Revenir en haut
Aller en bas


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Nostalgie de Saint-Valentin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryosuke Ogawa
■ Age : 25
■ Messages : 869
■ Inscrit le : 15/08/2015

■ Mes clubs :
Nostalgie de Saint-Valentin MzrdKEg


Mon personnage
❖ Âge : 37 ans
❖ Chambre n° : B-504
❖ Arrivé(e) en : Avril 2013
Ryosuke Ogawa
« Personnel ; prof de musique »
http://www.sanger.dk/
(#) Nostalgie de Saint-Valentin  Nostalgie de Saint-Valentin EmptyMer 28 Aoû 2019 - 14:44

Je ne suis pas un partisan des dates clés pour fêter tel ou tel chose. J'aime offrir des cadeaux hors de la période de Noël ou des anniversaires, j'aime boire sans l'excuse de la Saint Patrick, j'aime ma femme plus fort chaque jour et non uniquement à cette date précise, cette soirée de Saint Valentin mais... Il n'y avait rien de mal à sortir en amoureux un quatorze février malgré tout. Se faire beau comme au premier jour, se remémorer les frissons de nos débuts romantiques, passer du temps tout les deux le temps d'une soirée comme si le reste du monde n'existait pas, ca avait son charme.

J'avais du mal à croire que cela faisait déjà presque deux ans que l'on était ensemble. Nous étions collègues depuis longtemps, j'avais connu son ancien compagnon tout comme le connaissait la mienne, nous avions traversée des épreuves, ... chacun de notre côté puis, ensemble, tout les deux... tout les quatre. Ses enfants, nos enfants, grandissaient jours après jours et lui ressemblaient de plus en plus. Certes, ont courrait partout et s'occuper d'eux n'était pas du tout un long fleuve tranquille mais... on était heureux ainsi.

Alors que nous étions installés tout les deux à une table de notre restaurant préféré, prenant un verre pour bien commencé la soirée, nous nous amusions tout les deux à nous rappeler de bons souvenirs de ces derniers mois. C'était à la fois un moment de nostalgie et de partage. On avouait de petites anecdotes honteuses à des situations que nous avions rencontré ensemble ou non.

___


La première anecdote qui me vint en tête était certainement celle qui m'avait fait la plus grosse frayeur de toute ma vie. Aujourd'hui encore, mon cœur tambourinait dans ma poitrine en me remémorant l'intensité du stress que j'avais ressentis ce soir là.

La mission semblait pourtant toute simple à première vue. Alors que Sakura devait se faire violence pour s'accorder sa première soirée avec Ania sans ses enfants, moi, de mon côté, je me devais de garder ses chères têtes brunes à l'abris de tout besoins ou danger dans le confort de son appartement. A tort, je supposais que le plus dur de la soirée serait de réussir à convaincre Sakura de sortir dehors sans se retourner dix fois pour ses bébés. Bon... Ca n'avait pas été une chose facile, ca, c'était vrai, par contre, le reste n'était pas triste non plus.

Le début de la soirée paraissait calme. Je regardais tranquillement la télé tout en posant de temps à autre quelques coup d'œil à Yukio et Ryôma qui gesticulait entre leurs doudous et leurs jouets sur leur couverture préférée au sol, essayant de se mettre à quatre pattes de temps à autre pour avancer. Je ne les croyais pas réellement capable d'aller loin à leur âge mais qui sait. La soirée s'avérait calme voir même un peu ennuyeuse si maman Sakura ne s'amusait pas à me téléphoner toute les dix minutes pour avoir des nouvelles.

Un peu distrait par les appels, j'en avais oublié le plat que je préparais dans la cuisine et... catastrophe habituelle, je finis par jeter ce qui semblait être un début de préparation collé dans le fond de la casserole à la poubelle pour commander un truc à domicile. je n'avais pas la moindre envie de sortir la poussette, de sortir avec les enfants, d'aller faire les courses avec le char d'assaut que Sakura se trimballait partout et de revenir avec le risque de refaire un désastre culinaire. Un simple plat chinois à domicile, c'était tout aussi bien.

Le livreur n'avait pas tardé à arriver. rien de plus normal pour un établissement qui se trouvait à à peine deux rues d'ici. Mes plats en mains, le garçon payé et la monnaie récupérée, je retourna sans attendre dans le salon, prêt à déguster mon plat devant un bon vieux Terminator. Ce n'était pas trop violent pour les enfants, si ? Il comprenait déjà un truc à cet âge là ? Bah... Tant qu'ils ne se mettaient pas à flipper devant le moindre grille-pain à l'avenir...

A peine installé... Yukio tira la sonnette d'alarme. Ah... L'heure de la grosse commission justement quand j'allais manger, chouette. Ce que la vie de parent pouvait être ingrate parfois. Bon... Mon porc mariné allait attendre un peu. Je déposa mon plat, mes baguettes et la monnaie sur la table basse avant d'attraper Yukio dans mes bras. Direction, la salle de bain pour changer sa couche. Génial. Jetant un coup d'œil à Ryôma qui semblait plutôt calme, je ne voyais pas de mal à le laisser seul un petit moment le temps de m'occuper de son frère. Il n'y avait rien de dangereux à sa portée de toute façon et presque aucune chance qu'il se mette à gambader comme par magie.

Après avoir fait... ce que j'avais à faire, je reposa Yukio à sa place, sur un coussin qu'il avait l'habitude de mâchonner dans le plus grand des calmes. Pendant mon absence, son frère semblait être partit en exploration car il était prêt de la table basse en train de jouer avec mes clés de voiture comme s'il s'agissait d'un énième jouet. halala... Comme s'ils n'en avaient pas assez ! Enfin, il ne faisait de mal à personne et elle étaient bien trop grosses pour qu'ils les avalent par mégarde. Il avait juste... Fait tombé pas mal de truc sur la table en agrippant mon porte-clé qui pendouillait de celle-ci. Je soupirais, pas réellement exaspéré mais plutôt étonner de tout ce que pouvait faire de si jeunes enfants à peine plus haut que mes genoux.

Remettant de l'ordre dans tout ça... C'est à ce moment là que le moment fatidique arriva. Stress, peur, angoisse, ... Mon visage était devenu totalement livide en inspectant la monnaie restante sur la table. Il manquait deux pièces... Deux pièces qui, après mainte et mainte recherche... n'étaient nul part... Ryôma les avait-il... Avalé ? J'avais retourné tout le salon. Encore et encore, espérant retrouver les sous manquant. Je ne voulait pas imaginer qu'il ai pu les gober en si peu de temps et, aussi facilement. Et si c'était bien le cas ? Il fallait aller à l'hôpital ? L'opérer ? Lui faire des examens ? Comment j'allais dire ça à Sakura ?! ... Non, je pouvais pas lui dire ça. Elle me laissait ses fils pour la première fois et l'un d'eux finissait à l'hôpital ?! Oh l'angoisse. Une solution Ryosuke... Une solution...

Dans la panique la plus folle, je pris mon téléphone pour appeler la seule personne de mon entourage qui pourrait m'aider le plus discrètement possible et qui connaissait les enfants mieux que personne, Chiemi, ma petite sœur pédiatre. je ne vous dirais pas tout les détails de cette soirée après ça. Entre les appels de Sakura auxquelles j'essayais de faire bonne figure, la course jusqu'au travail de Chiemi pour qu'elle ausculte Ryôma pour m'aider dans cette galère puis... l'appel du restaurant chinois pour me dire qu'ils avaient oubliés une partie de ma commande et que "les pièces avalées" que je cherchais depuis des heures n'avaient jamais existées... je vous dit pas la merde que c'était.

Pour une première anecdote, je crois que je faisais fort mais, cela datait et je m'étais tellement inquiété pour rien que, dans un sens, on pouvait dire que je m'étais puni tout seul, comme un idiot.

---------------------------------

Nostalgie de Saint-Valentin 6s37

► Ryosuke s'exprime en japonais (#669966) et en anglais (#ff9966)
Revenir en haut Aller en bas
 
Nostalgie de Saint-Valentin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Kobe ; les alentours :: Le centre-ville :: Restaurants-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: