Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joji Tavahr
■ Age : 47
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 18/06/2019

■ Mes clubs :
Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 17
❖ Chambre n° : L-8
❖ Arrivé(e) en : Janvier 2016
Joji Tavahr
« Elève ; en 5ème année »
https://www.stupeflip.com/cunmetier/
(#) Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel]  Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] EmptySam 3 Aoû 2019 - 7:24

_______________________-x-_______________________

Un après-midi lambda au coeur de la ville, un blondinet arpentait les rues, mains dans les poches et bec prompt au sifflement. A force de se perdre, et se perdre encore, il avait développé un attrait tout particulier pour la promenade inutile. Et vu qu'il lui était de toute façon impossible de se repérer de lui même, il aimait à laisser sa carcasse naviguer au fil de l'aléa de la vie.

Toujours à la recherche des lieux les plus huppés où les siestes sont d'une qualité nettement supérieures, ce véritable explorateur des temps modernes établissait une cartographie de la cité, un véritable Guide de la bonne sieste. Dans l'accomplissement de ce fardeau qu'était le sien, il était autant amené à se noyer dans la masse d'une rue bondée, qu'à se faufiler dans les ruelles exiguës.

Ce jour fut toutefois légèrement bousculé par un aléa qu'il ne pouvait se contenter de contempler. Alors que Joji accomplissait son sacerdoce, il entendit au loin les brimades d'un groupe d'individus trop nerveux pour être innocents. Pas vaillant, ou plutôt plus vaillant, il observait la scène de loin, seulement pour constater qu'un groupe de trois jeunes hommes entourait une jeune femme. Ils n'avaient pas spécifiquement l'air violent, mais ni leurs tons, ni leurs visages, n'inspiraient confiance au spectateur de la scène.

Ses anciens travers d’Écossais problématique laissés au Pays, il ne s'imaginait pas vraiment faire irruption. Pour autant, l'idée de n'être qu'un témoin d'une potentielle agression ne lui convenait pas plus. Son esprit s'échappa de sa caboche pour peser le pour et le contre, rejetant sans discussions possibles une éventuelle bagarre, ou autre altercation trop violente. " Au pire, je fuis. Surtout si je fais erreur.. "

Le temps que son esprit réunissait les quelques neurones éparpillés dans son cerveau, son corps avait déjà bougé, et avait déjà prit la décision pour lui. Il était proche du conflit potentiel, trop proche pour prétexter un hasard, et en même temps trop loin pour se replier. Les trois individus paraissaient effectivement assez agressifs, et en tant qu'ancien bagarreur et enfant à problème, il décida de croire son instinct et son sens commun, et ainsi embrasser pleinement le rôle qui lui était imposé.

" Bah alors ! Ça fait dix minutes qu'on t'attend, tout le monde est là ! On est 9 il manque plus que toi pour monter à la dizaine haha ! " Il posa une main faussement amicale sur l'inconnue potentiellement future agressée, prétextant d'être un ami de longue date. " Ils sont juste derrière, ils vont nous rejoindre, si on compte sur ta rapidité on en a pour la journée ! "

Il haussa alors les sourcils, dans un rôle de comédie assez pénible. Il observa les trois individus avec de grands yeux, et un sourire amical. " Ah, t'as ramené des amis à toi ? Ça va faire un peu nombreux, mais pourquoi pas ! "

Espérant réveiller les sens logique des potentiels agresseurs en leur faisant croire à une embuscade d'une dizaine d'individus, il se donnait la chance de tirer la demoiselle de la situation délicate. Et si la situation délicate n'était qu'un fantasme paranoïaque de Joji, alors la solution était déjà toute trouvée; la fuite. Le piège était en train d'être désamorcé, sans irrespect et sans violence.

____________________________________________________

---------------------------------

Parole : #9900ff -x- Pensée : #663399
Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] 1562987355-signaturebeau1
Revenir en haut Aller en bas
Daniel O'Connor
■ Age : 21
■ Messages : 18
■ Inscrit le : 17/07/2019


Mon personnage
❖ Âge : 44 ans
❖ Chambre n° : A-402
❖ Arrivé(e) en : Janvier 2016
Daniel O'Connor
« Personnel ; psychologue »
(#) Re: Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel]  Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] EmptySam 3 Aoû 2019 - 13:11



Tous les héros ne portent pas de capes



C'est avec dynamisme que Daniel ondule la tête de haut en bas, puis de gauche à droite, un coup en diagonal avant d'alterner avec d'autres mouvements. Les mains dans les poches, le psychologue s'arrêtait dans tous les coins fumeurs qu'il trouvait pour se griller une cigarette. Non sans jamais quitter son casque professionnel, il hochait la face aussi au rythme énergique de cette musique allemande à l'inspiration irlandaise. Ah rien de mieux que ça pour être de bonne humeur, se décrochant un peu aussi de cette langue nippon qui lui cassait les oreilles plus qu'autre chose. Vous pourriez dire ce que vous voulez, mais Dan est un occidental affirmé qui a certes suivi sa nièce, mais ce n'est pour autant qu'il en apprécie réellement le pays. Heureusement, il n'avait pas encore le mal du pays. Alors écouter de l'allemand, en total autarcie avec le monde qu'il entoure, il n'y a rien de mieux. Pour se détacher de son travail, Tonton Dan avait troqué son costume mal fagoté pour un service jean-converse-maillot-chemise. Tout de noire, bien évidemment. Seule la pâleur nordique de sa peau contraste maladivement avec la morosité visuelle de sa tenue. Attendez, il n'y a pas que ça. Une chaînette trône aussi sur sa hanche. Marchant énergiquement, il s'amusait à marquer le rythme sur le béton froid de la ville. Et s'il a froid ? Marcher et onduler son corps, ça vous réchauffe très vite. Surtout lorsque la musique vous happe.
L'ancien délinquant avait rendez-vous avec sa progéniture. Sa petite perle noire adorée, c'est donc de bonne humeur qui la rejoignait. Chantonnant dans un allemand plutôt maladroit les paroles des chansons qui défilent. Certains japonais se retournèrent, où le regardent suspicieusement. Qu'est-ce qu'il s'en foutait honnêtement, pour Daniel, il se ressemblent tous. C'est très raciste, mais le psychologue avait toujours trouver ça drôle d'imaginer un chinois, japonais ou coréen passer dans une photocopieuse à répétition pour peupler ces terres.

Ce n'était pas le genre de sa fille d'arriver en retard, certainement pas. Au contraire, la jeune femme mettait toujours un point d'honneur sur la ponctualité. Le ventre du psy se met à tordre, tout bon père qu'il est, il entreprend d'appeler sa fille. Aucune réponse, plusieurs messages, rien. Très impatients lorsqu'il s'agit de sa famille, le psychologue entreprend donc de se diriger vers là où était censé venir sa descendance. Son vert terne, scrutant les rue, un animal en cage prêt à péter des gueules. Effectivement, il n'en est rien du psychologue bienveillant. En cet instant, c'est une colère noire qui ronge son corps, une appréhension mordante et douloureuse broyant son coeur. Il pourrait saigner n'importe qui ayant même couper la joue de sa fille accidentellement. Sûrement que cette violence n'est que le traumatisme lié à la porte de ses femmes. Mais Justyna et Taïga étaient sa raison de vivre. Et si le vieil homme devait un jour se faire virer pour coups et blessures porter à un élève qui aurait blesser d'une quelconque manière que ce soit ses enfants, il ne le regretterait pas. Oui, là-dessus, Daniel a très certainement passer sa raison l'arme à gauche. Cette haine, il fallait l'éviter à tout prix. Alors Tyna et Tagada Jones étaient le genre de femme a avoir appris à se débrouiller seule. Mais on ne peut pas toujours prévoir le geste de son prochain.
Par chance, il vit au loin sa fille à la tignasse noire ondulante et soyeuse. Habillé élégamment alors que ses prunelles de châtaigner oscillent entre un jeune homme et un groupe individu pour le moins suspect. Le problème, c'est que Justyna ne parle pas un pète japonais. Alors elle ne pouvait comprendre ce qu'il se dit. Prononçant maladroitement des mots d'un pur accent irlandais en anglais.

Le psychologue ne se fait pas prier, se calmant, il fit glisser le casque de ses oreilles, arrivant par derrière ce groupe de mec, les dépassant pour la plupart de la taille. Arquant simplement un sourcil, les toisant froidement. Puis c'est un sourire en coin sardonique, dénonçant son passif violent et sa rage contenu pour s'adresser à eux.

Tiens, Justyna, je croyais que ta fête ne comportait que dix personnes. Je suis désolé les gamins, mais voyez-vous, je suis son père et je ne peux pas vous accepter. A moins de payer votre part, c'est 50€ par personne, il faut bien contribuer ...

Pour en rajouter une couche, Daniel en était le spécialiste Bien sûr qu'il avait entendu les paroles de ce blondinet. Quelques secondes plus tard, ces groupe de japonais échangent un regard puis formulent de plates excuses avant de s'en aller, disant qu'ils avaient à faire. Daniel accentue son sourire, s'il était un vampire, vous aurez l'impression qu'il vous dévorerai sur place en vous vidant de votre sang.
Un silence s'installe, puis c'est Tyna qui se reprend, secouant la tête. Elle se penche à la manière japonaise, mais trop basse selon les codes nippones en formulant des excuses anglaises. Puis se redresse, regardant avec des étoiles dans les yeux son sauveur. Sa voix était celle d'une femme chantante, très agréable à l'oreille, on jurerait que la fille O'Connor passerait ses soirées à chanter du jazz. Cependant, elle s'efface très vite, se redressant pour se rapprocher de son père, toujours un sourire humble et désolé sur son visage de porcelaine. Oubliant complètement que l'on peut entendre les musiques irlandaises émanant de son casque en allemand, Daniel porte son regard d'émeraude sur le jeune homme. Calmant très vite son humeur, son sourire devenant bien plus avenant et apaisé. Comme une bête sauvage rassasiée et endormie.

Merci d'avoir aidé ma fille, comment puis-je te remercier ? Daniel O'Connor pour les présentaition, et v'là Justyna, ma fille.


Si une chose est sûre, c'est que Tyna ne pourra pas rester longtemps, mais compte bien à ce que son père s'acquitte de sa dette pour l'avoir aidé. Foutus principes. Daniel parlait d'un japonais maîtrisé, malgré son léger accent occidental.

Ah, et pardonne-là, elle ne parle pas japonais. M'enfin, si on te dérange pas non plus.

© gotheim for epicode
Revenir en haut Aller en bas
Joji Tavahr
■ Age : 47
■ Messages : 75
■ Inscrit le : 18/06/2019

■ Mes clubs :
Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] WHBiQrb


Mon personnage
❖ Âge : 17
❖ Chambre n° : L-8
❖ Arrivé(e) en : Janvier 2016
Joji Tavahr
« Elève ; en 5ème année »
https://www.stupeflip.com/cunmetier/
(#) Re: Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel]  Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] EmptyMar 6 Aoû 2019 - 8:16

_______________________-x-_______________________

Son plan avait fonctionné, et même si le hasard de la vie y était pour beaucoup, c'était bien là une raison valable pour transformer cette journée lambda et passable en intense suite de rebondissements palpitants. Il campait sur ses positions depuis déjà une bonne poignée de secondes, observant la débâcle potentielle des assaillants tout aussi potentiels, quand alors une voix supplémentaire vint sonner le glas pour lui. Immédiatement, son premier réflexe fut d'imaginer un quatrième agresseur, mais lorsque le sens lui parvint à l'esprit, ses doutes se dissipèrent aussi sec.

Un homme d'une taille quasi identique à la sienne, assez buriné à son goût, venez de rejoindre sa triste comédie urbaine. L'homme étranger étant toutefois autrement plus âgé que Joji, il espérait déceler en lui une sagesse dont il n'avait pas encore le luxe de profiter, et ne moufta pas le moindre mot jusqu'au départ des canailles suspectées.

Une fois les silhouettes des agresseurs retournées à la pénombre dont elles n'auraient jamais dû sortir, il retira immédiatement sa main de l'épaule de la jeune femme, qui lui était encore parfaitement inconnue. De naturel extrêmement peu tactile, il hôcha la tête pour modestement présenter ses excuses.

" Merci d'avoir aidé ma fille, comment puis-je te remercier ? Daniel O'Connor pour les présentaition, et v'là Justyna, ma fille."

Le fameux preux chevalier se frotta la nuque avec dérision, essayant de comprendre les mots de celui qu'il identifiait comme camionneur malgré les bruits étranges qui sortaient de son casque. " Inutile de me remercier, vous savez. Ces types m'avaient parus un peu louches, et votre fille avait l'air dans l'embarras alors.. Enfin, voilà. C'est tout naturel. " Il remit un peu de contenance dans sa posture, inclinant derechef son menton pour se présenter à son tour et rehaussant sa cravate d'un geste habile. " Joji Tavahr. Enchanté. "

Avec l’opiniâtreté qu'on lui connait désormais, il observa Justyna quelques secondes, inclinant poliment le chef à son égard également lors des présentations. Toujours planté au beau milieu de la rue, le groupe s'en allait gaiement vers des explications plus que méritées. Il mit son esprit au diapason, cherchant d'apporter un peu de sa si réputée logique dans cette conversation ô combien nébuleuse.

" Ah, et pardonne-là, elle ne parle pas japonais. M'enfin, si on te dérange pas non plus. "


" Ah. Pas de soucis ! Du coup si elle n'a pas comprit ce que j'ai dis ça a dû lui paraître encore plus bizarre.. Faudra m'excuser auprès d'elle à ma place je crois. " Il entrecoupa son intervention avec un petit ricanement. " Et c'est jamais gênant de parler aux gens, sauf quand ils en veulent à votre argent. Je me baladais tout simplement à la recherche des meilleurs endroits où faire la sieste dans cette ville, alors votre fille a rien interrompu malgré elle, ou en tout cas rien d'important. C'est vraiment votre fille du coup ? Vu que vous avez prétexté ça avec les autres, on sait jamais. " Il ravala sa salive, constatant que dans le contexte donné, sa question était plus qu'abrutie.

Pendant une seconde il s'autorisa à défigurer les deux freluquets lui faisant face, à la recherche d'un signe distinctif qui pourrait confirmer ses doutes. S'ils étaient vraiment parents, si cela se voyait.. Si son délit de faciès allait être réprimandé.. Tant de questions. Néanmoins fidèle à lui même, Joji glissa ses mains dans les poches, prenant la sempiternelle seconde nécessaire à la contemplation de cette jolie vie. " Par contre, pas sûr que moi je ne gêne pas. J'imagine que vous deviez vous retrouver, ou quelque chose du genre. J'espère ne pas vous mettre en retard. "

____________________________________________________

---------------------------------

Parole : #9900ff -x- Pensée : #663399
Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] 1562987355-signaturebeau1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel]  Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Tous les héros ne portent pas de capes [Ft. Daniel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville-
Sauter vers: