Partagez | 
 

 La mort est synonyme de silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) La mort est synonyme de silence  Jeu 6 Nov 2008 - 0:06

L'horreur d'un accident qu'on découvre sur sa route provient de ce qu'il est de la vitesse immobile, un cri changé en silence (et non pas du silence après un cri).
Jean Cocteau
Extrait de La Machine infernale


Le silence. Surement la chose la plus précieuse mais la plus fragile au monde. Celui régnait dans les couloirs du pensionnat, quand des bruits de pas précipités virent le détrôner d'une manière radicale. Sakura courait le plus vite possible, avec la jeune fille dans ses bras. Son corps ensanglanté devenait de plus en plus froid à chaque seconde qui s'écoulait. L'infirmière priait pour que l'adolescente résiste encore à l'appel de ces ancêtres. Elle regardait de temps en temps si la demoiselle, qui était venu la chercher, la suivait. Cette dernière la rattrapa et lui dit que sa soirée était fichu maintenant. En effet, elle l'avait coupé au moment crucial du bal, mais bon, c'était son métier et dans son métier, il ne faut pas avoir peur de sacrifier une soirée.

" Ne t'en fais pas pour ça. Tu as bien fait.

Elle arrivèrent à l'infirmerie. Sakura déposa délicatement Suzu sur le lit et fit un garrot en haut du bras afin d'arrêter le saignement. Le teint de la gothique était livide. Elle avait déjà perdu beaucoup de sang, trop de sang. Sakura ne pouvait rien faire. Une plaie pareille ne pouvait être recousu, sauf par un médecin plus que renommé et encore, le résultat ne serait pas certain. La jeune infirmière pris les constantes de l'adolescente. Son pouls ne battait presque plus et sa respiration était presque indécelable. Sakura se tourna vers la fille qui l'avait mené à elle, qui venait de lui poser une question, à laquelle il était difficile de répondre.

" Eh bien. . . Je ne peux malheureusement rien te dire, mais, je vais tous faire pour qu'elle survive. "

Pendant ces paroles, Suzu avait cessé de respirer. Sakura s'en rendit compte en surveillant ces constantes. Elle vérifia son pouls et celui-ci avait cessé de battre.

*" Nan ! pas ça ! Par pitié ! Pas encore ! "*

L'infirmière entama immédiatement un massage cardiaque, espérant désespérément de la ramener parmi les vivants.


Dernière édition par Sakura Iroka le Jeu 27 Nov 2008 - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La mort est synonyme de silence  Ven 7 Nov 2008 - 20:59

Qu'est-ce que c'était stressant d'attendre, d'attendre d'attendre, et encore d'attendre... Kiyo voulait que ça se termine vite, que l'infirmière examine rapidement Suzu pour la remettre sur pieds tout de suite. Mais, ce fut tout le contraire qui se passa....L'infirmière avait appelé un médecin pour venir soigner Suzu car la blessure était vraiment énorme, et elle ne pouvait pas y faire grand chose, étant juste une infirmière, il fallait un médecin vraiment compétant. La vie de Suzu ne tenait plus qu'un fil... Plus les secondes passaient, plus Kiyo stressait encore plus, car on ne saurait pas quand la respiration de Suzu s'arrêta pour de bon. Vraiment très inquiétante et stressante comme situation. Même si le médecin n'était pas encore là, l'infirmière avait tenté de faire quelque chose, puis quand elle répondit à la question qu'elle avait posée tout à l'heure Kyo, la respiration de Suzu s'était arrêtée. Kiyo la regarda faire un espèce de massage cardiaque, ou quelque chose du genre, enfin, Kiyo n'avait jamais vu quelqu'un faire ça de toute sa vie. C'était quand même nouveau pour elle, elle se demandait même ce que l'infirmière faisait. Mais comme elle s'en doutait, c'était pour le bien de Suzu.

*Oh non !....*

Ce n'était pas possible, elle n'avait pas le droit. Mais pourtant si, Suzu ne respirait plus du tout, bel et bien morte. Kiyo avait arrêté de pleurer depuis un moment qu'elle était dans l'infirmerie, elle s'approcha du lit de Suzu, la regardant d'un air vraiment triste, ne voulant pas y croire. Elle ne voulait toujours pas accepté, mais il le fallait bien maintenant, puisque Suzu n'est plus de ce monde. Qu'est-ce qu'il faudrait faire à présent ? Lui dire à dieu ? Mais en y pensant, KIyo s'en veut un peu, de ne pas avoir passé la soirée du bal avec Suzu, elles auraient pu se rapprocher un peu plus, puis Kiyo aurait pu lui dire pourquoi elle l'avait inscrite au bal...Elle aurait voulu passer plus de journées avec Suzu, faire encore plus connaissance avec la demoiselle...


"Alors ?..."

Elle connaissait déjà la réponse, mais elle voulait l'entendre de la bouche d'une autre personne pour essayer d'y croire un peu plus. Ses larmes coulèrent encore une fois sur ses joues, sans s'en rendre compte. Son regard était toujours vers Suzu, puis, avec sa main droite, elle essuya ses joues. Ca faisait au moins, la deuxième fois qu'elle voit deux personnes saigner comme ça, l'autre fois c'était une certaine Yuki qu'elle avait rencontrée dans les douches, elle s'était enfoncée ses propres ongles dans sa chair...Et maintenant Suzu...
C'en était trop, elle avait envie de partir de l'infirmerie, mais d'un autre côté, elle ne voulait pas laisser Suzu, même si ça changerait rien....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La mort est synonyme de silence  Dim 23 Nov 2008 - 22:48

[ je poste la sortie du bal et l'arrivée à l'infirmerie en même temps ^^ ]

Leurs regards se croisaient et ne se quittaient plus, cette déclaration il s'y était préparer toute la soirée et même avant pour être sur de ne rien laisser au hasard et de cette manière pouvoir savoir avant même qu'elle lui dise, être sur de sa réponse. Il pouvait lire dans ses yeux et jusqu'au fond de son âme que les mots qu'il venait de prononcer à son égard avaient troubler la jeune femme, oh pas de façon négative mais il se doutait bien qu'elle ne s'attendait pas à cela. Il n'était plus vraiment nerveux, non désormais un autre sentiment s'emparait de lui, une chaleur indescriptible prenait place en lui et s'engouffrait dans les moindres recoins de son corps jusqu'au plus profond de ses cellules. Puis, enfin comme dans un rêve elle commença à bouger, d'abord ce fut surtout son regard qui s'intensifia puis une main vint se placer derrière sa nuque comme signe qu'elle voulait l'attirer à lui. Il frissonna sous le contact de ses doigts sur sa peau puis commença lui aussi à couper la trop grande distance encore présente entre eux deux, le temps défila au ralenti comme si la nature ne voulait pas briser l'instant magique où deux être qui s'aiment profondément sont sur le point de sceller cet amour. Plus leurs lèvres se rapprochaient et plus il voulait que tout s'accélère, lorsqu'il fut à quelques millimètres des lèvres de sa compagne il put sentir son souffle contre son visage, il passa quelques secondes avant qu'ils n'amorcent un geste pour briser la distance encore présente mais un évènements imprévu vint briser ce magnifique instant pour leur plus grand malheurs, il pense d'abord pester et maudire celui ou celle qui avait oser interrompre cet instant mais lorsqu'il entendit comme sa cavalière des cris retentirent il se retint et tenta de savoir la nature et l'origine de tout cela. Ils regardèrent tout deux de partout autour d'eux pour savoir ce qui se passait et Sakura aperçut quelque chose près de l'entrée, il tourna son regard dans la même direction et ce qu'il vit le stupéfia autant qu'elle : une jeune fille aux cheveux rouges tenait dans ses bras une camarade qui était couverte de sang, provenant surement d'une blessure amis qui ne semblait pas encore refermer puisque du liquide continuait de couler et tâchait les vêtements de la jeune fille puis s'accumulait dans le tissu avant de goutter et s'écraser contre le sol laissa une petite trainée de gouttelettes derrière elle.

Sa colocataire et également la femme de son cœur se retourna vers lui visiblement très troublée par ces personnes, il fallait la comprendre elle était infirmière et ce genre de vision n'étaient surement pas ses préférées, elle le regarda désoler, lui caressa la joue avant de lui murmurer " Je dois y aller, excuse moi ! " puis de s'en aller vers les deux élèves dont celle qui portait son amie venait de tomber à genoux en sanglotant et continuant de lui parler en lui disant de belles choses pour qu'elle reste consciente et ne s'évanouisse pas car dans ce cas les chances de la ramener vers le monde des vivants diminueraient encore fortement. Quand elle fut arrivée vers elles elle commença immédiatement un rapide examen de la demoiselle et constata qu'elle ne pourrait en aucun cas faire quelque chose d'utile pour elle dans ce lieux. Elle proposa donc à celle qui devait être probablement sa cavalière de la suivre jusqu'à l'infirmerie où elle pourrait déjà lui prodiguer de meilleurs soins, elle jeta un dernier regard en direction de son cavalier comme pour lui dire des mots qu'elle n'aurait put prononcer dans cette situation. Le jeune homme hésitât quelque secondes car il ne savait pas si il devait vraiment la suivre car n'ayant pas de diplômes de médecine il ne pourrait sans doute pas être d'une grande utilité mais le fait était qu'il avait déjà vécut des situation semblables et elle aurait surement besoin de son aide pour surmonter cette épreuve. Il partit dans leur direction dans l'espoir de les rejoindre à temps avec une autre pensée, il se souvint que lors d'un examen à l'hôpital on lui avait dit qu'il possédait un groupe sanguin particulier qui le rendait compatible avec n'importe lequel autre groupe, cette idée lui apporta un peu de réconfort mais ce n'était pas le moment, il pourrait se rassurer lorsqu'ils auraient sauver cette fille.

Il ne put rattraper tout de suite les deux femmes car elles étaient partit avec lui et de plus il avait dut mettre quelques secondes à se souvenir par où aller, courant jusqu'à en perdre son souffle il sentait que chaque mètres qu'il parcourait le rapprochaient un peu plus de l'infirmerie. Après avoir passer un couloir et plusieurs portes il se retrouva dans un corridor et comprit qu'il n'était plus très loin, enfin il allait peut être pouvoir se rendre utile à quelque chose dans cette affaire, il parcourut encore quelques dizaines de mètres et se fut enfin en face de sa destination, ne prenant même pas le temps de reprendre son souffle il poussa la porte en rentra dans la salle. La jeune femme qui portait sa camarade était dans un coin regardant la scène totalement impuissante et bloquer par le choc de la situation tandis que Sakura tentait par tout les moyens de stopper l'hémorragie et ainsi sauver sa patiente. Il s'approcha d'elle et sans même un geste ou autre chose lui parla directement en venant au but.

- Sakura dit moi comment je peux t'aider peut importe ce que je pourrais faire je le ferais sans poser de question !! Je voulais aussi te dire que si tu as besoin de lui donner du sang tu peux prendre le mien puisque je suis compatible avec elle !

Quand il eut enfin termina il s'autorisa à respirer un peu car après une telle course et un discours sans souffler il était épuiser mais toujours déterminer à faire tout son possible à sauver la jeune femme car depuis qu'il avait vu mourir un de ses amis dans un hôpital et dans ses bras il s'était jurer que si quelque chose de semblable se passait il utiliserait tout les moyens en sa possession pour aider son entourage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La mort est synonyme de silence  Jeu 27 Nov 2008 - 18:29

Le temps, comme l'eau, file entre les doigts de celui qui souhaite en avoir. Plus on en veux, plus celui-ci s'évapore rapidement. Dans ce genre de cas, le temps est le plus grand ennemi du sauveteur et cela l'infirmière le savait bien. Il était hors de question pour Sakura, qu'elle, sous prétexte qu'elle était en talons, ralentisse la cadence pour un mal de pied sans importance. Avec la jeune fille dans les bras, elle entra dans l'infirmerie et l'installa immédiatement sur le lit. Sakura s'occupa en priorité de l'hémorragie, l'urgence vitale principale. Quand elle mis le garrot à la victime, afin de stopper le saignement abondant, elle fut surprise par l'arrivée soudaine, de Hikaru qui lui proposa son aide. Tout en finissant de faire le garrot et sans porter le regard sur son cavalier, elle lui répondit de façon précise, d'une voix franche et assurée.

" Si tu veux m'aider, appelle l'hôpital et dis leur de faire venir un médecin sur les lieux le plus rapidement possible, pour une tentative de suicide au pensionnat Kobe High School. Dis leur aussi que la jeune fille d'environ 17 ans s'est entaillé dans la longueur, le bras et l'avant-bras, que je lui ai posé un garrot et que je m'apprête à prendre ses constantes. N'oublie surtout pas de leur donner également ton numéro de téléphone, afin qu'ils puissent te joindre à tous moment. . .Je compte sur toi et. . .merci d'être là. Maintenant fait vite ! "

Durant que Hikaru partait alerter les secours, Sakura prit le pouls de Suzu et constata avec horreur, que son cœur avait cessé de battre.


*" Nan ! pas ça ! Par pitié ! Pas encore ! "*

L'infirmière souleva la jeune fille et la posa à terre, avant de commencer un massage cardiaque en 30/2. Après avoir fait cinq cycles de 30 massages et 2 insufflations, elle s'arrêta pour vérifier de nouveau le pouls de la demoiselle. Malheureusement, son état ne s'était pas amélioré. Sakura reprit alors ces cycles, elle s'arrêta après 5 cycles, vérifiait le pouls, puis reprenait sans relâche. Elle ne faisait plus attention à ce qui se passait à l'extérieur, ne répondait plus à aucune question, trop concentrée que sur ces mouvements. De longues minutes plus tard, le médecin et son équipe arriva sur les lieux. En voyant la lividité de la demoiselle, l'entaille qu'elle avait sur le bras et le temps qui s'était écoulé depuis le moment où l'alerte à été donné, l'hémorragie stoppée et le début du massage, il s'approcha lentement de Sakura et lui posa une main sur l'épaule, afin de l'arrêter. La jeune femme s'arrêta à contre cœur, comprenant ce qu'il se passait. Le médecin plaça ses doigts sur la jugulaire de la gothique, puis les retira lentement et prononçant les mots les plus horribles.

- Heure du décès 21h53

Sakura se releva lentement, remercie le médecin de s'être déplacé. Ils partirent après avoir déposé Suzu sur le lit, avec un drap blanc sur elle. L'infirmière alla voir l'amie de la défunte et lui annonça la nouvelle. Elle tenta de la consoler en la prenant dans ses bras, puis lui dit d'une voix douce que si elle le souhaitait elle pouvait aller la voir. Elle prit le combiné de l'infirmerie et appela la morgue, afin qu'ils viennent la chercher. Sentant les larmes arriver, Sakura s'éloigna, pour se cacher, vers la petite pièce au fond de l'infirmerie, où elle tomba à genoux et se mit à pleurer.

" J'ai encore échouée. Je suis. . .une incapable. . ."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: La mort est synonyme de silence  Lun 1 Déc 2008 - 22:40

Il était impatient de savoir comment il pourrait lui venir en aide car il se doutait bien que malgré les compétences qu'elle possédait ce n'était jamais une chose facile de tenter de sauver quelqu'un qui avait voulut mettre un terme à sa vie car elle ne pouvait supporter chaque jour de ressentir toujours la même douleur mais qui se faisait chaque fois plus forte et plus agressive. Bien que il n'ai jamais songer à cette méthode car pas un seul instant il n'aurait put le faire et de toute manière il n'avait pas le droit car pleins de gens comptaient sur lui, cependant il avait déjà connu la situation de voir quelqu'un mourir dans ses bras et de se sentir impuissant, maudire le monde et l'univers entier parce qu'on a pas sut l'empêcher, on se demande ce qu'on a bien put faire de mal pour mériter une telle épreuve. Tandis qu'elle continuait d'appliquer son massage cardiaque sur la pauvre fille et qu'elle tentait de lui apposer un garrot pour limiter l'hémorragie et ainsi garder le peu de sang qui lui restait encore en elle, elle lui dicta quelques consignes à exécuter rapidement pour lui permettre de peut être survivre à cette soirée, il s'appliqua donc à suivre ses directives sans omettre un détail ou la faire répéter car ce n'était pas le moment d'être dans les nuages. Il fit comme elle lui avait expliquer et appela sans attendre le centre hospitalier auquel était rattacher le lycée et leur expliqua en quelques phrase la situation qui se déroulait actuellement qui dans ce cas était une tentative de suicide de la part d'une des élèves du pensionnat de kobe et leur demanda expressément de faire venir un médecin compétent dans les plus bref délais. Il précisa également que la suicidaire était âgée d'environ 17 ans ainsi que la nature de son entaille qui démarrait du bras et partait jusqu'à l'avant-bras, il leur fournit également les actions que sakura avait déjà entreprit comme le garrot et qu'elle s'apprêtait à prendre ses constantes. Avant de terminer le coup de fil il leur donna évidemment le numéro de téléphone où ils pourraient les joindre pour de plus amples questions ou autres détails.

- C'est bon Sakura je les aient appeler et ils m'ont dit que ils allaient faire venir le docteur Malarde aussi vite qu'ils le pourront. J'espère que cette jeune fille va s'en sortir, c'est trop bête de mourir à son âge on ne peut pas apprécier la vie...

Au fond de son âme il était en rage, devant lui une personne était aux portes de la mort et bien que il ne la connaissait pas vraiment c'était une élève du lycée et aussi il s'était toujours juré que personne dans son entourage de mourir tant qu'il lui resterait un souffle de vie. Il ne souhaitait pas revivre cette situation, il ne voulait pas revoir quelqu'un perdre la vie devant lui sans qu'il ne puisse rien faire mais si jamais cela arrivait il se devait d'être auprès de sakura si quelque chose se passait mal. Plusieurs longues, interminables et douloureuse minutes passèrent, tandis qu'elle prenait les mesures habituelles pour ce genre de cas son visage prit un teint pâle et elle s'empressa aussitôt de recommencer ses massages cardiaques ainsi que les insufflations ce qui alerta Hikaru sur le fait que la jeune gothique venait encore de tomber dans les bras de la grande faucheuse et son cœur se serra à ce moment non seulement pour la femme qu'il aimait en la voyant tout tenter pour la ramener mais aussi pour la demoiselle qui était à côté d'eux et d'après les larmes dans ses yeux était très attachée à son amie. Intérieurement il riait énormément pour que tout se finisse bien, c'était ironique comme situation car lu qui avait passer sa vie à voir des camarades ou des personnes autour de lui mourir et qui avait penser que dieu n'était qu'une farce priait en son nom aujourd'hui, comme quoi même l'amour peut vous faire faire beaucoup de changements. D'autres minutes s'écoulèrent tout aussi lentes et tristes que les dernières avant elles, il lui semblait qu'il n'entendait même plus le bruit si caractéristique de l'aiguille de l'horloge si commun à ce genre d'endroit mais comme sa cavalière il se concentrait sur la jeune fille allongée sur le lit devant lui et qui s'éloignait toujours plus du monde des vivants après chaque secondes qui s'écoulaient. Après une éternité qu'il aurait put considérer comme un millénaire le médecin qu'il avait appeler arriva enfin accompagnée de son équipe et durant un instant il crut sentir l'espoir renaitre en lui mais lorsqu'il le vit s'approcher du corps inerte étendu devant lui il s'en rapprocha lentement et avec un air profondément triste il posa une main sur l'épaule de l'infirmière et secoua la tête négativement. Il plaça ensuite ses doigts sur la jugulaire du corps maintenant froid et les retira après quelques secondes les retira en prononçant les paroles que tout le monde redoutait et qui seraient surement celles qu'ils retiendraient pendants longtemps, l'heure du décès de la jeune fille fut alors décider...
La jeune femme qui avait tenter avec désespoir de la réanimer et qui avait échouer se décala pour leur permettre d'emmener le corps à la morgue et en passant annonça la tragique nouvelle à la demoiselle qui avait amener le corps à sakura puis tenta vainement de la consoler avant de partir et de s'éloigner dans le fond de la pièce pour maudire son incompétence à sauver les gens. Puis elle éclata en sanglots incontrôlés, Hikaru voyant la scène alla vers elle et au passage mit une mains réconfortante sur l'épaule de kiyo puis alla en direction de sa bien-aimée. Il s'assit à côté d'elle, la prit simplement dans ses bras et la laissa pleurer contre lui, il ne dit rien car dans ce genre de situation on ne peu que soutenir la personne, il se contenta donc de la serrer contre lui amis ce geste simple lui démontrait qu'il serait toujours là pour elle et qu'il ne la laisserait jamais tomber, qu'il relèverait les défis que leur imposait la vie ensemble désormais.



( niark niark je t'ai battu >o< )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: La mort est synonyme de silence  

Revenir en haut Aller en bas
 
La mort est synonyme de silence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: