Partagez | 
 

 Arabesques nocturnes [ PV Kansuke Hayashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Arabesques nocturnes [ PV Kansuke Hayashi]  Dim 8 Mar 2009 - 14:56

Bienveillante, d'une rondeur exquise aux reflets d'argent, la lune étendait sa chevelure étoilé vers l'infini d'une beauté sans nom. La nuit, sombre et somptueuse, robe de cette dame dérobait aux regards indiscrets leurs curiosités apportant ainsi un certain réconfort dans ses voiles ténébreux. La brise nocturne était légère et vivante faisant chanter le murmure des feuilles, portant la fraîcheur de son parfum. La nuit garante de l'intimité, gardienne des secrets possédait en son coeur les plus grands mystères. C'était donc le meilleur refuge qu'elle avait pu espérer. C'était là où elle se dirigeait sans le moindre frémissement d'hésitation.

Elle avait fuit la masse bruyante et grouillante d'élèves qui s'étaient amalgamé dans le réfectoire. Elle avait eu peur aussi étrange que cela puisse paraître. Elle avait eu sa dose de contact pour la journée, tout du moins c'était ce qu'elle pensait. S'échappant vers les toits, habituellement vides, elle avait sauté le repas sans vraiment de regret. Son esprit s'était perdu dans la reconstitution mentale des évènements qu'elle avait vécu depuis qu'elle avait quitté sa chambre seul repaire qu'elle connaissait depuis quelques années. A une bifurcation qu'elle reconnut, elle s'arrêta, réfléchit puis tourna à droite vers la chambre de l'internat. Elle entreprit un détour pour chercher un objet qui l'aiderait à retrouver un certain repos de l'âme. Cela lui prit seulement quelques minutes, la chambre était aussi déserte que l'était les couloirs à cette heure. Il y avait un autre élève qui partageait cette pièce mais, elle n'avait pas encore eut l'occasion de le rencontrer et elle n'en éprouvait pas d'envie pressante. Elle soupira, reprit sa direction initiale en se replongeant dans ses pensées.
La jeune fille tenait fermement l'anse de l'étui de son précieux objet, même si elle savait où elle voulait se rendre elle ignorait comment l'atteindre. Ce n'était que pure découverte. Malheureusement elle était trop fermée pour pouvoir profiter de l'excitation que pourrait lui procurer l'exploration. Elle n'éprouvait d'ailleurs pas grand-chose, tout se ressemblait. Les murs blancs, le sol gris, les fenêtres identiques gardant un même intervalle régulieres laissant entrer la même luminosité lunaire aux formes géométriques. Elle finit quand même par trouver une porte qu'elle poussa, un escalier de secours, une nouvelle porte qui sous l'effet de la pression grinça faiblement puis l'air frais s'abattit sur son visage. La sensation de vide qui s'était encrée en elle se combla un peu devant la magnifiscience du voile nocturne qui se dévoilait à ses yeux. La nuit était tombée tôt sur le lycée dévorant de ses mystères chaque recoin de l'établissement, offrant une autre dimension aux yeux qui l'observaient.

La réfugiée eut un hoquet de stupéfaction, puis elle se reprit et laissa penétrer l'air froid dans ses poumons. L'effet fut immédiat tel une secousse électrique qui la tira du rêve dans lequel elle s'était enfermée en l'espace d'une inspiration.
Elle retrouva très vite ses esprits préférant s'installer puis après se laissait bercer par les lieux. Elle fit quelques pas gardant la porte derrière son dos observa alors aussi les alentours avec intérêt. Le sol de béton se laissait tatouer des ombres lunaires du petit bâtiment qui gardait la porte de secours, la porte vers la réalité et du petit mur qui encadrait l'endroit. Un endroit vaste sans aucune construction qui auraient pu gêner la vision des cieux, un endroit aussi désert que le reste de l'établissement, elle fut soulagée par cette remarque.
Elle pivota en un demi tour gracieux continuant son observation. La porte rouge brique enfermait dans la partie haute de son centre un petit hublot de verre sali par le temps mais, elle ne s'attarda pas sur la vision de cette entrée, le petit bâtiment bétonné se délimitait à l'endroit ou un immense grillage métallique s'élevait vers le ciel. Limite que la jeune fille ne comprit pas mais, ne chercha pas à résoudre ce mystère ce soir non plus.
Elle reviendrait ici, c'était sûre.

Elle s'avança alors jusqu'à une partie du grillage à la droite de la construction et s'y adossa. Elle déposa délicatement l'étui noir aussi sombre que la nuit sur le sol et glissa contre la grille métallique jusqu'à sentir les dalles de bétons glacés sous son postérieur. Elle replia ses genoux contre sa poitrine les enlaçant de l'étreinte de ses bras. Levant la tête vers le ciel, elle n'esquissa pas l'ombre d'un sourire mais, elle n'était plus pressée de fuir. Elle voulait faire tomber les masques, elle se sentait vulnérable. Son coeur fut alors pincé d'amertume. Elle était de nouveau seule. Solitude réconfortante, solitude angoissante. Sentiment qu'elle recherchait mais; qui dans un paradoxe ironique elle fuyait au plus profond d'elle-même.

Miharu eut un soupir lasse, peu lui importait pour l'instant.
Elle avait trouvé son refuge sous le regard apaisant de la lune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Arabesques nocturnes [ PV Kansuke Hayashi]  Jeu 12 Mar 2009 - 10:36

[HRP: Tu fais de jolies phrases, et euuh...Je préfère te prévenir : Malgré le fait que j'aime écrire, mes lignes ne sont pas aussi jolies ! xD Et..Désolé du retard ^^']

Après une journée, cette fois, plutôt bien menée, il était maintenant temps de se relaxer ! A partir de maintenant, c'était décidé, Kansuke ne manquerait plus les cours. Il ne l'avait jamais voulu, d'ailleurs, toutes ces absences ne sont dûes qu'à de simples inadvertences de sa part. Il n'était pas encore bien habitué à la façon de s'organiser à Kobe High School. Mais tout cela devait changer, et il essaierait de faire au mieux pour ! La nuit était tombée, et l'heure du dînner avait sonné. Le jeune homme n'avait pas forcèment faim, tout ce qu'il voulait, c'était aller voir son compagnon, qui devait certainement l'attendre dans sa chambre. De ce fait, il remontait les escaliers, et prit la direction de cette fameuse chambre qu'il partageait également avec d'autres élèves, qui étaient toutes deux des filles. Mais ça ne le dérangeait pas trop, disons que ça le rendait juste un peu plus timide en entrant là. Mais à l'heure où il vint chercher Gelingen, elles n'étaient pas là. Ouvrant la porte de la chambre 26 doucement, il guettait l'intérieur pour voir où était le Berger Allemand. L'apercevant, il tappa dans les mains pour lui demander de venir, ce que le chien fit, avant de tourner un peu autour de son jeune maître. Kansuke voulut le caresser, mais Gelingen se mit à courir dans le couloir, s'arrêtant une quinzaine de mètres plus loin. Il voulait certainement jouer ! Prenant soin de fermer la porte derrière lui, Kansuke se mit à courir après son chien, qui montrait bien son amusement. Mais l'étudiant, en courant après le jeune chien, n'eût pas fait attention à la première marche des escaliers, et n'eût pas d'autre choix que de tomber, dans les escaliers. Le Berger Allemand revint, lorsqu'il entendit son ami pousser un léger cri de stupeur lorsqu'il entama sa chute, et se plaça à ses côtés, Kansuke étant encore étalé sur les marches d'escaliers. Imprudence et Maladresse, voilà ce qui lui avait coûté ceci. Se redressant, il resta assit sur l'une des marches. Son épaule gauche lui faisait mal, sa cheville aussi, et bien sûr, il avait quelques courbatûres, mais il essayait tant bien que mal de ne pas trop le montrer. Mais ce n'est pas ça qui allait rendre Kansuke tout triste ! Bien qu'il avait quand même perdu un peu de sa bonne humeur.

Etant toujours assit dans les escaliers,Kansu' rassurait son chien qui lui faisait des lechouilles sur la main. Et puis, le berger allemand plaça ses oreilles vers l'arrière, arrêtant ses léchouilles, et tourna vivement la tête dans son dos. Il retourna la tête en direction de son maître, et se mit à courir en descendant les escaliers, tournant à gauche. Déja surprit par le fait que Gelingen eût regarder si vivement derrière lui, Kansuke fût encore plus étonné de le voir s'éloigner de la sorte. Et alors qu'il voulait se relever, il l'aperçut qui revint, l'attendant au bas des escaliers. Lui demandant de l'attendre, Kansu' se releva doucement, grimaçant à moitié, et commença à descendre. C'est sûr, il n'allait pas courir, il ne pouvait pas. Gelingen, une fois que son maître fût en bas, courut un peu plus loin, et le jeune homme lui demanda à nouveau de l'attendre. Il marchait assez normalement, mais c'était à cause de sa cheville qu'il ne voulait pas courir. Il s'était toujours demander ce que ça faisait de tomber dans les escaliers, et maintenant qu'il le savait, il ne s'en réjouissait guère. Suivant donc son chien au fur et à mesure, il retrouva ce dernier qui l'attendait à nouveau, devant une porte. Kansuke se demanda tout d'abord jusqu'où pouvait mener cette porte, et lorsqu'il l'ouvrit, le berger allemand monta les escaliers à toute allure. Kansuke soupira. Il y avait encore des escaliers...Mais bon. Il monta donc les escaliers, et alla rejoindre son chien devant une nouvelle porte. Et en la poussant, il reçu un coup d'air frais, qui le fit frissoner sur le coup. Mais semblerait-il, quelqu'un d'autre était déja là. Une jeune fille, éclairée par la lumière de la lune, pleine ce soir. Kansuke regarda tout d'abord cette apparition d'un air surprit, puis, il regarda son chien, se demandant si à nouveau, il avait fait exprès de l'emmener vers quelqu'un. Lui, se tenait toujours l'épaule, du fait que la douleur ne partirait pas de si tôt, avec la chute qu'il avait faite précedemment...Et Gelingen voyant que son maître hésitait, il commença lui-même à y aller. Lui qui avait toujours eût cette habitude d'aller voir les gens qui lui semblait "mal en point". Mais et si cette fille avait elle aussi peur des chiens ? Comme Mitsuko ? Pensant à cela, Kansuke se précipita pour rattraper Gelingen. Il lui passa les mains autour du poitrail, se mettant à genoux, et l'arrêtant du mieux qu'il put, malgré les petites douleurs. Puis, il regarda vers la jeune fille, et lui adressa simplement ces mots :


"-Heum...Bon-Bonsoir..."

De toute évidence, il n'avait pas eu beaucoup d'autre initiative possible ! Il était hors de question pour lui d'avoir tourné les talons, d'être reparti comme s'il n'avait s'agit que d'une simple illusion, car il n'en était rien. Il n'allait peut-être pas la vouvoiyer, si apparement certains s'en retrouvaient gênés, mais il tenait au moins à être poli, ne serait-ce qu'un minimum. Regardant autour de lui, il s'était bien rendu compte qu'il était sur le toit, qui était tout de même très vaste, et naturellement haut ; Enfin, ceci était une déduction, puisque Kansuke ne s'était pas approché des grilles pour voir le sol, en bas. Il caressait pendant ce temps Gelingen, qui haletait, regardant la jeune fille qui était assise là, avec visiblement, une guitare, ou du moins son étui, à ses côtés. A un moment, Kansu' préféra se relever, car il ne tenait pas trop à parler comme ceci à quelqu'un. Il se demandait si la jeune fille allait lui répondre, ou non. Si non, il s'excuserait tout simplement, car il saurait qu'il aurait dérangé. Dans le cas contraire, il aviserait selon ce que lui réponderait celle qui se trouvait adossée aux grilles. Une fille à nouveau, il faut croire qu'il avait un sacré don pour venir les déranger...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Arabesques nocturnes [ PV Kansuke Hayashi]  Ven 20 Mar 2009 - 22:17

[retard excusé, c'est une évidence Very Happy quoi que seulement si tu pardonnes à ton tour mon retard Wink ]

Tout était silencieux, le voile étoilé appaisant. Elle était restée là, imobile laissant là nuit lui chuchoter ses secrets. Proie à sa solitude elle s'était déjà imaginée rester des heures à contempler ses mystères, à vider son esprit de toute ses émotions qui tourbillonaient en elle. Malheureusement, le destin, si l'on pouvait le nomait ainsi, n'avait pas décider de lui laissait le temps de retrouver la paix en elle. A peine quelques minutes de répit qu'elle entendit la porte ocre grinçait. Elle étouffa un hoquet de stupeur quand elle vit dans son entrebaillemant s'y dégager un chien puis, sur ses talons un jeune homme. L'animal s'approcha, le souffle s'accader comme s'il avait courut, la gueule ouverte et la langue pendante mais celui qui semblait à priori son maître le retint au niveau de l'encolure. Toujours surprise, elle ne prit conscience seulement de la réalité des choses lorsque l'inconu lui adressa la parole. Décidement n'avait-elle pas assez fait d'effort dans la journée? Sa rencontre avec Aya avait déjà été assez éprouvante et il fallait encore qu'elle remette ça!..

Elle inspira profondément mais discrétement, elle ne tenait pas à dévoiler si rapidement son mal aise qui lui ne s'était pas fait prier pour faire une apparition imédiate dans son estomac! Sans surprise, elle se retrouva à nouveau figer devant la situation qui s'offrait à elle. La déception prit même pas la peine de voiler son regard, elle s'y attendait. Miharu avait déjà épuisé son stock de courage pour la journée, enfin c'était ce qui lui avait semblé. Mais vu la tournure que prenait la soirée il lui faudrait fournir un peu plus d'efforts malgré qu'elle ignora complétement d'ou en tirer ses forces pour y parvenir.
L'air frais qui lui mordait les poumons lui fit reprendre une partie de ses esprits, elle put ainsi constatée que le jeune homme se tenait l'épaule alors qu'une lueur douloureuse brulait au fond de ses yeux malgré son visage impassible. S'était-il fait mal? Elle préféra ne pas y réfléchir pour le moment. La nuit sembalit avoir déteint la beauté de sa couleur sur ses cheveux car tout les deux était d'un noir profond, ses yeux d'un vert sombre traduisait bien plus de paroles qu'il aurait pu prononcé et il ne semblait ni très grand ni très petit même si Miharu n'aurait pu deviner l'aproximation exact de sa taille vu qu'il était avachi à retenir son compagnon. Son compagnon quand à lui, était un chien semblant être un berger allemand. Un belle bête au pelage soyeux sous la lumière bienveillante de la lune, des yeux expressifs dénuaient d'agressivités. Miharu n'aurait su dire par lequel de ses deux visiteurs insolites elle était le plus génée.
Une chose était sure elle ne savait pas vraiment comment réagir avec aucun des deux.
Elle était restée silencieuse depuis ses quelques minutes d'observation, aucun mot n'avait franchit ses lèvres qui semblait être un barrage infranchissable. Un silence, qui s'il durait, elle le savait très bien, serait vite pesant. Mais qu'elle solution se proposait à elle? Les possibilités n'étaient pas si vaste que ça. Soit il partirait en voyant qu'elle restait muette comme un carpe, soit il insisterait. Ou bien, elle trouverait le courage de lui répondre et il resterait ou encore elle lui exprimerait son voeux de solitude ce qui restait fort inimaginable à formuler. Quoi qu'il en fussent les possibilté il fallait faire un choix. Restait planté là à les dévisager n'était pas un possibilité durable. Elle détourna alors imédiatement son regard le plongeant dans la noirceur des cieux. Elle s'était montrée légèrement impolie, ses joues s'empourprèrent et elle espara qu'il n'en vit rien. Dans la beauté nocturne ses yeux s'encrèrent sur la lune hypnotique. Elle était toujours aussi silencieuse. Ses ongles s'enfoncèrent dans ses cuisses, ses mains étaient devenues moittes. Tous se passa alors très vite, ses sentiments avait était trop solicité dans la journée qu'elle en perdit soudainement le contrôle. Elle ouvrit la bouche. Rien. Aucun son ne sortit, elle la referma alors ce qui n'arrangea pas la douceur couleur rosé de ses paumettes. Elle ne les regardaient pas, si ça aurait été le cas elle n'aurait pas trouver la folie de s'élancer de la sorte dans ce qui lui semblait être le grand vide. La lune avait déposé sur elle un regard appaisant, alors que son coeur s'emballait dans sa poitrine. Silence. Elle se concentra à nouveau, puis se fut, enfin, un murmure à peine audible qui s'évanouit d'entre ses lèvres:

"...lut."

Silence.

Elle ne s'enventura même pas à imaginer ce qu'il pouvait bien pensé à cet instant. Non il ne valait mieu pas, ou elle ne pourait s'empêcher de vouloir disparaitre sur le cha.. Le choc fut soudain. Un nouveau hoquet de surprise. Un boule de poil venait de l'attaquer. L'animal était chaud, sa peau, à elle, était glacée. L'animal la destabilisa et la renversa sur le coté. Elle n'était pas très musclée et le chien n'était pas vraiment petit. Sa queue fouttait l'air comme s'il semblait amusé, mais à nouveau elle n'eut le reflex qu'il lui asséna une léchouille sur sa joue. Elle s'était accouder au sol pour amortir sa chute évitant ainsi de se cogner la tête. L'inconu s'était alors précipiter en s'exclamant le nom de son compagnon, mais Miharu ne comprit pas sous l'effet de sa stupéfaction que déjà le jeune homme tirait l'animal vers lui lui grognant dans des murmures quelques phrases à ses oreilles dressés.
Cepandant elle put remarquée une grimace de douleur fendre son visage quand son chien lui fit faire imprudemment un mouvement brusque de l'épaule. Le jeune homme lui siffla alors un ordre et son compagnon s'éloigna. Tout s'était passé assez vite mais elle avait eu le temps de reprendre son sang froid et de se remettre dans une position plus confortable alors que son coude, sous le choc prédédent, lui infusait dans son bras quelques ondes de douleur qu'elle ignorait totalement. Elle était fascinée par la relation qu'avait eu le chien et son maître.

Silence.

Miharu aurait voulu s'exprimait clairement, elle aurait voulu lui demandé s'il allait bien? Comment il s'appelait? Mais, comme par habitude, elle ne dit rien. L'angoisse lui tordait ses intestins. C'était sur elle n'apprécier guère ce genre de silence. Il fallait que l'un des deux le brise, le plus vite possible. Mais le mots de Miharu restaient bloqués dans le fond de sa gorge, elle déglutit. Malheuresement cela ne fit aucun effet. Elle était à nouveau dans une impasse ou seul maître de sa torture était cet abominable silence. Il fallait réagir mais qui des deux allaient-ils se lancer à nouveau?

[Bon pas très très terrible mais j'espère que ça ira ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Arabesques nocturnes [ PV Kansuke Hayashi]  Sam 21 Mar 2009 - 12:48

[HRP: C'est pas grave, va x3 On a une vie derrière l'ordi, Neee ?? xD]

Les déranger ? Peut-être...Ayant salué la jeune fille, il attendait qu'elle lui réponde, tout comme il savait que le contraire était possible. En tous cas, se fût le silence peu de temps après qu'il lui ai adressé la parole. Peut-être l'avait-il importunée ? En tous cas, cette situation le gênait quelque peu. Il se demandait...Pourquoi était-il là après tout ? Non pas que ça le dérangeait, mais plutôt qu'il pensait que lui, avait dérangé. Il détourna timidement le regard, fixant le sol sur sa droite. Il vallait peut-être mieux qu'il parte, après tout. Et puis, reportant son attention sur la jeune fille après un certain temps de réfléxion, il s'apprêtait à s'excuser, et allait s'en aller, mais il la vit, ouvrant la bouche, comme pour lui dire quelquechose, et prêta donc attention à ses futures paroles. Silence ? Oui...La lycéenne n'eût finalement rien prononcé, pas même un soupir. Avait-il tout simplement rêvé ? Chose sûre, Kansuke avait naturellement mal à la tête, étant donné qu'il était durement tombé dans ces escaliers précedemment. Peut-être que ceci lui jouait des tours ? Tout de même...N'exagérons rien.
Elle était sans doute elle aussi un peu timide ? C'était fort possible, tout comme ça pouvait être tout autre chose. Kansuke lui, était fatigué, et par sa mésaventure, mais aussi par la journée qu'il avait eût. Et puis, quelquechose se fit entendre. Un faible mot, qu'avait prononcé la jeune fille. Une sorte d'abréviation au mot "Salut", par déduction. La jeune homme était soulagé, au moins, elle lui avait répondu. Il sourit, tout de même content qu'elle ne l'ai pas rejeté, et regarda Gelingen. Ce dernier fit de même, laissant sortir une léger jappement, avant de reporter, tout comme son maître, son attention sur la lycéenne. Etaient-ils à nouveau partis pour une nouvelle connaissance de Kobe High School ? Ca ne les dérangerait pas plus que ça !

Toutefois, le silence revint, juste après qu'elle eût, à son tour, salué Kansuke. Cette fois-ci, Kansu' préférait penser que la jeune fille n'osait tout simplement pas trop lui parler. S'il s'écoutait vraiment, le jeune lycéen irait volontiers se coucher, car plus ça allait, et plus sa tête lui faisait mal, de même que son épaule d'ailleurs. La prochaine fois qu'il descendrait les escaliers, ou qu'il courrait dans les couloirs, il ferait preuve de bien plus de prudence, au moins, il l'avait appris, et s'en souviendrait sûrement. Aussi, bien qu'il restait debout, il se disait d'un côté qu'il vallait mieux qu'il ne reste pas trop sur ses deux jambes, mais d'un autre côté, il le faisait surtout car, s'adresser à une personne, qu'il avait certainement interrompue dans quelquechose, ne devait pas se faire assit. Elle, pouvait rester assise, ça ne le dérangeait pas, loin de là. Gelingen, toujours attentif à ce qui se passait, émit un léger sifflement à l'adresse de son jeune maître, qu'il savait épuisé. Ce dernier lui posa la main sur la tête, et le calina, lui souriant comme pour le rassurer.
Mais ce silence, perdurait encore, et ce n'était pas très convenable de laisser une conversation à peine engagé en plant de la sorte !
Gelingen s'asseya sur le sol, secouant légèrement la queue, et haletant de temps à autre. Il restait bien tranquille, sachant à présent qu'il ne devait pas s'empresser de sauter sur des gens inconnus, comme il l'avait presque fait avec Mitsuko dans la forêt. La pauvre avait été effrayé par le comportement du Berger Allemand. Et Kansuke ne voulait pas que cela se reproduise, c'est pour quoi il l'eût stoppé lorsqu'il fonça vers l'adolescente. Adolescente...Oui, quel âge avait-elle au juste ? Oh, plus important, comment se prénommait-elle ? Kansu' ne le savait même pas ! Et avec ce silence, il ne pouvait que lui demander son nom...Histoire de casser cette ambiance qui finirai par le rendre mal à l'aise. Il aurait voulu s'asseoire, histoire de se détendre un peu, mais n'en fit rien, et adressa donc cette question à la jeune fille :


"- Euh...Dis-moi, comment t'appelles-tu, au juste ?"

Il fallait qu'il le sache, qu'au moins il connaisse son prénom. Et ce grand étui noir à son côté, avait la forme toute tracé d'une guitare. Oui, elle devait certainement aimer la musique, et la guitare donc. Bel instrument qu'est cet objet, de même que le piano et le violon. Ajoutant la flûte traversière, ces quatres-là étaient les favoris de Kansuke. Lui appréciant particulièrement les musiques calmes, d'orchestre, parfois tristes...En gros, celles qui ont une belle mélodie, agréable à l'oreille. Mais on pouvait aussi utiliser la guitare pour faire du bruit, plus que de la musique, mais ces choses-là, Kansu' ne les écoutait pas. Si, certains morceaux de Hard Rock, bien que peu, et pas forcèment que de chanteurs japonais, des anglais, surtout des anglais. Certaines musiques françaises lui plaisait aussi de temps en temps, bien qu'il n'y en ai pas un si grand nombre comparé aux groupes et chanteurs anglophones.
Quel type de musique cette lycéenne aimait-elle ? Question qui trouverait certainement sa réponse dans un proche avenir. En effet, à présent la question trottait dans la tête du jeune homme, et il la lui poserait certainement un peu plus tard ! C'est un bon moyen de faire connaissance, de poser des questions sur l'interlocuteur, et donc, d'apprendre à le connaître. Du temps que les questions ne sont pas inpertinentes, bien entendu !
Comment se déroulerait donc la suite ? Un silence ? A nouveau ? Kansuke s'y attendait plus ou moins, et ne serait pas trop surpris si elle mettait du temps à lui répondre, étant donné que lui-même, est parfois très timide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Arabesques nocturnes [ PV Kansuke Hayashi]  

Revenir en haut Aller en bas
 
Arabesques nocturnes [ PV Kansuke Hayashi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: