Partagez | 
 

 Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine  Dim 8 Juin 2008 - 20:56

Six jours, cela faisait déjà six jours que Naganori n'avait pas touché à une thèse. Le scientifique ressentait d'ailleurs un vide en lui, comme si ses dossiers étaient une partie à part entière de son être. Il s'était donc fixé quelques points à effectuer dans la journée en commençant par la bibliothèque, espérant tout bonnement trouver certains bouquins biologiques intéressants. Mais avant cela, il avait presque oublié de s'habiller, de déjeuner et de faire son sport habituel. Parce que, quand on se réveille le matin, la première chose à faire serait tout d'abord de commencer par le début (logique me direz vous). Le professeur passa d'abord dans la salle de bain pour se raser, se doucher puis revint dans sa chambre pour se rhabiller. Fraichement préparé, il se dirigea ensuite vers le salon où il prit le temps de regarder le paysage, la petite colline au loin ressemblant étrangement à un volcan qui lui rappelait ses cours des géologies ratés. Le jeune homme passa ensuite dans la cuisine et fit rapidement un thé à infusion qu'il but en moins de temps que ce qu'il en mit à le préparer. Il engouffra un croissant en un rien de temps puis eut une soudaine pensée à Kenshi, la première de la journée. Le professeur avait presque oublié qu'il avait spécialement réservé son midi pour se consacrer à sa bien aimée et ainsi la rejoindre à son bureau.
En attendant, le scientifique devait malheureusement se contenter de son sport et des livres pour combler le temps superflu jusqu'à l'heure dite. Il s'attela donc en premier à l'activité physique en se dirigeant vers le hall, habillé comme tout les autres jours de chemise et jean. Naganori n'aimait pas les joggings et ne les mettait que très rarement, il préfère se munir de ses affaires habituelles même si cela n'est pas très conseillé pour un footing. Il renonça néanmoins à faire une quelconque activité externe lorsqu'il vit que la température n'était guère supérieure à 10°C. Le scientifique se concentra alors sur la seule chose qu'il pouvait encore faire : étudier. Il retourna tout d'abord à l'appartement, prendre les clefs de son véhicule pour prendre les quelques dossiers qu'il avait installés sur le tableau de bord pour les analyser pendant ses excursions dans la ville.

Il redescendit donc, passa par le couloir pour arriver devant le porte du hall. Une nouvelle contrainte venait s'ajouter sur le chemin de Naganori : la porte semblait être bloquée, surement gelée par le froid et donc rendant toute sortie impossible. Le professeur, assez impatient de pouvoir toucher des yeux de brillantes pages sur le cortex neuronal se mit en quête d'ouvrir cette porte coûte que coûte. Il força plusieurs fois l'entrée à coup d'épaule, un puis deux, trois... et au quatrième coup, il tomba à terre, la porte ayant cédé sous le poids incessant du scientifique. Il sentit le vent caresser ses cheveux, du sang parcourant le long de sa joue et une migraine à en assommer les morts.
Après quelques minutes pour récupérer, toujours à terre, Naganori entendit des bruits de pas se diriger vers lui. Surpris, il leva la tête, la vision encore trouble, il put discerner les jolies formes d'une femme néanmoins. L'homme se leva doucement, des crampes le rappelant à l'ordre, puis une fois debout dépoussiéra ses vêtements d'un rapide coup de la main. Il porta ensuite son regard vers la personne qu'il avait aperçu, c'était effectivement une jeune femme. Cette dernière était maintenant à quelques mètres de Naganori, se rapprochant encore. Le professeur prit un air d'appréhension, une chose lui trottait néanmoins dans la tête...


*"Comment fais tu pour à chaque fois tomber nez à nez avec une femme lorsque tu t'affales à terre ?" "La chance mon gars, la chance..."*


Dernière édition par Naganori Imagawa le Mar 22 Juil 2008 - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 26 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2010
Zahn Itashi
« Personnel ; directeur (pnj) »
http://sos-rpg.com
(#) Re: Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine  Lun 9 Juin 2008 - 23:03

Debout sur le quai de la gare de Tokyo, Callista resserra un peu la fine écharpe qu'elle portait, avant de changer la chanson qui était diffusée dans son baladeur. Ce matin, elle avait quitté la maison qu'elle partageait avec son père depuis deux semaines, depuis qu'elle avait rendu les clés de son appartement en ville. Mikio l'avait aidé à déménager ses quelques affaires dans la maison de son enfance, remplie de souvenirs plus ou moins agréables. Maintenant, elle se trouvait là, debout sur le quai de la gare, vêtue d’une mini jupe blanche et d’un pull rose, avec des bottes très hautes, blanches, le tout surmonté de sa veste, attendant que le train qui la mènerait dans sa nouvelle ville arrive enfin. Elle avait fait ses adieux à Mikio la veille, lui promettant de l'appeler lorsqu'elle serait arrivée et de ne surtout pas faire de bêtises. Elle esquissa un sourire à ce souvenir puis releva la tête en voyant le train approcher. Elle attrapa alors la poignée de sa seule et unique valise et monta pour trouver sa place. Elle se trouva assise à côté d'une adolescente qui ne fit que parler au téléphone jusqu'à ce qu'elle descende enfin du train, arrachant un soupir à Callista qui commençait à en avoir marre de l'entendre étaler ses peines de cœur. La jeune femme fini par poser sa tête contre la vitre froide et ferma les yeux pendant quelques minutes, jusqu'à ce qu'elle sente un regard sur elle. Elle rouvrit les yeux et remarqua qu'un jeune homme, assis à côté de celle qui devait être sa femme, à en croire leurs mains jointes et leurs alliances, n'arrêtait pas de la fixer avec un petit sourire assez coquin, qui dévoilait ses pensées pas très nettes. Callie tourna la tête vers la femme face à elle. Celle ci avait fermé les yeux et écoutait de la musique, semblant tout à fait ne pas remarquer le manège de son mari. L'homme continuait toujours à la fixer. Callista soupira et retira ses écouteurs de ses oreilles, se tournant vers l'homme, esquissant un sourire.

"Ca te plairait hein ? De la tromper avec une autre fille, dans les toilettes d'un train ? Je te suis, seulement si elle vient aussi"

Callista observa l'homme jeter un regard à sa femme qui venait de rouvir les yeux, ayant probablement entendu un semblant de conversation à travers sa musique. La jeune prof esquissa un sourire en voyant le type baisser le regard et attraper un magasine, sans dire un seul mot, puis tourna à nouveau la tête vers la fenêtre, remettant ses écouteurs en place, et regarda le paysage défiler.

Elle arriva enfin à Kobe et descendit du train, sans un regard pour les autres passagers. A la sortie de la gare, elle attrapa un taxi qui la conduit directement devant l'école. Elle observa quelques secondes le bâtiment qui se tenait devant elle, avant de comprendre que le chauffeur attendait qu'elle descende. Elle sortit de la voiture, et récupéra sa valise, avant de payer le chauffeur, le regardant ensuite repartir. Elle regardait l'école, se demandant comment étaient les élèves ici, lorsqu'elle entendit un bruit sourd. Relevant la tête, elle remarqua alors que la porte d'entrée, celle qui menait au Hall était grande ouverte, et qu'un homme se trouvait au sol. Elle esquissa un sourire, devinant comment cet homme s'était retrouvé dans cette position, et attrapa la poignée de sa valise, s'avançant. A quelques mètres de l’entrée, elle remarqua alors que l’homme devait être un peu plus âgé qu’elle, était blessé à la tempe, à cause de sa chute. Elle s’avança vers lui, se rendant alors compte que la chute qui l’avait fait sourire pouvait être grave.

« Est-ce que tout va bien ? Rien de cassé au moins ? »

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Kiyomi, Heisuke ou Tessa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine  Sam 21 Juin 2008 - 17:55

La femme s'était maintenant arrêtée devant Naganori, le léger rictus s'était fait entendre aux oreilles du blessé, elle demanda néanmoins par la suite si tout allait bien. Le professeur, par pur réflexe, aurait répondu oui, seulement sa tempe presque bouillonnante attestait bel et bien du contraire, il croyait que sa tête allait momentanément exploser. Le mal de crâne qu'il croyait dissipé se remit tambour battant, son tube d'aspirine hélas vide le contraignit à subir la fanfare qui se déroulait en joli concert dans sa tête.
Toutes ces émotions lui avaient fait oublier que du sang parcourait en ce moment sa joue pour finir sur sa chemise, la couleur blanchâtre du vêtement avait déjà viré au rouge écarlate. L'homme soutira un mouchoir de la poche de son jean puis s'essuya rapidement la figure avec, sentant ses traits légèrement irrités au contact du papier. En fait, il aimait être blessé, pas sadique mais plutôt biologiste et donc adorateur de tout ce qui touche de près ou de loin à ce domaine. En plus de cela, il pourra lui même se soigner, tâche qu'il aurait préféré faire sur des patients dans un hôpital d'ailleurs... Mais ses blessures attendront car en plus des nombreuses taches que Naganori croyait encore loin, une jeune femme attendait, elle, une réponse de la part du scientifique.


"Ne vous inquiétez pas, tout va bien, on va dire que c'est une routine pour moi ce genre de choses."

*"Ou plutôt un don non ?" "Je t'ai pas encore dit de la fermer toi ?" "Non, pas du tout." "Alors la ferme !"*

"Je me présente, Naganori Imagawa, professeur de biologie, enseignant dans ce lycée. J'espère que le comité d'accueil ne vous a pas trop fait peur parce qu'il est fréquent que je ne tienne pas debout."

*"Mais qui ne tomberait pas à terre face à de telles beautés ? Ah ben non, il y a que toi en fait" "..."*

La température guère adaptée à une conversation, surtout lorsque l'on ne porte qu'un T-shirt et une chemise pendant un temps d'hiver, rappela au professeur qu'il, pour être un semblant plus poli, se devait d'inviter la jeune femme à rentrer dans le hall plutôt que de la faire attendre au beau milieu de l'entrée. Il rouvrit donc la porte, forçant sur les gelures et portant un coup d'épaule élégamment bien fait sur la paroi pour faire céder l'immuable muraille de glace. Ses yeux imprégnés de sueur et de sang gardaient tout de même une bonne vision qui permit au professeur de s'apercevoir que la porte était grande ouverte alors que ce dernier continuait à pousser avec hargne sur la vitre. Tâche effectuée, le scientifique reprit contact avec le regard de la charmante demoiselle.

"Si vous voulez bien prendre la peine d'entrer, nous serons mieux à notre aise à l'intérieur je pense."

*"Belle invitation, tout dans la finesse mon cher..." "LA FERME"*

Presque emporté dans la colère, Naganori reprit rapidement un air serein et calme, un sourire forcé aux lèvres pour dissimuler une certaine irritation qui venait le ronger au fond de lui. Du même coup, il omit complètement qu'il était tâché de sang sur toute la longueur de sa chemise, entrée spectaculaire donc pour des présentations dignes du grand Imagawa. Mais qu'importe, il était bien loin de s'angoisser pour si peu.
Sa vision reprit le chemin de la visibilité nulle et ses jambes lourdes le faisait pencher sur un coté de la porte, on aurait dit un métronome en pleine action. Il ne lui manquait plus que l'aiguille à la main et l'aurait on fortement recommandé à la bibliothèque. C'est dans cet état que le professeur aimait tant que celui-ci attendait gaiement l'entrée de la si belle jeune femme, il se demanda d'ailleurs avec le coup qu'il prit à la tête si il ne faisait pas la conversation à un mirage...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 26 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2010
Zahn Itashi
« Personnel ; directeur (pnj) »
http://sos-rpg.com
(#) Re: Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine  Sam 28 Juin 2008 - 19:01

Même si la situation pouvait sembler comique au premier abord, Callista s'était bien rendue compte que le jeune homme pouvait s'être blessé en tombant, surtout qu'en plus, il saignait à la tempe. Après lui avoir demandé s'il n'avait rien de cassé, Callie observa le jeune homme, qui semblait un peu plus âgé qu'elle, sans doute un professeur. Elle le vit alors sortir un mouchoir de la poche de son jean et s'essuyer rapidement le visage, sans montrer aucun signe de douleur quand à sa blessure qui pourtant avait saigné jusque sur sa chemise blanche, qui ne l'était plus vraiment à présent. Le jeune homme lui répondit alors de ne pas s'inquiéter pour lui, qu'il allait bien et qu'il avait de toute façon l'habitude de ce genre de chose. Callista esquissa un sourire, se demandant alors si le jeune homme tenait sur ses jambes. Il se présenta alors à elle, la sortant de ses pensées, comme étant le professeur de biologie de l'école, Naganori Imagawa. Il ajouta alors qu'il espérait ne pas lui avoir fait trop peur, expliquant qu'il était fréquent qu'il ne tienne pas debout. Ce qui confirma la pensée de Callista sur le jeune homme. Elle esquissa un sourire en voyant le jeune professeur réouvrir la porte, avant de l'inviter à entrer dans le Hall, expliquant qu'ils seraient mieux à l'intérieur. Elle remarqua alors que le prof ne portait sur lui qu'une simple chemise et qu'il devait sans doute ne pas avoir très chaud dehors. Elle même portait une jupe, mais elle avait l'habitude. Elle était tout de même bien contente d'avoir enfilé sa veste et son écharpe car la fraicheur matinale de Tokyo était la même que celle de Kobe. Elle suivit donc le professeur à l'intérieur, portant sa valise dans les marches, et observa quelques secondes le prof avant de finalement se rendre compte qu'elle n'avait prononcé mot depuis sa question.

"Ne vous inquiétez pas, il faut bien plus qu'une chute pour m'effrayer. Je m'appelle Callista Shimeni, je suis professeur de cuisine, et comme vous pouvez le voir, j'arrive seulement."


Elle posa son regard quelques seconde sur sa seule et unique valise qui contenait toutes ses affaires, et esquissa alors un sourire. Elle releva la tête et observa le Hall dans lequel se trouvaient quelques élèves matinaux. Elle reporta ensuite son attention sur le jeune homme puis enleva son écharpe devenue inutile et ouvrit son manteau.

"Vous êtes sur que vous allez bien ? Vous ne voulez pas aller à l'infirmerie ? Ca m'ennuierait de voir la première personne que je rencontre dans cette école s'évanouir devant moi."

[HS : Court, pardon mais au moins j'ai rep Laughing]

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Kiyomi, Heisuke ou Tessa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine  Sam 12 Juil 2008 - 2:25

Dans sa lutte contre l'envie de tomber, le professeur crut entendre le mot... C.U.I.S.I.N.E émaner directement des dires de la charmante jeune femme. Evidemment, le discours de mademoiselle Shimeni paraissait bien plus intéressant aux oreilles de Naganori depuis que "le mot" avait été prononcé. Il fixait Callista d'un air très niais depuis cette annonce et s'obstinait toujours à tenir la porte. Le chef d'œuvre vue de l'extérieur donnait à peu près un homme arriéré portophile et complètement à coté de la plaque. Rajouté à cela que sa chemise faisait penser à ce genre de films d'horreurs où le sang est omniprésent et on pourrait apparenter le scientifique à un échappé de l'asile.
Mais outre le fait que les apparences pouvaient être trompeuses (quoique...), Naganori s'en contrefichait éperdument maintenant qu'il savait qu'il avait une autre consœur adepte de la bonne nourriture. Le cerveau de Naganori réagissait à deux choses : la cuisine et les sciences, mais lorsque c'est le premier des deux cas qui est mis à l'honneur, plus rien ne peut attirer l'attention du scientifique.

Puis, mademoiselle Shimeni demanda si tout allait bien, si il ne serait pas préférable d'aller à l'infirmerie. Lui, tout étourdi encore, si on pouvait appeler cet état ainsi, se résigna à cesser de faire la pendule sur la porte pour s'accrocher à un meuble non loin de l'entrée. Car si Naganori s'agrippait à quelque chose, cela n'était pas pour mettre en valeur l'objet mais bien pour pouvoir tenir sur ses deux jambes. Qui ne serait pas aussi déboussolé que lui en s'étant presque ouvert l'arcade et en apprenant qu'une collègue a le même centre d'intérêt principal que soi même ? Il n'y a que le professeur pour faire ainsi, c'est exact...
Bref ! Maintenant aussi tendu qu'un militaire harcelé par son supérieur, le scientifique entreprit de répondre à la jeune femme lorsqu'il repensa à... la cuisine. Il s'interrompit volontairement, toussa une fois et manqua de peu de hurler au visage de Callista à cause de ses côtes qui n'ont pas l'air d'aimer la posture dans laquelle il se trouvait. Ce n'était plus une pendule mais bien une lampe de salon auquel le portrait de l'homme pourrait maintenant se rattacher : il était droit comme un "i" et et manquait de peu à chaque seconde de voir son visage bouillir aussi rouge qu'une pivoine.
Enfin, il put tout de même cesser le sourire niais qui commençait à lui prendre la tête, il pensa néanmoins à demander la prof de cuisine en mariage.... Il marqua un temps d'arrêt et se souvint de la dernière fois...

Après s'être vivement saccadé l'esprit à tant de tourments, il se souvint que quelqu'un lui avait posé une question, mais pour se remémorer de qui... Ah si ! La si jolie demoiselle adepte de.... Bon, il préféra ne pas faire parcourir une fois de plus ce mot dans la tête. Cette fois-ci concentré, il analysa maintenant de quoi lui avait on parlé, un nouveau temps d'arrêt était de mise.
Très bien ! Cette fois, il sait qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi...... Il en oubliait presque de donner une réponse.


"Ce n'est rien, je vous assure, un petit bandage de rien du tout et..."

Il eut soudain l'envie de crier à en cracher ses cordes vocales : il s'était trop approché du meuble et vint heurter son flanc sur le coin triangulaire du mobilier. Sa figure était cette fois rouge, la lampe était donc allumée. Mais dans un élan de bravoure titanesque, il se redressa sur sa position initiale, en l'occurrence la position du "i" et afficha un beau sourire forcé avant de jeter un regard colérique au pauvre objet. Il reprit donc contact avec le regard de Callista et s'obstina à tenir debout alors que son "i" finit par devenir un "y", je vous laisse vous imaginer sa posture...

"... et je pense même qu'il est préférable d'abord d'aller faire une petite visite de l'établissement pour terminer dans le lieu où vous devez prioritairement aller."

Il s'évertua, se retint même à ne pas parler de c..... enfin, vous savez quoi avec sa nouvelle collègue sinon, ses côtes ne l'aurait pas réellement dérangé outre mesure. Mais quoiqu'on en dise, Naganori se débrouillait pas mal dans la dissimulation, il n'aurait jamais cru tenir plus de deux minutes sur cette maudite porte et il en a tenu cinq. De même, si la jeune demoiselle ne se doute pas trop de son état pitoyable, il fera encore tout le chemin nécessaire... Question de galanterie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
■ Age : 27
■ Messages : 7583
■ Inscrit le : 20/11/2007

■ Mes points : 0


Mon personnage
❖ Âge : 26 ans
❖ Chambre n° : C-406
❖ Arrivé(e) en : Avril 2010
Zahn Itashi
« Personnel ; directeur (pnj) »
http://sos-rpg.com
(#) Re: Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine  Lun 11 Aoû 2008 - 0:18

Callista observait, son écharpe à la main, le professeur de biologie qui avait l'air d'être partout sauf dans son assiette. Le malheureux devait être plus sonné que ce qu'il voulait bien avouer, et la jeune femme se demanda un instant s'il n'allait pas s'évanouir sur le sol du Hall. Elle se voyait mal le porter jusqu'à l'infirmerie, surtout qu'elle ne savait pas où celle ci se trouvait, et elle se voyait encore moins essayer d'expliquer à l'infirmière le pourquoi de la chute du professeur. Callista esquissa un sourire en essayant d'imaginer la conversation qui s'en suivrait. Elle n'était ici que depuis quelques minutes qu'un homme était déjà presque à ses pieds. Malheureusement, ces mots n'avaient pas la même signification si on voyait la scène qui se déroulait actuellement dans le hall. Le pauvre professeur avait bien du mal à essayer de cacher sa douleur à la jeune femme, d'autant plus qu'elle le voyait se plier peu à peu sur lui même, jusqu'à être quasiment avachi sur le pauvre meuble qu'il avait pris en grippe. Meuble qui devait le soutenir pour ne pas qu'il tombe et s'écroule sur le carrelage de la pièce. Le professeur lui répondit alors en lui disant qu'un petit bandage et il serait comme neuf, ajoutant qu'il serait préférable qu'il lui fasse visiter les lieux avant de penser à aller à l'infirmerie.

Callista l'observa quelques secondes. Elle avait rendez vous avec le directeur quelques minutes plus tard, mais elle était relativement en avance. Elle avait donc le temps d'emmener le professeur à l'infirmerie, de le laisser là bas après avoir pris soin de voir s'il irait bien, et de revenir pour aller jusqu'au bureau du directeur. Mais si le jeune homme qui était avachi face à elle n'avait aucunement l'intention d'aller se faire soigner, elle n'allait pas le forcer. Quoique ... La jeune femme se colla une baffe mentale et observa à nouveau le professeur. Elle posa alors son écharpe sur sa valise et s'approcha de lui.

"Vous savez, je ne suis pas médecin mais mon père l'est. Et je détesterais savoir que vous êtes tombé malade, voir même pire, parce que vous n'avez pas été soigné correctement. Alors que vous le vouliez ou non, je vais vous conduire à l'infirmerie et vous n'avez aucun droit de refuser. En tout cas, je vous le déconseille fortement si vous voulez rester conscient."

Elle esquissa un grand sourire et l'observa, attendant qu'il lui réponde. Lui ne le savait peut-être pas mais elle était capable de l'assommer pour le conduire à l'infirmerie, même s'il ne le voulait pas. Ça faisait partie de son côté 'rebelle' qui la poursuivait toujours.

---------------------------------

★ Compte PNJ ★
Si tu as un souci ou une question, n'hésite pas à contacter le staff : Keitô, Kiyomi, Heisuke ou Tessa.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine  Lun 11 Aoû 2008 - 15:23

Maintenant accomplissant un angle de 180° par rapport au sol, le professeur avait quelques réticences à l'idée de garder ses mains sur l'objet. Parce que même en faisant un schéma, la scène ne pouvait que se voir et non s'imaginer. Et quand bien même l'homme oserait s'aventurer à lâcher qu'il finira sur le carreau sans pouvoir se tenir à autre chose que sa propre figure. Tel un chevalier en quête de nouvelles aventures, Naganori était enthousiaste à l'idée de découvrir les grands déboires de s'exposer à une magnifique situation le menant à un certain sommeil profond. Sa grande passion de la vaine idyllique et majestueuse embardée à trouver un acte encore plus ridicule que sa propre personne le jaugeait depuis pas mal de temps apparemment.
Mais pis encore, le scientifique plus poussé que jamais ne trouva pas plus bonne idée que de se séparer enfin de son amie la commode pour alors se pencher sur l'encadrement de la porte. Deux pas qui firent passer ses chevilles pour de misérables morceaux de bois usés et bons pour le feu de cheminée. En plus de ne pas convaincre sa chère future collègue, il était à deux doigts de ne plus croire son pittoresque diagnostic. Ses pupilles brulantes, il savait bien que sa futile torpeur déguisée en l'occasion comme une simple migraine allait bientôt s'annonçait comme poignardante à souhaits. Un petit pincement au niveau de son ventre lui rappela subitement qu'il se contorsionnait sur la lointaine porte du couloir, il ressemblait ironiquement à une équerre. Le temps long, l'encadrement commençait à traduire des bruits étranges de la paroi, l'imposante carrure de l'homme n'en faisait surement pas avantage.

En plus que la passion de Naganori était représentée chez cette femme, son père était médecin, une faculté que le scientifique connaissait bien. Repensant quelques secondes encore à la demande en mariage dérisoire qu'il voulut proposer il y a de cela plusieurs minutes à la demoiselle, il songeait encore à en avertir les prémices. Cette fois complètement frappé, le professeur tenta tant bien que mal à poser un genou à terre. L'action pouvait être tournée en direct, il n'en manquerait pas que l'option ralenti n'aurait servi à rien. Son sang de nouveau bouillonnant, il se redressa sans autre tentative de la demander comme épouse. Un fruit interdit très certainement que même son organisme faisait tout pour l'éviter...
Sans même se ménager, il lâcha toute prise et resta alors debout, on pouvait croire au miracle après cela. Il fit même quelques pas, un puis deux et même trois !.... Puis un quatrième mais allongé au sol. Conscient ? Ce n'est pas à lui que l'on puis dire qu'il finira inconscient pour une simple broutille. Il reprit alors le sens de la marche, se mettant à faire encore quelques pas. Il avait oubliait un piètre détail néanmoins : son corps se trouvait encore allongé, le visage face au parterre. Relevé en moins deux, il crut galoper comme avant sans grande difficulté, ce qu'il fit les premières enjambées effectuées. Mais pas ensuite, il sentit ses rotules passer pour des joints de culasse abîmés jusqu'à, excusez de la métaphore, la moelle.

Cette chère demoiselle Shimeni avait l'air d'augure à ne pas lâcher l'affaire si facilement, il fallait alors penser à la "capitulation". Un petit mensonge de plus sous le chapeau du bougre, sa modestie le perdra un jour... Il entreprit alors de répondre à la charmante jeune femme, un sourire affiché pour l'occasion, avant de se rendre compte que sa bouche débordait de sang. Son intestin n'appréciera peut être pas les mets que son propriétaire va lui procurer mais sa ferme intention de faire autre que d'afficher un simple rictus était une priorité chez le trentenaire. Enfin, il put alors prendre la parole, bien que assuré d'être assez loin de Callista le rassurait pour certaines choses (entre autre, sa demande en mariage qui le faisait encore cogiter).


"Si cela vous tient à cœur, je ferai alors escale à l'infirmerie mais laissez moi vous faire d'abord l'honneur de vous indiquer la route, courte d'ici, pour votre rendez-vous."

Toujours sur ses coutumes de politesses extrêmes, il se retint de ne pas hurler une nouvelle fois après avoir rencontré par mégarde le second angle de la commode qui était maintenant placée dans son dos. Le misérable pantin désarticulé se vouait à un certain de culte de la résistance à la douleur, comme si son métabolisme pouvait répondre à un tel affront. Il attendit simplement que la jeune femme daigne lui donner une réponse, qu'elle fit d'un hochement de tête. Après cela, il donna directives à mademoiselle Shimeni, tournant son bras dans tous les sens pour indiquer gauche et droite. Ce qui le fit pâlir d'un coup net lorsqu'il sentit un tendon se déferler comme n'étant pas assez saccagé par les antécédentes chutes. S'arrêta alors dans son raisonnement dès qu'il fut terminé, il regarda Callista.

"Je suis réellement désolé de ne pouvoir vous accompagner jusque là bas, j'espère alors me racheter la prochaine fois que je vous verrai. Je vous dois un service, je ne l'oublierai pas mademoiselle Shimeni."

Un salut bref et la machine repartit de plus belle dans le premier couloir que le regard du professeur rencontra. Il boitait, ou plutôt trainait sa jambe droite avec l'aide de la gauche et ses bras tenait les rambardes qu'il trouvait sur le chemin. L'infirmerie n'était pas dans cette direction, il était plus aise d'avouer qu'il retourner prendre part à une de ses thèses car même dans cet état, sa lucidité d'esprit reste intact (sauf quand le mot c.... bon enfin vous savez quoi est prononcé). Il disparut alors dans les méandres d'un carrefour entre deux couloirs se retournant et adressant un dernier sourire à la concernée, il sortit ensuite de ce virage et continua son chemin tel un vagabond.
Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée de la sulfureuse prof de cuisine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: