Partagez | 
 

 Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
« Invité »
(#) Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [PV Suzu]  Lun 24 Déc 2007 - 17:16

Allongé dans un fauteuil, ses gerbilles pelotonnées sur ses genoux après un copieux repas, le gothique semblait tendu...
Il courait, courait droit devant lui mais la chose dans son dos se rapprochait inexorablement. Il le sentait, si jamais il était reprit, il n'en sortirait pas indemne alors écartant les branches sur son passage, prenant appui sur des pierres, il avançait si vite que son corps s'engourdissait, à tel point qu'il pensait faire du sur-place. Ce n'était pas possible, il était pourtant certain qu'au bout du chemin il pouvait trouver un refuge et là, enfin, il le voyait mais... *Crac* La créature à multiples tête lui coupa la route, cassant les arbres alentours et recrachant le bras humain qui lui servait de cure-dent. Avant qu'il n'ait pu bouger, le gothique se retrouva contre une paroi de pierre et l'une des griffes de la bête lui perça la tête de part en part au niveau de l'oeil droit. Il ne pouvait plus bouger et déjà, les mâchoires de la chose se refermaient sur sa gorge, la tranchant net...

Ouvrant son oeil gauche, plaquant la main sur le côté droit de son visage, Yasuo haletait. Le mauvais rêve qu'il avait fait semblait se prolonger dans la réalité par une migraine assez importante. Sur ses genoux, les gerbilles s'étaient réveillées en sursaut et tournaient en rond, se dressant sur leurs pattes arrières. A les voir, on aurait dit que Yami et Tsuki cherchaient à voir le visage de leur propriétaire. Le visage pâle du garçon était devenu pire si c'était possible, parcourut d'une ou deux gouttes de sueur épargnant de justesse le trait de couleur violette présent sous son oeil. Du bout du pied, il sentit quelque chose et chercha à rassembler ses souvenirs quand tout finit par lui revenir. Il avait sentit de la fatigue et s'était posé là, son sac-cercueil à ses pieds, ses gerbilles sur les genoux. Il avait juste fermé l'oeil une petite minute mais à voir la pendule, cela faisait bien une demi-heure qu'il s'était assoupi... Et pour faire un cauchemar qui plus était... Etendant ses bras, poings fermés, au dessus de lui, il s'étira un instant puis jeta rapidement un coup d'oeil sur la salle commune.

C'était étrange, il avait vraiment l'impression d'un regard ou quelque chose d'approchant. Y aurait-il un autre élève dans la salle qui le connaissait ? Plongeant la main dans sa poche intérieure, il en sortit deux graines qu'il donna à ses rongeurs, rejettant doucement la tête en arrière. Si quelqu'un voulait lui parler, il ou elle pouvait sans problème.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Lun 24 Déc 2007 - 17:32

Suzu était entrée dans la salle commune, quasi déserte, après le repas... Elle remarqua quelqu'un d'assoupi sur le fauteuil mais ne fit pas plus attention que cela, cherchant dans son sac sa trousse Mr.Jack et un bloc de feuilles de papier blanc, histoire de se détendre en dessinant un peu. Elle chercha son crayon puis en suçota légèrement le bout, observant le fauteuil dans lequel était affalé quelqu'un.

Elle entendit du coup un halètement d'une voix qu'elle semblait connaitre, mais de où ? Elle vit deux bras dépasser du haut du fauteuil, puis se rabattre, la personne devait surement s'être réveillée après un cauchemar. Suzu remballa ses affaires puis décida d'aller voir qui était la personne dans le fauteuil, pour être sûre du fait qu'elle la connaissait ou pas.

Elle s'approcha lentement, puis se posta sur le côté du fauteuil et reconnut Yasuo, son partenaire pour le bal de rentrée, après avoir étouffé une légère exclamation de surprise, elle se décida à lui adresser la parole timidement.


" Hey... salut Yasuo... je ne t'ai pas réveillé j'espère ? "

Suzu réussit à sourire légèrement au jeune homme habillée en noir qui la regardait maintenant de son seul œil visible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Lun 24 Déc 2007 - 18:03

Délaissant son côté droit du visage, par ailleurs légèrement marqué par l'appui du dossier, Yasuo reprenait peu à peu le dessus sur son état ensommeillé. Tout du moins, il fut assez réveillé pour entendre que quelqu'un lui adressait la parole, et timidement en plus ? Etant donné que cette voix féminine l'avait appelé par son prénom, ce ne pouvait être que l'une de ses rencontres récentes... Cherchant la personne qui lui avait parlé, son oeil tomba sur le visage d'une jeune fille qui ne lui était pas inconnue bien que sa tenue actuelle diffère pas mal de ce qu'il avait vu au bal. A part un bref échange de mots polis, ils ne s'étaient pas vraiment revus entre temps et le jeune homme avait presque oublié avoir participé à cet événement. Si sa mémoire ne lui jouait pas de tour, il s'agissait de Suzu, une jeune fille qui... Etait finalement allée au bal avec une autre demoiselle. Passant un court instant son index sur son oeil visible, le gothique prenait peu à peu conscience de la curiosité croissante que lui inspirait cette demoiselle, à tendances sombres. C'était étrange mais en la voyant, il avait l'impression de revoir une jeune fille de la ville, qui venait juste de se mettre au style gothique. Non, il devait être encore trop endormi...

Finissant par tapoter la tête de ses rongeurs grignotant en inspirant un peu plus fort, il finit par briser son éternel silence par une remarque toute bête.


Non, je venais de mourir.

Le garçon se pencha sur son sac pour attraper un mouchoir de beau tissu noir qu'il utilisa pour arrêter une goutte de sueur. Une croix cassée entourée de roses bleues était brodé sur le bord, apparemment à la main. Après ce bref interlude et tandis qu'il reprenait sa pâleur normale, Yasuo sentit sa curiosité prendre le dessus et contre sa propre nature, ce fut lui qui enchaîna.

Quelque chose m'intrigue... Peut-être peux-tu m'éclairer...

Je ne comprends pas comment une femme peut être attirée par une autre...


Yasuo eut un bref souvenir d'un événement récent et ajouta sur le même ton neutre, ne portant aucun jugement ou ton à part peut-être une pointe de curiosité.

Et même chose pour les hommes...

Ce devait être la fatigue car à de rares exceptions près, Yasuo ne conversait pas avec ses semblables, encore moins pour parler de ce genre de choses et pire encore avec une fille. Pendant ce temps, Yami, la gerbille noire, ayant repéré la jeune fille, se dressait sur ses pattes arrières dans sa direction. Tsuki, la grise, était venue se loger au creux du vêtement du gothique. Si sa question faisait fuir la jeune fille, tant pis, il ne s'en démoraliserait pas, si moral et morale il avait, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Lun 24 Déc 2007 - 18:34

Yasuo avait l'air encore partiellement endormi lorsque Suzu lui adressa la parole, il passa l'un de ses doigts sur son œil visible, se réveillant peu à peu. La jeune fille avait entretemps approché un fauteuil, attendant patiemment sa réponse, de toute façon elle n'était pas pressée.

Le jeune homme tapota sur les deux animaux que Suzu n'avait pas remarqué jusque là, des espèces de souris à longue queue, l'une noire et l'autre grise, pelotonnées sur les genoux de leur maitre, la jeune fille les observa avec intérêt en attendant que Yasuo brise le silence. Il finit par faire une remarque idiote, peut être sur le cauchemar qu'il avait fait, s'il avait fait un cauchemar d'ailleurs... Puis s'essuya le front avec un superbe mouchoir noir brodé de roses bleues entourant une croix cassée.

Il fit part de ses interrogations envers les orientations de Suzu, avec une légère curiosité dans le ton de sa voix. La jeune fille l'écouta attentivement puis commença à réfléchir à la question de Yasuo, se grattant le menton et fronçant les sourcils.


" Comment ce fait-il qu'une femme soie attirée par une autre... au lieu d'être attirée par quelqu'un du sexe opposé... C'est une question difficile tu sais, c'est comme si tu me demandais comment ce fait-il qu'une personne aime la couleur noire et que l'autre personne aime la couleur blanche... Je vais te dire, je n'ai jamais ressenti d'attirance pour les hommes, maintenant qu'un couple soie formé de deux personnes de sexe opposé ou de deux personnes du même sexe... Il n'y a qu'une chose qui entre en jeu, l'amour, le désir, l'attirance, qui sont les mêmes pour tout le monde... Qu'on aime les hommes, les femmes ou les deux...

Désolée mais je ne pourrais pas te répondre mieux que ça... "


Suzu capta le regard de Yasuo pour tenter de comprendre ce qui l'avait poussé à lui poser cette question, tout en observant du coin de l'oeil ses deux petits rongeurs entrain de se poursuivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Lun 24 Déc 2007 - 20:26

Yasuo, sa question posée, ne s'attendait pas réellement à une réponse de la part de la jeune fille. Après tout, quelle personne censée s'ennuierait à lui parler, à ce gothique borgne ou pas et qui fait peur ? Bientôt, tandis que les gerbilles se servaient de leur propriétaire comme mur d'escalade pour se courser, Suzu finit par lui répondre et quelle réponse ! On aurait dit l'effet d'une claque... Pas pour la douleur, quoique le mal de tête persiste, mais tout bonnement parce que cette fois-ci il était bel et bien réveillé. La curosité de l'adolescent lui faisait pencher la tête sur le côté droit, dégageant son oeil visible de ses mèches brunes. Ainsi, peu importait le genre d'une personne, tout ce qui comptait c'était leur attirance ? Finissant par se pencher sur son sac pour attraper un carnet de petite taille à couverture bleue, il s'empara également d'un crayon et se mit à noter rapidement une ou deux choses. Finissant par se frotter le front avec la gomme, il croisa les jambes, un peu à la manière d'un reporter en pleine interview. Ces quelques mots de Suzu jetaient un peu plus le trouble dans l'esprit curieux du jeune homme. Cela voudrait dire qu'on ne se base que sur l'attraction avec un autre être pour décider qu'on apprécie ceci ou cela ? Comment qualifiait-on ce phénomène déjà... Ah oui, la socialisation. Sans cette étape d'éducation, intégrer les valeurs permettant de reconnaitre un battement de coeur amoureux d'une simple arythmie.

Tandis qu'il écrivait de sa main gauche, Yami la gerbille noire escalada sa manche et vint chercher refuge dans son cou, sous ses cheveux. C'était plutôt étrange qu'une quasi-inconnue accepte de lui parler aussi franchement de son orientation car dans l'esprit de l'adolescent, non seulement une fille n'aimait pas ce genre de questions, comme sur le poids, chose tabou pour nombre d'entre elles mais en prime c'était sa vie privée... Et pourtant, pourtant Suzu avait répondu sans gêne, comme affirmant ses dires, s'excusant même de ne pas pouvoir répondre mieux que cela. Yasuo esquissa un mouvement de tête affirmatif tout en gardant la tête légèrement inclinée. D'autres questions lui venaient en tête, simplement de sociologie et d'analyse. Si Suzu était encline à lui répondre, il avancerait davantage dans la compréhension de son entourage et plus généralement du genre humain.


Attirance... J'ai lu plusieurs choses là-dessus...

Certains écrivent que deux êtres sont "destinés" à se rencontrer, d'autres que l'attirance n'est qu'une projection de son idéal sur un autre... Ou qu'un simple trait de caractère suffit...


Le gothique, retenant d'une main la forme noire de Yami, attrapa des barres coupe-faim dans son sac et en proposa une à son interlocutrice sans dire autre chose. Tsuki, gerbille grisée et tranchant avec la tenue de son propriétaire, dormait en boule. En revanche, dès qu'il vit la main tendue, Yami s'empressa de parcourir le bras de l'adolescent, allant renifler l'emballage.

Yami...

A son nom, la gerbille tendit ses petites oreilles vers le borgne qui le regardait de son oeil à lentille dorée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Mer 26 Déc 2007 - 14:08

Suzu avait répondu du mieux qu'elle le pouvait, elle observait maintenant le jeune gothique qui paraissait maintenant plus réveillé, penchant légèrement la tête pour réfléchir. Il sortit un carnet et un crayon de son sac sous le regard intrigué de Suzu, y nota quelques mots, puis se gomma le front et recommença à écrire sur le petit carnet, pendant ce blanc, la jeune gothique observa la petite bestiole noire escalader son maitre pour se loger au creux de son cou avec une légère expression malicieuse.

Yasuo dit quelque chose qui intrigua Suzu, il dit qu'il avait lu un article parlant de l'attirance et en donna une définition qui avait l'air tout juste sortie d'un livre sur les relations entre les gens... Il posa sa main sur la bestiole noire et plongea l'autre dans sa poche pour en sortir des barres coupe faim, il en proposa une, main tendue à Suzu qui observa la petite bestiole noire se précipiter pour en renifler l'emballage, Yasuo prononça ce qu'il semblait être le nom de cette bestiole car elle dirigea sa petite tête poilue vers lui.

Suzu sourit tout en observant la dénommée Yami, mourant d'envie de la toucher elle dirigea sa main vers la barre et frôla la petite bête avec l'un de ses doigts fins, elle apprécia la douceur et la chaleur de Yami en souriant puis son regard remonta pour regarder l'œil unique de son propriétaire.


" Merci Yasuo, ça me fera mon dessert... Je peut à mon tour te poser une question ? "

Suzu le regarda toujours en souriant, serrant la barre dans sa main, attendant une réponse de la part du gothique taciturne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Mer 26 Déc 2007 - 14:31

Pouvoir magique du familier en action ! C'était ce que Yasuo aurait sorti s'il était du genre à blaguer et s'extasier pour un rien... Ce qui n'était évidemment pas le cas. Bras légèrement tendu pour donner cette barre coupe-faim à son interlocutrice, geste intéressé étant donné qu'elle pouvait lui apprendre pas mal de petites choses sur un sujet jusque-là inconnu. Yasuo n'avait absolument pas la répulsion propre à certaine personnes vis-à-vis d'humains aimant les gens du même genre qu'eux. Sa curiosité dépassait la réaction conditionnée que l'on inculque aux jeunes gens et pour un être qui se voulait davantage observateur qu'acteur du monde, c'était une bonne chose. Tandis qu'elle prenait l'objet, Suzu risqua un doigt sur la fourrure du mâle noir qui, le sursaut du à la surprise passé, renifla le doigt de la jeune fille sans prendre la fuite dans l'immédiat. Alors qu'il reprenait sa main, le gothique fit attention à ce que son familier ne chute pas, même s'il se trouvait déjà au-dessus de ses genoux où la gerbille grise dormait en boule. Ecartant son carnet pour éviter que le rongeur ne s'y intéresse, Yasuo le laissa parcourir son bras puis descendre le long de son buste pour rejoindre son camarade poilu. Après un bref nettoyage, Yami se colla contre Tsuki, semblant grignoter de l'air.

Attendant qu'ils soient tous deux immobiles, le gothique reporta son attention sur son interlocutrice plutôt souriante, qui semblait pleine d'une joie de vivre qu'il ne connaissait pas vraiment. Comment faisait-elle pour avoir la forme comme ça ? N'esquissant pas un geste sur le moment, il cogita la petite question moins d'une poignée de secondes avant de faire un bref signe de tête affirmatif, passant rapidement l'index sur le fil supérieur de son bandeau pour le remettre à sa place. A bien y réfléchir, Suzu était la première demoiselle avec qui avait parlé mais ce n'était qu'un vague détail sans grande importance. C'était de bonne guère, il lui avait posé une question épineuse à laquelle elle avait répondu de son plein gré.

De son côté, il avait accepté qu'elle le questionne mais se réservait le choix de répondre ou non. On est un gothique secret, peu causant et négatif ou on ne l'est pas après tout. Malgré son envie de rester silencieux, il laissa passer deux mots qui voulaient tout dire.


Je t'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Mer 26 Déc 2007 - 22:30

Suzu regardait la bestiole restant sur la main du gothique tandis qu'il la replia vers lui, elle observa la petite boule grise que formait l'autre bestiole et vit que Yami l'avait rejoint quelques secondes plus tard, la jeune fille était très intéressée par ses deux animaux ressemblant à des souris à longue queue, cette fois ci Yasuo ne tarda pas à répondre à Suzu par un signe de tête affirmatif. Mais elle ne s'avança pas, pensant avoir mal vu, puis entendant les deux mots qu'il prononça elle poussa un léger soupir de soulagement se disant qu'elle ne devrait finalement pas s'acheter des lunettes... Du moins pas encore.

" Ce n'est qu'une curiosité de ma part, je ne t'en voudrais absolument pas si tu ne me réponds pas... Si la question te dérange tu me le dis et on continue notre petite conversation sur un autre sujet.
Bref, je ne vais pas m'étendre longuement... Donc voilà, ta phrase de tout à l'heure m'a légèrement intriguée, tu disais que tu avais lu quelque chose sur l'attirance... Mais tu n'as jamais eu cette sensation d'attraction envers une autre personne ? "


Suzu avait parlé d'un ton presque neutre, une pointe de curiosité perçant dans son regard toujours posé sur les petites bestioles noire et grise, elle rougissait presque de sa question mais n'en ferait pas toute une histoire s'il lui disait qu'il ne veut pas répondre, après tout, les gens ont souvent des tabous au niveau de leurs sentiments... Et il ne faisait peut être pas exception, Suzu attendit sagement la réponse de Yasuo en ouvrant délicatement l'emballage de la barre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Mer 26 Déc 2007 - 23:09

D'attraction ?

Après la tirade de Suzu à ce sujet, Yasuo avait davantage entendu ses lèvres laisser passer ce mot plutôt que de l'avoir pensé puis formulé de lui-même. La gothique lui demandait, à lui, s'il avait déjà ressenti cela et en premier lieu, Yasuo resta immobile. Dans son oeil visible fixé sur un point invisible, une certaine absence était par contre perceptible. Il réfléchissait au sens que la jeune fille avait vu derrière ce mot et pouvait à peu près déterminer ce qu'elle comprenait en parlant de cela. Sans doute faisait-elle référence à cette sorte d'instinct qui attirait certaines personnes entre elles et en repoussait d'autres... Elle lui demandait, après une hésitation certaine, s'il avait, en gros, eu envie de se tenir près de personnes chères ou quelque chose d'approchant... Quoique venant d'elle, ce devait plutôt être une référence à son coeur ou les sentiments amoureux pour une autre personne. Oui, il y avait de fortes probabilités que ce soit une réponse avec ce sens là qu'elle attendait. Relevant son oeil visible qu'il posa sur les mains de la jeune fille défaisant l'emballage, il cherchait une façon de formuler sa réponse. C'était une question somme toute banale et qui lui permettait en prime d'aborder une introspection alors il n'y voyait rien de dérangeant.
Refermant son carnet en laissant son index entre les deux pans, il pencha un peu la tête sur la gauche.

Sur ses genoux, les gerbilles se blottissaient, formant une nouvelle fois le cercle du Yin et du Yang bien qu'il s'agisse de deux mâles. Ces rongeurs-là au moins ne se posaient pas de questions. Suite à une petite minute de réflexion, le gothique reporta toute son attention sur le visage de Suzu. Il allait répondre et la prendre de vitesse sur certains détails qu'elle voudrait sans doute connaître pour mieux appréhender sa personne.


Si tu fais référence à ce qui pousse un humain vers un autre qui, entre autres, lui plaît, alors non...

C'est un concept qui m'échappe totalement... C'est la raison qui me pousse à lire des ouvrages sur la psychologie humaine...


Ecornant la page de son carnet qu'il rangea dans sa poche intérieure de manteau, l'adolescent marqua une brève pause puis leva son oeil sur une lampe du plafond, comme cherchant à se remémorer quelque chose. Ses paupières se resserrèrent un peu, lui donnant l'air de plisser l'oeil. Ecartant l'une de ses mèches noires de son visage pâle, il finit par poursuivre.

Pour qu'un enfant sache que telle ou telle chose existe, il faut que son entourage proche lui fasse découvrir. C'est la base de toute éducation, non ?

Lorsqu'il ne voit que silence, indifférence ou politesse exagérée, sur fond de devoir et de tradition en permanence... Il ne peut que se baser sur ce genre de modèles...


Ramenant son visage dans l'alignement de celui de son interlocutrice, il arborait une sorte d'expression neutre, entre curiosité discrète et air de philosophe qu'il appuya, en même temps que sa tête, sur sa main. Son coude gauche s'enfonçait légèrement dans l'accoudoir et si Suzu avait bien suivi, ce devait être l'une des rares fois où, de lui-même, le gothique justifiait ses pensées et son point de vue. C'était également un jour à marquer d'une pierre blanche puisqu'il avait aligné plus de cinq mots dans une même phrase. Peut-être la jeune fille qui lui faisait face rebondirait sur ce qu'il avait dit mais si elle lui posait directement des questions sur sa famille, elle n'obtiendrait aucune réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Jeu 27 Déc 2007 - 0:47

Yasuo eut un léger moment d'interrogation, il réfléchit quelques instants en regardant ses bestioles se mettre dans la position du Yin-Yang, Suzu commença à croquer dans sa barre les yeux légèrement pétillants en attendant la réponse du gothique. Après environ une minute de silence, il se décida enfin à parler, Suzu interrompit sa dégustation de la barre pour l'écouter attentivement, et ce qui lui dit l'étonna d'abord, car elle ne pensait pas que quelqu'un n'aie jamais éprouvé une quelconque attirance pour quiconque.

Il fixa le plafond comme s'il voulait se remémorer quelque chose, puis lui posa une question qui lui échappait, le fait de découvrir quelque chose parce que son entourage proche lui faisait découvrir. Suzu ne savait pas quoi répondre, le laissait continuer, il lui disait qu'il ne voyait qu'indifférence ou politesse exagérée avec tradition et devoir... Suzu resta pensive à ses propos, pensant à sa propre famille qui ne s'était jamais occupée d'elle, ne connaissant même pas ses parents pour les avoir vus que quelques fois dans sa vie, la seule fois où elle a vu quelqu'un s'inquiéter vraiment pour elle c'était après le bal de rentrée, la jeune gothique ferma les yeux quelques instants, se remémorant les paroles d'Azel pleines d'inquiétude lorsqu'elle s'était réveillée dans la douche. Elle baissa légèrement sa tête, avalant quelque peu sa salive et grattant au niveau de son bracelet de force qui cachait sa plus grade blessure, tout en fixant son poignet, elle répondit au gothique d'une voix tremblotante mais distincte.


" Quel est le pire ? Avoir été élevé dans le respect des droits et des tradition et de connaître le visage de ses parents... Ou n'avoir vu en tout et pour tout ses parents que 5 fois en tout dans sa courte vie, avoir été élevée par une femme qui ne t'a pas enfanté, et d'avoir presque failli mourir dans l'indifférence totale de ceux qui t'avaient engrangé ? "

Suzu leva la tête vers Yasuo, le regard et le visage grave, son sourire et sa joie de vivre avaient disparu, la douleur revenait en son cœur... Elle se mit à jouer avec les fermetures de son bracelet de force, l'ouvrant par mégarde.

*Pourquoi tu t'ouvres maintenant toi ? Je pense assez à mon passé comme ça...*

Sentant le regard de Yasuo, elle tenta de cacher son énorme cicatrice blanchâtre avec son autre main, sans vraiment de succès, et tripotait maintenant avec frénésie son bracelet de force ouvert pour tenter de le refermer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Jeu 27 Déc 2007 - 1:40

Après avoir expliqué un peu par énigme sa vision des choses, Yasuo vit son interlocutrice arborant une expression pensive, comme si ces simples mots lui avaient fait écho. N'affichant pas la moindre expression, comme il le faisait toujours, il la vit gratter sa parure, son bracelet, avec une sorte de pulsion. Baissant la tête, comme si elle s'apprêtait à dire quelque chose qui lui pesait, la jeune fille avait vraiment l'air de ressasser quelque chose d'important à ses yeux. Finalement, au bout d'un moment, reprenant la manière de faire de son interlocuteur, elle lui posa une question basée sur une certaine vision de l'éthique. Il fallait lui dire ce qu'il y avait de pire entre avoir connu ses parents et recevoir une éducation stricte ou avoir été élevé dans une sorte de totale indifférence. Oui, en gros, Suzu avait aussi eu pas mal de soucis jusqu'à aujourd'hui. Dans l'esprit du gothique, une chose tournait... Le monde est pourri, les adultes sont indignes de confiance et les proches ne sont là que tant que nous allons bien. L'être humain est foncièrement mauvais, égoïste et pire encore mais avant de pouvoir réfléchir plus avant dans ce genre de choses, l'attention du gothique se porta sur le bracelet ouvert. Fixant un instant de son oeil doré le poignet, il y aperçu une trace blanche de grande taille localisée pile sur... Instantanément, son esprit fit le lien avec des revues spécialisées dotées de photographies couleurs sur le sujet. Alors cette personne qu'il avait en face d'elle avait peut-être... Ce pouvait être un accident ou alors une autre personne qui lui ait fait cela mais au plus profond de lui, le gothique en doutait sérieusement. La lesbienne se démenait avec son bracelet, avec ardeur et maladresse, ne parvenant pas à le refermer. Soulevant ses gerbilles de la main gauche, Yasuo franchit l'espace qui le séparait de la jeune fille et lui posa ses rongeurs sur les genoux.

L'obligeant à écarter sa main couvrant la cicatrice, l'adolescent prit en main les attaches du bracelet et leva son oeil à lentille jaune d'or vers le visage de Suzu, cherchant à la faire le regarder. S'il ne regardait plus la marque et qu'il refermait le bracelet, elle retrouverait son calme. Un genou à terre, refermant une attache, il devina que Tsuki relevait la tête et examinait avec attention les genoux qui lui servaient de support. La jeune fille qui lui faisait face pouvait à son gré fixer son oeil ou son bandeau, du moment qu'elle retrouvait un peu son calme. Vérifiant que la première fermeture était bien remise d'un bref coup d'oeil, le brun répondit finalement à la phrase de Suzu.


On ne peut pas dire que l'un ou l'autre soit pire. Tout dépend de nos valeurs respectives... Et de toute manière, il y a toujours plus bas dans ce que peuvent faire les humains...

S'emparant de la seconde attache en plaquant sa main pour ne pas laisser paraître la cicatrice, Yasuo cherchait à distraire la jeune fille. Bonté d'âme ? Oh non, pas le gothique... C'était juste que voir cette cicatrice faisait écho à la sienne... En la cachant, il se préservait... Que Suzu aille mieux ensuite n'était qu'un petit plus... Lâchant finalement le bracelet, le gothique, gardant un genou à terre, s'assit sur son talon, regardant Tsuki se dresser sur ses pattes arrières. Attrapant une miette tombée de la barre, la gerbille commença à la grignoter puis se redressa, en cherchant d'autres. Passant la main droite sur son bandeau, Yasuo finit par reprendre la parole.

Même ceux que l'on penserait les derniers à faire du mal...

Là, ça peut parfois être encore plus dur... Une personne que je n'ai pas connu a écrit "Tout ce qui ne tue pas rend plus fort... Mais tout ce qui blesse, laisse des traces, toujours".

Il n'y a pas meilleure vérité.


Suite à sa tirade, le gothique se saisit de la zone de tissu couvrant son oeil et le releva à demi. Il cachait encore une bonne partie de son oeil mais il était clair que sa paupière et la zone en-dessous était marqué d'une cicatrice d'allure profonde. Restant immobile jusqu'à ce qu'elle l'ait vu, le gothique replaça son cache et se redressa. Du coin de l'oeil, il aperçut un distributeur de boisson chaude ou froide à disposition des élèves et le désigna d'un léger signe de tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Jeu 27 Déc 2007 - 23:04

Yasuo fit ce que Suzu ne voulait absolument pas qu'il fasse, il fixa le temps d'un instant son immense cicatrice qu'elle tentait de cacher tant bien que mal, puis le jeune gothique se leva en prenant dans ses mains ses bestioles pour les lui poser sur les genoux, la jeune fille se calma quelque peu en tripotant toujours frénétiquement les fermetures de son bracelet. Yasuo lui écarta de force la main de son bras, mais entreprit de fermer lui même le bracelet, un genou à terre, ce qui rassura partiellement la jeune fille qui fixait maintenant l'œil visible du gothique, il finit de refermer la première fermeture avant de recommencer à parler, disant qu'on ne pouvait pas dire si l'un ou l'autre était pire, que cela dépendait des valeurs, et dit une phrase qui intrigua Suzu, à propos des êtres humains, mais elle se tut, attendant patiemment que son bracelet soie refermé pour reprendre la parole.

Yasuo s'attaqua à la seconde attache, plaquant sa main sur la cicatrice pour la cacher à son regard, ce qui tranquillisa Suzu assez rapidement, puis il finit de refermer le bracelet de force et Suzu retira son bras pour le presser contre elle, sentant les bestioles bouger sur ses genoux, elle ferma brièvement les yeux pour se calmer et les rouvrit doucement lorsque Yasuo reprit la parole, une main sur son bandeau.

Il dit quelque chose que Suzu se rappellera surement durant le reste de ses jours, ce qui ne te tue pas te rends plus fort, mais tout ce qui blesse laisse des traces... toujours, et il souleva un peu de son bandeau, laissant découvrir une cicatrice qui avait l'air longue et profonde, la lesbienne regarda avec intérêt puis vit le signe de Yasuo lui proposant probablement quelque chose à boire, elle se détendit enfin en poussant un léger soupir, puis prit enfin la parole.


" L'être humain n'est pas forcément mauvais par nature, en tout cas certains méritent d'être connus et reconnus, ceux là se comptent probablement sur les doigts d'une main... Mais j'en ai rencontré une... Elle fait maintenant partie de mon présent et c'est tout ce qui m'importe... "

Suzu répondit d'un signe de tête affirmatif au regard de Yasuo lui proposant à boire, il pouvait lui ramener n'importe quoi, tant que c'était à boire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Ven 28 Déc 2007 - 2:47

Semblant calmée avec la fermeture de son bracelet de force, Suzu finit par reprendre la parole après avoir longuement fixa sa cicatrice. Devant son expression, Yasuo devina que ce n'était pas la première fois qu'elle en voyait de ce type, ou du moins n'y était pas sensible. Après un soupir, la lesbienne parvint à lui répliquer quelque chose. Tout d'abord, elle exposa un avis différent sur les humains, avis que Yasuo respectait même s'il n'était pas partisan de ce genre de pensées. Enchaînant sur une tirade ayant trait à sa vie personnelle, Suzu n'avait pas l'air de se rendre compte du ton sur lequel elle s'adressait à lui. C'était un ton doux, presque de confidence à lui qu'elle connaissait à peine, lui disant qu'elle avait trouvé l'une des rares personnes à rencontrer dans ce monde. Bien, une chance pour elle après tout. Suivant sa silhouette, le gothique finit par la voir lui permettre d'aller leur chercher quelque chose à boire. Sans perdre de temps, entre autre parce que cette personne l'intriguait beaucoup, il rallia le distributeur gratuit au passage et examina les choix. Boissons gazeuses, chocolat, pas de boisson caféinée en revanche mais du thé à différents parfums. Il y avait également le choix entre thé brut et thé au lait, tellement de choix en vérité que le gothique resta quelques instants indécis devant la machine. Il n'en avait pas franchement l'habitude... Une chance qu'il soit dégourdi de nature sans quoi il se serait retrouvé stupidement à faire le pied de grue devant.

Sur les genoux de la jeune fille, la gerbille grise nettoyait le pelage de la noire qui ne quittait pas le bracelet de force des yeux. Yami restait de marbre en attendant, sans doute, la fin de la toilette pour aller explorer davantage les lieux. A peine Tsuki l'avait-il lâché que Yami se dressa sur ses pattes arrières, cherchant à renifler les doigts de la gothique. Ses moustaches papillonnèrent puis il se dirigea rapidement vers les rotules de la demoiselle, penchant la tête vers le sol. De son côté, Tsuki se nettoyait consciencieusement les oreilles puis ferma ses petits yeux, plongeant ses dents dans sa fourrure pour y mettre un peu d'ordre. Alors que la gerbille noire semblait prendre son élan, elle se crispa et recula sur quelques centimètres en percevant un mouvement puis la voix de son propriétaire qui l'interpellait.

Ses verres ou plutôt gobelets en plastique bon marché en main, le brun revenait tranquillement même si quelque chose chez lui indiquait un petit malaise. Tendant son verre à Suzu, de profil par rapport à elle, il lui annonça brièvement quelques mots.


Thé au lait, le verre est brûlant.

Attendant qu'elle lui prenne le verre des mains, il souffla sur le sien légèrement, projetant le parfum d'un thé sans sucre et fort au citron. Se dressant sur ses pattes arrière, Yami appuya sa patte droite sur la jambe de son propriétaire, décrivant une sorte de pont entre les deux gothiques. Tendant sa main droite vers le rongeur, ce dernier escalada sans attendre et glissa même dans la manche pour ressortir au niveau du col relevé de l'adolescent. Repensant à ce que son interlocutrice avait dit, il fini après un bref moment par reprendre la parole mais sur un ton qui n'avait plus vraiment cette froideur et cette aura sombre qui lui étaient propres. Non, il lui parlait sur un ton neutre de conversation polie.

Si cela t'aide à te re...

En un instant, l'image de la cicatrice lui revint et il reformula sa phrase avant de commettre un impair. Pas pour elle bien sûr mais si elle faisait une dépression, les torts lui retomberaient dessus... Et lui et les responsabilités ne faisaient pas bon ménage.

A te construire sur de meilleures bases, c'est un bon point.

Je préfère ne pas me lier profondément à quelqu'un... Dans un sens, je me veux... Observateur.


Jetant un regard rapide par la fenêtre, Yasuo voyait se former des nuages plus ou moins sombres. Il allait pleuvoir, encore. Depuis son arrivée, il lui semblait que c'était encore et toujours le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Ven 28 Déc 2007 - 16:32

Yasuo déposa ses gerbilles sur les genoux de Suzu qui les regardait avec les yeux pétillants, puis se dirigea vers le distributeurs d'un pas vif et pressé, comme s'il avait hâte de continuer à parler à la jeune lesbienne. Suzu observait les deux bestioles, la grise nettoyait la fourrure de la noire qui ne quittait pas son bracelet des yeux, elle approcha ses bras de ses genoux comme pour les empêcher de tomber, puis observa la dénommée Yami se dresser sur ses pattes arrière pour tenter de renifler ses doigts, puis se dirigea vers ses rotules et une fois arrivé au bout regarda le sol, Suzu eut un mouvement pour l'empêcher de sauter en même temps qu'une interjection de son maitre, ce qui fit s'arrêter la bestiole noire. La jeune gothique releva la tête vers Yasuo qui était entrain de ramener deux gobelets pleins et apparemment brulants, il avait l'air légèrement mal à l'aise mais Suzu décida de ne pas lui poser la moindre question sur cela, elle ne voulait pas faire fuir ce personnage intéressant, il lui tendit l'un des gobelets en lui indiquant le contenu de celui ci, la jeune fille lui sourit.

" Merci, Yasuo "

Elle avait dit cela sur un ton poli, mêlé d'une légère reconnaissance, le gothique souffla sur son thé étant assis à nouveau de profil par rapport à la jeune fille, la bestiole dénommée Yami se dépêcha de revenir vers son propriétaire légitime, montant le long de sa manche pour réapparaitre à son col. Yasuo reprit la parole en commençant une phrase, puis en la reformulant comme s'il aurait pu commettre un impair en la disant, Suzu fronça les sourcils et entendit le jeune gothique lui dire qu'il ne voulait pas se lier à quelqu'un, restant là en tant qu'observateur, elle prit une gorgée de thé brulant, puis report son regard de la bestiole grise qui était toujours sur ses genoux à son propriétaire.

" Je pense que tu sais à quoi est due la cicatrice que je t'ai involontairement montrée, mais sache que l'état d'esprit dans lequel je me la suis infligée fait partie du passé, tu n'as aucun besoin de prendre des pincettes avec moi, elle a marqué le début d'une nouvelle vie en arrêtant mon cœur, mais en me laissant quand même me souvenir de mon passé...

Soie un observateur si tu le souhaites, mais il faudra bien un jour où l'autre que tu te mêles aux autres, mais ce n'est pas mes affaires... J'adore tes animaux, comment s'appelle la grise ? "


Suzu avait reporté son attention sur la petite bestiole grise toujours pelotonnée sur ses genoux, en train de faire sa toilette, elle la voyait moins méfiante que la noire qui était directement retournée vers son propriétaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Ven 28 Déc 2007 - 20:05

Soufflant à intervalles réguliers sur sa boisson brûlante, Yasuo écouta bientôt ce que Suzu lui disait de son plein gré. Décidément, cette jeune fille se laissait aller à des confidences à un quasi parfait inconnu sans arrière-pensée aucune ou du moins, aucune qui ne lui paraisse évidente. Pas de pincettes ? Il en avait prit ? Ce devait juste être un oubli, une faute professionnelle, un étourdissement ou... Une vérité vraie, il s'était montré plutôt "gentil" pour un gothique. Peut-être était-ce dû à la personnalité même de son interlocutrice qui, depuis le début de leur entrevue, n'avait rien fait de spécial pour le vexer mais en prime avait quelque peu répondu à ses interrogations. Franchement, c'était bien l'une des rares personnes qui ne l'ait pas encore regardé bizarrement et à ne pas lui avoir sorti d'idioties. Assis, déglutissant une gorgée particulièrement douloureuse cette fois, il l'entendit lui raconter qu'il faudrait bien qu'un jour il intègre la société, ce à quoi il répondit... Par un silence certain... Ce n'était pas ses affaires en effet... Qu'est-ce qu'ils avaient ces gens à lui rappeler ce genre de choses ? Il suivait son chemin, se lier aux autres ainsi ne faisait pas franchement partie de sa façon de faire.

Sans ajouter quelque chose qui aurait pu faire mal tourner leur entrevue, Yasuo reste relativement de marbre, tapotant la tête de la gerbille noire. Suzu, au bout d'un court instant, laissa passer qu'elle appréciait ses gerbilles et lui demanda le nom de la grise, ou plutôt du gris, les deux rongeurs étant des mâles. C'était assez étrange d'ailleurs, ces deux petites bêtes devaient avoir un fort caractère amical pour se lier aussi vite avec des humains qu'ils ne connaissaient pas. Le vendeur avait omis de lui préciser ce petit détail mais même si les gerbilles ne montraient pas de crainte envers Suzu, leur attachement profond restait envers le gothique borgne. Yami se blottit contre sa peau, faisait légèrement regarder l'adolescent par-dessus son épaule et le gratter derrière les oreilles. Sans reporter son attention sur son interlocutrice, la voix neutre du garçon s'éleva avec une sorte de douceur, comme pour préserver les oreilles de Yami.


Tsuki, il s'appelle Tsuki...

Prenant quelque chose dans sa poche, le gothique fit se lever sur ses pattes arrières la gerbille noire, cherchant à attraper la graine récompense qu'il lui tendait. Portant le verre à ses lèvres, laissant visible uniquement sa lèvre supérieure noire, il avala la boisson chaude aux relents de citron. Après un instant de réflexion, il chercha à reprendre le fil d'un discours que l'ouverture du bracelet avait interrompu.

Personnellement mes raisons ne regardent que moi... Toi, est-ce par simple goût ou pour sa philosophie que tu as choisi cet aspect ?

Question de psychologie simple, si tu devais dessiner ton "moi" intérieur... Comment serait-il ?


Yasuo se doutait qu'une question de ce type était assez personnelle et qu'elle n'y répondrait pas mais ainsi, il saurait ce qu'il peut, ou non, demander en fonction des personnes. Rien chez lui n'indiquait qu'il portait un jugement, on aurait plutôt dit qu'il tentait d'acquérir des connaissances ou des preuves de quelque chose peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Ven 28 Déc 2007 - 21:41

Yasuo resta de marbre lorsqu'elle parla de sa socialisation, ce qui n'étonna guère Suzu, il se débloqua lorsque Suzu demanda le nom de la bestiole grise, qui était un mâle d'après la précision du gothique, et se nommait Tsuki, Suzu hocha légèrement la tête signifiant qu'elle avait compris, restant plus taciturne qu'à son habitude pour calquer le ton de la conversation sur le comportement du gothique.

Il prit quelque chose dans sa poche et l'agita au dessus de Yami, la bestiole noire, qui se dressait sur ses pattes arrière pour tenter de l'attraper, puis il but quelques gorgées brulantes de thé et posa une nouvelle question à la jeune lesbienne, il lui demandait pourquoi elle avait choisi ce style spécifique, puis lui demanda de décrire son "moi" intérieur, Suzu réfléchit quelques secondes et attrapa son sac qui était non loin d'elle pour en sortir un crayon et un bloc de papier, faisant attention de ne pas le poser sur la bestiole grise toujours pelotonnée sur ses genoux, elle commença à dessiner quelque chose puis prit en même temps la parole.


" Le style que j'arbore n'est pas vraiment un choix, mais plutôt l'évolution naturelle de mon état d'esprit en même temps que mon style d'habits, en quelque sorte il m'aide à mieux me préserver en me distinguant des autres. Je sais pertinemment que je n'ai pas le caractère pour être gothique mais c'est ce qui fait encore une fois ma spécificité par rapport aux autres, mais ça aussi c'est pour chercher à ne pas reproduire mes erreurs passées...

Mais en quelque sorte c'est le style qui me va et qui me correspond le mieux de par son côté sombre et mystérieux, et pour mon moi intérieur... Je ne pouvais pas mieux te répondre qu'avec un dessin. "


Suzu s'arrêta de dessiner et regarda quelques secondes son œuvre, on y voyait un cœur avec partiellement mort une lame de rasoir en son milieu qui le faisait saigner, avec à l'intérieur une fleur de lotus. Autour de ce cœur on pouvait apercevoir maintes choses plus ou moins sombres, on voyait une fille seule devant un sapin de noël rempli de cadeaux, on apercevait aussi dans un chiffre deux stylisé une faucheuse, puis on voyait vers le haut une lumière dans laquelle était à nouveau dessinée une fleur de lotus... Suzu soupira et se dit qu'elle avait volontairement omis certaines choses pour ne pas totalement se livrer à son interlocuteur qui, après tout, ne la connaissait pas, elle leva son bloc face à elle, puis le retourna en direction du jeune gothique avec une légère appréhension par rapport à ce qu'il allait analyser de son dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Lun 31 Déc 2007 - 4:09

Le gothique était persuadé qu'à force de question, son interlocutrice finirait par en avoir assez de sa présence et parte ou lui demande de le faire... Mais il fallait croire que les gens, à fortiori les lesbiennes, en particulier Suzu, était différente des groupes habituels des revues et manuels. Non seulement elle ne se fâchait pas en prime elle répondait à ses interrogations en détaillant les réponses. C'était à croire... Laissant Yami s'endormir dans son cou, Yasuo gardait son oeil rivé dans la direction de la jeune fille et la vit se saisir d'un bloc-note. Un crayon et elle se mit à noircir le papier mais les coups donnés ne ressemblaient pas à de l'écriture, plutôt à du dessin. Qu'avait-elle en tête ? Deposant son verre en plastique à côté du fauteuil, Yasuo faisait preuve de patience et écouta avec attention ce que sa camarade voulait bien lui dire. Cela permettrait au jeune homme d'envisager plusieurs cas en fonction du genre et du style... Et accessoirement, si cela lui faisait du bien de parler à un gothique, c'était un cadeau bonus... Suzu commença en disant que ce genre vestimentaire, qu'elle savait non accordé à son mental, lui semblait être son évolution. Cela lui permettait de se différencier des autres... Oui, c'était un point de vue... Une nouvelle fois, la jeune fille glissa quelque chose dans son explication à son propre sujet, évoquant ses erreurs passées. Si elle parlait de sa cicatrice, il pouvait comprendre, autrement, cela ne le regardait pas. Sans cet accident avec le bracelet, il ne se serait rendu compte de rien à ce propos et aurait eu moins d'interrogations au sujet de ce qui poussait les adolescents ainsi que les "adulescents" à faire ce genre de choses. Suzu n'y répondrait pas, ayant dit elle-même que c'était son passé. Bien que sombre et froid, Yasuo n'était pas assez stupide pour remuer des choses pouvant créer de mauvais souvenirs. Il avait eu son lot de soucis et comprenait sans doute mieux qu'une bonne partie des élèves de ce bahut ce que la jeune fille aurait pu ressentir.

Le gothique reporta son attention et son oeil doré sur la jeune fille lorsque cette dernière lui montra le bloc-note où elle avait dessiné son "moi intérieur". Le dessin se constituait de plusieurs éléments distincts et pourtant liés à son interlocutrice. Le plus évident était ce coeur, un coeur meurtri, blessé dont le fluide filait par la brèche... Une fleur de lotus semblait y prendre départ ou alors elle refermait progressivement la blessure causé par une lame de rasoir... Evoquant peut-être l'une de ses erreurs ? Possible... A côté, une représentation de la faucheuse et le chiffre deux... Finalement elle avait raison d'adopter la voie gothique si intérieurement elle vivait avec une image pareille. A côté, une petite forme seule et un sapin de Noël... La solitude, délaissée peut-être ? Oui, cela aurait un lien certain avec ce qu'elle lui avait demandé tout à l'heure au sujet de sa famille. En dernier et surplombant le tout, un objet lumineux et une nouvelle fois cette fleur... Elle devait avoir beaucoup d'importance pour elle si elle était déssinée plusieurs fois dont dans son coeur... Peut-être... Désignant la fleur, Yasuo s'exprima d'abord dans un japonais avec l'accent de Kyoto puis se reprit.


Kono hana... Gomen.

Cette fleur, c'est la personne que tu as rencontré...

Je vois pourquoi tu es gothique. Sans elle, tout est triste et froid...


Observant le dessin puis clignant son oeil valide, Yasuo se cala dans le fauteuil et fit un léger signe de tête affirmatif. Quelque chose l'intriguait chez Suzu et en garçon suivant son envie du moment, surtout aujourd'hui, il ne pouvait pas laisser ce point sans éclaircissement.

Tu as un coup de crayon impressionnant...

Suzu... Tu ne sais rien de moi et tu me parles de cela, de ce qui te concerne sans... Prudence je dirais... Méfiance plutôt.

Qui sait si je ne suis pas le genre d'être incapable de tenir sa langue ?
Ma dernière interrogation à ton sujet, Suzu, pourquoi ?


Posant son bras droit sur le bras du fauteuil et le gauche enserrant sa propre taille, Yasuo appuya légèrement son visage contre sa main. Yami laissa la gravité l'entraîner sur le bras de son propriétaire puis ses genoux et fit rapidement un brin de toilette. L'aura glacée de la première rencontre avec le gothique s'était atténué et à la place d'un regard inquisiteur, c'était davantage celui d'une personne en mal de connaissances qui était offert à l'adolescente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Mer 2 Jan 2008 - 23:19

Suzu laissait Yasuo observer son dessin, elle observait pendant ce temps la petite bestiole nommée Tsuki qui s'était mise à faire sa toilette et ayant l'air de chercher quelque chose, peut être son alter-égo noire qui était maintenant endormie dans le cou de son propriétaire. La bestiole grise avait maintenant le museau en direction de Suzu, comme si elle avait capté son regard, puis remua quelque peu ses moustaches lorsque la main de la jeune gothique qui ne tenait pas le bloc note à la verticale s'approcha doucement de celle ci, voulant caresser un peu la douce fourrure de l'animal. Mais Tsuki s'effraya et se réfugia dans un creux qui se dessinait chez Suzu au niveau de son ventre, la jeune fille leva alors à nouveau le regard vers Yasuo qui observait toujours avec attention son dessin.

Il désigna la fleur de lotus qu'elle reprenait deux fois dans son dessin, la fleur qui désignait Azel et commença à parler avec un accent qui paraissait venir d'assez loin, mais se reprit vite pour dire ce qu'il avait compris de la signification de celle ci... Il avait tapé juste, disant maintenant qu'il comprenait pourquoi elle était gothique, Suzu eut un sourire discret puis posa son bloc note sur son sac pendant que Yasuo la complimentait brièvement sur son coup de crayon, puis lui demanda pourquoi elle lui avait dit tout cela, il avait l'air d'un adolescent en quête de connaissances plutôt qu'un journaliste à cet instant précis. Suzu prit une longue inspiration puis répondit presque sans hésitation.


" Tout d'abord, je te remercie pour mon coup de crayon... Même s'il est loin d'être génial.

Pour te répondre Yasuo, tu peut me dire si je me trompes ou pas si tu le souhaites, mais je vais te dire pourquoi j'ai répondu à tes interrogations sans colère ni tabou. Dès notre première rencontre au bal, bien qu'elle fut brève, j'ai cru sentir une aura perdue autour de toi, une aura de quelqu'un qui cherche à cacher ce qu'il est en réalité par une apparence froide, une sorte de carapace que j'ai eu envie d'effriter un peu.

En fait, je crois que tu m'intrigues au moins autant que je t'intrigues, mais pas pour les mêmes raisons, tu sais des relations entre les gens que ce que tu as lu dans les livres, et tu ne sembles n'avoir aucune attache, tu es empli de mystères pour moi qui était aussi sans attaches par le passé. Même si tu ne tenais pas ta langue, ce qui m'étonnerai, tu n'aurai pas grand monde à qui le dire car tu maintiens toujours une distance relationnelle avec l'autre.

En même temps, je n'ai pas de réels tabous sur mon présent, et tu es loin de connaitre même un cinquième de mon passé malgré ce que tu en as vu... "


Suzu fit une légère pause, posant son regard sur son bracelet de force, puis leva à nouveau les yeux pour croiser l'œil doré du jeune homme.

" Et puis... parler à un gothique... me fait du bien... tout simplement. "

La jeune fille ne cillait pas, prenant Tsuki avec sa main droite pour la reposer délicatement sur ses pattes, la bestiole grise la regarda avec ses petits yeux noirs et remonta le long de son bras pour se retrouver au niveau du creux du cou, semblant toute fière d'observer le monde de haut, chercha à monter encore plus haut en posant ses pattes sur le bord du cou de Suzu, puis s'assit tranquillement à cet endroit. Suzu soupira puis attendait sagement une quelconque réaction du gothique, finissant finalement la barre qu'il lui avait donnée en la trempant dans le reste de son thé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Jeu 3 Jan 2008 - 22:32

N'ayant pas bougé d'un millimètre après sa tirade, le lycéen était attentif. C'était une question qui pouvait sembler banale mais il était parfois difficile, il le savait pertinemment, de parler de ce qui poussait quelqu'un à agir de telle ou telle façon. D'ailleurs, après avoir rangé son bloc-notes, Suzu inspira longuement, peut-être pour faire le point sur ce qu'elle allait lui répondre ? Possible et d'ailleurs, sa réponse vint rapidement, paroles que le gothique se garda bien d'interrompre. Un remerciement pour le compliment... Ah, oui, il avait juste apprécié sa façon de dessiner mais on pouvait dire qu'il s'agissait d'un compliment, égarement à ne pas refaire puis elle dénigra tout de même son dessin. Modestie ? Envie de se faire mousser ? Ce n'était pas très important puisque la jeune fille enchaîna en mettant tout de même des barrières morales à ses propos. Dire "tu peux me dire si je me trompe" n'était généralement pas une formule qui voulait vraiment signifier les intentions de la personne... Au contraire d'ailleurs, vu qu'elle devait espérer qu'il lui réponde qu'elle était tombée juste elle aussi... La laissant exposer son point de vue à son propos, il ne marqua pas de surprise ou de colère, pas même le moindre signe d'un accord avec les mots échangés. Il attendrait qu'elle ait terminé ce qu'elle avait à dire, n'aimant pas être coupé et devinant que ce devait être le cas pour les autres. Phrase après phrase cependant, les lèvres du garçon se descellaient, la lèvre peinte remontant légèrement, lui donnant un air quelque peu dubitatif. Il s'était douté que son interlocutrice n'avait pas la personnalité "type" de la gothique mais de là à lui faire un discours aussi important, il ne l'aurait jamais devine. Patient, il enregistrait chaque syllabe sans se laisser aller à manifester sa surprise. L'adolescente revela ensuite le regard et scruta son oeil doré, prononçant une dernière phrase entrecoupée avant un silence. Tsuki, visiblement confiante ou du moins pas apeurée du tout par Suzu, était allé se nicher contre son cou, agitant parfois ses moustaches.

Voyant qu'elle allait finir sa barre de céréales et son thé, Yasuo se dit qu'il était invité à répondre à son gré à ce point de vue. Lui qui ne parlait d'ordinaire pas énormément se voyait presque amusé par cette rencontre qui le poussait dans ses retranchements. Gardant le visage en appui sur la main, il émit un léger souffle sur une mèche noire avant de répondre.


Alors cela donne cette impression... D'être "analysé"...

Se retenant de demander à la lesbienne si c'était parce qu'il était gothique qu'elle s'était confiée un peu, il se redressa dans son siège et ferma un court instant son oeil doré. C'était à son tour de lui parler et après quelques secondes de réflexion, il se décida.

Tu as raison sur certains points à mon sujet, notamment concernant la distance avec les autres. Si tu me demandais la raison, je te dirais que tant que je ne connais pas assez le genre humain, je ne souhaite pas m'y mêler imprudemment.

Je ne peux pas dire avec exactitude qui je suis, pas encore en tous cas.


Sur un mur de la pièce, une pendule indiqua l'heure juste en sonnant quelques coups. Cela faisait si longtemps qu'il était en compagnie de son interlocutrice ? Etrange, il n'avait pas vu le temps passer mais sentait en revanche que ses lacunes avec les êtres humains s'était quelque peu comblées. Soulevant sa gerbille noire tandis qu'il se levait du fauteuil, il pensa avoir entendu assez de choses pour y réfléchir et s'avança un peu vers Suzu. Il avait une toute petite chose à mettre au point concernant son point de vue.

Le seul point où tu te méprends sur mon compte... C'est que je n'ai pas de carapace comme tu le sous-entends. Je ne me cache pas.

J'ai été élevé ainsi. Je devais succéder à mon père dans un univers où il faut se montrer sans états d'âme.

Comprendras-tu ou pas, j'ai grandi sans savoir que l'on peut manifester ses émotions et maintenant c'est un peu tard.


Attrapant son sac, il regarda Tsuki qui ne semblait pas prompt à quitter son perchoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Ven 4 Jan 2008 - 11:12

Suzu observait la dénommée Tsuki qui était lovée dans son cou en attendant une quelconque réponse de la part du jeune gothique, elle savait qu'elle avait fait une longue tirade qui avait surpris Yasuo, mais qu'importe elle observa tranquillement le jeune homme attendant une réponse de sa part. Réponse qu'elle eut après un léger silence, accompagné d'un espèce de soupir qui fit bouger sa mèche noire, il disait qu'il avait l'impression d'être analysé, puis confirmant certains points de sa tirade, comme sa distance avec la race humaine qu'il justifia par son manque de connaissance de celle ci. Suzu eut un léger sourire à cette phrase car elle savait que jamais personne ne connaitra la race humaine, tellement elle peut être imprévisible...

Elle le laissa malgré tout continuer sans une seule fois l'interrompre car elle avait remarqué que, pour lui, une conversation se passait "par tour" entre les personnes, et elle attendait donc patiemment le sien pour lui répondre, une pendule sonna et la fit légèrement sursauter, se rendant compte du temps qu'avait duré leur conversation. Yasuo se leva de son siège et s'avança vers elle pour éclaircir un dernier point à son propos, disant qu'il n'avait pas de carapace mais qu'il a été élevé comme cela, n'ayant jamais eu l'occasion de montrer ses sentiments. Suzu fit un léger signe de tête et lui répondit une dernière fois, ne voulant pas le retenir s'il avait le désir de partir.


" Par rapport à ce que tu m'as dit, le fait que tu ne connaisses pas assez la race humaine pour t'y mêler... Personne ne la connaitra jamais assez, tellement elle peut être imprévisible. "

Suzu eut une brusque envie d'avoir un contact avec Yasuo, sentir si sa peau était aussi froide que son cœur, elle ferma quelques instants les yeux, réfléchissant comment elle pouvait faire cela envers lui sans qu'il la repousse, puis repensa à la petite boule grise qui était presque endormie dans son cou, il voudrait probablement la récupérer. La jeune fille caressa Tsuki du bout des doigts, la laissant quelque peu s'habituer à son contact, puis ouvrit la paume de la main au niveau de ce minuscule animal gris qui alla directement au centre de sa main qu'elle baissa au niveau de sa poitrine pour éviter qu'elle tombe, puis dit en un murmure.

" Je pense qu'il faut que tu rejoigne ton propriétaire légitime maintenant, Tsuki. "

Tsuki, ayant même l'air d'avoir compris les intentions de Suzu, remonta le long de sa poitrine pour se loger de nouveau sur son épaule, la gothique regarda alors Yasuo et lui souria tout en tendant le bras vers lui, paume vers le ciel. La bestiole grise parcourut son bras et s'arrêta au niveau de la pliure de son coude pour se dresser sur ses pattes arrière en remuant ses moustaches d'un air malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Ven 4 Jan 2008 - 13:18

La bride de son sac en main, s'assurant que sa gerbille ombre ne perdrait pas l'équilibre, le gothique passa l'attache en travers de son buste sans faire de pas en avant. ll n'en avait pas tout à fait fini avec sa discussion en compagnie de la jeune lesbienne qui semblait avoir retenu une pensée de justesse en l'entendant. Si elle se faisait une idée à son sujet, une autre que ce qu'elle avait énoncé jusque-là, elle ne tarderait pas à la faire connaître ou s'il s'agissait d'une hypothèse, à la vérifier. Si Suzu lui avait laissé une impression, c'était qu'il ne devait en rien se fier aux apparences, ce qu'il savait déjà, mais en prime qu'il n'y avait sans doute pas autant de dangers qu'il le pensait à développer une relation avec une personne. La gothique s'était confiée un peu à lui simplement parce qu'elle en avait eu envie et pas comme s'il avait voulu lui forcer la main, à croire que les gens avaient foncièrement envie de trouver une personne à leur écoute. Peut-être... Rien n'était totalement certain puisque l'on parlait des êtres humains après tout. D'ailleurs, Yasuo remarqua chez son interlocutrice un signe affirmatif ou du moins un mouvement de tête qui paraissait approbateur. S'attendant à ce qu'elle prenne ses affaires à son tour, il comprit qu'elle pouvait aussi avoir l'intention de rester dans la salle commune contrairement à lui. Les lèvres de la jeune fille s'ouvrirent pour laisser passer une réponse à ce qu'il venait de dire, impliquant que le genre humain était trop complexe pour la connaître suffisamment. Oui, possible après tout et il avait déjà plus d'une dizaine d'années de retard dans ce domaine que les revues ne faisaient finalement qu'aborder. Au final, c'était une véritable chance qu'il ait intégré ce pensionnat, véritable société miniature, lui ayant déjà permis des rencontres aussi différentes les unes que les autres.

Apercevant son comparse, Yami se tendit un peu en avant, obligeant le gothique à mettre sa main devant pour le stopper. Il ne manquerait plus qu'il fasse une chute d'un mètre cinquante à peu près... Reportant son attention sur la lesbienne, il la vit caresser la gerbille grise puis Tsuki aller de son propre chef au coeur de la main tendue. Décidément, ces petits rongeurs étaient de véritables "passerelles" entre les gens et leur sociabilité pouvait paraître assez étrange. Ce devait être parce qu'ils étaient jeunes tous deux. N'esquissant d'abord pas un geste, Suzu tendit la main dans sa direction, bras que Tsuki parcourut jusqu'à mi-longueur. Cette gerbille était-elle fainéante pour s'arrêter ainsi et se redresser vers lui. Voyant que le quadrupède gris n'avait pas l'air enclin à s'avancer, ce fut son propriétaire qui le fit. Yasuo se baissa et de la main gauche, attrapa sans violence aucune le poignet de la jeune fille, plaçant la main pâle directement contre la base de son cou. Avec un demi sourire, il leva son bras gauche, faisant remonter sa manche et lâcha une petite tirade presque... Amusée.


Il faut croire que je ne suis pas destiné à devenir humain.

Tandis que le dos de la main de Suzu était contre la partie visible de son épaule, le gothique accola son avant-bras sans bracelet contre celui de la jeune fille puis appela le nom de la gerbille grise. Avec un passage aussi large, Tsuki n'allait avoir aucun problème à rejoindre son épaule et d'ailleurs, après une breve analyse, le rongeur se lança. De son côté, son propriétaire ne semblait absolument pas se formaliser sur le fait que Suzu entre en contact avec sa peau. Il avait déjà été embrassé sans préavis alors avoir ce type de contacts le laissait sans réelle réaction. Les lèvres peintes du garçon n'avaient pas encore perdu son esquisse de sourire et son regard caché derrière la lentille n'avait rien d'inquisiteur ou dangereux. Cette lycéenne lui avait quand même appris plusieurs choses et il lui en était reconnaissant.

Arigato, Suzu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Ven 4 Jan 2008 - 18:45

La bestiole grise ne s'avançait pas plus loin que la pliure du coude de Suzu, observant avec intérêt son propriétaire qui s'approcha doucement de la gothique pour lui attraper le poignet avec douceur et le placer directement au contact de sa peau, juste à côté de son cou. La jeune fille esquissa une légère surprise mêlée d'une légère fierté car elle avait un contact avec Yasuo, le jeune homme eut comme un début de sourire tout en remontant son bras dans l'inclinaison de celui de Suzu pour le coller au sien et faire une sorte d'autoroute à bestiole.

Yasuo lâcha une phrase avec un ton doux, presque amusé même, disant qu'il n'était pas destiné à devenir humain, Suzu sourit presque malgré elle mais ne fit pas de commentaires, si ce n'est qu'elle capta à nouveau le regard du gothique avec un pétillement présent dans son iris.

Puis il appela doucement le nom de Tsuki qui, après une brève analyse de la situation traduite par une hésitation et un frémissement de moustaches, se lança assez rapidement pour traverser le pont que lui offraient les deux bras accolés des gothiques. Suzu remarqua un changement dans le regard de Yasuo, il était presque... humain... lui qui venait de dire qu'il n'était pas fait pour en être un..., le jeune homme la remercia avec un ton empreint de reconnaissance envers elle. La jeune fille, qui se demandait la raison de ces remerciements soudains, eut un sourire qui s'étira de lui même et chuchota presque.


" Je ne sais pas pourquoi tu me remercies, je n'ai pas fait quelque chose de spécial... du moins je n'en ai pas le souvenir. Mais permets moi de te remercier à mon tour, Yasuo... Tu m'as permis d'apprendre à te connaitre et je pense que peu de personnes auront un privilège comme celui que tu m'as offert... Arigato. "

Tsuki avait rejoint Yami sur l'épale du jeune homme, mais Suzu ne retira pas sa main du cou de Yasuo, elle caressa doucement sa peau douce qui s'étalait sous ses doigts en appréciant la chaleur qu'elle dégageait, sans aucune arrière pensée mais juste le plaisir du contact physique avec lui. Elle même étant assez tactile, elle avait du mal à ne pas toucher une personne, et elle avait patienté pour que le jeune homme fasse un mouvement en sa direction, que ce soit lui qui commence leur contact et qu'elle aie sa petite récompense pour s'être retenue de le toucher durant tout le temps de leur conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Sam 5 Jan 2008 - 0:37

[HRP: Tu peux répondre ensuite pour clôturer... Désolée pour la taille XD]

Penché, son bras accolé à celui de la lesbienne, Yasuo attendait que Tsuki franchisse le chemin court qui lui restait à faire pour remonter sur son épaule, mettant un terme quelque peu symbolique à leur re-rencontre. Suzu avait eu le don de l'intriguer au bal, c'était une évidence, par son côté gothique différent de ce qu'elle avait dans la tête et sa conception de ce qui lui faisait, à lui, défaut. A chaque pas que la gerbille grise faisait dans sa direction, l'adolescent avant l'impression que le rongeur traçait une sorte de lien entre eux. Etait-ce là son imagination qui travaillait ? La fatigue qui reprenait le dessus ? Ou alors la compréhension de ce que la jeune fille avait tenté de lui expliquer, concernant cette sorte "d'attraction" ? Il n'avait aucune arrière-pensée, juste la sensation que partager un peu de temps avec elle ne pouvait pas être néfaste, contrairement à d'autres. Evidemment, la qualifier tout de suite d'amie serait s'avancer un peu trop, après tout ils s'étaient à peine vus deux fois mais ce qu'ils savaient l'un sur l'autre laissait penser au gothique qu'ils n'étaient pas non plus à un stade "politesse neutre". En voyant le sourire apparaitre sans méchanceté sur le visage qui lui faisait face, il se rendit compte enfin que lui-même arborait une semi-expression amicale... Ce genre de choses ne lui étaient plus arrivées depuis l'hôpital, lorsqu'il était allé trouver sa cousine blessée. Bizarre, l'impression qu'une personne est destinée à améliorer votre point de vue sur quelque chose à laquelle on ne pense pas au premier abord. Grâce à elle, il se faisait une idée un peu plus précise sur ce qu'il pouvait ou non demander, sur la façon dont d'autres que lui appréhendaient. Jusque-là, cette adolescente à l'allure sombre était bel et bien la seule de ce bahut qu'il acceptait de trouver fréquentable. Suite au sourire, elle parla doucement, comme si elle craignait de briser quelque chose.

Visiblement, elle ne mesurait pas l'importance de leur conversation à ses yeux mais ce n'était pas bien important finalement. Peut-être d'ailleurs valait-il mieux qu'elle ne se rende pas compte de la gravité de ses lacunes en matière de relations humaines, crevasses légèrement comblées avec une simple discussion inter-gothiques. La seconde partie de la tirade rappela au jeune homme qu'il avait, de son plein gré, dévoilé une ou deux choses à son propos qui le rendaient un peu moins inaccessible mais au fond, ce n'était pas très important. Même si son interlocutrice le répétait, si personne n'avait droit au même genre de réponse de sa part, autant dire que ce pouvait être parfaitement inventé.

Bientôt, Tsuki retrouva sa place sur son épaule et commença à frotter ses moustaches. Yasuo resta immobile en sentant que les doigts de la jeune fille le touchaient comme avec incrédulité... Ce genre de contact... Il n'y avait qu'avec Itoko qu'il en avait eu mais elle avait toujours eu le dont de tremper ses habits dans ces moments-là. Peut-être, s'ils se retrouvaient dans le bahut, consentirait-il à lui parler un peu d'elle... Allant doucement pour ne pas heurter Tsuki par mégarde, le gothique apposa sa main sur celle de Suzu le temps de lui dire quelque chose.


C'est vrai. Je ne pense pas trouver autant d'intérêt chez d'autres personnes... Qui plus est, parlant avec autant de franchise et conviction.

Tu vas trouver cela étrange je pense... Mais je sens que cela me plairait qu'on se reparle bientôt... "Juste comme ça"...

...Un caprice sans doute.


Prenant la main de son interlocutrice dans la sienne le temps qu'il se redresse, Yasuo finit par minimiser son sourire, replaçant son sac-cercueil dans son dos. Redressant un peu son col où les gerbilles pelotonnées regardaient la gothique en agitant les moustaches, le borgne ramassa son gobelet en plastique puis se retourna en direction de son interlocutrice. Il ne souriait plus mais si Suzu avait pu sentir son aura au bal, elle voyait qu'il semblait un peu plus confiant sans pour autant être prêt à tout lui confier de but en blanc.

J'ai pour habitude d'être dans la chambre 2 vers les 19heures. J'y suis en colocation avec Sara Cooper, Jin Uzuki et Malika Caccapaglia...

Yami et Tsuki y seront aussi, n'importe quel jour.


A noter qu'il n'avait pas explicitement invité la jeune fille à passer mais indiquant néanmoins deux ou trois choses qui pouvaient être utiles si jamais elle voulait passer du temps... Avec un gothique qui ne la jugerait pas, surtout concernant sa vie privée. A ce propos, alors qu'il s'était déjà quelque peu éloigné, il leva l'oeil vers le plafond, ayant oublié une petite chose. Ce n'était pas très important mais il se sentait l'envie de le dire tout de même et se tourna à peine, du côté de son oeil valide.

Tu devrais passer du temps avec ton lotus.

Sayonara... Nakama-san...


Jetant son gobelet en plastique dans la poubelle en passant, Yasuo franchit la porte de sortie de la salle commune avec une évidence en tête : cette entrevue avait été très enrichissante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
« Invité »
(#) Re: Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]  Dim 6 Jan 2008 - 16:00

Suzu continuait à profiter de la peau de Yasuo, le laissant interrompre le contact lorsqu'il le souhaitait, le gothique apposa doucement sa main sur la sienne et lui dit qu'il ne pensait pas trouver tant d'intérêt chez une personne surtout quelqu'un parlant avec autant de franchise et de conviction. Il lui dit que cela lui plairait qu'ils se reparlent bientôt, mais cela ne parut pas étrange à Suzu comme il avait l'air de le penser, il fit une brève pause et évoqua un caprice en prenant la main de Suzu dans la sienne avec une douceur et minimisant son sourire.

Il lâcha finalement la main de la gothique, elle sentait qu'il avait changé depuis le début de leur entretien, paraissant plus confiant envers elle sans pour autant avoir baissé d'autres barrières. Il lui indiqua où il logeait, et avec qui, lui recommandant implicitement de passer lorsqu'elle en aurait envie, puis lui tourna le dos et commença à partir calmement sans se retourner, mais il s'arrêta quelques secondes pour lui dire de s'occuper de son lotus... et faufiler un petit au revoir après un léger silence.


" Je loge juste à côté, chambre numéro 1... Avec Aulynea Yurantis, Hinata Kastuki... et mon lotus comme tu l'appelles si bien

Nous risquons d'à nouveau nous rencontrer, par hasard ou pas... En tout cas j'espère bientôt...

Sayonara... Yasuo-san "


Suzu l'observa repartir, n'étant pas convaincue qu'il avait entendu ce qu'elle disait malgré le silence installé dans la pièce, il jeta son gobelet à la poubelle avant de disparaitre derrière la porte qui séparait la salle commune d'un des nombreux couloirs du pensionnat. Suzu l'observa en souriant quelque peu, elle avait franchi quelques barrière de ce gothique si particulier et espérait en franchir encore d'autres, mais toujours tout en douceur comme lors de leur conversation, cette personne l'intriguait au plus haut point et en plus elle l'appréciait beaucoup, elle décida de prendre le même chemin que lui, jetant son gobelet vide et l'emballage de la barre coupe faim dans la poubelle... puis, avec un dernier regard vers le siège où il s'était assoupi, elle s'enfonça à son tour dans un des couloirs sombres du pensionnat.

[topic terminé]
Revenir en haut Aller en bas
 
Grand mystère de l'univers... Les lesbiennes [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: