Revenir en haut
Aller en bas


Partagez
 

 S'attirer les bonnes faveurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hella Padget
■ Age : 20
■ Messages : 32
■ Inscrit le : 15/09/2019

■ Mes clubs :
S'attirer les bonnes faveurs M9CeBJb S'attirer les bonnes faveurs KbCJmVA S'attirer les bonnes faveurs MzrdKEg


Mon personnage
❖ Âge : 24 ans
❖ Chambre n° : U-9
❖ Arrivé(e) en : Fin Février 2016
Hella Padget
« A l'université ; 1è année »
(#) S'attirer les bonnes faveurs  S'attirer les bonnes faveurs EmptyVen 10 Jan 2020 - 15:53

C’était la première fois qu’elle se faisait chopper aussi bêtement. Elle avait déjà escaladé la grille plusieurs fois en rentrant un peu tard du travail - parce qu'elle était sortie en boîte ou dans un autre bar que le sien. Elle faisait bien attention à toujours faire cela en week-end pour ne pas éveiller les soupçons des surveillants.

Mais ce ne fut pas son cas à lui. Lui l'avait grillée. Elle s’était faite réveillée un samedi matin par le surveillant de garde et c’était probablement la raison pour laquelle elle était assise sur l’une des chaises de l’administration désormais. Elle attendait que le temps passe et écoutait avec un grand désintérêt le savon qu’on était en train de lui passer. Un sermon bien complet, à base de devoirs que les étudiants ont envers l'université et du fait qu’il ne fallait pas se foutre de la gueule du monde et plein d’autres choses.

De toutes façons, les boîtes de nuit commençaient à devenir de plus en plus ennuyeuses. L’université regorgeait de beaux minois et elle avait déjà trouvé son bonheur parmi les élèves plus d’une fois. Peut-être ne recommencerait-elle pas, s’était-elle dit.

Tout ceci dura jusqu’à ce que le surveillant en face d’elle devienne pâle en se rendant compte qu’il était attendu par un nouveau professeur arrivé fraichement ce matin. Jusqu’à ce que quelque-chose ne tilte dans sa tête, en quelques sortes et que Hella soit de nouveau au centre de l’attention.

Il avait décidé, sur un coup de tête et probablement parce qu’il n’avait ni le temps, ni l’envie de remplir les papiers de retenue, que sa sanction serait de faire visiter le professeur en question.

Hella ne fut pas plus dérangée que ça au final. Ce serait une petite balade matinale et un bon moyen de se mettre un professeur dans la poche pour s’attirer de bonnes faveurs. Elle était redoublante et aurait probablement besoin d’avoir quelqu’un de son côté pour que son année se passe au mieux.

Alors quand elle avait été conduite jusqu’à l’homme en question avant d’être jetée dans la cage aux lions sans même que le surveillant ne daigne de lui présenter la personne qui se trouvait face à elle, Hella se fit la réflexion qu’elle serait de nouveau livrée à elle-même. Pas que cela lui fasse peur, quoi qu’il arrive.

« Bonjour. » Commença-t-elle simplement. « Je m’appelle Hella Padget et je suis étudiante en théâtre. C’est moi qui m’occuperait de votre visite ici. Et vous êtes ? » Un demi-sourire s’esquissa sur ses lèvres. Autant essayer de faire bonne impression. Comme à son habitude, Hella n’était pas timide ni réservée. Qu’il soit un professeur ou le président, il restait tout autant un homme qu’elle. Tout ce qu’elle lui devait était du respect.

Elle laissa le temps au professeur de se présenter et tourna les talons en lui faisant signe.

« Suivez-moi. » Elle marqua une pause, marchant seulement un petit mètre devant lui. « Nous allons commencer par l’université. »

---------------------------------

#5cb276


Dernière édition par Hella Padget le Ven 17 Jan 2020 - 21:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaemon Shingen
■ Age : 35
■ Messages : 13
■ Inscrit le : 20/12/2019


Mon personnage
❖ Âge : 31 ans
❖ Chambre n° : B-603
❖ Arrivé(e) en : Avril 2016
Kaemon Shingen
« Personnel ; prof d'anglais »
(#) Re: S'attirer les bonnes faveurs  S'attirer les bonnes faveurs EmptyHier à 19:57

Étrangement, on ne pouvait pas dire que je semblais être angoissé. Ce jour était un jour comme un autre, à ceci près que je commençais une nouvelle vie dans un lycée et une université voisine où je pourrai enfin penser à autre chose qu’à mes éternelles préoccupations. J’allais tout simplement faire le métier que j’aimais dans un univers et un cadre qui me sied.

Je sortais de la douche, et attrapai une serviette pour m’essuyer le corps entretenu par des heures passées dans une des salles de musculation que je me plaisais à parcourir. Une fois sorti de la cabine, la serviette enroulée autour de la taille, je m’installai sur le tapis de salle-de-bain pour faire face au miroir qui me renvoyait cette image particulière de moi que je n’aimais pas. Ou tout du moins ces détails qui me faisaient horreur : deux grosses cicatrices qui se croisaient telle une croix mon torse, et la cicatrice fine qui barrait mon œil gauche, aveugle, en longueur. J’attrapai une nouvelle serviette et me séchai rapidement et superficiellement les cheveux. Puis j’attrapai mon sèche-cheveux et mis en route l’appareil en insistant bien sur cette mèche que je portai depuis l’accident et qui cachait ce défaut dont j’avais honte pour qu’elle dissimule parfaitement mon œil et que nul ne se doute de ce qu’il y a là-dessous.
J’avais arrêté d’être suivi par des psychologues et des psychiatres, préférant prendre un traitement prescrit par un médecin non spécialisé qui aurait le mérite de ne pas me poser un tas de questions concernant l’accident, les atteintes sur mon corps et la mort de ma petite-amie dont j’étais responsable. J’en avais assez de tout cela, il était temps que je me tourne à nouveau vers la vie, même si depuis des années je passais mes soirées à me saouler, à goûter à maintes drogues et à flirter sans conséquences avec de belles femmes. Lamentable…

Bref, une fois sec, je pris la direction de ma chambre où j’ouvris la penderie pour sortir un jean noir élégant ainsi qu’une chemise bleu nuit. Accrochant ma montre autour de mon poignet droit, je vérifiai une dernière fois mon apparence dans le miroir, plutôt satisfait. Un petit déjeuner rapide pris sur le tas composé d’une pomme et d’une spécialité briochée japonaise nommée pan melon, je finis par me laver les dents, m’asperger légèrement de parfum, de prendre mon attaché-case avec les cours glissés à l’intérieur, pour enfin quitter l’appartement et me rendre à mon nouveau travail.

J’aurai bien plus vite fait en prenant le tram, mais telle ne fut pas ma décision. J’avais largement le temps devant moi pour ne pas arriver en retard pour la visite de l’établissement prévue à mon arrivée. Non, au lieu de cela je préférais marcher, afin de me concentrer sur les sons agréables de la ville, de me focaliser sur ma respiration qui commençait à être légèrement plus rapide sous le coup d’une légère appréhension. Bien entendu, il était faux de dire que je ne craignais pas de ne pas plaire à mes élèves, c’était là une véritable angoisse pour tout enseignant que l’on soit et qui aime faire son travail. J’avais également peur que l’on ne découvre mon secret, aillant pour habitude de paraître énigmatique aux yeux de tous. Je savais bien que mon style ne passait pas inaperçu : après tout, il était normal – et j’en avais conscience – que l’on ne se pose la question de savoir ce que cette mèche de cheveux dissimulait. J’étais donc logiquement anxieux quand le vent se mettait à souffler, mais aujourd’hui semblait plutôt être une matinée fort agréable. Pas de brise à l’horizon, seul le soleil levant donnait au paysage urbain des tons rougeâtres que j’aimais contempler sur les bâtiments de Kobe.

Au bout d’une vingtaine de minutes, j’aperçus enfin le lycée et l’université se dessiner devant moi. Prenant une légère inspiration lorsque j’arrivai devant les locaux de l’administration, je posai la main sur la poignée et pénétrai dans la salle. Une jeune femme attendait là, certainement une élève, tandis qu’un homme semblait dépassé par son travail derrière le comptoir. Les saluant tous deux, je dis d’une calme et agréable :

« Bonjour, Mademoiselle. Monsieur. Je suis Kaemon Shingen, nous avions rendez-vous ce matin, et… »

Mais je n’eus pas le temps de finir ma phrase. L’homme se retourna aussitôt, s’excusant pour son inattention, et s’inclina poliment.

« Professeur Shingen, oui, je me souviens parfaitement que vous deviez arriver aujourd’hui. Je vous demande pardon, c’est le bazar ici, mais… Comment faire ? Ah, accepteriez-vous que la demoiselle prenne le relais pour vous faire visiter les locaux ? Je suis envahi de papiers, c’est l’horreur… » M’expliqua-t-il en s’inclinant, honteux et navré.

Acceptant sans le moindre problème, l’homme qui n’était pas bien plus âgé qu’elle se tourna vers l’étudiante au bien plaisant minois et lui proposa de troquer son heure de colle contre ce « travail ». Je suivis donc la jeune femme, portant le joli prénom d’Hella, et qui se présenta comme étant une étudiante en théâtre. Elle !e fit signe de la suivre pour commencer par visiter l’université. Je me mis à sa gauche pour pouvoir l’avoir dans mon champ visuel droit valide, et ainsi paraître « normal ». Un doux sourire sur les lèvres, je répondis à sa question d’une voix agréable :

« Merci de bien vouloir me faire visiter les locaux. Je m’appelle Kaemon Shingen et je suis le nouveau professeur d’anglais. Je donne également des cours de théâtre d’impro’, mais le poste étant occupé ici j’en donne en centre-ville. Et vous, vous êtes en quelle année ? »

Continuant notre marche, je me permis de lui poser une petite question qui me trottait dans la tête :

« Vous êtes satisfaite de vos cours ici ? Je me suis beaucoup renseigné sur l’appréciation de l’école en général, mais rien ne vaut l’avis des personnes qui y sont. » Lui demandais-je en souriant.

---------------------------------

S'attirer les bonnes faveurs Tumblr_p4azmzxnKX1vlvhpho6_250
Revenir en haut Aller en bas
 
S'attirer les bonnes faveurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Université ; Kobe Daigaku :: Le bâtiment principal :: Administration-
Sauter vers: