Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 [Terminé][+16] Une page qui se tourne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyJeu 8 Aoû 2019 - 19:26

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne



/!\ Ce Rp porte principalement sur le thème de l'homophobie et du rejet familial. Il est donc fortement probable que je traiterais la chose crûment et je déconseille donc ce Rp aux moins de 16ans pour la forme. Vous voilà prévenu.


Qu'ai-je fais ? Bon dieu, pourquoi ai-je fais une chose pareille ? Comment les choses ont-elles pu autant m'échapper ? C'est un cauchemar, oui, il faut que je me réveille. Il faut que je sorte de ce gouffre sans fond mais... C'est peine perdu, c'est bien la triste réalité... non... non... Il n'y a plus aucun espoir...

Le regard vide, les yeux ambués de larmes, j'essayais de me reprendre comme je le pouvais. J'essuyais inlassablement mes joues et mes yeux rougis, je reniflais bruyamment, manquant presque de m'ettoufer par moment. J'avais froid, j'étais en pleine rue déserte au beau milieu de la nuit par un froid glacial et pourtant, je m'en foutais éperdument. Qu'on me voit, qu'on me juge, de ce qui allait m'arriver... ma vie était de toute façon foutu. Je pleurais à chaude larme et rien ne semblait pouvoir me calmer.

Je devais avoir l'air minable mais, au diable les autres, au diable le monde...


_____



Cela faisait un moment que je ne rentrais plus à la maison les week-ends. Un moment également que je ne passais plus le plus clair de mon temps au téléphone avec ma mère qui s'inquiétait dix fois trop pour moi depuis mes débuts en internat. Je crois même que mon dernier contacte avec mes parents s'était limité à un basique sms pour signalé mon retour à Kobe juste après les vacances de neige d'il y a quelques semaines, c'est pour dire. Cela faisait longtemps que je feignais d'être très occupé pour les examens qui approchaient à grand pas au lieu de prendre quelques heures pour repasser chez par chez moi. Je n'habitais pourtant pas loin. A quinze ou vingt minutes à pieds tout au plus mais... d'autres raisons me faisait faire les cents pas autour de la case maison, de mauvaises pensées pleins la tête.

J'avais... J'avais l'impression de mener une double vie ces derniers temps. C'était un poids parfois tellement lourd à porter. J'avais depuis bien longtemps l'impression d'avoir perdu le soutien de ma famille. Que ce soit en ce qui concernait mes occupations, mes fréquentations, mes études, ... ce n'était jamais satisfaisant. C'était toujours tout au mieux "passable" comme la fois où mon père s'est rendu compte que j'étais ami avec le fils de son patron. C'était bien mais pas assez car je n'était pas aussi "sérieux" que lui mais que c'était déjà bien de le fréquenté. Ce n'était même pas de petites victoires. Disons plutôt que ça ressemblait à de petites déceptions au lieu de grandes échecs comme je semblais habituer mon père.

Ces derniers temps, j'étais plutôt heureux, heureux d'avoir réussi à me distinguer dans un concours externe de photographie qui promettait de m'aider dans ma carrière après l'obtention de mon diplôme. J'étais content d'être reconnu par des pairs qui partageaient la même passion que la mienne. Je me voyais avancer et ça, pour un jeune de vingt ans qui débute à peine dans la vie, vous n'imaginez pas la bulle d'oxygène que cela pouvait être mais... à peine repensais-je à ma famille qui ne partageait pas mon enthousiasme pour mes études qu'il m'arrivait de suite à manquer d'air, à ettoufer. Leur annoncer oui mais, à quoi bon ? Il ne serait jamais heureux pour moi... et ce n'était pas le seul sujet sensible qui me venait à l'esprit en disant ça.

Il y eu, malheureusement, bien un jour ou je du rentrer à la maison. J'avais des cours du début de l'année à récupérer et je voulais préparer au mieux mes examens, surtout ceux de langues vivantes et d'histoire et ayant oublié mes clés lors de mon dernier passage, je fus obligé de prévenir ma mère de mon arrivée. Moi qui pensais ne passer qu'une petite heure le temps de tout rassembler, voilà que je fut inviter par ma mère à rester tout le week-end pour je la cite "se retrouver un peu tout les trois ensemble" aïe ! Si seulement j'avais appris à mentir ces dernières années... J'avais bien essayé de baragouiner un truc mais, bien trop pris au dépourvu, je ne su me sortir de cette situation.

J'aurais dû être sincère à ce moment là. J'aurais dû m'affirmer et refuser qu'on me force la main et, peut-être que je n'en serais pas là aujourd'hui...
Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)


Dernière édition par Rikuo Morisada le Mer 11 Déc 2019 - 3:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyMar 27 Aoû 2019 - 17:56

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne


J'avais froid, j'avais peur... J'étais térrifié. Térrifié à l'idée de ce qui allait bien pouvoir m'arriver, d'où j'allais bien pouvoir aller... Si même chez moi on me rejettais, pourrais-je réellement être en sécurité quelque part ? L'école... il était trop tard pour la rejoindre. J'allais devoir dormir dehors. Sans argent, sans téléphone portable... on ne va plus nul par de nos jours... foutu monde connecté. Il pouvait bien s'éffondrer ce monde de merdre, je n'en avait plus rien à foutre de là où j'étais... dans l'état où j'étais...

La pluie s'intensifiait, rajoutant encore plus d'ennuis à mon malheur. Les bancs du parc allaient se passer de ma présence pour ce soir. Il fallait que je m'abrite pour ne pas tomber malade maintenant... Quoi que... si la grippe ou la pneumonie pouvait m'achevée... Je crois que cela ne me dérangerais pas vraiment...


_____



L'accueil que ma mère m'avait préparée n'était pas du tout surprenant. Entre sa passion pour ses cours de cuisine et son envie de faire de n'importe quel petit évènement une fête, je me doutais qu'elle ne se contenterait pas de nous préparer une simple soirée devant la télé avec un petit plateau repas. Au lieu de ça, son annonce de la suite des évènements était comme suit, un bon repas en famille comme "au bon vieux temps" avec je ne sais combien de nouveaux plats qu'elle avait apprise avec ses amies du cours du soir tout en discutant de ma vie à l'école et de la famille pour ressouder nos liens. Génial. Certes, j'étais plutôt satisfait qu'elle se plaise à contenter l'estomac des grands mangeurs de la maison mais le reste m'enchantait un peu moins. a mes oreilles, qui disait discussions, sonnait interrogations et... Cela me plaisait moyen. Elle avait déjà interrogée tout mes amis qui avaient passés le pas de la porte et sa manie de vouloir trop en savoir me tapait sur le système sans que je n'ose réellement lui dire. Elle était gentille, trop même et je savais qu'elle n'avait pas de mauvaise pensées derrière la tête mais... Elle ne comprenait pas à quel point elle pouvait mettre mal à l'aise en agissant de la sorte. Des fois, je me demandais si ce n'étais pas des restes de son ancien travaille, quand elle était encore conseillère sociale.

En réalité, si c'était juste elle, je crois que ma vie ne serait pas aussi stressante. J'ai certes une mère très envahissante et bien trop encline à la discussion mais... Elle ne me faisait pas réellement peur. Je n'avais pas vraiment de chose à lui cacher à elle. Mais, elle n'était pas seule et, ce qu'elle apprenait, mon père l'apprenait également. C'était lui, la source de mes angoisses. Je ne doutais pas une seule seconde de l'affection que mes parents avaient l'un pour l'autre mais, il serait aberrant de ne pas avouer qu'ils étaient tout à fait l'opposé l'un de l'autre. Dans leur caractère, dans leur façon de penser, ... Peu de choses les reliaient véritablement à mes yeux. Ils étaient juste, compatible à leur manière. Une femme très positive qui parle beaucoup et s'inquiète pour sa famille et un homme plus austère, sûr de lui qui vit principalement pour son travail. J'ai, pendant de très longues années, vécu dans l'unique but d'avoir un jour son approbation. Il représentait pour moi la réussite, l'image de l'homme fort qui réussit tout ce qu'il entreprend dans la vie. Il a pendant longtemps été mon modèle et en même temps... Ma plus grande crainte. Cela fait tellement peur vous savez, de décevoir la personne que vous idolâtrez le plus et pourtant, je n'ai cessez de le faire tout au long de ma vie. Pour de petites choses. Des bagarres à l'école, des bêtises de gosses, des notes scolaires trop moyennes, ... Comme pour des choses plus graves à ses yeux comme mon refut de finir employé de bureau pour me tourner vers l'art de la photographie. Ma vie était à ses yeux une suite d'échecs. je le ressentais ainsi.

Pourtant, j'avais envie de les mêler à mon bonheur, j'avais envie qu'ils fassent partie de ma vie. Maintenant et à l'avenir...

Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)


Dernière édition par Rikuo Morisada le Mar 10 Déc 2019 - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyLun 30 Sep 2019 - 6:49

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne


Je marchais au hasard dans les rues inondées de Kobe. Elles qui pouvaient se montrées si chaleureuses, je n'y trouvais aujourd'hui plus la moindre lueur de chaleur ou d'apaisement. Je trainais les pieds vers une direction inconnue, accompagnée par le rare bruit de quelques voitures et les éclairages de la ville. J'étais fatigué. Mes idées n'étaient plus réellement cohérentes. Là où d'autres penseraient à où aller et à quoi faire, je m'efforçais à me remémorer les bons moments, là où rien de tout ça n'avait d'importance.

Kaori... Que dirais-tu si tu me voyais ainsi toi aussi ?  Où que tu sois aujourd'hui... J'aimerais te retrouver et être prêt de toi. J'aimerais... qu'on se retrouve tout les trois à cette douce époque...

" Je veux rentrer chez moi... " murmurais-je à moi seul.

Tokushima... mes amis... c'est la première fois que vous me manquez autant...

_____

Installé sur la table basse du salon, j'avais comme qui dirait envahis les lieux. Des cahiers de note à droite et à gauche, mes fardes de l'année dernière à même le sol, je m'étais mit en tête d'étudier le plus possible pendant mon passage à la maison. Je mentirais si je disais que seul le stresse des examens me faisait agir ainsi car, dans les faits, j'utilisais surtout la technique de l'autruche pour parler le moins possible. Paraitre occupé et sérieux dans mon travail, c'était certainement l'une des rares limites que ma mère respectait malgré ses envies irrépressible de discuter. Ses seules interruptions se limitait à me proposer à boire, à m'apporter une boisson chaude par la suite et à commenter le retard de mon père où l'heure du repas.

J'avais un peu honte de réagir ainsi. Je veux dire, je voyais bien que malgré sa compréhension de la situation, ou du moins d'une partie, elle se sentait mal d'être ainsi tenue à l'écart. Cela faisait tellement de temps que je n'avais plus passé de temps à ses côtés. Certains diraient que c'est la suite logique des choses. Les enfants grandissent, prennent leurs indépendances et finissent par partir mais, bien niché dans l'internat de Kobe en la contactant de moins en moins, en lui cachant ma vie derrière de faux prétextes, par peur, j'avais l'impression de lui avoir enlever son droit à me voir grandir tel que j'étais.

Ces pensées en tête et examinant rêveusement la fumée de dégageant de mon thé chaud au coin de la table, je détourna calmement ma tête en direction de la cuisine, là où je la voyais faire la vaisselle sans faire attention à mon regard. Depuis quand les choses avaient-elle autant changée entre nous ? C'était ma mère après tout. Ma maman. Elle qui savait tout mes malheurs et toutes mes bêtises. Elle qui m'avait tant aidée durant d'innombrables années sans rien demander en retour. J'avais l'impression d'être le pire des ingrats en lui tournant le dos aujourd'hui. A elle qui attendant vaillamment au poste depuis vingt ans déjà.

" Maman ? "

D'abord l'air surprise, elle reprit de suite son sourire habituel avant de me répondre de sa voix chaleureuse.

" Oui Rikuo ? Tu veux encore du thé ? "

" Non non, je n'y ai pas encore touché. " Lui répondis-je la voix un peu rouillée avant de reprendre. " Je vais juste faire une petite pause, j'ai les méninges qui surchauffes à force de relire tout ça. " Continuais-je en refermant les cahiers devant moi. " Vu que papa à du retard... Tu n'en prendrais pas une toi aussi ? Il reste pas mal de thé et je ne boirais pas tout tout seul. " C'était une manière plutôt maladroite de lui demander de passer un peu de temps avec moi mais, à en voir sa mine attendrie, je crois qu'elle avait saisie le discret message.

" Ca nous fera du bien oui. A tout les deux. "

Elle termina de ranger ce qu'elle avait entre les mains avant de venir me rejoindre. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions plus retrouvé ainsi, tout les deux, à parler de tout et de rien. Contrairement à mon père qui était plus dans le jugement, elle, semblait plus dans la compréhension. Malgré la désapprobation de ma famille pour ma carrière, elle était réellement heureuse pour moi quand je lui annonça ma réussite au concours de photographie. Elle s'attardait sur les détails, me demandait des précisions, ... Depuis bien longtemps, je me sentais réellement écouté. Elle riait avec moi, que cela m'avait manqué... Nos conversation dévièrent et partir dans tout les sens mais, rien que l'idée de partager un moment comme ça avec elle pendant de longues minutes me faisait sourire. Mais... ce n'était que le début de la soirée.

Maman... Je sais que tu n'as pas su quoi dire mais... Suis-je si différent maintenant que je l'étais à cet instant ?

Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyLun 9 Déc 2019 - 9:00

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne


Cela m'avait réellement manqué. Ces petits moments de détente où je me sentais réellement à l'aise chez moi. Ma maison douillette, ma mère et son côté chaleureux, ... c'était agréable. Je voyais qu'elle faisait des effort pour ne pas me poser de questions gênantes comme elle avait la fâcheuse tendance de le faire mais elle y arrivait avec brio. D'ailleurs, elle réussit d'elle-même à trouver un sujet qui me fit particulièrement plaisir. Alors que j'avais lâché mes fardes depuis un moment, elle, elle y avait jeté un coup d'oeil et.. j'y vis une lueur d'admiration quand elle tomba sur celle contenant mes travaux de photographie.

" Ooooh ! C'est vraiment joli ! " Dit-elle en feuilletant les pages avec entrain. " Tu as fait tout ça en cours ? ou c'était avec ton club ? "

C'était la première fois qu'un membre de ma famille prenait au sérieux ma passion pour l'art de la photographie. Bon, certes, elle me disait seulement que c'était beau mais... Elle reconnaissait mon talent en quelque sorte ! Et surtout, elle s'y intéressait, au moins un peu.

" Toutes celle avant mon intercalaire bleu viennent de mes cours. Il y a des trucs un peu bizarre parfois mais c'était surtout pour apprendre des techniques particulières. Comme ici et ici. " Dis-je en lui montrant deux photos de paysages en noir et blanc, agrémentée d'une sorte de fumée blanche et l'autre d'un effet semblables à des rayon de soleil sur-exposés. C'était des techniques dures à reproduire mais qui donnaient des résultats intéressants selon l'ambiance que l'on voulait capter.

J'étais parti dans mes explications, décrivant page après page jusqu'à arriver au travaux réalisés avec le club. La section dédiée n'était pas aussi remplie que je l'aurait désiré mais, entre les cours, le kyudo et le reste, j'avais eu du mal à accorder beaucoup de temps à mon second club. Ma mère semblait cependant conquise par ce qu'elle admirait, un peu comme si elle redécouvrait un sujet qu'elle pensait pourtant connaitre et apprécier. Elle passa ensuite à une autre page, celle de mon dernier projet dont j'étais le plus fier.

" Et cette section là ? C'est celles de tes travaux personnels ? J'aime vraiment beaucoup toutes ces couleurs. " Dit-elle en glissant ses doigts sur la feuille plastifiée qui protégeait une version 1/5ème de ma réelle oeuvre, qui trônait encore aujourd'hui dans la salle du concours que j'avais remporté grâce à elle il y a peu de temps.

" Non c'est... La section qui regroupe mes participations à des concours hors de l'école. J'ai envoyé les deux dernières à Tokyo au début du mois et la première ici m'a fait gagné un concours national ce mois-ci. "

J'aimais beaucoup le montage qui m'avait fait remporté un prix. Ce n'était pas qu'une seule photo mais un ensemble d'une bonne cinquantaine, chacune assemblée dans un ordre qui me semblaient parfait. Toutes des photos des divers paysages de kobe qui, avec un peu de technique, faisait ressortir de nombreuses couleurs. Ensemble, on aurait presque pu y voir un arc-en-ciel composé de paysage et c'était ce que je désirais démontrer au travers de mon oeuvre. Je souris en posant les yeux sur sa reproduction miniature avant d'entendre ma mère s'exclafer.

" Tu as gagné un concours ?! Mais c'est génial mon chéri ! Pourquoi tu ne nous en a pas parler ? On aurait été fêter ça ensemble au restaurant ! Je suis vraiment fière de toi ! " Ajouta-t-elle avant de me prendre dans ses bras.

Elle avait vraiment toujours été un peu trop démonstrative halala... Mais... J'étais sincèrement touché. Je me surpris même sourire réellement avant de prendre l'air faussement géné.

" Maman ! " Dis-je l'air faussement outré pour qu'elle me lâche et retourne à sa place et, même si elle le fit, elle garda ce grand sourire béat sur le visage. Ralala ! Ce qu'elle pouvait être grave parfois.

J'aurais bien voulu que ce moment dur plus longtemps ou que la soirée continue sur ce ton léger mais alors que je discutais avec ma mère du concours et de tout ce qu'il pourrait m'apporter, j'entendis du bruit dans l'entrée. Ah... Mon père était enfin rentré.   

Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyLun 9 Déc 2019 - 13:20

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne


Au simple son de sa voix dans le couloir, tout mon corps se raidit. J'étais tendu à la simple idée qu'il se trouvait non loin, près à faire ses remarques habituelles au moindre sujet qui ne lui plairait pas. Il n'était pas méchant mais... Il avait des idées tellement... fixes. J'avais l'impression qu'il était bien souvent inutile de discuter avec lui tant il avait déjà fait ses choix sur la finalité de la discussion. Dans le cas présent, je redoutais surtout qu'à contrario de ma mère... il prenne ma participation aux concours pour des pertes de temps. Lui qui voulait tellement que je bifurque dans mes études pour finir dans un bureau comme lui, à faire de la finance ou de la paperasse.

Alors que ma mère bondit vers l'entrée pour accueillir son mari chaleureusement, je pris tout mon temps pour ranger mes affaires de mon côté. Je me voyais mal l'assaillir alors qu'il venait à peine de rentrer du boulot et qu'il voulait certainement se détendre un peu avant de passer à table. Nous aurions de toute façon bien assez de temps pour parler à table.

Le temps qu'il restait avant le souper, je le passa dans ma chambre. J'avais bien évidement salué mon père avant de monter à l'étage et je me retrouvais maintenant à voguer un peu au hasard sur mon ordinateur portable à mon bureau. J'avais déjà préparé dans un coin de la pièce les affaires que je comptais reprendre le lendemain aux dortoirs et je soupirais déjà à l'idée de devoir me trimbaler tout ça dans le métro.

Les yeux rivé sur mon écran, faisant défilé les pages web les unes après les autres, je retombais bien assez souvent sur ma page facebook, à regarder des publications lambda jusqu'à ce qu'un débat attira mon attention en dessous d'un article de presse partagé mainte et mainte fois. Une histoire d'un jeune homo qui avait subit des violences scolaires à cause de son orientation sexuelle. Mouais, c'était en quelque sorte un fait divers comme un autre malheureusement. J'étais cependant intrigué par les commentaires. Une curiosité malsaine j'imagine. Entre les trolls et autre heaters qui crachaient leur haine et leurs plaisanteries stupides, il y avait quelques messages que je trouvais réconfortant, me donnant une lueur de foi en l'humanité. "C'est dégueulasse ce qu'on lui a fait, c'est juste un garçon comme un autre", "Les monstres dans cette histoire, c'est ceux qui se permettent de juger et de faire du mal comme des lâches", "Au moins, lui n'a rien fait de mal à par être lui-même. Il peut encore regarder ses parents dans les yeux", etc... J'étais un peu mitigé et surtout... blasé par tout ça. Du jugement, du jugement et encore du jugement. Qu'il soit positif ou non, je trouvais ça hallucinant à quel point les gens se sentaient obligés d’émettre une opinion personnel sur tout même ce qui ne les concernait pas.

Me laissant tomber dans ma chaise en soupirant, je laissais mes pensées vagabonder sur le sujet. Je crois que, si j'étais aussi pessimiste, c'était surement parce que les choses ne se présentaient pas comme je le souhaitais. Si la nouvelle avait été bonne et les commentaires plus réjouissants, peut-être que j'aurais esquissé un sourire avant de passer à autre chose. Bah... Ca ne servait à rien que je me tracasse pour ça. Je ne pouvais que souhaiter courage silencieusement à cet inconnu de là où il était et m'occuper de mon propre sort.

"Au moins, lui n'a rien fait de mal à par être lui-même. Il peut encore regarder ses parents dans les yeux"... Cette phrase résonnait dans ma tête alors que je fermais les yeux pour mieux réfléchir là où un mal de tête commençait à se faire ressentir. Comme si c'était si simple. Les gens n'imaginent même pas que même ça, ce n'est pas un combat gagné d'avance. Oui, un combat... ce terme était bien le bon. Se faire accepter, défendre ses valeurs comme on défend ses terres, gagner le respect, ... Était-ce réellement un passage obligé pour les gens comme nous de passer par la pour pouvoir vivre en liberté sans le moindre mensonge ? Depuis le temps que je me torturais sur le sujet, j'avais finis par en venir à la conclusion que c'était malheureusement le cas. Le dicton "pour vivre heureux, vivons caché" ne devait pas s'appliquer sur le long terme à moins que l'auteur était un parfait orphelin.

Un autre soupir plus profond encore vint couper mes divagations. Je me redressa sur mon bureau pour éteindre l'écran avant de me lever pour descendre. Le diner allait être prêt, autant que j'aille aider ma mère pour mettre la table. Ce n'est qu'une fois sur le pas de ma porte que, dans un dernier regard vers ma chambre, je me dis que, si la situation s'y prêtais, j'allais peut-être tâter le terrain pour... Me libérer de mon plus gros fardeau.

Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyLun 9 Déc 2019 - 18:19

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne




C'est après de rapides dernières préparations que mes parents et moi-même prirent place autour de la grande table de la salle à manger. Contrairement à nos habitudes, nous n'avions pas allumé la télé pour ambiancé notre repas ce soir-là. Ma mère voulait certainement profité du fait que je revenais peu ces derniers temps pour que l'on passe un bon moment tout les trois sans nous laisser distraire par quoi que ce soit. Après tout, à cette heure-ci, mon père était bien souvent cloîtré devant les infos et nous avions tous prit l'habitude de nous informer avec lui par la même occasion. Mais aujourd'hui, seule la douce musique de la radio que ma mère gardant dans la cuisine pendant qu'elle cuisinait nous parvenait aux oreilles.

" Ça faisait longtemps que tu n'était plus revenu à la maison. Tu travailles beaucoup pour tes examens de langues et d'histoire j'imagine ? " continua mon père, après que nous ayons échangés pas mal de banalité tout en nous servant du délicieux repas que ma mère avait prit le temps de nous concocter.

" Entre autre oui. J'ai beaucoup de mal en anglais mais je travaille avec d'autres élèves de ma classes pour rattraper mon retard. Je m'en sors assez bien avec eux. " lui répondis-je, ne relevant même pas qu'il avait certainement volontairement éluder ma matière principale pour se concentrer sur celles qu'il jugeait règlement utile.

" Heiki-san est toujours dans ton cours cette année non ? Tu devrais lui demander de l'aide. Sa mère est britannique et j'imagine qu'il a dû recevoir de très bonnes bases durant son enfance. "

Il commentait les choses comme si de rien était mais dans le fond, j'avais toujours peur que ce genre d'acte soit intéressé. Keito était le fils de son patron après tout. Déjà qu'il me comparaît sans cesse à l'enfant idéal qu'il voyait en Keito, l'idée que je revienne en plus de ça son super meilleur ami de la mort qui tue devait être vu d'un bon œil de sa part. Mouais, si tu savais quel place avait Keito dans ma tête en ce moment papa, tu ne voudrait certainement pas que je m'en approche trop.

" Keito est pas mal occupé par ses cours de musique mais je lui demanderais si je bloque sur un truc particulier. " dis-je avant de reprendre une bouchée de choux mijotés.

Je n'y pensais pas vraiment mais comme d'habitude, je m'écrasais face à lui et à ses "conseils".

" C'est quand même dommage qu'il continue dans cette voie alors qu'il a tant à faire pour succéder à son père. "

" Heiki-san a peut-être d'autres projets pour l'entreprise ? Il est encore jeune pour penser à déléguer complètement à son fils. "

Un soupir de la part de mon père.

" jeune, jeune, ... il n'y a pas que l'âge qui pourrait poser problème. Si encore il avait tout son temps pourquoi pas. Keito serait certainement revenu de sa carrière de bassiste après quelques années difficiles mais toute sa formation serait encore à faire. Non, je parle d'autres soucis qui pourrais se poser en cas de développement à l'étranger, de succession, de soucis avec ... "

Je n'écoutais déjà plus. J'avais la désagréable impression d'avoir déjà entendu ce discours quand j'avais choisi d'être photographe et non un simple gratte-papier. Déjà qu'il se trompait concernant l'instrument joué par Keito, c'était pour dire l'intérêt qu'il accordait à ce qui ne tournait pas autour du monde de son boulot. Et dire en plus que Keito n'aurait une carrière que de quelques années maximum... l'avait-il déjà écouté au moins avant de juger de son talent ? Pour l'une des toutes premières fois, je sentais un début de colère poindre en moi, tout droit tourné contre mon père qui débâtait tout seul.

" Et... " interrompis-je mon père, légèrement tremblant. " Et s'il aime simplement jouer de la guitare ? C'est si mal que ça ? "

Double tacle de la part de Morisada junior !

" Il n'y a pas de mal ou de moins mal là-dedans, c'est juste qu'il faut savoir grandir un jour et se décider à prendre de réels responsabilités. Courir à droite et à gauche comme un saltimbanque, ce n'est pas ce que j'appelle une vie correcte. "

Une vie correcte... Je détestais l'idée même de cette formulation. Qu'est-ce qu'une vie correcte si ce n'est une vie où l'on est heureux et euh... dans la légalité ? Ses commentaires me faisaient peu à peu bouillir intérieurement.

" Une vie correcte ? On peut très bien vivre en travaillant dans le monde de l'art papa ! " m'exclamais-je un peu trop fort à mon goût.

" Rikuo, mon chéri... "

" Rikuo, baisse d'un ton. " dit-il d'un ton tranchant.

Je sentais que la discussions commençait à tourner au vinaigre mais, je voulais avoir le fin mot de cette histoire.

" On en a déjà discuter quand tu as choisis tes matières à l'université. On ke va pas à nouveau débattre sur le sujet. "

Je le détestais dans ces moment-là. Quand il mettait fin à un sujet parce que lui ne voulait pas l'aborder. Malheureusement, la bombe était déjà allumée de mon côté et n'attendait plus qu'à être larguée.

" Il faudrait quoi selon toi alors ? Qu'on finissent tous bureaucrate pour ne pas faire tache ?! "

" Rikuo, ça suffit. "

" Non papa ! C'est toujours la même chose avec toi ! On ne peux jamais parler et être honnête dans cette maison ! "

Tout le monde s'était arrêté de manger. Ma mère semblait ne plus savoir où se mettre et lançait de rapides coups d'œil entre moi et mon père, prête à essayer de calmer le premier qui esquisserait un geste trop brusque. Mon père quant à lui, déposa dans un calme mesuré ses couvert devant lui avant de me fixé comme si j'avais dit la pire des insultes.

" Jamais honnête dans cette maison ? Dis-moi, à part t'avoir mit en garde pour tes études qui te mèneront droit dans le mur, en quoi t'ai-je HONNÊTEMENT empêché de t'exprimer ? "

Il était en colère. Affreusement en colère. Pas du genre hystérique pour un sous, non, mon père était plutôt du genre à prendre un air froid et menaçant quand il sentait la tension monter. Connaissant ma nature froussarde, il savait qu'en général, le moindre mot dit avec cette attitude avait de quoi me faire rebrousser chemin en me confondant en excuse mais... pas cette fois, merde.

Cependant, je ne savais pas trop quoi lui dire. Je ne voulais pas entraîner ma mère dans cette dispute et... l'autre sujet n'était clairement pas fait pour être avoué maintenant. Mon silence fut mal interprété cependant et... me tendit une perche que je n'aurais jamais du prendre.

" C'est au sujet de ta copine c'est ça ? Oui, je suis au courant que tu sors avec une autre éberluée d'artiste qui pense devenir actrice ou je ne sais quoi. Et oui, je n'approuve une fois de plus pas ta décision sur ce point. "

Ah oui, cette histoire... cela faisait longtemps que ma mère pensait que je sortais avec ma meilleure amie, Lutecya, alors qu'elle était juste une couverture pour cacher mon véritable petit ami... Ma mère avait du en parler à mon père pendant mon absence et n'était pas au courant qu'on avait prit la décision d'arrêter cette mascarade. Mais... Déjà qu'il se permettait de juger de mon choix de carrière, voilà qu'il se permettait maintenant de dicter ses choix sur mes relations, c'était de pire en pire ce bordel.

" Tu te rends compte à quel point j'ai honte quand on me pose des questions à ton sujet ? Quand on me demande ce que tu fais à l'université ou avec qui tu traînes ? Plus j'en entend et plus je me demande ce que tu pourrais m'inventer de pire. "

J'étais outré. Outré et sous le choc de l'entendre dire tout haut ce que je redoutais tout bas depuis tant d'années. Je n'étais qu'une source de déception... la pire honte de sa vie. Et bien... s'il en voulait de la honte, il allait être servi... Je bondis de ma chaise d'un coup pour me relever et souffla longuement, l'attitude tout bonnement massacrante.

" Rikuo rassied-toi. " m'ordonna-t-il sans même lever les yeux dans ma direction.

" Je n'ai jamais été avec Lutecya. " dis-je froidement alors que mes lèvres commencèrent à trembler.

Ma mère me regarda toute surprise. Elle qui avait accueillit la jeune fille a la maison, l'avait officiellement rencontrée comme étant ma petite amie, nous avait vu si proche, elle ne comprenait plus rien.

" C'est une très bonne chose mais... "

" Je suis gay papa. JE - SUIS - GAY " Répétais-je en décortiquant chacun de mes mots le plus clairement possible.

La bombe avait atteint sa cible.

Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)


Dernière édition par Rikuo Morisada le Lun 9 Déc 2019 - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyLun 9 Déc 2019 - 21:42

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne


"Je suis gay papa. JE - SUIS - GAY ! "

Ces mots résonnaient aussi bien dans la pièce que dans les tympans de chacune des personnes présentes. Là où on se bouffait presque pour prendre la parole, là, plus personne n'osait dire le moindre mot de peur de déclencher le moindre ouragan par mégarde. L'espace d'un instant… Je m'étais sentit, tellement plus léger. J'étais mort de trouille à leurs réactions certes mais, les dés étaient jetés, je ne pouvais plus rien faire, ma longue torture mentale qui me rongeait depuis des mois prenait fin. Mais…

" Tu es … Quoi ? " Dit-il tout aussi froidement que ses nombreuses autres remarques.

J'étais tout à coup bien moins fier de moi et surtout, beaucoup moins confiant. Cette rage qui m'avait fait cracher cela sur la table laissait maintenant place à une terreur profonde, celle du rejet.

" Je suis homosexuel papa. Si je n'ai jamais été avec Lutecya c'est… parce que j'aime les hommes. " et uniquement les hommes, j'en était aujourd'hui certain. J'avais besoin d'une présence masculine à mes côtés, chaque jour, aussi bien sur le plan affectif que physique. De plus, s'il faut dire les choses plus crument… Je ne suis pas du tout excité à la vue d'un corps féminin. De tout mes coup de cœur, il n'y eu comme femme que Kaori pour qui j'ai eu ce que je décrirais aujourd'hui comme un fort amour amical voir fraternel mais pour le reste… que l'on parle de réel amour ou d'envie purement sexuelles… il n'y a toujours eux que des hommes… Peut-être ai-je toujours été ainsi même sans me poser de question d'ailleurs ?

" Non. "

" … Hein ? "

" Arrête de dire des bêtises. Ce n'est pas en faisant exprès de nous contrarier ta mère et moi que l'on va accepter plus facilement toutes tes conneries de tout à l'heure. "

Alors là… J'étais sur le cul. Il ne me croyait même pas ?! Il prenait mon coming-out pour… de la provocation à la con ?! juste pour contrarier sa petite personne ?! D'où il prenait ma mère à partie là-dedans en plus merde quoi ! Elle n'osait rien dire depuis tout à l'heure et il l'a prenait simplement pour un putain de pion à mettre de son côté de la balance ?! Pour la première fois… J'avais la sérieuse envie de lever la main sur lui.

" Laisse maman en dehors de ca ! "

" Rikuo… "

" S'il vous plait, calmez-vous. Tout les deux… "

" Non maman ! J'en ai marre de ne jamais être prit au sérieux ici ! J'ai déjà vingt ans merde ! Je crois avoir enfin l'âge de savoir un minimum ce que je fais ! "  

Mon père émit un long soupire sonore, visiblement plus qu'irrité par la situation et reposa son verre vide sur la table avant de se lever à son tour pour me faire face de toute sa hauteur.

" Et tu es en train de faire quoi ? Très sérieusement ?! Tu reviens ici du jour au lendemain sans qu'on ai eu la moindre nouvelle de toi pendant des semaines, tu t'amuses à perdre ton temps à l'université que L'ON PAIE de notre poche jusqu'à preuve du contraire, tu réussis encore à t'installer ici, à notre table, pour nous sortir tout un tas de bêtises les plus grosses les unes que les autres juste pour nous provoquer ? ET POUR QUOI ? JUSTE POUR NOUS DIRE QU'ON T'EMPECHE DE T'EPANOUIR ? TU TE FOUTERAIS PAS UN PEU DE LA GUEULE DU MONDE ?! "

Il avait monté la voix à un niveau sonore bien plus que raisonnable. Je crois que… Cela devait bien faire des années que je ne l'avais plus vu crier sur quelqu'un et encore, la dernière fois c'était au téléphone. Reste que, à l'entendre, il essayait de me faire passer pour un putain d'ingrat alors que je demandais juste le minimum. Je veux juste vivre bordel ! Est-ce si grave si ce n'est pas comme LUI l'aurait voulu ?!

" En quoi j'ai dis ou fait des conneries ?! Tu n'aime pas mon choix d'étude, soit ! Tu n'aimes pas mes amis, et alors ?! Mais en quoi le reste est de la merde à tes yeux ?! T'es homophobe en plus d'être un vieux con en plus maintenant ?! "

CLAC !

Une gifle que je n'eu pas le temps de voir venir vint s'écraser sur ma joue dans un choc des plus violent. Je restais quelques secondes abasourdi et tétanisé, me rendant compte de ce qu'il venait de faire, frottant douloureusement ma joue à l'endroit même qu'il avait atteint. Il venait vraiment de… me frapper ?

" Dai' arrête ! " Cria ma mère avant de se lever en vitesse pour tirer mon père loin de moi.  

Je… Je n'en revenais toujours pas… J'étais sonné mais… wow, je savais plus où j'en étais…

" Maintenant que tu es à nouveau calme… " Commença mon père en me pointant du doigt comme pour me menacer à nouveau. " Oses me redire tout ça dans les yeux et crois-moi bien que j'y porterais une attention… " Il marqua une pause pour appuyer ses dire. " Très... " Une autre pause " TRES particulières si c'est réellement ce que tu souhaites. " N'allez pas croire qu'il disait ça pour faire un effort… c'était clairement des menaces. Tout ce que j'allais dire là signait bel et bien mon arrêt de mort… Et il espérait certainement que je ferme ma gueule pour fuir dans ma chambre. Fuir… non… plus jamais…

" Je veux être artiste papa. J'aime ce que je fais et je suis doué pour ça... " Commençais-je en croisant le regard de ma mère. Elle, elle savait que je disais vrai mais… Mes appels à l'aide silencieux restèrent sans réponses de sa part…

" Si… Si je ne suis pas rentrer à la maison avant… C'est parce que j'avais peur… Papa… Ce n'était pas un mensonge tout à l'heure… Je suis réellement homosexuel et… "

Plus je parlais, plus je voyais son corps se raidir et son expression s'assombrir. Allait-il me frapper une fois de plus dès que j'aurais terminé ma phrase ? J'avais les mains moites tout à coup et mon cœur tambourinait dans ma poitrine. Je n'avais plus que quelque mots à dire "J'ai un petit ami", "je sors avec un mec", …

" Depuis longtemps je… "

"j'aime Akihito, un élève de mon école" , " je suis amoureux d'un homme en ce moment " , " je …" mais les mots ne venaient pas… Au lieu de ça, la panique me fit dire n'importe quoi… ou pas…

" Je suis amoureux de Keito "
 

Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
Rikuo Morisada
■ Age : 25
■ Messages : 5958
■ Inscrit le : 11/09/2014

■ Mes clubs :
[Terminé][+16] Une page qui se tourne DOAUR5R [Terminé][+16] Une page qui se tourne Ur9f7pD


Mon personnage
❖ Âge : 20 ans
❖ Chambre n° : U-5
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Rikuo Morisada
« A l'université ; 3è année »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne EmptyMar 10 Déc 2019 - 14:57

Rikuo Morisada
Une page qui se tourne


Il ne pouvait plus nier les faits. Autant tout à l'heure il avait prit ça pour de la provoc', autant maintenant... Je me mettais à nue face à lui alors qu'il avait déjà une multitudes d'opportunités de m'achever depuis tout à l'heure. Je sentais des larmes monter, tellement j'avais peur, tellement j'étais à bout. Personne qui n'avait pas été dans ma situation pouvait comprendre ce que cela faisait. Je tremblait de ton mon corps en attendant la sentence alors qu'il me dévisageait comme si j'étais la dernière des ordures, sans dire le moindre mot.

" Papa... ? " Articulais-je avec difficulté. " Papa... Dis quelque chose s'il te plait. " Le suppliais-je.

Il me restait un maigre, très maigre espoir qu'il comprenne la situation... qu'il comprenne mon malaise mais, à l'instant où il détourna son regard sur ma mère pour ne plus me faire face avant de de partir en direction de la cuisine dans le plus grand silence, je compris que tout ce à quoi je pouvais me raccrocher venait d'être intégralement réduit en fumée.

" Papa attends ! Écoutes-moi s'il te plait ! je... " Commençais-je en le suivant hâtivement, inquiet de sa réaction. Mais... Je n'aurais jamais du le suivre... et encore moins insister...

" J'en ai bien assez entendu. "

" Papa... "

" Crois-tu vraiment qu'on t'as élevé pour que tu deviennes... ça ? " Commença-t-il sur un ton faussement posé. Ce calme annonçant la tempête à venir... Il se retourna enfin dans ma direction avant même d'avoir atteint l'autre pièce. La haine se lisait parfaitement sur son visage à tel point que j'étais bonnement incapable de faire le moindre geste. Je restais là devant lui, à quelques pas, comme un pauvre gamin terrifié...

" Crois-tu vraiment qu'on ai fait tout ces efforts depuis Tokushima pour que tu nous rendes la vie impossible maintenant ?! C'EST CA QUE TU APPELLES DES CHOIX RESPONSABLES ? DEVENIR UNE PUTAIN DE TAPETTE ? MAIS QU'EST-CE QUI NE TOURNE PAS ROND CHEZ TOI ?! "

C'était un cauchemar... Un véritable cauchemar. Il fallait que je me réveille mais, bordel, pourquoi je n'y arrivais pas ? Maman, je t'en supplie... Dis quelque chose, défends-moi s'il te plait... S'il te plait... Maman...

Je me retourna vers ma mère qui avait avancé prudemment dans notre direction. Je voyais bien qu'elle ne savait plus où se mettre la pauvre. Tout comme moi, elle semblait avoir peur de dire le moindre mot qui pourrait envenimer la situation. Elle était tremblante elle aussi et je le sentis encore plus au moment où elle posa l'un de ses mains sur mon bras.

" Rikuo... Ce ... " Elle s’interrompit en croisant le regard de son mari et, après avoir baissé la tête pour réfléchir, reprit la parole d'une voix qui se voulait réconfortante. " Rikuo... C'est peut-être juste une mauvaise passe ou de simples idées qui te passes par la tête. Tu... On ira voir un psychologue si tu en a besoin et... "

" MAIS JE N'AI PAS BESOIN D'ÊTRE SOIGNÉ ! " Clamais-je en repoussant son bras violemment avant de reculer de quelques pas pour prendre de la distance. " Cela fait presque deux ans que j'ai une relation et... Je suis très heureux comme ça ! POURQUOI VOUS NE VOULEZ PAS COMPRENDRE ?! "

" AH PARCE QU'EN PLUS CA FAIT DEUX ANS QUE TU TE FAIS ENCULÉ PAR LE FILS DES HEIKI ?! NON MAIS TU AS PENSÉ UNE SECONDE AUX RÉPERCUSSIONS QUE CA POURRAIT AVOIR ? C'EST LE FILS DE MON PATRON TU LE SAIS CA ! "

Avec ma déclaration involontaire de toute à l'heure, il n'avait pas du tout compris la situation dans laquelle je me trouvais. Putain merde, et si tout ça retombait sur Keito maintenant ? Merde...

" Je ne... " Commençais-je vainement pour tenter de clarifier la situation mais à quoi bon. Parler d'Akihito éviterait de possibles foudres dirigées tout droit vers le guitariste mais ça ne changerait pas grand chose au problème. Aux yeux de mon père... J'étais maintenant plus qu'une tapette bonne à se faire enfilé... niveau estime de soi, je venais tout simplement d'atteindre l'échelle négative...

Pendant les longues minutes qui suivirent... Je n'entendis que les pires insultes à mon encontre. Des menaces, encore et encore et ma mère du intervenir à plusieurs reprises pour me séparer mon père et moi... Mon dieu... que nous arrivait-il ?  


_____

Chaque goutte de pluie qui venait s'écraser sur mon visage me ramenaient peu à peu à la réalité. Tout ça... toute cette histoire... Elle s'était déroulé il y a quelques heures à peine. Qui sait ce qui était encore en train de se dire entre les murs de mon... ancien foyer ? Mon père m'insultait-il encore de tout les noms pour expié sa déception ? "Déception"... Dit comme ça on pourrait le prendre pour la victime de l'histoire alors qu'il était le seul vrai con dans tout ça. Le rejet, les insultes, la violence... Je savais que les gens pouvaient réagir de manière extrême par moment mais... Mon père ? Contre son propre fils unique ? Je... est-ce que je méritais réellement cette haine si féroce ? Je ne buvais pas, ne me droguais pas non plus. Certes je fumais mais... C'était aujourd'hui de mon age. Je n'avais jamais attiré de réels problèmes à l'école ni même finit dans je ne sais quel milieu glauque... Aurait-ce été mieux à ses yeux que j'entre dans l'une de ces catégories au lieu d'être moi-même ?

Toi, le père qui m'a toujours aimé, dis-moi pourquoi ça a changé alors qu'au fond je suis le même... Dis-moi ce qui peut te déranger dans le fait que ce soit les hommes que j'aime ?

Après tout, ce n'est pas comme si j'avais choisi et puis, ce n'est une maladie. Ça ne fait pas de moi une autre personne... M'as-tu mis au monde seulement pour que je te ressemble ? Moi qui pensais que tu m'aimais à ta manière... Dis-moi, Est-ce vraiment de ma faute si je ne suis pas comme les autres ? Enfin du moins à tes yeux. Tu crois que je serai plus heureux si j'étais dans la norme que tu tolères ? M'aimerais-tu uniquement pour ça ? Dis-moi sincèrement pourquoi suis-je exempté de connaître le bonheur à ma manière. Dis-moi pourquoi suis-je rejeté seulement parce que tu n'es plus fier de moi ? Je ne te demande pas de m'imaginer au lit mais seulement de me laisser vivre ma vie bordel ! Ce n'est pas à cause de toi ou de ton éducation que je suis attiré par les garçons. C'est comme ça, une chose qu'on ne décide pas... Mais je suis et resterai ton fils non ?

Est-ce par honte ou par peur du regard des autres que tu me renie à ce point ? Certes, je ne ferai pas de toi un grand-père mais après tout... tu ne fais déjà pas ton rôle de père...



(Pour ne pas tomber dans le +18 surtout)



Code by Silver Lungs

---------------------------------

[Terminé][+16] Une page qui se tourne 1576000297-80

► Rikuo s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: [Terminé][+16] Une page qui se tourne  [Terminé][+16] Une page qui se tourne Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé][+16] Une page qui se tourne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville :: Autres lieux-
Sauter vers: