Partagez | 
 

 Qui vivra verra.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Qui vivra verra.  Sam 28 Juin 2008 - 5:12

*Qui vivra verra...*

C'est ce que se disait Marius en marchant dans le hall, notant tout ce qu'il pouvait dans son esprit. Bien qu'il trouvait l'établissement grandiose et des plus magnifiques, on n'aurait jamais pu deviner, à cette expression vide qu'il arborait, à quel point il admirait ce collège. Il s'imprégnait de ces murs, ces objets, cette ambiance, ce silence. Ce silence... Source de la tranquillité, la sérénité. Ces éléments comblaient le jeune homme, heureux qu'une atmosphère si paisible règne en ce moment. Car c'était un lycée. Des centaines d'étudiants aussi turbulents les uns que les autres déambuleront d'un moment à l'autre dans les couloirs, jacassant pour ne rien dire, se bousculant. Mais Marius devra s'y faire. Il devra même accepter de faire de la maintenance pour eux. Ho, non pas qu'il n'aimait pas son travail; il savait qu'il était fait pour ça, puisque c'est tout ce qu'il avait fait de sa vie, et puis, il était doué. "Doué en quoi? me demanderiez-vous. À se pencher pour ramasser les feuilles déchiquetées?" Là n'est pas la question à se poser. Un concierge se doit de non seulement laver, mais aussi soutenir les regards dégoutés des autres, notamment des enfants. C'est un métier très exigeant et honorifique pour Marius, et il ne manquerait pas d'y mettre tout son savoir-faire.

Sa détermination ne vient néanmoins pas de l'appréciation de son métier, ni de l'établissement prestigieux où il habitera. Elle venait d'ailleurs, des profondeurs de sa mémoire. Mais ça, c'était bien le cadet de ses soucis. Pour l'instant, il fallait foncer tête première et ne plus regarder en arrière. Oublier, et foncer...

Il marchait d'un pas lent, regardant droit devant lui. Il croisa quelqu'un, probablement un élève, qui lui avait simplement souri en guise de salutation. Même si Marius l'avait vu, il ne détourna pas le regard et continua sa route. Les gens, il les ignorait ou les méprisait. Mais tout revient au même en fin de compte; ce monde était égoïste, mais s'il pense quelques fois aux autres, c'est pour en tirer profit. Et ce type, aussi hypocrite devait-il être, il ne le reverrait probablement plus jamais. Déjà, il devait se dire: "Wah, il est louche! C'est quoi son problème? C'est carrément grotesque, c'est quoi ces cheveux? Ça doit être un espèce de yankee raté qui vient se repentir! Pitoyable!" Mais il est loin, très loin, de la vérité. Les jeunes ne comprennent jamais rien... ou ils comprennent de travers.

Il déambulait donc avec lassitude dans les corridors, décidant parfois de tourner à droite, à gauche. Vu comme ça, on se dit qu'il n'a absolument rien d'autre à faire que de se promener. Or il se trouve qu'il est en train de vérifier tous les placards de la maintenance du lycée. À mesure que Marius s'engouffre, il ressent une drôle de sécurité en ces murs. Des jeunes discutent calmement en marchant devant lui.

*Sans doute sont-ils amis depuis longtemps.*

Une mélancolie sévère s'échappa de son coeur et le fit soupirer. Il appuya son dos contre le mur et ferma les yeux pour prendre une profonde inspiration. Il secoua la tête et son regard redevint le plus froid.

*Imbécile.*

Il mit ses mains dans ses poches et resta là, à observer les murs du lycée et ses occupants, lorsqu'il sentit quelque chose contre sa large épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Sam 28 Juin 2008 - 22:38

Sojiro, sac sur le dos et papier à la main, prenait son temps pour commencer à se repérer dans le lycée et ne pas être en retard aux premiers cours auxquels il assistera. A chaque porte, il s’arrêtait pour voir si la salle qui se trouvait derrière le concernait, nota sur le plan et continua son chemin, le nez dans son papier.

Il était assez consciencieux de nature et préférait prévoir les problèmes avant de se retrouver nez à nez avec eux, donc en ce moment il se préparait à l’initiative s’il se perdait dans le lycée pour retrouver ou tout simplement trouver les salles de classes où il aura besoin d’aller même si généralement ils ne bougeaient apparemment pas de leur salle sauf cours exceptionnels.

Il en profita pour chercher son casier et mettre toutes les affaires de cours que son sac contenait à l’intérieur. Il y mit son cadenas pour ne pas qu’on lui subtilise ses affaires même si ce n’était que celles de cours qui s’en foutait un peu. Enfin, il disait ça mais il aimait bien paraître bon élève et que les profs l’apprécient sans pour autant être un chouchou, d’ailleurs il détestait ça. Mais sans trop savoir pourquoi, c’était pour lui une nécessité. Quoique se soit peut-être pour avoir de bons contacts avec eux, cela aidait à apprécier le cours, à être attentif et en conséquence avoir une bonne moyenne, mais malheureusement il arrivait qu’on le prenne pour un lèche-bottes.

Il releva la tête de son papier et aperçut non loin de lui un homme peu commun. Il paraissait étrange au premier regard car ses cheveux noirs étaient parsemés de mèches blondes et son corps musclé avait une couleur plus foncée que toutes les personnes que l’on pouvait croiser ici. Il avait aussi l’arcade sourcilière percée et Sojiro crut deviner un tatouage à l’arrière de son cou, à moins que se ne soit juste une ombre. En tout cas l’homme était impressionnant et avait sûrement la vingtaine passée. Sûrement un prof, même si son allure ne le laissait penser. Peut-être un prof de sport ?

Sojiro s’avança vers lui en pliant sa feuille et rangeant son crayon dans la petite poche de sa veste, il s’arrêta à sa gauche en lui disant :


« Bonjour m’sieur ! Excusez-moi mais je suis nouveau et je voulais me renseigner. Vous êtes prof en quoi ? J’ai une chance de vous avoir en cours, sachant que je suis en troisième année ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Dim 29 Juin 2008 - 22:26

Du coin de l'oeil, Marius regardait d'un air sévère le jeune garçon qui l'avait touché. Il se retourna lentement. Il l'avait un peu surpris, et encore plus lorsqu'il lui demanda quelle matière il enseignait. L'élève sembla être quelqu'un à son affaire: typique sac-à-dos, air à peine égaré mais assuré, des yeux qui démontrait une grande douceur et une certaine coquinerie. Un peu déconcerté par les questions du blondinet, Marius se gratta la nuque un instant pour chercher les mots et fronça les sourcils. Il prit une inspiration et regarda l'étudiant dans les yeux.

"Pardon, mais je suis pas professeur."

Il roula des yeux, embêté de se forcer pour dire quelques mots simples. Il remarque alors les cheveux du gamin, blonds. Certes, il l'avait déjà remarqué. Seulement il n'avait pas déduit leur signification, qu'il était différent des autres. Marius nota également ses yeux verdâtres agrémentés d'une teinte mordorée. Il n'était certainement pas japonais. Et pour cet homme qui se sentait le seul étranger parmi ces innombrables asiatiques, être de culture différente était considérée comme un atout. Qui sait, peut-être venait-il d'une région de l'Allemagne ou de la France qu'il avait déjà visitée!

"Je m'appelle Marius, je suis concierge." dit-il à l'étudiant en lui tendant une main large qui en avait vu de toutes les couleurs.

Depuis son enfance, Marius ne fait que des travaux physiques pour sa peine. Ça ne l'a jamais dérangé de se faire mal en travaillant. Au contraire, il voit là la preuve des efforts suffisants à son estime de soi.

Il osa donc esquisser un demi-sourire au garçon en attendant sa réaction. Plus il l'étudiait, plus il remarquait aussi ce petit air réfléchi et posé qui plaisait lui plaisait bien, lui qui n'aime pas les gens désinvoltes et bruyants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Lun 30 Juin 2008 - 14:07

Izura venait de sortir de cours particulier. Cours d'histoire. Elle connaissait bien le programme européen, mais elle avait du mal avec celui ci. Son sac en bandoulière, elle se dirigea vers sa chambre.Les couloirs étaient tranquilles, il n'y avait pas encore grand monde. Elle prit son temps, profitant du silence . C'étair rare de traverser le hall quand il n'y avait personne. D'habitude, elle devait aller dehors pour trouver quelques minutes de calme. Avisant l'escalier, elle se rendit compte qu'elle avait oublié de récupéré son livre de maths dans son casier. Elle n'avait guère eu le temps avant d'aller le récupérer. Ayant pris du retard au dernier cours, cette fois ci elle était décidée à bien étudier.

Se tournant, elle repartit vers un autre couloir en direction des casiers. Arrivée au sien, elle récupéra son livre. Elle s'adossa à son casier. Elle avait de quoi étudier, mais où aller? Ses colocataires devaient déjà être dans la chambre et elles n'étaient pas du genre tranquilles. Et puis elle ne résisterait pas à la tentation de parler. Réfléchissant, elle ne trouva que le parc.

*Encore et toujours* pensa t elle.

Passant ses cheveux derrière son épaule, elle partit par un autre chemin. Se dirigeant vers une sortie, elle vit soudain deux personnes en train de parler. La jeune fille s'avança, hésitante de déranger une conversation.

_Euh....bonjour! lança t elle en souriant et en s'arrêtant près d'eux. Elle se rendit compte qu'elle avait déja croisé le jeune homme blond dans l'école. Elle avait du l'apercevoir de loin. Cependant c'était la première fois qu'elle voyait l'homme au cheveux blonds. Enfin noirs avec des mèches bondes. Avisant son tatouage elle ne put retenir une exclamation admirative.

_Il est magnifique! Dit elle spontanément en désignant le tatouage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Lun 30 Juin 2008 - 21:43

Sojiro soupira, en secouant la tête, puis accepta la rude main tendue de l’homme.

« Scusez-moi Marius, je fais des conclusions un peu hâtives. Je me suis dis que vous aviez pas l’âge d’être élève donc pour moi vous étiez obligatoirement un prof, j’ai pas réfléchi plus que ça. Mais comme je vous l’ai dit, je suis nouveau, je pense que c’est la meilleure des excuses. Dit-il en souriant. Je ne savais même pas qu’il y avait un concierge, mais heureux de faire votre connaissance et sans vouloir être méchant, j’avoue que je m’imaginais un concierge comme dans tous les bons vieux mangas, peu de cheveux blancs sur le caillou et balai entre les mains…les clichés quoi, alors que je suis totalement contre les idées reçues et ça me prouve bien que j’ai raison. »

Sojiro ne savait que dire, il se trouvait extrêmement bête de sa faute et ne savait que dire à Marius. Pourtant celui-ci avait l’air du genre sympathique.

C’est à ce moment qu’il remarqua une jeune fille d’a peu près son âge qui se dirigeait vers eux. A première vue, elle paraissait ouverte car elle leur dit bonjour dès l’instant où elle les remarqua. Elle les regarda tous deux e silence avant de s‘exclamer en voyant le tatouage de Marius :


« Il est magnifique ! »

C’est vrai que Sojiro n’y avait guère prêté attention, mais le concierge était du genre piercings et tatouages. Le sien formait une longue arabesque le long de son cou et continuait apparemment sous son maillot, c’était très joli effectivement. Au moins ça promettait d’être un bon bosseur, c’était le principal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Mer 9 Juil 2008 - 2:34

Rassuré que sa poignée de main soit acceptée, Marius écouta ensuite le blondinet s'excuser d'avoir fait erreur. Le concierge haussa un sourcil quand il trouva que cela prenait l'ampleur d'un long discours. Il ne comprenait pas exactement tout, mais l'essentiel. Il eut un léger soupir et esquissa de nouveau un maigre sourire. Il l'avait prit pour un professeur, de ces gens qui se croient suffisamment savants pour enseigner la vie aux autres...

Sacré Marius, comme il jugeait les gens sans les connaitre, et surtout sans s'en rendre compte lui aussi, à la différence qu'il ne le savait pas contrairement au jeune étudiant. D'ailleurs, avait-il oublié de se présenter ? Peu importe. Marius trouva l'idée qu'on le confonde avec un enseignant plutôt étrange. À ses propres yeux, il n'avait pas le charisme et la droiture nécessaire. Enfin... ce n'est qu'une question de style.

Ainsi donc le dit élève était en troisième année et tout frais arrivé lui aussi. Pendant qu'il parlait, Marius perçut du coin de l'œil une fille qui avançait vers eux, mais il n'y porta pas attention. Un deuxième regard furtif lui permit de voir qu'elle s'était rapprochée très près, prête à les aborder.


*Une amie du gamin, sans doute.*

Il la regarda d'une mine interrogative mais ferme, ne trouvant pas la nécessité de la saluer à son tour. Il croyait qu'elle était venue pour l'élève en face de lui. Il regarda par les fenêtres après s'être quelque peu retiré. Dehors, le soleil était doux et, aussi enchanteur cela puisse paraitre, la brise d'été lui emporta les chants des oiseaux dans la cour. Mais cet instant ne dura qu'une fraction de seconde, car il fut surpris par la remarque soudaine de la nouvelle venue. Il se retourna doucement, regarda la jeune fille. Ses yeux semblaient faits d'émeraude très pâle, presque jaunes et luminescents, deux soleils dans un seul visage à couper le souffle. Sa longue et fine chevelure retombait gracieusement et coulait comme des milliers de brins de blé brillants. Une beauté pure et nullement enlaidie d'artifices.

Et pour ne pas offusquer la charmante petite fleur, un "Gracias."
(TRAD: Merci. XD)

Trop peu naturel et amical. Mais pourtant sincère. Comment ne pouvait-il pas se sentir bien dans sa peau après ce commentaire ? Quand la lady lui dit que son tatouage était "magnifique", il ne l'a pas touché ni regardé par réflexe, comme les gens ont l'habitude de faire. Il savait parfaitement de quoi il avait l'air ce tatouage; chaque sinuosité, chaque courbe, chaque largeur de trait. Il connaissait par coeur le noir du dessin et sa texture.

Un être torturé aurait replongé dans le regret et les remords du passé, sans faire face à la douleur. Marius lui acceptait, avec mélancolie toutefois, ces souvenirs et n'en n'avait plus peur. Cette marque était le symbole visible de son pardon à la vie. Lui dire que c'est "magnifique" lui a fait grand bien. Il sourit franchement à la demoiselle. Ce faisant, il croisa les bras sur son torse. Il regarda simultanément les deux étudiants.


"Vous vous connaissez ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Mer 9 Juil 2008 - 12:54

Izura na prêta pas attention au fait que ni l'un ni l'autre ne lui avait retourné sa salutation. Après tout c'est vrai que c'était un peu elle, l'intruse, pour ne pas dire que c'était totalement elle. La réflexion spontannée qu'elle avait fait à l'adulte s'attira cependant plus de réactions. Le jeune homme de son age sembla y jeter un coup d'oeil et l'adulte la remercia et lui faisant un grand sourire. Elle commençait déja à l'apprecier. Son sourire était sincère et surtout communicatif, alors elle ne retint pas le sien. Elle regarda l'homme au tatouage. Il aurait pu impressionner avec son allure de yankee, mais il semblait pourtant quelqu'un de doux. Son sourire était vraiment joli à regarder, donc pour la jeune femme, il ne poubait automatiquement pas être quelqu'un de mauvais.
Izura avait toujours des envies bizarres qui la prenait comme ça, tout d'un coup. Et là, elle avait envie de faire connaissance avec ces deux personnages.


Citation :
"Vous vous connaissez ?"


La question de l'homme au tatouage la surprit. Elle n'avait pourtant pas eu l'impression d'être familière avec le jeune homme. Mais bon, on était dans un lycée, ils avaient surement le même age, à peu de chose près, cette question n'était pas déroutante.


_Et bien non. Mais il me semble que je vous ai déja apperçu de loin, une ou deux fois. répondit elle, en regardant le jeune homme blond.


Dans ses souvenirs, c'était en allant en cours. Il lui semblait même qu'il allait en salle des troisièmes années si elle ne se trompait pas. Mais si elle disait cela, elle serait passé pour une folle qui le suivait partout, ce qui n'était pas vraiment le cas. Trouvant une bonne solution pour savoir si elle se trompait ou pas et en même temps nouer relation avec ces deux personnages, elle se présenta.


_Au fait, je m'appelle Izura Hammate et je suis en quatrième année.


Elle leur fit un grand sourire et les regarda d'un air interrogateur, attendant leur réaction et/ou réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Dim 13 Juil 2008 - 10:54

Sojiro sortit de ses pensées. La jeune fille qui était venue vers eux semblait bien partie pour commencer une discussion et il s’en voulu de ne pas avoir réagi à son accueil. Marius ne lui avait pas dit bonjour mais il lui avait gentiment sourit quand elle l’avait complimenté. Il décida de réagir :

« Excuse-moi, j’avais encore décollé pour la lune dit-il en souriant de sa bêtise, enchanté de te connaître, moi c’est Sojiro Harima, je suis en troisième année. »

Sojiro ne sut comment il devait réagir, lui faire la bise, lui serrer la main ? Alors pour ne pas qu’elle ne le prenne mal au cas où, il lui tendit la main.

« Effectivement, je crois t’avoir déjà croisé dans le lycée, j’ai une assez bonne mémoire en ce qui concerne les visages, mais comme tu viens de le dire, on ne se connaît pas encore. J’étais juste venu déranger notre concierge pour engager la conversation dit-il en se tournant vers Marius. »

Alors cette jeune fille était plus âgée que lui, à moins qu’ils ne soient de la même année, mais vu qu’il était né en plein hiver, il avait intégré le troisième niveau. Effectivement, Sojiro se rappelait de l’avoir croisé dans un couloir…ou peut-être dans la cour ? Il avait une bonne mémoire pour les visages mais ne retenait pas les lieux, ce qui était bizarre, en tout cas, il ne se pensait pas voyant au point d’être repéré par une fille…même si ce n’était que par pur hasard ça lui faisait plaisir, au moins il n’était pas invisible. La spontanéité de la jeune fille lui avait plu et se dit qu’avec un peu plus d’effort, il réussirait lui aussi à être comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Sam 19 Juil 2008 - 19:43

Une fois la question qu'il avait sur le bout des lèvres posée, Marius fut étonné qu'en fait, ces deux personnes ne se connaissaient que très peu.

*Voilà donc une fille exceptionnellement extravertie.*

Elle s'appelait Izura, un nom qui sonnait japonais et dont l'espagnol trouvait la sonorité magnifique. La jeune fille en était à sa quatrième année de lycée. Elle affichait constamment un agréable sourire. Et elle exprimait tellement cette légèreté d'âme, cette douceur immense. Marius dévia le regard un instant, feignant de regarder à nouveau par la fenêtre. Ne devait-il pas être en train de travailler? Et puis... il commençait à y avoir plus de gens autour on dirait. Mais peut-être était-ce seulement dans la tête de l'homme.

L'étudiant s'était à son tour présenté, il s'appelait Sojiro. Il était plus jeune qu'Izura d'un an. D'un ton de plaisanterie, il dit:


Citation :
J’étais juste venu déranger notre concierge pour engager la conversation.

À ces mots, Marius se sentit interpelé et se secoua.

"Il n'y a pas de dérangement."

Il se demanda alors si c'était vraiment l'impression qu'il donnait. Certes, il était en train de travailler, mais il n'en faisait pas tout un plat...

Les deux jeunes semblaient être des personnes plutôt extraverties. Marius faisait "tache" parmi eux. Il ne s'en voulait pas particulièrement mais il aurait parfois voulu que les gens autour acceptent facilement sa nature silencieuse. Il ne ressentait jamais l'envie irrésistible de parler, de sentir une proximité, quoique ça ne l'empêche pas d'apprécier les gens.

Marius sortit alors de ses poches le plan de l'étage dans lequel ils étaient. Il lui restait encore d'autres placards à vérifier, et en fait, il n'est pas du genre à prendre le temps de se reposer au travail. Lorsqu'il vivait en Espagne, tout le monde avait le droit de prendre une pause parce que la chaleur était insoutenable durant deux heures lors de l'après-midi. Ici, Marius n'a pas de raison de cesser de travailler, et ça ne le dérange pas. Oubliant quelque peu les deux jeunes, il se mit à réfléchir à la prochaine direction à prendre dans le labyrinthe des couloirs. Ceci fait, il revint à ses esprits. Fuyant les regards des deux étudiants, il replia son plan en disant d'une voix raidie:

"Mon nom est Marius."

Sojiro le savait déjà mais pas Izura. Il n'osa pas lui tendre la main, car les siennes étaient rugueuses, jamais vraiment propres et recouvertes de petites coupures qu'il se faisait ça et là.

"Vous n'avez pas de cours en ce moment ou vous faites l'école buissonnière?"

Marius se posait la question puisqu'il n'y avait pas grand monde. Il espérait qu'ils n'étaient pas en train de perdre leur temps.

"Je souhaite que non, parce que dans le cas contraire, vous gâchez la chance que vous avez d'être ici."

Il les regarda alors d'un air à la fois interrogatif et sévère. Les gens qui ne se rendaient pas compte de la chance qu'ils ont exaspèrent l'espagnol qui n'avait jamais mis les pieds dans un établissement scolaire avant qu'il ne travaille à Kobe High School. Il n'était cependant pas jaloux le moins du monde. De toutes façons, comment quelqu'un comme lui aurait pu tenir en place aussi longtemps sur une chaise ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Qui vivra verra.  Dim 20 Juil 2008 - 19:01

Izura sourit à la remarque du jeune homme, s'excusant de ne pas l'avoir salué.


_Ce n'est pas grave, et puis c'est moi qui ai débarqué comme ça alors.....
dit elle en haussant les épaules.


Ainsi donc elle était plus vieille que lui. Puis elle regarda le concierge. Il semblait troublé par les paroles du jeune homme. La jeune femme sentie qu'il se remettait en question, son regard était dans le vague. Il revint soudain à lui et leur demanda s'ils faisaient l'école buissonnière.


_Non, répondit elle en secouant la tête. Je sors tout juste de cours d'histoire et là je suis en pause.


"Chance"? Au fond d'elle même la jeune femme se demanda s'il n'avait pas eu de mauvaises expériences dans le passé et dû arreter les cours.


*C'est vrai que j'ai de la chance d'être ici.* se dit elle, toujours fidèle à elle même de ne mesurer l'importance des choses qu'une fois qu'on la plongeait dedans.


_C'est vrai que c'est une chance de pouvoir être là. L'on peut apprendre, vivre des expériences, rencontrer des gens, se faire des amis..... Mais comme beaucoup de choses dans l'existence, l'on ne se rend vraiment compte de leur interêt qu'à postériori. ajouta t elle d'un ton sérieux. Revenant à l'instant présent, elle refit un sourire aux deux hommes.

_Enfin ce n'est que mon avis ^^. ajouta t elle soudain génée d'avoir dit quelque chose comme cela tout fort.
Revenir en haut Aller en bas
 
Qui vivra verra.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: