30 Déc 2018 - 15:35


Quand
les certitudes
volent en éclat

Ou quand une réunion mère-fils finit en gros merdier

Gymnase de Kobe, une heure plus tard.

En ce samedi, le gymnase était vide de présence. Après la scène avec son père, Gideon s’était diriger jusqu’au campus sachant qu’il trouverait ce qu’il voulait: un punching-ball.
Trop, c’en était trop pour lui, il devait se débarrasser de cette colère qu’il lui parasitait le cerveau, sinon, il allait péter les plombs. Sans prendre la peine d’aller chercher ses vêtements de sport dans sa chambre, il se dirigea directement au gymnase et vers les sacs de frappe.
Il se défoula avec une telle force qu’après à peine dix minutes, il était déjà en nage et plusieurs minutes plus tard, il était épuisé. Aussi bien physiquement que mentalement. Après tout, c’était l’effet qu’il recherchait en venant ici. Quand il n’eut plus la force de taper quoique ce soit, il passa rapidement aux sanitaires pour se rafraîchir et partir du campus.

Quelques heures plus tard, Gideon était de retour dans l’immeuble de son appartement. A peine arrivé au palier de la porte, il entendit une dispute à travers la porte. Il s’arrêta pour écouter, si ça ne semblait pas bien s’annoncer pour lui, il rebrousserait chemin pour aller dormir à KHS.

Mais enfin Hiroshi! Tu as vu l’heure qu’il est? ça fait plusieurs heures que ton fils a disparu, il serait temps d'appeler la police! Imagine qu’il ait eu un accident? Ou alors qu’il ait été chercher des ennuis? Il est tout seul, sans téléphone, ni argent dans la nature!!

Et moi je te dis qu’il est assez responsable pour ne pas chercher les ennuis, je suis presque sûr qu’il doit être retourné au campus.

Appelle-les maintenant! Si il y est, ils doivent l’avoir aperçu au moins!

Gideon soupira et décida qu’il était temps d’interrompre cette conversation avant qu’ils appellent vraiment la police et affole tout le monde. Il ouvrit la porte et la claqua derrière lui. Sa mère apparut dans le hall d’entrée et il crut un moment qu’elle allait s’évanouir, tant elle était pâle.

GIDEON” l’entendit-il à peine s’exclamer. Maintenant qu’il était arrivé à destination, tout semblait flou autour de lui, comme éteint. Comme son visage devait l’être aussi parce que le soulagement de sa mère se transforma de nouveau en inquiétude. Gideon l’ignora et se dirigea vers la pièce principale, passage obligé pour rejoindre sa chambre. Son père, lui, était au téléphone et se dépêcha de raccrocher. Il sembla passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel avant de s’exclamer:

Mais où étais-tu passé bon sang?!

Gideon le regarda d’un air vide et ne répondit pas. Il allait se diriger vers sa chambre quand quelqu’un lui saisit la main.

Tu saignes!” dit sa mère affolée.

Ce n’est rien.

Il ne sentait même plus la douleur qu’il avait éprouvé plus tôt quand il avait donner un coup de poing à un miroir dans les toilettes d’une salle d’arcade.

C’était peu après être parti du campus, il n’avait pas envie de rentrer chez lui directement malgré la fatigue. Sachant qu’il y avait plusieurs salles d’arcade sur la route, il avait récupéré son argent de secours dans sa chambre avant de partir de KHS et il avait dépensé tout ce qu’il avait dans des bornes d’arcades. Il avait perdu à chaque fois et furieux, il était parti se passer un coup d’eau sur le visage pour se calmer. Sans trop savoir pourquoi son reflet l’énerva encore plus et le coup était parti tout seul. Il va s’en dire qu’après que la surprise soit passée, il ne s’était pas fait prié pour déguerpir avant qu’on découvre ce qu’il avait fait.
Dans la précipitation, il avait juste passé sa main sous l’eau pour retirer les éventuels débris de miroir et il était parti. Et maintenant, il était là, incapable de justifier la provenance de sa blessure. Il se sentait étrangement vide et il entendait à peine ce que ses parents disaient. Il n’aspirait qu’à une chose: retrouver son lit et essayer d’oublier cette horrible journée.

Malheureusement pour lui, sa mère en décida autrement. Elle l’obligea à s’asseoir sur une des chaises de la cuisine et elle alla chercher de quoi le soigner. Gideon se demanda vaguement comment elle savait où était situé leur kit de premier secours.

Gideon!

Les yeux fixés sur sa main blessé, Gideon ne remarqua pas toute de suite que son père l’avait rejoint.

Réponds-moi, où étais-tu?! Sais-tu à quel point nous étions inquiet?

Il leva les yeux vers son père et répondit d’une voix monocorde:

C’est comme tu l’as dit, j’étais à l’école. Puis en ville. Et maintenant ici. Alors c’est quoi le problème?

Le problème?! LE PROBLEME?

Son père fut interrompu par le retour de sa mère.

Je crois que le plus important est qu’il soit revenu en entier et sain et sauf. Le reste est sans importance.

Comment peux-tu dire ça? Son comportement est inadmissible!

Il me semble que nous sommes tous responsable dans cette histoire.” répondit sa mère d’un ton qui ne soulevait pas d’objection. Cela semblait marcher parce que son père n’ajouta rien. Satisfaite, Abby soigna la main de son fils tranquillement. Hiroshi quant à lui, s’éloigna pour aller bouder dans le salon sans doute.

Gideon, bien qu’impatient de rejoindre son lit, se laissa soigner en grimaçant quand elle désinfecta la plaie. Elle ne mit aucune douceur dans ses soins et il commença à regretter de ne pas s’en charger lui-même. Quelques minutes plus tard, il se retrouva avec sa main bandée et l’interdiction de refaire du karaté d’ici à ce qu’elle soit complètement guérie. Il accepta de mauvaise grâce et si il pensait que ça allait en rester là, il se trompait. Il venait à peine de se lever quand sa mère le saisit par le bras.

Même si on en parle pas ce soir, sois certain que ce n’est pas terminé, tu as des explications à donner et  je veux qu’on discute.

Oui maman…” dit-il d’une voix lasse. “Je peux aller dormir maintenant?

Elle soupira et dit oui d’un signe de tête.

Je dors ici cette nuit, donc on se voit demain matin.

Si il n’était pas aussi éteint, il se serait réjouis de la situation, c’était ce qu’il voulait depuis longtemps, revoir ses parents ensemble mais là, il n’en avait pas du tout l’énergie.

A demain matin alors.

Oui, dors bien, tu as l’air mort de fatigue.

Ouais

Sans en ajouter quoi que soit, il alla dans sa chambre et se laissa tomber sur son lit.

Et merde… je suis mal barré.
Awful

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais


Dernière édition par Gideon Tanaka le Jeu 3 Jan 2019 - 18:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 430
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 4ème année »
(#) Re: [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  Dim 30 Déc 2018 - 18:30


Quand
les certitudes
volent en éclat

Ou quand une réunion mère-fils finit en gros merdier

11 Octobre

BOUM BOUM BOUM

Gideon se réveilla en sursaut au bruit soudain dans sa chambre. Bruit provenant de la porte.

Gideon, réveille-toi, il faut qu’on parle.

Fichez moi la paix” répondit-il en grommelant et en se recouchant sur le ventre. Il mit son oreiller sur sa tête et essaya de se rendormir. Sauf que la personne en question n’écouta rien et ouvrit la porte. L’envahisseur tira sa couverture et son oreiller pour les balancer par terre.

Sérieux?!” s’exclama Gideon en se relevant en colère.

T’as dix minutes pour prendre ta douche et nous rejoindre dans la cuisine, ta mère doit bientôt partir. Est-ce que tu as une idée de l’heure qu’il est?

Trop tôt pour se faire kicker de mon lit.” répondit-il en grommelant.

Son père ne répondit pas et partit après s’être assuré que Gideon soit debout. Ce dernier attrapa au hasard les vêtements qui  trainait sur le bureau et alla se doucher de mauvaise grâce.

Quinze minutes plus tard, Gideon rejoignit ses parents dans la cuisine. Son père commençait à perdre visiblement patience, tandis que sa mère buvait tranquillement son thé.

Le jeune homme s’assit lourdement sur une des chaises, attrapa un croissant -chose rare à cette table- et commença à manger en ignorant ses parents. Il ne voulait pas discuter avec eux et il n’avait pas l’intention de lancer une quelconque conversation. En particulier après s’être fait tiré du lit de force, ça avait tendance à le rendre de très mauvaise humeur et surtout de mauvaise foi.

Hiroshi lança le bal en se raclant la gorge.

Ta mère et moi avons prit une décision suite à hier.

Gideon continua à faire comme si il n’entendait rien et cela sembla agacer son père qui lui attrapa le bras avec son croissant pour l’empêcher de continuer à manger.

Arrête de manger et écoute-moi deux minutes.

Gideon soupira et laissa tomber sa main sur la table pour se tourner vers son père.

J’ai appelé à Nagoya et je t’ai prit rendez-vous avec ton ancienne psychologue.

A peine son père avait fini de parler que Gideon avala de travers. Il crut un moment qu’il allait s’étouffer mais non. Les larmes aux yeux, il dit:

C’est une plaisanterie j’espère?

Non, c’est très sérieux. Et si elle juge qu’il faut plus de séance, elle est prête à faire les trajets pour te recevoir à Kobe dans son autre cabinet.

Gideon n’en cru pas ses oreilles.

Mais pourquoi?! Je n’ai pas besoin de psychologue! C’est complètement stupide!

Si tu refuses de nous parler et affronter tes problèmes, bien sûr que si.

MES problèmes?! Mais je n’ai pas de problèmes! C’est toi le problème!

Son père soupira et répondit:

Tu te méprends Gideon, ce n’est pas une discussion ou un débat, tu n’as pas le choix dans l’histoire.

Bah bien sûr! C’est tellement plus facile d’envoyer son fils chez la psy plutôt que discuter avec après une dispute!

Hiroshi allait répondre sur le même ton énervé que son fils quand Abby intervint:

Il y a quelque chose que tu ne sais pas Gideon. Elle va t’aider à mettre de l’ordre dans tes idées et ensuite vous, ton père et toi, allez en discuter tous ensemble pour trouver un moyen d’avancer.

C’est ridicule.

Ce n’est pas toi le problème, c’est cette famille toute entière et je refuse de la voir s’effriter encore plus qu’elle ne l’est actuellement. Et au vue de vos échanges, vous avez bien besoin d’un intermédiaire neutre pour vous aider.

Sans un mot, Gideon se leva et au même moment son père lui demanda où il allait.

Cette conversation m’a coupé l’appétit et j’ai des devoirs à faire.

Il s’empressa de retourner dans sa chambre et claquer sa porte. La partie sur les devoirs était pur mensonge vu qu’il avait déjà fait tout la veille au matin et puis, même si ça avait été vrai, il était tellement énervé qu’il n’aurait pas su se concentrer. Une fois dans sa chambre, il se contenta donc de se jeter dans son lit, la tête enfouie dans l’oreiller. Maintenant que ses chers parents s’étaient ligués contre lui, il n’était plus si sûr que ça soit une bonne chose qu’ils soient tous sous le même toit. Retourner chez la psychologue? Comment pouvaient-ils envisager une telle décision après une simple dispute? La prochaine fois qu’il leur répondra et qu’ils s’engueuleront, que feront-ils? L’interner?

Ces deux derniers jours étaient surréalistes. Comment une simple réunion mère-fils pouvait finir avec ledit fils devant suivre des consultations chez le psy? Certes la confrontation à l’entreprise de son père avait été violente mais il était sûr que ce n’était pas mieux chez certains autres. Il suffisait de voir la scène avec les parents de Midori pour constater que leur relation père-fils n’était pas si mal. Il était sûr que rien sur le campus, beaucoup étaient dans des situations similaires. C’était injuste de son point de vue. Malheureusement pour lui, son père était très têtu et inflexible. Gideon ne doutait pas qu’il serait capable de l’emmener lui-même jusqu’à Nagoya pour être sûr qu’il y allait. Qu’importe qu’il gueule, qu’il se révolte ou même s’en aille de chez lui, son père ne changerait pas d’avis et Gideon risquerait d’empirer encore plus la situation plutôt que l’éviter ou obtenir gain de cause. La réaction la plus intelligente et mature serait de jouer le jeu mais par pur esprit de contradiction, il prit la décision de ne pas le faire.

Au même moment où il prenait cette décision, il entendit la porte de sa chambre s’ouvrir puis se refermer doucement. Il ne bougea pas et attendit de savoir qui c’était. Il n’eut pas attendre longtemps car vu la tension qu’il y avait actuellement avec son père, jamais ce dernier ne se serait approché de lui de cette façon. Il tourna la tête vers sa mère quand celle-ci passa sa main dans ses cheveux. Elle s’était assise à côté de son lit et lui souriait.

Je vais devoir partir, je voudrais que tu viennes avec moi à l’aéroport.

Pourquoi?” demanda-t-il en boudant.

Parce que je pensais que tu voudrais me dire au revoir mais il semblerait que tu préfères bouder.

Elle soupira et se releva. Au moment où elle se mit à marcher, Gideon lui attrapa la main.

Attends, je viens.

D’accord” répondit-elle, visiblement soulagée. “Je t’attends au pied de l’immeuble.
Awful

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais


Dernière édition par Gideon Tanaka le Jeu 3 Jan 2019 - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 430
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 4ème année »
(#) Re: [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  Jeu 3 Jan 2019 - 18:02


Quand
les certitudes
volent en éclat

Ou quand on finit en séance chez la psychologue

17 Octobre, Nagoya

Lunettes sur le nez, Gideon était allongé dans le canapé du bureau de son ancienne psychologue. Ancienne ou actuelle? se demanda brièvement Gideon. La dernière fois qu’il avait mit les pieds dans ce bureau, il devait avoir à peine neuf ans. Il se rappelait quelques bribes de souvenirs assez flou. Vu que ce n’était pas une époque dont il voulait se souvenir, il lui semblait que tout ce qui datait ces années-là étaient assez effacée. Comme lorsqu’on essaye de voir à travers la buée sur un miroir.

Les presque trois heures de trajet pour venir jusqu’ici ne l’avait pas mit en bonne condition pour être très coopératif cependant. La semaine juste avant, il s’était décidé sur le fait qu’il ne ferait aucun effort pour se montrer compréhensif et ouvert à la discussion. Là, il attendait juste patiemment que l’heure de rendez-vous passe.

Le début de l’entretien s’était pourtant bien passé. Ito-sensai s’était de nouveau présentée et avait invité Gideon à lui expliquer pourquoi il était là. C’est à cette question qu’il s’était allongé sur le canapé en disant simplement: “Vous n’avez qu’à demander à mon père.

Gideon devait admettre qu’Ito-sensai avait du mérite, elle ne reprit la parole que dix minutes plus tard. Du point de vue de Gideon, c’était un petit exploit d’être aussi patient.

Pourquoi ne me parles-tu pas de ces dernières années? ça fait plus de six ans qu’on ne s’est plus vu. Qu’est-ce qui a changer dans ta vie depuis?

Il soupira mais ne répondit rien.

Tanaka-kun… si tu ne me dis rien, je n’aurais rien à mettre dans mon rapport et donc, tu devras revenir et je peux voir que tu n’as aucune envie d’être ici. Donc si on discutait pour éviter de perdre notre temps inutilement?

Vous savez que le temps est relatif? Notre conception du temps est complètement différente d’une personne à une autre. Donc, si vous pensez perdre votre temps, c’est votre avis.” dit-il d’une voix dépourvue d’émotions, toujours en fixant le plafond. En réalité, il commença à regretter d’avoir engager la conversation parce que ça indiquait qu’il écoutait et donc qu’il était réceptif à ses propos.

Qu’en est-il de ton temps? Ne préfèrerais-tu pas être ailleurs?

Il tourna la tête pour la regarder.

Bien sûr mais je n’ai pas le choix alors je fais avec. Et puis, vous devriez être contente d’être payée à rien faire.

Si elle fut vexé par ses propos ingrats et limite odieux, elle n’en montra rien. Elle continua à parler comme si de rien n’était:

Certes. Et si tu n’étais pas ici, que ferais-tu?

Gideon hésita avant de lui répondre. Il ne voulait pas parler avec elle mais ça lui semblait malpoli de l’ignorer.

J’en sais rien… on est samedi, je serais en ville avec quelques potes ou alors au campus.

Pas chez toi? Pourquoi?

Parce que je n’aime pas être enfermé chez moi? Qu’est-ce que ça peut faire?

Ce n’est donc pas parce que tu te sens seul?

Gideon fronça les sourcils à cette question, voilà exactement pourquoi il ne voulait pas discuter avec elle.

Non. Je peux rester seul, je m’en fout en fait. Je ne vois pas pourquoi vous en venez à cette conclusion.

En réalité, il voyait très bien où elle voulait en venir mais il faisait l’imbécile pour la tester un peu.

Hmm Tanaka-san m’a dit qu’il était souvent en déplacement en ce moment.

Et alors?

Donc ça ne doit pas facile d’avoir une discussion avec lui.

Qu’est-ce que ça peut me faire? Ce n’est pas comme si c’était différent d’avant. Vous savez pourquoi je suis là et pas dans votre bureau à Kobe? Il avait une réunion au siège. C’est tout.

Non, ce n’est pas pour ça. Je ne pouvais pas me déplacer ce week-end.

Gideon haussa les épaules et reporta son attention sur le plafond comme toute à l’heure. Cette conversation commençait à l’agacer.

Si vous le dites

Ito-sensai soupira et reprit:

Vous avez un gros soucis de communication et ça ne se résoudra pas en faisant la sourde oreille ou en refusant d’avoir une conversation franche entre vous.

Oh mais je suis complétement d’accord. Le problème est qu’ils ont décidés de m’envoyer ici plutôt qu’en discuter tous ensemble.

Et de quoi voulais-tu discuter exactement? Ce qui est arrivé entre tes parents dans le passé n’a rien à voir avec toi.

Ah non?” demanda-t-il en se redressant pour s’asseoir normalement. La colère commençait de nouveau à le gagner.

Peut-être que oui. Ce qu’il y a à avoir avec moi par contre c’est le fait que mon père soit un menteur et un hypocrite! Comment peut-il donner une ligne de conduite alors qu’il l’a enfreint lui-même?

Justement, peut-être qu’il l’a fait pour éviter que tu ne répètes ses erreurs? Est-ce que tu as essayé de lui poser la question?

Comme si il allait répondre à ça.

Tu ne peux pas savoir tant que tu n’as pas posé la question ne crois-tu pas?

Voyant qu’il ne répondait pas, elle continua:

Si tu n’avais pas découvert cette histoire, où en seriez-vous actuellement ton père et toi?

Tsk… nulle part je suppose. Ce n’est pas comme si on communiquait beaucoup de toute façon.

D’accord. Et avec ta mère?

Pourquoi vous voulez savoir?

Comme elle répondait pas, Gideon tourna la tête dans sa direction.

Normal je suppose, aussi bien que ça pourrait aller si on considère qu’on a des milliers de kilomètres entre nous et un décalage horaire de six heures.

Et tu es satisfait de cette situation?

Il fronça de nouveau les sourcils, est-ce que le prenait pour un idiot?

Bien sûr que non! Mais je n’ai pas vraiment le choix hein? Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que son aventure a dû être assez grave pour qu’elle parte aussi loin.

Chose qui le tracassait un peu. Trompé quelqu’un n’était pas bien selon lui mais le fait de partir comme ça du pays et laisser son enfant lui semblait disproportionné comme réaction. Il y avait sûrement plus mais il savait très bien que si il posait des questions, il n’aurait aucune réponse.

Je vois.

Par la suite, elle continua à essayer de lui poser des questions auxquelles il répondit de manière la plus évasive qui soit. Finalement, la séance se finit et Gideon fut enfin libre de partir.
Awful

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais


Dernière édition par Gideon Tanaka le Jeu 3 Jan 2019 - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 28
■ Messages : 430
■ Inscrit le : 09/02/2018

■ Mes clubs :


Mon personnage
❖ Âge : 17 ans
❖ Chambre n° : L-1
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Gideon Tanaka
« Elève ; en 4ème année »
(#) Re: [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  Jeu 3 Jan 2019 - 18:14


Quand
les certitudes
volent en éclat

Ou quand on fait une rencontre inattendue

Gideon avait prévu de revoir quelques anciens amis après sa séance chez la psychologue, c’est pourquoi il était en train de marcher dans le centre-ville de Nagoya en direction du lieu de rendez-vous. Il était au téléphone en marchant et au moment de tourner au coin de la rue, il percuta quelqu’un. Comme il ne s’y attendait pas, il recula de quelques pas sous le choc. L’autre personne n’eut pas la même chance que lui, elle tomba sur ses fesses.

Je te rappelle.

Gideon raccrocha et s’empressa de tendre la main pour aider la jeune fille à se relever.

Est-ce que ça va?

La fille n’hésita pas à accepter son aide et s’épousseta un peu en disant:

Oui, désolée…

Elle ne finit pas sa phrase, elle avait relevé la tête et le dévisageait étrangement. Gideon la regarda en retour d’un air curieux. Son visage lui semblait étrangement familier, comme si il l’avait déjà vu avant mais il n’arriva pas à la replacer. Elle avait des cheveux épais de la même teinte que lui et des yeux brun chocolat. Il n’eut pas le temps de la dévisager plus parce qu’elle baissa légèrement la tête, tourna les talons et commença à s’enfuir.

Sans trop savoir pourquoi, il lui attrapa la manche pour la retenir avant qu’elle puisse partir.

Hé… on se serait pas déjà vu?

Elle se dégagea rapidement et dit à toute vitesse:

Non, désolée, je dois y aller.

Cette fois-ci, il la laissa partir pour la voir rejoindre surement son groupe de copine plus loin dans la rue, ces dernières semblaient être toutes au collège. L’observation de Gideon fut interrompue par son téléphone qui se remit à sonner. Il s’empressa de répondre et se remit en route vers le point de rendez-vous, rendez-vous auquel il commençait déjà à être en retard.

Du côté du groupe de filles:

Hey Nissa-chan, c’était qui ce mec, tu le connais? On dirait que tu as vu un fantôme!” demanda une des filles.

A sa question, la fameuse Nissa devint rouge comme une tomate.

Je ne vois pas de quoi tu parles, allons-y, on va être en retard pour le film.

Une autre de ses amies lui donna un coup de coude complice:

Allez, avoue nous tout. Tu ne ferais pas cette tête-là si ce n’était rien.

Nissa hocha la tête négativement:

Ce n’est rien vraiment, j’ai juste une impression de déjà-vu c’est tout.

Pour mettre fin à la discussion, elle se mit en route, les autres la suivant en direction du cinéma du coin.

A suivre...
Awful

---------------------------------

Gideon te parle en #0066ff pour le Japonais et en #006633 pour l'Anglais
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat  

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé][Solo]Quand les certitudes volent en éclat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; centre ville :: Le centre-ville :: Autres lieux-
Sauter vers: