Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 Un 14 février PRESQUE comme les autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyJeu 8 Aoû 2019 - 16:11


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Tumblr_othrgz5EUY1uxvvvzo1_500
Ça y est, la Saint-Valentin est arrivée. Et il fallait qu’ils viennent aujourd’hui ! Les démons sont arrivés hier soir et viennent manger ce soir à la maison. J’étais complètement paniquée à l’idée de ce dîner. Rien à faire, je ne peux pas m’en empêcher, c’est l’instinct. Ou alors des années de pré-programmation qui me font ça. Je sais que je vais m’en prendre plein la figure. Heureusement pour moi, il y a la lumière au bout du tunnel ! Pour une fois, notre couverture sert à quelque chose. Neil ne va pas tarder à arriver aussi pour me « sauver ». Ah ! Si on m’avait dit qu’un jour je penserais ça venant de lui, je n’y aurais pas cru. Tant pis si ça implique rencontrer sa famille dans le processus. De toute façon, notre mascarade prend bientôt fin. Fini les sorties, fini la comédie, fini de mentir ! Fini les moments où je suis sur les nerfs rien que d’être avec lui. Avec la mise en œuvre de son plan contre ma volonté à Dynaland, j’ai peur qu’il recommence au moment où je n’y attendrais pas. Et ce n’est pas le genre à ne pas recommencer juste parce qu’il s’est mangé une gifle.

Fixant le miroir dans ma chambre, je me prépare psychologiquement à descendre. Mon père m’a appelé il y a déjà cinq minutes. Si j’attends plus ma mère va s’énerver. Je lisse un peu ma robe pour cette soirée. Elle aussi fait partie de la comédie. L’excuse pour éviter ce soir ? On va passer la Saint-Valentin ensemble chez Neil avec sa petite-sœur. Du baby-sitting le soir de la Saint-Valentin ça ne fait pas trop rêver mais ce n’est pas comme si on était vraiment ensemble de toute façon. La seule personne avec qui j’aurais aimé passer la soirée n’est pas là. Si mes grands-parents ne s’étaient pas pointés, j’aurais passé la soirée avec lui sur skype à défaut de mieux. Je pourrais toujours le faire une fois qu’on sera seul chez Neil mais ça serait trop risqué avec monsieur imprévisible. J’ajoute ma trousse de toilette dans mon sac de voyage et le referme pour de bon. Un dernier coup d’œil au téléphone pour confirmer l’heure. Neil n’est jamais en retard -une des rares choses que j’apprécie vraiment chez lui- et si je ne suis pas plantée dans mes calculs, je devrais avoir au maximum cinq minutes à supporter cette réunion de famille. Un câlin à Ghost qui dort comme une carpette sur ma commode et je suis sortie de ma chambre. Si ça ne tenait qu’à moi, je serais partie discrètement comme une voleuse quand mon sauveur se serait pointé. Mais non, il fallait qu’ils le voient. Forcément, le fils Marshall,  c’est de loin le meilleur parti qu’ils pouvaient espérer pour leur petite-fille. Il est beau, il est riche, il a des manières princières, un peu le gendre idéal. Genre. Si on retirait le fait qu’il est sournois, m’emmerde les trois quarts du temps et qu’il est atrocement égocentrique, il serait presque parfait. Mais ça ils ne le savent pas. Ils ne connaissent que ce que j’en ai dit le jour où je les appeler avec la voix la plus mielleuse que je pouvais pour dire que j’avais rencontré le mec de mes rêves lors d’un gala et qu’on était ensemble depuis. Quelle déception ça va être pour eux quand je vais leur annoncer dans plusieurs semaines que c’est fini ! Je verserais peut-être des fausses larmes si je dois le dire en face à face si il faut. Oh tiens, on s’est pas mit d’accord sur la raison de notre rupture, il faudrait qu’on en discute ce soir entre autre.

J’arrive en bas et laisse mon sac à l’entrée pour partir le plus vite possible. Soufflant un grand coup, je me dirige vers le salon. Forcément, mes grands-parents sont déjà installés dans le canapé. Je m’approche et les salue avec un faible bonsoir. La sorcière a une tête à faire un peu peur mais la lueur mesquine dans son regard est toujours la même. Si elle est vraiment malade, elle devrait faire autre chose que me tourmenter. Je sens à son regard qu’elle me juge. Alors, je me tourne rapidement vers mon grand-père, des deux c’est le moins pire et le plus “gentil”.

Comment allez-vous?

Très bien merci. Alors, d’après ce qu’on a compris, tu ne vas pas participer à notre repas de famille.

C’est le moment de jouer la fille niaise à souhait, truc que je déteste par-dessus tout et qui me donne envie de me gifler mais j’ai eu cinq mois à me préparer alors, je me colle le sourire le plus stupide qui soit et dit:

Oui, je vais passer la soirée chez Neil, on va garder sa petite soeur, je suis heureuse qu’on puisse passer la Saint-Valentin ensemble.

Alors, c’est vrai? Ce n’est pas une fausse excuse pour nous éviter alors qu’on a fait tout le trajet pour vous voir. Ce n’est pas très prévenant de ta part.

Et voilà ça commence, elle commence lentement mais sûrement à cracher son venin, je ne me démonte pas et garde mon air stupide.

Mais non voyons! Il ne va pas tarder à arriver d’ailleurs. J’ai tellement hâte!

Nous verrons.

Nous verrons quoi? Qu’on est bien ensemble et que je n’ai pas menti? Peut-être que mon père n’avait pas tant que ça réussit son coup quand il avait mon âge et qu’elle n’y avait pas cru une seconde. C’est quand je commence à paniquer intérieurement que la sonnette retentit. Alors soit j’ai vraiment traîné pour les rejoindre ou il est en avance. Je n’ai pas le temps de bouger que ma mère s’empresse de quitter le salon pour aller ouvrir. Et merde, j’ai raté mon créneau de fuite...

---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Neil I. Marshall
■ Age : 23
■ Messages : 355
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres DOAUR5R


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptySam 31 Aoû 2019 - 0:03

Un 14 février presque parfait
avec Tessa Yorke
Cela faisait des jours, voir des semaines que l’anglaise avec qui Neil passait ses mercredis était tendue. Et pour cause, si elle avait à peu près rempli sa part du marché pendant ces derniers mois, il était désormais temps de lui rendre la pareille puisque la rencontre avec sa grand-mère bien aimée approchait. Tessa lui avait bien fait comprendre que son apparition était devenue une obligation et qu’il fallait qu’il mette le paquet. Mamie Yorke était peut-être âgée, mais pas encore sénile et gâteuse apparemment. Ça le faisait presque rire que la plus grande peur de sa fausse petite-amie soit une vieille grincheuse, mais il pouvait facilement se mettre à sa place alors il ne la taquinait pas plus que ça. Après tout, ses grands parents paternels n’étaient pas mieux.

Le jour J, approchant de l’heure H, Neil était entrain d’enfiler un pull beige par-dessus sa chemise bleu clair quand Addison entra dans la chambre. Elle vint se mettre entre lui et le miroir et fixa son regard de ses petits yeux de teigne dans le reflet du miroir.

Addison : Ichi-kun, tu ne vas pas me laisser toute seule ce soir, hein ?

Neil balanca la tête de gauche à droite en souriant puis s’abaissa à son niveau, la tournant vers lui. Ils étaient aussi possessif l'un que l'autre, mais celle-ci l'était encore plus depuis qu'il était à l'internat. Il posa ses mains sur ses épaules et la fixa à son tour droit dans les yeux :

Neil : S’il y a bien quelqu’un que je ne laisserai jamais, c’est bien toi Addi. Enfin, quand tu n’es pas insolente, bien entendu. Dans ces cas là je te laisserai bien seule avec Papa et Maman pour le mois entier ! »

Il éclata de rire tandis que la blondinette grommela d’une mine boudeuse, alors il la serra contre lui.

Neil : Ne t’en fais pas, ça va aller. Tessa et toi devriez vous entendre.  »

Il aurait presque envie de la rassurer en lui disant qu’elles pourraient devenir amies, mais Neil ne comptait pas à ce que Tessa vienne chez eux à d’autres occasions. Elle allait déjà devoir croiser ses parents, c’était bien assez. Il ne lui ferait pas supporter leur présence plus tard puisque ce n’était pas nécessaire et que, de toute façon, leur deal se terminerait d’ici quelques semaines. Addison n’avait pas à en pâtir en s’accrochant à l’anglaise, surtout qu’elle serait capable de demander à ce qu’elle revienne chez eux et il en était hors de question.

Neil : Je reviens dans une petite demi-heure, je te laisse réfléchir à ce qu’on fera ce soir, sois sage d’ici là OK ? »

Il se décolla, lui ébouriffa les cheveux et, pendant qu’elle râlait, se leva en faisant un petit clin d’œil. Il sorti de la chambre en laissant la porte ouverte, puis passa devant ses parents sans tourner la tête. Neil leur indiqua tout de même qu’il revenait dans peu de temps et qu’il s’occuperait d’Addison une fois rentré, pour qu’ils puissent aller fêter leur Saint-Valentin comme prévus. Cette simple idée le fit grimacer, mais c’était tout de même l’occasion d’avoir un moment tranquille sans eux, avec la petite blonde jusqu’au lendemain matin. Même si, pour cette fois, il y aurait une invitée.

L’étudiant attrapa sa veste et se rendit sur le trottoir annexe à la maison, là où l’attendait déjà Alfred, qu’il rejoignit rapidement afin d’entrer dans la voiture. Ils se rendirent alors à destination et une fois garés devant la maison de l’anglaise, il sorti pour se diriger vers la porte d’entrée. Ses doigts se posèrent sur la sonnette, pressant le bouton, puis la porte s’ouvrit sur madame Yorke. Neil s’inclina avant de la saluer poliment, puis la suivit dans l’entrée. Il retira sa veste et la posa sur son avant-bras, suivant les pas de la maîtresse de maison jusqu’au salon. Un rapide coup d’œil dans la pièce lui fit repérer les positions de chacun, alors il se dirigea vers la grand-mère de Tessa en lui prenant la main. Les dames d’abord, après tout.

Neil : Enchanté Mrs Yorke, je suis Neil Marshall. J’espère que vous avez fait bon voyage, votre mari et vous-même. »

Il fit une légère pression sur la main de la dame comme pour accompagner ses mots de sincerité, lui fit un sourire puis salua avec de bonnes manières le grand-père de Tessa. Suite à cela, il se tourna vers le père de l’anglaise pour lui serrer la main.

Neil : Mister Yorke, comment allez-vous depuis la dernière fois ? J’espère que les affaires ne sont pas trop prenantes ces temps-ci.

Enfin, il se dirigea vers l’anglaise, tournant alors le dos aux autres. Celle-ci se tenait à l’opposé de ses grands-parents, sans grande surprise. Il en profita pour lui glisser un clin d’œil qui se voulait rassurant, puis lui pris la main quand il arriva à son niveau.

Neil : Comment tu vas Sweetie ? Tes affaires sont prêtes pour ce soir ?


Code by Fushi

---------------------------------

Neil parle en #255965
Parce que Neil est un super coach (merci Anoki Laughing)

Neil's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptySam 31 Aoû 2019 - 11:39


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Tumblr_ou27u3FFBl1r5u9m2o3_500

Mon stress est à son maximum, je ne sais pas si je vais pouvoir jouer la comédie encore longtemps, rien que l'idée qu'ils ne nous croient pas me terrifie. C'est irrationnel et ça ne devrait pas m'atteindre comme ça mais c'est plus fort que moi. Toutes mes vieilles peurs reviennent toujours à la charge quand elle est là et j'ai l'impression d'avoir de nouveau huit ans, paralysée par son regard froid et méchant. Alors que les hommes Yorke sont occupé à regarder du côté de l'entrée du salon, je sens son regard sur moi, cherchant la moindre faille et je sais que ça va durer tout le temps que Neil sera là.

D'ailleurs ce dernier ne tarde pas à franchir la porte. Je ne sais pas pourquoi mais ça me redonne un peu espoir. Je n'ai jamais vu quelqu'un dans la vraie vie qui jouait si bien la comédie, à tel point que des fois, je ne sais pas trop quand il est sincère ou non. Alors, le voir débarquer et jouer le parfait petit ange, c'est rassurant? De toute façon, si il gâchait tout, je crois que je m'arrangerais pour faire de sa vie un enfer après tout ce que j'ai du traverser pour remplir MA part du marché. Il est plus que temps qu'il me retourne la pareille.

Mes grands-parents lui ont répondu en retournant la politesse et se sont tut. Mon père lui a répondu poliment en disant que c'était plutôt calme en ce moment. J'ai envie de dire que c'est normal papa, tu ne prends que les affaires que tu veux et pas difficile à gagner pour éviter le stress au maximum. C'est beau la vie d'avocat retraité! Mais soit. Quand Neil arrive près de moi, il me prend la main. Mauvais plan si tu ne veux pas que je te broie les doigts mais je ne peux pas cacher que ça calme un peu mon stress et me rassure un minimum.

"Comment tu vas Sweetie ? Tes affaires sont prêtes pour ce soir ?"

"Ça va merci, je suis contente que tu sois là."

Si la première partie est un mensonge, la deuxième est complétement sincère pour une fois. Au moins, j'ai réussi à garder mon sourire niais, malgré que je me sente observée.

"Oui, on peut y aller toute de suite même!"

Je fais un ou deux pas dans la direction de la seule sortie du salon quand il me retient. Non, ne fait pas ça! Au moindre arrêt, elle va sauter sur l'occasion pour l'ouvrir et nous questionner, ME questionner. Je crois que mon masque niais s'est brisé quelques secondes pour afficher mon incompréhension et ma panique. Il s'excuse de m'emprunter pour la soirée. Bah tient. Mon grand-père réponds toute de suite:

"Il n'y pas de soucis, la Saint-Valentin, c'est important pour vous les jeunes, alors vous devriez en profiter. En tout cas, je suis heureux que Tessa ait trouver un jeune homme si poli et si bien élevé."

Ne pas le prendre mal, ne pas le prendre mal.

"Oui, c'est bien vrai, on aurait presque du mal à y croire. Comment notre Tessa a pu trouver quelqu'un comme vous?"

Sans le vouloir, je serre un peu plus fort la main de Neil.

"Je te l'ai dit grand-mère au gala. Et puis on est tous les deux à la même université, si ça n'avait pas été au gala, ça aurait été là-bas. Le monde est petit n'est-ce pas?"

"Certes. Mais vu le spectacle scandaleux que tu as donné au mariage de Clayton, j'aurais cru que tu serais plus démonstrative avec ton amoureux et vice-versa."

Malgré moi, je me fige complétement à sa phrase. Le spectacle scandaleux? Une danse avec un baiser devant quelques invités, c'est un spectacle scandaleux? Je ne m'attendais à toute ce qu'elle vient de dire. Elle ne sait pas se tenir? Est-ce vraiment le comportement de la matriarche d'une aussi vieille famille que la mienne? C'est forcément un test. Si tu veux de la démonstration... Je sers les dents et une folle idée me vient en tête.

"Sauf votre respect madame, au Japon les moeurs sont différentes et on ne s'affiche pas autant qu'en Europe. Ceci dit, je vous assure que votre petite-fille sait que je tiens à elle."

Alors là... Je me tourne vers lui et me demande brièvement si c'est vraiment Neil que j'ai devant moi et pas quelqu'un d'autre avec son apparence. Avant qu'elle réponde, je prends ma décision.

"Exact mais tu veux une preuve grand-mère?"

Je jette un coup d'oeil à la sorcière puis reporte mon regard sur Neil. Je m'approche de lui, me hisse sur la pointe des pieds et l'embrasse, comme il l'avait fait à Dynaland. Rien à faire que tous le monde nous regarde, je m'en fous complétement qu'il y ait mon père et ma mère également. Si elle veut une preuve, en voilà une!



HRP:
 

---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Neil I. Marshall
■ Age : 23
■ Messages : 355
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres DOAUR5R


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyLun 16 Sep 2019 - 22:06

Un 14 février presque parfait
avec Tessa Yorke
Neil n’eut pas besoin de se forcer à sourire en entendant l’anglaise, puisque cela toucha aussitôt son égo. Le sourire fier et satisifait, il releva un sourcil lorsqu’elle mentionna l’idée de partir sur le champ. Partir aussi tôt et rater l’occasion de remettre la grand-mère à sa place Il avait tellement eu d’idées depuis que Tessa lui avait annoncé l’arrivée de ses grands parents qu’il était hors de question de partir sans lui avoir fermé son clapet.

Neil adressa un sourire sincère au grand-père de Tessa, flatter son égo comme ça ne pouvait que lui faire plaisir et cela lui donnait presque le gout de rester là encore un moment. Néanmoins, lorsqu’il sentit la main de Tessa broyer la sienne, il se rappela pour qui il était là. Il se tourna vers Tessa avec un petit air taquin puis la rapprocha de lui comme pour appuyer ses derniers mots lorsque Mamie Yorke en remit une couche. Un spectacle scandaleux, Tessa ? Ce qu’il aurait aimé voir ça… Son visage démontra tout même un air désapprobateur et l’ainé Marshall fit objection :

Neil : Sauf votre respect madame, au Japon les moeurs sont différentes et on ne s'affiche pas autant qu'en Europe. Ceci dit, je vous assure que votre petite-fille sait que je tiens à elle.»

Elle savait au moins qu’il aimait l’embêter, c’était déjà ça. La baffe monumentale qu’il avait pris après la fondue avait au moins pu le remettre à sa place pendant quelques temps, et il avait promis à l’anglaise de tenir parole désormais. S’il n’avait pas vraiment cru à son histoire d’amour de conte de fée à distance avec Jamie, il avait au moins pris conscience qu’elle tenait sincèrement à l’Anglais et respecterait au moins ça. S’il ne croyait pas en l’amour, il croyait en la confiance et à la fidélité. Cela dit… il ne s’attendait pas à ce qu’elle lui retourne son baiser là en ce moment même.

Il ne laissa pas transparâitre d’hésitation et passa son bras autour de sa taille pendant les quelques secondes où leurs lèvres se croisèrent, puis la relâcha un peu étonné :

Neil : Sweetie, ça ne se fait pas…  »

Il se tourna vers la famille de Tessa et s’inclina pour s’excuser en bon et dû forme :

Neil : Excusez-nous, cela n’aurait pas dû se produire devant vous. Je crois que nous devrions y aller, nous avons ma petite sœur à garder ce soir. Je vous souhaite de passer de bonnes retrouvailles et vous emprunte votre fille, ou petite fille, pour l’occasion. »

Il s’avança vers les parents de Tessa en premier puis les salua chacun leur tour, serrant la main de Papa Yorke, puis se dirigea vers les grands-parents.

Neil : . Elle sera rentrée demain après les cours, je m’en assurerai afin que vous puissiez profiter de sa présence vous aussi. J’espère que nous aurons d’autres occasions de faire plus amples connaissances. »

Il les salua également puis se dirigea vers l’entrée avec l’anglaise. Il était désormais temps de partir à la maison Marshall pour un autre genre de cinéma. Enfin, sans compter sur les parents qui attendaient leur retour pour partir à leur soirée, tenant bien sûr à croiser la demoiselle. Alfred vint ouvrir la porte arrière de la voiture et Neil s’y engouffra à la suite de Tessa. Le moteur se mit à rugir et démarra alors que le blond tourna la tête vers la brune :

Neil : Ils ne sont pas si horribles que ça tes grands-parents, les flatteries me plaisaient bien ! »

Il sourit en coin puis planta son regard dans celui de l’anglaise.

Neil : Ceci dit, je crois que je mérite une explication non ? C’était quoi ce baiser ? Je vais encore avoir droit à une baffe ou c'est à mon tour de t'en mettre une ? Tsss.. »

Il ricana puis détourna le regard pour regarder le paysage défiler devant la vitre. Elle le baffait pour manquer aux règles mais les faisaient sauter quand ça l’arrangeait ? Et puis de quel droit s’autorisait-elle à l’embrasser ? Il comptait bien lui faire payer ce manquement au règlement à sa façon.

Code by Fushi

---------------------------------

Neil parle en #255965
Parce que Neil est un super coach (merci Anoki Laughing)

Neil's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyMar 17 Sep 2019 - 10:10


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Tumblr_ou27u3FFBl1r5u9m2o3_500

Ma raison est décidément aux abonnés absents. Je ne cache pas mon petit sourire satisfait et fier quand je jette un coup d’œil au démon. Elle est mi-choquée, mi-horrifiée. C'est encore mieux qu'au mariage de mon frère! Si au mariage, c'était de la fureur, ici, elle est littéralement sur le cul et ça me réjouit d'une façon très malsaine mais plaisante. Par contre, en tournant la tête vers mes parents, les réactions sont différentes. Je vois ma mère commencer à devenir rouge de colère et mon père affiche un sourire amusé. Sourire qui disparait vite quand sa femme l'assassine du regard. Oups. Je crois que mon père et moi avons arrêter de sourire en même temps. J'écoute à moitié ce que Neil raconte et regarde ma chère maman. J'admire la façon dont elle maitrise sa colère, vraiment. Le temps que Neil se tourne vers eux pour leur dire au revoir, elle a déjà retrouver sa poker face à toute épreuve. Aux excuses de mon faux petit-ami, mon grand-père réponds que ce n'est pas grave et qu'il faut bien que jeunesse se fasse...

Je m'approche de mes parents pour les saluer à mon tour et mon père me surprends en m'enlaçant. Il me murmure un "amuse toi bien mais pas trop" que je ne comprends pas et me relâche. Je n'ai pas le temps de répondre que j'entends Neil dire:

"Elle sera rentrée demain après les cours, je m’en assurerai afin que vous puissiez profiter de sa présence vous aussi. J’espère que nous aurons d’autres occasions de faire plus amples connaissances."

TU PLAISANTES J’ESPÈRE! Je n'ai aucune intention de revenir ici. Il faut que je récupère Ghost et quelques vêtements pour la semaine mais je ne comptais venir le soir comme ça, ils seraient déjà parti. Et puis, je n'aime pas la façon dont il parle de moi comme si je n'étais là, je ne suis plus gamine! J'efface le mécontentement de mon visage avant de me tourner vers mes grands-parents pour leur sortir mon sourire le plus hypocrite.

"Bonne soirée!"

Je ne fais pas priée pour suivre Neil dans le hall d'entrée. Je récupère mon sac de sport et mon sac à main près du porte-manteau.Jusqu'à la voiture, je me repasse en tête le contenu de mon sac pour être sûre de n'avoir rien oublier. La voix de Neil me ramène sur terre.

"Ils ne sont pas si horribles que ça tes grands-parents, les flatteries me plaisaient bien !"

Je tourne la tête pour le regarder. Bah bien sûr que ça te plaisait bien leurs flatteries! Vu ton ego sur-

"Ceci dit, je crois que je mérite une explication non ? C’était quoi ce baiser ? Je vais encore avoir droit à une baffe ou c'est à mon tour de t'en mettre une ? Tsss.."

Et merde... Qu'est-ce que je fais? L'énormité de mes actions me percutent de plein fouet. Sur le coup, je n'y ai pas réfléchis et là je réalise seulement tout ce que ça implique. L'horreur que je ressens est vite surpassée par de l'agacement, même si il ne me regarde plus, je le fixe en demandant:

"Alors, ça fait quoi de se faire embrasser sans ton accord?"

Je ne lui laisse pas le temps de répondre et enchaîne toute de suite en soupirant:

"Je te rappelle que c'était ton idée à la base, le dernier recours pour éviter tout doute sur nous. Elle y aurait jamais cru autrement, c'est comme ça qu'elle fonctionne, il lui faut toujours des preuves pour tout. Je pense qu'on est quitte maintenant.

Je reporte mon regard sur le paysage pour regarder ailleurs.

"Et je n'ai pas réfléchis, j'ai fait ça sur un coup de tête. Il a suffit qu'elle reparle de ce qui s'est passé avec Jamie pour me faire perdre les pédales. Ça n'arrivera plus, je me sens déjà assez mal comme ça. Désolée."

Je n'ajoute pas que contrairement à lui, ce n'était pas calculer et l'audience était carrément plus réduite. Je n'ai pas envie de me disputer avec lui juste avant d'arriver chez ses parents. D'ailleurs, plus on approche, plus le stress me gagne de nouveau. Le mini soulagement que je ressentais en sortant de chez mes parents est bien parti. Je n'ai rencontrer ses parents qu'une seule fois et c'était au gala. Mon père avait fait les présentations pendant la soirée, ça n'avait durer qu'un bref moment parce que mon père avait été vite appeler ailleurs et je m'étais empressée de le suivre. Je lui avais coller aux basques toute la soirée, telle une ombre et il en avait été ravi. On aurait dit qu'il attendait depuis longtemps de présenter sa petite princesse à toute la "haute société" du coin.

Inconsciemment, je triture le bord de ma robe, je ne sais pas à quoi m'attendre et je déteste ce sentiment. Heureusement pour moi, le trajet est plus court que je ne le pensais. J'avoue que j'ai toujours été curieuse de savoir dans quel genre de maison il habitait. Et en fait, elle corresponds un peu à ce que je m'étais imaginé. Je ne fais cependant pas de commentaire sur la maison ou ses alentours quand on sort de la voiture. Je suis bien trop nerveuse pour ça, alors je me contente de suivre Neil jusqu'à la porte d'entrée. Showtime again...

---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Neil I. Marshall
■ Age : 23
■ Messages : 355
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres DOAUR5R


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyMer 30 Oct 2019 - 23:15

Un 14 février presque parfait
avec Tessa Yorke
Neil : On va dire ça.  »

Tout était vrai : c’était son idée et la grand-mère relou avait eu sa preuve. Pour couronner le tout, il réalisa qu’il venait d’achever sa partie du deal avec Tessa et que la deuxième partie de leur deal allait être réglée elle aussi.

Il se contenta de garder le silence quand l’anglaise s’excusa. Non pas qu’il s’en fichait puisqu’il pourrait la torturer avec ça plus tard. Ce qui le travaillait, c’était surtout qu’ils approchaient de la maison familiale. Ils n’allaient pas voir les parents de Neil longtemps, il l’espérait tout du moins. Plus la soirée passerait vite, mieux ce serait. Addison ne verrait Tessa qu’une soirée, mais c’était déjà trop. Tout ce qu’il voulait, c’était que la mini-Marshall se couche tôt sans faire d’histoires.

Alors qu’ils tournaient dans la rue où se trouvait la maison, Neil attira l’attention de Tessa, se décidant alors à lui rappeler les « précautions » :

Neil : Avant qu’on ne sorte de la voiture et qu’on entre dans la maison, souviens-toi que mes parents sont plus exigeants encore que ta grand-mère. S’il y a  bien une personne qui sait sentir le malaise de quelqu’un, c’est Lui. Ne cherche pas à jouer les amoureuses avec des étoiles dans les yeux, restes-toi-même, c’est ce qu’il y a de mieux à faire. Je me chargerai du reste. Oh, et essaye de limiter les élans de tendresse avec Addison. Je n’ai pas envie qu’elle s’attache à quelqu’un qui n’est que de passage pour une soirée. »

C’était un peu rude mais Neil s’en fichait. Après tout, c’était la pure et simple vérité. Une fois la soirée finie et la nuit passée, il ne leur resterait plus qu’à finir avec tout ça d’ici quelques semaines et ils retrouveraient chacun leur tranquillité.

La voiture ralentit alors et se gara le long du chemin goudronné, surplombée par l’imposante maison des Marshall. Alfred ouvrit la porte de Neil en lui adressant un mouvement de tête qui témoignait de leur complicité, puis le blondinet sortit à son tour pour ouvrir à Tessa. Il lui sourit mais avait le regard plus dur que les minutes précedentes, revêtant son masque de fils irréprochable, comme si la perspective des retrouvailles le renfermait déjà sur lui-même. S’assurant qu’elle le talonnait, il se dirigea vers l’entrée, pris une inspiration imperceptible en crispant la machoire puis ouvrit la porte en s’y engouffrant.

Neil : Je suis rentr- »

Addison : Ichiiiiiiiiiiii !!!!

Comme si elle avait attendu de longues minutes devant la porte, la petite tête blonde venait littéralement de sauter sur Neil, le faisant vaciller en le prenant par surprise. Il la serra dans ses bras, ne l’ayant pas vu de la semaine et lui caressa les cheveux alors que la petite voix enfantine et étouffée contre la veste de Neil se fit entendre :

Addison : Bonsoir, dis, c’est toi la copine de MON frère ?

Elle regardait l’anglaise par-dessus l’épaule de Neil, faisant un peu la moue. Neil sourit en l’entendant marquer son « territoire » et haussa les sourcils en se retournant vers Tessa, attendant sa réponse alors que des bruits de pas se rapprochaient du hall d’entrée où ils se trouvaient.


Code by Fushi

Addison en image:
 

---------------------------------

Neil parle en #255965
Parce que Neil est un super coach (merci Anoki Laughing)

Neil's Theme


Dernière édition par Neil I. Marshall le Lun 25 Nov 2019 - 23:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyMar 5 Nov 2019 - 9:16


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Tenor

En suivant Neil jusqu'à l'entrée, je repense à ce qu'il a dit dans la voiture. Être moi-même, ça me convient parfaitement. C'est l'autre chose qu'il a dit sur sa soeur qui me laisse une impression désagréable. Je n'arrive pas trop à deviner pourquoi mais si je n'avais pas été aussi nerveuse, je crois que je lui aurais dit que je faisais bien ce que je voulais et qu'il n'avait pas besoin de me faire une remarque comme si j'étais un coup d'un soir. C'est limite... vexant? C'est vrai que je ne compte pas revenir ici dans l'avenir mais quand même. De toute façon, je n'ai pas le temps d'analyser ce que j'ai ressenti parce qu'on franchit la porte d'entrée.

Le blond a à peine le temps de franchir le seuil qu'une petite fille lui saute littéralement dessus. Je ne peux pas m'empêcher de sourire légèrement devant la scène. Addison est aussi cute que dans mes souvenirs. Je ne l'ai vu que de loin au gala mais sa petite tête m'avait toute de suite plu. Je suis trop faible face aux enfants que voulez-vous.

"Bonsoir, dis, c’est toi la copine de MON frère? "

Sa question avec l'accent sur le "mon" me donne enfin de l'embêter et de rire mais je m'abstiens. J'ai l'impression de m'entendre à son âge ce qui est un parallèle assez drôle.

"Bonsoir et c'est ce qu'il parait oui."

La réponse à ma petite blague ne tarde pas à arriver:

"Comment ça, à ce qu'il parait ? Tu devrais savoir pourtant quand même..."

Son regard suspicieux est tellement drôle que mon sourire s'élargit malgré moi. Je sens que je vais avoir droit à un interrogatoire en règle plus tard. Pour l'heure, elle se contente de me fixer tandis qu'on avance dans le couloir pour tomber nez à nez avec le père Marshall. Et merde, avec le petit interlude Addison, j'avais oublié que je devrais tôt ou tard le rencontrer. Je garde mon sourire et incline légèrement la tête pour le saluer de loin.

"Bonsoir Monsieur Marshall."

C'est l'heure de jouer la fille de bonne famille, c'est un rôle dans lequel je suis beaucoup plus à l'aise que la fille super amoureuse car j'y suis habituée depuis toujours.


---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Neil I. Marshall
■ Age : 23
■ Messages : 355
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres DOAUR5R


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyLun 25 Nov 2019 - 23:59

Un 14 février presque parfait
avec Tessa Yorke
Neil ne put s’empêcher de rigoler en entendant Addison ruminer sur la réponse de l’anglaise. Elle était si innocente et si mignonne, qui la soupçonnerait d’être si possessive… Le blond se retint d’en remettre une couche, sinon la version miniature n’aurait pas lâché Tessa d’une semelle sur le sujet pendant toute la soirée. Il la soupçonnait déjà de mijoter un petit interrogatoire d’ailleurs… Il l’avait vu griffonner dans son petit journal intime à chacun de ses retours à la maison. Parfois des mots mignons à son intention, mais il avait pu capter une ou deux questions qui revenait au typique questionnaire de magazine féminin « A quel point penses-tu le connaitre ? ». Cela le faisait rire en y repensant, et il n’avait que hâte de voir Tessa y passer, si toutefois Addison y pensait ce soir.

Neil : Allez petite furie, laisse Tessa entrer. Tu auras toute la soirée pour lui parler. »

Il laissa la petite blonde poser les pieds à terre puis la suivit jusqu’à l’entrée du salon, où ils croisèrent leur père. Neil inclina légèrement la tête, accompagné d’un « bonsoir » sans grand enthousiasme, suivi par Tessa.

James Marshall : Bonsoir vous deux. Miss Yorke, c’est bien cela ? Vous avez fait bonne route ? Comment va votre père ?

Tessa : "Exact, oui ça a été et très bien merci. Il profite de la réunion de famille avec ses parents."

James Marshall : Oh, je vois. Vous lui transmettrez mes amitiés. Et donc vous ratez la réunion de famille pour passer la soirée avec mon fils… Quel beau geste. Puis-je me permettre de vous demander ce que vous cherchez dans la compagnie de mon fils ?

Neil fit volte-face pour le fusiller du regard. Que cherchait-il à faire ?

Tessa : "Rien de spécifique, juste lui."

Bien que la réponse de Tessa se suffisait à elle-même, le fils Marshall n’aimait pas du tout la tournure que prenait la discussion et sa mâchoire se crispa aussitôt. Chose qui ne dut pas passer inaperçu puisqu' Alfred,  le majordome qui les suivait jusque-là, pris la parole en se saisissant des affaires de l’anglaise pour la nuit, une fois qu’elle eut terminé de parler :

Alfred : Miss Yorke, laissez-moi vous débarrasser de vos affaires. Préférez-vous que je les dépose dans la chambre d’amis ou dans la chambre de Monsieur ?

Alfred, ce héros. Neil lui vouait une affection toute particulière depuis tout petit. Il avait plus de souvenirs joyeux avec lui qu’avec ses parents. Neil se tourna alors vers l’anglaise, réalisant qu’il n’avait pas abordé la question avec Tessa. Toutefois, la réponse lui semblait toute trouvée. Après deux ou trois secondes d'hésitation, elle répondit :

Tessa : "Dans la chambre d'amis, merci."

Celui-ci acquiesça d’un signe de tête puis l’invita à la suivre dans la maison pour lui montrer sa chambre. Neil en profita pour soupirer séchement en fixant son père, ce dernier ne daignant même pas relever. Sa femme le rejoignit alors dans la hâte, essayant tant bien que mal d’enfiler sa deuxième boucle d’oreille.

Ayumi Marshall : Nous devrions y aller James, nous allons être en retard ! Neil, s’il y a le moindre souci tu nous appelle ou tu appelles Alfred d’accord ? Nous rentrerons demain matin.

Lorsqu’Alfred revint avec Tessa, la mère de Neil s’inclina légèrement devant elle pour la saluer :

Ayumi Marshall : Enchantée de vous rencontrer, mademoiselle Yorke. Nous devons vous fausser compagnie pour la soirée mais j’espère que nous aurons la joie de vous revoir à la maison. Passez une bonne soirée, et ne couchez pas Addison trop tard !

Neil leva les yeux au ciel et s’approcha pour l’aider à en finir avec ses préparatifs, puis fit un petit signe à Alfred qui les emmena vers la porte. Il salua ses parents et fit un clin d’œil au majordome, puis revint retrouver Tessa et Addison.

Neil : Ça, c’est fait ! J’avais prévu que l’on commande et qu’on s’installe dans le salon pour manger, ça vous va à toutes les deux ? »

Code by Fushi

Pssst:
 

---------------------------------

Neil parle en #255965
Parce que Neil est un super coach (merci Anoki Laughing)

Neil's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyMar 26 Nov 2019 - 15:02


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Giphy.gif?cid=790b761175ac8ef698a1b8f1c05ef1a36e9142b3be28f3a0&rid=giphy

Tout en suivant Alfred dans les différentes pièces de la maison jusqu'à la chambre d'amis, je ne peux m'empêcher de repenser à la conversation avec le père de Neil. Au début, ça allait, c'était des formalités basiques. Comment va mon père blablabla. J'aurais aimé qu'on reste sur ça mais non. Il fallait qu'il me pose la question la bizarre qui soit. "Puis-je me permettre de vous demander ce que vous cherchez dans la compagnie de mon fils ?"... Sérieusement? Il s'attendait à ce que je répondes quoi? J'avais senti le ton de la conversation changé à partir du moment où il a dit "quel beau geste". Bah ouais, moi ça me semble normal et si il savait ce que je pense de mes grands-parents, ça serait logique que je préfère passer du temps ici que là-bas. Si je n'ai rien laissé paraitre sur le moment, la question qu'il a posé m'a vraiment révoltée. Je ne sais pas pourquoi mais je me suis sentie limite insultée et je suis bien contente que ça ait tourné court.

Je sors de mes pensées quand on arrive à la chambre d'amis. Elle est spacieuse, comme le reste de la maison, et bien décorée. Elle me plait immédiatement et je testerais bien le lit toute de suite mais je ne suis pas seule alors je m'abstiens. Je le remercie encore pour les bagages et prends mon téléphone dans mon sac avant de retourner là où on m'attends.

Secrètement, j'espérais que les parents de Neil seraient parti le temps que j'arrive mais c'était trop demandé. Je salue à mon tour madame Marshall et elle m'est toute de suite plus sympathique que son mari.

"Enchantée également et merci. Ne vous inquiètez pas, elle est entre de bonnes mains."

Dès qu'ils ont quittés la pièce, je lâche un petit soupir. Je doute que les reverrais un jour mais bon, je ne pouvais pas lui dire ça. Je souris à Addison et regarde un peu autour de moi. Je remarque toute de suite le piano dans le salon. Voilà une occasion trop belle pour la laisser passer.

"Ça, c’est fait ! J’avais prévu que l’on commande et qu’on s’installe dans le salon pour manger, ça vous va à toutes les deux ?"

"Parfait! ça fait tellement longtemps que je n'ai plus commander à manger!"

Je regarde la petite tête blonde et ajoute:

"Tu veux manger quoi Addison?"

On se mets d'accord sur ce qu'on veut manger et dès que c'est commander, je me tourne vers le piano puis jette un regard à Neil.

"Maintenant que j'y pense, je ne t'ai jamais entendu jouer du piano. Et si tu nous faisais une démonstration de ton talent en attendant le livreur?"

Est-ce que j'ai lancé le sujet toute de suite pour éviter les questions éventuelles de la petite? Carrément ! Maintenant, j'espère qu'il va accepter parce que je suis vraiment curieuse de l'entendre jouer.


---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Neil I. Marshall
■ Age : 23
■ Messages : 355
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres DOAUR5R


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyVen 6 Déc 2019 - 23:19

Un 14 février presque parfait
avec Tessa Yorke
Si cela convenait à la petite blonde ? Mais quelle question Tessa posait là… La petite Marshall sautillait déjà sur place et vint tirer le bas de la chemise de Neil :

Addison : Je sais ce qu’on va manger, DES PIZZAAAAA !!!!

Elle fit les yeux doux à Neil juste après s’être exclamée, devenant tout à coup un vrai petit ange, ce qui fit sourire son grand frère.

Neil : Hm… Bon allez, va pour les pizzas.  »

Addison : YESSSSSSSSSSS !

Et voilà, la petite fille la plus heureuse au monde. Tous les trois, ils passèrent un petit moment à choisir la pizza de leur choix, la petite fille optant pour une pizza personnalisée avec “des trucs trop bons dessus” que Neil connaissait par coeur. Et pour cause, puisqu’il s’agissait de la même que la sienne, le piment en moins. Neil passa la commande de Tessa en même temps puis raccrocha le téléphone, se tournant vers l’anglaise lorsqu’elle attira son attention.

Tessa : "Maintenant que j'y pense, je ne t'ai jamais entendu jouer du piano. Et si tu nous faisais une démonstration de ton talent en attendant le livreur?"

Neil haussa un sourcil amusé. Il était vrai qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de l’entendre jouer, et pour cause, les pianos ne se trouvaient pas à tous les coins de rues, ni du campus… Mais il lui avait parlé de cela lors d’un mercredi qu’ils avaient passé ensemble, et apparemment Tessa avait très bonne mémoire.

Neil : Je ne pensais pas que tu t’en souviendrais. Tu es sûre de vouloir écouter ça ? »

Tessa : "Bien sûr! J’aime la musique je te rappelle, alors je ne peux pas passer à côté de l’occasion de t’écouter jouer."

Il hocha alors la tête et s’approcha doucement du piano, qu’il effleura de la main en passant avant de s’asseoir. Addison vint alors se tenir debout à côté de Tessa pour l’écouter, redevenant alors bien silencieuse. Elle murmura à l’invitée :

Addison : Tu vas voir, c’est trop joli !

Neil leva le couvercle qui couvrait les touches, puis posa délicatement les doigts dessus avant de fermer les yeux pour s’imprégner du moment. Enfin, il commença à jouer. Les blanches, tout d’abord, qui se voulaient lentes et intenses pendant quelques mesures, puis il enchaîna avec les suites de notes. Ses doigts parcouraient le piano avec une aisance assez remarquable, comme s’il l’avait joué des centaines de fois. Pas une seule fausse note ne sortait de l’instrument et Neil s’y attela en y mettant toute sa concentration, sa passion même pourrait-on dire. Il jeta un petit coup d’oeil aux demoiselles puis le martèlement des touches vint à ralentir puis à s’arrêter pendant un petit lapse de temps, la mélodie redevenant alors plus calme, alors que Neil referma les yeux. Il se lança alors dans la dernière ligne droite de la musique qu’il appréciait tant, faisant monter en intensité le moment présent avant de terminer en beauté, tout en douceur et légèreté. Il caressa la dernière touche pour accompagner la fin, puis retira ses mains du clavier avant de se tourner vers les filles.

La musique en question:
 

Code by Fushi

Pssst:
 

---------------------------------

Neil parle en #255965
Parce que Neil est un super coach (merci Anoki Laughing)

Neil's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptySam 7 Déc 2019 - 0:05


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Tumblr_p0kmjwNMiq1vw4225o1_500
Tu vas voir, c’est trop joli !

"Je n'en doute pas"

En vrai, je suis un peu étonnée qu'il ait accepté si facilement mais j'en suis plutôt contente. Il commence à jouer et j'aime toute de suite la mélodie. Il doit l’avoir jouer souvent pour pouvoir la jouer sans fausse note et avec autant d’aisance. Je suis admirative devant son talent. J’avais fait exprès d’insister dessus pour être sûre qu’il joue mais maintenant je le pense vraiment. J’écoute la suite de la musique et en profite jusqu’à la dernière note. Il faudrait que je lui demande quel est le titre de la musique pour l’ajouter sur un de mes playlists.

Addison a l’air tout aussi charmée que moi quand je regarde dans sa direction. On pourrait presque voir des étoiles dans ses yeux. Dès qu’il arrête de jouer, Addison applaudit un peu et est toute enjouée, ça en est presque communicatif.

"wow c'était super beau! Merci."

"Merci, c’était avec plaisir. Les mélodies d’Einaudi sont assez intense, j’en ai des frissons parfois. "

Comme je ne connais pas Einaudi, je lui demande quel titre c’était et si il en a d’autres à me donner pour les écouter plus tard. Je profite de l’enthousiasme d’Addison pour demander une autre chanson au piano en attendant que le livreur arrive. Requête qu’il accepte avec un sourire qui ne cache pas sa fierté. Cette fois-ci, je reconnais la musique dès les premières notes car c’est une musique que j’aime beaucoup. Il la joue aussi bien que la précédente et je me dis que la musique est aussi belle que l’original au piano.

Le livreur arrive après ce mini-concert et on peut enfin manger. Pendant le repas, Addison veut goûter ma pizza et je lui laisse un morceau, apparement, elle adore le saumon, alors je ne pouvais pas lui refuser. On discute un peu de tout et de rien et le temps passe assez vite. Bientôt c’est l’heure de mettre la petite au lit. Je laisse Neil se débrouiller et reste dans le salon. Il revient un peu plus tard et propose de regarder un film. J'approuve l’idée et pendant qu’il s’occupe de lancer le film, je m’éclipse dans la cuisine pour prendre un verre d’eau. Quand je reviens dans le salon, le film est déjà lancé et mit en pause. Je m’assieds à côté de Neil dans le canapé et je ne sais pas pourquoi mais l’air qu’il affiche ne me dit rien qui vaille.

C’est quoi comme film déjà?

"Ah, pardon j’oubliais. C’est mon genre préféré, j’espère que ça ne te dérange pas trop. C’est pour m’avoir embrassé tout à l’heure, mieux qu’une baffe non ? Moins douloureux en tout cas... "

Qu’est-ce que… ? Il plaisante j’espère?

Un film d’horreur? Sérieusement?

"On dirait bien, mais tu peux aller te coucher si tu préfères, je peux comprendre que ce soit trop flippant… A moins que tu ne préfères que je change de film ?"

Je… raaah il m’énerve !!

Bah oui bien sûr… c’est bon, je vais regarder.” dis-je en boudant un peu. Je n’ai pas trop le choix de toute façon.

HRP:
 

---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Neil I. Marshall
■ Age : 23
■ Messages : 355
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres DOAUR5R


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptySam 7 Déc 2019 - 0:32

Un 14 février presque parfait
avec Tessa Yorke
Neil laissa un dernier baiser sur le front de sa petite soeur avant de lui souhaiter bonne nuit, puis referma la porte de la chambre derrière lui. Il parcouru le couloir et descendit les escaliers pour rejoindre le salon où se trouvait Tessa, un sourire malicieux sur les lèvres. Si la demoiselle l’avait pris par surprise en lui donnant une baffe monumentale lors du séjour au ski, il la surprendrait ce soir d’une toute autre façon. S’il ne se trompait pas, elle plongerai dans son piège les yeux aveuglés par sa fierté !

Ainsi, lorsqu’il arriva dans la pièce, il lui proposa de mettre un film pendant qu’elle se dirigeait vers la cuisine. L’occasion était encore plus belle que prévue. Il s’empressa de configurer la télévision pour qu’elle se relie au NAS afin de choisir un film qui lui laisserait quelques souvenirs. Neil prit soin de couper le volume, de lancer rapidement le film pour couper les quelques secondes où l’on voyait les pendus, puis arrêta le film sur l’écran noir qui suivait le titre. Mais trop fier de sa connerie, Tessa remarqua illico qu’il avait une idée derrière la tête. Il avoua non sans sourire que c’était bien un film d’horreur et joua sur la fierté de la demoiselle, lui proposant alors de choisir entre la fuite ou le courage. Réponse sans surprise.

Le film commença alors tranquillement puis les musiques creepy installèrent l’ambiance. Neil jeta un oeil à Tessa une fois ou deux pour voir si elle tenait le coup, ce qui se passait assez bien jusque là. Elle le faisait presque rire quand elle disait n’importe quoi pour casser la tension de la scène.

Neil : Ca va aller Sweetie ? »

Tessa : "Non mais je vais faire un effort… même si je ne risque de pas dormir de la nuit."

Neil s’attendait à ce qu’elle ait bien peur, mais ne pensait tout de même pas altérer sa nuit. Il comptait quand même aller au bout de son idée tout en comptant lui offrir l’asile politique en fin de soirée, au cas où.

Neil : Il ne reste qu’une petite demi-heure, après tu seras libre, promis. »

L’anglaise se murait dans le silence en boudant le blondinet, la tête à moitié cachée par l’oreiller qu’elle tenait entre ses bras. Elle se rapprocha instinctivement de lui pendant ses sursaut et Neil fit de même pour la rassurer par sa présence. Après tout, c’était le moins qu’il pouvait faire. Lorsque le film finit enfin, s’arrêtant sur la petite fille à la hache qui quittait les lieux, Neil se tourna vers Tessa :

Neil : Je pensais pas que ce serait à ce point, c’était drôle au début mais c’est la première et dernière fois que je te forcerai à en regarder un, promis.  »

Il se leva et se placa devant elle, lui tendant la main :

Neil : Je t’escorte jusque ta chambre, ce sera plus rassurant que de te laisser te perdre toute seule dans la maison. Je te montre où se trouve ma chambre au passage, si jamais tu as besoin de m'appeler pendant la nuit, comme ça tu sauras où me trouver. »


Code by Fushi

Pssst:
 

---------------------------------

Neil parle en #255965
Parce que Neil est un super coach (merci Anoki Laughing)

Neil's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptySam 7 Déc 2019 - 11:03


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Giphy

Ce film est une horreur, une vraie horreur. Limite j’aurais préféré que ça soit un film avec un mec psychopathe pas un truc mystique à la con. Parce que la musique creepy associée à ce qu’il se passe, même si ce n’est pas grand chose, ça me terrifie à un point que je n’imaginais pas.

Je sursaute aux moments les plus « surprenants » et sans le vouloir je me rapproche de Neil. C’est pénible parce que c’est complètement de sa faute!! Mais je ne peux pas nier que je suis un minimum rassurée qu’il soit là. C’est complètement irrationnel car avec ce sentiment s’accompagne l’énervement de savoir que c’est lui le coupable de faire subir ça. Je pourrais dire stop mais mon entêtement est plus fort que ma peur. J’ai dit que je regarderais alors je le ferais jusqu’au bout.

"Il ne reste qu’une petite demi-heure, après tu seras libre, promis.

Et quelle demi-heure! La pire de tout le film! Moi je pensais que le flic interviendrait à temps pour sauver la famille mais je pensais aussi que le mec serait assez intelligent pour avoir compris que c’était les gens qui déménageaient qui se faisaient tuer… mais non!! Quel abruti ce mec!

Je suis horrifiée par la fin, pétrifiée même. J’ai l’impression que le vide de la maison est rempli de danger et que je vais me faire agresser par je ne sais quoi. C’est comme lorsque j’ai visité la maison hantée avec Meyuki, on ne savait pas d’où allait venir les trucs et c’était le plus stressant.

"Je pensais pas que ce serait à ce point, c’était drôle au début mais c’est la première et dernière fois que je te forcerai à en regarder un, promis. "

En temps normal j’aurais répliquer quelque chose mais là, j’en suis incapable. J’hoche la tête quand il me promets qu’il ne forcerait plus à regarder ce genre de film. Bizarrement quand il me promets quelque chose, j’ai tendance à le croire. Peut-être que c’est naïf mais c’est la vérité.

"Je t’escorte jusque ta chambre, ce sera plus rassurant que de te laisser te perdre toute seule dans la maison. Je te montre où se trouve ma chambre au passage, si jamais tu as besoin de m'appeler pendant la nuit, comme ça tu sauras où me trouver."

Ok

Je pose le coussin à côté de moi et prends sa main pour me lever. Par contre, je n’arrive pas à la lâcher. On monte à l’étage et il me désigne les chambres. La mienne est juste en face de la sienne au final.

"Ma chambre n’est pas loin, tu vois. N’hésite pas si tu as besoin d’un truc, sur ce je te souhaite une bonne nuit Tessa."

Bonne nuit” dis-je comme un robot. Je lâche sa main et entre dans la chambre à toute vitesse. Chose que je regrette dès que je ferme la porte. En fait, je suis encore plus stressée maintenant d’être seule dans une pièce que je ne connais pas beaucoup. Rapidement, je prends mon sac et me change en pyjama en quatrième vitesse. J’arriverais jamais à dormir ici. Je suis trop stressée, la seule solution c’est…

Avant de m’en rendre compte, je suis déjà dans le couloir à frapper à la porte en face de la mienne. J’espère qu’il ne dort pas déjà, quoique même si je le réveille, ça sera de sa faute pour m’avoir fait peur. Une juste rétribution.

Au final, il ouvre assez vite et sans réfléchir, je lui dis rapidement :

Je n’arriverais jamais à dormir toute seule, est-ce que je peux dormir avec toi?

J’hésite à peine quand j’ajoute :

S’il te plaît.

Je m’en veux pour mon ton légèrement désespéré mais je ne peux pas m’en empêcher.

HRP:
 

---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Neil I. Marshall
■ Age : 23
■ Messages : 355
■ Inscrit le : 08/04/2018

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres DOAUR5R


Mon personnage
❖ Âge : 19 ans
❖ Chambre n° : U-11
❖ Arrivé(e) en : Avril 2015
Neil I. Marshall
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyMer 11 Déc 2019 - 22:29

Un 14 février presque parfait
avec Tessa Yorke
Neil ne put s'empêcher d’esquisser un sourire quand Tessa se fourra dans la chambre à toute vitesse. Il jeta un dernier regard vers la porte avant d’entrer dans sa chambre, fermant la sienne à son tour. Il s’allongea sur son lit et, fixant le plafond, repassa alors la soirée dans la tête.

La grand-mère de Tessa semblaient aussi irritable qu’elle l’avait dépeint, même si cela n’atteignait pas encore le niveau de son père. D’ailleurs, il avait eu envie de lui en coller une quand il s’était adressé à Tessa avec autant de condescendance. Il avait un don pour mettre tout le monde mal à l’aise, et Neil éxecrait quand il le faisait avec les gens qui n’avaient rien demandé.

Il balaya tout cela de sa tête, puis sourit en pensant à Addison. Son accueil mitigé et possessif à Tessa l’avait fait rire, mais il ne pouvait lui en vouloir, tellement il la trouvait mignonne. La soirée s’était plûtot bien déroulée, même s’il aurait préféré qu’Addison se couche plus tôt et passe moins de temps avec l’anglaise. Le principal était que tout le monde fut content de sa soirée. Enfin, presque.

Lorsqu’il entendit les coups à sa porte, il se doutait que ce n’était pas Addison. Elle avait sa façon bien à elle de se manifester. Neil se leva et se dirigea vers la porte pour l’ouvrir, s’attendant à devoir lui amener une deuxième couverture si elle avait froid, ou lui prêter une peluche d’Addison si la peur prenait le dessus… Mais ne s’attendait pas à ça. Il se retint de sourire, pensant bien qu’elle ne tendrait pas de perche aussi belle pour qu’il se moque d’elle, mais quand il la vit implorer sa demande, il ouvrit la porte un peu plus et la suivit du regard en silence, détaillant sa tenue. Il referma la porte derrière lui, puis ne put s’empêcher de lui faire la remarque :

Neil : “C'est le genre de situation que tu voulais éviter, si je me souviens bien non ? J’imagine que là, c’est un cas d'extrême urgence, mais ne viens pas me gifler demain quand tu te réveilleras à côté de moi, Sweetie. ” »

Il se dirigea vers la fenêtre pour fermer le rideau avant de revenir se poster devant le bureau de sa chambre. Il commença à déboutonner sa chemise, puis releva les yeux vers Tessa qui semblait gênée.

Neil : “Ne sois pas surprise, je ne vais pas dormir avec mes vêtements dans mon propre lit. Tournes-toi si tu préfères, "docteur". ” »


Code by Fushi

---------------------------------

Neil parle en #255965
Parce que Neil est un super coach (merci Anoki Laughing)

Neil's Theme
Revenir en haut Aller en bas
Tessa Yorke
■ Age : 29
■ Messages : 4372
■ Inscrit le : 17/10/2013

■ Mes clubs :
Un 14 février PRESQUE comme les autres GkZd5iQ Un 14 février PRESQUE comme les autres Dr1vT6E


Mon personnage
❖ Âge : 20
❖ Chambre n° : U-3
❖ Arrivé(e) en : Mai 2013
Tessa Yorke
« A l'université ; 2è année »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres EmptyJeu 12 Déc 2019 - 19:53


Un 14 février PRESQUE comme les autres

Un 14 février PRESQUE comme les autres Giphy

Je m'attendais à ce qu'il me renvoie dans ma chambre mais non. Dès qu'il ouvre un peu plus la porte, j'entre rapidement, le vide du couloir me mettant très mal à l'aise. J'avance un peu dans la chambre en regardant autour de moi. Elle est bien agencée et assez spacieuse mais surtout rangée. Un peu comme la mienne… le bordel en moins. C'est quand il me dit que c'était le genre de situation que je voulais éviter que je percute un peu sur la situation. N'y pensons pas trop pour le moment, j'ai juste envie d'aller me planquer sous la couverture et un oreiller. C'est cependant difficile de ne pas penser à la situation quand il commence à déboutonner sa chemise. Je détourne toute suite le regard un peu gênée et me dirige vers le lit sans plus regarder dans sa direction.

"Ahah très drôle."

Pfeuh j'arrive pas à croire que la peur m'a poussé jusqu'à ravaler ma fierté et à lui demander de dormir avec lui. J'aurais peut-être dû aller dans la chambre de sa sœur… Mais bon, maintenant, c'est un peu tard. Je soulève la couverture d'un côté du lit et me glisse dedans. Je serais presque tentée de me planquer sous la couette mais je m'abstiens, c'est déjà assez pathétique comme ça. Je fixe le plafond en disant:

"Et oui, je m'en serais bien passée mais c'est la faute de ton film là. J'aurais limite préféré un truc avec un psychopathe et pas un machin mystique à la con. Comment tu fais pour regarder des films dans ce genre là hein? Je vais avoir peur de voir une gamine avec une hache maintenant. Au moins, si elle se pointe ici, je pourrais prendre la fuite pendant qu'elle s'en prendra à toi. Je ne sais pas comment je vais réussir à dormir, voilà pourquoi j'évite ce genre de truc d'habitude."

Les films paranormaux ou dans ce genre sont les seuls qui arrivent à me filer quelques frissons, même si ça arrive rarement à me faire peur. Si t’as vraiment peur qu’Addison se transforme en tueuse à la hache, tu peux dormir du côté de la fenêtre.

Ahah ce qu’il est drôle… Je me glisse quand même du côté de la fenêtre au cas où. Il attend que j’ai fini mon “déménagement” pour demander si on pouvait maintenant retirer les coussins supplémentaires du lit. Je ne réponds pas et me contente de lui passer les coussins en trop de mon côté pour qu’il les mette dans le coffre au bout de son lit. Il entre ensuite dans le lit. J’ai bien fait de m’installer le plus loin possible, limite sur le bord du lit. Dans le principe, ça ne me dérange pas de dormir dans le même lit qu’un mec, je l’ai déjà fait plusieurs fois avec mes frères mais là, avec Neil c’est différent et je n’ai pas envie d’envahir son espace vital plus que nécessaire. Je sens déjà que ça va être compliqué de m’endormir sans craindre qu’un gamin possédé vienne nous assassiner.


HRP:
 

---------------------------------

Un 14 février PRESQUE comme les autres Signature%20Tessa
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Un 14 février PRESQUE comme les autres  Un 14 février PRESQUE comme les autres Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un 14 février PRESQUE comme les autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville :: Autres lieux-
Sauter vers: