Partagez | 
 

 Bonne nuit... ( PV Kazuki )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Ven 20 Mar 2009 - 23:43

C'est l'histoire de la vie de Kazuki. La demoiselle se demandanit pourquoi il lui racontait tout ça. Elle n'avait rien demandé, mais au moins il avait réussi à casser le silence, et le fait qu'il parle de lui la réconfortait un peu. Elle sentait presque un poids s'enlever sur ses épaules. Elle avait peur que le jeuen homme réagisse mal au fait qu'elle ne l'est pas regardé, il la comprenait peut être, vu toute l'histoire qui s'était passée il y a même pas une heure. Fujumi marchait toujours aussi vite, car elle voulait arriver le plus rapidement aux chambres pour que le jeune homme puisse se reposer, et elle aussi par la même occasion. Elle souriait lorsque le jeune homme parlait, mais elle pleurait aussi. Et oui, un coup de blues ça arrive à tout le monde. Ce n'était pas la faute du jeune homme, c'était une accumulation d'évènements négatifs qui lui étaient arrivés dans la semaine qu'il la cassait. En général, à cette heure, elle pleurait dans sa chambre, mais là, ce fut l'exception. Elle n'était pas à découvert mais presque, il manquait plus que le jeune homme accélère un peu, se mette à sa hauteur, et elle était démasquée. Elle se rendit compte que celui-ci fatiguait donc elle était sauvée. Lorsque Kazuki finit son petite discours, Fujumi ne dit toujours rien. Elle était juste rassurée, apaisée, gênée comme toujours, mais plus souriante et triste à la fois. Notre petit être était submergée par ces émotions, mais à la différence de tout à l'heure, elle sentait bien. Enfin... Elle se sentait mieux en tout cas. Elle leva la tête pour voir où les deux zigotos étaient rendus dans leurs marches, et vit un petit panneau où il y avait marqué : Pensionnat. La demoiselle chavira son petit sourire au coin de ses lèvres, et continua d'avancer, néanmoins à une vitesse plus lente. Elle essuya délicatement ses larmes du botu des doigts très discrètement.

* Faut pas qu'il me voit dans cet état-là... J'ai pas envie de le rendre encore plus mal à l'aise qu'il ne l'est déjà... *

Elle entra dans le bâtiment, tint la porte pour que le jeune homme puisse passer, et repartit dans, encore, un couloir sans fin. Elle commença à en avoir de ces fichus couloirs. L'établissement en était rempli à rabord, et la demoiselle commençait à trouver à ce lycée un petit air de labyrinthe. En gros, prise de tête, ce qui était pas bon pour la demoiselle, qui en avait déjà marre de tout. Elle essaya tout de même de garder le sourire, lança un sourire, rapide, doux, joyeux avec un souspçon de tristesse derrière, qu'elle n'arrivait pas à cacher pour son plus grand désarroi. Elle continua sa marche lente. On aurait pu croire qu'ils faisaient du sur place. Puis la jeune femme s'arrêta, se retourna vers le garçon, avec de nouveau la tête baissée, et lui dit d'une voix calmement avec un ton très bas :

" Bon bah, je vais te laisser là, je pense... Je sais pas où est ta chambre donc...Voilà... Si t'as besoin de quelque chose... Tu... "

La demoiselle chercha à ce moment-là un papier dans son sac, coinça sa lampe entre ses cuisses. Elle sortit une feuille qu'elle déchira de moitié, puis lâcha son sac d'un coup, prit un mini-crayon dans la poche arrière, et y écriva son numéro de téléphone, son prénom, son nom, et le numéro de sa chambre qui était le numéro 24. Elle lui tendit le papier, puis lui redit doucement :

" Bon bah... Bonne nuit... Fais de beaux rêves surtout... Et désolée pour tout... "

Pas un mot de plus, la demoiselle s'en alla, direction sa chambre, sans attendre ni mot ni réaction particulier de la part du garçon. De la part de ce garçon. De la part de Kazuki...

( Voilà ^^ J'espère que ça te va ^^ Bisous, besoin de modifs, tu bippes Wink )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Sam 21 Mar 2009 - 13:34

Elle lui tendit un papier sur lequel étaient inscrites ses coordonnées. Kazuki le prit, regarda rapidement ce qui y était écrit et redirigea son regard vers la demoiselle. Celle-ci prit la parole :

" Bon bah... Bonne nuit... Fais de beaux rêves surtout... Et désolée pour tout... "


Fujumi s'en alla. A la voir on pouvait penser qu'elle lévitait au dessus du sol tellement son pas était lent et silencieux. Kazuki était déboussolé. Malgré les évènements plutôt gênant et contraignants que s'étaient produits, il ne voulait pas qu'elle s'en aille tout de suite. Il voulait lui parler encore de sa vie. Il voulait, lui aussi, la connaitre un peu mieux, qu'elle lui parle de ce qu'elle aime, de ce qu'elle déteste, de sa famille et de tout le reste.

Il se mit lui aussi à marcher. Mais pas vers la chambre n°15. Il rattrapa Fujumi, posa sa main sur l'épaule de la jeune fille. Ils s'arrêtèrent tous les deux. Kazuki remarqua qu'elle avait pleuré. Aucune larme ne coulait mais ses yeux étaient légèrement rouges. Elle avait donc pleuré. Quand ? Pas à l'instant c'était sur. Avait-elle pleuré en venant ici ? Surement. Tout le long de leur marche nocturne et principalement après le malaise de Kazuki, elle avait marché devant. Avait-elle voulut cacher ses larmes ? Peut-être. Une chose était sûre : elle était triste. Pourquoi ? A cause de quoi ? Peut-être que cela avait un rapport avec ce qu'elle avait failli dire... Mais Kazuki ne voulait pas en savoir plus. Il dit d'une voix faible :

"- Attends... Ne pars pas tout de suite. Je... Il faut qu'on parle de ce qui c'est passé. J'y ai bien réfléchit et... tout compte fait si je t'ai dit mon secret c'est que j'avais un minimum de confiance en toi. Peut-être que j'ai senti que, toi aussi, tu étais différente. Et cette différence, tout comme moi, te fait souffrir ! Regarde ces larmes qui ont coulées !"

Kazuki s'arrêta un moment pour réfléchir à ce qu'il pourrait dire. Il fallait qu'il soit convaincant. il voulait lui parler encore. Il se lança à nouveau :

"- Moi, j'ai déjà pleuré toutes les larmes de mon corps. Ça fait des années que plus rien n'a coulé de mes yeux. Le seul moyen pour moi d'évacuer la peur qui me hante tous les jours c'est d'en parler. Mais je n'en ai parlé à personne... sauf à toi ! Tu es la seule qui me donne cette impression de liberté et de confiance ! Quand je t'ai dit que j'ai failli mourir, ça m'a libéré... Le lourd poids qui pèse sur mes épaules s'est un peu allégé. Toi aussi tu es différente, tu me l'as dit. Et je crois que, comme pour moi, ça te ferait du bien d'en parler... Pas forcément parler de ce qui ne vas pas. Quand je t'ai raconté ma vie ça m'a fait du bien aussi. Alors toi aussi, tu pourrais me parler de tout et de n'importe quoi. De tes amis, de ta famille, tout ça quoi. C'est toi qui vois."


Durant tout son discours, Kazuki n'avait pas enlevé sa main de l'épaule de Fujumi. Après s'en être rendu compte, il l'a remise dans sa poche, à fait un signe de la tête à Fujumi pour qu'elle le suive, et s'en est allé vers la chambre n°15. Au passage, il a repris ses sacs. Une fois arrivé devant la porte, il l'a ouverte. Sans regarder si Fujumi l'avait suivi, il est entré, s'est assis sur une chaise et à attendu en espérant que l'adolescente accepte de venir lui parler de ce qui pouvait la faire sourire, de ce qu'elle aimait, et peut-être aussi de ce qui la faisait tant souffrir...



(Bon voilà j'ai continué notre petite histoire ^^ A+)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Sam 21 Mar 2009 - 16:08

La demoiselle était plus triste que jamais. Elle se disait qu'une fois de plus, elle passerait sa nuit seule. Elle aurait aimé rester avec le jeune homme, elle en avait terriblement envie mais vu la tournure que les choses avaient prises, ce n'était plus possible. Elle se résigna donc à oublier tout ce qui s'était passé y compris lui. Mais ferait-il pareil de son côté ? Apparement non, le jeune homme avait rattrapé la donzelle. Cette attention, qui nous paraît normal, ne l'était pas pour Fujumi. Aux yeux de notre petite Fuju' , une attention pareille ne pouvait jamais lui arriver, jamais lui être destinée et pourtant... Le jeune homme l'avait retenu, et ça lui avait fait quelques frissons au ventre. Me demander non plus d'expliquer cela, il faut le ressentir pour le comprendre. Presque les yeux dans les yeux, la demoiselle fut malheureusement à découvert. Que faire ? Nier, ou accepter. Fujumi ne savait pas trop, mais laissa parler Kazuki, qui apparemment avait un semblant de compassion pour elle. Elle n'en croiyait pas ses oreilles. Elle avait l'impression de rêver, jamais personne ne s'était comporté comme ça avec elle, même pas ses parents. Cependant une chose que la jeune femme ne supportait vraiment pas, c'est qu'on lui fasse des remarques, Kazuki en faisait, mais ce n'était en aucun cas pour la critiquer, mais pour... Elle ne savait même pas pourquoi il faisait ça. Qu'attendait-il d'elle ? Que voulait-il qu'elle fasse ? La jeune fille ne comprenait plus rien à ce qui lui arrivait, réalité ou rêve, la demoiselle ne savait plus rien. Elle écouta pourtant le jeune homme, mais détourna du regard, elle détestait être démasquée, mais pour une fois, elle l'accepta...

Mon Dieu, ça allait trop loin. La demoiselle a estimé que, ce que le jeune homme disait, était vrai ou pas. Tu es la seule qui me donne cette impression de liberté et de confiance ! Elle ne savait pas si elle devait croire ces mots, mais elle en avait malgré tout les larmes aux yeux. Etait-ce possible qu'un être qui n'était négatif sur tout point puisse dégager une impression de confiance et de liberté ? Pour elle, c'était impossible, mais pas pour le garçon. Elle ne sut quoi répondre à tous les aveux que venaient de lui faire Kazuki. Elle voulait le remercier, lui sauter dessus, le serre contre elle, mais bon, elle se décida tout de même de se retenir, ce n'était pas vraiment le moment pour ça. Et puis, elle ne pouvait pas non plus, sa trsitesse ne disparaissait pas, et prenait de plus en plus le dessus. Mais, néanmoins, elle n'arrivait pas trop à croire, elle trouvait ça louche qu'un homme disait ça, or qu'ils venaient à peine de se rencontrer. Plein de question lui vinrent à l'esprit et l'embrouillait entre : est-ce que je dois le croire ou pas ? Bref, elle rourna son regard vers Kazuki, lui fit signe de la rejoindre, puis vut le jeune homme se diriger vers sa chambre et y entrer. Le suivre ou ne pas le suivre telle est la question qui traversait maintenant l'esprit de la demoiselle. Elle en avait envie, mais si elle y allait, elle devait parler d'elle. Et avait-elle vraiment envie de ça ? Balancer sa vie à un inconnu qui, pourtant, l'avait soutenu, et souri. Elle hésitait, puis un pas, deux pas, et plus encore, elle se trouva maintenant dans l'ecadrement de la porte. Ses yeux portés au coin au fond de la pièce, les bras croisés comme si elle avait froid. Elle avança tête baissée et s'assit devant le jeune homme.

Ce fut maintenant le moment fatidique que tout le monde attend. Fujumi ouvrit la bouche, et commença son long monologue :

" Je suis née à Kyushu, il y a de cela à peu près 18 ans.. Ma mère est japonaise, et mon père australien.. Tout se passait bien dans ma famille jsuqu'au moment où mes parents ont commencé à se disputer, mon père battait ma mère, et ça m'arrivait à moi aussi.. Comme tu peux le constater, ma vie n'a psa vraiment commencé dans le droit chemin.. Je n'ai jamais eu aucun ami, car malheureusement j'étais trop différent d'eux.. En tout cas, c'est ce que je pensais.. ( Un instant de silence ) C'était mon père qui ramenait l'argent à la maison, comme dans la plupart des familles japonaises ou autres, cependant ce n'était pas suffisant. Ma mère a alors commencé à se prostituer, et c'est à partir de ce moment là que j'ai commencé à l'imiter.. j'avais à peu près 12 ans, puis tout s'est enchaîné. Mon père sest mis à dealer, il a sombré, et a tué des gens pour avoir de l'argent, bref tout ce qu'il n'y a rien de joyeux. Il a été finalement découvert ou dénoncé, je l'ai jamais réellement su, et il est parti en prison. Malgré tout ça, je n'arrivais pas à lui en vouloir, j'ai essayé de savoir où il avait été enfermé, car la justice avait fait en sorte qu'il soit interné le plus loin de notre ville. J'avais insisté longtemps auprès de ma mère pour qu'elle me dise où il était, elle ne l'a jamais dit, et m'a, finalement, abandonné, ne supportant plus rien, y compris moi.. Forcément on m'a envoyé en internat, j'ai fugué, j'avais 14 ans, j'ai commencé à prendre ma vie en main, j'ai continué à me prostituer pour pouvoir payer mes études. J'ai également dealé, volé, pour pouvoir survivre. Je dormais presque chaque soir chez une personne différente, bref j'étais pas très stable.. Et je suis venue ici.. J'avais besoin de me dépayser, de partir de là où j'avais vécu, et ce lycée me semblait le plus approprié pour ça.. Donc voilà.. "

La jeune femme s'arrêta. Elle y eut un silence de mort pendant de très longues minutes. Puis elle reprit avec un léger sourire au coin de ses lèvres et dit doucement :

" C'est tout de même ironique, j'ai essayé de faire de mon mieux... Et pourtant c'est moi qu'on a abandonné.. "

Elle baissa la tête, laissa ruisseler ses larmes sur son visage, rabattit ses jambes contre elle, puis dit d'une voix tremblante au jeune homme, toujours sans le regarder :

" Voilà... Tu sais tout... "

Pas un mot de plus, la jeune femme attendit que le jeune homme réagisse, espérant qu'il ne partirait pas, qu'il ne la fuirait pas...

( Bon bah prépare les mouchoirs lol ^^ Désolée, pour les pavés, ça va pas te reposer tes yeux, mais j'espère que ça te plaira quand même ^^ Bisous Wink )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Sam 21 Mar 2009 - 19:54

Quiconque aurait entendu cette histoire là aurait eu une réaction adéquate : il serait sur le c*l. C'était choquant, ahurissant, horrible, triste, que dis-je ! Il n'y a pas de mot pour définir ce qu'avait raconté Fujumi. En tout cas, on ne pouvait pas appeler ça une vie. Un calvaire, un enfer, une abomination et tout autres mots de ce genre ne conviendraient même pas ! Elle avait souffert comme personne et,durant toutes ces années, elle avait été seule... toute seule ! Kazuki se sentait bête. Lui il avait "juste" failli mourir. Et après ? Il s'était refait une vie, il avait trouvé des amis, il avait une famille... Fujumi elle n'avait pas eu cette chance là. Certes, Kazuki aurait put ne pas être là aujourd'hui mais il avait vécut le reste de sa vie dans la joie et le bonheur. Comment réagir dans une telle situation ? Kazuki n'en savait rien. Il voulait savoir. Et bien pour savoir il a sut ! Il n'avait pas pensé un seul instant que le souvenir de la jeune fille était si dur. Cependant, il ne regrettait pas de l'avoir forcée, parce qu'elle n'aurait certainement rien dit de son propre grès, à tout lui révéler.

Fujumi pleurait encore, recroquevillé à côté de Kazuki. Maintenant, il fallait enchainer. Tout d'abord, la réconforter du mieux possible. Mouais, ça serait difficile pour Kazuki : il est complètement nul quand il s'agit de consoler quelqu'un. Mais il allait quand même essayer. Il se leva de sa chaise, s'approcha de Fujumi qui n'avait toujours pas levé les yeux. L'adolescent s'accroupit à côté d'elle et passa son bras sur ses épaules. Il prit la parole :


"- Je ne me doutais pas que c'était aussi dur à entendre. Si ça t'as fait du mal d'en parler et bien je m'excuse. Avec moi, ton secret et à l'abri. Maintenant que je sais tout sur toi... c'est à moi de te raconter ce qui c'est passé. Mais je vais avoir l'air ridicule... j'ai pas autant souffert que toi. Mais bon, on est là pour ça alors..."

Sur ces mots, Kazuki se leva. Il se dirigea vers son lit où il avait posé ses affaires. Il sortit de son sac une pochette décorée d'un dessin. C'est dedans qu'il mettait toutes ses œuvres. Il revint près de Fujumi. Il ouvrit sa pochette et, tout en cherchant à l'intérieur, il reprit la parole :

"- Quand je perds connaissance, je fait des hallucinations. Parfois je m'en rappelle. Et quand je m'en rappelle je les dessine."


Il extirpa un dessin de l'amas de feuilles qu'il avait posées par terre. Ce n'était pas un dessin ordinaire. On voyait un jeune homme qui ressemblait à Kazuki mais... il était en train de brûler. A côté de ce garçon se trouvait une sorte de démon noir, avec de grandes ailes blanches. Il regardait le jeune garçon bruler et avait les mains pleines de sang.
Kazuki reprit son discours là où il l'avait arrêté :


"- Je devais avoir 7 ou 8 ans... je sais plus trop. On voulait faire une sortie en famille. Moi et mes parents on était à la banque. Ils voulaient retirer de l'argent. Et puis des hommes habillés en noir sont entrés, armes en main. Ils ont menacé tout le monde avec leurs flingues. Ils avaient pas l'air de vouloir tuer mais... quand ils ont demandé l'argent, le banquier à refusé. Du coup ils ont tiré et j'ai été touché à la tête. Je suis passé à l'hosto. Une grosse opération pour retirer la balle, plusieurs mois avant de pouvoir rentrer chez moi, des tas de séances de rééducations ou de rendez-vous chez le psy... Et c'est pas tout. Depuis ce jour je suis épileptique. De temps en temps, je perds conscience, je me retrouve dans un autre monde à voir des choses toutes aussi horribles les unes que les autres. Comme ce démon qui me regarde brûler. Parfois ça dure quelques secondes... mais ça peut aller jusqu'à une demi-heure voire une heure. le problème c'est que les gens ne savent pas ce que c'est quand ça arrive. Ils réagissent mal, tente le bouche-à-bouche ou le massage cardiaque alors que la seule chose à faire c'est attendre. Et en plus de ça, je fait des cauchemars presque chaque nuit. Je revois ce jour ou j'ai failli mourir, je revois ces démons et des tas de choses du genre. Je me réveille toujours essoufflé et j'arrive plus à m'endormir après. Et puis j'ai aussi ça."

Kazuki à penché la tête, il a écarté ses cheveux pour laisser apparaitre sa cicatrice. Elle parcourait tout son crâne de gauche à droite. Puis il s'est relevé et a conclut :

"- Voilà c'est tout... C'est mon secret que personne ne connait... A part toi."

Puis ce fut à nouveau le silence comme ces deux jeunes gens savait si bien le faire. Seuls leur respiration était audible. Ils ne bougeaient pas. Kazuki observait Fujumi... Celle qui savait tout !


( Voilà : Ce coup-ci Kazuki à tout dit. A toi de jouer maintenant Wink Et nous fait pas pleurer, ton post précédent était vraiment trop triste :cry: ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Sam 21 Mar 2009 - 20:56

La jeune demoiselle pleurait sans pouvoir s'arrêter, mais c'était presque devenu un automatisme lorsqu'elle parlait de sa vie. Le silence régnait et voulait tout dire. Le jeune homme devait sûrement être choqué. Elle s'en voulait, elle ne regrettait pas car, en effet, ça lui avait fait du bien. Mais elle ne voulait que le jeune homme soit mal à cause de ça. Puis une main se fit sentir sur l'épaule de la donzelle. Un peu de réconfort de la part de cet inconnu lui fit le plus grand bien. Il avait l'air de pas trop savoir si prendre, mais c'est l'intention qui compte, et cette nouvelle attention toucha encore plus Fujumi. Elle souria mais tristement, elle était apaisée, mais gardait toujours un fond de tristesse en elle. Elle aurait aimé le remercier, lui dire qu'elle était heureuse qu'elle est enfin pu trouver quelqu'un à qui parler. Elle se sentait mille fois mieux que tous les jours précédents qu'elle avait vécu dans l'ombre. Ridicule ? Il ne fallait pas, mourrir est la pire chose qui puisse arriver, surtout si on en ressort après. Il n'était en rien ridicule. Fujumi aurait été encore plus traumatisée si elle avait vécu l'histoire du jeune homme. Elle aurait passé sa vie dans un établissement psychiatrique. Elle avait déjà failli y aller. Notre petite Fuju' était vraiment hypersensible, un peu comme les poètes maudits du XIX ème siècle. Elle supportait pas voir les gens souffrir, même si c'était à la télévision ou à la radio. Malgré son histoire qui est quand même assez horrible, elle disait toujours que celles des autres étaient pire que la sienne. Pour elle, celle du jeune homme en faisait partie. Lorsqu'elle avait vu le dessin, elle fut impressionnée par la beauté de celui-ci, mais effrayé par ce qu'il représentait. Qu'est-ce que c'était que cette scène ? Elle comprit lorsque le jeune Kazuki lui expliqua, un écarquillement de yeux se fit immédiatement. Horrible, affreux, mon Dieu ! Comment vivre avec des visions pareilles ? C'étati impossible, Fujumi aurait jamais pu supporter ça. Elle se demandait si, avec ça, la vie l'aurait toujours retenu... Pas sûre... Elle naurait pas survécu moralement à cette atrocité qu'était les épilepsies. Elle ne pouvait se persuader que ces horreurs pouvaient exister, et qu'elle vivait dans le petit être qui était à côté d'elle.

Fujumi se sentit ridicule à son tour. Le pauvre, comment pouvait-on continuer à vivre avec des images comme ça plein la tête ? Elle sentit comme un malaise envahir la donzelle, elle se sentait super mal. Elle commençait à avoir du mal à respirer, elle respirait de plus en plus fort. Elle s'en voulait, elle regrettait, elle aurait tellement aimé l'aider à surmonter cette épreuve, le soutenir, mais elle était apparue trop tard dans la vie du garçon. C'était maintenant qu'elle devait agir, qu'elle devait l'aider. Vous allez surement me dire pourquoi le verbe : devoir. Tout simplement, parce qu'elle croyait que c'était à son tour à l'aider, il avait surement du avoir sa famille et des amis pour le soutenir, mais maintenant qu'il était loin d'eux, c'était à son tour de prendre soin de lui. Elle sentit une grande responsabilité, mais un besoin. Ils étaient en quelque sorte liés à partir de maintenant. Chacun avait dit son secret à l'autre, ils s'étaient tour à tour confiés, avaient parlé d'eux. La jeune femme releva la tête puis vut la cicatrice du garçon. Elle était effrayé. Elle en tremblait tellement. Elle en avait vu de toutes les couleurs. Elle baissa la tête et réfléchit.


* Tu dois être forte pour lui... Merci Kazuki... Merci... *

La jeune femme se rapprocha du jeune homme, attendit qu'il releva la tête, lui souria tendrement, puis approcha ses mains vers le visage du garçon. Ses mains tremblaient, elle les posa sur le visage du jeune homme. Elle dégagea quelques mèches des cheveux du garçon puis approcha son visage de celui de Kazuki, puis doucement, déposa un doux baiser sur son front. Un autre sur sa joue, et un dernier au coin des lèvres du garçon. Elle se retira, et ses mains aussi, qui tremblaient à un tel point. Il lui faisait beaucoup d'effet, et ça se ressentait, elle n'avait jamais tremblé comme ça. Elle se rassit en face du jeune homme, un long silence s'installa dans la pièce, puis un bruit retentit d'un coup. La jeune femme prit son sac, sortit son portable, décrocha.

" Oui, d'accord, j'arrive dans 30 minutes... "

Le sourire qu'elle avait sur ses lèvres disparut, d'un coup. C'était l'heure de pointe, c'était parti. Il était pour elle d'aller faire ce qu'elle avait toujorus fait, depuis ses 12 ans. Elle se leva, se dirigea vers la porte, puis dit au jeune homme :

" Faut que j'y aille, désolée... Le devoir m'appelle... A bientôt j'espère... Appelle moi si ça va pas... "

La jeune femme ouvrit la porte, sortit, fit un signe d'aurevoir au jeune homme, un clin d'oeil et un dernier sourire et s'en alla... Que ferait le jeune homme ? Ou plutôt allait-il faire quelque chose... ?

( Bon, c'est un peu baclé la fin, je referai plus tard, bisous ^^ J'adore Very Happy Modifications faites ! ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Sam 21 Mar 2009 - 22:26

C'était tellement inattendu... Ces trois baisers comme ça, sans prévenir. Il faut dire les choses comme elles le sont : Kazuki ne s'y attendait pas du tout. Il ne l'avait pas rejetée. Au contraire, il l'avait laissée faire. Ces baisers étaient si doux, si tendres... Kazuki le sentait : Fujumi comprenait sa souffrance. Et il comprenait la souffrance de Fujumi. Ils avaient souffert tous les deux et, maintenant, ils avaient quelqu'un en qui ils pouvaient avoir confiance. Quelqu'un qui savait !

Soudain, le téléphone de de la lycéenne sonna. Elle dit quelques mots à son interlocuteur avant de se lever et de se diriger vers la porte. Elle dit au revoir à Kazuki. Puis elle sourit. Où allait-elle ? Partait-elle au "travail" ? Allait-elle revoir ce qui la faisait souffrir depuis tant d'années ? Allait-elle revenir ? Non ! Elle ne pouvait pas s'en aller ! Pas comme ça ! Pas maintenant ! Kazuki devait l'arrêter. Par tous les moyens ! Il se leva, sortit à son tour de la chambre. Fujumi était déjà au bout du couloir quand Kazuki s'écria :


"- Fujumi ! Attends !"

Le jeune homme se mit à courir en direction de la demoiselle. Il s'arrêta devant-elle. Il la regarda. Il s'approcha un peu plus et la pris dans ses bras. Il chuchota dans son oreille :

"- N'y vas pas... reste ici.. Tu ne dois pas y aller. Ça ne fera qu'empirer la situation. Et ta souffrance grandira encore. Je t'en prie n'y vas pas."


Kazuki sentait la chaleur de Fujumi. Il la sentait respirer et entendait son cœur battre. Il devait la convaincre de rester ici. A tout prix ! S'il n'y arrivait pas maintenant il s'en voudrait toute sa vie.

Ils restèrent tous les deux. Kazuki n'avait pas encore relâchée Fujumi. On entendait la pluie s'abattre contre les vitres. Un éclair fendit l'air... puis on entendit retentir un coup de tonnerre.
Ils n'ont pas bougé pendant quinze bonnes minutes. Quoi que Kazuki ne voyait plus le temps passer depuis sa rencontre avec sa bienfaitrice. - Car elle pouvait être qualifiée de bienfaitrice. Elle avait permis à Kazuki de se confier. Enfin ! Son soulagement fut tellement grand quand il lui révéla toute son histoire qu'il pouvait lui être reconnaissant à vie... - Enfin bref ils restaient dans les bras l'un de l'autre, sans bouger. Kazuki reprit la parole :


"- Je t'en supplie. Ne pars pas... Tu n'as pas besoin de faire ça pour survivre. Restes ici. S'il te plait. Arrête de faire ce que tu fais tout les soirs... Fais le pour moi. Je t'en supplie..."


( Bon j'ai pas réussi à écrire grand chose cette fois ci. j'arrivais pas à compléter ce que j'écrivais. Enfin bref Very Happy J'espère que tu trouvera une suite palpitante ! )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Sam 21 Mar 2009 - 23:17

La demoiselle marcha dans le couloir, mais elle avançait le plus lentement possible. En réalité, elle ne voulait pas aller là-bas. elle voulait rester avec Kazuki, mais elle savait qu'elle ne pouvait pas. Elle devait y aller, il le fait, elle s'était engagée là dedans, elle ne pouvait plus en sortir. Elle regarda de nombreuses fois derrière elle. Elle regrettait de l'avoir laissé, il souffrait, elle voulait le réconforter, le serrer contre elle, lui dire qu'elle serait toujours là pour lui quoi qu'il arrive, mais c'était trop tard. Ils se recroiseraient sûrement dans le lycée, mais elle savait que ce ne serait pas pareil. Ils étaient tous les deux dans le monde, c'est ce qu'ils les unissaient en quelque sorte. La jeune femme avait l'impression que c'était des adieux. Non, elle ne voulait plus le quitter. La demoiselle s'était trop attaché à lui en si peu de temps, c'était la chose qui n'aurait jamais du arriver. Tous ceux auxquels elle s'attachait, finissaient soit par partir, soit par ne plus s'adresser la parole pour n'importe quelle raison. Elle voulait surtout pas que ça arrive, elle ne voulait pas le perdre, pas lui. En parlant du loup, celui-ci interpela la demoiselle. Elle se retourna avec un air d'incompréhension. Qu'est-ce qu'il avait ? Ces crises revenaient ? Non... Rien de tout ça... C'était pour elle qu'il avait couru. Il s'était arrêté devant elle, s'était rapproché d'elle, et il l'avait prise dans ses bras. Le rêve de toute demoiselle en détresse. Fujumi était aux anges, elle se sentait tellement bien dans les bras du garçon. Un rêve qui devenait réalité. Elle n'était plus seule, enfin. Son prince charmant venait de la libérer de son donjon.

Après tous les mots que le jeune homme avait prononcé, impossible pour Fujumi de retenir ses larmes. C'était trop beau. En, à peine quelques heures, elle avait eu tout ce dont elle désirait. De l'attention, du soutien, quelqu'un. Quelqu'un à qui elle a pu se confier sans être jugée. Un homme qui la considère comme un être humain normal, et non comme un bout de viande qui sert de poubelle, qui permet de se vider. Elle était quelqu'un aux yeux de ce jeune homme, c'est ce qui la touchait. Elle était dans les bras de Kazuki, protégée, en sécurité, elle était ici, et souhaitait y rester jsuqu'à la fin de sa vie. Cette sensation de bonheur, elle ne l'avait jamais connu à ce point. Elle était heureuse pour la première fois de sa vie, dans les bras de ce jeune homme. Elle voulait le connaître, partager, se balader, faire tout avec lui. C'était son sauveur à présent... Mais... le travail c'était le travail, elle devait y aller. Tremblante, son coeur battant de plsu en plus fort, la chaleur de son corps qui prenait un degré de plus toutes les secondes, elle finit tout de même par dire :


" Kazuki... Je... Je peux pas arrêter... J'ai que ça pour payer mes études, et pour pouvoir me nourrir, je peux pas faire autrement... "

Après quelques minutes encore de silence, elle se dit que finalement, il avait raison, mais que si elle arrêtait, il fallait qu'elle se trouve un autre job, mais quoi ? Cette question lui trottait dans la tête, et elle voulait l'oublier. Laisser son passé de côté et avancer. Elle s'arrêta de pleurer. Elle leva légèrement la tête, puis déposa de nouveaux quelques baisers, mais cette fois-ci dans le cou du garçon, puis lui demanda doucement :

" Ramène moi à ta chambre... S'il te plait... Kazuki... "

Kazuki, le prénom de son sauveur, Fujumi était maintenant marqué par ce jeune homme. Jamais elle ne l'oublierait, jamais elle ne le souhaiterait. Elle était trop bien avec lui.

* Merci... Kazuki... Oh... Kazuki... *

( Puré, ça m'a fait pleurer cette histoire, je suis trop sensible moi ! ^^ . Bon j'espère que ça va t'inspirer, t'en fais pas, elle aime beaucoup Kazuki, mais elle va pas lui sauter dessus. Ils ont tout le temps devant eux Wink . T''en fais pas, c'est pas la longueur qui compte, c'est le contenu qu'est la plus important, et jusque là t'as assuré ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Dim 22 Mar 2009 - 12:47

" Ramène moi à ta chambre... S'il te plait... Kazuki... "

Ça y est ! Kazuki avait réussi à retenir Fujumi. Elle voulait qu'ils retournent dans la chambre. Elle ne partirait pas Là Bas. Du moins pour ce soir... C'était maintenant le nouveau défi de Kazuki. Convaincre la jeune fille de ne plus jamais y retourner. Là encore, il faudrait parler. Il faudrait la convaincre, la persuader... Ça ne serait certainement pas simple mais Kazuki s'en sentait capable. A son tour, Kazuki embrassa Fujumi. Sur les lèvres cette fois-ci... Puis il lui glissa quelques mots :


"- Merci... (court silence) Mais ne me fait plus jamais peur comme ça. N'y vas plus ! Promet moi de ne plus y retourner. il y a des tas d'autres moyens de gagner de l'argent. Et puis je serais là moi. Je t'aiderai, dès que tu en aura besoin. Tu verra ! Je ferai tout mon possible pour te rendre heureuse... Avec moi tu ne souffrira plus. Parce que, même si on se connait que depuis quelques heures, tu es quelqu'un d'important pour moi... Je tiens à toi parce que, dans un certain sens, on est pareils... On est différents des autres. Avant je faisait peur au gens. Quelqu'un qui perd connaissance à tout bout de champ, ça donne pas trop envie. Bien sur, j'ai réussi à me faire des amis mais ils ne me comprenaient pas... Pour eux j'étais différent, un peu comme un extra-terrestre. Mais toi, tu est différente aussi. Toi et moi on se comprend... Et c'est de ça qu'on avait besoin... Alors je t'en supplie fais le pour moi ! N'y vas plus..."


Sur ces mots, Kazuki relâcha la jeune fille, fit quelques pas. Il dirigea son regard vers elle et lui sourit. Jamais il n'avait sourit comme ça à quelqu'un. C'était un sourire chaleureux, un sourire qui en disait beaucoup, un sourire qui donnait confiance... Il tendit sa main vers la demoiselle, comme pour l'inviter à le rejoindre et lui dit sur un ton joyeux :

"- Alors ? Tu viens ?"



( Ouais t'as raison, c'est le contenu qui compte. Mais ça m'énerve un peu quand même. J'arrivais très bien à compléter tout ce que j'écrivais au début et là... plus rien ! ^^ M'enfin c'est pas grave, ça reviendra Very Happy Allez c'est à ton tour d'écrire maintenant ! )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Dim 22 Mar 2009 - 13:37

Comment définir ce qu'elle ressentait à ce moment là ? elle était heureuse ? Non c'était mille fois mieux que ça encore. Elle avait l'impression de revivre, de commencer une nouvelle vie. D' être enfin libre, de pouvoir enfin respirer, dans ces bras-là, dans les bras de Kazuki. Si on lui avait dit que tout cela lui arriverait, elle se serait surement énervée en disant : c'est pas gentil de se foutre de la gue*** des gens comme ça. Mais elle vivait bel et bien ce moment qu'elle avait attendu depuis tant d'années. La demoiselle savait plus trop quoi penser surtout après le baiser du jeune homme. Impossible pour elle de fermer ses yeux, elle n'était pas préparée à ça. Elle en avait rêvé des nuits et des nuits entières de trouver enfin un amour qui soit réciproque, et où elle se sentait bien. Son coeur, lui non plus, ne s'attendait pas à ça. Lui qui pourtant s'était légèrement calmé, était reparti de plus belle, mais cette fois-ci, aussi vite que l'éclair. Il ne battait pas la chamade, c'était pire encore, la demoiselle en était presque effrayé de ses palpitations aussi, peur que son coeur finisse par sortir de sa poitrine. Mais elle aimait cette sensation, elle aimait, elle l'aimait, elle l'aimait Lui, celui-ci qui l'avait sauvé. Elle souhaitait lui appartenir, ne plus être qu'à lui. Elle était devenue accro... En si peu de temps ? ... Et oui, ça pouvait paraître extraordinaire, mais notre petite Fuju' avait vécu les 3/4 de sa vie seule, donc bon, on pouvait la comprendre un peu quand même...

La jeune femme en pouvait plus d'entendre de si belles phrases, elle tremblait trop, elle allait presque tomber dans les pommes si ça continuait. Elle pouvait se contrôler, seulement la situation dans laquelle elle était ne le lui permettait pas réellement. Elle respirait fort pour esayer de faire passer toutes ses émotions, ce qu'elle n'arriva pas vraiment à faire. Puis fut le moment où Kazuki s'éloigna. Pourquoi ? Non! Ne pars pas ! Ne me laisse pas ! La jeune femme ne comprit pas, puis elle le regarda, et vut une main se tendre vers elle. Un sourire chaleureux qui lui était adressé, quelques mots également. La jeune femme sentit comme une épidémie se répandre dans l'air, elle eut, elle aussi, un sourire chaleureux et de bonheur se dessiner peu à peu sur ses lèvres. Mais la jeune femme se retourna, fixa pendant quelques instants la porte qui donnait maintenant sur son passé. Elle regarda de nouveau le garçon, fit un pas, deux pas, attrapa la main de celui-ci, entremêla leurs doigts, puis s'arrêta au niveau du jeune homme. Elle posa sa main droite sur le corps du garçon où était le coeur, et lui dit droit dans les yeux :


" Je vais prendre soin de toi maintenant... Pour moi aussi tu es quelqu'un d'important... Je serai toujours là pour toi... "

La demoiselle repartit, en direction de la chambre du garçon, en l'entraînant avec elle. Elle lui sourit, puis versa quelques larmes de bonheur... Le bonheur... Enfin tu étais là... Je ne te lacherai plus... Je ne veux plus que toi... Je ne veux plus que Lui... Kazuki...

( Moi aussi d'ailleurs, j'arrive pas à faire plus long, sinon je vais que me répéter, sérieux, mais mes mains elles tremblent quand j'écris :oops: , c'est horrible, mais dans le bon sens du terme Laughing . J'espère que ça va t'inspirer ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Dim 22 Mar 2009 - 15:21

Aussi loin qu'il s'en souvienne, Kazuki a toujours pensé que les coups de foudre, ça n'existait pas. Selon lui on en trouvait que dans les films et séries américaines généralement cul-cul la praline où, dès le début, on sait que le héros tombera amoureux de la fille. Seulement aujourd'hui, il avait eu la preuve du contraire. Car ce qu'il ressentait pour Fujumi, c'était bien de l'amour. Il ne la connaissait que depuis 18h30 et il en était amoureux. On pouvait donc bien appeler ça un coup de foudre.

La jeune fille s'est approchée et lui a pris la main. Celle de la jeune fille était chaude, douce, agréable... Kazuki croyait rêver. Il avait enfin trouvé quelqu'un qui le comprenait, quelqu'un à qui il pouvait parler - sans retenue - quelqu'un en qui il pouvait avoir confiance. Elle avait tout perdu et la seule personne capable de la rediriger dans le droit chemin, c'était lui. Il le savait. D'ailleurs elle venait de le lui dire. Selon elle Kazuki était quelqu'un d'important. Elle disait même qu'elle serait toujours là pour lui... Jamais on ne lui avait dit ça. Jamais quelqu'un ne lui avait montré autant d'affection et d'amour. Il en était sûr et certain maintenant : cet fille, il l'aimait.

Ils arrivaient maintenant à la chambre n°15, toujours main dans la main. Une fois arrivés, Kazuki s'est aperçut qu'elle avait, encore une fois pleuré. Pourquoi ? Etait-ce des larmes de joie ou de tristesse ? Il le lui demanderait, à l'occasion... Ils restèrent l'un en face de l'autre pendant quelques minutes. Kazuki regardait Fujumi, et Fujumi le regardait. Une larme, puis deux coulèrent des yeux de Kazuki. pas une de plus. Il dit en riant :


"- Bon bah voilà. J'ai pleuré. Comme je l'ai déjà dit, ça fait des années que j'ai pas chialé. Avant quand je pleurais, c'était de tristesse ou de peur. Là c'est différent. Ces larmes qui viennent de couler elles sont pour toi. Ces larmes c'est ma joie de t'avoir trouvée... enfin !"


Pendant tout ce temps ils étaient restés main dans la main. Kazuki approcha son visage de celui de Fujumi. A nouveau il m'embrassa. Plus longtemps cette fois...


( Bon ba voilà ^^ Kazuki à réussi à la retenir Very Happy A la prochaine Wink)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Dim 22 Mar 2009 - 17:06

La donzelle se sentait poussée des ailes, le paradis était à ses pieds avec comme passager Kazuki. Ce petit être étrange, et pourtant si proche de Fujumi. Elle n'y croyait plus, cela faisait 18 ans qu'elle attendait de pouvoir enfin trouver quelqu'un qui pourrait la comprendre, et qui l'aimerait. 18 ans avant de pouvoir trouver le bonheur dans les bras de Kazuki... Son Kazuki... Ils appartenaient maintenant tous deux à l'autre. Ils étaient liés quoi qu'ils en disent, car personne d'autre pouvait mieux comprendre la souffrance que chacun avait enduré pendant tant d'années. Ils s'étaient enfin trouvés, ils allaient pouvoir connaître cette sensation de plénitude, de joie, de compréhension qu'ils n'avaient pas réussi à s'approprier avant. Fujumi sentait tous ses problèmes s'envoler un à un au dessus d'elle et partir loin de ce petit être qui avait tant souffert, sans soutien, sans personne auprès d'elle. Elle avait lui maintenant. Elle arrivait pas à y croire. C'est incroyable comme le destin fait bien les choses quand même. Reprenons les choses depuis le début. L'administration lui avait demandé pour le soir même de guider un élève, sans aucune explication. Aucune indication non plus, garçon ou fille, quel endroit, pourquoi faire ? Pourquoi moi ? Etc... Fujumi se rendit compte que si l'administration n'avait pas été là, elle n'aurait surement jamais rencontré celui qu'elle attendait depuis longtemps. Pour une fois dans sa vie, elle remercia du fond du coeur l'administration pourrie du lycée. Mais bon, elle l'oublia vite, pour ne penser plus qu'à une chose, son sauveur. La demoiselle se sentait bête car elle avait tout le temps le sourire aux lèvres maintenant, elle en avait presque mal aux machoires de sourrir autant, vu qu'elle n'avait jamais été habituée à ça avant.

Et oui, c'était ça l'amour, être bête. Elle venait juste de découvrir cette sensation, elle en était heureuse, mais se sentait plus ridicule que jamais. Un peu contradictoire comme demoiselle, elle était heureuse, mais elle ne voulait pas réellement que ça se voit. Elle essaya de ne pas sourire, mais c'était plus fort qu'elle, son sourire revenait automatiquement. Et puis zut, elle était en plei bonheur, elle ne voyait pas pourquoi elle se priverait de le montrer. Surtout à celui qui lui avait apporté ce merveilleux sentiment. Elle pouvait pas s'arrêter de le regarder, elle le trouvait de plus en plus beau, et ses yeux l'hypnotisait tellement qu'elle n'arrivait pas à détacher son regard des yeux ténébreux du garçon. Que c'était beau l'amour... Mais pourquoi ces larmes ? Le jeune homme pleurait, mais pourquoi ? Le jeune homme avait l'air gêné de pleurer comme ça devant Fujumi ce qui la fit sourire davantage... Elle comprit vite que tout ça était pour elle. Elle savait pas quoi répondre à ça, et elle n'avait même pas eu le temps de dire quelque chose, que le jeune homme l'embrassa de nouveau. Un baiser, un vrai, comme dans les contes de fées. Il était une fois, une demoiselle en détresse du nom de Fujumi qui attendit desespéremment son prince charmant pour venir la secourir de sa solitude tout en haut du donjon. Puis un jour il survint comme par magie, un bruit loin de la tour, un bruit qui se rapprochait, un cheval galopait et à son bord, un prince, son prince ! La princesse ravit, fit de grands signes à celui-ci, lança sa natte par la fenetre, et attendit que son prince monta pour la rejoindre. Lorsqu'il fut là, ils se prirent dans les bras, retournèrent tous deux au chateau du prince, furent heureux, et eurent beaucoup d'enfants.

La demoiselle avait eu le temps d'imaginer cette scène pendant le baiser de son prince. Un baiser qui n'en finissait plus, mais dont elle ne se lassait pas. Il était si doux, si tendre, à la différence de tous les autres hommes qui vaient été violents avec elle, Kazuki apparaissait aux yeux de la demoiselle comme un ange, un peu comme son ange gardien. La fin du baiser approcha, ils détachèrent tous les deux leurs lèvres. La demoiselle regarda le jeune homme, lui caressa doucement la joue, puis se réfugia de nouveau dans les bras de celui-ci, et finit par dire tout bas :


" Je me sens tellement bien avec toi... Kazuki... "

Cette fois-ci, elle ne pleura pas, la demoiselle était maintenant devenue plus forte, grâce à cet homme. Cet inconnu qu'elle avait rencontré quelques heures plus tôt. C'est incroyable comme le destin des deux personnes, peut changer en si peu de temps...

( C'est trop beau pour être vrai ^^ . Je suis sure que tu ne doutais pas que les choses tourneraient comme ça, pas vrai ? Wink Et c'est à toi de répondre mon coco Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Dim 22 Mar 2009 - 18:06

Quoi ? Vous ne comprenez pas tout ? Un petit résumé de la situation s'impose ! Voyons, par où commencer ? Disons que Kazuki est quelqu'un qui a failli mourir, qui est différent des autres. Il a rencontré il y a de cela plusieurs heures une jeune fille. Différente elle aussi. elle n'a plus de famille, n'a jamais eu d'amis et, pour pouvoir survivre, elle se prostitue. Non, elle se prostituait, c'est différent. Car le jeune homme lui a parlé. Et il a réussi à rediriger Fujumi dans le droit chemin. Pourquoi aider une inconnue ? Et bien tout simplement parce que le petit Kazuki à été victime d'un coup de foudre. Si si je vous assure ! Il est tombé amoureux de Fujumi. Comma ça, d'un coup d'un seul.

Sans passer par les "Je t'aime" et toute la paperasse habituelle, ils avaient compris l'un et l'autre qu'ils s'aimait. Ils se sont embrassés. Un long baiser. Comme au cinéma. Après quoi ils se sont enlacés. Ou plutôt : la jeune fille s'est installée dans les bras de Kazuki. Ils s'aimaient, ils étaient heureux... tous les deux. Kazuki aimait sentir Fujumi près de lui. Il aurait voulu rester comme ça jusqu'à la fin des temps. Il passa sa main dans les cheveux de sa bien aimée, la serra un peu plus fort contre lui... Il lui dit ensuite de sa voix grave et pour rire un peu :


"- Ah, j'avais oublié de te dire une chose... Une chose qui fait que je suis différent des autres. "


Il sentit Fujumi se crisper. C'était le but d'ailleurs. Il voulait lui faire un peu peur alors que ce secret là n'était pas un problème. Il reprit :


"- Ho y'a pas de quoi avoir peur. Ce coup-ci c'est rien de très grave (Il rit un peu) En fait je suis ambidextre. Comme Michel-ange. C'est p't'être pour ça que je dessine bien d'ailleurs."

Il regarda Fujumi dans les yeux. Il lui sourit encore une fois et, dans la foulée lui dit :


"- Et puis... je t'aime."


(Bouh j'écris de moins en moins :x Ça m'énerve ^^ m'enfin je fais avec. Very Happy PS: effectivement, je pensais qu'on arriverait à quelque chose comme ça. Pour un premier RP c'est plutôt bien ^^)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Dim 22 Mar 2009 - 18:58

Oh... Que de bonheur en si peu de temps... Un rêve qui devint réalité, un amour qui n'arrêtait plsu de grandir, et d'envahir les deux tourtereaux. Ils se sentaient tellement bien. La demoiselle qui croyait promise à partir en enfer, elle venait de faire un bond vers la case paradis. Un énorme bond, elle sentait un avenir meilleur se profiler devant elle, une issue pour sortir de tout le malheur qu'a été sa vie. Qu'est-ce qu'elle était bien. C'était inimaginable pour elle d'être séparée de lui, elle l'aimait trop, elle voulait rester avec lui. Dans les bras de son Amour. Bah oui avec un grand A, c'était tout de même l'amour fou entre Fujumi et Kazuki. Un Amour qui allait durer, les rendre heureux, les faire planer, les emmener encore plus loin que le bonheur, les faire monter au septième ciel, les sauver, leur faire oublier tous les mauvais moments. un Amour infini. La demoiselle se sentit extrèmement bien lorsque le jeune homme commença à prononcer quelques mots. Au départ elle crut que c'était pour répondre à ce qu'elle avait dit précédemment, mais non. Il avait quelque chose à lui dire, qu'est-ce que c'était ? Il avait de rire, mais la demoiselle n'aimait pas beaucoup ça. Forcément, réflexe de toute personne différente ou pas, elle se crispa, son coeur commença à battre de plus en plus vite. Qu'est-ce qu'il allait lui dire ? ... Ambidextre, juste ça ? Il se foutait d'elle ou quoi ? La jeune femme n'apprécia pas du tout ce petit coup de stress. Mais malheureusement cette haine ne dura pas très longtemps. " Je t'aime ". Deux petits mots qui touchèrent Fujumi au plus profond d'elle même. Mais elle n'allait pas se laisser faire comme ça. Elle fusilla le jeune homme du regard, s'enleva des bras du garçon, lui tira la langue, se retourna, fit deux pas en avant, croisa les bras, et bouda. Fallait pas exagérer non plus, non mais oh !

Le jeune homme n'allait pas s'en tirer avec quelques mots d'amour. La demoiselle ne lança plus aucun regard envers le jeune homme. Elle enleva ses chaussures, son gilet, puis partit s'allonger sur un lit. Elle ignora complètement le garçon. Elle trouvait la scène très amusante, mais elle se retint du mieux qu'elle pouvait de rire. Elle ferma les yeux, et attendit que Kazuki réagisse. Fujumi n'espérait pas que son Chéri réagisse mal, au contraire, il voulait qu'il se prenne à son jeu. Mais à quel jeu... ?


( Moi aussi je fais de plsu en plus court, t'en fais pas ^^ Tu es content qu'ils soient ensemble ? Wink )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Dim 22 Mar 2009 - 20:01

Apparemment la petite blague de Kazuki n'était pas du gout de Fujumi. Elle s'était même mise à bouder. Il aurait parut étrange qu'elle fasse vraiment la tête après une petite blagounette comme celle-là. Kazuki en était vite arrivé à la conclusion suivant : Fujumi jouait ! Elle s'était allongée sur un lit et n'avait pas adressé un seul regard à son bien aimé. L'adolescent rentra dans son petit jeu. Il dit tout en se rapprochant de Fujumi :

"-Ben alors ? Madame boude ? J'ai même plus le droit à un petit regard ?"


Il s'assit sur le lit, à côté de la jeune fille. Ou plutôt de la petite fille. Vu la situation ce terme lui convenait très bien. Une fillette qui fait semblant de bouder pour s'amuser. Kazuki ne savait pas trop quoi faire. Soit Il faisait ton son possible pour qu'elle s'arrête de bouder, soit il ne lui parlait plus, en attendant qu'elle (ou qu'il) craque. La deuxième solution semblait être la plus amusante (précisons au passage que Kazuki aime beaucoup embêter les gens). Après une courte réflexion il reprit la parole :

"-Bon... Puisque c'est comme ça."

Le jeune homme s'est levé, a ouvert ses sacs et a commencé à ranger ses affaires dans l'armoire qui se trouvait près de ce qu'il avait choisi comme Son Lit. Une fois que tout fut entreposé, il attrapa son deuxième sac duquel il extirpa un mp3 et un livre. Il s'allongea sur son lit, mit en marche son lecteur et entama son livre. Et il attendit. De temps en temps, il regardait si sa bien aimée boudait encore avant de revenir à sa lecture. Au bout d'une dizaine de minutes, il en eut assez. Il éteint son mp3, posa son livre et rejoignit Fujumi. A nouveau, il s'assit sur le lit. Il la trouvait toujours aussi belle. Ses longs cheveux parcouraient tout son corps. Kazuki passa sa main dans les longs cheveux de la demoiselle et lui dit :


"- Tu boudes toujours ?"


Pas de réponse. Cependant, il sentait qu'elle se retenait de rire. Il fit marcher ses doigts dans le dos de la jeune fille.

"- Alleeez ! Rigole un bon coup ! J'vois bien que tu te retiens !"


Kazuki se mit à la chatouiller doucement, puis il s'allongea à son tour. De là, il la voyait un peu mieux malgré qu'elle cache son visage au creux de ses bras. Il s'approcha de son visage, l'embrassa sur la joue, puis dans le cou... Il attendait maintenant la réaction de Fujumi.



(Oui je suis super content qu'ils soient ensemble Very Happy Ça promet pour la suite ^^ Bon comme tu le vois j'arrive toujours pas à écrire beaucoup :( j'espère que ça reviendra vite ^^ Bon allez pour pas trop me désespérer je me dit que c'est le contenu qui compte --' )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Dim 22 Mar 2009 - 21:50

La jeune femme ne bougeait pas, elle regardait son Kazuki lorsqu'il était de dos mais fit très attention à ne pas croiser son regard. Elle adorait jouer comme ça. La demoiselle commençait à s'endormir, mais fit tout pour rester éveillée, elle voulait profiter un maximum d'être avec lui. Elle ne disait rien, et le jeune homme insistait de plus en plus, mais rien, elle résisterait jusqu'au bout. Elle ne bougeait pas. Puis le jeune homme décida de faire pareil, finalement, il ne résista pas très longtemps. Il s'avança près d'elle, et déjà son sourire se dessina sur ses lèvres. Allez, approche toi mon petit chou. La demoiselle se laissa faire, recroquevilla sur elle-même, cacha son visage dans ses bras, pour essayer de ne pas rire. Kazuki lui caressait les cheveux, elle adorait ça, sentir ses mains sur elle, le sentir tout près d'elle. Mais elle ne s'attendait pas à ce que le jeune homme la chatouille, elle gigota, c'était horrible, elle insupportait ce genre de choses. Mais bon, elle essaya de se controler malgré tout. Elle avait envie de le regarder, mais il ne fallait pas, elle devait bouder, et boduer jsuqu'au bout. Mais elle commençait à en avoir marre, elle voulait l'embrasser, se serrer contre lui, et le regarder dans les yeux. Lorsque le jeune homme l'embrassa sur la joue, puis dans le cou. Une vague de frissons envahit la demoiselle, elle allait se remettre à trembler, elle détendit ses bras. Elle les passa autour du cou du jeune homme, rapprocha son corps de celui du jeune homme. Elle l'embrassa doucement sur les lèvres, puis sur le coin, puis sur le nez.

Ca l'amusait. Seulement, elle n'arrivait pas à oublier les visages des hommes qui l'avaient torturé. Elle se souvenait de comment ils la traitait. Pourquoi ces images lui revenaient maintenant ? Elle était heureuse, et forcément fallait que les choses désagréables lui reviennent à l'esprit. Fujumi baissa la tête, colla sa tête contre cage thoracique du garçon. Elle respirait son odeur, elle était si apaisante, elle se sentait tellement bien avec lui. Il était arrivé juste à temps. La demoiselle était au bout du rouleau, elle avait essayé de nombreuses fois d'en finir, elle avait jamais réussi. Elle aimait trop la vie, et elle avait eu raison d'y croire. La vie lui avait offert l'homme parfait qu'elle attendait. Certes il y avait ses crises, mais elle ferait tout pour l'aider à les surmonter. Ils allaient s'aider mutuellement, et elle était heureuse de pouvoir partager ça avec lui, un amour aussi fort. Elle souria, caressa doucement la nuque du jeune homme, puis lui demanda d'une voix légèrement tremblante :


" Dis... Est-ce que je peux dormir avec toi cette nuit... ? "

Elle espérait que la réponse de Kazuki soit positive, mais elle ne le forcerait pas, en aucun cas. Elle s'était déjà à moitié imposée dans la vie du garçon, elle ne voulait pas aller jusqu'au point de l'éttoufer... Jamais elle ne voudrait ça... Jamais...

( J'avoue je commence à perdre l'inspiration ^^' Bon, j'espère que je vais en retrouver d'ici demain Rolling Eyes . Mais oui c'est le contenu qui compte mon Chou t'en fais pas Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Dim 22 Mar 2009 - 22:26

Ça y est ! elle avait craquée. Bon d'accord elle avait tenu plus longtemps que Kazuki mais elle avait craquée quand même ! Et a peine avait elle craquée qu'elle enlaça le jeune homme de toute ses forces. Puis elle m'embrassa. Trois fois dont une sur le nez. Le coup du nez avait amusé Kazuki. Il ne s'y attendait pas du tout. Ce qui venait de se passer lui plaisait beaucoup. Fujumi avait l'air d'aimer rire et s'amuser. A moins que ce ne soit Kazuki qui lui ai donné la joie de vivre. Dans les deux cas, il s'en satisferait.

Puis elle s'est adressée à lui. De la manière la plus simple qui soit elle lui avait demandé de passer la nuit ensemble. Comment pourrait-il refuser ? Même s'il ne l'avait pas pu, il aurait quand même accepté. Il l'aimait trop pour l'envoyer balader. Ils étaient encore enlacés quand Kazuki a répondu :


"- Bien sûr que oui.
(il lui souria tout en la regardant) Tu croyais que j'allais refuser ? Je te l'ai déjà dit pourtant : Je t'aime... Alors c'est comme tu veux."

Sur ces mots il ferma les yeux et serra Fujumi encore plus fort sans pour autant l'écraser complètement. On aurait dit une peluche tellement elle était agréable à toucher. Elle était douce et elle transmettait sa chaleur au jeune homme. En passant sa main près du visage de sa bien aimée, il remarqua quelque chose de plutôt original. Le haut de son oreille était coupé. Il ne l'avait pas remarqué avant car les cheveux de la jeune fille le cachait. De toute manière, ça lui importait peu. Elle était très bien comme ça et ce petit défaut lui donnait même, selon Kazuki, un certain charme.

A un certain moment, Kazuki repensa au dessin qu'il avait montré à l'adolescente. Ce démon aux mains ensanglantées qui le regardait en train de brûler. Avec Fujumi, il se sentait comme protégé. Loin de ces démons et de ces flammes. Il était au paradis. Le paradis sur terre comme on dit.

La pluie se remit à frapper les vitres. A nouveau la foudre frappa et le tonnerre gronda. L'orage qui déchirait les cieux était comme l'amour qui déferlait dans le cœur de Kazuki. Indomptable, imbattable, indestructible ! Désormais il était invincible et rien ne l'empêcherait d'aimer Fujumi. Rien ne viendrait détruire leur bonheur. Ni le passé de la lycéenne ni celui de Kazuki. Ils s'aimaient... C'est tout.
Encore une fois, la pluie a cessé. Les deux amants se sont embrassés, puis le jeune homme dit :


"- Il va être l'heure de dormir..."


(Voilà, c'est tout pour cette fois. Very Happy Nos deux persos sont heureux maintenant.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Lun 23 Mar 2009 - 21:24

Fujumi se sentait revivre, sa joie de vivre de son enfance elle la retrouvait petit à petit. Elle redevenait gamine, elle rigolait pour un rien, boudait pour rien, jouait, s'amusait, une vraie petite fille. Malgré son air un peu ridicule, et ses envies parfois assez bizarres, elle était heureuse. Elle se laissait aller par ses émotions, ce qu'elle n'avait pas fait depuis très longtemps. Si depuis le début elle avait écouté son coeur comme maintenant, jamais elle ne se serait prostituée, et jamais elle en serait arrivée à éprouver autant de souffrance tout au long de sa vie. Mais les pires choses peuvent en apporter des bonnes. Réalisez que si elle ne s'était pas prostituée, elle n'aurait jamais pu être dans cette école, et elle n'aurait jamais pu, non plus, rencontrer Kazuki. Elle trouvait ça étrange lorsqu'elle y réfléchissait, elle avait été malheureuse depuis tant d'années, et là d'un coup, d'un seul, elle était retombée en enfance, où elle était joviale, pleine de vie, et souriante. Elle trouvait ça bizarre, ça le perturbait un peu, et s'interrogeait sur le comment du pourquoi Dieu lui avait permis d'être heureuse à partir de maintenant. Toute une réflexion se fit autour de cet être suprême, si je puis dire cela ainsi, qui dura pendant quelques minutes. Un grand réflexion qui ne la perturba, en aucun cas, dans l'amour qu'elle éprouvait pour le jeune homme, et le bonheur dans lequel elle nageait. Elle espérait qu'elle arrivait à transmettre cette part de bonheur à son compagnon tant attendu, et qu'il était lui aussi heureux. Il avait l'air en tout cas. Et ça se confirmait par le sourire qu'il faisait, et par la phrase qu'il avait dite.

Tout de suite après ces quelques mots tendres et touchants, le jeune garçon serra la demoiselle contre lui, et lui caressa le visage. Un frisson parcoura la demoiselle, lorsque le jeune homme atteignit une partir du corps de Fujumi que celui-ci ne supportait pas. Son oreille coupée, ça lui faisait rappeler à chaque fois Tintin, et l'oreille cassée, elle savait jamais pourquoi. C'est pour cela d'ailleurs que la donzelle portait toujours ses cheveux sur le dos, et qu'elle ne les attachait jamais. Elle trouva ça laid au possible, mais apparemment le jeune homme aimait bien, bizarre ce Don Juan. Puis, Fujumi sentit le jeune homme s'absenter quelques instants. Je parle mentalement bien sûr, il avait l'air d'être parti dans ses pensées, on ne sait où. La demoiselle se posa la question lorsqu'un bruit éclata au dessus d'elle. La demoiselle sursauta sans crier, se recroquevilla contre le jeune homme, et s'aggripa à lui. Si il y avait bien un truc que Fujumi supportait pas c'était le tonnerre. Elle en avait une peur bleue. Heureusement que le jeune homme était là, sinon elle fermerait pas l'oeil de la nuit. En parlant de fermer l'oeil, il était temps, comme l'avait dit le garçon, de fermer les deux yeux pour aller doucement roupiller. Oh non pas déjà ! La demoiselle ne voulait pas, elle voulait discuter avec lui, le connaître davantage, parler jusqu'à ce que la fatigue l'emporte, et les fasse s'endormir. La demoiselle était triste, et ne lâcha pas Kazuki. Non non et non ! Elle voulait continuer ses calins, le baiser qu'il avait à peine commencé quelques secondes avant la terrible décision du jeune homme. La demoiselle se leva comme une furie, se dressa droite, croisa les bras, et dit fermement, la tête sur le côté comme pour ignorer le garçon :


" Et si j'ai pas envie moi, hein ? N'abord ! "

La demoiselle fusilla Kazuki du regard, puis souria malicieusement, se frotta les mains, et partit s'asseoir sur un lit un peu plus loin. Elle regarda toujours le jeune homme, puis se retourna. Elle boudait de nouveau, quelle sacrée chipie cette Fujumi dis donc. Mais elle avait autre chose en tête que bouder. Puisque le garçon était décidé à dormir, il fallait forcément se mettre en pyjama, petit problème, la demoiselle n'avait pas prévu que tout ceci se passe, donc elle n'avait pas pensé à prendre de pyjama avec elle. Aucune autre alternative se profila devant elle, il fallait qu'elle se déshabille quand même. Et elle le fit d'ailleurs le sourire aux lèvres. Elle enleva doucement son haut, laissant apparaitre sa peau légèrement blanche... Mon Dieu, que faisait-elle ? Le jeune homme allait-il lui ordonner de se rhabiller ou allait-il prendre le relais ? Elle n'en savait rien, mais que ce soit l'un ou l'autre, la demoiselle sera toujours aussi heureuse que ce soit Kazuki qui vienne la rejoindre...

( Voilà aussi ^^ J'adore ce que tu écris, je voulais te le dire Rolling Eyes . Ouais, je suis contente pour eux Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Lun 23 Mar 2009 - 22:05

Si on avait été dans une pièce de théâtre classique européenne qu'il était arrivé à Kazuki de lire par simple curiosité, et bien nos deux amants se seraient exprimés avec de Ô ! ou des Ha ! Et cette histoire nous aurait fait penser à une tragédie où le héros meurt à la fin, victime de la colère des dieux ou d'un amour passionné.
Si on avait été dans un film de science fiction américain, l'un deux deux tourtereaux aurait été un de ces robots venant d'une autre planète. La scène des câlins et des embrassades se serait suivie d'une course poursuite dans l'espace, de tirs de lasers et autres bombes imaginaires. Pour finir tout serait rentré dans l'ordre. Le héros aurait sauvé la terre, voir l'univers et la fille serait devenue humaine.
Si on avait été dans un manga de fille des années 70-80, Fujumi et Kazuki auraient eu des yeux énormes accompagnés de cils énormes. L'histoire serait on ne peut plus cul-cul la praline et ils auraient vécut heureux depuis toujours avant de s'aimer à la folie.
Mais là, on n'était pas dans une tragédie classique, on n'était pas d'ans un film américain, et encore moins dans un vieux manga pour fille. C'était la réalité. (^^) Kazuki ne rêvait pas. Cependant, il était en train de vivre une histoire fantastique. Les deux jeunes gens s'aiment à la folie, à l'image du robot, ils étaient différents des autres et pour finir, on pourrait penser que ce qui se passait à ce moment l'était entièrement sous l'emprise d'un dieux grec. Parallèlement, aucuns d'eux - du moins on l'espère - ne mourra avant de longues années, il n'y aura pas de courses poursuites dans un vaisseau spatial et ils n'ont pas de cils énormes. En fait, on aurait largement put se passer de toutes les lignes précédentes et les résumer en un "Ils s'aimaient comme personne" mais ça aurait été beaucoup moins drôle pour l'écrivain, et moins embêtant pour le lecteur.

Enfin bref, revenons à nos moutons. Kazuki aimait Fujumi et il venait d'accepter qu'ils dorment ensemble. Vous vous en souvenez ? Le problème maintenant c'est que Kazuki, qui est très très fatigué, à proposer de se coucher. Sa bien aimée a parait-il mal réagit. Elle, elle ne veut pas se coucher. Enfin elle n'avait pas vraiment l'air mais après réflexion, il semblait qu'elle joue encore à bouder. Ce petit côté enfantin plaisait beaucoup à Kazuki.

Cette fois-ci, elle n'a pas boudé très longtemps. Pour montre son accord - ou plutôt parce qu'elle n'avait pas de pyjama - elle a commencé à se déshabiller. Le jeune homme qui était encore allongé sur le lit se leva, puis, sans regarder sa conjointe, l'imita. Puis, il se fourra au fin fond du lit. Pour se prendre un peu au côté joueur de Fujumi, il fit semblant de s'endormir, comme si de rien n'était, sans un mot. Il attendit un peu. Dehors, les nuages s'amusaient encore à cracher des millions de volts accompagnés de gouttes d'eau sans aucun doutes froides. Cependant, aucun bruit n'émanait de la chambre. Personne ne bougeait, personne ne parlait. Puis, quelques minutes après, l'adolescent mit fin à son petit jeu. Il dit :


"- Bon si tu veux pas dormir, on peut simplement se coucher et papoter un peu. Ça te vas ça ?"


Il sourit, contempla le magnifique être qui se trouvait debout face à lui. Il attendait sa réaction. Il se dit un instant qu'on aurait pas put rêver mieux pour une rencontre suivie d'un coup de foudre. Tout allait si vite. Il était si content, si heureux de l'avoir trouvée, elle, si jolie, si gentille et qui avait tant souffert. Il se l'était secrètement promit, jamais il ne la laisserai tomber...


(Bon voilà ! Je retrouve mes chères lignes ^^ Bon d'accord j'ai fait un peu n'importe quoi au début mais j'en avais envie Very Happy Et merci beaucoup pour le compliment. D'ailleurs moi aussi j'aime beaucoup ce que tu fais :) )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Mar 24 Mar 2009 - 18:36

La demoiselle n'avait pas précisément quelque chose en tête lors de son déshabillage mais un peu quand même. Après tout, on ne peut pas lui en vouloir, elle était presque née dans le désir, la sensualité, la sexualité, et testa en quelque sorte le jeune homme. Pas comme les tests des autres lycéennes cernaient cet établissement comme par exemple, voir la réaction de son " mec " si elle venait pas au rendez-vous, des tests méchants et pas zentils du tout ( Rolling Eyes ). Bref, la demoiselle voulait en gros savoir si le jeune homme allait lui sauter dessus ou se retenir. Elle ne savait pas du tout laquelle des deux solutions s'imposerait chez le jeune homme, mais elle se sentait pas forcément à l'aise. Elle trouvait ça étrange, le fait de se déshabiller devant tant d'obsédés ne lui faisait rien, mais montrer son corps à Kazuki la gênait. Est-ce que c'était parce qu'elle l'aimait ou parce qu'elle n'avait pas envie de montrer son corps souillé depuis tant d'années, par des inconnus qu'elle laissait entrer dans son ancien appartement pour pouvoir faire son devoir ? La demoiselle se sentit quelque peu déboussolée, elle en frissonait. Elle essaya de ne pas le montrer au garçon, mais elle avait presque peur. Sachez qu'elle lui fait confiance, mais malheureusement pour la donzelle, elle ne le connaissait pas assez pour savoir comment il se comportait avec les filles lors de... Enfin vous voyez ce que je veux dire. La demoiselle ne comptait pas passer à l'acte ce soir, mais vu qu'elle allait dormir ce soir avec lui, on ne savait jamais. La force de l'amour est trop forte des fois qu'on ne peut que céder à la tentation. Le problème pour la demoiselle, c'est qu'elle savait que certains hommes au moindre contact avec une peau fraîche telle que celle de Fujumi, il ne savait plus se contrôler. Je répète, elle en a confiance en Lui, et en l'amour. Seulement les hormones restent des hormones, et il y a des stades où c'est plus possible de se retenir. Elle savait, je sais pas comment d'ailleurs, qu'il n'était pas comme ça. Mais je pense qu'elle était surtout effrayée par les gestes doux que le jeune homme aurait sur elle. Elle n'était pas habituée jusqu'ici à autant de douceur, de tendresse de la part d'un homme que ça en devenait effrayant. Mais bon...

La demoiselle resta là où elle était, pas pétrifiée je vous rassure, ni par peur, non, elle restait juste là, parce que... Ba elle savait pas trop en fait. Elle avait envie de retourner vers celui qu'elle aimait tant, mais elle vous avouerait qu'elle avait une de ces flemmes de bouger. Elle aurait aimé que le jeune homme vienne jusqu'à elle, mais apparemment, il était pas décidé non plus à se lever et la rejoindre. Alors que faire... La demoiselle ferma les eux quelques secondes, prête à s'effondrer sur le lit sur lequel elle était assise, et attendre que le jeune homme arrive. Puis la pluie tombait de plus en plus fort, et le tonnerre grondait. Fujumi qui était seul dans son lit et qui attendait patiemment, bien la seule fois de sa vie où elle est patiente, une quelconque petite mini toute rikiki réaction de son bien aimé, qu'elle eut quelques instants plus tard. Un nouveau sourire apparut sur les lèvres de la demoiselle, qui se tourna légèrement puis... Boum ! Un gros coup de tonnerre éclata à n'en plus finir, la demoiselle prit peur, courut vers son tendre amour, sauta presque sur le lit et atterit dans les bras du garçon. Toute tremblante, on aurait dit une enfant qui serrait son doudou dans la nuit pour qu'il le protège des méchants orages qui dansaient et s'illuminaient au dessus d'elle. La demoiselle avait toujours ue peur que le ciel lui tombe sur la tête, là c'était elle qui s'était complètement écroulé sur le jeune homme. Bon j'exagère, elle avait fait en sorte tel un serpent de se faufiler dans les bras du garçon, de façon à ne pas trop le réveiller en sursaut. La demoiselle avait bien remarqué que celui-ci était fatigué, elle n'allait donc pas insister auprès de lui pour parler toute la nuit. Après tout, il avait du faire un sacré long voyage, et un bon sommeil s'imposa pour cette adorable créature angelique. La demoiselle qui tremblait, serrait de plus en plus fort le jeune homme. Les tonnerres ne faisaient qu'augmenter en volume sonore, ce qui entraina presque une paralysie de la demoiselle. Malgré cela, elle se sentait mieux dans les bras de son amant, son petit être cher.


" Je vois que tu es fatigué... On va dormir... Je vais pas te forcer à rester éveillé... Ce serait trop égoïste de ma part... Dors bien... Petit Ange... "

Ca venait du coeur, c'était comme ça qu'elle le voyait. Un ange tombé du ciel. Elle se sentit apaisée de lui avoir dit, un poids encore en moins sur ces épaules, mon Dieu, que de soulagements aujourd'hui. De soulagements sous un temps de pluie. Problèmes partis. Une bonne nuit avec Lui.

( Bon désolée, j'ai un peu déliré sur la fin avec mes rimes ^^ . En tout cas je suis contente que tu es retrouvé ton inspiration, moi aussi d'ailleurs Very Happy . Par contre pour le moment où Fujumi le teste en quelque sorte, le prends surtout pas mal ok ? C'est pas du tout contre lui, mais bon, vu les expériences qu'elle a eu, elle se méfie mais lui en veux pas pour ça stp :oops: . Voilà ^^ . A toi Wink Et merci aussi pour le compliment :!: )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Mar 24 Mar 2009 - 20:57

A ce moment, Kazuki constata quelque chose. Ou bien Fujumi avait très peur de l'orage, ce qui expliquait alors son geste, ou bien elle faisait semblant d'avoir peur pour pouvoir profiter au maximum de la situation. Mais devant ces deux hypothèses une vérité apparaissait clairement : Kazuki s'en fichait. Soit elle était peureuse et ça lui donnait un air de petite fille fragile, soit elle était maligne et, dans ce cas, ça lui donnait un air de renard rusé. D'un autre côté, même s'il s'en fichait, il ne s'en plaignait pas. Il était heureux de l'avoir près d'elle. Il était fatigué mais, dans cette situation, il savait qu'il n'aurait pas put s'endormir sans sa petite Fujumi à ses côtés. Car même s'il n'en avait pas l'air, il était anxieux. Il ne savait pas pourquoi et ça le turlupinait un peu. Peut-être que le passé de la jeune fille l'effrayait. Peut-être qu'il avait peur - comme toujours mais un peu plus ce soir là - de ses crises ou de ses cauchemars. Peut-être que l'orage l'énervait un peu. Peut-être que... Oh et puis mer** Rien à faire de ses peurs ! Il avait celle qu'il aimait à ses côtés, c'était le principal.

Elle le serrait très fort et il en faisait de même. Au moment où elle l'avait rejoint, il avait passé ses bras autour d'elle comme pour qu'elle ne s'en aille plus, pour qu'elle reste auprès de lui. Elle tremblait un peu. Ce n'était donc pas du cinéma, elle avait réellement peur. Avec sa bien aimée blottie dans ses bras, il se sentait ailleurs, le bonheur l'envahissait peu à peu. Un câlin, doux et agréable comme personne ne lui en avait fait. Même pas sa mère. C'était comment dire... confortable. Oui c'est ça, confortable ! Mieux que le meilleur des canapés, plus moelleux que le plus cher des matelas. Cette douceur, et cette sensation de bien-être provenait sûrement de l'amour. Ce sentiment si doux, si agréable, si chaleureux... Kazuki voulait rester comme ça à jamais, il voulait avoir Fujumi près de lui pour toujours. Il la regardait. Il la trouvait si belle, si pure, si fragile et si gentille. Elle avait bien remarqué la fatigue de Kazuki et voulait le laisser dormir, à ses côtés. Elle l'avait appelé le "Petit ange"... C'était si affectueux, si joli. Ça a même dessiné un sourire sur le visage de Kazuki.

Le jeune homme déposa un baiser dans le cou de la demoiselle. Puis un deuxième, et un troisième. Il en déposa un autre sur son visage, il ne savait pas trop où, puis un deuxième, et un troisième. Enfin il l'embrassa sur les lèvres. Un doux baiser plein d'amour et de tendresse.
Un coup de tonnerre parmi tant d'autres déchira le ciel. C'était un éclair majestueux qui avait éclairé de toute sa puissance la profondeur de la nuit. Six secondes après le tonnerre cria de tout son soûl. L'orage se trouvait donc à environ six kilomètres du lycée mais ça... ils s'en foutaient. La seule chose qui leur importaient, c'était l'autre, l'être qui leur était désormais si cher, et qu'ils serraient dans leurs bras.

Complètement exténué par son voyage et la soirée qu'il venait de passer, Kazuki marmonna un petit quelque chose :


"- Bonne nuit... Je t'aime Fujumi..."


Puis il senti qu'il allait s'endormir. Dommage, il aurait bien voulu en profiter un peu plus, savourer un peu plus ce moment... Trop tard, ce serait pour une autre fois...


(Bon voilà pour cette fois. Je l'ai fait s'endormir ^^ j'espère que ça t'embête pas trop. Mais si ça t'embête on peut toujours faire le réveil Wink)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Mar 24 Mar 2009 - 21:34

La demoiselle finit par s'endormir elle aussi. C'était tout de même incroyable, ça allait être la première fois pour cette ex-prostituée qu'elle s'endormirait sans qu'elle prenne de médocs ou qu'elle mette du temps pour trouver le sommeil. Un frisson l'envahit, mais c'était un frisson agréable. Elle souriait même en dormant, c'était vraiment une maladie maintenant. Mais malgré la fatigue qui l'assoma, et qui la fit dormir pendant très longtemps, elle se réveilla en plein milieu de la nuit. Elle sentait comme un malaise, elle ne rêvait pas, c'était surement un truc qui n'allait pas. Mais quoi ? Pourtant le jeune homme était là auprès d'elle, elle se sentait bien avec lui, mais il ne faisait pas partie de son malaise. La demoiselle s'était retournée au cours de la nuit, elle était toujours dans les bras du garçon, mais de dos par rapport à lui. Elle réfléchissait, enfin, elle pensait mais à rien. En fait, elle faisait une sorte de crise d'angoisse, mais pour rien. Ca lui arrivait de temps en temps, et forcément il fallait que ça lui arrive maintenant. Elle s'en voulait de réagir comme ça, essaya de se calmer du mieux qu'elle pouvait mais elle n'arrivait pas. Elle ferma de nombreuses fois les yeux, se rapprocha de Kazuki, mais toujours rien, son angoisse ne diminuait pas, au contraire, elle avait tendance à augmenter. Puis, ce fut l'illumination. Elle se souvint de ce que lui avait dit le garçon : il y a des tas d'autres moyens pour gagner de l'argent. La demoiselle se souvint qu'elle lui avait promis d'arrêter de se prostituer pour lui. Cependant, trouver un autre travail semblait une chose impossible pour la donzelle, qui n'était forte dans aucun autre domaine. Elle se demandait comment elle allait faire, car il lui fallait trouver un autre job, et vite. C'était ça qui l'angoissait. Elle savait pas si elle allait pouvoir trouver un travail et rester ici. Elle avait peur d'être expulsée du lycée, elle avait peur de se retrouver loin de son bien aimé, qu'elle avait à peine trouvé.

La demoiselle lui avait promis, elle n'allait donc pas revenir sur sa décision, mais en même temps... Elle ne voulait pas recommencer ça, mais l'idée de ne pas trouver de travail la paniquait, et ça, c'était une chose qu'elle détestait, comme tout être humain d'ailleurs. La demoiselle enleva doucement les bras du jeune homme qui l'entourait, elle se leva, fit un baiser sur le front de son Ange, puis se dirigea vers son sac, elle regarda, et vut une trentaine d'appels. Elle avait mis lors de sa fuite, son portable sur silencieux, et elle l'avait complètement oublié jusqu'à maintenant. Mais là, ça lui revenait presque en pleine face, la demoiselle trembla. Elle rangea son portable puis se dirigea vers la fenêtre, tira un peu les rideaux et admira la superbe lune qui éclairait presque toute la ville. La demoiselle regarda de temps en temps vers le jeune homme pour voir s'il ne se réveillait pas, ouf, il dormait à poings fermés. La demoiselle souria en le regardant, puis revint auprès de lui, elle s'assit sur le lit, et admira son petit être dormir. Elle laissa quelques gouttes couler le long de son visage, ne prit pas la peine de les essuyer, et repartit. Elle s'installa sur son lit de tout à l'heure, prit sa lampe de poche, fouilla dans son sac, en sortit carnet, et crayon. Elle nota tous les petits jobs qu'elle connaissait qui pourrait l'aider à gagner de l'argent. Elle essaya malgré tout de garder espoir, mais c'est vrai que l'argent qu'elle gagnait grâce à la prostitution lui rapportait beaucoup. Elle n'était pas sûre de réussir à se contenter du peu d'argent qu'elle allait gagner. Des larmes coulèrent tout le long de son visage, elle s'en voulait de faire ça dans le dos du garçon, mais elle souhaitait pour rien au monde que le jeune homme la voit comme ça. Elle écrivait toujours, pleurait toujours à petites larmes certes, mais elle pleurait. Elle regarda une dernière fois son homme, puis se retourna. Elle culpabilisait tellement, elle s'en voulait de réagir comme ça... Comment réagirait-il face à ça... ? ... Comment... ? Elle l'aimait, l'aimerait toujours... Elle avait tant besoin de Lui... Tant besoin de Kazuki...


( Encore de l'action ^^ . Désolée, mais je me voyais pas faire un RP direct à l'aube, j'ai fait une petite transition, si tu veux que je l'enlève, tu dis, je recommencerai le RP. Et c'est toujours pas contre toi :oops: . Bisous. Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Mar 24 Mar 2009 - 22:15

C'était un rêve. Un si beau rêve. En fait ce rêve n'avait rien de très simple. Kazuki rêvait qu'il rêvait. Et dans ce rêve qu'il faisait dans son vrai rêve, il se trouvait dans un champ. C'était un champ immense où poussait du blé. Une grande étendue d'une couleur d'or s'offrait donc à ses yeux. Mais mis à part ce champ de blé, il n'y avait rien. Il était seul. Tout seul au milieu d'un endroit dont il ne voyait pas le bout. On pouvait donc en conclure qu'il était perdu. Le jeune homme marchait, lentement. Il avait peur. De quoi, il ne le savait pas, mais il avait peur. Il sentait comme une grosse bille dans sa gorge qui n'en partait pas. Tiens en parlant de gorge, Kazuki avait aussi très soif mais il n'y avait pas d'eau. Pour résumer la situation, il était en pleine détresse. Il avançait toujours au travers des épis mais ne voyait toujours que ces plantes jaunes à perte de vue. Le ciel était tout bleu, sans aucun nuage. Le soleil brillait comme jamais et chauffait la terre. Plus le temps passait, et plus Kazuki avait soif et sentait ses forces l'abandonner. Il allait perdre conscience et, dans ce champ, personne ne le trouverait. Il allait tomber au sol... Au moment ou il heurta la terre...

Kazuki se réveilla. Il était 3 heures du matin Il était encore un peu endormit et mit du temps à savoir où il se situait. Il se rappela être dans le lit du pensionnat du lycée mais... Fujumi ! Elle n'était plus là ! Où avait-elle bien put passer ?
Il s'assit dans son lit, observa la chambre et vit la jeune fille. Elle se trouvait assise sur un autre lit, elle écrivait à toute vitesse sur un carnet et semblait affolée. Le jeune homme se demandait ce qui pouvait la tracasser à ce point. C'était peut-être l'orage qui l'empêchait de dormir ou... Non, Kazuki n'avait aucune idée de ce qui pouvait se passer. Avant qu'il ne s'endorme, Fujumi n'était pas dans cet état. L'adolescent entrouvrit sa bouche pour parler mais aucun son n'en sortit. Il voulait l'appeler, lui demander ce qui ce passait, mais il n'y arrivait pas... Il était muet, il n'arrivait plus à émettre aucun son. Étrange non ?
Après s'être décidé, Kazuki voulut se lever pour aller la voir, puisque ça semblait être le seul moyen de l'interpeller. Il s'extirpa du lit, se leva et... sentit venir... une crise. Il s'effondra sur le sol, produisant un bruit de chute. C'était la crise. Celle qui faisait peur aux autres.
Maintenant, il était coupé du monde. Plus aucunes sensations, plus rien de réel. Il voyait un décor tel que l'on en voit parfois, avec toutes sortes de couleurs étranges et qui bougeait dans tout les sens à l'image d'une mouche qui ne voit plus où elle vole et qui s'affole. Il en avait mal aux yeux - ou du moins il en avait l'impression - et à la tête...

Lorsqu'il s'éveilla, vingt minutes s'étaient écoulées. Il murmura quelque chose :


"- Fujumi... S'il te plait. Ne part pas"


Il avait à peine terminé sa phrase qu'il il perdit conscience, assailli par la fatigue et encore sous le choc. Dans sa dernière seconde de conscience, il s'était demandé ce qu'avait fait Fujumi pendant ce temps...

Quelques minutes plus tard, il recouvra ses esprits.



(Voilà c'est tout pour ce soir ^^ Je suis un peu crevé ce soir dans y a peut-être des phrases bizarres Very Happy Voilà c'est tout, en espérant que tu nous trouve une bonne suite :) )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Mer 25 Mar 2009 - 13:31

La demoiselle semblait se calmer, et ce n'était pas qu'une impression.Sa main tremblait à cause de la panique mais aussi parce qu'elle avait mal. Elle avait écrit tellment vite. D'ailleurs, cette vitesse n'avait rien donné de bien car c'était, de un, mal écrit ce qui entraina une incompréhension chez la demoiselle. Elle n'arrivait pas à se relire. Tant pis... Elle savait que c'était principalement pour se défouler qu'elle avait fait ça. Donc bon, le résultat était là Elle se sentait un peu mieux mais tant que ça en réalité. Elle se disait tout de même qu'elle avait un peu angoissé pour rien, c'était un peu ça le but des ces fichues crises d'angoisse. Elle insupportait ça, ça l'effrayait autant que les crises que faisaient son bien aimé. Maintenant qu'elle était auprès de lui, avec lui, elle savait que son regard changerait là-dessus. Elle serait encore plus terrorisée de le voir dans un tel état tel que celui que la demoiselle avait vu il y a avait environ une demi journée de cela. Elle essayait de ne pas y penser car de toute manière le jeune homme dormait paisiblement et la demoiselle n'allait pas tarder à aller le rejoindre. Au moment précis où elle posa son crayon sur le lit, un bruit terrible résonna dans la pièce. Un bruit de chute, on aurait dit une énorme encyclopédie qui s'était fracassée contre le sol. La demoiselle chercha du regard ce que c'était, regarda le sol et aperçut son petit Ange presque raid mort par terre. Fujumi sauta d'un bond vers le jeune garçon, mais il était trop tard. La demoiselle se rendit compte que le jeune homme faisait de nouveau une crise. Une crise qui allait le couper de tout même de Fujumi. Ces crises que la demoiselle redoutait tant. Elle en tremblait de peur, de désespoir, de tristesse. C'était sa faute, elle en avait conscience. Elle s'en voulait atrocement. Notre Fujumi put retenir ses larmes, c'était reparti de plus belle. Ses yeux cherchaient du secours, un secours inexistant, dans les yeux du garçon, et autour d'elle...

La demoiselle posa ses mains sur le corps du jeune homme. Ca ne changerait rien, elle le savait, mais elle avait fait sans trop réfléchir. L'instinct avait pris le dessus. Elle se demandait bien ce qu'elle pouvait faire, perdue au milieu de cette grande pièce où gisait presque un cadavre. Le jeune homme était blanc, elle le voyait pas, mais elle le savait. Elle l'avait remarqué lors de sa dernière crise en présence de la donzelle. Il avait pali d'un coup, et c'était surtout cela qui avait effrayé Fujumi. En tant que fille qui avait passé son AFPS, brevet de secourisme, etc, elle avait mis le jeune homme, avec quelques difficultés, en position latéral de sécurité. Allongé sur le côté, la demoiselle se précipita vers les quatre recoins de la pièce pour trouver tout le matériel nécessaire pour la survie du garçon. Il n'était pas en danger de mort, mais Fujumi souhaitait qu'il ne manque de rien. Elle partit donc chercher couverture, portable, eau, oreiller et encore plein d'autres choses qu'elle jeta presque par terre. Elle recouvra le jeune homme avec la couverture, souleva doucement sa tête pour y glisser l'oreiller, et mit l'eau juste à côté du jeune homme. La demoiselle revint auprès de son Ange, se faufila en dessous de la grosse couette, s'allongea en face de Kazuki et attrapa doucement la main du jeune homme. Elle chercha le poux de celui-ci, le trouva quelques secondes plus tard, et compta. Elle dura pendant une minute comme ça, et vit que le poux du jeune homme était normal. Cependant elle ne le lâcha pas, elle savait que si jamais il faiblissait, elle s'emparerait de son portable, et appellerait les urgences. La demoiselle se rapprocha un maximum du jeune homme pour lui porter chaud. Celle-ci colla son front contre celui de son petit Amour, caressa la joue du garçon avec son autre main. Les minutes furent extrèmement longues pour la demoiselle qui, pour elle, les secondes étaient des millénaires. Elle avait à peine eu le temps de réfléchir à quoi que ce soit, que le jeune homme la supplia de ne pas s'en aller. jamais ne partirait, elle avait enfin trouvé le bonheur, jamais elle le laisserait repartir comme ça...

Puis fut le temps des questions qui embrouilla la demoiselle en détresse. Pourquoi croyait-il ça ? Pensait-il vraiment qu'elle s'en irait ? L'avait-il vu en train d'écrire ? Etait-ce la cause de la crise du jeune homme. La demoiselle culpabilisait tellement, elle s'en voulait à mort.


" Pardon... Je t'aime... Jamais je ne partirai... Jamais... Pardonne moi... "

La demoiselle vut que le jeuen homme repartit mais dans quoi ? Une crise ou s'était-il évanoui. Ou pire était-il... Non pas ça !

" Kazuki... Reviens... Ne m'abandonne pas... Je t'aime... Me laisse pas... Je t'en supplie... Padon... Reviens... Petit Ange... Je t'aime... Reviens... "

La demoiselle continuait, encore et encore. Et elle allait continuer comme ça jusqu'à ce que le jeune homme se réveille La demoiselle suppliait Dieu, en même temps, de lui rendre son bien aimé, de la pardonner. Elle était prête à attendre le tempsqu'il fallait pour que le jeune homme reprenne ses esprits. La demoiselle pleurait toutes les larmes, elle se noyait dedans presque, certaines de ses gouttes salées tombèrent sur le bras du garçon, et s'écoulaient tout le long jusqu'à l'extrémité de la main du bien aimé. Pour Fujumi si le jeune homme devait mourrir, elle ferait tout pour qu'il reste en vie. Mais si Dieu en avait décidé autrement, si Dieu lui volerait son seul espoir maintenant, la demoiselle partirait avec celui qu'elle aimait, s'envolerait avec lui, et ils partiraient tous les deux au paradis...

( Tu m'as encore fait pleurer, c'est pas zentil ça, trop fleur bleue moi, trop sensible je te jure Rolling Eyes . En tout cas, tu RP très bien, c'est un peu cul cul mon truc désolée, mais bon, elle a tellement souffert, enfin bon j'espère que tu comprends ^^ . Voilà Very Happy . J'espère que ça t'inspirera :!: Bisous Wink )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Mer 25 Mar 2009 - 20:59

Juste évanoui. Tombé dans les pommes. On aurait dit la suite de son rêve. Kazuki avait très soif, il faisait chaud, très chaud et il était tellement épuisé qu'il s'en évanoui. Il était arrivé au bout de ce rêve, ou plutôt de ce cauchemar mais dans la réalité. Le problème c'est que maintenant il était inconscient. C'était le seul mauvais point. Il était à bout de forces, il n'avait pas mangé depuis midi où il s'était enfilé un sandwich et une pomme, il avait fait beau et assez chaud toute la journée d'où l'orage qui avait lieu depuis quelques heures déjà, il avait voyagé pendant plusieurs heures, dans un train bruyant où il lui était impossible de dormir et il avait été victime de deux crises ce soir. C'était trop à supporter d'un seul coup, il ne se relèverait pas avant un bon bout de temps, et pourtant...

Et pourtant, au bout d'un certain temps, il ne savait pas exactement combien, Kazuki reprit conscience. Petit à petit, lentement mais sûrement. Dans un premier temps, il vit tout en flou. Il apercevait juste des couleurs sans distinguer quoi que ce soit nettement. Il avait un peu mal à la tête. Puis sa vue s'améliora, il se redressa pour évaluer la situation. Il était toujours par terre dans la chambre numéro 15, sous des couvertures cette fois. Il aperçut de l'eau près de lui, ouvrit la bouteille, la mena à ses lèvres des deux mains et en but quelques gorgées. Ces quelques gouttes d'eau furent d'un grand secours car Kazuki avait la gorge aussi sèche qu'un désert. Après s'être réhydraté il se rendit compte de quelque chose. Fujumi n'était pas là. Il se retourna rapidement et la vit ! Ouf ! Elle pleurait, ses yeux étaient rougis par les larmes. En la voyant Kazuki fut soulagé. Elle n'était pas partie. Il ne savait pas pourquoi mais avait eut peur qu'elle ne s'en soit allée... Un simple pressentiment. Mais elle étant bien là. sa bien aimée en chair et en os, toujours aussi belle malgré les larmes qui avaient coulées et qui coulaient encore de ses beaux yeux. Le jeune homme lui sourit, comme pour la consoler puis dit d'une voix un peu faible :


"- Qu'est-ce qui... c'est passé ? Qu'est-ce que j'fous là ? Et puis, pourquoi tu pleures ? Qu'est-ce que ..."


Sa voix s'embuait un peu, il sentait des larmes lui monter aux yeux mais elles ne coulaient pas. Il ne savait pas pourquoi il était triste. Il était déboussolé par la situation et ne savais pas quoi faire. Il baissa son regard pour ne pas montrer qu'il s'en voulait sans trop savoir pourquoi. Il serra le poing et dit calmement et en retenant ses larmes :

"- Merde... Qu'est-ce que j'ai fait putain... J'en peut plus. Qu'est-ce qui c'est passé, dis moi Fujumi... Fujumi, dit le moi."

Cette fois c'en était trop, il était à bout. Il laissa couler ses larmes. il en avait assez de ses crises qui 'engendrait que la tristesse et la peur. Il les haïssait, il voulait qu'elles ne puissent plus se produire, il voulait tuer ce démon qui se trouvait en lui. Sans laisser répondre Fujumi, il s'approcha d'elle et l'enlaça. Après réflexion, il s'en voulait de l'assaillir avec ses questions. Elle n'y était pour rien, ne savait peut-être pas tout ce qui c'était passé et était sous le choc elle aussi. Il 'embrassa tendrement, posa sa tête sur l'épaule de la jeune fille puis reprit la parole :

"- Excuse-moi... Pardonne moi. Je t'aime Fujumi. Pardonne moi de te faire peur et souffrir comme ça. Je t'en prie, pardonne moi."

Il restèrent ainsi longtemps, sans un mot, ils pleuraient encore. Kazuki tremblait de peur. Peur de quoi ? Il ne le savait pas trop. Peut-être peur de ces crises qui le hantaient, peut-être peur de perdre celle qu'il aimait, peut-être peur de mourir aussi. Il n'en savait rien... Kazuki était trop chamboulé pour réfléchir. Il fallait se calmer et attendre la réponse de Fujumi...


(Ha ça fait du bien d'écrire comme ça ! Bon je sais c'est très triste mais j'étais super inspiré sur ce coup. Par contre j'ai l'impression d'avoir écrit bizarrement ~.^ Je sais pas pourquoi Very Happy Allez a+)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Mer 25 Mar 2009 - 22:25

La demoiselle s'était à moitié endormie, mais elle était restée contre le garçon, elle ne l'avait pas laissé. Elle ne l'avait pas laissé une seconde. Toujours allongée à côté de son bien aimé, elle commençait à rêver paisiblement. Elle rêvait de Lui et Elle. Ils étaient tous les deux sur une plage, admirant le ciel rouge qui se dessinait doucement au dessus d'une eau bleue claire. Ils étaient heureux, ils souriaient. Ils n'avaient plus aucun problème, tout était parfait entre eux, le bonheur absolu. La demoiselle pleurait toujours, malgré ce magnifique rêve, elle évacuait. Elle se sentait tellement mal au fond, mais elle oubliait ce mal-être dans ses rêveries. Elle essaya de se réveiller mais elle aussi, elle était épuisée, elle avait accumulé fatigue, souffrance, haut et bas, et voilà, elle en pleurait ce qui était tout à fait normal. La demoiselle sentit des mouvements, des ondes positives arriver jusqu'à elle, des vibrations l'atteindre. Elle ouvrit doucement les yeux, et vut un beau jeune homme devant elle. Il était réveillé, quel soulagement pour la donzelle. Son angoisse encore présente diminuait petit à petit. Elle se sentait tellement mieux, la voir là, auprès d'elle, tourner vers elle. Le jeune homme avait l'air aussi rassuré, elle savait pas pourquoi car pour l'instant elle était dans le flou. La demoiselle reprenait peu à peu les esprits, lorsque le jeune homme murmura quelque chose. Fujumi avait clairement compris ce qu'il avait dit, elle essaya de parler, mais elle n'y arrivait pas. Elle était trop faible, elle avait toujorus les yeux fermés, leur loudeur était telle que c'était impossible pour de les ouvrir. Il lui fallait dormir mais pas sans Lui, elle était aggripée à son bien aimé qui était, depuis un bon bout de temps face à elle. Mais le jeune homme insistait, il voulait savoir ce qu'il se passait, mais la jeune femme avait un temps de réaction dix fois trop long, et ne pouvait donc pas répondre à temps au jeune homme...

Puis une chaleur extrème se fit sentir contre le corps de la donzelle. Ils s'étaient de nouveau rejoints, ils s'étaient retrouvés, enfin. Elle avait si peur de le perdre, et il était là. La jeune demoiselle se rapprocha elle aussi de son Ange, elle avait envie qu'ils ne fassent qu'un. Elle ne savait pas comment décrire cela, mais elle aurait aimé vivre dans le jeune homme. Elle avait l'impression qu'elle serait plus proche que jamais si elle vivait en lui. Une philosophie bien à elle. Elle était bizarre, mais elle n'était pas dans son état normal. La fatigue prenait le dessus. La demoiselle se réugia dans les bras du jeune homme, et finit par sortir un son :


" Chut... Arrête de vouloir te faire pardonner... C'est de ma faute... Je n'ai jamais voulu m'en aller... Je t'ai attendu pendant toutes ses années, je ne vais pas fuir mon rêve... Je t'aime Kazuki... Tu fais partie de moi... "

Un instant où la demoiselle s'endormit à moitié. De longues minutes passèrent. Elle était de nouveau reparti dans ses rêves avec son Amour. Elle caressa la joue du garçon, elle l'embrassa, passa ses bras autour de la nuque de celui-ci, et toucha, cajola en quelque sorte son cou tout entier. Elle regarda le jeune homme avec de minis yeux, et dit avec une voix affaiblie et tremblante :

" Tu as fait une crise... Puis tu t'es évanoui... J'ai eu peur... Donc je t'ai mis en position latéral de sécurité ... ( Un long silence) J'ai attendu que tu te réveilles... J'ai fait tout pour que tu sois le mieux possible... C'est à toi de me pardonner... C'est de ma faute si tout est arrivé... Je pensais que j'arriverai à t'aider à vaincre tes crises... Mais je fais le contraire... je suis sincèrement désolée Kazuki... Je t'aime... Pardon... Pleure pas mon Coeur... Je suis là... Pour toi... Toujours là... "

La demoiselle se leva doucement, attendit que le jeune homme se lève à son tour. Rejoins moi. Je veux être auprès de toi. C'était ce que se disait Fujumi. elle n'arrivait pas très bien à tenir debout, elle fit signe à Kazuki de la suivre. Elle partit s'allonger sur le lit, et laissa une place pour son bien aimé. Cette fois-ci, c'était elle qui avait peur de le perdre... De perdre son unique espoir... son unique Amour...

( Il est nul, m'en veux pas. Pas très inspirée aujourd'hui. Désolée :oops: . Si c'est vraiment trop nul, tu me dis et je changerai ^^' . Moi aussi j'ai écrit bizarre Very Happy )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Jeu 26 Mar 2009 - 18:49

Fujumi lui avait répondu. Il avait fait une crise... une parmi tant d'autres. Mais maintenant, c'était fini. Elle s'était occupée de lui, elle avait fait de son mieux. Elle lui avait apporté des soins, de l'affection, de l'amour. Puis elle s'était excusée. Pourquoi ? Elle n'avait rien fait, elle n'y était pour rien et pourtant... elle s'en voulait. A moins que... A moins qu'elle n'ai fait quelque chose dont Kazuki ignorait l'existence et qu'elle croyait être la cause de tout cela. Mais Kazuki était trop épuisé pour y penser, il verrai peut-être ça plus tard... un autre jour. Pour l'instant, ce qui comptait c'était Fujumi, celle qu'il aimait. Ils étaient tous les deux à bout de forces, fatigués de cette soirée. Il fallait qu'ils dorment.

La jeune fille s'est levée puis est retournée dans le lit. Kazuki s'était levé lui aussi mais il ne pouvait pas la rejoindre. Il le voulait, il le désirait plus que tout au monde mais il n'y arrivait pas. Ses jambes tremblaient, comme des roseaux sur lesquels le vent souffle, comme un édifice qui est sur le point de s'écrouler... Kazuki avait le regard vide, il ne bougeait plus. Il le voulait mais son corps ne répondait plus. Un peu comme si son esprit avait quitté son corps. Fujumi l'attendait, là bas. Elle était toute proche mais si loin à la fois. Kazuki ne pensait plus à rien... trop chamboulé par les évènements qui s'étaient produits. Il s'en voulait tellement, il voulait remercier Fujumi, lui dire tout et rien, la prendre dans ses bras, l'avoir à ses côtés mais il ne bougeait pas...

Soudain, un éclair retentit, encore un. Le bruit du tonnerre était tellement fort qu'il fit sortir Kazuki de son état de léthargie. Il vit Fujumi, lui sourit, marcha vers elle, s'allongea à ses côtés, la pris dans ses bras, l'embrassa, la serra un peu plus contre lui. Il colla son nez et son front contre le sien. Il la voyait, resplendissante malgré sa tristesse, belle malgré ses larmes, merveilleuse de par ses paroles. Il la regardait encore, un long moment, plongeant dans ses yeux et n'en ressortant plus, la contemplant telle une déesse... Il l'embrassa à nouveau puis chuchota lentement :


"- Merci pour tout... Merci. Moi aussi je te l'ai déjà dit, je t'aime. Plus jamais je ne te ferai peur comme ça, je te le promet... Et moi aussi je serai toujours là, prêt à t'aider, prêt à te parler... Merci..."

Suite à ces paroles, ce fut le silence. Ils savouraient cet instant si précieux à leur yeux, si agréable. Ils étaient là tous les deux, ne formant plus qu'un, se promettant de s'aimer jusqu'au bout. Ils étaient tous les deux tellement important pour l'autre. Il avaient besoin se s'aimer, il avait besoin de l'autre et ne pourraient plus s'en passer. Comme de la drogue qui ne tue pas... Puis le jeune homme s'endormit encore une fois, Fujumi dans ses bras, pensant à l'avenir qui s'annonçait si beau, plein de bonheur, aux côtés de Sa petite Fujumi, pour que, ensemble, ils surmontent l'impossible...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Jeu 26 Mar 2009 - 22:08

La demoiselle qui s'endormait, avait entendu les paroles de son bien aimé, si douces, et si réconfortantes à la fois. Des merci sincères et touchants, des silences qui l'apaisaient, un corps réchauffant, et un amour éternel, la demoiselle n'avait jamais été plus heureuse que maintenant. Les " Je t'aime " du jeune homme la faisait frissonner, la faisait s'évader, elle se libérait de l'emprise de la peur, de la souffrance, et plus encore de la solitude. Le Sauveur tant attendu par la jeune femme était maintenant contre elle, leurs respirations étaient synchronisées, leurs coeurs étaient liés, et leurs âmes délivrées. Elle savourait pleinement ce moment de bonheur intense, front contre front et nez contre nez. Leurs sentiments de légèreté étaient commun, ils ne faisaient plus qu'un à présent. Si peu de temps avant, ils ne se connaissaient, et ils étaient maintenant dans les bras l'un dans l'autre, vivant l'amour parfait. Quelle ironie du sort ! L'avenir peut parfois vous réserver de belles surprises . Kazuki était une belle surprise. Elle ne le voyait pas comme un objet, bien au contraire, c'était l'incarnation même de l'amour, du bien-être, de toute chose positive qui ravivait l'enthousiasme enfoui dans le corps de notre petite Fujumi. Elle pouvait mourrir là, elle serait heureuse, elle avait eu tout ce qu'elle souhaitait depuis tant d'années en, à peine quelques heures, alors elle pouvait bien mourrir. Mais pas sans son Amour, pas sans Lui, pas sans Kazuki, jamais elle ne le quitterait... Jamais...

La nuit passa tranquillement, sans aucun encombre, puis fut l'heure du lendemain matin. Heureusement c'était le week-end, car vu l'heure, la demoiselle aurait loupé bien 4 heures de cours. Et oui, il était environ 13 h lorsque la jeune femme se réveilla, ce qui la surprit d'ailleurs. C'était la première fois qu'elle avait une nuit sans perturbations qui avait duré plus de 5 heures. Elle avait même duré le double. C'était un heureux évènement de plus. La demoiselle s'extirpa doucement des bras du jeune homme, se rhabilla, puis se dirigea vers son sac. Il y avait encore la couverture au sol, la bouteille, tout le bazar que la demoiselle avait mis 10 heures auparavant n'avait pas bougé d'un poil pendant la nuit. J'ai envie de vous dire que heureusement, parce que si quelque chose avait bougé, fallait quand même se poser des petites questions. Elle commença donc à ranger discrètement pour ne pas réveiller le jeune homme, la couverture dans le placard, etc. Au moment de finir, la demoiselle écarquilla les yeux, et fit une grimace toute pas belle.


* Qu'est-ce qui me prend de faire ça ? T'es bizarre Fu'... Vraiment bizarre... *

La demoiselle avait tout ça dans un élan de joie, et de bonne humeur or qu'en général, le rangement était une corvée, fallait voir l'état de sa chambre. Un vrai capharnaüm, ca-tas-tro-phi-que ! Impossible de mettre un pied devant l'autre sans chuter. Bref, la chambre était nickel, bon, il y avait encore le petit bordel de Fujumi qu'avait vidé son sac presque entièrement. Elle remit tout en vrac dedans, c'était pas grave, après tout c'était qu'un sac, revint près de son bien aimé, l'embrassa sur le front et lui murmura doucement à l'oreille.

" Je reviens mon Coeur... "

Elle commença à marcher en direction de la porte, lorsqu'elle s'arrêta et regarda une dernière fois le jeune homme en plein rêve. Un souspçon d'angoisse monta chez la demoiselle, elle rebroussa chemin, sortit papier et crayon. Elle écrivit quelques lignes puis posa le papier juste en face de la tête du garçon.

Spoiler:
 

Fujumi était rassurée maintenant, elle avait peur que le jeune homme panique s'il ne la voyait pas dans la chambre. Au moins il était prévenu, elle espérait bien qu'elle l'attendrait ici sagement, sans s'inquiéter. Elle souria, baisa le front du garçon, puis s'en alla. Direction chambre numéro 24, elle prit quelques affaires, partit prendre sa douche, faire le shampooing. Bref, tout cela prit quand même pas mal de temps. La demoiselle, propre, fraîche, changé, partit vers la chambre 15 où dormait son bien aimé. Dormait-il encore ? La demoiselle ne savait pas... Mais elle n'allait pas à le découvrir derrière la porte qui s'ouvrait petit à petit...

( Voilà ^^ Bon, j'espère que tu m'en voudras pas d'avoir continué, mais bon, j'allais pas encore faire une scène mélodramatique, donc je suis passée au petit matin ^^ . Je précise les rideaux sont fermés, et il y a quelques rayons de soleil qui passent sur les côtés, mais ils sont pas en direction du jeune homme donc voilà ^^ . Bisous Wink )


Dernière édition par Fujumi Grace-Osaki le Dim 29 Mar 2009 - 0:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Ven 27 Mar 2009 - 21:49

Vous n'allez peut-être pas le croire mais cette nuit, Kazuki avait bien dormit. Étonnant non ? Il n'avait pas fait de cauchemar, il ne s'était pas réveillée en sursaut, et en se levant, il avait une pêche inimaginable. Le jeune homme s'était réveillé en début d'après-midi. Il lui fallut un peu de temps avant d'émerger complètement et de penser à ce qui se passait autour de lui. Fujumi n'était plus là, elle avait encore disparue. Si on comptait bien, ça devait être la troisième où quatrième fois qu'il ne la trouvait pas. Kazuki s'extirpa lentement du lit, scruta rapidement la chambre, fouilla à droite et à gauche pour trouver un éventuel indice mais rien. Pour être franc, Kazuki ne s'inquiétait pas. Il avait confiance en celle qu'il aimait et savait qu'elle ne l'abandonnerait pas. Il chercha encore un peu et finit par trouver un petit mot qui lui était adressé. Il se trouvait là d'où il venait, c'est à dire du lit et plus précisément juste à côté de l'endroit où Kazuki était allongé. L'adolescent se trouvait un peu bête de ne pas l'avoir vu plus tôt. Toujours est-il que ce message disait que Fujumi se lavait et se changeait. Kazuki voulait attendre son retour avant de faire de même.

Étant donné que Fujumi est une fille, Kazuki s'était dit qu'elle mettrait longtemps avant d'être prête et qu'elle ne serait donc pas de retour avant une bonne poignée de minutes. Il s'habilla donc avant d'ordonner un peu plus ce qu'il avait entreposé dans l'armoire. Puis il se dirigea vers son sac, en sortit un feuille blanche, et de quoi dessiner. Il était assit par terre, le dos contre le mur avec son matériel posé sur les genoux. Il tailla son crayon puis commença à dessiner. Un trait, un autre et ainsi de suite jusqu'à obtenir un croquis assez bien fait. On pouvait reconnaitre le corps d'une jeune fille a genou devant un arbre et qui souriait. Puis, il améliora son dessin, repassant sur les traits, jouant avec les ombres ou modifiant les proportions. Au bout d'une vingtaine de minutes, Fujumi n'était toujours pas de retour et le jeune artiste avait terminé son dessin. Il fut rapidement fourré dans une pochette qui fut ensuite rangée dans le sac à dos. Kazuki n'avait plus rien à faire, il s'ennuyait.

Finalement, le lycéen décida d'aller lui aussi se laver sans attendre que sa bien aimée ne revienne. Il prit ses affaires puis se dirigea vers les sanitaires. Il n'y avait personne ce qui, vu l'heure, était tout à fait normal. Kazuki prit sa douche, se brossa les dents, réordonna le fouillis qu'était sa chevelure et fit tout ce que l'on fait dans une salle de bain avant de regagner sa chambre. Alors qu'il arrivait aux dortoirs, il aperçut Fujumi, près de la porte de la chambre numéro 15 et sur le point d'actionner la poignée. Sans faire de bruit il accéléra le pas, rattrapa la jeune fille puis passa ses bras autour se sa taille. Il l'embrassa dans le cou et dit sur un ton rieur :


"- Salut Fujumi... Alors comme ça on m'abandonne dès le matin. J'apprécie !"

Les deux amants étaient maintenant face à face, Fujumi toujours prisonnière des bras de Kazuki. Celui l'embrasa avant de la relâcher, attendant sa réaction...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  Sam 28 Mar 2009 - 19:41

La demoiselle s'était habillée sexy pour l'occasion. Vu que le jeune homme n'allait surement pas apprécié que celle-ci le laisse tout seul au réveil, elle avait mis sous vêtements blancs en dentelles, petit haut blanc assez décolleté à manches courtes, légèrement transparent, et je précise que c'est légèrement transparent, un jean, et des petites ballerines. La demoiselle serait plus petite que la veille, et espérait que cela ne dérangerait pas le jeune homme. En général, les garçons préfèrent que les filles soient plus petites qu'eux, donc elle se faisait aps trop de souci. Et puis, ce n'était pas comme si elle faisait 1 m 50, elle en faisait environ 15, 20 de plus, donc... Voilà ^^' . Bref, la donzelle s'était habillée joli pour son homme, s'était parfumée de Amor Amor par Cacharel, et par contre, elle ne s'était pas maquillée. Et oui, maintenant qu'elle était amoureuse, la donzelle se trouvait même jolie au naturel, bon d'un point du vue objectif peut être pas, mais elle s'assumait comme elle était, et c'était bien la première fois. Pendant toute cette préparation, elle se demandait ce que faisait le garçon, est-ce qui la cherchait dans tout le lycée ? Est-ce qu'il l'harcelait de messages pour savoir où elle était ? Ou au contraire, était-il zen ? Et l'attendait-il sagement dans la chambre du garçon. La demoiselle stressait un peu, tout en souriant. Elle avait hâte de revoir son homme, il lui manquait déjà. Ils allaient passer leur temps ensemble, bon à part pendant les cours, à moins que le jeuen homme ne soit dans la même classe qu'elle. La demoiselle, tout d'un coup, se rendit compte qu'elle ne connaissait même pas l'âge de l'homme avec qui elle avait dormi, de l'homme qui l'avait embrassé, celui qui l'avait sauvé. Elle était gênée de ne pas savoir ça, mais en même temps, c'était pareil du côté du garçon, mais est-ce que cette question lui avait traversé l'esprit ? Mystère...

La demoiselle réfléchissa tout le long de son trajet, direction la chambre numéro 15, sur la tranche d'âge dans laquelle la jeune femme le mettrait. Après courte réflexion - parce que la demoiselle n'avait pas envie de réfléchir trop et d'avoir un mal de tête - elle se dit qu'il devait avoir dans les 15- 19 ans. Elle trouva que 15, c'était un peu jeune pour le jeune homme, alors elle monta jusqu'à 16. Elle souria, puis s'arrêta devant la porte de la chambre numéro 15, à peine avait-elle poussé sur la poignée, que des bras enlacèrent la donzelle, et une petite sensation agréable parcourut le cou de la jeune femme. Les yeux de la donzelle se fermèrent, elle adorait la sensation de bien-être qui était en train de se diffuser dans le corps de celle-ci. Elle souria, puis se trouva ensuite face à son bien aimé. Des lèvres tendres vinrent se poser sur celles de notre Fujumi. Automatiquement, la demoiselle passa ses bras autour du cou du jeune homme, qu'elle enleva après la triste fin du baiser romantique. La demoiselle regarda son Kazuki dans les yeux, elle pouvait pas s'empêcher de sourire en le voyant, ou en pensant à lui. Elle était si heureuse avec lui. La demoiselle se demanda alors, après un petit temps de réflexion, ce qu'elle allait dire au jeune homme. Elle le fixa avec des yeux malicieux, puis finit par lui dire en prenant une voix sensuelle :


" Je sais que tu adores quand je te fais des surprises "

La demoiselle fit un clin d'oeil, et envoya son plus beau sourire au jeune homme. Elle prit son jeune homme par le col, puis le tira contre elle. Leurs lèvres se recontrèrent sans encombre. Un baiser intense, mais doux, délicieux, et tellement bienfaiteur. Une rencontre qui dura pendant de longues minutes. La demoiselle relacha son bien aimé, l'embrassa tendrement sur la joue, tout en le caressant sur l'autre joue du revers de sa main. Puis lui murmura un " Je t'aime " à l'oreille. Elle lâcha son Amour, puis entra dans la chambre, lui fit signe de le suivre. La demoiselle avança jusqu'au milieu de la pièce, dos au jeune homme, puis demanda à son bien aimé Kazuki :

" Dis moi... Tu as quel âge... ? "

La demoiselle souria toujours, se retourna, et attendit une réponse. Elle n'avait pas peur, elle souriait toujours plus à son homme. Cependant elle avait encore envie d'un baiser. Elle avait encore envie de la chaleur du jeune homme contre elle. Elle le voulait lui... Rien que lui... Pour la vie...


Dernière édition par Fujumi Grace-Osaki le Dim 29 Mar 2009 - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re : Bonne nuit...  Sam 28 Mar 2009 - 21:06

Pour tout vous dire, Kazuki ne s'était jamais soucié de l'âge de Fujumi. Il l'aimait, elle l'aimait, c'était le principal. Mais après que la jeune fille le lui ai demandé, il se rendit compte qu'il n'y avait jamais pensé. Quand elle lui racontait sa vie, la veille au soir, elle avait dit avoir à peu près dix-huit ans. Lui n'en avait que seize et des brouettes. Mais pour être franc, il s'en foutait royalement. Elle aurait put être moins âgée que lui ou avoir trois ou quatre ans de plus il n'en aurait quand même rien eu à faire. Il l'aimait et se foutait de tout le reste. La seule chose qu'il voulait désormais, c'était elle. Il voulait la serrer dans ses bras, l'embrasser, lui parler, la faire rigoler enfin bref, passer du temps avec elle.

Bon tout ça pour dire que Fujumi venait de lui demander son âge. Il était obligé de répondre mais, de toute manière, ça ne changerai pas son avis sur la question. Cela lui fit juste penser à l'un de ses anniversaires, le pire sans aucuns doutes, celui de ses onze ans. Tout avait bien commencé : un matin où tout le monde dit "Joyeux anniversaire", un jour où tout le monde est gentil avec vous, un jour où on décore la maison et le jardin parce qu'on a invité des amis. Comme prévu, tout le monde était là un peu avant ou un peu après 14H30. Tous ont joués, se sont remplis la bouche de bonbons et autres sucreries du genre. Puis ils ont mangé le gâteau, tous autour de la table, à chanter Joyeux Anniversaire et à donner des petits cadeaux. Ensuite, ils s'en sont allés jouer dans le jardin. Puis tout a chaviré. Une crise est venue, une longue. Tout le monde à eu peur, certaines fillettes ont pleuré, d'autres ont crié... C'est passé, comme c'est venu. Et la petite fête s'est finie, sans un mot, sans un seul rire, tous se taisaient effrayés par ce qui s'était passé...
Bon revenons à nos moutons, Kazuki répondit donc :


"- Et bien, j'ai seize ans et quelques. Je suis né le 27 octobre 1992, à Sapporo."


Ou comment répondre sans se casser la tête. Aller droit au but, sans étaler sa vie et en donnant toutes les informations nécessaires. De toute manière, quand on vous demande votre âge, vous n'avez pas vraiment le choix pour répondre et il est difficile ensuite d'étaler sa vie. La seule chose à faire pour ensuite passer à autre chose, c'est de demander son âge à l'autre. Or c'est justement ce que s'apprêtait à faire Kazuki. Maintenant que le sujet était lancé, il voulait connaitre précisément l'âge de Fujumi et pas se contenter d'une approximation. Mais comme pour faire durer le suspense, il ne parla plus. Kazuki fixait sa bien aimée, les yeux dans les yeux, le sourire au lèvres. Non il ne la fixait pas, il la contemplait ! Il s'évadait dans ses yeux, ne pensait plus à rien ou plutôt ne pensait plus qu'à elle. Après être ressortit de son rêve éveillé, Kazuki reprit la parole :


"- Et toi ? T'as quel âge ?"


Tout en disant ces mots, il s'était approché de la demoiselle, tout sourire à l'idée de l'avoir bientôt près de lui. Il était resté quelques minutes à plus de deux mètres d'elle, s'en était d'une certaine manière trop (^^). Cependant, il attendit sa réponse avant de la toucher...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
« »
(#) Re: Bonne nuit... ( PV Kazuki )  

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonne nuit... ( PV Kazuki )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: