Partagez | 
 

 Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
« Invité »
(#) Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]  Sam 21 Mar 2009 - 17:11

Roulé en boule sous sa couette, l'oreiller fermement plaqué contre sa tempe, Lodan tentait vainement d'atténuer le bruit exécrable -communément appelé musique- qui lui martelait les tympans.

Ça de la musique ? Plutôt une grotesque "quinquaphonie" !

Ecouter une chose pareil au beau milieu de l'après-midi, et en poussant les décibels à fond de surcroît, n'était que preuve d'un cruel manque de goût, ou de bon sens. Il glisserait un billet sous la porte de ses voisins pour le leur faire remarquer, puisque le bruit venait de chez eux. "Ne pouvez-vous pas vous acheter un casque et torturer seulement vos oreilles ? Cordialement."

Aah ! L'internat ou les joie de la vie en communauté ! Plus on est de fous plus on rit... Ouais, tu parles ! Très peu pour lui. Depuis longtemps maintenant Lodan n'était plus habitué à se mêler aux autres. Préférant les ignorés, se montrant froid et distant face à quiconque tentant un rapprochement avec lui. De toute façon il n'avait plus confiance en l'humain. Ils finissent tous par partir alors quitte à être seul, autant que ça soit le plus tôt possible. Pourquoi s'attacher à des fantômes ? Pourquoi se faire souffrir inutilement ?

Chassant ses idées noires de son esprit, Lodan décida enfin d'écourter sa grasse "matinée", quittant à grands regrets son lit, non sans avoir poussé auparavant un soupir désabusé. Il s'enferma dans la salle de bain. Chaque jour il mettait un point d'honneur à paraître impeccable sans savoir réellement ce qu'il le poussait à agir ainsi. Le regard des autres lui était-il réellement égal, ou était-il hypocrite au point de se mentir à lui-même ? Il ne chercha pas à répondre à cette question -même mentalement- et poursuivit sa toilette. Quand il eut terminé, une chose dans le reflet que lui renvoyait le miroir le chiffonna. Il s'observa longuement avant de conclure que sa coupe de cheveux avait besoin d'être rafraichit. D'un centimètre à peine certes, mais un centimètre en plus c'était déjà un centimètre en trop ! Puisqu'il était réveillé, préparé, et de surcroît en week-end, il s'improvisa une petite virée dans les rues de Kobe. Il finirait bien par débusquer un salon de coiffure digne de ce nom. Il quitta donc sa chambre et l'internat presque soulagé de fuir cet amas d'étudiants heureux et aux préoccupations futiles.

Optant finalement pour le centre commercial -un tel concentré de boutiques et d'enseignes en tout genre ne devait pas manquer de salons de coiffure- il marcha d'un pas ferme. Il se risqua à demander son chemin à une fille sophistiquée qui ne pouvait ignorer comment se rendre au centre commercial au vu de sa tenue. Grave erreur... Miss superficialité hésita durant une bonne dizaine de minutes entre le bus de la ligne 13 et celui de la 23 pour finalement se décider pour la 24, à moins que ça ne soit la 14. Pour finir, Lodan allait prendre le premier bus qui passerait par là, préférant se fier au hasard qu'à l'avis de cette fille. Il monta donc dans la ligne n°24, se frayant difficilement une place dans la masse d'usagers. Son regard s'attarda quelques instants sur une fille assise côté fenêtre, dont la couleur des cheveux interpella Lodan. Comment pouvait-on décemment prendre la décision de se teindre les cheveux en violet ? Pour Lodan dont la préoccupation première était de passer inaperçu, ce choix paraissait bien excentrique ! Hormis cela, la jeune fille avait un visage harmonieux et bien dessiné. Ses grands yeux d'un brun chocolat conféraient à son visage une douceur particulière, tout à fait plaisante. C'était tout simplement une jolie fille. Le brun détourna les yeux vers la fenêtre et n'en décrocha plus. Les usagers ne cessaient de descendre, rare étaient ceux qui montaient, le bus se désemplissant ainsi plus qu'il ne se remplissait. Ils finir par n'être plus que 3. Le chauffeur, Lodan et la fille aux cheveux violets. "Terminus, tout le monde descend" brailla le conducteur. Le jeune homme s'exécuta et découvrir avec horreur l'endroit. Un quartier défraîchit et ancien, probablement malfamé. S'était à se demander s'il était toujours dans la même ville, et à moins d'un miracle, le centre commercial ne se trouvait pas ici. Le bus faisait déjà demi-tour. Lodan aussi aurait voulu fuir cet immonde quartier.

- "Mais où suis-je tombé ?"

Grommela t-il plus pour lui-même que pour quiconque. Il chercha des yeux la fille du bus qui partait déjà dans la direction opposée. Quoi ? Non... Il la rattrapa, traversant la rue en manquant au passage de se faire écraser par une voiture.

- "Excusez-moi de vous importuner. Je me suis égaré et... En fait, je voulais me rendre au centre commercial et je me suis trompé de bus j'imagine, vu le quartier. Enfin... ce que je veux dire c'est que le centre commercial n'a pas l'air de se trouver ici."

Il devait avoir l'air tellement pathétique à peiner ainsi pour sortir une phrase correcte. Se ressaisissant, Lodan finit enfin par demander à la jeune fille ce pourquoi il l'avait interpellé.

- Savez-vous comment je pourrais m'y rendre ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]  Sam 21 Mar 2009 - 18:18

Dans le bus depuis déjà un bon moment, la demoiselle regardait les innombrables petites choses carrées ou rectangulaires en pierre ou en argile qui défilaient devant elle. Elle souriait bêtement. Le bus s'arrêtait presque à tous les arrêts, et à chaque fois la demoiselle se demandait pourquoi elle était là. Elle se rapprochait de plus en plus de là où elle aurait aimé ne jamais devoir aller : les quartiers malfamés. Mais la demoiselle avait grandi dans ces quartiers, et elle s'y sentait à son aise, même si elle supportait pas la façon dont les petites racailles pouvaient la relooker. Bon, il y avait des jours où elle était vraiment habillée de manière provocante, mais pour son " travail " c'était un peu une obligation vestimentaire. Aujourd'hui, elle s'était habillée un peu plus décontracte, toujours sexy, mais sans être provocant, la petite pointe de féminité qui mettait la donzelle en valeur. La jeune femme avait des goûts tout à fait ordinaires, simples. Elle chercha pas la petite boucle d'oreille par-ci qui s'accorde avec le petit haut par là, non ! Elle était plutôt, jean, chaussures à talons, petit haut tout mimi, gilet, sac, un coup de crayon noir au niveau des yeux et hop en avant. Elle n'était pas réellement d'humeur aujourd'hui à s'habiller sophistiquée, comme les trois quarts des filles qui se trouvaient dans son lycée, comme les pomp-pom girls, ou encore le groupe des populaires. Bref, elle ne s'était pas foulée, en même temps, elle était un peu dans le pâté dû à l'affreuse musique de ce matin qui l'avait presque rendu sourde. Elle se rappela l'horreur que c'était, et avait une envie de leur casser leurs petites figures à tous ces petits cons qui s'amusaient à réveiller les gens pour un rien. Mais elle avait réussi à garder son calme, mais elle l'avait quand même encore en travers de la gorge. Fujumi s'était promise au retour de leur faire remarquer, et que s'ils recommençaient, elle hésiterait pas à utiliser les grands moyens.

Cependant, elle connaissait déjà leurs réactions, ils seraient tous en train de se marrer devant elle, et à se foutre de sa gue*** . Elle imaginait déjà la scène, elle qui s'énerve, qui commence à foutre poings et coups de genous dans le ventre, mais également dans chaque partie sensible de chaque personne qui était dans la pièce. Elle n'avait pas l'air comme ça, mais elle pouvait être violente, elle avait habité dans les quartiers chauds, donc se défendre et attaquer, elle savait ce que c'était. Vous me direz c'était il y a très longtemps, mais c'est comme le vélo, après avoir appris, tu t'en souviens toute ta vie. Pour Fujumi c'était pareil. C'est pour cela qu'avant que sa colère n'explose, la donzelle avait quitté sa chambre à toute vitesse (je précise elle est dans la chambre numéro 20). Elle avait pris ces clics et ces clacs, c'était tout de même douché et habillé etc, et avait filé vers les lignes de bus, pour s'éloigner le plus vite et loin possible de cet effroyable vacarme. A peine était-elle rentrée dans le bus qu'elle se sentait soulagée, mais bon pas entièrement. Certes, elle avait quitté le lycée à cause de ses idiots, mais aussi, comme je l'ai précisé plus haut, pour son job. Elle resta d'humeur neutre, mais souria quand même. Il ne fallait pas paraître triste devant les autres concitoyens, sinon c'était sûr que tu n'allais pas te faire accepter dans la société. Les japonais sont toujours joyeux et il faut respecter cette tradition, ce que Fujumi savait très bien faire. Puis l'ennui commença à prendre le dessus, lorsqu'elle sentit qu'on l'observait. Ca la faisait sourire, car malgré le fait qu'elle soit assez discrète, elle arrivait toujorus à attirer l'attention de quelqu'un, dans n'importe quelle situation. Elle tourna pas la tête pour voir qui c'était, elle le voyait très bien. Fujumi avait toujours eu une excellente vue, et arrivait très bien à discerner ce qui il y avait à 180° devant elle. Un garçon, cheveux plutôt longs, chatains ou bruns, en tout cas de couleur marron, et plutôt assez grand.

C'est tout de même assez étrange qu'elle puisse dire, en un simple constat, que c'est un garçon. Cheveux pllutôt longs, peut porter confusion chez certaines personnes, mais Fujumi connaissait tellement bien les hommes qu'elle arrivait très facilement à les différencier, même des garçons manqués. Elle vut des gens sortir, encore et encore, presque à n'en plus finir, elle se demanda un court instant si le bus avait pas des fois des restes de gens du jour d'avant pour être autant rempli. Cette idée lui passa brièvement dans son petit esprit, puis constata rapidement qu'il ne restait plus qu'elle, le chauffeur et cet inconnu qui l'observait. Elle commença presque à s'endormir, lorsque la voix mélodieuse du chauffeur leur rappela très aimablement qu'il fallait descendre, la demoiselle s'exécuta, comme l'autre passager, et se dirigea vers les quartiers très bien fréquentés, où règne peur, meurtre, drogue, et toutes choses encore plus ravissantes les unes que les autres. La demoiselle regarda brièvement derrière elle, aperçut le jeune homme en plan, puis se retourna de nouveau, et continua sa marche dans un élan et une démarche de mannequinat. Puis sans s'y attendre, elle fut rattraper et arrêter par ... Un jeune homme ? La poursuivait-il ? Qu'est-ce qu'il lui voulait ? La jeune femme le regarda d'un air interrogateur, sans pour autant lui paraître froide.

Le pauvre petit chou, il s'était perdu, lui indiquer la route ? Euh... Ouais... La jeune femme n'avait même pas besoin de réfléchir que déjà elle se disait :


* Même si je lui explique, il va pas savoir où c'est... Bon tant pis ... *

La jeune femme lui souria, et lui dit doucement :

" Ecoute, je peux pas t'indiquer la route, parce que mille fois trop compliqué en partant d'ici, mais... ( Un instant de silence ) Je peux t'accompagner si tu veux ? "

La jeune femme le regarda droit dans les yeux, essayant d'être le plus chaleureuse possible avec ce jeune homme. Elle attendit sa réponse patiemment, pas comme d'habitude ^^' . Puis des bruits vinrent au fond d'une rue, qu'est-ce que c'était ? Des rires, et des bruits de canettes, et autres se faisaient entendre de plus en plus fort. Des amis à elle me diriez vous. Elle n'en avait pas. Mais elle ne savait pas du tout qui ça pouvait être, mais l'air sentait de moins en moins la rose...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]  Mer 25 Mar 2009 - 0:32

La jeune fille s'était arrêtée et avait écouté le pathétique récit de Lodan jusqu'au bout. Bon nombre de personnes se seraient pourtant éclipsées, prétextant être pressées pour ne pas avoir à perdre du temps à aider un inconnu semblant sortir de sa campagne, mais pas elle. Alors bien-sûr, elle avait les cheveux violets ce qui aux yeux de Lodan paraissait saugrenu, et devait probablement être d'une naïveté effroyable pour venir se promener toute seule ici, mais au moins elle semblait dotée d'une âme charitable !

Lui, qui ne se serait arrêté que par respect pour les principes de politesse, ne se serait certainement pas attardé au beau milieu d'un tel quartier pour secourir un besogneux ! D'abord parce qu'il aurait était incapable de diriger qui que se soit -se fier à son sens de l'orientation revenant à choisir une direction au hasard- et surtout, parce qu'il n'avait pas pour habitude d'aider les autres...

Certes, la jeune fille parut quelque peu étonnée au début par cette interpellation soudaine. Lui-même c'était surpris à courir après cette jeune demoiselle aux cheveux d'une couleur extravagante. Ça n'était pourtant pas dans ses habitudes de solliciter l'aide de ses congénères, mais dans ce quartier repoussant il s'était sentit un peu démuni. Par instinct, il s'était reposé sur cette fille qui semblait la seule personne à peu près digne de confiance ici, mais il savait qu'il ne pouvait pas se fier à son jugement personnel... Il s'était déjà tellement trompé ! Les humains sont de tous les êtres qui peuplent cette planète, ceux qui sont probablement les plus difficiles à cerner. Mais aussi ceux capables des actes les plus bas qui soient, alors il ne devait pas se fier à son beau sourire. Balayant ses funestes idées, il observa la jeune fille qui lui souriait toujours. Son sourire était franc et sincère... presque réconfortant même. Elle lui expliqua d'une voix mélodieuse qu'elle ne pouvait pas lui indiquer le chemin qui était un peu compliqué à expliquer... Il soupira, un peu déçu et s'apprêta à la remercier quand elle lui proposa de sa voix cristalline de le mener jusqu'au centre commercial. Vraiment ? Elle ne semblait pas plaisanter. Il scruta les prunelles chocolats de la jeune fille pour s'en assurer, et n'y dessella aucune ironie à son grand étonnement. Il attarda son regard sur ses lèvres qui s'étiraient en un sourire si chaleureux qu'il en fut presque envieux. Lui était si froid et désagréable comparé à elle. Bizarrement, il ne songea pas à refuser sa proposition. Ordinairement pourtant, il déclinait ce genre d'offres, refusant de se sentir redevable envers quelqu'un ! Mais elle possédait des qualités humaines rares et il ne pouvait s'empêcher -malgré tous ces efforts- d'apprécier ce genre de compagnie. Peut-être parce qu'elle lui rappelait une des ses amies... autrefois... mais il ne voulait plus y songer. Il voulait juste passer une heure tout au plus, avec cette jeune fille, discutant de tout et de rien, profitant de la douce chaleur humaine qu'elle lui offrait sans rien demander en retour de sa part. Puis il lui dirait "adieu" pour ne pas prendre le risque de s'attacher...

- "C'est d'ac..."

Il ne termina pas sa phrase car des bruits suspicieux l'interpellèrent. Des individus probablement peu soucieux du bruit qu'il pouvait causer, semblaient shooter dans diverses cannettes et bouteilles en verre en se bêlant bêtement les uns, les autres. Braillant des phrases inintelligibles pour Lodan qui ne maîtrisaient aucunement le langage du ghetto ils se distinguaient en revanche par leur vulgarité, en ponctuant leurs phrases de diverses grossièretés. Et puis, le brun eut enfin le loisir d'apprécier leurs faciès quand au détour d'une rue, ils entrèrent dans son champs de vison. Ils étaient seulement cinq individus mais occasionnaient un boucan tel qu'on aurait facilement put penser qu'ils étaient dix de plus. Le jeune homme les jaugea de haut en bas en arquant un sourcil, ce qui lui conférait un air hautain au possible. Ces garçons étaient tout ce qu'il détestait... Leurs vêtements, leurs manières, leurs paroles, tout semblait surfait et leur grossièreté avait le mérite de l'exaspérer. Il jeta un coup d'œil à sa compagne d'infortune à qui la fracassante entrée de ces cinq énergumènes n'avait pas échappé.

- " Allons-y si tu veux bien, il ne fait pas bon s'attarder ici..."

Il lui adressa un faible sourire, vaine tentative pour se montrer rassurant face à la soudaine agitation que les fauteurs de troubles avaient causé, mais déjà les gredins étaient à côté d'eux. Hélant et sifflant bêtement comme des animaux en rut, la jeune fille qu'ils avaient désigné comme leur proie. Déjà un sale type se mit entre eux et entoura le cou de la lycéenne avec son gros bras dégoûtant, regardant d'un air perfide Lodan avant de lui lancer un "Mignonne ta copine, je m'amuserai bien avec elle".

- " T'amuser hm ? Dans ce cas là retourne shooter dans tes cannettes de bières, comme ça au moins tu éviteras de griller le peu de neurones qu'il te reste !"

Lui lança t-il sur un ton des plus froid. Le type n'eut pas l'air de tout saisir, phrase trop longue pour lui sans doute, mais il ne semblait prêt à prendre n'importe quel prétexte pour démarrer une bagarre. Lodan lui n'aimait pas s'abaisser à ce genre de pratique, il n'aimait pas la violence en général, il trouvait cela animal ! Pourtant, tandis que l'homme fulminait en déblatérant un flot d'injures à son égard et à celui de la jeune fille, il ne put empêchait son poing de venir s'écraser au milieu du visage de la brute. Le nez de l'homme craqua sous ses phalanges, et son sang coula, ce qui écœura Lodan que la vue du liquide écarlate indisposait. Il détourna les yeux de cette vision d'horreur. Les "amis" du blessé ne bougèrent pas le petit doigt, ce qui n'étonna même pas Lodan. Dans ce genre de quartier, c'était chacun pour soi, et les amitiés ne duraient qu'un temps avant d'être souillées par une histoire de drogue ou d'argent... À présent que ce type avait eu ce qu'il méritait, il espérait bien que sa réputation dans le ghetto serait souillée par le coup qu'il lui avait porté, cependant, il ne voulait pas réitérer ce genre d'actions, la bagarre n'étant qu'un vil instinct pour lui. Il tendit donc sa main à la jeune fille, espérant fuir cette ambiance glauque au plus vite...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]  Sam 28 Mar 2009 - 20:18

Que regardait-il comme ça ? Le jeune homme semblait obsédé par un aspect qui devait surement être bizarre chez la donzelle, pour le fixer comme il faisait. La demoiselle ne savait pas ce que ça pouvait être. Son oreille surement, oui car notre demoiselle avait une oreille coupée au niveau du cartilage, surement une complication lors de la fabrication de notre chère Fujumi. J'avoue c'est pas très gentil de parler d'elle comme un objet, mais c'était comme ça qu'elle se définissait. Et c'était également ce qu'elle avait été depuis très longtemps. Le joujou des messieurs déjà mariés, ou des petites racailles des quartiers malfamés tel que celui qui se profilait devant les deux lycéens. Des quartiers qui vous glacent le sang juste en passant devant. Bref, revenons à ce que je disais. Je disais quoi déjà ? Ah oui, je parlais du jeune homme qui fixait la demoiselle. Il essayait de rester discret, mais bon, c'était repérable. Puis la jeune femme eut l'illumination du siècle : ses cheveux ! Mais oui, pourquoi elle n'y avait pas pensé avant ? Je vous parle pas de la coupe, mais de la couleur. Bon, elle avoua que la couleur violette pour des cheveux c'était pas l'idéal. Tout de même, c'était pas pour ça qu'il fallait se figer comme ça. après tout, ce n'était qu'une couleur de cheveux. Et puis, il y avait des cas pire qu'elle. Elle chercha pas à comprendre, elle se contenta de sourire, et de faire comme si elle n'avait rien vu.

Pour revenir à notre petite histoire, des bruits presque assourdissants retentirent dans tout le ghetto. La demoiselle n'allait pas être étonnée de voir quelques guignols sortir de leur trou, et de se joindre à la petite conversation que Fujumi avait avec... Le monsieur sans nom. Et oui ! Fujumi qui avait proposé au garçon de l'accompagner jusqu'au centre commercial, avait complètement oublié de passer par la case : présentation des deux joueurs. Elle se trouva complètement ridicule, néanmoins, elle aimait aussi garder l'anonymat. Elle souria, histoire de cacher un peu sa gêne, puis se tourna vers... 1, 2 ... 5 petits lascars qui venaient de sortir de l'ombre. Elle en connaissait certains, qui avaient été des clients à elle. Ca ne lui inspirait rien de bon. Elle avait pas envie que sa vie soit dévoilée comme ça devant le jeune homme qui la connaissait à peine. Elle angoissait un peu, mais ne le montra pas. Elle fixait le jeune homme du milieu qui la dévisageait du regard. Oh non pas lui ! Un fouteur de mer** en tout point, un sacré gaillard, toujours en train de se fourrer dans des histoires pas possibles, qui d'ailleurs, avait mis de nombreuses fois la demoiselle dans des situations hyper gênantes et surtout extrèmement délicates. Elle savait pas pourquoi, mais elle avait une impression de retourner un peu dans le passé, retourner dans ces situations délicates. La demoiselle n'aimait pas beaucoup ça, puis vit que le gros c** vint vers elle, elle ne dit rien, mais n'en pensait pas moins. Puis au moment où ce pervers la toucha, la demoiselle ressentit un dégoût profond, mais fit semblant d'être intéressée par ce que disait et voulait celui-ci. Elle souriait malicieusement, mais ne s'attendait pas du tout à une réaction aussi violente de la part de l'inconnu. La demoiselle qui se faisait insulter autant que le jeune homme ne bougeait pas, elle attendait le moment propice pour donner un bon coup là où ça fait le plus mal, mais l'inconnu avait réagi avant elle, tant pis ce serait pour une autre fois.

La demoiselle fit un clin d'oeil à l'inconnu pour le remercier. L'autre débile qui s'était complètement étalé par terre, avait une rage immense contre l'inconnu, la demoiselle le voyait bien. Elle dirigea sa main vers sa poche arrière au cas où si l'autre reviendrait à la charge. Et d'ailleurs, il n'avait pas tardé à foncer vers le jeune homme. La demoiselle s'interposa entre les deux hommes, et stoppa la petite racaille. Couteau, ou plutôt canif souos la gorge, le jeune homme n'avança plus. La demoiselle fusilla ce con****des yeux, et lui dit de manière très direct et très glacial :


" Même pas en rêve, mec. Retourne dans les jupes de ton patron, et lâche nous c'est clair ? "

La donzelle mit un coup de genous dans la partie sensible de celui-ci, qui lui fit un retour direct au sol. La demoiselle chercha quelque chose dans son sac, et le lança aux pieds des autres zigotos qui accompagnait l'abruti. Ils partirent tous en courant, laissa leur " ami " tout seul, respirer l'odeur atroce de la boule puante qu'elle avait éclaté la donzelle. Elle fit signe au jeune homme de la suivre, partit dans la direction des quartiers normaux, espérant qu'ils ne seraient pas poursuivis...

( Désolée, j'ai répondu un peu tard ^^' . Bon, c'est pas top, mais c'est pas facile de t'arriver à la cheville, j'espère tout de même que ça va t'inspirer Rolling Eyes Bisous à bientôt Wink )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]  Ven 3 Avr 2009 - 17:48

Si Lodan avait su en se levant ce matin là ce qui l'attendait, il aurait surement prit sur lui quelque chose pouvant faire office d'arme. Effectivement, ça n'était pas avec son trousseau de clés et son portefeuille, seuls objets qu'il avait prit la peine d'emporter avec lui en sortant, qu'il allait pouvoir venir à bout des cinq crapules qui avaient décidé de leur chercher querelle. Mais comme bien-sûr il est impossible de connaître à l'avance son avenir, il n'avait pu le prévoir et cela même s'il avait prit la peine de lire son horoscope. De toute évidence, il ne croyait pas toutes ses diseuses de bonnes aventures et autres charlatants enrubannés. Des sciences divinatoires ? Quelle bonne blague. Ca n'était rien d'autre à ses yeux qu'un moyen grossier d'extirper le plus d'argent impossible aux personnes les plus crédules.

D'ailleurs, dans ce genre de quartiers malfamés, il se serait attendu à tout sauf à tomber sur une jeune fille aussi serviable que la jeune demoiselle à la cheveulure mauve. Il ne connaissait rien d'elle, pas même son prénom et pourtant elle avait été d'accord pour lui venir en aide sans rien demander en retour. Qui aurait pu prévoir ça ? En revanche, Lodan n'avait pas été surpris de tomber sur quelques délinquants au vocabulaire plus que limité, et ne trouvant rien de mieux à faire pour occuper leurs temps que de tanner les premiers venus... Un des lascars semblait avoir prit pour cible la jeune fille, se permettant des familliarités avec celle-ci qui exaspérèrent Lodan. Comment pouvait-on manquer à ce point de respect à une fille, quelle qu'elle soit. Sans doute la pensait-il faible et incapable de se défendre. D'autre part, les cinq types étant en supériorité numérique ne semblaient rien avoir à craindre de deux lycéens plutôt banals. Fujumi était une jeune fille d'apparence assez frêle et Lodan, bien qu'ayant une bonne constitution, n'était en rien impressionnant et ne pèserait pas lourd face à cinq individus vraisemblablement habitués à se battre. La rue ça vous forge, ça c'est certain ! Néanmoins il ne pouvait se laissait insulter, ni laissait ce type s'en prendre à cette lycéenne et cela, bien qu'il venait à peine de la rencontrer. Même s'il était loin d'être une personne serviable, il n'en était pas pour autant un lâche. Il avait tout de même un peu d'honneur. Sans vraiment se soucier des conséquences que cela pourrait avoir, il envoya donc son poing en plein dans le visage du sale type qui avait prit en chasse Fujumi. Cette dernière le grattifia d'un clin d'oeil témoignant de sa reconnaissance, ce à quoi Lodan répondit par un sourire crispé, un peu stressé par la situation. Le type ne s'attendant surement pas à ce genre de réactions s'était laissé surprendre et l'effet de surprise avait été bénéfique au jeune homme. Il s'était donc écrasé sur le sol et de son nez s'écoulait même un peu de sang, pour autant le type ne se laissa par impressionner. Sans tarder il se releva sans même tituber, déterminé semblait-il à se faire justice lui-même pour l'outrage qu'il venait de subir. Ses yeux rivés sur Lodan semblaient jeter des éclairs, et c'est donc avec une hargne digne d'un chien enragé qu'il s'élança sur lui. Bien que méprisant les attitudes violentes, Lodan se tint prêt à affronter ce type et à lui rendre chacun de ses coups, ou du moins, le plus possible. Il ne faisait pas le poids, c'était évident mais quitte à perdre, autant le faire décemment. Serrant fermement les poings, il fit un pas vers l'autre enragé mais une action imprévisible le coupa sec dans son élan.

La petite demoiselle, ne manquant pas de courage s'était interposée et canif en main menaçait à présent le sale type avec une assurance telle que Lodan resta immobile, stupéfait par ce qui se déroulait sous ses yeux. Décidemment, la lycénne ne manquait pas de ressources, et le lascar ne s'était semble t-il pas attendu à cela, tout comme Lodan d'ailleurs. La jeune fille d'apparence si délicate assena un coup de genou dans les parties intimes du gars qui s'écroula au sol sous l'effet de la douleur. Le visage de Lodan se teinta d'une expression sacarstique, ce type n'avait eut que ce qu'il méritait, il n'empêche que ça devait être affreusement douloureux. Soudain, sans vraiment prendre conscience de se qui se passait, Lodan vit les quatres autres imbéciles prendre leurs jambes à leur cou. Une effluve nauséabonde lui chatouilla les narines tandis que la jeune fille lui fit signe de la suivre, ce qu'il fit sans tarder, laissant l'autre suffoquer à terre dans l'odeur pestilentiel qui régnait à présent.

Ils coururent quelques minutes, biffurquant dans des rues qui n'évoquèrent évidemment rien au jeune homme. Nouveau venu à Kobe, il ne connaissait rien de cette ville hormis les quelques quartiers qui entouraient l'école. À bout de souffle, ils s'arrêtèrent enfin. Le quartier où les deux jeunes gens se trouvaient à présent semblait nettement plus calme. Quelques commerçants y tenaient même des snack-bars à l'écart de l'agitation qui régnait dans le secteur voisin. Le brun s'arrêta à l'un de ces étals pour y commander deux sodas, et en tendit un à sa "complice". Après ce sprint, un peu de ce liquide sucré et rafraîchissant leur ferait le plus grand bien.

- "Tiens... Je te dois bien ça."

Effectivement la jeune demoiselle l'avait sortit d'une situation délicate où sans son aide il ne serait certainement pas sortit idem. Encore un peu essouflé, Lodan s'assit sur un parapet encadrant un parking pour reprendre son souffle. Certes l'endroit n'était pas des plus confrontable mais il s'en contenterait.

- "Ca n'te dérange pas qu'on s'arrête ici quelques minutes ? J'avoue être un peu essouflé..."

Il conclut sa phrase par un sourire de courtoisie, tout de même un peu gêné d'imposer une pause à la jeune fille. Il l'avait déjà assez dérangé comme ça, et il n'était plus habitué à solliciter à ce point l'aide des autres. Un silence s'imposa tandis qu'il but quelques gorgées de son soda, son regard s'attardant sur les traits du visage de la lycéenne peu banale, puis il reprit.

- "Au faite je voulais te... remercier pour ce que t'as fait tout à l'heure. C'est pas facile à admettre mais ce type m'aurait mit en pièces sans toi. D'ailleurs t'as été impressionnante... Où as-tu appris à te défendre comme ça ?"

Peu habitué à se montrer aussi bavard, et surtout aussi curieux, le jeune homme se tut soudain. Une expression neutre reprit ses droits sur son visage, et ses yeux se perdirent dans le décor urbain. Il aurait aimé dire à la jeune fille qu'elle pouvait le laisser à présent, qu'il pouvait se débrouiller seul, qu'elle n'avait pas à s'embarrasser de sa situation. Après tout, s'il s'était égaré ça n'était en rien son problème à elle. Elle avait sans nul doute une centaine d'autres choses à faire... malgré tout il ne lui fit pas part de ses pensées, préférant se taire. Décidemment, depuis qu'il avait fait sa rentrée dans cette école, son attitude envers les autres avait nettement changé et cela malgré tout ses efforts pour rester le même qu'avant : Froid et inexpressif.


[HRPG : Tu te mésestimes, tes messages sont toujours trés bons, crois-moi ^^. Par contre moi sur ce coup-ci j'ai pas bien assuré. Le message n'est pas intéressant mais je me rattrapperais plus tard j'espère. Désolé si c'est encore long ><]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
« Invité »
(#) Re: Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]  Sam 11 Avr 2009 - 20:13

La demoiselle à force de courir commençait à s'essoufler, de plus, j'aimerais vous préciser qu'elle porte des talons, donc double difficulté pour elle de courir, donc, comme vous pouvez l'imaginer, notre donzelle est fatiguée de fois plus vite. Ils étaient assez loin maintenant de leur lieu de rencontre qui était sur le point de passer à leur lieu de mort. La demoiselle fut rassurée, mais pas temps que ça en réalité, de voir que le quartier om elle était sensée aller travailler n'était plus perceptible. Elle souffla un gros coup, soulagée de se dire qu'elle n'aurait plus à faire à ses lascars, mais aussi, qu'elle avait trouvé un prétexte pour ne pas partir se faire prendre de tous les côtés. Bref, la demoiselle se remémora un peu toute la scène qui venait de se passer, et se rendit compte qu'elle était quand même assez chanceuse aujourd'hui. Cependant, ce n'était pas le cas de son camarade qui devait avoir une foulure de la main après le poing que celui-ci avait donné à cette affreuse racaille. La demoiselle n'avait pas grand chose sur elle pour soigner un minimum la main du jeune homme, il fallait donc qu'elle trouve n'importe quoi qui pourrait être à sa disposition pour s'occuper de l'inconnu. La demoiselle, repliée sur elle même, essaya tant bien que mal de reprendre son souffle, ses jambes tremblaient à cause de l'effort surhumain qu'elle venait de faire. Et oui ! Une des choses que la demoiselle détestait en tout point c'était la course. Au lycée, au collège, depuis sa naissance, et qu'elle a commencé à marcher, le jour où elle a dû courir fut le pire jour de toute sa vie.

Pour elle, il n'y avait rien de plus épuisant que ça. Imaginez notre Fujumi qui coure et en plus avec des talons, je peux vous assurer que l'humeur de la demoiselle n'était pas des meilleures qui soient. Et pour rajouter à cela, elle s'était fait draguer par un mec qui puait, et qui l'insultait et qui avait agressé le jeune homme. Elle ne ressentait pas forcément de l'affection pour celui-ci, mais il avait besoin d'aide, et notre Fujumi n'était pas indifférente à cela. Elle l'avait donc aidé, avec plaisir, et avec le sourire. Bon, ce plaisir commençait à vaciller en elle, parce qu'après tout, elle avait mal aux pieds, et était sacrément fatiguée, mais bon, tout cela allait passer vite. La demoiselle reprit ses esprits, et à peine avait-elle relevé la tête, qu'une sorte de truc bizarre tout rond se trouva devant elle. Après quelques minutes d'inspection, elle se rendit compte que le jeune homme lui tendait un soda, elle l'accepta, certes, mais avec un sourire gênée. De plus la phrase que celui-ci avait prononcé ne mettait pas réellement la demoiselle à l'aise. Okay, elle l'avait aidé, mais n'importe qui aurait face à sa place, il n'avait donc pas à la remercier de cette façon. Pour notre Fujumi un merci aurait largement suffit, accompagnée d'un sourire, ça aurait été parfait. Mais là, c'était dix fois de trop pour elle, tant pis. En même temps, elle était bien contente de pouvoir se rafraichir sans être seule. Elle suivit donc le garçon sans broncher, et sans lui répondre non plus. Il avait tout à fait le droit de souffler après la course que la demoiselle lui avait faite endurée.

La demoiselle imita le jeune homme en s'asseyant sur une sorte de petit muret, puis écouta sagement tout en se délectant de cette boisson rafraichissante. La demoiselle souria quelque peu à ce que disait son interlocuteur. Impressionnante, elle ? Pouah ! La blague ! Morte de rire. C'était ce que pensait la jeune femme. Et pour chance, elle ne le montra pas sur son visage. Elle resta neutre, regarda sa boisson qu'elle tenait des deux mains. Puis elle se retourna vers le jeune homme, regardant cette fois-ci le sol. Un sourire amusé se dessinait peu à peu sur les lèvres de celle-ci pour on ne sait quelle raison.


" T'as pas à me remercier... N'importe qui aurait fait ça... Bon à part les quatre autres lâches qui soutenait l'autre idiot... Mais bon... "

La demoiselle souriait toujours, puis se mit à regarder l'horizon, laissa un temps de pause, et reprit.

" Tu sais... T'as pas à être impressionnée... Toi aussi tu peux le faire avec u peu d'entrainement... Faut juste être réactif, et très flexible... ( Léger rire ) Mais tout ça je l'ai appris dans la rue... Etant une fille je ne pouvais pas me battre, je n'avais aucun moyen de me défendre... C'est mon père qui m'a dit que je devais toujours m'armer de quelque chose... Avec n'importe quoi... Tout ce que je trouvais sur mon passage devait devenir une arme contre ceux qui voulait me faire du mal... J'ai même pris un couvercle de poubelle une fois... Ridicule, n'est-ce pas ? ... Bref, tout ça pour te dire que les quartiers comme ceux-là te forgent mais... Au final, lorsque t'en ressors t'es devenu plus fort, mais tu es aussi détruit... Soit par les coups... Soit par la drogue "

Au fur et à mesure que la demoiselle avançait dans son histoire, son visage se ternissait, et son sourire perdait de son intensité. Des souvenirs pas très joyeux revenaient à la mémoire de la jeune femme. Elle se souvenait de toutes les embrouilles dans lesquelles elle avait été entrainée sans qu'elle le veuille, les coups qu'elle avait pris, et ceux qu'elle avait redonné. Elle était le témoin représentatif de ce qui se passait dans ces quartiers des deux cotés, autant pour le sexe masculin que pour le féminin. Elle subissait encore des horreurs malgré le fit qu'elle ait quitté ces quartiers malfamés. La demoiselle regarda le jeune homme rapidement, et regarda de nouveau sa boisson. Un long silence s'installa. La demoiselle se posait d'inombrables questions. Elle se demandait de quel genre de quartier venait le jeune homme. Elle se doutait que ce n'était pas de celui qu'ils venaient de quitter, elle l'aurait senti sinon, mais bon. Le silence commençait à se faire pesant, la demoiselle voulut lui poser la question, mais ce fut à la dernière minute qu'elle se dit qu'il fallait mieux changer de sujet pour casser l'ambiance noirâtre qui s'était installée entre les deux lycéens. La demoiselle se retourna vers le jeune homme, le sourire aux lèvres.

" Mais du froid sur ta main avec ta boisson... Ca va la dégonfler un peu... T'auras moins mal comme ça... "

La demoiselle souria, puis se mit de nouveau à regarder sa boisson, qu'elle buvait à petites gorgées à instants réguliers sans se retourner...

( Bon, c'est pas tip top, mais j'espère que ça ira, merci pour tes compliments, c'est très gentil ^^ . En tout cas, j'adore tes Rps, et sache qu'ils sont très intéressants, contrairement à ce que tu peux croire Very Happy . Voilà ! Bisous Wink )
Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on a pas le sens de l'orientation... [PV Fujumi ^^]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kobe High School :: Hors RPG :: Poubelle :: Archives des rps :: Anciens rps-
Sauter vers: